Tabac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Plante de tabac.
Tabac blond séché et haché.
Stockage du tabac dans la Tabacalera del Oriente, Tarapoto, Pérou.

Le tabac est un produit psychotrope manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun (Nicotiana tabacum), une espèce originaire d'Amérique appartenant au genre botanique Nicotiana (famille : Solanaceae).

L'usage du tabac s'est largement répandu dans le monde entier à la suite de la découverte de l'Amérique. Sa commercialisation est souvent un monopole d'État et soumise à des taxes qui varient fortement selon les pays.

Le tabac génère une forte dépendance et sa consommation est responsable de près de 6 millions de décès par an dans le monde dont 600 000 sont des non-fumeurs exposés à la fumée (tabagisme passif). De nombreuses maladies sont liées au tabagisme (maladies cardiovasculaires et cancers, entre autres).

Production[modifier | modifier le code]

Les Nicotiana sont des plantes néotropicales nitrophiles, originaires des régions chaudes et nécessitant un sol riche en humus. La température et la nature des sols jouent un rôle prépondérant sur les propriétés du tabac : la culture ne peut s'effectuer qu'entre des températures allant de 15 à 35 °C.

Culture[modifier | modifier le code]

Plante de tabac adulte.

Les maladies de la plante incluent : fonte des semis, mildiou, oïdium, pourriture noire des racines, sclérotiniose, virus de la mosaïque du concombre, virus de la gravure du tabac, virus de la mosaïque du tabac et virus de la nécrose du tabac.

Les ravageurs incluent : taupes, courtillières, limaces, pucerons, hépiales, noctuelles (vers gris), thrips et araignées. D'autres ennemis incluent l'orobanche (plante parasite) et la nématode des tiges (anguillules).

Traitement[modifier | modifier le code]

Tabac en train de sécher au soleil, nord-ouest de l'Iran.

Les feuilles de tabac récoltées, sont séchées pour éliminer plus de 90 % de leur eau. Les tabacs en feuilles sont classés selon leur variété ou leur mode de séchage :

  • sun-cured, tabacs orientaux séchés au soleil ;
  • flue-cured, tabacs type Virginie séchés à l'air chaud ;
  • fire-cured, tabacs noirs type Kentucky séchés au feu ;
  • dark air-cured, tabacs noirs séchés à l'air naturel ;
  • light air-cured, tabacs clairs type White Burley séchés à l'air.

Le séchage à l'air chaud est la principale méthode ; il nécessite environ une semaine[1] (cf. Effets sur l'environnement).

S'ensuit soit un stockage pour les tabacs fire-cured ou certains light air-cured, soit une fermentation pour favoriser la volatilisation de la nicotine et de l'ammoniac.[réf. nécessaire]

Composition[modifier | modifier le code]

La composition du tabac est complexe (sa fumée contient environ 4 000 composés chimiques, dont 50 reconnus cancérigènes[2]), à cause de la complexité de la plante et à cause des nombreux traitements réalisés sur le tabac récolté pour en assurer la conservation, la couleur, le parfum, le goût, la plasticité, etc.

Dans la plante fraiche de Nicotiana tabacum, on trouve un mélange d'alcaloïdes composés de 93 % de (S)-nicotine, 3,9 % de (S)-anatabine, de 2,4 % de (S)-nornicotine, et de 0,5 % de (S)-anabasine.

Lors de sa croissance, la plante absorbe plusieurs produits radioactifs, qu'on retrouvera dans la fumée, le filtre et moindrement le papier des cigarettes ou des bidies[3],[4],[5],[6] et dans les poumons, via l'inhalation de la fumée[7]. On y trouve des traces de thorium, polonium et d'uranium[8]. Le polonium du tabac engendre le plus de radioactivité inhalée[9].

Les feuilles de tabac sont sensibles à certains polluants dont l'ozone troposphérique. Le stress oxydant peut en modifier la composition.

L'American Journal of Public Health (en) a montré, en , que les « majors » de l'industrie du tabac, Philip Morris, RJ Reynolds Tobacco Company, British American Tobaccoetc., ont volontairement caché au public, depuis les années 1960, la présence de polonium 210, une substance hautement cancérigène (et utilisée pour l'assassinat de l'espion Alexandre Litvinenko) dans les cigarettes[10],[11],[12]. Une des explications de cette présence de produits radioactifs dans le tabac est l'utilisation fréquente aux États-Unis d'engrais à base d'apatites, utilisés pour donner une saveur spécifique au tabac[10],[11],[13]. Certaines variétés semblent absorber moins de radon et de polonium[14] (sous réserve que cela ne soit pas dû à une moindre présence de ces produits dans leur environnement).

L'industrie tabatière ajoute dans le tabac de cigarettes des additifs (arômes, sucres, humidifiants), notamment des composés d'ammoniac qui modifient le pH de la nicotine (plus alcalin), en facilitent l'absorption tout en renforçant la dépendance à celle-ci (ouverture plus importante des récepteurs à la dopamine)[15].

Consommation[modifier | modifier le code]

Le tabac est consommé principalement fumé sous forme de cigares, de cigarettes, à l'aide d'une pipe ou d'un narguilé ; il peut aussi être mâché (chiqué), sucé (snus) ou prisé.

Au début du XXe siècle, le tabac est cultivé et consommé sur tous les continents. Les progrès techniques et industriels font évoluer sa production et la consommation de cigarettes supplante dès lors la chique, la prise, la pipe et le cigare. En 1880, il est vendu cent millions de cigarettes dans le monde, en 1900 un milliard de cigarettes[16]. Sa consommation se diffuse massivement au milieu du XXe siècle avec l'essor de la publicité. En 1940, 1 000 milliards de cigarettes sont vendues dans le monde, 2 000 milliards en 1960, 5 000 milliards en 1980, 6 000 milliards en 2014[17].

La consommation de tabac entraine généralement une dépendance durable[18].

Effets et toxicité[modifier | modifier le code]

Effets sur la santé[modifier | modifier le code]

Effets sur l'environnement[modifier | modifier le code]

La culture du tabac a nécessité 3,6 millions d'hectares (36 000 km2) de terres arables dans le monde en 2019[19].

Le séchage du tabac nécessite par ailleurs une grande quantité de bois[20]. Le séchage à l'air chaud nécessite environ 20 kg de bois pour 1 kg de tabac. Ce mode de séchage est le premier utilisé : environ 6 tonnes de tabac sur 10 sont traitées par ce processus. Il entraîne une déforestation importante[1]. Au total, on estime qu'environ 2 à 4 % de la déforestation mondiale est due à la production du tabac, soit 600 millions d'arbres chaque année[21]. Cette proportion s'élève à 5 % dans les pays en développement[20], notamment dans certains pays comme le Zimbabwe[22].

Les mégots de cigarettes sont par ailleurs une source de pollution majeure, notamment pour les cours d'eau.

Économie[modifier | modifier le code]

La consommation extensive du tabac dans le monde a engendré la constitution de majors d'industrie puissantes.

Le premier producteur mondial de tabac est le monopole chinois China National Tobacco Corporation.

Plus de 70 % du marché hors Chine est réalisé par quatre multinationales aux diverses marques. Ce sont, dans l'ordre décroissant de chiffre d'affaires :

La production de tabac, estimée à près de 7 millions de tonnes, est dominée par la Chine, l'Inde et le Brésil, qui à eux trois réalisent plus de 60 % de la production mondiale. Dans l'Union européenne, les principaux producteurs sont l'Italie, la Pologne, l'Espagne et la Grèce.

En 2010, la manufacture du tabac était dominée par la Chine, la Russie, les États-Unis, l'Allemagne et l'Indonésie[23]. Le tabac est essentiellement utilisé pour la production de cigarettes et de cigares. La production de cigarettes représente l'essentiel de la production et est estimée à plus de 5 000 milliards d'unités en 1993, 5 457 milliards d'unités en 2005.

L’Allemagne, la Bulgarie et la Suisse sont les seuls pays européens où la publicité pour le tabac est encore autorisée dans l'espace public[24],[25],[26]. La Revue médicale suisse relève également en 2015 que « la Suisse est le seul pays européen où la publicité pour les produits du tabac dans la presse est autorisée et, avec la Biélorussie, c’est également le seul pays où il n’existe pas de limitation concernant le parrainage d’événements culturels et sportifs »[24].

Production mondiale de tabac par pays[19]
Pays 2010 2013 2016 2019
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 3 004 000 t 1 3 373 700 t 1 2 574 000 t 1 2 610 507 t 1
Drapeau de l'Inde Inde 690 000 t 3 765 154 t 3 759 594 t 2 804 454 t 2
Drapeau du Brésil Brésil 787 817 t 2 850 673 t 2 677 472 t 3 769 801 t 3
Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe 109 737 t 9 147 068 t 6 168 974 t 5 257 764 t 4
Drapeau des États-Unis États-Unis 325 764 t 4 328 208 t 4 285 180 t 4 212 260 t 5
Drapeau de l'Indonésie Indonésie 135 700 t 6 260 200 t 5 126 728 t 7 197 250 t 6
Drapeau de la Zambie Zambie 94 325 t 10 106 575 t 10 133 009 t 6 153 839 t 7
Drapeau du Bangladesh Bangladesh 55 288 t 19 79 000 t 14 87 628 t 13 128 597 t 8
Drapeau de la Tanzanie Tanzanie 60 900 t 15 86 359 t 12 105 404 t 10 116 603 t 9
Drapeau de l'Argentine Argentine 132 870 t 7 112 348 t 8 93 671 t 11 106 319 t 10
Drapeau du Pakistan Pakistan 119 323 t 8 108 307 t 9 115 851 t 8 104 355 t 11
Drapeau du Mozambique Mozambique 66 983 t 14 76 000 t 15 92 995 t 12 102 752 t 12
Drapeau du Malawi Malawi 172 922 t 5 132 849 t 7 109 151 t 9 102 459 t 13
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord 72 000 t 13 80 000 t 13 85 374 t 14 90 702 t 14
Drapeau de la Turquie Turquie 53 018 t 20 93 158 t 11 74 238 t 15 70 000 t 15
Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 59 540 t 17 71 586 t 16 57 384 t 17 66 780 t 16
Drapeau du Laos Laos 83 795 t 12 56 755 t 17 66 800 t 16 56 706 t 17
Drapeau des Philippines Philippines 40 530 t 22 53 753 t 18 56 457 t 18 51 061 t 18
Drapeau de l'Italie Italie 89 112 t 11 49 770 t 20 48 470 t 19 41 860 t 19
Drapeau de l'Ouganda Ouganda 27 138 t 30 31 595 t 23 31 080 t 22 31 920 t 20
Total monde 6 983 628 t 7 606 700 t 6 388 495 t 6 685 611 t
Carte des principaux pays producteurs de tabac en 2019.

En France[modifier | modifier le code]

La civette, enseigne des bureaux de tabac.

La France connait un déclin continu de sa production de tabac depuis les années 1950 et n'a plus de filière transformation depuis 2019, ni de fabrication de produits du tabac depuis 2017[27].

En 2019, la France a produit 5 320 tonnes de tabac brut sur une superficie de 2 050 hectares, contre 6 910 tonnes sur 2 620 hectares en 2018 ; c'est le 8e producteur de l'Union européenne après l'Italie, la Pologne, l'Espagne, la Grèce, la Croatie, la Bulgarie et la Hongrie[19]. La profession est organisée autour de cinq coopératives, pour un chiffre d'affaires estimé à moins de 30 millions d'euros en 2018[27] ; à titre de comparaison, la valeur de la production agricole française était de 74,6 milliards d'euros en 2020[28].

Les cinq coopératives sont regroupées dans les lieux historiques de production : pour le Sud-Ouest, Périgord Tabac, Tabac Garonne Adour et Midi Tabac, pour le Grand-Est, Tabac Feuilles de France et, en Isère, la plus petite des cinq, la Dauphinoise. En France sont désormais cultivés principalement le Burley et le tabac de Virginie, les producteurs, pour faire face à la concurrence internationale, visant des marchés de niche plus valorisés comme le narguilé, qui nécessite un tabac de Virginie sucré, et un marché encore dynamique, le cigare et le tabac à rouler[27].

La culture du tabac en France est en baisse depuis les années 1950. En 1950, 105 000 agriculteurs produisaient du tabac ; au tournant des années 1970, 41 000 agriculteurs exploitaient encore 20 000 hectares et produisaient près de 46 000 tonnes[27]. Le nombre d'agriculteurs cultivant du tabac est passé de 2 076 à 1 177 de 2010 à 2014[29], puis à 670 en 2018[27].

La production de l'Union européenne est en baisse en raison de la baisse des aides aux agriculteurs producteurs de tabac distribuées dans le cadre de la politique agricole commune (PAC). L'Union européenne importe du tabac en provenance de pays tiers comme le Brésil, le Malawi et les États-Unis. Les aides directes, qui s'élevaient en 2004 à 86 millions d'euros pour la France, pour une production de 24 900 tonnes environ, correspondaient à un taux de soutien nettement plus élevé que pour les autres productions agricoles[30]. Elles ont été réduites à partir de 2006 puis supprimées en 2010 dans le cadre de la réforme de la PAC de 2006. Elles ont été réintroduites en France en 2012 sous l'appellation d'« aide à la qualité ». Cette aide bénéficie à l'ensemble de la production, à l'exception de la dernière catégorie de qualité sur une échelle qui en compte 5. Au total, l'enveloppe allouée à ce soutien spécifique s'élève à 9 millions d'euros par an, alloués entre les producteurs en fin de saison en fonction des quantités produites[31],[32],[33]. Cette aide correspondait à 0,66 € par kg de tabac livré pour la campagne 2012[34] et à 1,04 € par kg pour la campagne 2013[35]. En , plusieurs pays européens, dont la France (par l'intermédiaire de son ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll), ont défendu une motion auprès de la Commission européenne pour réintroduire des subventions couplées à la production de tabac en Europe[36].

L'année 2017 a été marquée par l'entrée en vigueur de plusieurs mesures pour réduire la consommation de tabac : paquet neutre, alourdissement de la fiscalité sur le tabac à rouler, relèvement du minimum de perception, etc. ; selon les douanes, les ventes légales de tabac ont baissé de 2,2 %[37].

Outre la lutte contre le tabagisme, une des raisons du déclin de la production française est le coût de la main-d'œuvre. Un hectare de tabac nécessite près de 300 heures de travail contre, par exemple, 5 seulement pour le maïs. Ce travail, principalement pour la récolte en juillet et août, a longtemps été assuré de façon informelle par le cercle familial élargi de l'agriculteur, un type de travail qui a quasiment disparu aujourd'hui. La culture du tabac en France était aussi souvent une culture complémentaire pour de petites exploitations de polyculture-élevage ; elle a été progressivement abandonnée au fur et à mesure de la baisse de la rentabilité de cette culture[27].

La filière tabac en France a totalement disparu en avec la fermeture de la dernière usine de transformation du tabac à Sarlat-la-Canéda en Dordogne. La Seita, ancienne régie publique française des tabacs, a été privatisée en 1995, elle a fusionné avec la société espagnole Tabacalera en 1998, l'ensemble étant racheté par Imperial Tobacco (aujourd'hui Imperial Brands) en 2008. L'usine de Carquefou, à coté de Nantes, qui produisait les Gauloises et les Gitanes blondes, a fermé en 2014 et la dernière usine en France, la manufacture de tabac de Riom dans le Puy-de-Dôme, a fermé en 2017[27].

Quatre multinationales contrôlent plus de 95 % du marché français : Philip Morris International (avec sa marque phare Marlboro), British American Tobacco (Lucky strike, Dunhill, etc.), Imperial Brands (Gauloises, News, etc.) et Japan Tobacco (Camel, Winston, etc.)[38].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fleurs et fruits du tabac.

Lorsque Christophe Colomb arrive en Amérique en 1492, il constate que les Indiens utilisent le tabac pour ses propriétés magiques et médicamenteuses. André Thevet en rapporte des graines et la culture du tabac commence en Europe.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le substantif masculin[39],[40],[41],[42] tabac est un emprunt[39],[42] à l'espagnol tabaco[39],[40],[42], substantif masculin[43] lui-même emprunté[39] à l'arawak[40] de Cuba et Haïti[39] tsibatl, mot qui désignait soit un ensemble de feuilles, soit l'action du fumer, soit surtout le tuyaux de roseau dont les Amérindiens se servait pour aspirer la fumée[42].

Le mot « tabac », désignant à l'origine, pour les Européens, à la fois la plante et le cigare confectionné avec ses feuilles, vient de l'espagnol tabaco, lui-même emprunté à un mot arawak désignant une sorte de pipe, un instrument à deux tuyaux. Il est attesté sous sa forme espagnole depuis la première moitié du XVIe siècle. Les Arawaks, ensemble de peuplades amérindiennes des Antilles et d'Amazonie, possédaient donc probablement un autre mot pour désigner la plante que nous appelons tabac (digo selon l'archéologue Benoît Bérard) ; ce mot est apparu en espagnol par glissement sémantique, le contenant (pipe, instrument) finissant par désigner le contenu (feuilles séchées de la plante) puis la plante elle-même[44].

Origine en Amérique centrale[modifier | modifier le code]

La culture du tabac trouve son origine en Amérique, il y a plus de 500 ans. Lorsque Christophe Colomb rencontre les Amérindiens, ceux-ci pour se soigner roulent des feuilles de tabac jusqu'à obtenir une sorte de grand cigare qu'ils appellent « tabaco »[45]. Dans leur calumet brûle également un mélange de plusieurs herbes dont le tabac.

Débuts en Europe[modifier | modifier le code]

Esclaves travaillant dans un atelier de production de tabac, 1670, Virginie.

En 1492, lors de son expédition en Amérique, Christophe Colomb découvre le tabac[46] et le rapporte en Europe, à la Cour espagnole et portugaise, où il est pendant longtemps utilisé comme simple plante d'ornement. Ce n'est qu'au milieu du XVIe siècle que le médecin personnel de Philippe II d'Espagne commence à le promouvoir comme « médicament universel ». La première description écrite serait le fait de l'historien espagnol d'Oviedo.

Il est introduit en France en 1556 par un moine cordelier, André Thevet qui au retour de son séjour au Brésil, en fit la culture dans les environs de sa ville natale d'Angoulême. On l'appelle alors « herbe angoulmoisine » ou « herbe pétun ».

Dès 1775, les premiers soupçons de relation entre tabac et cancer sont exprimés[47].

Histoire du tabac en France[modifier | modifier le code]

Ancienne publicité murale pour le tabac.

En 1560, l'ambassadeur de France (François II) au Portugal, Jean Nicot, attribuant au tabac des vertus curatives, envoie de la poudre de cette plante à la Reine Catherine de Médicis afin de traiter les terribles migraines de son fils François II. Le traitement ayant eu du succès, le tabac devint ainsi « l'herbe à la Reine ». Sa vente sous forme de poudre est réservée aux apothicaires. Pour honorer Jean Nicot, le duc de Guise proposa d'appeler cette herbe nicotiane. Cette proposition fut retenue par le botaniste Jacques Daléchamps qui dans son livre Histoire générale des plantes[48] au chapitre « Du Petum ou Herbe à la Reine » l'illustre d'une gravure intitulée Nicotiane ou Tabacum, terminologie reprise ensuite par Linné pour créer son binôme[49]. La plante reçut de très nombreux noms parmi lesquels on peut citer « nicotiane », « médicée », « catherinaire », « herbe de Monsieur Le Prieur », « herbe sainte », « herbe à tous les maux », « panacée antarctique » et finalement « herbe à ambassadeur ».

C'est à la fin du XVIe siècle qu'apparaît le mot « tabac » : la première illustration botanique en est donnée par Nicolas Monardes en 1571. En 1575, André Thevet donne un « pourtrait de l'herbe Petum ou Angoulmoisine » dans sa Cosmographie universelle (t II, livre XXI, chap VIII).

À la même époque est publié un des premiers traités sur le tabac, vu alors comme une plante médicinale : L'instruction sur l'herbe petum (1572) par Jacques Gohory.

Le cardinal de Richelieu instaure une taxe sur la vente de tabac en 1629[50]. Colbert fit de sa production et de son commerce un monopole royal et à l'époque la production nationale est la plus développée d'Europe, avec des plantations dans l'Est, le Sud-Ouest, ainsi que dans les 4 îles des Antilles les plus peuplées : Saint-Christophe, Martinique, Guadeloupe et Saint-Domingue[51].

Le tabac connaît un succès vif et rapide au XVIIe siècle. Ainsi, Molière ouvre sa pièce Dom Juan ou le Festin de Pierre par une tirade de Sganarelle sur le tabac :

« Quoi que puisse dire Aristote, et toute la philosophie, il n'est rien d'égal au tabac, c'est la passion des honnêtes gens ; et qui vit sans tabac, n'est pas digne de vivre ; non seulement il réjouit, et purge les cerveaux humains, mais encore il instruit les âmes à la vertu, et l'on apprend avec lui à devenir honnête homme. Ne voyez-vous pas bien dès qu'on en prend, de quelle manière obligeante on en use avec tout le monde, et comme on est ravi d'en donner, à droit, et à gauche, partout où l'on se trouve ? On n'attend pas même qu'on en demande, et l'on court au-devant du souhait des gens : tant il est vrai, que le tabac inspire des sentiments d'honneur, et de vertu, à tous ceux qui en prennent. »

À la fin du XIXe siècle apparait un « tabac désintoxiqué », produit selon la « méthode Gérold », que les médecins suisses disent bien promouvoir, mais pas avant « le jour où des expériences plus nombreuses et décisives nous auront montré la véritable innocuité du tabac traité par la méthode Gérold »[52] faisant suite à un article du Dr Hisrschberg[53]. M Bielefeld, 6 rue Thimonnier à Paris est présenté en 1902 comme l'un des premiers consommateurs de ce tabac en France et comme susceptible d'en citer des fournisseurs. On vend aussi des pipes et fume-cigares désintoxiquants[54]. Au début du XXe siècle, à Lons-le-Saunier le docteur Parant crée et vend un « tabac dénicotinisé »[55] dont il faisait des cigares et du tabac à pipe et à cigarette, mais selon un journal français de l'époque, « les produits de cette industrie obligée par la législation française à se tenir hors de nos frontières, n'arrivaient pas à se faire connaître en France, et recevaient de la douane l'accueil qu'on sait »[54].

Alors que de la nicotine et des extraits de tabac (décoction, extraits de fumée) utilisés comme médicaments ont commencé à tuer des patients ou des animaux lors d'expérimentations animales, et après qu'on a commencé à la fin du XIXe siècle à prouver qu'il existe une accoutumance et une dépendance au tabac[56],[57], quelques médecins commencent à étudier scientifiquement le tabagisme. On étudie d'abord ses effets sur la digestion avec par exemple une première thèse de médecine produite en 1894 par Kohos[58]. En 1894, la thèse de médecine du Dr Chéreau s'intéresse aux effets du tabac sur la gorge et la voix[59] avant que celle du Dr Pellet en 1897[60] puis celle de Jaucent en 1900[61] ne s'intéressent aux effets généraux du tabac et de ses extraits sur l'organisme et ses fonctions. Les travailleurs de l'industrie du tabac semblent également affectés, au point qu'en 1901, l'office du travail le considère comme un des poisons industriels[62] et 5 ans après, le Dr Amouroux et Prieur étudient respectivement certains de ses effets cancérigènes[63] et cardiovasculaires (1906)[64]. Trois ans plus tard, sur de solides bases expérimentales et cliniques la thèse du Dr Abel Gy (en 1909) complète leur travail[65], avec de quoi inquiéter ou préoccuper le monde médical quant aux effets de la toxicité du tabac qui semblent pouvoir négativement affecter la totalité des organes après un temps plus ou moins long[66] voire à mettre en question sa culture[67].

Calendrier[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain français, le 16e jour du mois de Messidor est dénommé jour du tabac[68].

Ferme du tabac en 1674[modifier | modifier le code]

Jeune plante de tabac.

À la demande de Louis XIV, Colbert établit un « Privilège de fabrication et de vente » en 1674, l'année de la création de la Compagnie du Sénégal. Les premières Manufactures des tabacs sont fondées à Morlaix, Dieppe et Paris. Le privilège est d'abord concédé à des particuliers dont le premier est Madame de Maintenon[69] qui le revend, puis à la seule Compagnie des Indes, au moment où celle-ci doit se retirer du commerce du sucre, relevant alors directement du roi et des ports qu'ils souhaitent favoriser.

La culture du tabac devient un monopole et rapidement les gouvernants voient les rentrées d'argent qu'ils peuvent espérer des taxes sur le tabac. Ces taxes augmentent le prix de vente, tandis que la recherche d'un bénéfice rapide dicte un faible prix d'achat aux planteurs, à une époque où les rois souhaitent remplacer la culture du tabac aux Antilles par celle du sucre, beaucoup plus rentable, à l'image de ce qui s'est passé sur l'île de la Barbade britannique. Plus que le monopole, c'est la stratégie de prix de vente et d'achats qui modifie alors en profondeur la production mondiale de tabac.

La contrebande se développe sur les côtes, en particulier sur l'île de Noirmoutier, et le nouveau monopole doit installer des acheteurs dans les ports d'Amsterdam et Liverpool, pour acheter le tabac des Antilles françaises, puis le tabac de Virginie, beaucoup moins cher, auquel les consommateurs prennent goût, et qui prend son essor[51].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Champ de tabac.

Les planteurs de Virginie commencent à importer des esclaves grâce à la Compagnie royale d'Afrique, créée en 1672. En trente ans, les importations françaises font plus que tripler, passant de 20 % à 70 % de la consommation intérieure de tabac. La Virginie représente à elle seule 60 % des importations françaises[51]. En échange, la monarchie anglaise tente d'empêcher les raids de flibustiers anglais sur les îles à sucre françaises. Cette politique subit cependant un coup d'arrêt à la fin du siècle lorsque les taxes sur l'exportation du tabac anglais augmentent de 150 %. En 70 ans, elles quadruplent, mais sans gêner encore la position dominante déjà acquise sur le marché[51]. Le port de Londres, qui a le monopole d'importation depuis 1624, a les moyens de rendre cette filière compétitive.

Dès le milieu du XVIIIe siècle, la colonie de Virginie contrôle l'essentiel du marché mondial. L'autre grand producteur est la colonie voisine du Maryland, également soutenue par la maison Stuart. Afin de maîtriser les flux, la culture du tabac est prohibée dès 1719 dans toute la France, avec des condamnations qui peuvent aller jusqu'à la peine de mort. Exceptions : la Franche-Comté, la Flandre et l'Alsace. Elle le reste jusqu'en 1791. En 1809, Louis-Nicolas Vauquelin, professeur de chimie de l'École de médecine de Paris, isole un principe actif azoté des feuilles de tabac. La nicotine, quant à elle, est identifiée quelques années plus tard. La cigarette est introduite en France vers 1825.

Tabagies[modifier | modifier le code]

Les tabagies (en allemand Tabakskollegium) étaient des réunions réservées aux hommes aux XVIIIe et XIXe siècles pour discuter d'affaires entre eux, en particulier après la chasse. Frédéric-Guillaume Ier de Prusse y était fort assidu dans son château de Wusterhausen, où il s'entourait de ses proches conseillers, en fumant de longues pipes[70],[71].

Tabac de troupe[modifier | modifier le code]

K Ration Dinner.

Dès 1917, on voit apparaître le tabac dans les rations alimentaires de l'armée française.

La Ration K, introduite par l'armée des États-Unis le pendant la Seconde Guerre mondiale, était une ration alimentaire quotidienne de combat individuelle contenant des cigarettes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fumer tue... la planète ! » (consulté le 23 mars 2012).
  2. « Tabagisme et cancers », sur cancer-environnement.fr, Centre Léon-Bérard (consulté le 20 janvier 2017).
  3. Mussealo-Rauhamaa, H. and Jaakkola, T., 239Pu, 240Pu and 210Po contents of tobacco and cigarette smoke. Health Phys., 1985, 49, 296–301.
  4. Watson, A. P., Polonium-210 and lead-210 in food and tobacco products: transfer parameters and normal exposure and dose. Nucl. Saf., 1985, 26, 179–191.
  5. Khater, A. E. M. and Al-Sewaidan, H. A. I., Polonium-210 in cigarette tobacco. Int. J. Low Radiation, 2006, 3(2/3), 224–233
  6. Karali, T., Olmez, S. and Yener, G., Study of spontaneous deposition of 210Po on various metals and application for activity assessment in cigarette smoke. Appl. Radiat. Isot., 1996, 47, 409–411.
  7. Skwarzec, B., Ulatowski, J., Struminska, D. I. and Borylo, A., Inhalation of 210Po and 210Pb from cigarette smoking in Poland. J. Environ. Radioact., 2001, 57, 221–230.
  8. (en) ^ Nain, Mahabir; Gupta, Monika; Chauhan, R P; Kant, K; Sonkawade, R G; Chakarvarti,, « "Estimation of radioactivity in tobacco". . », Indian Journal of Pure & Applied Physics,‎ s k (november 2010)., p. 48 (11): 820–2. hdl:123456789/10488.
  9. Khater, A. E. M., Polonium-210 budget in cigarettes. J. Environ. Radioact., 2004, 71, 33–41
  10. a et b Waking a Sleeping Giant: The Tobacco Industry’s Response to the Polonium-210 Issue, American Journal of Public Health (en), septembre 2008
  11. a et b Le secret du polonium 210 dans la fumée de cigarette, Le Figaro, 27 août 2008
  12. « Du polonium 210 dans les cigarettes : les industriels savaient », L'Obs, .
  13. (en) J. Marmonstein, « Lung cancer: is the increasing incidence due to radioactive polonium in cigarettes? », .
  14. (en) B. C. Purkayastha et D. K. Bhattacharyya, « Estimation of rare and radioactive constitutents in samples of Indian tobacco with the aid of low-level beta-counter », Journal of Radioanalytical and Nuclear Chemistry, vol. 27, no 2,‎ , p. 345-351 (DOI 10.1007/BF02520574, lire en ligne).
  15. Dan Véléa, Toxicomanie et conduites addictives, Heures de France, , p. 182.
  16. Exposés sur le tabagisme, Gauthier-Villars, , p. 26.
  17. Robert N. Proctor, Golden Holocaust. La conspiration des industriels du tabac, Éditions des Équateurs, , p. 57.
  18. (en) J. O’Loughlin, I. Karp, T. Koulis, G. Paradis et J. DiFranza, « Determinants of first puff and daily cigarette smoking in adolescents », American Journal of Epidemiology, vol. 170, no 5,‎ , p. 585-597 (lire en ligne).
  19. a b et c « FAOSTAT », sur fao.org (consulté le 30 décembre 2020).
  20. a et b « Fact Sheet: Environmental Impact of Tobacco » (version du 7 mars 2014 sur l'Internet Archive), .
  21. Laura O'Connor, One UN Climate Change Learning Partnership (UN CC:Learn), « Les risques du tabac que vous ne connaissez peut-être pas : les dommages environnementaux causés par le tabac », sur medium.com, .
  22. « La renaissance du tabac zimbabwéen au prix d’une déforestation massive », (consulté le 19 octobre 2014).
  23. (en) « Manufacturing Cigarettes » (version du 15 juin 2013 sur l'Internet Archive), sur tobaccoatlas.org.
  24. a et b Michela Canevascini, Hervé Kuendig, Claudia Véron et Myriam Pasche, « Publicité et promotion des produits du tabac et des cigarettes électroniques », Revue médicale suisse, vol. 11, no 478,‎ , p. 1288-1294 (lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  25. Robert Handrack, « L’Allemagne éteint sa cigarette, la France en rallume une », sur info.arte.tv, (consulté le 1er mars 2020).
  26. « Restreindre la publicité pour protéger les jeunes », sur Office fédéral de la santé publique, .
  27. a b c d e f et g Laurence Girard, « L’inexorable déclin de la culture du tabac en France », Le Monde, .
  28. « Production et valeur ajoutée de l’agriculture : Données annuelles 2020 », sur Institut national de la statistique et des études économiques.
  29. (en) « Raw Tobacco – Production statistics – c2014-2003 harvests » (version du 9 mai 2016 sur l'Internet Archive), sur Europa.
  30. « Le tabac » [PDF], sur Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, .
  31. « Circulaire DGPAAT/SDEA/C2012-3026 » [PDF], (consulté le 31 décembre 2012).
  32. « Circulaire DGPAAT/SDEA/C2013-3035 » [PDF], (consulté le 13 décembre 2017).
  33. « Circulaire DGPAAT/SDEA/C2014-239 » [PDF], (consulté le 13 décembre 2017).
  34. Arrêté du 26 avril 2013 fixant le montant unitaire de l'aide à la qualité du tabac pour la campagne 2012.
  35. Arrêté du 4 juin 2014 fixant le montant unitaire de l'aide à la qualité du tabac pour la campagne 2013.
  36. (en) « Italy leads late bid to boost EU tobacco subsidies », sur Reuters, (consulté le 16 avril 2018).
  37. « Les ventes de tabac ont reculé de plus de 2 % en 2017 », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2018).
  38. Eugénie Bastié, « Le lobby du tabac est composé de trois acteurs : le Big Tobacco, les buralistes et Bercy », Le Figaro, .
  39. a b c d et e Définitions lexicographiques et étymologiques de « tabac » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le ).
  40. a b et c Entrée « tabac » des dictionnaires de français Le Petit Larousse en ligne sur le site des éditions Larousse (consulté le ).
  41. Entrée « tabac » du Dictionnaire de la langue française le Littré (consulté le ).
  42. a b c et d Entrée « tabac », dans Alain Rey (dir.), Marianne Tomi, Tristan Hordé et Chantal Tanet, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, (réimpr. janvier 2011), 4e éd. (1re éd. février 1993), 1 vol., XIX-2614 p., 29 cm (ISBN 978-2-84902-646-5 et 978-2-84902-997-8, OCLC 757427895, notice BnF no FRBNF42302246, SUDOC 147764122, lire en ligne) (consulté le ).
  43. (es) Entrée « tobaco » du Dictionnaire bilingue espagnol – français [en ligne], sur le site des éditions Larousse (consulté le ).
  44. Gardiens des trésors des Caraïbes, épisode 2 : Martinique, film documentaire réalisé par François Guillaume, avec Benoît Bérard, diffusé sur France Ô, Vendredi 6 février 2015, 12h50, 55 minutes.
  45. Les Indiens d'Amérique centrale utilisaient les feuilles de tabac pour se soigner, couper la faim et la fatigue et apaiser les douleurs
  46. Dans son journal de bord 1492-1493, Christophe Colomb observe « beaucoup de gens qui se rendaient à leur village, hommes et femmes, avec à la main un tison d'herbes pour prendre leurs fumigations ainsi qu'ils en ont coutume »
  47. "Even as early as 1775, physicians such as Sir Percival Pott were publishing medical reports linking tars and other smoking products to cancer", Bill Fawcett, You said what? - Lies and propaganda though history, Harper-Collins eBooks, 2007, (ISBN 978-0-06-155885-6), page 262.
  48. Gallica
  49. Jean-Marie Pelt, La cannelle et le panda. Les grands naturalistes explorateurs autour du monde, Fayard, .
  50. Marc Kirsch, « Génèse d’une épidémie », La lettre du Collège de France, (ISSN 1628-2329, DOI 10.4000/lettre-cdf.278, consulté le 23 septembre 2020), p. 5–14, note 8.
  51. a b c et d Tobacco in History: The Cultures of Dependence
  52. Correspondance « À propos du tabac désintoxiqué », Bulletin général de thérapeutique médicale, chirurgicale, obstétricale et pharmaceutique 1902, n° 143. - Paris : Doin, 1902.voir p 635
  53. Bulletin général de thérapeutique médicale, chirurgicale, obstétricale et pharmaceutique 1902, paru le 15 mars 1902. - Paris : Doin, 190
  54. a et b Journal des débats politiques et littéraires, 1910/08/04, N°214) (Numéro 214 avec Gallica
  55. Dr. Parant, Dénicotinisation et désintoxication scientifiques du tabac ; imprimerie E. Rubat Du Mérac & cie, 1904 - 84 pages
  56. Laurent, Le Nicolinisme, 1893
  57. Mohio, Article : Tabac in Nouv. Dict. de Méd. et Chir. pratiques
  58. Kohos, thèse de médecine ; De la dyspepsie tabagique. Th. Paris, 1894;
  59. Chéreau, Sur quelques cas d'aphasie transitoire chez les fumeurs. Th. Paris, 1894
  60. Pellet, thèse de médecine, Les effets du tabac sur l'organisme. Th. Montpellier,(1897)
  61. Jaucent, thèse de médecine ; Le tabac, étude historique et pathologique. Th. Paris, 1900
  62. Office du travail, Ministère du commerce, de l'industrie, des postes et télégraphes, Poisons industriels Ed:Office du travail, Ministère du commerce, de l'industrie, des postes et télégraphes, Impr. Nation., 1901, 449 pages
  63. Amouroux, Étude expérimentale, sur l'athérome tabagique. Th. Toulouse, 1906
  64. Prieur, Thèse de Médecine Le tabac et l'appareil vasculaire. Th. Paris, 1906
  65. Abel Gy (né le 20 sept 1877), thèse de médecine : Le tabagisme, étude expérimentale et clinique, , faculté de médecine de Paris.
  66. Abel Gy, ancien interne des hôpitaux et chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, L'Intoxication par le tabac, Paris, Masson et Cie, (lire en ligne).
  67. Vilmorin, Le tabac devant la Régie, Bulletin de la Société nationale d'agriculture de France, janvier 1907.
  68. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République française, p. 28.
  69. The making of New World slavery: from the Baroque to the modern, 1492-1800
  70. (de) Truc Vu Minh, « Tagungsbericht: Mehr als nur “Soldatenkönig”. Neue Schlaglichter auf Lebenswelt und Regierungswerk Friedrich Wilhelms I. vom 30. März bis 1. April 2017 », sur Research Center Sanssouci (consulté le 19 septembre 2019).
  71. (de) Kurt Zeissler, Die "Langen Kerls" : Geschichte des Leib- und Garderegiments Friedrich Wilhelms I, Ullstein, (ISBN 3-548-34968-4 et 9783548349688, OCLC 611606247, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Discours du tabac, où il est traité particulièrement du tabac en poudre. Avec des raisonnements physiques sur les vertus & sur les effets de cette plante, et de ses divers usages dans la médecine. 1re édition : 1668, 2e édition, 1677, 3e édition, Jean Jombert, 1693. Edme Baillard, pseudonyme de Jean Royer de Prade
  • Monographie du tabac comprenant l'historique, les propriétés thérapeutiques, physiologiques et toxicologiques du tabac, par Charles Fermond, Paris : Imprimerie de Napoléon Chaix, 1857 [1]
  • (es) Enrique Margery Peña, Estudios de mitología comparada indoamericana, San José, Editorial Universidad de Costa Rica, , 1re éd., 405 p., poche (ISBN 978-9977-67-739-2 et 9977677395, lire en ligne), « Usos y formas de consumo del tabaco en Indoamérica », p. 3-96
    Histoire : utilisation et mythologie du tabac dans l'Amérique précolombienne
  • Frédéric Bère, ingénieur des manufactures de l'État, conseiller général du Nord, professeur à l'Institut industriel de Lille, Les Tabacs, Paris, Librairies imprimeries réunies, , 275 p. (notice BnF no FRBNF30086699, lire en ligne)
  • « L'affaire Ramsès II », Sciences et Avenir, no 441,‎
  • Éric Godeau, Le tabac en France de 1940 à nos jours, Paris, PUPS, 2008
  • Cigarettes : le dossier sans filtre, bande dessinée de Pierre Boisserie et Stéphane Brangier, Dargaud, 2019 (ISBN 9782205079333)
  • (en) Tobacco in History, de Jordan Goodman
  • (en) The Making of New World Slavery, de Robin Blackburn
  • Pour ou contre le tabac ? (Éditions du Sonneur, 2010), recueil d'opinions sur le tabac d'écrivains français de la fin du XIXe siècle (Joris-Karl Huysmans, Pierre Loti, Stéphane Mallarmé, Jules Verne, Hector Malot…)
  • (en) Robert N. Proctor, Golden Holocaust: Origins of the Cigarette Catastrophe and the Case for Abolition, 2012
  • Stéphane Foucart, « Les conspirateurs du tabac », Le Monde, (à l'occasion de la publication du livre de Robert N. Proctor)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :