Bourguignons (Aube)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bourguignons
Bourguignons (Aube)
L'église Saint-Vallier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais en Champagne
Maire
Mandat
Claude Berlot
2020-2026
Code postal 10110
Code commune 10055
Démographie
Gentilé Bergoignons
Population
municipale
266 hab. (2019 en diminution de 6,67 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 54″ nord, 4° 21′ 35″ est
Altitude Min. 142 m
Max. 240 m
Superficie 16,42 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bar-sur-Seine
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bar-sur-Seine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourguignons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourguignons
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Bourguignons
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bourguignons

Bourguignons est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

La commune qui comptait 544 habitants, appelés Berguignons, en 1851 a vu sa population progressivement diminuer pour se stabiliser aux environs de 270 au XXIe siècle.

L'église paroissiale Saint-Valier, datée du XVIe siècle, est inscrite à l'inventaire des monuments historiques, de même que plusieurs objets qu'elle renferme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bourguignons (Aube) est un village de la Côte des Bar limitrophe de la commune de Bar-sur-Seine. À vol d'oiseau, la commune est située à 14,2 km de Vendeuvre-sur-Barse, à 28,1 km au sud-est de Troyes et à environ 7 km de l'aérodrome de Bar-sur-Seine[1].

En 1837, à l'angle que forme la route principale avec celle menant au hameau de Foolz, se trouvait une ancienne borne qui rappelait la division de la France en provinces : on y lisait d'un côté « Champagne » et de l'autre « Bourgogne »[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

À vol d'oiseau, les cinq communes les plus proches du territoire sont Bar-sur-Seine, Fralignes, Virey-sous-Bar, Merrey-sur-Arce et Courtenot[1].

La grande ville la plus proche de Bourguignons hors Paris est Dijon (103,2 km)[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 642 hectares ; son altitude varie entre 142 et 240 mètres[3]. Située à basse altitude, la commune est installée au fond de la vallée alluviale de la Seine et est encadrée par les plateaux calcaires du Tithonien[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le canal de la Haute-Seine est construit sur le territoire entre 1878 et 1882. Ces travaux ont permis la découverte d'une meule et d'un couteau à douille en fer gallo-romains[4]. Selon les données hydrologiques de synthèse de la commune voisine de Bar-sur-Seine, le débit moyen annuel sur le territoire est de 24,20 m3/s avec une médiane de 24 m3/s, et une échelle moyenne comprise entre 21 m3/s et 29 m3/s. Lors de la récente crue de mai 2013, le débit instantané maximal a atteint, le 6 mai 2013 à 13 h 23, les 248,0 m3/s. Néanmoins, le débit journalier maximal de 315,0 m3/s atteint lors de la crue en janvier 1955 n'a pas été battu[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Tout comme le reste de la région Champagne-Ardenne, le village se situe dans un climat « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. Les vents sont généralement issus de l’ouest et du sud-ouest.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Située au sud de l'autoroute française A5, la commune est traversée par la route départementale 671, qui suit la vallée de la Seine jusqu'à la ville de Dijon. En 2012, une succession d'accidents amène le quotidien L'Est-Éclair à poser la question de la dangerosité de cette portion de route, et au mécontentement de plusieurs maires ainsi que des riverains de l'ex-nationale 71[6]. Deux ans plus tard, les riverains assistent malheureusement à un nouvel accident impliquant la mort d'une jeune femme de 18 ans à Bourguignons[7].

La commune est desservie par la voie ferrée Troyes - Châtillon-sur-Seine, le sentier de grande randonnée 2[8] et par la ligne de bus no 04 « Troyes -- Châtillon-sur-Seine » du réseau de bus Les Courriers de l'Aube[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bourguignons est une commune rurale[Note 1],[10]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bar-sur-Seine, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (63,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,8 %), forêts (35,2 %), zones urbanisées (2,4 %), zones agricoles hétérogènes (1,3 %), prairies (0,2 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 134, alors qu'il était de 126 en 1999[I 1]. Parmi ces logements, 82,8 % étaient des résidences principales, 6,7 % des résidences secondaires et 10,4 % des logements vacants. Ces logements étaient en totalité des maisons individuelles[I 2]. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 85,6 %, en légère baisse par rapport à 1999 (88,0 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 1,8 % contre 2,0 % en 1999[I 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Durant les années 2011-2013, les principaux aménagements ont été relatifs à la réhabilitation de la mairie. La municipalité envisage ensuite « la réfection de la voirie et voir où et comment, on peut trouver des terrains à bâtir. »[17] ainsi qu'un « projet éolien »[18]. Ce dernier projet est toutefois refusé par le préfet de l'Aube le [19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les linguistes Albert Dauzat et Gérard Taverdet citent le nom Bulgundio avant 854 et Burgungnuns en 1175[4]. Le toponymiste Ernest Nègre cite Bulgundio en 871, Burgungnuns en 1175, nom qui viendrait du germanique Burgundio « le Burgonde » modernisé avant le XIIe siècle en Bourguignons, c'est-à-dire « Habitants du duché de Bourgogne »[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La présence d'habitants à l'époque gallo-romaine est attestée depuis la découverte d'une meule et d'un couteau en fer durant les travaux entre 1878 et 1882 de construction du canal de la Haute-Seine[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sous les Carolingiens Bourguignons dépend de Lasticum et marque la limite nord de l'important archidiaconé du Lassois. En 1180 Hélie de Bourguignons fait donation du château de Jully construit en 987 par son aïeul Milon comte de Tonnerre à l'abbaye de Jully-les-Nonnains, prieuré féminin de l'abbaye de Molesmes[21] fondé en 1145.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Durant la Renaissance, les seigneurs de Bourguignons appartenaient à la famille de Dinteville[8]. En 1596, Marguerite de Dinteville, dame de Polisy fonde l’hôpital du Saint-Esprit. Elle et son époux Joachim de Dinteville dotèrent l'hôpital de toutes leurs terres en Bourguignons et de la vicomté de Foolz, l'établissement doit soigner en priorité les habitants du village et en cas de possibilité ceux d'Auxon, Dinteville, Laubressel, Thennelières, la Vacherie, Spoy et Meurville. L'hôpital recevait des donations de l'Hôpital général de Paris et celui de Bourguignons vendit en 1718 les terres qui lui procuraient des revenus. Il existait des moulins banaux[22] et un qui servait à un papetier attesté de 1544 à 1608[23]. Il est attesté une tour détruite en 1591 pendant les guerres de Religion. Elle se situait sur la falaise dite du Calvaire[8].

En 1789, le village dépendait de l'intendance de Dijon, de la recette et de l'élection de Bar-sur-Seine et du bailliage de Bar-sur-Seine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, 65,55 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 34,45 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 89,58 %[24].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 61,42 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 38,58 % pour François Hollande (PS), avec un taux de participation de 89,74 %[25].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 100 et 500, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[26].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[27]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  avant 1857 Clement-Laurey    
mars 2001 mars 2008 Daniel Franzino    
mars 2008 En cours Claude Berlot[28]
Réélu pour le mandat 2020-2026[29]
DVD Retraité

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Bourguignons relève du tribunal d'instance de Troyes, du tribunal de grande instance de Troyes, de la cour d'appel de Reims, du tribunal pour enfants de Troyes, du conseil de prud'hommes de Troyes, du tribunal de commerce de Troyes, du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne et de la cour administrative d'appel de Nancy[30].

Finances locales[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2013, la gestion municipale a permis de diminuer l'annuité de la dette de maintenir mais la capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital des emprunts est restée un taux par habitant inférieur à celui des communes de même type[31] :

Capacité d'autofinancement nette
par habitant et par an.
Année Dans la commune Moyenne de la strate[Note 3]
2008 196 € 157 €
2009 - 135 € 161 €
2010 - 87 € 112 €
2011 99 € 139 €
2012 121 € 150 €

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 4 mars 2014, Bourguignons n'est jumelée avec aucune commune[32].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Berguignons[1].

Évolution démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[34].

En 2019, la commune comptait 266 habitants[Note 4], en diminution de 6,67 % par rapport à 2013 (Aube : +1,19 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
524544544466470518522525544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
525513482466440409390380345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
312326286275275267256275248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
233256219220261280282282277
2014 2019 - - - - - - -
291266-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (35,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,6 % la même année, alors qu'il est de 27,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 128 hommes pour 146 femmes, soit un taux de 53,28 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
4,8 
75-89 ans
0,0 
25,8 
60-74 ans
25,4 
26,6 
45-59 ans
19,7 
13,7 
30-44 ans
16,2 
14,5 
15-29 ans
13,4 
14,5 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département de l'Aube en 2018 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
7,1 
75-89 ans
10,2 
17,2 
60-74 ans
18 
19,8 
45-59 ans
19,3 
17,9 
30-44 ans
17,3 
18 
15-29 ans
16 
19,2 
0-14 ans
17,2 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bourguignons est située dans l'académie de Reims.

La commune n'administre ni école maternelle ni école élémentaire[39].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un centre de loisirs pour quads et 4×4[8].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional L'Est-Éclair assure la publication des informations locales à la commune[40]. Il existe aussi La Revue agricole de l'Aube, hebdomadaire d'informations agricoles, viticoles et rurales.

La commune ne dispose pas de nœud de raccordement ADSL installé dans cette commune, ni de connexion à un réseau de fibre optique. Les lignes téléphoniques sont raccordées à des équipements situés à Bar-sur-Seine[41].

Cultes[modifier | modifier le code]

Seul le culte catholique est célébré à Bourguignons. La commune est l'une des douze communes regroupées dans la paroisse « de Bar-sur-Seine », l'une des neuf paroisses de l'espace pastoral « Côtes des Bar » au sein du diocèse de Troyes, le lieu de culte est l'église paroissiale Saint-Vallier[42].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 34 189 , ce qui plaçait Bourguignons au 8 366e rang parmi les 34 579 communes de plus de 49 ménages en métropole[43].

En 2009, 41,4 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 181 personnes, parmi lesquelles on comptait 70,7 % d'actifs dont 66,9 % ayant un emploi et 3,9 % de chômeurs[I 5].

On comptait 41 emplois dans la zone d'emploi, contre 29 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 121, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 5] est de 33,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi n'offre qu'un emploi pour trois habitants actifs[I 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Bourguignons comptait 26 établissements : 14 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 4 dans l'industrie, 1 dans la construction, 5 dans le commerce-transports-services divers et 2 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, une entreprise a été créée à Bourguignons[I 8].

Bourguignons est l'une des communes où peut être produit le chaource qui bénéficie d'une appellation d'origine contrôlée (AOC) depuis 1970 et d'une appellation d'origine protégée (AOP) (équivalent européen) depuis 1996[44].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale.

La commune compte un monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[45] et un monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[46]. Par ailleurs, elle compte 8 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[47] et 18 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[48].

L'église paroissiale Saint-Valier, datée du XVIe siècle, est inscrite depuis le [49]. L'église renferme deux objets « classés » et cinq objets « inscrits » à l'inventaire des monuments historiques[47].

La minoterie Laurey-Poichet construite durant la première moitié du XIXe siècle, puis Boccard-Laurey, puis Boccard, a été transformée en centrale hydroélectrique. Ce bâtiment est répertorié au patrimoine industriel de la France[50].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut également citer le lavoir[51] et le château de Foolz construit au XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bourguignons

Les armes de Bourguignons se blasonnent ainsi :

d’azur au pont de trois arches d’argent maçonné de sable posé sur une jumelle du même, surmonté de trois épis de blé tigés et feuillés d’or rangés en fasce, celui de dextre posé en bande, celui du milieu en pal et celui de senestre en barre, au chef du même chargé dune aigle bicéphale de sable.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A.-F. Arnaud, Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube et dans l'ancien diocèse de Troyes, Cardon, 1837, p. 95-96, [lire en ligne]
  • Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1)
    Ce livre consacre un chapitre à chaque commune du département de l'Aube.
  • Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), chapitre consacré à Bourguignons, [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Pour cette commune, la strate représente l'ensemble des communes de 250 à 500 habitants n'appartenant à aucun groupement fiscalisé.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  5. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Bourguignons », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. A.-F. Arnaud, Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube et dans l'ancien diocèse de Troyes, Cardon, 1837, p. 95-96, [lire en ligne]
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. a b c et d Laurent Denajar, L'Aube, volume 10 de Carte archéologique de la Gaule, Les Éditions de la MSH, 2005, (ISBN 978-2-87754-093-3), chapitre consacré à Bourguignons, [lire en ligne]
  5. « LA SEINE à BAR-SUR-SEINE - Code station : H0400010 », sur le site de la Banque Hydro, Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, (consulté le ).
  6. « La départementale 671 est-elle dangereuse ? », sur L'Est-Éclair, (consulté le ).
  7. « Bourguignons / Une jeune femme décède sur la D671 », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le ).
  8. a b c d e et f Daniel Delattre, Emmanuel Delattre, Nathalie Delattre-Arnould, Odette Delattre et Laëtitia Delattre-Rigaux, L'Aube, les 433 communes, Éditions Delattre, (réimpr. 2013), 240 p. (ISBN 978-2-36464-035-1).
  9. Réseau de bus Les Courriers de l'Aube, ligne de bus no 04, [lire en ligne].
  10. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. Sylvie Virey, « Nouvelle jeunesse pour la Maison commune », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le ).
  18. Sylvie Virey, « Des vœux bienvenus dans un contexte difficile », sur le site du quotidien L'Est-Éclair, (consulté le ).
  19. Arrêté préfectoral refusant l'exploitation d'installations terrestres de production d'électricité à partir de l'énergie mécanique du vent, , [lire en ligne].
  20. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Tome 2, Formations non-romanes, dialectales, Volume 2, Librairie Droz, 1996, [lire en ligne].
  21. Arch. dép. Côte-d'Or, H 253 provis..
  22. Archives départementales de l'Aube, 2 B 43, f°121.
  23. Arch. dép. Côte-d'Or, B11524 ter, f°147.
  24. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le )
  25. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  26. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  27. « Les maires de BOurguignons », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le ).
  28. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  29. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21598906
  30. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le ).
  31. « Les Comptes des Communes », sur le site du ministère de l’Économie et des Finances (consulté le ).
  32. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bourguignons (10055) », (consulté le ).
  38. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Aube (10) », (consulté le ).
  39. « Annuaire de l'Éducation nationale », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  40. « Résultats de recherche », sur le site du quotidien L'Est-Éclair (consulté le ).
  41. « L'ADSL à Bourguignons », sur le portail web de référence dédié aux fournisseurs d'accès à Internet et aux offres haut-débit (consulté le ).
  42. « Accueil du site > Vie du diocèse > Annuaire > Contenu > Côtes des Bar : contacts », sur le site du diocèse de Troyes (consulté le ).
  43. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  44. « Chaource », sur le site de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), (consulté le ).
  45. « Liste des monuments historiques de la commune de Bourguignons », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Liste des lieux et monuments de la commune de Bourguignons à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. a et b « Liste des objets historiques de la commune de Bourguignons », base Palissy, ministère français de la Culture.
  48. « Liste des objets de la commune de Bourguignons à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  49. « Église », notice no PA00078055, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Minoterie Laurey-Poichet, puis Boccard-Laurey, puis Boccard ; actuellement centrale hydroélectrique », notice no IA10000065, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Bourguignons - Lavoir », sur le site Aube terre d'histoire de Georges Grand (consulté le ).