Pascal Bataille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille (homonymie).

Pascal Bataille
Image illustrative de l’article Pascal Bataille

Nom de naissance Pascal Bataille
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Bordeaux (Gironde), France
Nationalité Drapeau : France Française
Émissions Y'a pas photo
Y'a que la vérité qui compte
C'est off
Radio Nostalgie
Sud Radio
Chaîne TF1
Canal Jimmy

Pascal Bataille, dit Pascal Bataille de Baget[1], né le à Bordeaux (Gironde), est un producteur et animateur de télévision français. Depuis 2010, il anime aussi la matinale de stations de radio nationales, d'abord sur Nostalgie durant une saison, puis sur Sud Radio à partir de 2011.

Par ailleurs, après avoir été président de la société Loribel et président du Groupe Unimedia, il devient président de la société de production Côté Prod.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Fils du Pr Marie-José Bataille (1936-1999), psychanalyste et psychiatre, et de son épouse Roselyne Saint-Georges Chaumet, Pascal Bataille passe ses années de collège et de lycée au lycée Saint-Joseph de Tivoli à Bordeaux, études qu'il poursuit par l'intermédiaire d'une hypokhâgne et une khâgne au lycée Henri-IV[2].

Il a été deux fois admissible à l'École normale supérieure. Il est titulaire d'une maîtrise de lettres et de philosophie qu'il complète ensuite par un DESS Techniques de l'information à l'Institut français de presse[2].

En 1983, il fonde la première agence de presse parisienne pour la radio avec des amis journalistes[2].

La même année, il rencontre Laurent Fontaine à l'occasion d'un Prix de reportage pour les jeunes journalistes. Ils commencent alors à s'associer professionnellement. C'est ainsi que paraît en 1988 Le Guide de la combine, vendu à 80 000 exemplaires[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1990, Pascal Bataille crée avec Laurent Fontaine la société de production et d'édition « Les Rebelles communications »[3], qui publiera plus de trente ouvrages, dont la collection des Guides Paris combines.

En 2001, ils créent la société de production Loribel. Un peu plus tard, ils fondent le groupe Unimedia, holding qui regroupe Loribel (qui produit des émissions de télévision) et Galaxy 7 (qui produit des programmes de fictions), dessins animés et films.

En 2009, il crée la société de production Côté Prod.

Animateur et producteur[modifier | modifier le code]

Pascal Bataille fait ses débuts à la télévision en 1991 sur Canal Jimmy au côté de Laurent Fontaine dans Chroniques des Rebelles et le Meilleur du pire, jusqu'en 1997[2].

Il participe ensuite à la création de Combien ça coûte ? sur TF1 aux côtés de Jean-Pierre Pernaut, émission à laquelle il collaborera avec Laurent Fontaine en tant que chroniqueurs et journalistes jusqu'en 1997.

De 1993 à 1997, le duo collabore avec Christophe Dechavanne comme producteurs délégués de Coucou !, puis comme chroniqueurs sur Comme un lundi.

En 1997, TF1 propose au duo de créer, produire et animer Y'a pas photo en seconde partie de soirée : l'émission connaît le succès pendant cinq ans.

De 1998 à 2000, parallèlement à Y'a pas photo, le duo produit plusieurs émissions diffusées en prime-time sur TF1 : Photos de vacances, Drôles de petits champions, Tout le monde se lève pour..., etc.[2]

De 2002 à 2006, il présente aux côtés de Laurent Fontaine Y'a que la vérité qui compte, diffusée en seconde partie de soirée sur TF1. L'émission connaît un énorme succès réalisant de très belles audiences.

En 2003, il crée et produit, toujours avec Laurent Fontaine, La Méthode Cauet, animée par l'animateur de radio Sébastien Cauet, et diffusée en seconde partie de soirée sur TF1 jusqu'en 2009.

En 2007, il produit et coanime avec Laurent Fontaine l'émission Utiles, hebdomadaire diffusée sur LCI. La même année, le duo fait son retour sur Jimmy en tant qu'animateur et producteur de l'émission d'investigation C'est off, hebdomadaire diffusé jusqu'en 2009.

En parallèle, Loribel produit de nombreuses émissions pour les chaînes du câble et de la TNT : My Teva, J'ai quelque chose à te dire, Le Meilleur du drôle des Publivores, etc.

Pascal Bataille est également producteur de dessins animés et de films pour TF1 et France 3 : Le Monde de Pahé et Services sacrés.

En 2009, le duo présente une nouvelle émission hebdomadaire sur Jimmy, Forcément sublimes, qui retrace dix moments forts.

En 2010, il est membre du jury dans une émission sur NRJ 12, Le grand casting de la télé. Des centaines de candidats défilent dans un bus qui sillonne cinq villes de France. Le jury est composé de Vanessa Broussouloux, Pascal Bataille et Bernard Montiel.

Du à fin juin 2011, il anime aux côtés de Laurent Fontaine la matinale de Nostalgie : La Belle Vie.

À partir d'août 2011, il anime, cette fois en solo, l'émission matinale de débats avec les auditeurs sur des thèmes de société, Bataille à l'écoute, de h à 12 h sur Sud Radio, puis, à partir de mars 2012, il change d'horaire et anime en compagnie de Gilles Tessier la matinale de Sud Radio de h à 10 h, Le 6/10 de Pascal Bataille.

Depuis le , il coprésente avec Karine Ferri Les 30 histoires... sur TMC.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Pascal Bataille a monté un hôtel au Cap-Ferret, Côté Sable, puis un autre à Rémalard, Côté Parc, qui tiennent lieu de boutique de décoration et de salon de thé.[réf. nécessaire]

En 2009, toujours avec Laurent Fontaine, il s'associe à Sylviano Marchione et Jacky Gallois (tous deux dirigeants de l'école de radio « Le Studio École de France »), pour créer le « STUDEC TV », école formant à tous métiers de la télévision.[réf. nécessaire]

Émissions[modifier | modifier le code]

Animateur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur Gala.fr (consulté le 24 septembre 2017).
  2. a b c d e et f « Pascal Bataille », sur Premiere.fr (consulté le 21 août 2017)
  3. « Biographie de Laurent Fontaine », sur Voici.fr (consulté le 21 août 2017)