Flavie Flament

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flament.
Flavie Flament
Image illustrative de l'article Flavie Flament
Flavie Flament à la route du Rhum 2014.

Nom de naissance Flavie Lecanu
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Valognes (Manche), France
Nationalité Drapeau : France Française
Émissions Exclusif
Stars à domicile
Domino Day
Sagas
Vis ma Vie
Love and Bluff : Qui de nous 3 ?
Radio RTL
Chaîne Canal+
M6
TF1
Jimmy

Flavie Flament, née Flavie Émilie Marie Lecanu[1] le à Valognes dans la Manche, est depuis le début du XXIe siècle une personnalité du paysage audiovisuel français. Animatrice de télévision puis de radio, et autrice de deux romans autobiographiques, elle milite depuis 2016 pour l'allongement de délai de prescription des crimes sexuels commis sur des mineurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, adolescence et formation[modifier | modifier le code]

Flavie Lecanu est l'aînée des trois enfants[2] de Jean-Paul Lecanu, footballeur professionnel du Stade Malherbe de Caen entre 1970 et 1974, puis agent de la SNCF, et de Catherine Luce, qui sera plus tard employée à l'Aide sociale à l'enfance (ASE). Son grand-père maternel, Roger Luce (1909-2009), qui élève des trotteurs, jouera un rôle important dans sa vie affective[3].

Son parcours scolaire la conduit de l'école publique à l'institut catholique Saint-Lô à Agneaux, et au lycée Henri Cornat à Valognes, où un professeur de lettres, Mme Bouteiller, « lui fait découvrir la littérature, les poètes et la poésie ». Elle souhaite alors devenir écrivain[4]. Ayant été reçue au baccalauréat en 1991, elle poursuit des études lettres à l'université de Caen Normandie, et obtient, en 1994, un DEUG de langues étrangères appliquées[5].

À l'été 1987, alors qu'elle vient d'avoir 13 ans et séjourne en famille dans le village naturiste du Cap d'Agde, elle est amenée à poser de façon régulière pour le photographe David Hamilton. C'est au cours de ces séances, selon ce qu'elle écrira en 2016 dans son roman autobiographique La Consolation, que le photographe l'aurait violée (voir ci-dessous).

Quelques mois plus tard, elle est l'une des 18 candidates de la région Normandie pour le concours de beauté annuel organisé par le magazine OK ![6]. Le 19 juin 1988, elle est élue "Miss OK", dans le cadre de l'émission L'Élection de Miss OK! 88, animée par Jean-Luc Delarue sur M6.

Carrière à la télévision (1993-2009)[modifier | modifier le code]

Flavie Flament commence sa carrière en 1993 comme assistante de production pour l’émission télévisée Frou-Frou de Christine Bravo sur la chaîne Antenne 2. Elle devient ensuite chargée de production pour Philippe Alfonsi pour l’émission Ça déméninge ! sur la Cinquième.

Dès 1996, elle fait des apparitions dans Cyber Flash[7]. En 1998, elle présente la météo sur Canal+, puis collabore à l'émission Un autre journal avec Philippe Gildas. En octobre 1999, elle rejoint M6 où elle anime Unisexe et Toutes les télés.

C'est en août 2000 qu'elle se fait connaître d'un plus large public, en présentant le magazine people quotidien Exclusif sur TF1, aux côtés de Frédéric Joly, puis Stars à domicile en prime-time, de février 2001 jusqu'au . Elle officie ensuite sur TF1 lors de soirées événementielles, en présentant des émissions spéciales comme Domino Day (avec Denis Brogniart et Dave), L'Homme le plus drôle de l'année, Les 500 Choristes ensemble, Tube d'un jour, Sagas ou Vis ma Vie. Le , elle coprésente le Rendez-vous des Stars au parc Walt Disney Studios avec Nikos Aliagas, à l'occasion de l'inauguration du parc.

Début 2008, elle présente chaque jour Leçon de style, un programme court diffusé sur TF1 à 12 h 50 qui parle des tendances modes du moment. Ces programmes sont sponsorisés par C&A, dont Flavie Flament est l'ambassadrice. À partir du , elle anime sur TF1 une nouvelle émission de télé réalité estivale en remplacement de L'Île de la tentation : Love and Bluff : Qui de nous 3 ?, diffusée juste après Secret Story, les vendredis soirs.

Le , après avoir présenté 24 formats différents de programmes sur TF1, elle annonce dans Le Parisien son départ de la chaine, ayant refusé de présenter l'émission Le Sexe dans tous ses états. Elle arrive ensuite sur Jimmy[8]. Depuis son départ de TF1, elle n'apparaît plus sur aucune chaîne de télévision généraliste, sauf quand elle est l'invitée.

Carrière à la radio (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

De fin août 2010 à fin août 2011, elle anime pour la première fois une émission de radio sur RTL de 15 h à 16 h : Tout le plaisir est pour nous, un magazine culturel de divertissement.

Depuis fin août 2011 elle anime, toujours sur RTL, de 15 h à 16 h, On est fait pour s'entendre, une émission interactive sur des sujets variés.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1994, Flavie Lecanu épouse Bernard Flament, réalisateur d'émission de variétés[9]. Ils auront un fils, Antoine, né en décembre 1995[10], et divorceront quelques années plus tard. En septembre 2002, la jeune femme, qui a conservé le nom de son premier mari, épouse Benjamin Castaldi, animateur de télévision, qu'elle a rencontré en décembre 2000 sur le plateau de l'émission Les P'tits Princes, diffusée en direct sur TF1. « Le jour de notre rencontre, déclare-t-elle alors, je suis venue à la vie une deuxième fois. Avant, c'était 27 années d'errance. » Le couple aura un fils, Enzo, né en 2004, et se séparera en décembre 2006, avant de divorcer officiellement le 4 juillet 2008[11]. Entre janvier 2007 et janvier 2013, elle partage la vie du réalisateur Pierre Quatrefages[réf. nécessaire].

En 2006, suite à une plainte déposée contre eux par l'animatrice pour des atteintes à sa vie privée, plusieurs titres de la presse people sont condamnés à lui verser des dédommagements dont le montant total s'élève à 78 500 euros[12].[réf. insuffisante]

Le 22 janvier 2009, un internaute publie sur sa page personnelle du site contributif Le Post.fr, qui appartient au journal Le Monde, un billet faisant état d'une rumeur selon laquelle Flavie Flament serait morte, rumeur démentie quelques heures plus tard. Ayant attaqué le site en justice, l'animatrice sera déboutée en première instance par le tribunal de Naterre, mais se verra donner raison le 6 janvier 2011 par la cour d'appel de Versailles, qui condamnera le site à lui verser un dédommagement de 12.000 euros[13],[14],[15].

Affaire David Hamilton[modifier | modifier le code]

Dans La Consolation, « roman » publié en octobre 2016[16], Flavie Flament écrit qu'elle aurait été violée au Cap-d'Agde alors qu'elle venait d'avoir 13 ans, par un photographe mondialement connu dont elle ne cite pas le nom[17]. Le 9 novembre suivant, dans l'émission AcTualiTy sur la chaîne France 2, elle affirme qu'elle ne serait désormais plus « la seule à avoir vécu ces abus, ce viol, de ce photographe ». Selon elle, elles sont « plusieurs femmes » à s'exprimer, « à se retrouver dans la même histoire » et à monter un collectif afin d'étudier les recours. Pour certaines d'entre elles, « il est possible que les faits ne soient pas prescrits »[18].

Dans un entretien accordé à Gala en octobre 2016, l'un des frères de Flavie Flament, Olivier Lecanu, remet en cause les propos de sa sœur quant à son enfance abusée : « Elle entremêle des faits réels et des passages complètement romancés. Cette façon de réécrire l'histoire, c'est la pure folie[19]. »

En réponse au journaliste qui lui demande si les souvenirs de sa sœur auraient pu être manipulés, il affirme : « Flavie est certainement une bonne cliente pour les psys […] Je l’ai revue avec ce type des années plus tard. Pourquoi traînait-elle à nouveau avec lui, si elle en avait été dégoûtée ? » Sa mère Catherine ajoute : « J'espère que ma fille trouvera le bon médecin qui lui donnera le bon traitement. Ma famille, mes amis pensent tous la même chose[20]. »

Au cours du même mois de novembre, elle affirme que son violeur est bien David Hamilton[21]. Ce dernier meurt quelques jours plus tard (le suicide étant l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs) sans qu'un lien puisse être établi[22].

Le , Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, présente sur RTL son nouveau plan d'action contre la violence faite aux femmes. Elle indique confier à Flavie Flament, en tant que « victime et experte », une mission de consensus et de réflexion sur le viol et le délai de prescription. L'animatrice travaillera en relation avec un juriste pénaliste afin de « mettre en présence les différentes positions, comprendre, et faire avancer la question de l’allongement, ou pas, de la durée de prescription[23]. »

Sans se prononcer sur la réalité du viol qu'aurait subi Flavie Flament, Brigitte Axelrad, connue pour ses études sur les « faux souvenirs », argue dans la revue Science et pseudo-sciences de janvier 2017, que la théorie mise en avant par l'animatrice dans son roman, selon laquelle le souvenir d'un tel événement peut disparaître du fait de la violence de celui-ci pour remonter par introspection ou cure thérapeutique, n'est pas pas fondée scientifiquement[20]. De multiples études par neuro-imagerie font toutefois apparaître une localisation convergente des zones cérébrales affectées par cette amnésie post-traumatique dite amnésie dissociative[réf. à confirmer][24].

Émissions[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • 2010-2011 : Tout le plaisir est pour nous (RTL)
  • Depuis 2011 : On est fait pour s'entendre (RTL)

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Geneanet »
  2. Elle a deux frères : Olivier et Maxime.
  3. Il sera l'un des dédicataires de son premier roman, Les Chardons (2011), et de longues pages lui seront consacrées dans le second, La Consolation.
  4. Flavie Flament, La Consolation, 2016, p. 205.
  5. Sur le parcours scolaire de Flavie Lecanu, voir Paul Burel, Trop forts les Nornands !, éd. Ouest-France, 2010, cité par l'auteur anonyme de la biographie de Flavie Flament sur le site Wikimanche.
  6. Dans le numéro du magazine où sont présentées les 252 candidates présélectionnées, la photo de Flavie Lecanu est l'une de celles que David Hamilton a prises l'été précédent. Elle figurera en 2016 en couverture de La Consolation.
  7. GregTV, « Canal+ 12 décembre 1996 Cyber flash complet - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 21 janvier 2016).
  8. « Flavie Flament : « Je quitte TF1 pour Jimmy » », sur tvmag.com.
  9. Voir le détail de ses réalisations sur le site de la BNF.
  10. « Flavie Flament : Violences conjugales, anorexie... Elle livre ses blessures », sur Pure People.com, (consulté le 17 juillet 2016).
  11. Benjamin Castaldi, Pour l'instant tout va bien, 2015.
  12. Mensuel Challenges[réf. insuffisante].
  13. « Le Post condamné après avoir vérifié (et démenti) une rumeur », Vincent Truffy, Mediapart.fr, 7 janvier 2011.
  14. « Flavie Flament fait condamner Le Post : il n’aurait pas dû démentir sa mort », Guillaume Champeau, Numerama.com, 7 janvier 2011.
  15. Benoît Raphaël, «Rumeurs sur Flavie Flament : pourquoi Le Post a été exemplaire », Le Post archives, 29 janvier 2009.
  16. La Consolation.
  17. « Flavie Flament confie d'avoir été voilée à 13 ans au Cap-d'Adge », sur Le Midi libre.fr, .
  18. « Flavie Flament brise le silence - #AcTualiTy », France 2.fr, 9 novembre 2016.
  19. « Le frère de Flavie Flament remet en cause ses souvenirs d'enfance maltraitée », Judith Korber, LCI.fr, 26 octobre 2016.
  20. a et b Brigitte Axelrad, « L'exploitation d'une affaire de mémoire "récupérée" », Science et pseudo-sciences, no 319,‎ , p. 29 (lire en ligne).
  21. « Flavie Flament : "L’homme qui m’a violée quand j’avais 13 ans est bien David Hamilton" », Rime El Himani, Gala.fr, 18 novembre 2016.
  22. Suicide de David Hamilton : le rapport d’autopsie a parlé, Gala, 28 novembre 2016.
  23. « Flavie Flament va conduire une mission sur le viol pour le gouvernement », Anthony Berthelier, Le Huffington Post.fr, 22 novembre 2016.
  24. Gérard Lopez, Marianne Kedia, Johan Vanderlinden et Isabelle Saillot, Dissociation et mémoire traumatique, Dunod, coll. « Psychothérapies », , 256 p. (ISBN 9782100547807, lire en ligne)