Doctor Who

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Doctor Who

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du 50e anniversaire (2013)

Titre original Doctor Who
Autres titres
francophones
Docteur Who (TF1)
Genre Série de science-fiction
Série fantastique
Création Première série :
Sydney Newman
Donald Wilson
Seconde série :
Russell T Davies
Steven Moffat
Production Première série :
Verity Lambert
John Nathan-Turner
John Wiles
Barry Letts
Seconde série :
Russell T Davies
Phil Collinson
Susie Liggat
Steven Moffat
Acteurs principaux Plusieurs interprètes du Docteur
(actuellement Peter Capaldi)
Plusieurs compagnons
(actuellement Jenna Coleman)
Musique Première série :
Ron Grainer et Delia Derbyshire (générique), Norman Kay
Seconde série :
Murray Gold
Nb. de saisons Première série :
26
Seconde série :
8
Nb. d'épisodes Première série :
695
Téléfilm :
1
Seconde série :
91 + 13 épisodes spéciaux
Total des épisodes :
800
Durée Première série :
679 × 26 minutes
15 × 45 minutes
1 × 90 minutes
Téléfilm :
85 (UK/FR) ou 89 minutes (USA)
Seconde série :
91 × 45 minutes (épisodes standards)
13 × 60 minutes (épisodes spéciaux)
Diff. originale Première série :
23 novembre 19636 décembre 1989
Téléfilm :
14 mai 1996 (USA)
27 mai 1996 (UK)
Seconde série :
26 mars 2005 – en production (2014) –
Site web http://www.bbc.co.uk/doctorwho/ http://www.doctorwhotv.co.uk/

Doctor Who est une série télévisée britannique de science-fiction créée par Sydney Newman et Donald Wilson et diffusée depuis le 23 novembre 1963 sur BBC One. Elle raconte les aventures d'un extra-terrestre d'apparence humaine, le Docteur, qui voyage dans l'espace et dans le temps à bord d'un vaisseau spatial, le TARDIS. Lorsque le Docteur est mortellement blessé, il peut survivre en se régénérant ; il change alors d'apparence et, dans une certaine mesure, de personnalité, tout en conservant ses souvenirs.

Après 26 saisons, la BBC décide d'annuler la série à cause d'une baisse d'audience et d'intérêt du public. Dans l'espoir de pouvoir la redémarrer, la chaîne produisit avec la FOX un téléfilm diffusé en 1996 mais qui eut peu de succès, condamnant le projet. En 2003, la BBC annonce qu'une seconde série serait produite par Russell T Davies et Julie Gardner, avec Davies comme scénariste principal. Christopher Eccleston est annoncé comme le nouvel interprète du personnage principal. La seconde série, diffusée depuis 2005, correspond à la suite de la première série et compte huit saisons, avec une diffusion dans de nombreux pays dont la France et le Canada.

Doctor Who est la plus longue série de science-fiction du monde[1], la série originale comptant 679 épisodes de 26 minutes (dont 255 en noir et blanc), 15 épisodes de 45 minutes et un épisode de 90 minutes. Considérées comme un tout, les deux séries comptent 800 épisodes.

En France, la série est diffusée sous le titre Docteur Who[2],[3] à partir du 12 mars 1989 sur TF1. Cette dernière a commencé la diffusion de la série avec les aventures du quatrième Docteur (Tom Baker). La seconde série est diffusée sur France 4 et au Canada, on peut la voir sur Z Télé.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre de la race des Seigneurs du Temps (Time Lords) originaire de la planète Gallifrey et qui voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension In Space, ou Temps À Relativité Dimensionnelle Inter Spatiale[4] en français), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Particulièrement attaché à la Terre, il est régulièrement accompagné dans ses voyages par des compagnons, pour la plupart humains et féminins.

Le TARDIS du Docteur a généralement l'apparence d'une cabine téléphonique de police britannique des années 1950, le système de camouflage (permettant de fondre le vaisseau dans un élément commun au lieu et à l'époque où il se pose) étant resté bloqué lors du tout premier épisode de la série.

Dans la première série (1963-1989) le Docteur est un Seigneur du Temps parmi d'autres, alors que dans la seconde série (depuis 2005), il se présente comme le dernier survivant de sa race. Il aurait mis fin à la Guerre du Temps entre les Daleks et les Seigneurs du Temps, anéantissant ces derniers.

Comme tous les Seigneurs du Temps, le Docteur a le pouvoir de se régénérer lorsqu'il est mortellement blessé, mais cette régénération s'accompagne alors d'un changement d'apparence et de caractère : il s'agit toujours de la même personne, possédant les mêmes souvenirs, mais avec un corps et un caractère transformés. Traditionnellement, les différentes incarnations du Docteur sont désignées par leur place dans l'ordre chronologique. Par exemple, le « sixième Docteur » fait référence à la sixième incarnation du personnage.

Histoire[modifier | modifier le code]

Doctor Who est apparu pour la première fois à la télévision à 17h15 (GMT), le 23 novembre 1963[5], soit le lendemain de l'assassinat du président Kennedy, ce qui fit que la nouvelle série passa quelque peu inaperçue.

Les principaux créateurs de la série furent Sydney Newman (Directeur de la Fiction à la BBC) et les scénaristes Anthony Coburn et David Whitaker ainsi que la première productrice du programme, Verity Lambert (dans un épisode de 2007, le Docteur se fait passer pour un humain dont les parents se nomment Sydney et Verity).

La musique du générique, composée par Ron Grainer, fut réalisée par Delia Derbyshire, du BBC Radiophonic Workshop[6]. Le programme devait, à l'origine, plaire aux adultes et aux enfants[7]. Au début, elle alternait des histoires prenant place dans le passé, qui devaient apprendre aux jeunes téléspectateurs l’Histoire, et des histoires prenant place dans le futur ou l’espace, afin de leur apprendre la science. Cette visée éducative est d’ailleurs marquée par les premiers compagnons du Docteur, puisque l’un d’entre eux était un professeur d’Histoire et un autre un professeur de science.

Cependant, la science-fiction finit par devenir de plus en plus fréquente, et les épisodes historiques furent arrêtés après The Highlanders (1967). La série continua à utiliser des éléments historiques, mais ils étaient généralement utilisés comme toile de fond pour une histoire de science-fiction. Il n’y eut qu’une exception : Black Orchid, qui se passe entièrement dans les années 1920, en Grande-Bretagne.

Le département des séries de la BBC a produit 26 saisons, diffusées sur BBC One. Une baisse d'audience et d'intérêt chez les téléspectateurs, ainsi qu'un créneau de diffusion moins important furent responsables de la suspension de la série en 1989, par Jonathan Powell, directeur de BBC One. Cependant, la BBC affirma que la série reviendrait.

Durant les années qui suivirent l'arrêt de la série, la BBC espérait trouver une autre société de production afin de relancer Doctor Who. Philip Segal, un Anglais expatrié qui travaillait pour la branche américaine de Columbia Pictures, fit plusieurs propositions à la BBC. Ces négociations aboutirent, finalement, à un téléfilm. Ce téléfilm, qui ne porte pas de réel nom en anglais mais qui, en France, est nommé Le Seigneur du Temps, a été diffusé sur la Fox en 1996, en tant que coproduction entre Fox, Universal Pictures, la BBC, et la BBC Worldwide. Bien que le film fut un succès au Royaume-Uni (avec 9,1 millions de téléspectateurs), il n'en eut pas autant aux États-Unis et n'aboutit pas à une nouvelle série.

De nombreux produits dérivés continuèrent à être produits, tels des livres où l'on peut continuer à découvrir de nouvelles aventures du Docteur, mais le projet d'un retour à la télévision ne se concrétisa qu'en 2003.

En effet, en septembre 2003, après plusieurs années de recherches infructueuses de la BBC Worldwide pour trouver un producteur pour un film, la BBC annonça le retour de la série à la télévision. La nouvelle série est produite par le scénariste Russell T Davies et Julie Gardner de la BBC Wales, et constitue la suite directe de la série de 1963-1989 et du téléfilm de 1996, plutôt qu'une nouvelle version du concept.

Les droits de diffusion ont été vendus à de nombreux autres pays, dont la France.

Quatre saisons de 13 épisodes chacune sont produites entre 2005 et 2008, ainsi que des épisodes spéciaux diffusés à Noël ces mêmes années.

En 2009, le programme marque une pause avec seulement quatre épisodes spéciaux (dont un double) qui concluent la saga du 10e Docteur. Celui-ci se régénère dans un cinquième épisode spécial, diffusé le jour de l'an 2010.

Doctor Who revient pour une 5e saison en mai-juillet 2010[8]. À cette occasion, Russell T Davies a passé la main comme producteur à Steven Moffat, et David Tennant à Matt Smith[9].

La 6e saison, toujours dirigée par Moffat, est divisée en deux parties : les sept premiers épisodes sont diffusés dès avril 2011 et les six suivants à l'automne[10].

Suivant le rythme de la saison précédente, la 7e saison de la série se divise en deux parties avec une première diffusion de 5 épisodes en septembre 2012, puis l'épisode de Noël en décembre et enfin la seconde partie de saison débute le 30 mars 2013, toujours sur BBC One.

En 2013, la série fête ses 50 ans et un épisode spécial a été diffusé le 23 novembre 2013 sur plus de 80 chaines de télévision à travers le monde ainsi que dans quelques salles de cinéma. Matt Smith tire sa révérence lors de l'épisode de Noël 2013. Après quoi une huitième saison est en préparation, dans laquelle Peter Capaldi jouera le Docteur.

Réception par le public[modifier | modifier le code]

image du TARDIS, véhicule du Docteur qui a la forme d'une cabine anglaise de police, de couleur bleue
Le TARDIS, symbole de Doctor Who

La série est très rapidement devenue une institution au Royaume-Uni, alors qu'en France elle a connu une diffusion chaotique, et un succès plus mitigé compte tenu de la différence culturelle.

Mary Whitehouse, une militante pour la morale et la décence, se plaignit plusieurs fois auprès de la BBC, dans les années 1970 en raison des éléments effrayants et violents. Cependant le programme continua à devenir de plus en plus populaire, surtout auprès des enfants. Durant la deuxième saison de Jon Pertwee (troisième Docteur), dans l'épisode Terror of the Autons (1971), les images de poupées meurtrières tuant des innocents marquèrent la capacité de Doctor Who à effrayer les plus jeunes.

L'image d'enfants terrifiés s'abritant derrière un canapé pendant les moments les plus effrayants de Doctor Who a fait passer l'expression behind the sofa (« derrière le canapé ») dans le langage courant.

En 1972, une enquête de la BBC montra que Doctor Who était la série la plus violente alors produite par la BBC. Cependant, cette même enquête trouva que seulement 3% des téléspectateurs interrogés trouvaient le programme inapproprié à être regardé en famille.

L'image du TARDIS, le vaisseau du Docteur, est rapidement devenue très attachée à la série. En 1996, la BBC fit du TARDIS une marque déposée, pour toute utilisation commerciale. En 1998, la police s'opposa à cette marque déposée. Finalement, la BBC la garda, puisqu'il fut décidé que l'image de la cabine de police était plus attachée à Doctor Who qu'à la police.

La nouvelle série est désormais devenue une pièce centrale de la grille de la chaîne BBC One et BBC HD. En 2007, le journaliste du Times Caitlin Moran décrivit Doctor Who comme « la quintessence de l'être britannique ».

En 2000, la série fut classée troisième du classement de Les 100 meilleurs programmes de la télévision britannique à la suite d'un sondage organisé par le British Film Institute auprès d'un panel de professionnels afin de déterminer les meilleurs programmes de la télévision britannique.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Doctor Who.

La première série eut 26 saisons, diffusées sur BBC One du 23 novembre 1963 au 6 décembre 1989. Durant l’ancienne série, chaque épisode hebdomadaire formait une partie d’une histoire (feuilleton ou arc, le terme utilisé en anglais étant serial).

Ces histoires étaient donc composées de 4 à 7 épisodes dans les premières années, avant de se stabiliser à 4 épisodes. Il y eut cependant des exceptions, dont The Daleks' Master Plan, qui était composé de 12 épisodes, plus un épisode qui posait l’intrigue, et dans lequel ni le Docteur ni ses compagnons n'apparaissaient. Dans les autres grands feuilletons de la série, on trouve The War Games qui fut composé de 10 épisodes, et The Trial of a Time Lord qui a occupé à lui seul les 14 épisodes de la saison 23.

Les épisodes passèrent temporairement à 45 minutes pendant toute la 22e saison (2 épisodes par histoire), avant de revenir au format habituel (4x25) jusqu'à la fin de la série originale.

Durant l'ère des 2 premiers Docteurs, la série comptait une quarantaine d'épisodes par saison, avec un nombre d'épisodes par histoire extrêmement variable. Les deux acteurs plutôt âgés citèrent même l'épuisement dû aux très nombreux tournages dans la cause de leur départ. Puis, à partir de l'arrivée du troisième Docteur, les saisons passèrent à 26 épisodes et le nombre d'épisodes par histoire se stabilisa à 4 ou 6, puis 4.

Les épisodes de la première série Doctor Who ont été écrits par un grand nombre de scénaristes différents parmi lesquels : Terry Nation (le créateur des Daleks), Henry Lincoln, Douglas Adams, Robert Holmes, Terrance Dicks, Dennis Spooner, Eric Saward, Malcolm Hulke, Christopher H. Bidmead, Stephen Gallagher, Brian Hayles, Chris Boucher, Marc Platt et Ben Aaronovitch.

De façon générale, et contrairement à la nouvelle série, les histoires de la série originale étaient totalement indépendantes les unes des autres, et les saisons n'étaient pas construites autour d'un arc narratif. Les seules exceptions furent la saison 8, qui introduit le personnage du Maître qui est impliqué dans tous les épisodes, la saison 12 qui se déroule autour d'une station spatiale en orbite autour de la Terre, la quête de la Key to Time qui occupa la saison 16, et The Trial Of A Time Lord, qui occupa toute la saison 23, ainsi que le Gardien Blanc/Gardien Noir, qui lie quelques histoires des quatrième et cinquième Docteurs.

Si chaque saison ne compte pas d'arc narratif propre, cela n'empêche pas la série d'avoir recours à des éléments récurrents ou des situations particulières. Par exemple, le propre du troisième Docteur est d'être resté coincé sur Terre sans TARDIS pendant 3 saisons. On peut également citer le Cartmel Masterplan, nom donné par les fans à un ensemble d'allusions et de tendances dans les histoires du septième Docteur, et qui concerne à chaque fois la véritable identité de celui-ci. Il s'agissait d'un moyen trouvé par Andrew Cartmel, alors scénariste en chef de la série, pour attirer de nouveau l'attention du public. Cependant, la série était déjà condamnée et le Cartmel Masterplan ne fut jamais achevé, interrompu par l'arrêt de la série originale.

Le format des épisodes a changé pour la nouvelle série. Chaque saison comporte désormais 13 épisodes de 45 minutes. Certains épisodes ont leur propre histoire, tandis que d’autres sont liés à plusieurs autres épisodes. Tous les épisodes sont liés par une même histoire, un arc narratif, en arrière-plan durant la plupart des épisodes et qui n’est résolue qu'à la fin de la saison, lors du final.

752 épisodes ont été diffusés depuis 1963, allant des épisodes de 25 minutes (le format le plus répandu) à ceux de 45 minutes, ainsi que les deux longs-métrages (The Five Doctors de 1983 et le téléfilm Le Seigneur du Temps de 1996). La durée des épisodes spéciaux de Noël, innovation de la nouvelle série, se situe entre 60 et 72 minutes.

Au départ, la nouvelle série était filmée en 576i25 en Betacam numérique en format grand-écran. On donnait alors un aspect cinéma (25p) à l'image en utilisant un convertisseur Snell & Wilcox Alchemist Platinum en post-production. Depuis l'épisode spécial de 2009 "Planet of the Dead", la série est filmée au format HDTV 1080i et diffusée simultanément sur BBC One et BBC HD.

Épisodes perdus[modifier | modifier le code]

Entre 1967 et 1978, une grande partie des enregistrements sur différents formats possédés par la BBC furent détruits ou tout simplement effacés. En effet, la bande magnétique était très chère à cette époque et effacer les anciennes bandes pour les réutiliser était une pratique courante.

Parmi ces enregistrements détruits, on trouvait beaucoup de vieux épisodes de Doctor Who, notamment ceux avec les trois premiers Docteurs (incarnés respectivement par William Hartnell, Patrick Troughton et Jon Pertwee). En tout, 97 des 253 épisodes réalisés durant les six premières années de la série ne sont pas dans les archives de la BBC. Cependant, la chaîne cessa d’effacer ses cassettes en 1978, et la perte des épisodes prit fin.

De nombreux épisodes ont été renvoyés à la BBC, provenant des archives d’autres pays qui avaient diffusé la série. Des enregistrements faits par des fans, des extraits diffusés dans d’autres émissions ainsi que des captures d'images ont également été récupérés. De plus, des versions audios de tous les épisodes perdus existent, faits par des téléspectateurs qui ont fait un enregistrement du programme.

Un des moments perdus les plus importants concerne l'épisode mettant en scène la régénération du premier Docteur, dans la quatrième partie de l’épisode The Tenth Planet (1966). Le seul enregistrement que l’on possède de cet épisode est un film 8 mm silencieux, de très mauvaise qualité, et qui ne montre que quelques secondes de la régénération.

Tous les épisodes mettant en scène le troisième Docteur ont été récupérés, parfois en noir et blanc (la série était alors passée à la couleur), mais il demeure à ce jour un grand nombre d'épisodes perdus parmi les périodes du premier Docteur, et surtout celle du deuxième qui compte le plus d'épisodes manquants.

Désormais, avec l’approbation de la BBC, des efforts sont faits pour restaurer autant que possible les épisodes perdus, à partir de ce qu’il en reste. Dès le début des années 1990, la BBC a commencé à sortir des enregistrements audios de ces épisodes en cassettes et CD. Des reconstructions « officielles » ont également été commercialisées par la BBC en MP3 et sur VHS et CD-ROM, ainsi qu’en tant que bonus sur certains DVD. La BBC, en coopération avec les studios d’animation Cosgrove Hall, a reconstruit plusieurs épisodes sous forme de dessins animés ; à ce jour les épisodes reconstitués de cette façon sont: The Reign of Terror parties 4 et 5, The Tenth Planet partie 4, The Moonbase parties 1 et 3, The Ice Warriors parties 2 et 3 et The invasion parties 1 et 4.

En avril 2006, l’émission pour enfants Blue Peter a lancé le défi de retrouver ces épisodes perdus, avec la promesse d’un Dalek grandeur nature pour les personnes y contribuant.

À la mi-décembre 2011, 2 épisodes furent retrouvés : il s'agit de l'épisode 3 de Galaxy 4 (1965) et l'épisode 2 de The Underwater Menace (1967). Un collectionneur les aurait retrouvés dans sa collection personnelle.

Le 11 octobre 2013, la BBC rend disponibles sur iTunes les six parties de l'épisode The Enemy of the World (1967) et les parties 1, 2, 4, 5 et 6 de l'épisode The Web of Fear (1968), à la suite de la découverte de copies dans une station relais de télévision à Jos, au Nigéria[11].

Les épisodes inhabituels ou spéciaux[modifier | modifier le code]

Plusieurs épisodes ont été diffusés hors de la diffusion saisonnière, pour marquer des anniversaires dans l'histoire de la série ou même en-dehors du programme à l'occasion de Téléthons. Certains d'entre eux ont fait se rencontrer plusieurs incarnations différentes du Docteur.

  • The Three Doctors, pour les dix ans de la série, avec comme son nom l'indique les trois premiers Docteurs. William Hartnell, âgé et souffrant, n'apparaît que sur un écran de communication.
  • The Five Doctors, un téléfilm de 90 minutes, pour les 20 ans de la série, qui réunit les 5 premiers Docteurs ainsi que de divers compagnons. William Hartnell, l'acteur jouant le premier Docteur étant décédé, est remplacé par Richard Hurndall. Tom Baker, ayant quant à lui refusé de participer, n’apparaît que dans de courts clips issus d'un épisode non diffusé.
  • Dimensions in Time, un épisode de 13 minutes pour les 30 ans (donc entre l'arrêt de la première série et le commencement de la nouvelle), qui réunit tous les acteurs encore en vie (du 3e inclus au 7e) ainsi que de nombreux compagnons. On y trouve également un cross-over avec une autre série britannique, EastEnders. Cet épisode fait partie des programmes en 3D diffusés alors par la BBC, et le procédé utilisé afin de rendre l'image en 3D étant obtenu grâce à des lunettes qui possédaient un verre plus foncé, les téléspectateurs ne possédant pas ces lunettes n'étaient pas pénalisés, puisque l'image restait excellente.
  • Le Jour du Docteur, un épisode spécial pour le 50e anniversaire de la série. Il fut diffusé en simultané dans de nombreux pays le même jour, le 23 novembre 2013, et dans certaines salles en 3D. Cet épisode réunit principalement trois incarnations du Docteur : David Tennant, Matt Smith et John Hurt. Les précédentes incarnations du Docteur apparaissent également dans des clips d'anciens épisodes.

En 1999, un autre épisode spécial, Doctor Who and the Curse of The Fatal Death (Doctor Who et la malédiction de la mort fatale), fut diffusé à l'occasion du Red Nose Day, le Téléthon britannique. Cet épisode parodique de 29 minutes fut écrit par Steven Moffat, son premier scénario pour la série - Moffat écrivit ensuite pour la nouvelle série, à plusieurs reprises, avant d'en devenir le showrunner à partir de la saison 5. Le Docteur y est d'abord joué par Rowan Atkinson, puis l'épisode montre tout une suite de régénérations, interprétées par Richard E. Grant, Jim Broadbent, Hugh Grant, et enfin Joanna Lumley (la seule femme à avoir joué ce rôle).

Juste après le dernier épisode de la saison 1 (À la croisée des chemins), le 18 novembre 2005, un mini-épisode de 7 minutes (Born Again) fut diffusé, à l'occasion du Children in Need. Cet épisode permit, entre autres, de faire la liaison entre la saison 1 et l'épisode spécial de Noël et de faire découvrir un peu plus le dixième Docteur, David Tennant. Le 16 novembre 2007, un épisode semblable, nommé Time Crash et écrit par Steven Moffat, montra la rencontre entre le cinquième Docteur (Peter Davison) et le dixième Docteur (David Tennant). Pour la première fois dans une de ces rencontres, l'incarnation la plus récente garde le souvenir de l'incident. Le 27 juillet 2008, l'expérience est renouvelée avec un nouveau mini-épisode de 7'30, nommé Music of the Spheres.

Depuis son retour en 2005, Doctor Who propose chaque année un épisode spécial pour Noël un peu plus long qu'un épisode normal : L'Invasion de Noël (2005) ; Le Mariage de Noël (2006) ; Une croisière autour de la Terre (2007) ; Cyber Noël (2008) ; Le Fantôme des Noëls passés (2010) ; Le Docteur, la Veuve et la Forêt de Noël (2011) ; La Dame de glace (2012) et L'Heure du Docteur (2013). Tous durent entre 60 et 72 minutes. Par ailleurs en 2009, quatre épisodes spéciaux furent diffusés au lieu d'un seul : Planète morte, La Conquête de Mars, et La Prophétie de Noël (1/2), puis La Prophétie de Noël (2/2) le jour de l'an 2010, marquant la fin de l'ère Davies/Tennant.

Hormis tous ces épisodes spéciaux joués avec de vrais acteurs, d'autres ont été créés en animation, tels que Scream of the Shalka en 2003, d'une durée de 60 minutes (ou 6 fois 10 min) ; The Infinite Quest en 2007, d'une durée de 45 minutes (ou 13 fois 3'30) et Dreamland en 2008, d'une durée de 42 minutes (ou 7 fois 6 minutes).

Personnages[modifier | modifier le code]

Le Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Docteur (Doctor Who).

Le personnage du Docteur était au départ enveloppé de mystères. Son histoire s'est construite et a évolué au cours de la série. Dans les premiers épisodes, tout ce que l’on savait sur lui était que c'était un savant excentrique d'une grande intelligence, qui combattait les injustices lors de ses voyages à travers le temps et l'espace, dans sa machine à voyager dans le temps nommée TARDIS, ce qui signifie Time And Relative Dimension In Space (Temps À Relativité Dimensionnelle Inter Spatiale dans la version française). Ce dernier est plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur, et, à la suite d'une défaillance de son système de camouflage, est bloqué dans l'apparence d'une cabine de police anglaise des années 1950.

Le Docteur est un Seigneur du Temps, originaire de la planète Gallifrey. Sa nature extraterrestre a été progressivement révélée, au fur et à mesure que l'univers de la série était étoffé par les scénaristes. On apprend par exemple dans la première saison de la seconde série que le Docteur a 2 cœurs. Autre particularité, en tant que Seigneur du Temps, le Docteur possède la faculté de se régénérer quand il meurt, et de ressusciter sous une autre apparence. Cette faculté a été introduite par les scénaristes lors du départ de William Hartnell en 1966, afin de pouvoir perpétuer la série ; par la suite, la régénération est devenue un élément majeur de la série, permettant de changer d’acteur principal. Dans l’épisode The Deadly Assassin, il est dit qu’un Seigneur du Temps peut se régénérer 12 fois, et peut donc avoir 13 corps différents. Plus tard, il a été indiqué que le Docteur peut se régénérer indéfiniment[12], mais il s'agissait d'une plaisanterie. Actuellement, le Docteur s’est régénéré douze fois, bien que l'on considère Matt Smith comme le "onzième Docteur" : il a également connu une régénération qui n'a pas abouti à une nouvelle incarnation[13].

Chacune de ses incarnations a ses propres talents et caractère, tout en gardant la mémoire de ses précédentes incarnations.

  1. Le premier Docteur, joué par William Hartnell (19631966), doublé dans la nouvelle série par Patrick Donnay en français
  2. Le deuxième Docteur, joué par Patrick Troughton (19661969), doublé dans la nouvelle série par Guy Pion en français
  3. Le troisième Docteur, joué par Jon Pertwee (19701974), doublé dans la nouvelle série par Michel de Warzée en français
  4. Le quatrième Docteur, joué par Tom Baker (19741981), doublé dans l'ancienne série par Jacques Ferrière puis dans la nouvelle série par Jean-Henri Compère en français
  5. Le cinquième Docteur, joué par Peter Davison (19811984), doublé dans la nouvelle série par Frédéric Meaux en français
  6. Le sixième Docteur, joué par Colin Baker (19841986), doublé dans la nouvelle série par Pascal Gruselle en français
  7. Le septième Docteur, joué par Sylvester McCoy (19871989 et 1996), doublé dans le téléfilm par Pierre Hatet puis dans la nouvelle série par Peppino Capotondi en français
  8. Le huitième Docteur, joué par Paul McGann (1996), doublé dans le téléfilm par Pierre François Pistorio en français
  9. Le neuvième Docteur, joué par Christopher Eccleston (2005), doublé par David Manet en français
  10. Le dixième Docteur, joué par David Tennant (20052010), doublé par David Manet en français
  11. Le onzième Docteur, joué par Matt Smith (2010-2013), doublé par Marc Weiss en français
  12. Le douzième Docteur, joué par Peter Capaldi (2013-), doublé par Philippe Résimont en français

Dans l'épisode du cinquantenaire Le Jour du Docteur, en novembre 2013, John Hurt, doublé par Alexandre von Sivers en français, joue une incarnation supplémentaire surgie de la période entre le téléfilm et la deuxième série, surnommé The War Doctor (le "Docteur de la Guerre").

D'autres acteurs ont joué le Docteur dans des production non officielles.

Dans toute l’histoire du programme, certaines révélations sur le Docteur ont été très controversées :

  • Dans The Brain of Morbius (1976), il est suggéré que le premier Docteur n’était peut-être pas la première incarnation du Docteur, mais cette idée n'a plus été reprise depuis.
  • Plus tard, lors des aventures du septième Docteur, il fut dit, par des allusions, que le Docteur était peut-être plus qu’un simple Seigneur du Temps.
  • Ensuite, dans le téléfilm de 1996, le Docteur indique qu'il est à moitié humain, du côté de sa mère, ce qui contredit la série. Il avoue néanmoins dans des publications ultérieures, dont la canonicité est laissée à l’interprétation du public, que cette information était un mensonge.

D'autres révélations concernent la famille du Docteur :

Il a affirmé en 2005 qu'il était le dernier des Seigneur du Temps, ce qui s'est révélé être faux par la suite. Il a affirmé également que sa planète a été détruite. Dans l'épisode Bibliothèque des ombres, deuxième partie, il s'avère que le Docteur a révélé son véritable nom à River Song, qu'il n'a pas encore rencontrée à cause de ses voyages dans le temps, mais qu'il rencontrera par la suite. Le Docteur précise aussi dans cet épisode qu'il ne peut donner son véritable nom que dans une seule occasion. L'épisode Le Nom du Docteur confirme que River connait le nom du Docteur.

Les compagnons[modifier | modifier le code]

Le Docteur partage presque toutes ses aventures avec au plus trois compagnons, et depuis 1963, plus de 35 acteurs et actrices ont joué dans ces rôles. À l’origine, les compagnons du premier Docteur étaient sa petite-fille Susan Foreman (Carole Ann Ford) et les professeurs Barbara Wright (Jacqueline Hill) et Ian Chesterton (William Russell). La seule histoire, dans l’ancienne série, où le Docteur voyage seul est The Deadly Assassin.

Ces compagnons fournissent aux téléspectateurs des personnages auxquels ils peuvent s’identifier. Le Docteur voit certains le quitter, tandis que d’autres arrivent, au fil de ses aventures. Certains reviennent chez eux ou trouvent de nouvelles causes — ou amour — sur des mondes qu’ils ont visités. D’autres sont également morts durant leurs aventures.

Bien que la majorité aient été des jeunes femmes, lors de l’ancienne série (1963-1989), il a toujours été évité que le Docteur ait des relations amoureuses avec elles. Ce tabou a été brisé en 1996, lorsque le huitième Docteur embrasse sa compagne, Grace Holloway.

Il arrive que des anciens compagnons réapparaissent, la plupart du temps dans des épisodes hors-saisons. Cependant, le couple formé par Sarah Jane Smith et le chien robot K-9, a fait son retour dans un épisode de 2006, plus de 20 ans après leur dernière apparition dans l’épisode anniversaire des vingt ans de la série The Five Doctors (1983). Ensuite, ces personnages ont été mis au premier plan dans une série dérivée pour la jeunesse, The Sarah Jane Adventures.

Ennemis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des ennemis du Docteur.

Lorsque Sydney Newman créa la série, il voulut éviter les clichés des monstres extraterrestres apparaissant très souvent dans la science-fiction. Pourtant, ils devinrent rapidement un élément de base de Doctor Who, très apprécié par le public.

Les principaux adversaires du Docteur, dans l'ancienne série, sont les Autons, les Cybermen, les Sontariens, les Zygons, les Silurians, le Wirrn, le Yéti, les guerriers de glace (Ice Warriors), le Maître (un Seigneur du Temps ayant une soif de conquête universelle), et, les plus notables, les Daleks, avec ou sans leur créateur Davros.

Cette tradition des monstres a continué avec la nouvelle série, dans laquelle sont réapparus, entre autres, les Daleks, les Cybermen, le Maître, les Autons, les Sontariens, les Macras et les Silurians ainsi que de nouveaux ennemis tel que les Slitheen, les Judoon, les Anges Pleureurs et le Silence.

Les Cybermen[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cybermen.

Il existe deux variétés de Cybermen :

Ceux de l'ancienne série et ceux apparaissant dans Tournée d'adieux sont, à l'origine, une espèce totalement organique venant de la planète Mondas, la jumelle de la Terre. Cependant, ils se sont fait implanter de plus en plus d'éléments électroniques, jusqu'à devenir des cyborgs, délaissant les sentiments pour une soif de violence. Ils sont, de plus, capables de convertir leurs prisonniers en Cybermen pour agrandir leur armée.

Quant à ceux visibles dans la nouvelle série, ils ont une autre origine : ils proviennent d'un univers parallèle où ils ont été créés à la suite d'une évolution similaire à celle ayant eu lieu sur Mondas (l'implantation de composants électroniques), mais ils n'ont aucune relation avec ceux de la première variété.

Les Daleks[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Daleks.

Les créatures les plus emblématiques et récurrents de la série sont les Daleks. Originaires de la planète Skaro, ce sont des mutants humanoïdes enfermés dans une armure mécanique.

Davros, le créateur des Daleks, est devenu un ennemi récurrent du Docteur, après avoir été introduit dans Genesis of the Daleks, un épisode où les Seigneurs du Temps envoient le Docteur dans le passé afin qu'il empêche la création des Daleks, ou du moins qu'il les rende moins dangereux. Cet épisode montre comment Davros élimine toutes leurs émotions pour en faire des machines à tuer qui répètent inlassablement leur slogan : « Exterminer ! ». Davros œuvrait au départ pour la victoire de son camp, les Kaleds, dans une guerre civile sur Skaro, mais lui et ses créatures se vouent progressivement à la destruction de toutes les autres formes de vie. Dans sa dernière apparition dans la saison 4 de la nouvelle série, Davros ne souhaite rien de moins que « détruire la réalité »…

Au fil des saisons, le Docteur ou ses compagnons ont exterminé les Daleks plusieurs fois, mais ils ont été recréés de diverses façons soit par des survivants, soit par Davros lui-même.

Les Daleks ont été imaginés par le scénariste Terry Nation (qui les voyait comme une représentation des nazis - d'ailleurs, dans l'épisode La Fin du voyage, on peut entendre des Daleks crier leur slogan « Exterminer ! » en allemand), ainsi que par le designer Raymond Cusick de la BBC. Ils ont fait leurs débuts dès le deuxième épisode, The Daleks (1963-1964), et leur apparition n'a pas été pour peu dans l'engouement pour Doctor Who. Un timbre représentant un Dalek a même été créé en 1999.

Le Maître[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Maître (Doctor Who).

Le Maître est un Seigneur du Temps psychopathe et diabolique. Il est apparu pour la première fois en 1971. Tout comme pour le Docteur, le rôle a été joué par différents acteurs, dont le premier est Roger Delgado, qui l'a joué jusqu'à sa mort en 1973. Le Maître a ensuite brièvement été joué par Peter Pratt et Geoffrey Beevers, avant qu'Anthony Ainley ne prenne le rôle, et ce jusqu'à la fin de la série en 1989. Le Maître fut de retour en 1996, dans le téléfilm Le Seigneur du Temps, où il fut joué par Eric Roberts. Dans le final de la saison 3, en 2007, il a été joué par Derek Jacobi et John Simm. Dans les derniers épisodes de David Tennant, La Prophétie de Noël, il est de nouveau joué par John Simm. On apprend d'ailleurs dans ces épisodes d'où vient ce bruit de tambour frappant en quatre temps (rythme cardiaque d'un Seigneur du Temps), qu'il entend depuis son enfance et qui l'a rendu fou.

Races aliens et non humaines[modifier | modifier le code]

Véhicules[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs épisodes de la série, le Docteur a été amené à utiliser plusieurs véhicules autres que le TARDIS.

Musique[modifier | modifier le code]

Thème principal[modifier | modifier le code]

L'enregistrement radiophonique de 1963 du thème de Doctor Who est reconnu comme une pièce importante et innovante de la musique électronique. D'ailleurs, Doctor Who a été la première série télévisée au monde à posséder un thème entièrement réalisé avec des instruments électroniques.

Le thème original a été composé par Ron Grainer et réalisé par Delia Derbyshire, avec le BBC Radiophonic Workshop, et l'assistance de Dick Mills.

Un arrangement plus moderne et dynamique de ce thème a été composé par Peter Howell pour la saison 18 (1980). Celui-ci fut remplacé par la composition de Dominic Glynn pour les quatorze épisodes The Trial of a Time Lord (1986) de la saison 23. Keff McCulloch fournit un nouvel arrangement pour le septième Docteur : cette dernière interprétation dura de la saison 24 (1987) jusqu'à l'arrêt de la série, en 1989. Cependant, lors du téléfilm de 1996, Le Seigneur du Temps, c'est un nouveau thème qui fut utilisé, composé par John Debney, mais toujours basé sur celui de Ron Grainer, même si ce dernier n'est pas crédité.

Pour la nouvelle série, Murray Gold a réalisé depuis 2005 plusieurs arrangements symphoniques successifs, tous basés sur le thème original électronique de 1963, avec de nouveaux éléments.

Effets sonores[modifier | modifier le code]

Doctor Who étant une série de science-fiction, cela implique la création de beaucoup de sons, même si certains sont assez communs (comme une foule, des chevaux, ou des bruits de jungle) et n'eurent pas besoin d'être recréés, puisqu'ils furent pris à partir d'enregistrements déjà existants.

Puisque la série commença plusieurs années avant l'arrivée en masse des synthétiseurs, la plupart des équipements pour créer des effets sonores électroniques furent modifiés par le BBC Radiophonic Workshop, et ce jusqu'au début des années 1970.

La plupart des sons de la série durant les années 1960 furent créés par Brian Hodgson, du BBC Radiophonic Workshop. Il travailla sur la série depuis ses débuts jusqu'au milieu de la période de Jon Pertwee (troisième Docteur), au début des années 1970. Il fut remplacé par Dick Mills. Hodgson a créé des centaines de sons, allant du pistolet laser aux dinosaures. On peut cependant affirmer que les plus remarquables de ses créations ne sont autre que le bruit du TARDIS lorsqu'il se déplace, ainsi que de la voix métallique des Daleks.

Le bruit du TARDIS a été créé par Hodgson en grattant avec les clés de sa maison les cordes d'un vieux piano, et en jouant le son enregistré à l'envers. La voix des Daleks a, pour sa part, été créée en jouant avec des voix enregistrées, en les amplifiant après les avoir passées dans un appareil spécial.

Génériques[modifier | modifier le code]

La série a compté de nombreux génériques, avec de façon générale un générique par Docteur.

  1. Le premier générique (1er Docteur) montre une sorte de blizzard psychédélique défilant à grande vitesse et dans lequel apparaît le titre de la série.
  2. Le deuxième générique (2e Docteur) ressemble au premier mais montre cette fois un effet de corridor psychédélique défilant à grande vitesse. De plus, il possède un nouvel élément : le visage du Docteur apparaît juste avant le titre. Cela sera conservé dans tous les génériques de la première série.
  3. Le troisième générique (toutes les saisons du 3e Docteur sauf la dernière) est constitué de losanges concentriques psychédéliques qui changent de couleur suivant des sortes de vagues, avant de se transformer en spirale. Comme toujours, le visage du Docteur apparaît avant le titre. Ce générique veut surtout insister sur le passage de la série à la couleur.
  4. Le quatrième générique (dernière saison du 3e Docteur, plus toutes les saisons du 4e Docteur sauf la dernière) montre un tunnel bleu-argenté dans lequel le visage du Docteur puis le logo « en diamant » de la série sont successivement aspirés.
  5. Le cinquième générique (dernière saison du 4e Docteur, plus celles du 5e Docteur) montre le point de vue d'une caméra qui défilerait très vite à travers l'espace, de telle sorte que les étoiles qui apparaissent au centre de l'image finissent par disparaître sur les bords (cela rappelle l'écran de veille Voyage spatial des vielles versions de Windows). Certaines étoiles se fixent alors devant la caméra jusqu'à former le visage du Docteur puis le titre de la série. Ce générique est le premier à utiliser un arrangement du thème différent de l'original de 1963. Par la suite, tous les génériques utiliseront leurs propres arrangements.
  6. Le sixième générique (6e Docteur) est visuellement exactement le même que le cinquième mais possède juste des effets supplémentaires de miroitements bleus sur les bords de l'image.
  7. Le septième générique (7e Docteur) montre en premier une explosion d'étoiles qui forment une galaxie violette. La caméra passe alors sous la galaxie et se rapproche d'une sorte de sphère violette qui s'avère être le TARDIS entouré de son champ de protection. Le TARDIS disparaît au centre de la galaxie et le visage du Docteur s'affiche. Puis une nouvelle explosion d'étoiles se produit et les trois lettres du mot WHO, modélisées de façon cubique, sont projetées par l'explosion jusqu'à se ranger ensemble. Le mot Doctor s'écrit alors au-dessus.
  8. Le huitième générique (8e Docteur) est celui du téléfilm. Il montre d'abord le titre (le même que celui du troisième Docteur) apparaître puis la caméra passe derrière et ce dernier est aspiré dans un tunnel constitué de nuées bleues au travers desquelles on voit largement l'espace. Le TARDIS voyage dans ce tunnel où sont montrés les noms des acteurs, et qui finit par aboutir à la Terre.
  9. Le neuvième générique (9e Docteur) montre un vortex bleu défilant à toute vitesse et dans lequel le TARDIS voyage. Celui-ci fait demi-tour et le tunnel devient rouge. Le TARDIS sort alors du champ de vision et les noms des deux acteurs principaux (le Docteur et son compagnon) apparaissent successivement. La caméra passe au milieu et le titre s'affiche alors. La caméra passe en dessous et on revoit le TARDIS en train de voyager.
  10. Le dixième générique (10e Docteur) est différent du neuvième par un effet visuel retiré au logo (la boucle ne rétrécit plus).
  11. Le onzième générique (11e Docteur) suit un schéma identique au précédent. Le TARDIS voyage cette fois dans un tunnel constitué de nuages et dans lequel frappent des éclairs violets. Le TARDIS est touché plusieurs fois et sort du champ de vision. Les noms des acteurs apparaissent alors puis la caméra arrive à un coude dans le tunnel à partir duquel ce dernier est constitué de flammes. Le titre s'affiche très vite et l'élément central en forme de TARDIS formé des lettres DW pivote alors et devient le véritable TARDIS qui continue à voyager.
  12. Le douzième générique (11e Docteur) change à chaque épisode. Suivant le thème de l'épisode, le logo change. De plus, le vortex du temps devient à chaque épisode de plus en plus sombre. La police d'écriture a changé et le générique est plus court. Il est également le générique qui aura été utilisé le moins longtemps (5 épisodes).
  13. Le treizième générique (11e Docteur) subit de sérieux changements par rapport aux génériques utilisés depuis la nouvelle série. Le TARDIS apparaît dans une sorte de brouillard donnant sur l'espace. Il sort du champ après une explosion et la caméra change de direction, laissant apparaître plusieurs planètes. La caméra tourne alors sur elle-même pendant qu'elle passe dans diverses galaxies avant de tomber dans un tunnel de brouillard où s'affichent les noms des acteurs. En sortant du tunnel, le visage du Docteur puis le logo de la série apparaissent. La caméra passe au travers de plusieurs étincelles et tombe dans un deuxième tunnel enflammé où le TARDIS réapparaît en se dirigeant vers la caméra. Les portes s'ouvrent faisant démarrer l'épisode.
  14. Le quatorzième générique (12e Docteur) revient sur une musique proche du neuvième générique. La caméra traverse l'écran dans un passage entre des engrenages qui tournent et elle atterrit sur une horloge. Le TARDIS apparaît subitement puis se retourne et traverse une horloge en forme de spirale à toute vitesse et tombe sur l'espace. Les noms des acteurs principaux apparaissent, suivis d'un brouillard montrant le Docteur et le titre apparaît. Un vortex bleu et des planètes apparaissent à l'écran et le TARDIS revient dans le champ de vision, le titre de l'épisode apparaît et l'épisode commence.

Diffusions et audiences[modifier | modifier le code]

Doctor Who a toujours été diffusé sur la chaîne principale de la BBC, BBC One, attirant plusieurs millions de téléspectateurs. La série fut à son niveau le plus populaire vers la fin des années 1970, avec une audience d'environ 12 millions de personnes. Sur BBC One, la série ne descendit jamais en dessous de la barre des 3 millions de téléspectateurs. Cependant, à la fin des années 1980, même des audiences variant entre 3 et 5 millions étaient considérées comme médiocres et contribuèrent à l'arrêt de la série en 1989.

Audiences en Grande-Bretagne des 26 premières saisons de la série originelle Doctor Who

En 1996, le téléfilm Le Seigneur du Temps avec la huitième incarnation du Docteur a rassemblé 9,1 millions de téléspectateurs britanniques et 5,6 millions aux États-Unis. Conçu initialement pour relancer la série en collaboration avec les États-Unis, ses relativement faibles audiences n’ont pas permis la résurrection de la série à l’époque.

La diffusion sur BBC One de l'épisode Rose, le premier de la nouvelle série, en 2005, attira une audience moyenne : 10,81 millions de téléspectateurs, soit le 3e programme le plus regardé sur BBC One cette semaine-là et le septième sur toutes les chaînes. L'épisode le plus regardé de Doctor Who à ce jour depuis sa reprise en 2005 est Une Croisière autour de la Terre, avec un score de 13,31 millions de téléspectateurs, ce qui fait de cet épisode le deuxième programme le plus regardé de l'année 2007 en Grande-Bretagne. Auparavant, l’épisode City of Death diffusé en 1979 détenait la plus forte audience avec une moyenne de 14,5 millions de téléspectateurs. Cette forte audience a été due à une grève de la chaine concurrente, ITV. Le Jour du Docteur, épisode marquant les 50 ans de la série, détient le record de la plus large diffusion mondiale en simultané d'une série TV[14]. L'épisode a été diffusé dans 94 pays et réunis 77 millions de téléspectateurs[15].

La nouvelle série a été diffusée en Australie (ABC), Autriche (Pro 7), Belgique (La Deux), Brésil (TV Cultura)[16], Canada (CBC), Québec (Ztélé depuis saison 3), Danemark (Danmarks Radio), Finlande (TV2), France (1re série TF1 2e série France 4), Réunion (Réunion 1re en 2008 uniquement), Allemagne (Pro 7), Hong Kong (ATV World), Hongrie (RTLZ Klub-owned COOL TV), Irlande (TV3), Israël (Yes Stars 2), Italie (Jimmy), Japon (BS-2), Malaisie (Astro Network), Pays-Bas (NED 3), Nouvelle-Zélande (Prime TV), Norvège (NRK), Pologne (TVP1), Portugal (SIC Radical), Russie (STS TV), Corée du Sud (KBS2 (doublé en Coréen), FOX (sous-titré)), Suède (SVT), Suisse (Pro 7), Thaïlande (Channel 7 et BBC Entertainment), Turquie (Cine5), États-Unis (Sci Fi Channel [1re série], PBS [2e série], BBC America [2e série]), Grèce (Skai TV), Roumanie (TVR).

Autres apparitions[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Il y eut deux films Dr Who au cinéma : Dr. Who et les Daleks en 1965 et Les Daleks envahissent la Terre en 1966. Tous les deux étaient essentiellement des remakes d'histoires déjà existantes dans la série, tout en changeant de nombreux concepts de la série.

Dans ces films, Peter Cushing joue un scientifique humain nommé Dr Who, qui voyage avec ses deux petites-filles dans une machine à voyager dans le temps qu'il a inventée. En vue de cela et de nombreux autres changements, contredisant les évolutions postérieures de la série, ces films ne sont pas considérés comme étant dans la continuité de la série, bien que l'interprétation de Peter Cushing fut reprise dans des bandes-dessinées et des livres, qui concilient les films et la série.

Un troisième film, The Chase, également adapté d'un épisode de la série, fut prévu, où le personnage du Dr Who était repris. Cependant, le projet fut annulé, à la suite de l'échec commercial du deuxième film au box-office américain.

Téléfilm[modifier | modifier le code]

En 1996, le producteur Philip Segal espérait relancer la série en la produisant aux États-Unis. La seule chaîne portant un minimum d'intérêt à la série fut la Fox, mais cette dernière n'était prête à produire qu'un seul téléfilm. On espérait que le succès du film pousserait la Fox à réviser son point de vue, mais le téléfilm n'eut guère de succès aux États-Unis, et le projet d'une nouvelle série Doctor Who s'interrompit, malgré une forte audience au Royaume-Uni.

Dans ce téléfilm, réalisé par Geoffrey Sax, on retrouve brièvement le septième Docteur (Sylvester McCoy), et on découvre le huitième Docteur, incarné par Paul McGann. Il devint ainsi le Docteur officiel de 1996 à 2005. Dans le film, il affronte le Maître sous les traits d'Eric Roberts, le quatrième acteur à jouer ce rôle.

Ce fut sa seule apparition à l'écran, bien que l'on ait pu suivre ses aventures dans de nombreux livres, dans des aventures audio, ainsi que dans le web-épisode The Night of the Doctor (novembre 2013), où il se change en "War Doctor" (le Docteur de la Guerre).

Séries dérivées[modifier | modifier le code]

Doctor Who est apparu sur scène de nombreuses fois. Dès le début des années 1970, Trevor Martin joua dans Doctor Who and the Daleks in the Seven Keys to Doomsday, en compagnie de Wendy Padbury, qui avait déjà joué une compagne du deuxième Docteur. Ensuite, vers 1990, Jon Pertwee et Colin Baker, deux anciens Docteurs, reprirent leurs rôles dans une comédie musicale nommée Doctor Who - The Ultimate Adventure. Lorsque Jon Pertwee fut malade et ne put jouer, ce qui arriva deux fois, David Banks le remplaça. Ce dernier était connu pour avoir joué à maintes reprises des Cybermen. De nombreuses autres pièces amateurs virent le jour, où d'autres acteurs jouèrent le Docteur. Terry Nation écrivit également une pièce, The Curse of the Daleks, qui fut jouée à la fin des années 1960. Cependant, le Docteur n'y était pas présent. Au début des années 1990, un certain Mark Gatiss fit un spin-off d'un compagnon du "troisième Docteur", Liz Shaw, intitulé P.R.O.B.E. Ces épisodes ont la particularité d'avoir dans leurs castings des anciens Docteurs comme Jon Pertwee ou Peter Davison, mais ayant des rôles entièrement différents.

Un épisode pilote d'un possible spin-off, K-9 and Company, fut diffusé en 1981. On y trouvait Elisabeth Sladen, reprenant le rôle de Sarah Jane Smith, ex-compagne du Docteur, et John Leeson, comme voix du chien robot K-9. Cependant, cette série s'arrêta au pilote.

Depuis le milieu des années 1960, de nombreux livres Doctor Who ont été publiés. Dès 2005 et le lancement de la nouvelle série, BBC Books a publié toute une nouvelle collection de livres, avec le neuvième Docteur et le dixième Docteur.

Durant les années 1980, quelques dessins ont été produits afin de créer un dessin animé Doctor Who. Encore une fois, le projet n'a pas abouti.

Le Docteur est aussi apparu dans des webcasts et livres audios. La plupart de ces créations viennent de Big Finish Productions qui, depuis 1999 est responsable des pièces audios sorties en CD. Ces productions bénéficient souvent de la voix d'un ancien Docteur, tel Tom Baker ou Paul McGann. Cependant, la mini-série animée Scream of the Shalka (2003), disponible gratuitement sur le site de la BBC, a affiché un autre Docteur, Richard E. Grant.

Après le succès de la nouvelle série en 2005, la BBC a demandé à Russell T Davies, producteur de Doctor Who et scénariste de nombreux épisodes, de produire une série dérivée en 13 épisodes nommée Torchwood (une anagramme de Doctor Who), qui prend place de nos jours au Pays de Galles. Les personnages principaux y enquêtent sur les activités extraterrestres. La série a débuté sur BBC Three le 22 octobre 2006. John Barrowman y reprend le rôle du Capitaine Jack Harkness, un personnage apparaissant en 2005 dans Doctor Who. Le tournage prit place durant l'été et l'automne 2006. Deux autres acteurs de Doctor Who apparaissent dans Torchwood : Eve Myles, qui avait joué une domestique dans l'épisode Des morts inassouvis, et Naoko Mori, qui reprend le rôle de Toshiko Sato, déjà apparue dans L'Humanité en péril.

La deuxième saison de Torchwood a commencé à être diffusée dès janvier 2008 sur BBC Two. Freema Agyeman y apparaît durant trois épisodes, dans le rôle de Martha Jones. La troisième saison de Torchwood a été diffusé durant l'été 2009 sur une semaine. Les 5 épisodes ont été programmés du lundi au vendredi sur BBC One. La quatrième saison de Torchwood a été coproduite par BBC America par la chaîne câblée Starz. Elle est composée de 10 épisodes. Elle a été diffusée durant l'été 2011 sur BBC One et sur Starz.

Une nouvelle série pour enfants, K-9, a été développée. Cependant, cette dernière n'est pas produite par la BBC. Cette série est un mélange d'images réelles et d'images de synthèses. La première diffusion de ce nouveau spin-off débuta le 31 octobre 2009 sur Channel 5 au Royaume-Uni.

Un projet de série dérivée, où l'on suivait l'enfance du Docteur sur sa planète natale, Gallifrey, a été suspendu par le producteur Russell T Davies et s'est transformé en The Sarah Jane Adventures. The Sarah Jane Adventures, avec Elisabeth Sladen, toujours interprétant Sarah Jane Smith, a été développé par la CBBC et le premier épisode a été diffusé le jour de l'an, en 2007. La diffusion régulière de la première saison de cette série, visant plutôt un public jeune, a commencé le 24 septembre 2007. La série s'arrête en 2011 à la suite du décès d'Elisabeth Sladen.

Durant l'année 2007 eut lieu l'émission pour enfants Totally Doctor Who offrant des programmes pour les plus jeunes fans de la série, tels de petits documentaires sur l'histoire de la série et des interview des acteurs.

Deux autres séries, Doctor Who Confidential et Torchwood Declassified couvrent le making-of des séries auxquelles elles sont rattachées.

Bilan des spin-offs de Doctor Who :

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nouvelles et romans de Doctor Who.

Au Royaume-Uni de nombreux livres vinrent s'ajouter aux produits dérivés déjà existants, d'abord des novélisations dans les années 1960 et 70 puis des romans inédits dérivés de la série à partir des années 1980.

En France, seulement huit livres Doctor Who furent publiés en 1989 aux éditions Garancière sous l'étiquette "Igor et Grichka Bogdanov présentent Doctor Who", toutes étant des novélisation d'épisodes n'ayant jamais été diffusés en France. Les couvertures sont illustrées par Jean-François Pénichoux[17]:

Durant l'année 2012, l'éditeur Milady[18] publie les aventures du onzième Docteur et de sa compagne Amy Pond[19] à la fréquence d'un titre par mois jusqu'au mois de décembre qui verra la fin de la publication des livres ayant trait à la saison 5.

En décembre 2012, Milady publie un roman mettant en scène le neuvième Docteur.

En novembre 2013, Milady publie l'adaptation en roman d'un script de Douglas Adams écrit en 1979 et jamais adapté à la télévision.

En février 2014, Milady publie un roman mettant en scène le troisième Docteur.

En janvier 2015, Milady publiera un roman mettant en scène le deuxième Docteur.

Parodies et références à la série[modifier | modifier le code]

Doctor Who a été parodié de nombreuses fois, par différents comiques, y compris Spike Milligan et Lenny Henry. Jon Culshaw imite fréquemment le quatrième Docteur dans un autre programme de la BBC, Dead Ringers, lors de caméras cachées ou durant des parodies d'autres émissions anglaises. Moins parodique et plus un pastiche, le professeur Justin Alphonse Gamble, personnage de plusieurs comics Marvel, et notamment de la série Les Vengeurs. Ce personnage fut créé par Jo Duffy, Kerry Gammill, et Ricardo Villamonte.

Dans sa série de livres uchroniques Thursday Next, l'auteur Britannique Jasper Fforde fait souvent allusion à Doctor Who. Les Daleks sont même cités dans le bestiaire du Puits des histoires perdues.

Dans la bande dessinée Marvel Zombies, on peut apercevoir le générique du 9e Docteur. Dans un autre comic, Friendly Neighborhood Spider-Man numéro 10, on peut voir les mots Bad Wolf sur un mur.

Le jeu vidéo Rock Band propose également au joueur d'acheter une tenue qui fait allusion à l'écharpe rayée du quatrième Docteur. Dans la même veine, on retrouve une référence au TARDIS dans le jeu Apollo Justice: Ace Attorney, quand, en examinant le chapeau haut de forme dans le bureau de l'agence Wright, Justice se rappelle une série qu'il regardait enfant après que Vérité lui ait expliqué que son chapeau était plus grand à l'intérieur qu'à l'extérieur. On peut voir aussi le TARDIS (où il disparaît) dans une rencontre aléatoire cachée dans le premier jeu de la série Fallout. On peut aussi trouver dans le deuxième opus de la même série un chien cybernétique appelé K-9. De même, dans l'opus New Vegas, on peut assister à une conversation radiophonique disant : " Bravo Bravo Charlie, The Doctor is coming" (Bravo Bravo Charlie signifiant BBC), cet opus est aussi rempli de petites références, comme le fait que certains Sécuritrons hurlent "EXTERMINER" quand on les provoque…

Dans le jeu sur navigateur Hammerfest, un des objets que peut récupérer le joueur se nomme « Dalek! Exterminate! ».

Une application de mailing sur androïd se nomme K-9 mail. L'icone représente K-9 avec une enveloppe à la place de l'œil.

Le groupe de heavy metal britannique Iron Maiden parle du Docteur dans la chanson Caught Somewhere in Time figurant sur l'album Somewhere in Time. À l'arrière de la pochette, on peut d'ailleurs distinguer le TARDIS posé sur le toit d'un immeuble. La pochette du single Wasted Years représente une vue du tableau de bord d'un vaisseau spatial piloté par Eddie the Head. Celui-ci poursuit le TARDIS à travers un vortex.

En 1977, un groupe punk anglais nommé The Art Attacks a sorti un single dont un morceau est intitulé I am a Dalek.

En cette même année et jusqu'à 1990, il exista un groupe de synth-pop originaire de Liverpool, nommé Dalek I Love You.

Le générique de Doctor Who apparaît dans la version 1994 de One of These Days, présente dans l'album Pulse de Pink Floyd.

Dans la série My Little Pony: Friendship is magic, un poney de fond apparaissant dans plusieurs épisodes et arborant une marque de beauté en forme de sablier s'est retrouvé surnommé "Doctor Whooves" par la communauté attachée à ce dessin animé. Il ressemble au dixième Docteur, mais on peut noter la présence de certaines formes alternatives qui font penser à d'autres Docteurs.

Dans la série The Big Bang Theory (saison 1 épisode 7), Sheldon dit avoir pour habitude de regarder Doctor Who tous les samedis matin. Lors de la soirée du nouvel an (saison 4, épisode 11), Stuart est habillé comme le quatrième Docteur. Dans la saison 5 (épisode 14), Sheldon, Amy, Leonard et Penny regardent Doctor Who à la télévision et il semblerait qu'ils projettent d'aller à une convention Doctor Who. Dans la saison 6 (épisode 5), pour la fête de Halloween au magasin de comics, Raj décide d'acheter un photomaton en forme de TARDIS. Par ailleurs, une figurine de Dalek est visible dans le salon de Sheldon et Léonard. Dans la saison 7 (épisode 6), pour célébrer l'anniversaire de leur premier rendez vous, Howard chante une chanson à Bernadette où il fait allusion au Docteur et à son TARDIS. Dans l'épisode 21 de la saison 7 on peut apercevoir un poster de Dalek dans le couloir derrière la chambre de Sheldon et enfin dans l'épisode 22 de la saison 7, Sheldon fait référence aux régénérations fréquentes du docteur " j'ai également vécus la perte des onze docteur de la série Doctor Who."

Dans le dessin animé Nom de code : Kids Next Door, dans l'épisode Opération A.M.I.S.H., il y a une série de science-fiction appelée Le Docteur Spatio-Temporel du Continuum : ceci est une parodie de la série.

L'épisode 17 de la saison 4 de la série Nerdz, Pim Poum Aya Aya, s'ouvre sur une vue de l'espace où un TARDIS passe. De plus, dans les épisodes 11, 14 et 20 de la même saison, on peut apercevoir le fond d'écran de l'ordinateur représentant le TARDIS. D'ailleurs, Davy Mourier et Monsieur Poulpe, les créateurs de la série, ont ensuite réalisé un sketch où le Docteur est appelé pour résoudre un Rubik's cube.

Sur la chaîne YouTube de Voxmakers, une série humoristique nommée Alert Spoiler[20] créée par Mickael J, fait référence à Doctor Who, en reprenant l'histoire du héros qui voyage dans un appareil semblable au TARDIS, allant de planète en planète, dans l'univers de l'imaginaire (ou, comme il l'appelle, l'Imaginavers) pour faire la critique de films et de séries dont les planètes portent le nom.

Dans le jeu vidéo League Of Legends, le personnage de Blitzcrank prononce parfois "EXTERMINER ! EXTERMINER !" lors d'un déplacement.

On retrouve également des allusions au Docteur et à son TARDIS dans les séries :

  • Eureka, saison 4 épisode 12
  • Warehouse 13
  • Mr. Bean : on peut voir le personnage principal de cette série s'amuser avec un Dalek en disant « EXTERMINATE! » dans l'épisode Joyeux Noël, Mr. Bean.
  • The Big Bang Theory, saison 1 épisode 07, saison 4 épisode 11, saison 5 épisode 14, saison 6 épisode 05, saison 7 épisode 6.
  • Community
  • Les Experts : Manhattan
  • NCIS : Enquêtes spéciales, saison 7 épisode 08 : lorsqu'ils entrent dans le bunker, Mcgee fait allusion au TARDIS.
  • Grey's Anatomy, saison 8 épisode 04
  • Dr House, saison 7 épisodes 15 et 23
  • South Park, saison 15 épisode 02
  • Shameless, saison 8 épisode 2
  • Greek
  • Leverage, saison 4 épisode 17
  • Young Justice, saison 4 épisode 23
  • Futurama, saison 6 épisode 20 : lorsque, après avoir modifié le passé des États-Unis menant à la domination de l'empire britannique, les héros reviennent au quatrième millénaire, on aperçoit le Docteur descendant d'un spatio-bus britannique pour rejoindre son TARDIS. Dans le même épisode, on peut apercevoir la tête de "Amelia Pond" à côté de celles des présidents lors de la fête au début de l'épisode.
  • Better Off Ted
  • Esprits criminels, pendant l'épisode 16 de la saison 6, Reid explique les bases de la série a Seaver. Dans l'épisode 3 de la saison 7, la victime devait aller à une convention "Doctor Who". Dans cette même saison, au début de l'épisode 23, Reid et Garcia se rendent à une convention habillés comme les Quatrième et Onzième docteurs tandis que Kevin Lynch et sa compagne sont habillés en Onzième docteur et Amy Pond. Dans l'épisode 23 de la saison 8, Garcia dit "J'ai trouvé plus étrange qu'un gyrophare sur une machine à remonter le temps". Lors du final de la saison 9, Garcia dépose devant Reid deux figurines de Daleks et celles du dixième et onzième docteurs lorsque celui ci sort de chirurgie après avoir été blessé.
  • Les Simpson, à plusieurs reprises on voit le 4e Docteur (Bombinette Bob) ou parfois simplement le TARDIS, ou encore une référence à K-9 dans l'épisode 20 de la saison 18. Dans l'épisode 9 de la saison 23, des Daleks se promènent dans un Springfield futuriste.
  • Family Guy, Blue harvest
  • 90210, Nouvelle génération, Max le petit ami de Naomie aime les séries Whovian, et on peut apercevoir que sur ses taies d'oreillers apparaît un Dalek. Et il évoque le fait de regarder Torchwood.
  • Urgences, saison 9 épisode 18 : une nouvelle urgentiste asiatique s'appelle Docteur Who.
  • Supernatural, saison 2 épisode 12 : un petit clin d'œil aux Cybermen sur la couverture d'un magazine.
  • Castle, saison 6 épisode 5 : l'agent Esposito fait allusion à la série et au tournevis sonique.
  • World Of Warcraft : la quête "Maître et Serviteur", ajoutée dans la mise à jour 4.0.3 : Fufute Tremblerouage vous demande de reprogrammer 15 robots grâce au tournevis ultrasonique[21].


Les fans de la série ont également fait l'objet de satires dans des programmes tels Saturday Night Live, The Chaser's War on Everything, Mystery Science Theater 3000, Les Griffin, Futurama, American Dad! et Les Simpson.

Dans la série de Channel 4 Queer As Folk (créé par l'actuel producteur exécutif de Doctor Who), le personnage de Vince était présenté comme un grand fan de Doctor Who, et de nombreuses références et de nombreux extraits de l'ancienne série apparaissent au cours de la série.

En février 2008, le soap-opéra EastEnders, montra une fausse convention Doctor Who.

Le 22 novembre 2013, le site Google consacre sa page principale au 50e anniversaire de la série[22]. Google Maps permet aussi de visiter le TARDIS du onzième Docteur, à partir d'une cabine de police située sur Earls Court Road[23].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bien que l'ancienne version de Doctor Who (1963-1989) fût très regardée, la série n'a pas eu droit à une reconnaissance de la part des critiques. En 1975, la saison 11 fut récompensée par le prix du meilleur scénario par la Writers' Guild of Great Britain. En 1996, la BBC reçut un Auntie Awards, pour les 60 ans de diffusion de la BBC à la télévision. À cette occasion, Doctor Who fut élu meilleur drame populaire produit par la chaîne. En 2000, Doctor Who fut classé troisième des 100 meilleurs programmes de la télévision britannique, liste produite par le British Film Institute et votée par des professionnels du secteur. À la suite d'un sondage de Channel 4, l'ancienne série de Doctor Who est huitième des 100 plus grandes émissions pour enfants. Cependant, la série ne fut jamais reconnue par ses créateurs comme série pour enfants.

Le programme est désigné dans le Guinness World Records comme étant la plus longue série de science-fiction du monde ainsi que la série de science-fiction ayant eu le plus grand succès de tous les temps (en se basant sur le succès des différentes diffusions télévisées, la vente de DVD, livres, et autres produits dérivés).

La nouvelle série a reçu un bon accueil, de la part du public et des critiques. En 2005, au National Television Awards (voté par des membres du public), Doctor Who a gagné le prix du Meilleur Drame Populaire, ainsi que celui du meilleur acteur et meilleure actrice pour Christopher Eccleston et Billie Piper. En 2006, la série reçut le même prix, ainsi que Billie Piper. De son côté, David Tennant reçut le prix du meilleur acteur en 2006 et 2007. Cette même année, la série gagna encore le prix du meilleur drame.

Doctor Who fut également nommée en 2006 dans la catégorie Meilleure série dramatique, lors des Royal Television Society Awards. Cependant, la série perdit au profil de la série Bodies, diffusée par BBC Three.

En 2010, trois épisodes (Cyber Noël, Planète Morte et La Conquête de Mars) sont nommés pour le prix Hugo de la meilleure série ou court-métrage[24] et La Conquête de Mars reçoit le prix.

L'épisode L'Âme du TARDIS, écrit par Neil Gaiman et mis en scène par Richard Clark, a reçu le prix Ray Bradbury 2011.

De 2006 à 2012, la série a reçu, lors des Prix Hugo, la récompense de meilleur "Série ou Court Métrage" (2006, 2007, 2008, 2010, 2011 et 2012) ainsi que celui du meilleur « Livre non fictif ou apparenté » en 2011.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Depuis ses débuts, Doctor Who a entraîné une vaste gamme de produits dérivés, allant des jouets et jeux aux cartes de collections et timbres. Mais c'est sans compter les divers jeux de société, jeux de cartes, livres, jeux de rôles, et figurines.

Cette liste ne représente qu'un échantillon de ces produits dérivés.

DVD[modifier | modifier le code]

En France, les trois premières saisons de la deuxième série (celle ayant commencé en 2005) sont sorties en DVD entre 2006 et 2008. Les coffrets se sont vendus entre 700 et 1 000 exemplaires[25].

En janvier 2011, France Télévisions Distribution décida de rééditer ces trois saisons et de sortir la saison 4 ainsi qu'un coffret contenant les épisodes spéciaux de l'année 2009[26].

De nouveaux coffrets sont édités le 15 juin 2011 en exclusivité Fnac et regroupent les treize épisodes de chaque saison. Les DVD des saisons 3 et 4 offrent chacun un épisode spécial de Noël sauf L'Invasion de Noël de la saison 2.

Le coffret de la saison 1 contient trois versions : version française, version française sous-titrée en français pour les sourds et malentendants et version originale sous-titrée en français. Le coffret de la saison 4 et celui des épisodes spéciaux contient deux versions, originale et française, ainsi que des sous-titres en français et en anglais.

  • Saison 1 de Doctor Who (les 13 épisodes en 4 DVD) - (réédition) - (DVD, France Télévisions Distribution, 15 Juin 2011)
  • Saison 2 de Doctor Who (Les 13 épisodes en 4 DVD) - (réédition) - (DVD, France Télévisions Distribution, 15 Juin 2011)
  • Saison 3 de Doctor Who (1 épisode Spécial + les 13 épisodes en 4 DVD) - (réédition) - (DVD, France Télévisions Distribution, 15 Juin 2011)
  • Saison 4 de Doctor Who (1 épisode Spécial + les 13 épisodes en 5 DVD) - (DVD, France Télévisions Distribution, 15 Juin 2011)
  • Épisodes Spéciaux 2008 - 2009 de Doctor Who (5 Épisodes Spéciaux en 5 DVD) - (DVD, France Télévisions Distribution, 15 Juin 2011)
  • Saison 5 de Doctor Who (Les 13 épisodes + Bonus en 5 DVD et 5 BLU-RAY) - (DVD et Blu-Ray, France Télévisions Distribution, 2 novembre 2011)[27],[28]
  • Saison 6 de Doctor Who (1 épisode spécial + Les 13 épisodes en 5 DVD) - (DVD, France Télévisions Distribution, 5 novembre 2012)
  • Saison 7 de Doctor Who (2 épisodes Spéciaux + Les 13 épisodes en 5 DVD) - (DVD, France Télévisions Distribution, 23 octobre 2013)
  • Épisodes Spéciaux 2013 de Doctor Who (2 Épisodes Spéciaux en 2 DVD) - (DVD, France Télévisions Distribution, 19 Novembre 2014)

Magazines[modifier | modifier le code]

Il est à noter que le magazine Dreamwatch, aujourd'hui généraliste, a commencé en étant un fanzine nommé Doctor Who Bulletin.

Comics[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Doctor Who (comics).

Jeux[modifier | modifier le code]

Jeux de rôle[modifier | modifier le code]

  • Doctor Who (FASA)
  • Time Lord (Carol Publishing Group) : Uniquement en anglais[29]
  • Doctor Who. Adventures in Time and Space (Cubicle-7), paru en anglais en décembre 2009. Le jeu fut récompensé du Grog d'or 2010[30].

Jeu de cartes à collectionner[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Ce dernier jeu vidéo est en fait l'adaptation du jeu de cartes Top Trumps.

  • Doctor Who : The Adventure Games (2010) sur Pc

Le site officiel de la série propose plusieurs jeux vidéo, qui sont disponibles gratuitement en ligne.


Flipper[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BBC News, « Dr Who 'longest-running sci-fi' », sur News.bbc.co.uk,‎ 2006
  2. « Doctor Who France », Gallifrance,‎ 3 avril 2013 (consulté le 30 novembre 2013)
  3. Martin Winckler et Christophe Petit, Guide Totem des séries télé, Larousse, ISBN 2-03-511113-7 p. 195
  4. Épisode 1 Saison 1 : Rose
  5. Howe, Stammers, Walker (1994), p. 54
  6. Richards, p. 23
  7. Howe, Stammers, Walker (1992), p. 3
  8. http://news.bbc.co.uk/1/low/entertainment/6976178.stm BBC news
  9. http://news.bbc.co.uk/1/hi/entertainment/7808697.stm
  10. Doctor Who saison 6 séparée en deux parties, TVQC.
  11. (en) « Two ‘Missing’ Doctor Who Adventures Found »,‎ 11/10/2013
  12. http://blastr.com/2010/10/its-official-doctor-who-i.php
  13. http://www.mirror.co.uk/tv/tv-news/doctor-who-christmas-spoilers-matt-2847509
  14. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18628979.html
  15. http://www.bbc.com/news/entertainment-arts-25076912
  16. "Docteur Who" commence à être affiché par "TV Cultura" (omelete); "TV Cultura" confirme le retour de "Doctor Who" en 2013 (Universo Who) (les deux articles sont en portugais)
  17. « Garancière 1987 - Doctor Who », Doctor Who Hypnoweb (consulté le 8 novembre 2013)
  18. Milady, « En janvier et février 2012 »,‎ 2011
  19. « Livre Doctor Who »
  20. Mickael J, « Site d'Alert Spoiler, série hommage au Doctor Who »,‎ 2009
  21. http://fr.wowhead.com/quest=11730/
  22. http://www.google.com/doodles/doctor-whos-50th-anniversary
  23. Le TARDIS dans Google Maps).
  24. Prix Hugo 2010 : Les nominations
  25. http://doctorwho.xooit.fr/t1223-Doctor-Who-Coffret-Saison-4-Sortie-en-Stand-By.htm
  26. communiqué de presse du jeudi 3 mars 2011
  27. « "Doctor Who": la saison 5 en DVD et Blu-Ray »
  28. « "doctor-who" »
  29. Disponible en ligne sur torsonline
  30. Johan Huber, « Critique : Doctor Who », Jeu de rôle magazine, Promenons-nous dans les bois, no 10,‎ avril 2010, p. 14 (ISSN 1964-423X)
  31. Flipper Doctor Who sur IPDB

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David J. Howe, Mark Stammers et Stephen James Walker, Doctor Who: The Sixties, Londres, livre de poche,‎ 1992.
  • (en) Richards, Justin, Doctor Who — The Legend, Londres, BBC Books,‎ 2003, 1e éd. (ISBN 0-563-48602-3).
  • (en) Howe, David J et Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, Londres, BBC Books,‎ 1998, 1e éd. (ISBN 978-0-563-40588-7).
  • (en) Howe, David J et Walker, Stephen James, The Television Companion: The Unofficial and Unauthorised Guide to DOCTOR WHO, Surrey, Royaume-Uni, Telos Publishing Ltd.,‎ 2003, 2e éd. (ISBN 1-903889-51-0).
  • (en) Cavan Scott et Mark Wright (préf. Cavan Scott et Mark Wright, ill. Ben Morris), Who-ology : Doctor Who, the official miscellany, Woodlands Books, coll. « BBC Books »,‎ 2013, 954009e éd., 374 p. (ISBN 978-1-849-90619-7).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le doublage français du 9e et 10e Docteur (Christopher Eccleston et David Tennant) a été assuré par David Manet, alors que la voix française du 11e Docteur (Matt Smith) est assurée par Marc Weiss.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]