Rick Hunter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hunter.
Rick Hunter
Titre original Hunter
Autres titres
francophones
Rick Hunter,
inspecteur choc
Genre Série policière
Création Frank Lupo
Production Stephen J. Cannell
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Nb. de saisons 7
Nb. d'épisodes 151
Durée 4 × 90 minutes
156 × 42 minutes
Diff. originale

Rick Hunter ou Rick Hunter, inspecteur choc (Hunter) est une série télévisée américaine en un pilote de 90 minutes et 153 épisodes de 42 minutes, plus trois téléfilms et la version 2003 (cinq épisodes), créée par Frank Lupo et diffusée entre le et le sur le réseau NBC.

En France, la série a été diffusée à partir du sur TF1 puis Sur TMC et RTL9.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Inspecteur à la Criminelle de Los Angeles, Rick Hunter est de ceux qui sortent leur flingue avant de poser des questions et ne s’en laissent pas conter par les malfrats… ni par leurs supérieurs. Secondé par Dee Dee McCall qui partage son goût du franc-parler, il usera plusieurs chefs avant de trouver en Charlie Devane un soutien et un ami. Entre-temps, il aura appris à mettre de l’eau dans son vin, tout en restant un dur à cuire. Après six années de présence dans la série, McCall quitte la police. Elle est remplacée par Joanne Molenski, puis par Chris Novak.

Distribution[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Rick Hunter.

Autour de la série[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Début difficile (Saison 1)[modifier | modifier le code]

Placé originellement dans une case horaire le vendredi soir en concurrence avec Dallas, la série eut des difficultés pour trouver son public et subit des critiques pour sa représentation de la violence qui était bien visible.[réf. nécessaire] Dans la première saison, les producteurs ont voulu créer une accroche en donnant au personnage principal une phrase fétiche qui était : « ça marche pour moi ». Cette réplique était utilisée deux ou trois fois par épisode et était même placée après le générique de début d'épisode. La musique de ce générique de début d'épisode était écrite par Mike Post et Pete Carpenter. Plusieurs épisodes du début de cette saison 1 commençaient par des chansons bien connues des 1960, 1970 et 1980 dans un style qui rappelle la série Deux flics à Miami.

Au milieu de la première saison, avec des audiences ne montrant aucun signe d'amélioration[réf. nécessaire], Stephen J. Cannell donna au chef de la chaîne Brandon Tartikoff une projection privée d'un épisode en deux parties (La Reine des neiges) qui n'avait pas encore été diffusé et lui demanda de donner à la série une chance de trouver ses marques. Brandon Tartikoff aima l'épisode et mis la série en pause, le temps qu'une meilleure case horaire puisse être trouvée. Deux mois plus tard, Rick Hunter était de retour sur les écrans le samedi soir et l'audience commença doucement à augmenter. La première saison se termina avec une 79e place à l'Échelle de Nielsen.[réf. nécessaire]

Succés croissant et pilier du samedi soir (Saison 2 à 6)[modifier | modifier le code]

Pour la seconde saison de Rick Hunter, Stephen J. Cannell amena son mentor, Roy Huggins, pour peaufiner la série. En tant que nouveau producteur exécutif, Roy Huggins baissa d'un cran la violence, rendit le personnage principal plus souple dans ses relations tendues avec ses supérieurs,[réf. nécessaire] lâcha une histoire secondaire[Quoi ?] concernant la famille de Rick Hunter reliée à la mafia, et joua sur la dynamique entre Rick Hunter et Dee Dee McCall. Alors que dans la saison 1, Hunter et McCall allaient résoudre le plus souvent les enquêtes dans des bas-quartiers, Roy Huggins fit que les épisodes se déroulèrent dans des quartiers plus accueillants de Los Angeles.[réf. nécessaire] Encouragé, Fred Dryer et Stepfanie Kramer ont fréquemment improvisé au cours de cette seconde saison,[réf. nécessaire] et Hunter brisa le quatrième mur pour la première fois avec un commentaire adressé directement au téléspectateur à la fin de l'épisode en deux parties La Belle et le Mort. Les téléspectateurs prirent en compte tous les changements apportés à la série, et la seconde saison termina à la 38e place de l'Échelle de Nielsen.[réf. nécessaire] La série continua sur sa lancée pour devenir un pilier de la soirée du samedi soir de NBC.[réf. nécessaire]

La série continue sur sa lancée et va connaître un succès constant durant quatre saisons[réf. nécessaire]. La nouveauté durant ces saisons est l'adaptation de romans policiers ou de faits divers réels par les scénaristes[réf. nécessaire]. Alors que rien ne le prévoyait, l'actrice principale Stepfanie Kramer annonce son départ. Lassée[réf. nécessaire] du rôle et voulant fonder une famille, elle change de vie en s'éloignant des studios et de la vie hollywoodienne.

Changement et fin de la série (Saison 7)[modifier | modifier le code]

Des changements au niveau de la production comme des scénaristes se font au cours de cette saison. Un nouveau personnage et partenaire est choisi pour seconder Rick Hunter : l'officier Joanne Molenski. Son interprète Darlanne Fluegel remplace donc Stepfanie Kramer mais l'accueil public est désastreux[réf. nécessaire] d'autant que les rapports entre les deux comédiens ne sont pas des plus cordiaux sur le plateau. Fred Dryer, qui est aussi producteur exécutif, va prendre une décision radicale et remplace l'actrice par une autre comédienne : Lauren Lane. Cette dernière incarne l'inspecteur Chris Novak, maman d'une petite fille. Hunter tire sa révérence[style à revoir] le 26 avril 1991 après plus de 150 épisodes.

Téléfilm réunion (1995)[modifier | modifier le code]

Après un hiatus de quatre ans, les producteurs Stu Segall, Frank Lupo et Stephen J. Cannell décident de produire un téléfilm réunion avec les acteurs principaux de la série, Fred Dryer et Charles Hallahan. Le succès d'audience est au rendez-vous[réf. nécessaire]. Les deux comédiens, qui ont aussi des projets de leurs côtés respectifs, vont laisser en suspens un éventuel projet de série dérivée. Seule absente de ce retour, Stepfanie Kramer pour cause de maternité.

Pause et retour de la série (2002 - 2003)[modifier | modifier le code]

Malgré tout, sept ans passent et un nouveau téléfilm est annoncé et diffusé en novembre 2002 sur NBC à grands renforts publicitaires : Kramer reprend son rôle de policière avec son ami Dryer. Les indices d'écoute sont probants[réf. nécessaire]. Dorénavant, la porte est ouverte[style à revoir] pour un éventuel come-back. Un téléfilm pilote est mis à l'antenne en avril 2003. Les audiences sont correctes, cinq épisodes sont produits pour cette première saison mais seulement trois sont diffusés. La chaîne décide d'annuler ce revival de Hunter sans raisons apparentes.[réf. nécessaire] Selon les propos officiels de Fred Dryer, des problèmes de budgets étaient à l'origine de l'annulation.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Stuntman Award 1986 : Meilleures cascades automobiles pour Terry Jackson et Russell Solberg [1].
  • BMI TV Music Award 1989 pour Mike Post et Peter Carpenter [1].

DVD[modifier | modifier le code]

  • L'intégralité des épisodes est disponible en coffret 28 DVD en Zone 1 chez Mill Creek Entertainment depuis le 27 juillet 2010 uniquement en version originale sans sous-titres et sans suppléments [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1]
  2. [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]