Emmanuel Chain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emmanuel Chain
Image illustrative de l'article Emmanuel Chain
Emmanuel Chain en 2015.

Naissance (55 ans)
Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), France
Nationalité Française
Profession Journaliste
Spécialité Économie
Autres activités Présentateur de télévision
Producteur de télévision
Récompenses 7 d'or du meilleur animateur de magazine de société (1997)[1]
7 d'or de la meilleure réalisation (1998)[1]
7 d'or de la meilleure émission d’information de débat et de société (1999 et 2001)[1]
Médias
Média principal Télévision
Pays France
Télévision M6, TF1, Canal+, Canal J, France 2
Fonction Journaliste
Présentateur de télévision
Producteur de télévision

Emmanuel Chain, né le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est un producteur, journaliste et ancien animateur de télévision français.

Il est notamment connu pour avoir animé sur la chaine M6, de 1988 à 2003, l'émission économique Capital, pour laquelle il remporte personnellement trois 7 d'or[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Né en 1962 à Neuilly-sur-Seine, Emmanuel Chain est le fils de François Chain, neurologue et de Marie-Claire Cornély, psychothérapeute[1]. Lors d'un entretien, il évoque le sort de ses grands-parents maternels, juifs d’Europe Centrale, qui ont été déportés durant la Seconde Guerre mondiale[1].

Études et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Emmanuel Chain suit des études secondaires au collège Stanislas de Paris et au lycée Henri IV[1] et sort diplômé d'HEC, dans la promotion 1985, où il est le condisciple de François-Henri Pinault[1]. Il est d'ailleurs depuis 2015 le président de l'association des anciens élèves, HEC Alumni.

En 1985, il commence son parcours professionnel à la division marketing de BSN avant de devenir chef de groupe du même département, à Turin, pour le groupe Danone[1].

En juillet 1987, il entre comme stagiaire à France Inter, grâce au soutien de l’un de ses anciens professeurs, le journaliste Guillaume Durand[1].

Carrière d’animateur et de dirigeant[modifier | modifier le code]

En 1987, Emmanuel Chain devient animateur de télévision sur M6, où il présente l'émission M6 Finances, un clip financier quotidien sponsorisé par le Crédit Lyonnais[1]. En novembre 1988, il créé le magazine économique Capital, qu'il présentera jusqu'en 2003. Le magazine, diffusé régulièrement le dimanche soir en première partie de soirée, dans une case horaire jusque là peu propice pour M6, contribue notamment au succès de la chaîne. L’émission reçoit en 1996 le 7 d'or du meilleur magazine télévisuel (catégorie débats)[1]. Emmanuel Chain, quant à lui, reçoit en 1997 le 7 d'or du meilleur animateur de magazine de société[1], en 1998 celui de la meilleure réalisation[1], en 1999 et 2001, celui de la meilleure émission d’information de débat et de société[1]. Du fait du succès d’audience de l'émission, il est, de 1997 à septembre 1999, directeur de l’information et des magazines d’information de M6[1].

Parallèlement, il anime sur Canal J l'émission Regarde le monde de 1993 à 1995 et, de juin 1996 à septembre 1999, il préside Capital Productions S.A., une filiale de M6[1].

Le , il est l’un des trois journalistes (avec Michel Field et Alexandre Adler), choisis pour interroger sur TF1, lors de l'émission spéciale « Les Français s'intéressent, le président répond » présentée par Guillaume Durand, le président de la République Jacques Chirac[1]. Il se fait remarquer — et quelque peu décrier — par son côté « fonceur », n'hésitant pas à « bousculer » le président par ses questions incisives[2], ne supportant plus « la langue de bois qu'il entendait depuis une heure »[3]. Il reconnaîtra cependant plus tard avoir été « trop abrupt, trop impatient »[4] ;

De 2003 à 2004, il présente sur Canal+, pendant une saison, l'émission d'actualité Merci pour l'info, sur la case horaire 19-20 heures de Nulle part ailleurs, qu'il remplace. L'émission ne convainc pas et est remplacée l’année d’après par Le Grand journal avec Michel Denisot[1]. En 2004, il anime le vendredi soir sur M6 le magazine Soyons directs qui sera arrêté au bout de deux mois[1], avant de produire des magazines comme Sept à huit sur TF1.

Avant la tenue du référendum sur le projet de constitution européenne du 29 mai 2005, il est l'un des trois intervenants pour M6, avec Jean-Luc Delarue pour France 2 et Marc-Olivier Fogiel pour France 3, dans l'émission Référendum : en direct avec le président présentée par Patrick Poivre d'Arvor[1], puis il anime l'émission L'Europe : stop ou encore.

Le , il fait son retour sur TF1 avec l'émission d'actualités Haute Définition diffusée en première partie de soirée[5],[1].

En 2012, à l'invitation de Catherine Nayl, alors directrice de l’information de TF1, il participe à la réflexion sur l’évolution du journal télévisé de 20 heures de la chaîne[1].

Producteur de télévision[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éléphant et Cie.

En 1999, Emmanuel Chain crée avec Thierry Bizot la société de production télévisuelle Éléphant et Cie[1],[a], avec laquelle il produit des émissions pour Téva et France 2[1]. La société produira entre autres, les émissions musicales Plus vite que la musique, Produits Stars et Mister Biz pour M6, les magazines d'informations Sept à huit pour TF1 (lancé en 2000, avec tout d'abord Thomas Hughes et Laurence Ferrari), À notre santé pour France 3, etc. La société compte comme animateurs de ses émissions plusieurs vedettes : Peggy Olmi, Patrick Bruel, Harry Roselmack (notamment présentateur de Sept à huit), et Béatrice Schönberg[1].

La société produit également World Poker Tour pour Canal+, Droit d'inventaire pour France 3, Cactus pour Paris Première, ainsi que Les 100 Français qui font bouger la France ou plus récemment la série Fais pas ci, fais pas ça pour France 2.

En décembre 2004, il intègre sa société au sein de Sparks, un réseau international de sociétés de productions indépendantes, qui mettent en commun leurs concepts et leurs réalisations[1].

De 2005 à 2010, il se consacre exclusivement à son métier de producteur au sein du Groupe Éléphant[1].

En juillet 2012, la société produit en exclusivité mondiale un documentaire sur l’athlète jamaïcain Usain Bolt, diffusé vingt-quatre heures avant l’ouverture des Jeux olympiques de 2012 sur France 2 et, en même temps, sur la BBC, la NHK et en Chine[1].

En 2016-2017, il produit le magazine télévisé AcTualiTy, présenté quotidiennement par Thomas Thouroude sur France 2 à 17 h 50. L'émission est arrêtée avant la fin de la saison en raison de faibles audiences.

Conflit d'intérêt présumé[modifier | modifier le code]

Alors que sa société, Elephant At Work, « a été choisie pour filmer tous les débats et déplacements organisés par la ministre » du logement Christine Boutin[6], Emmanuel Chain est aussi le producteur de l'émission Ils font bouger la France sur France 2 qui reçoit cette même ministre le 14 octobre 2008.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Emmanuel Chain est membre du club Le Siècle[1] et du club Galilée (« think tank » professionnel)[1], du programme Young Leader de la French-American Foundation[7],[1] (1999).

Il est membre du conseil d'administration du Forum d'Avignon - Culture, économie, média et administrateur indépendant de la société Soft Computing[8] avec François-Henri Pinault (fils de François Pinault)[1].

Il est également à l'origine du premier Salon de la Télé[réf. nécessaire].

Collaborations[modifier | modifier le code]

En 2006, Emmanuel Chain participe au séminaire organisé par le think tank « En Temps réel », dont le thème est : « presse d’aujourd’hui, presse de demain : l’information et ses modèles économiques »[1],[b].

En décembre 2011, il participe à la table ronde « Les expertes existent-elles ? » durant le colloque « L’image des femmes dans les médias » organisé à l’Assemblée nationale[1]. À la même date, il participe à un débat organisé par le MEDEF Paris, sur le thème « Entreprendre dans l’Audiovisuel »[1].

En janvier 2017, il est présent à une conférence d'Emmanuel Macron au Liban, mais dément le soutenir pour l'élection présidentielle de 2017[9],[10].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Emmanuel Chain a été marié avec Catherine Joubert[1], une psychiatre, avant de se rapprocher pour un temps de Mazarine Pingeot[1], la fille naturelle de François Mitterrand. Il a aussi fréquenté l'animatrice de télévision Flavie Flament[1]. Après dix ans de vie commune, il épouse, en décembre 2013, la réalisatrice Valérie Guignabodet qui décédera en février 2016[11].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Allusion au film d’Yves Robert, Un éléphant ça trompe énormément ; Source : Article de l'Ojim (consulté le 20 août 2015).
  2. En partenariat avec « la République des Idées », et animé par Gilles de Margerie et Thierry Pech, autour de David Kessler, Pierre Bellanger, Jean-Louis Missika, Bruno Pattino, Antoine de Tarlé, Frédéric Filloux, Louis Dreyfus, Bernard Spitz et Philippe Villin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al et am Portrait d'Emmanuel Chain, sur le site de l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique, ojim.fr (consulté le 20 août 2015).
  2. « Intervention télévisée de M. Jacques Chirac, Président de la République accordée à TF1 le 12 décembre 1996, sur la violence en Corse et le terrorisme, l'indépendance de la justice, les acquis sociaux, le chômage, l'illettrisme, le blocage de la société et le conservatisme des Français. », sur le site Discours.vie-publique.fr (consulté le 20 août 2015).
  3. [vidéo] « Emmanuel Chain nous raconte une anecdote avec Jacques Chirac - Le 6/9 NRJ », sur la chaine YouTube de la radio NRJ, 29 mars 2010 (consulté le 20 août 2015).
  4. « En vitrine: Emmanuel Chain, le dessein d'animer », Isabelle Roberts, Libération, 30 août 2003 (consulté le 20 août 2015).
  5. « Emmanuel Chain de retour sur TF1 », Le Figaro.fr, 9 mars 2010 (consulté le 20 août 2015).
  6. « Boutin bien logée sur France 2 », Le Canard enchaîné, no 4591, 22/10/2008, p. 4.
  7. « Annuaire des Young Leaders - French-American Foundation France » (consulté le 4 juin 2015)
  8. « Gouvernance », sur le site http://www.softcomputing.com (consulté le 20 août 2015).
  9. Thomas Blachière, « Le journaliste Emmanuel Chain affiche son soutien à Macron », Le Parisien.fr, 25 janvier 2017.
  10. « Le journaliste Emmanuel Chain dément soutenir Emmanuel Macron », 20 minutes.fr, 26 janvier 2017.
  11. « Valérie Guignabodet, la femme d'Emmanuel Chain, est morte », Louis Ritot, Closer.fr, 24 février 2016 (consulté le 26 avril 2016).

Articles connexes[modifier | modifier le code]