Forêt de la Londe-Rouvray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forêt de la
Londe-Rouvray Logo-Foret-d-exception medium.jpg
Image illustrative de l’article Forêt de la Londe-Rouvray
Localisation
Coordonnées 49° 20′ 20″ nord, 0° 58′ 52″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Géographie
Superficie 6 876,38 ha
Altitude
 · Maximale
 · Minimale

138 m
25 m
Compléments
Protection Forêt de protection
Statut Forêt domaniale
Administration Office national des forêts
Essences Charme, chênes, hêtre européen, pin sylvestre
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Forêt de la Londe-Rouvray
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Forêt de la Londe-Rouvray
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Forêt de la Londe-Rouvray

La forêt de la Londe-Rouvray est un massif forestier situé au sud de l'agglomération rouennaise. Cette forêt domaniale est composée de deux grands ensembles : la forêt de Rouvray pour sa partie est et la Londe pour sa partie ouest. Elle couvre une surface de 6 876,38 ha. Elle est bordée au nord-est des forêts départementales du bois des Pères et du Madrillet.

Elle est traversée par la route départementale 438.

Description[modifier | modifier le code]

Le nom Rouvray vient de Roboretum ou Rubridium Sylva, qui veut dire forêt de chênes (chenaie). Une forêt de Rouvray s'étendait au Moyen Âge à Paris de Saint-Cloud à Saint-Denis.

Par décret du , la forêt de Rouvray a été classée forêt de protection sur une superficie de 2 611,257 3 hectares, sur le territoire des communes de Moulineaux, Orival, Oissel, Petit-Couronne, Grand-Couronne et Saint-Étienne-du-Rouvray[2]. Un décret du a modifié le territoire protégé, en classant 282,012 6 hectares supplémentaires sur Grand-Couronne, Oissel, Orival, Petit-Couronne et Saint-Étienne-du-Rouvray, et en déclassant 0,2 hectare sur Petit-Couronne et 0,368 8 hectare sur Saint-Étienne-du-Rouvray[3].

Le 71e régiment du génie y était de 1973 à 1997.

Un réseau de Maisons des forêts est mis en place par la communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe sur les massifs forestiers de son territoire. Ce réseau de lieux d'éducation à la nature permet de faire découvrir les forêts périurbaines (faune, flore, sylviculture, filière bois, etc.). Deux de ces maisons sont présentes sur le territoire de la forêt de la Londe-Rouvray. La première, construite à Saint-Étienne-du-Rouvray avec la norme HQE, est ouverte au public depuis . La seconde est située sur le territoire d'Orival[4].

Durant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la forêt domaniale de La Londe-Rouvray a joué un rôle important et décisif qui marqua la fin de la bataille de Normandie engagée le .

Étant donné sa situation géographique, la forêt domaniale de la Londe-Rouvray vit de nombreux combats durant trois jours consécutif, les 26, 27 et . De nombreux soldats périrent pendant les affrontements. Ces affrontements sont décrits par certains vétérans comme l'enfer de flammes et d'acier.

L'armée canadienne, venue du Bosc-Roger-en-Roumois et de Saint-Ouen-du-Tilleul, arrive dans la commune de La Londe ainsi que dans la forêt le . Les troupes allemandes étant retranchées sur les hauteurs de la forêt, elles occupent alors une position extrêmement favorable. La forêt ne favorisant pas l'intervention de nombreux blindés à cause des routes minées et des nombreux tunnels étroits ni l'intervention de l'aviation à cause d'une végétation particulièrement dense, la bataille est vite devenue un duel entre les compagnies d'infanterie canadienne et allemande. Après trois jours d'affrontement et de nombreuses pertes (plus de 600 soldats canadiens périrent durant cette bataille[5]), les soldats canadiens repoussent enfin l'ennemi; la commune de La Londe ainsi que la forêt de la Londe-Rouvray sont libérées des Allemands. La forêt conserve encore de nombreuses traces des violents combats qui se sont déroulés (traces de chenilles de blindé sur les parois des tunnels, nombreux trous d'obus, viaduc des 17 piles sévèrement abîmé…).

En 1992, un monument en mémoire des Canadiens est inauguré en plein cœur de la forêt, situé sur le mont à la Chèvre, il est dédié aux soldats qui on péri pour pouvoir libérer la commune de La Londe ainsi que son agglomération. Il est inscrit sur la stèle :

« Qui que tu sois, passant devant cette pierre souviens-toi ici les 26, 27 et 28 août 1944 lors de durs combats de jeunes soldats canadiens ont fait le sacrifice de leur vie pour ta liberté »

Les habitats troglodytiques et château fort[modifier | modifier le code]

Emprise de la forêt sur La Londe - Communes limitrophes
  • Au sud-est de la forêt dans la commune d'Orival se situe le sentier des Troglodytes qui est un ancien complexe de maisons troglodytiques partiellement détruites. Les premiers habitants sont arrivés il y a environ 150 ans et le dernier habitant de ce complexe de petites maisons a quitté les lieux vers 1950. Une association locale tente tout de même de restaurer une maison troglodytique à l'identique. Le sentier de randonnée est praticable à pied en suivant une partie de la trace du GR 2.
  • Non loin des habitations troglodytiques, Richard Cœur de Lion fit bâtir au XIIIe siècle le château défensif de la Roche-Fouet. Il n'en reste désormais plus que quelques ruines[6].
  • Au nord-ouest de la forêt, près de Saint-Ouen-de-Thouberville, se trouve un sentier de randonnée avec plusieurs grottes ainsi qu'une ancienne maison troglodytique.

Installations ferroviaires[modifier | modifier le code]

La forêt domaniale de la Londe-Rouvray est parcourue par deux lignes de chemin de fer aménagées au XIXe siècle.

  • La première ligne, Tourville – Serquigny, ouverte en 1865, traverse le massif par La Londe, Orival et Saint-Aubin-lès-Elbeuf. De nombreux voyageurs et marchandises textiles transitaient par ce parcours. Sur cette ligne, une gare, dite Forêt-de-la-Londe, est ouverte ultérieurement.
  • Mise en travaux en 1877, la ligne de chemin de fer Rouen – Orléans est inaugurée en 1883. Desservant notamment les stations et les gares de Petit-Couronne et Grand-Couronne, La Londe, Orival, Elbeuf-Ville, Caudebec et Saint-Pierre, elle facilite l'acheminement des matières premières et de l'outillage, ainsi que l'expédition des produits textiles.
  • La réalisation de ces lignes et de leurs ouvrages d'art est spectaculaire. Traversant le massif forestier, elles ont nécessité l'édification de viaducs et le percement de tunnels, marquant profondément l'espace naturel. Les voies surplombent le fleuve et serpentent dans la forêt, découvrant de larges paysages. Les viaducs de Maredotte (7 piles) et des Longs-Vallons (17 piles) se composent de briques rouges d'Infreville. Ces deux ouvrages sont édifiés lors des travaux de la ligne Rouen – Orléans. D'une longueur de 249 m et haut de 25 m, le viaduc des Longs-Vallons sert de raccordement entre les lignes Rouen – Orléans et Tourville – Serquigny, tandis que le viaduc de la Maredotte permet le croisement de ces deux dernières. Une halte, dite du Hêtre-à-l'Image (du nom d'un arbre remarquable disparu depuis), sur la ligne Rouen – Orléans, est mise en service en 1899.

Au XXIe siècle, une partie de ces infrastructures ferroviaires est déclassée. Il subsiste, en exploitation, les lignes de Serquigny à Oissel et de Saint-Georges-Motel à Grand-Quevilly (entre Saint-Pierre-lès-Elbeuf et Grand-Quevilly), cette dernière étant une section de la ligne Rouen – Orléans.

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées relevées à l'aide de Google Maps au carrefour de l'Étoile
  2. Décret du 18 mars 1993 portant classement comme forêt de protection du massif forestier du Rouvray sur le territoire des communes de Moulineaux, Orival, Oissel, Petit-Couronne, Grand-Couronne et Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).
  3. Décret du 14 septembre 2006 portant classement complémentaire dans la forêt de protection du Rouvray de parcelles situées sur le territoire des communes de Grand-Couronne, Oissel, Orival, Petit-Couronne et Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) et portant déclassement de parcelles situées sur le territoire des communes de Petit-Couronne et Saint-Étienne-du-Rouvray.
  4. Maisons des forêts de la Métropole
  5. La Route de la Feuille d'Erable.
  6. Notice no IA00020799, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « La Pierre d'État, menhir situé dans la forêt domaniale de Rouvray », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le ).
  8. « Constructions gallo-romaines de la Mare-du-Puits », notice no PA00100781.
  9. « Temple gallo-romain de la Mare-aux-Anglais », notice no PA00100784.
  10. « Temple des Essarts (ruines gallo-romaines dans la forêt de Rouvray) », notice no PA00100681.
  11. Notice no IA76002721.
  12. « Villa du Grésil (ruines gallo-romaines dans la forêt de Rouvray) », notice no PA00100682.
  13. Jérôme Spiesser, « Orival – Le Grésil [notice archéologique] », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Constructions de Saint-Nicolas », notice no PA00100737.
  15. « Temple de Saint-Ouen-de-Thouberville », notice no PA00100739.
  16. « Temple du Vivier-Gamelin », notice no PA00100740.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :