Sherlock (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sherlock.

Sherlock

alt=Description de l'image Sherlock Logo.svg.
Genre Série dramatique, policière
Création Mark Gatiss
Steven Moffat
d'après l'œuvre de Sir Arthur Conan Doyle
Production Sue Vertue
Acteurs principaux Benedict Cumberbatch
Martin Freeman
Rupert Graves
Mark Gatiss
Andrew Scott
Musique David Arnold
Michael Price
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Chaîne d'origine BBC One
Nb. de saisons 3
Nb. d'épisodes 9
Durée 90 minutes
Diff. originale 25 juillet 2010 – en production
Site web http://www.bbc.co.uk/programmes/b00t4pgh

Sherlock est une série télévisée policière britannique créée par Mark Gatiss et Steven Moffat et diffusée depuis le 25 juillet 2010 sur BBC One. Produite par Hartswood Films et BBC Wales pour la BBC et WGBH Boston pour sa série d'anthologie Masterpiece, elle est une adaptation moderne des aventures de Sherlock Holmes écrites par Sir Arthur Conan Doyle, avec Benedict Cumberbatch dans le rôle titre et Martin Freeman dans celui du docteur Watson.

En France, la série a été diffusée d'abord sur France 4 à partir du 1er janvier 2011, puis sur France 2 à partir du 15 juillet 2011, en Suisse dès le 13 avril 2011 sur RTS Un, et au Québec depuis le 13 mai 2011 à ICI Radio-Canada Télé.

Sherlock a fait de bons scores d'audience, et a reçu de nombreuses critiques positives, concernant notamment l'adaptation contemporaine de l’œuvre de Conan Doyle et les performances d'acteurs, et la première saison a remporté le BAFTA Award de la meilleure série dramatique et un Peabody Award en 2011.

Elle a connu à ce jour 3 saisons de 3 épisodes. Selon Martin Freeman (l'interprète du docteur Watson), le tournage de la saison 4 pourrait avoir lieu dès 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette adaptation libre des romans et nouvelles d'Arthur Conan Doyle présente le célèbre duo dans un contexte contemporain. En effet la série transpose l'époque dans laquelle évoluent les deux personnages de la fin du XIXe siècle au XXIe siècle.

Sherlock Holmes est détective consultant et il accueille comme colocataire le docteur Watson, un ancien médecin de l'armée britannique blessé en Afghanistan. Il aide Scotland Yard à résoudre des enquêtes ardues en utilisant ses dons d'observation et de déduction associés aux technologies actuelles comme Internet ou les téléphones portables.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

Version française 
Source V. F. : Doublage Séries Database[3] et RS Doublage[2]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le projet est né de la collaboration entre Steven Moffat et Mark Gatiss, ayant tous deux l'expérience de l'adaptation de la littérature victorienne pour la télévision[4]. Moffat avait précédemment adapté l’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde) dans la série de 2007 Jekyll[5], et Gatiss a été le scénariste de l'épisode Des morts inassouvis (The Unquiet Dead) de la série Doctor Who, où le Docteur rencontre Charles Dickens. Tous deux scénaristes de Doctor Who, ils discutaient de leur projet d'adaptation de Sherlock Holmes, en tant que fans des enquêtes du détective, au cours de leurs nombreux trajets vers Cardiff, siège de la production de Doctor Who[6]. Alors qu'ils se trouvaient à Monte-Carlo pour le Festival de télévision annuel, la productrice Sue Vertue, épouse de Steven Moffat, les réunit pour discuter des détails du projet. Il n'y avait pas d'adaptation récente des aventures de Sherlock Holmes (1988 au cinéma et 2001 à la télévision), et la série a commencé à être produite en même temps que le film moderne de Guy Ritchie, sorti en 2009[7].

Gatiss explique que ce qui les a attirés était l'idée de situer Sherlock dans le Londres d'aujourd'hui et ils ont voulu en particulier explorer la relation entre Sherlock Holmes et John Watson, et la raison pour laquelle ils sont devenus les plus incroyables partenaires de la littérature[N 1],[8]. Steven Moffat a ajouté qu'ils souhaitaient retourner au cœur de l'histoire originale : « les histoires de Conan Doyle ne parlaient pas de redingotes et de lampes à gaz ; elles parlaient de brillantes déductions, d'affreux méchants et de crimes à glacer le sang — et franchement, au diable la crinoline. Les autres détectives ont des affaires, Sherlock Holmes a des aventures, et c'est ça qui importe[N 2],[9] ».

Gatiss a également critiqué les récentes adaptations télévisées des récits de Conan Doyle, qu'il trouve « trop révérencieuses et trop lentes[7] », visant à être aussi irrévérencieux vis-à-vis du canon que les films des années 1930-1940 avec Basil Rathbone[8], leur préféré étant La Vie privée de Sherlock Holmes (The Private Life of Sherlock Holmes, 1970) de Billy Wilder avec Robert Stephens : ces films sont pour eux les plus proches de l'esprit des histoires de Doyle et ils ont voulu restituer cet esprit[N 3],[7].

Avec Steven Moffat, ils considèrent que tout ce qui a précédemment été fait sur Sherlock Holmes est trop « canonique », et que l'essence du personnage a été perdue dans les adaptations « d'époque[10] ». Leur Sherlock Holmes utilise les technologies modernes, les SMS, Internet et le GPS, pour résoudre les crimes[8], car en 1887 Sherlock Holmes était un jeune homme moderne[10] : « les accessoires ont changé ; la personnalité, elle, demeure[11] ». Paul McGuigan, réalisateur de deux des épisodes de Sherlock, précise que dans l'œuvre originale, Holmes utilise tous les appareils possibles et qu'il est toujours dans son laboratoire à faire des expériences. La série en est simplement une version moderne : il utilise les outils disponibles aujourd'hui pour démêler les choses[N 4],[12], et Cumberbatch, interprète du rôle titre, complète en disant : « je doute que [Holmes] utilise beaucoup Wikipédia, mais il utilise les technologies comme une ressource[N 5],[13] ».

Cette insistance sur les technologies modernes est encore accentuée par la transformation du slogan « la partie est commencée » en une formule plus moderne « c'est parti pour un tour[14] ». De nombreux éléments relatifs aux personnages ont également été actualisés, comme l'utilisation des prénoms alors qu'ils se nomment par leur nom de famille dans les romans (ce qui renvoie d'ailleurs au titre de la série)[15], à leur manière moins formelle de s'adresser l'un à l'autre (et le tutoiement pour la version française)[16],[17], le fait qu'ils soient vus comme un couple homosexuel par les observateurs extérieurs[14], etc.

En outre, des événements actuels ont été incorporés à l'histoire de chacun des personnages, afin de faire correspondre leur passé à la réalité contemporaine, et apaiser les admirateurs des récits originaux[N 6]. Par exemple, au début de la série, le docteur Watson que joue Martin Freeman revient blessé de la guerre en Afghanistan[18]. Alors qu'il parlait du personnage de Watson avec les membres de The Sherlock Holmes Society of London et discutait du fait qu'il rentrait blessé de la seconde guerre anglo-afghane (1878–1880), Gatiss a réalisé que « c'est la même guerre aujourd'hui. La même guerre ingagnable[8]. » Et dans la série comme dans le livre Holmes le devine au premier coup d'œil[11].

Sherlock a initialement été annoncé comme un unique épisode de 60 minutes au cours du Festival international de la télévision d'Édimbourg en août 2008[4] pour une diffusion prévue vers la fin de l'année 2009, avec l'ambition de produire une série complète si l'audience du pilote était satisfaisante[19]. Cependant, la première version du pilote — qui aurait coûté 800 000 £[20] — ayant fait les frais de rumeurs qui prévoyaient un désastre potentiel[20],[21], la BBC, qui produit la série, a décidé de ne pas le diffuser, et a commandé un nouveau tournage d'un total de trois épisodes de 90 minutes chacun[20],[21]. Le pilote original est disponible dans les bonus de la première saison en DVD. D'après l'équipe technique et certains journalistes, le pilote, qualifié de « plus primaire » par Steven Moffat[22], a changé de format et a été substantiellement rallongé et réécrit, et complètement réimaginé au niveau des décors, du rythme et du son[N 7],[21].

Casting[modifier | modifier le code]

Benedict Cumberbatch, interprète de Sherlock Holmes
Cumberbatch sur le tournage de Sherlock.
Martin Freeman, interprète de John Watson
Freeman sur le tournage.

Benedict Cumberbatch a obtenu le rôle de Sherlock Holmes, parce qu'il a, d'après The Guardian, la réputation de jouer des hommes étranges et brillants : son Holmes est froid, expert en technologies, et légèrement autiste[N 8],[23]. Cumberbatch ajoute : « c'est une lourde charge que de jouer [Sherlock Holmes], à cause du volume des mots dans sa tête et la vitesse de ses pensées — vous devez vraiment faire les connexions incroyablement rapidement. Il a toujours un coup d'avance sur le public, et sur n'importe qui ayant un intellect normal. Ils ne peuvent pas comprendre où ses pensées l'emmènent[N 9],[23] ». Moffat explique que Cumberbatch était leur premier et seul choix[7], et remarque que l'un des principaux défis en interprétant Sherlock Holmes, est qu'il y a tellement d'acteurs qui ont joué ce rôle que peu ont laissé leur empreinte, l'une des choses les plus difficiles étant alors d'être capable d'interpréter l'intelligence et les déductions sans paraître suffisant. « Je crois que Benedict a le bon équilibre entre la chaleur et la certitude absolue de la justesse de ses conclusions[N 10],[7]. »

Piers Wenger, chef des programmes dramatiques de BBC Wales, décrit le personnage principal comme un superhéros dynamique dans un monde moderne, un détective privé génial et arrogant, guidé par son désir de se prouver à lui-même qu'il est plus intelligent que l'auteur des crimes, la police, tout le monde, en fait[N 11],[19]. Pour s'adapter au changement social de l'époque, le Holmes de Cumberbatch a remplacé la pipe par des patchs de nicotine[12].

Le cocréateur Mark Gatiss a avoué qu'ils avaient eu plus de difficultés à trouver le bon acteur pour le rôle du Dr John Watson qu'ils n'en avaient eu pour le rôle titre[8]. La productrice Sue Vertue a ajouté que Benedict Cumberbatch était la seule personne qu'ils avaient en tête pour le rôle de Sherlock. « Une fois qu'il a été là, il fallait juste s'assurer qu'il y aurait affinité avec John [Watson][N 12],[24]. »

Steven Moffat a indiqué que Matt Smith a été le premier à auditionner sans succès pour le rôle de Watson, son interprétation aurait été trop « cinglée », plus appropriée pour Holmes, alors que les producteurs cherchaient quelqu'un de plus « terre-à-terre[25] ». Quelque temps après, Moffat, depuis peu producteur exécutif et scénariste en chef de la série Doctor Who, lui a offert le rôle du onzième Docteur[25].

Plusieurs acteurs ont auditionné pour le rôle de Watson, parmi lesquels Martin Freeman. Son interprétation a conditionné la façon dont Cumberbatch jouait Holmes, faisant d'eux des égaux, au lieu de faire de Watson un subordonné de Holmes. Il est capable de suivre Holmes mais aussi de critiquer ses idées et ses actes[26]. Vanessa Thorpe, journaliste à The Observer affirme que Freeman est un Watson crédible, capable de décoincer ce moderne Holmes, qui se décrit lui-même comme un « sociopathe de haut niveau[N 13],[8]. » Gatiss ajoute qu'il « est important que Watson ne soit pas un imbécile, bien qu'il soit vrai que Conan Doyle s'est toujours moqué de lui. Mais seul un idiot s'entourerait d'idiots »[8]. Moffat décrit Freeman comme une sorte d'opposé de Benedict Cumberbatch dans tous les domaines à l'exception du talent : « Benedict est un magnifique animal exotique dans son jeu d'acteur... Il n'a pas l'air de quelqu'un d'ordinaire, et il joue rarement des personnages ordinaires. Il interprète des gens exceptionnels. Mais Martin dégage une sorte de poésie de l'homme banal. J'aime le réalisme méticuleux dont il fait preuve dans tout ce qu'il entreprend. J'apprécie tout ce qu'il fait. Ça apporte quelque chose de neuf à chaque prise[N 14],[15] ».

Certains dialogues du premier épisode suggèrent que, dans cette version, le personnage de Sherlock Holmes est homosexuel. Ainsi, dans la scène au restaurant du premier épisode, Holmes répond à la question de Watson sur ses éventuelles relations par « Une copine ? Non, ce n'est pas ma tasse de thé[N 15] », et leur logeuse pense d'ailleurs qu'ils forment un couple[27]. Steven Moffat a réfuté toute relation sexuelle entre les deux hommes[28], mais voir « deux types traîner ensemble, vivre ensemble, dans notre fichu monde moderne, ça conduit les gens à se demander s'ils forment un couple[N 16],[29] ».

Rupert Graves interprète le rôle de l'inspecteur Lestrade, son grade ayant été traduit en anglais par le moderne Detective Inspector (DI) et en français par celui de lieutenant. Les scénaristes ont souligné le fait que Lestrade apparaissait moins souvent dans les romans qu'il ne le fait dans la série, mais ils ont décidé d'utiliser la version de lui qui est décrite dans Les Six Napoléons : un homme frustré par Holmes, mais qui admire ce dernier, et qui est considéré comme le meilleur agent de Scotland Yard par le détective[15]. Plusieurs acteurs ont auditionné en jouant le rôle de manière comique, mais l'équipe a apprécié la gravité que Graves apportait au personnage[15].

Andrew Scott a fait sa première apparition en tant que Moriarty dans Le Grand Jeu. Moffat explique que Moriarty est d'habitude, dans les autres adaptations des aventures de Sherlock Holmes, soit un homme ennuyeux, soit un méchant chic. Au contraire, les scénaristes ont dès le début décidé d'en faire un personnage réellement effrayant, voire un véritable psychopathe[N 17],[24]. Moffat et Gatiss n'avaient initialement pas l'intention de montrer la confrontation entre Moriarty et Holmes dès la première saison, mais ils se sont rendu compte qu'il leur suffisait de faire une scène de confrontation, une version raccourcie de la scène du Dernier Problème où les deux ennemis se rencontrent[30].

Les autres membres récurrents de la distribution sont Una Stubbs dans le rôle de Mrs Hudson, Louise Brealey dans celui de Molly Hooper, Vinette Robinson dans celui du sergent Sally Donovan, Zoe Telford dans celui de Sarah, tandis que le cocréateur Mark Gatiss joue Mycroft Holmes[31].

La deuxième saison voit apparaître Lara Pulver dans le rôle d'Irène Adler[32], Russell Tovey dans celui de Henry Knight, un nouveau client de Holmes et Watson[33]. Pour la troisième saison, un nouveau personnage des romans apparait dans la série : Mary Morstan, la fiancée du Dr Watson, interprétée par Amanda Abbington, la compagne de Martin Freeman. Les parents de Benedict Cumberbatch font également une apparition caméo dans le rôle des parents de Sherlock Holmes au cours du premier épisode, Le Cercueil vide[34].

Tournage et post-production[modifier | modifier le code]

North Gower Street, utilisée pour tourner les scènes situées à Baker Street
Tournage de Sherlock dans la North Gower Street, utilisée pour tourner les scènes situées à Baker Street.

La série est produite par Hartswood Films pour BBC Wales[35], alors que BBC Worldwide a aussi participé à la coproduction[36]. Le réseau américain PBS coproduit également la série, dans la lignée de sa propre série Masterpiece[37],[38].

Filmé à Londres et à Cardiff[39], le tournage du pilote, écrit par Steven Moffat et réalisé par Coky Giedroyc, a débuté en janvier 2009[40]. La scène du restaurant italien a été tournée de nuit dans un bar de Swansea, au Pays de Galles[39]. Les scènes du 221B Baker Street ont été tournées au 187 North Gower Street, à Londres[41], car bien que certains plans aient été filmés dans la « vraie » Baker Street[39], le trafic routier n'a pas permis d'y tourner les scènes entières[42].

En juillet 2009, la BBC a annoncé son projet de réaliser finalement une série de trois épisodes qui seraient diffusés en 2010. Le tournage, commencé en janvier 2010, s'est déroulé à Londres et à Cardiff, dans les studios Hartswood Films et Upper Boat Studios où est également tournée la série Doctor Who[43]. Le premier épisode a entièrement été re-réalisé par Paul McGuigan, qui a également réalisé le troisième, tandis qu'Euros Lyn a dirigé le deuxième. Les épisodes ont été filmés dans l'ordre inverse de leur diffusion[30].

Le générique est composé d'un assemblage d'images actuelles de Londres, dont les principaux monuments, lieux et symboles qui caractérisent la capitale britannique (Piccadilly Circus, Big Ben, London Eye, le 30 St Mary Axe, les taxis londoniens, les bus à impériale, etc.), d'images empruntées à la série et d'images représentant les sciences légales, spécialité de Sherlock Holmes, sur une musique de David Arnold et Michael Price, également compositeurs de la bande originale des épisodes. Seuls les noms des deux acteurs principaux sont cités, ainsi que ceux des scénaristes et créateurs de la série, et enfin le nom de Sir Arthur Conan Doyle, créateur des personnages[44].

Les costumes du pilote ont été dessinés par Ray Holman, vainqueur d'un BAFTA Cymru Award[45]. Cumberbatch est habillé par Sarah Arthur dans les autres épisodes, et il est vêtu d'un trench coat Belstaff de plus de 1 000 £[43]. La costumière explique : « Holmes ne montre aucun intérêt pour la mode, donc je me suis tournée vers des costumes classiques avec des côtés modernes : des pantalons serrés, et une veste cintrée à deux boutons. J'ai aussi trouvé des chemises cintrées et un long manteau échancré pour les scènes d'action - ça rend bien sur l'horizon londonien[N 18],[43]. »

Les scénaristes affirment qu'ils ne voulaient pas faire entrer de force la modernité dans l'histoire. La question d'inclure le numéro de l’appartement sur la porte d'entrée s'est posée, car cet élément semble désuet aujourd'hui avec l'utilisation d'une sonnette pour chaque appartement, mais on l'a finalement conservé, le 221B étant un symbole trop fort de la légende Sherlock Holmes. Enfin, le réalisateur Paul McGuigan a eu l'idée d'intégrer à l'image le contenu des SMS envoyés et reçus par les personnages, plutôt que de filmer et monter des plans supplémentaires de leur main tenant le téléphone[15]. Le même procédé a été réutilisé et affiné pour la deuxième saison, où apparaissent à l'écran les déductions de Holmes lorsqu'il observe les personnages, ainsi que de nombreux indices visuels permettant d'illustrer son propos ou le train de ses pensées[46],[47].

Le 10 août 2010, la BBC a annoncé la production d'une seconde saison, dont Mark Gatiss a confirmé sur Twitter que le tournage a commencé le 16 mai 2011[48] et s'est terminé le 24 août, et dont la diffusion a débuté en janvier 2012[24]. Pour les besoins scénaristiques, Cumberbatch a dû apprendre à jouer du violon, et il a été entraîné par la violoniste Eos Chater (en)[49]. Les producteurs ont eu du mal à coordonner les emplois du temps des interprètes principaux avec ceux de Steven Moffat et Mark Gatiss pour la deuxième saison. Benedict Cumberbatch et Martin Freeman ont tous deux participé au Hobbit de Peter Jackson en 2012, alors que Moffat a poursuivi l'écriture des scénarios de Doctor Who. Une troisième saison a été diffusée, le tournage ayant commencé le 18 mars 2013, et une quatrième saison est prévue pour Noël 2015 et le courant de l'année 2016.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Composée par David Arnold et Michael Price, la bande originale de la première saison a été éditée par Silva Screen le 30 janvier 2012[50],[51], et celle de la deuxième saison le sera le 27 février 2012[52],[53].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Note : Sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la page de la série sur IMDb[54]. Les chiffres entre parenthèses détaillent les épisodes concernés sous la forme ([saison].[épisode]).

Équipe technique[modifier | modifier le code]

Spécifications techniques[modifier | modifier le code]

Diffusion internationale[modifier | modifier le code]

BBC Worldwide a vendu Sherlock dans plus de 180 pays, où la série a été soit sous-titrée soit doublée[58].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Sherlock.

Première saison (2010)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1 de Sherlock.

Après l'abandon du premier pilote non-diffusé (Unaired Episode) de 60 minutes, la production a commandé trois épisodes de 90 minutes chacun diffusés sur BBC One du 25 juillet au 8 août 2010 le dimanche soir en prime time. Ils s'inspirent de plusieurs nouvelles de Conan Doyle, le premier épisode étant principalement adapté de Une étude en rouge (A Study in Scarlet)[70]. Les deux autres sont tirés de plusieurs aventures chacun : La Vallée de la peur (The Valley of Fear) et Les Hommes dansants (The Adventure of the Dancing Men) pour le deuxième[71], et Les Plans du Bruce-Partington (The Adventure of the Bruce-Partington Plans), Les Cinq Pépins d'orange (The Five Orange Pips) et Le Traité naval (The Adventure of the Naval Treaty), ainsi que Une étude en rouge et Le Dernier Problème (The Final Problem) pour le troisième[72].

  1. Une étude en rose (A Study in Pink)
  2. Le Banquier aveugle (The Blind Banker)
  3. Le Grand Jeu (The Great Game)

Deuxième saison (2012)[modifier | modifier le code]

BBC One a commandé une deuxième saison de trois épisodes de 90 minutes pour une diffusion durant l'automne 2011[73]. Début août 2011, la productrice Sue Vertue a cependant annoncé que la diffusion de la deuxième saison était repoussée à l'année 2012[74], en raison notamment du retard pris dans le tournage, conséquence des émeutes ayant éclaté dans la capitale britannique pendant l'été[75].

Lors du Comic Con britannique en mai 2011, Mark Gatiss a annoncé les récits dont sont inspirés les trois épisodes de la saison : Un scandale en Bohême (A Scandal in Bohemia) pour le premier épisode, du Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles) pour le deuxième et enfin du Dernier Problème (The Final Problem) pour clore la saison[76].

La seconde saison a été diffusée à partir du 1er janvier 2012 sur BBC One[77]. D'une durée de 90 minutes, les deux premiers épisodes ont été réalisés par Paul McGuigan et le troisième par Toby Haynes (en), réalisateur de plusieurs épisodes de Doctor Who[76].

  1. Un scandale à Buckingham (A Scandal in Belgravia)
  2. Les Chiens de Baskerville (The Hounds of Baskerville)
  3. La Chute du Reichenbach (The Reichenbach Fall)

Christmas Special (2013)[modifier | modifier le code]

Le 24 décembre 2013, BBC One a mis en ligne un mini-épisode Christmas Special. D'une durée de sept minutes, il s'agit d'une préquelle à la saison 3 à venir, diffusée à partir de début janvier. Se déroulant deux ans après la mort supposée de Sherlock Holmes, une série d'indices sont aperçus par différents personnages de la série annonçant son probable retour[78],[79].

  1. Many Happy Returns

Troisième saison (2014)[modifier | modifier le code]

Les créateurs ont annoncé sur Twitter, juste après la diffusion du dernier épisode de la saison 2, qu'une troisième saison avait été commandée en même temps que la deuxième par la BBC[80],[81].

Mark Gatiss a annoncé en interview que le premier épisode de cette troisième saison reprendrait la nouvelle La Maison vide (The Adventure of the Empty House) ; elle suit chronologiquement Le Dernier Problème, ayant inspiré le dernier épisode de la saison 2[82]. Les deux autres épisodes font référence aux aventures Le Signe des quatre (The Sign of Four) et Son dernier coup d'archet (His Last Bow), respectivement.

Du fait des agendas chargés des deux acteurs principaux occupés par des rôles au cinéma, la date de tournage a été repoussée au mois de mars 2013 au lieu du mois de janvier[83],[84]. L'acteur danois Lars Mikkelsen est engagé pour interpréter le rôle de Charles Augustus Magnussen, le méchant de la saison[85]. Les parents de l'acteur Benedict Cumberbatch font un bref caméo dans le premier épisode de la saison, dans le rôle des parents de Sherlock[86].

La saison 3 a été diffusée sur BBC One les 1er, 5 et 12 janvier 2014, figure de proue des festivités de fin d'année sur la chaîne[87]. Pour l'annonce de la date de diffusion le 29 novembre 2013, un corbillard a sillonné les rues de Londres avec des couronnes de fleurs annonçant « Sherlock - 01.01.14 », faisant ainsi référence au titre du premier épisode de la saison, The Empty Hearse (littéralement « le corbillard vide »)[88].

En France, le premier épisode de cette saison est diffusé sur France 4 le 3 avril 2014 à 20h45[89] et en Suisse le 28 mars 2014 sur RTS Un.

  1. Le Cercueil vide (The Empty Hearse)
  2. Le Signe des trois (The Sign of Three)
  3. Son dernier coup d'éclat (His Last Vow)

Quatrième saison[modifier | modifier le code]

Steven Moffat a annoncé en janvier 2014 qu'une quatrième saison est en projet[90]. La BBC précise en juillet 2014 que la saison, qui comptera toujours trois épisodes et dont le tournage commencera en janvier 2015, sera précédée d'un épisode spécial de Noël pour une diffusion en 2016 [91],[92].

Steven Moffat a annoncé avoir établi l'intrigue générale des quatrième et cinquième saisons lors d'une même séance de travail[93].

Univers de la série[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Sherlock Holmes[modifier | modifier le code]

Statue de Sherlock Holmes
Statue de Sherlock Holmes dans sa tenue la plus représentative (créée par Sidney Paget), avec le pardessus, le deerstalker et la pipe.
Article connexe : Sherlock Holmes.

Sherlock Holmes (interprété par Benedict Cumberbatch) est un jeune homme grand, élancé et élégant aux cheveux noirs et bouclés (il est décrit de façon similaire dans les romans originaux), capable de tenir des raisonnements et d'aboutir à des conclusions à partir d'une incroyable quantité d'informations et d'observations de détails qui semblent insignifiants aux yeux de beaucoup.

Se considérant lui-même comme un « sociopathe de haut niveau », il affirme avoir inventé pour lui la fonction de détective consultant[14], et possède un esprit analytique unique, qu'il utilise pour résoudre des crimes, les plus étranges et déroutants possible, et se défaire ainsi un temps de l'ennui qui constitue son quotidien[7]. Il fait preuve d'une « arrogance provocatrice, d'une tendance geek et d'une intelligence supérieure, proportionnelle à son inaptitude aux relations humaines[94]. »

« On s'en fiche de la décence ! Cette fois c'est parti pour un tour, Madame Hudson[N 19] ! »

— Sherlock Holmes, Une étude en rose[14]

Ce caractère singulier lui vaut d'être traité par beaucoup, notamment les membres des forces de police avec lesquels il collabore, comme le médecin légiste Anderson ou le sergent Donovan, de « taré » ou de « psychopathe »[14]. Lorsque John commente les déductions (ou inductions) de Sherlock et s'exclame, sincère, que « c'est brillant », ce dernier semble agréablement surpris, car, lui avoue-t-il, la plupart des gens lui disent d'« aller se faire foutre[N 20],[14] ». Il est sensible à la flatterie et aux compliments sur ses capacité cognitives, son ego étant d'ailleurs utilisé par Moriarty pour arriver à ses fins[17].

Holmes montre également de grandes aptitudes athlétiques et pour le combat rapproché. Il sait se servir de divers types d'armes. Le Détective connaît également Londres comme sa poche[14], avec une précision allant jusqu'à la connaissance des travaux de voirie ou des sens uniques[14]. Le héros emploie un réseau d'informateurs SDF et/ou graffeurs qu'il utilise comme « ses yeux et ses oreilles ». Capable de mémoriser des centaines de détails, il a cependant de grandes lacunes dans ses connaissances de culture générale : par exemple, il ignorait que la Terre tourne autour du Soleil avant de rencontrer John Watson[17]. Enfin, il est un adepte des nouvelles technologies et utilise à outrance les SMS, Internet ou le GPS.

Ses rapports avec Watson sont également singuliers. Il le traite avec peu de considération, voire avec une certaine rudesse la plupart du temps, le laissant en plan lorsqu'il est sur une piste ou lui faisant traverser Londres pour utiliser son téléphone portable, mais fait montre d'une émotion sincère au moment où son ami est enlevé[17]. Mais au grand désespoir de ce dernier, Holmes semble davantage se préoccuper de la résolution des affaires et des mystères, plutôt que des victimes qui y sont impliquées[17].

Sherlock Holmes est apparemment asexuel, et se dit « marié à son travail ». À plus d'une reprise, Sherlock et John sont vus par les autres comme un couple homosexuel. Il sait cependant utiliser son charme pour s'assurer l'aide de Molly Hooper, la légiste du St Bartholomew's Hospital, qui est éprise de Sherlock[46]. Une nouvelle relation voit le jour avec l'arrivée d'Irène Adler, pour laquelle il ressent une attirance qu'il minimise largement en public. Cependant, en privé, il la considère comme « LA Femme[N 21] »[46].

Ancien fumeur, il se servait du tabac[95] (voire des drogues) pour réfléchir, mais, du fait des lois anti-tabac modernes, il utilise de multiples patchs de nicotine pour arriver à un état de méditation propice à la concentration[14]. En effet, il est même allé jusqu'à payer tous les patrons des tabacs alentours pour que ceux-ci refusent de lui vendre du tabac. Cependant sa dépendance est grande et il n'hésite pas, comme dans l'épisode Les Chiens de Baskerville, à respirer la fumée des cigarettes que ses clients consomment.

Musicien émérite, il est un violoniste doué et il emploie quelquefois son instrument à des moments incongrus. Il apprécie de s'en servir lorsqu'il ressent des difficultés de concentration[96], peut-être pour passer outre son stress[96].

Enfin, Sherlock Holmes possède des connaissances en langue allemande, dont l'étendue n'est pas précisée. Ainsi, il est capable de spontanément traduire le mot :« Rache » en « vengeance »[14] dans son esprit (lors de l'épisode Une étude en rose). Dans le deuxième épisode de la deuxième saison, il échange quelque mots avec des touristes allemands. Sherlock Holmes indique également à son antagoniste Moriarty que le pseudonyme Richard Brook dont ce dernier s'est servi est en réalité la transcription anglaise du mot allemand Reichenbach[96] (lors de l'épisode La Chute du Reichenbach).

John Watson[modifier | modifier le code]

Article connexe : Docteur Watson.

John Watson (interprété par Martin Freeman) est, dans la série, impliqué dans les affaires de Holmes comme son assistant, l'aidant par ses compétences médicales. Ancien médecin militaire, il a été renvoyé chez lui après une blessure à l'épaule en Afghanistan, ayant entraîné ce que Holmes et son psychothérapeute diagnostiquent comme une claudication psychosomatique. Il utilise en effet une canne au début de la série, mais l'oubli de cette canne dans un restaurant confirme ce diagnostic plus tard dans le premier épisode[14]. Son syndrome de stress post-traumatique est un élément récurrent de la série : en plus des symptômes physiques (boitement, tremblement intermittent), son esprit semble avoir été brisé par la guerre. Il s'agace facilement, mais a gardé sa capacité à ne pas perdre son sang-froid dans les situations stressantes, ainsi que ses aptitudes au tir[14].

Il devient colocataire de Holmes au 221B Baker Street au début du premier épisode, le lendemain de leur rencontre. Physiquement son opposé, il est petit et blond, et leurs différences physiques sont à l'avantage de Holmes, qui semble alors plus grand qu'il ne l'est vraiment lorsqu'il est photographié à côté de Watson[46]. Gentil, attentionné et humain, John Watson est le contrepoint de l'intelligence froide de Sherlock. Il s'occupe de l'aspect pratique de leur colocation, fait les courses et prend un job pour payer leurs factures. Watson participe à la notoriété de Sherlock Holmes en publiant les récits de leurs enquêtes sur son blog, qui devient plus populaire que le propre site Internet de Holmes (qui consiste en un recueil de techniques d'expertise très pointues et spécialisées).

Ayant un fort sens de l'intégrité personnelle, probablement héritée de son entraînement militaire et de son éducation médicale, il se montre incroyablement loyal envers son nouveau colocataire, et refuse l'argent offert par Mycroft Holmes pour espionner son frère[14]. Il est cependant capable d'utiliser la force, parfois pour tuer, lorsque la vie de quelqu'un est menacée, et ne montre pas de signe de remords par la suite.

Il met aussi un point d'honneur à détromper les personnes qui pensent que lui et Holmes forment un couple. Sa relation avec Holmes évolue au cours de la deuxième saison, où Watson devient moins impressionné par les capacités déductives de son compagnon[97], et son rôle est d'ailleurs mis en avant[95].

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Detective Inspector Lestrade
Lestrade (interprété par Rupert Graves) est le « detective inspector » de Scotland Yard chargé des enquêtes sur lesquelles travaille Sherlock Holmes. (Le titre d' « Inspecteur » utilisé du temps de Conan Doyle n'existe plus dans la police britannique contemporaine.) Il a pour Holmes un respect réticent (on apprend qu'il le considère même comme un ami dans le dernier épisode de la saison 2) et ne partage pas l'animosité de son équipe. Malgré tout, il est souvent frustré par les manières énigmatiques de Holmes, par les sarcasmes qu'il profère sur son incompétence et le manque d'explications lorsqu'il arrive à ses conclusions.
Mycroft Holmes
Mycroft Holmes (interprété par Mark Gatiss) est le frère de Sherlock. Il enlève Watson et lui offre de l'argent en échange d'informations sur Holmes. Ce dernier le considère comme son « meilleur ennemi », en dépit de l'attention que son grand frère lui porte. Il semble travailler pour les services secrets du gouvernement de Sa Majesté et il détient un pouvoir conséquent : il est capable de contrôler les téléphones, de manœuvrer les caméras de surveillance et a accès à de nombreuses informations classées secret défense[14]. Il possède aussi des dons de déduction, et corrige même Sherlock à certaines occasions, bien qu'il soit bien plus poli et civilisé que son jeune frère[17]. En dépit du fait qu'il préfère éviter le travail de terrain, il garde toujours un œil sur les activités de son jeune frère.
James Moriarty
Jim Moriarty (interprété par Andrew Scott) est l'antagoniste des deux premières saisons de la série. Adversaire de Holmes, il est le seul criminel consultant au monde, de la même façon que Holmes est le seul détective consultant. Il est derrière tous les crimes des trois épisodes de la première saison, se comportant comme un sponsor ou un cerveau. Il montre un intérêt quasi obsessionnel pour Sherlock Holmes, bien qu'il n'hésite pas à essayer de le tuer lorsque son intérêt retombe[17]. Conformément à la mission qu'il s'est choisie, il conseille les criminels et particulièrement Irène Adler, à qui il apprend à manipuler les « Frères Holmes[N 22] », sans rien demander en échange, devenant impliqué dans les situations problématiques juste pour leur causer des difficultés[46]. Comme son opposition face à Holmes commence à stagner (il le dit lui-même), il se suicide d'une balle dans la bouche à l'issue de la saison 2 afin de surprendre Holmes et faire échouer le détective consultant dans son enquête. Cependant, à la fin de la saison 3, il apparaît subitement sur tous les écrans de télévisions du Royaume-Uni, répétant "Vous ai-je manqués?"
Mme Hudson
Mme Hudson (interprétée par Una Stubbs) est la logeuse du 221B Baker Street. Sherlock Holmes est entré dans ses bonnes grâces après s'être assuré de l'exécution de son mari en Floride[14]. Bien qu'elle répète qu'elle n'est pas leur gouvernante, elle passe du temps chez les « garçons » et elle semble au courant de nombre de leurs aventures. Son importance pour ses locataires est résumée par Sherlock : « Honte à toi, John Watson... Mrs Hudson, quitter Baker Street ? L'Angleterre tomberait[N 23],[46] ! »
Molly Hooper
Molly travaille à la morgue dans l'hôpital St Bartholomew's de Londres où Sherlock Holmes et Docteur Watson, lui rendent visite pour leurs enquêtes. Elle a un faible pour Sherlock Holmes mais il semble l'ignorer. Elle est décrite comme un personnage solitaire.

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Saison Épisode Téléspectateurs
(en millions)[N 24]
Part d'audience
[N 25]
1 Une étude en rose 9,23[N 26] 28,5 %[98]
Le Banquier aveugle 8,08[N 27] 25,5 %[99]
Le Grand Jeu 9,18[N 28] 31,3 %[100]
2 Un scandale à Buckingham 10,66[N 29] 30,9 %[101]
Les Chiens de Baskerville 10,27[N 30] 29 %[102]
La Chute du Reichenbach 9,78[N 31] 30 %[103]
3 Le Cercueil vide 9,2 (provisoire)[N 32] 33,8 %[104]
Le Signe des trois 8,8 (provisoire)[N 33] 31,9 %[105]

Au Royaume-Uni, pour la diffusion originale sur BBC One (et sur BBC HD simultanément) les 25 juillet, 1er et 8 août 2010, la série a réuni en moyenne 7,5 millions de téléspectateurs (8,8 avec les rediffusions de la première semaine)[106], soit une part d'audience d'environ 28,4 % par épisode[98], devenant ainsi le programme le plus regardé du dimanche sur les trois week-ends de l'été[99].

Le fait que la série a été diffusée pendant l'été 2010, alors que la majorité des productions télévisuelles sont en standby pendant les vacances, ajouté à une campagne promotionnelle efficace, ont contribué à son succès[107]. Le terrain avait été préparé par le film de Guy Ritchie, Sherlock Holmes, qui réintégrait Holmes et Watson dans leur monde victorien d'origine, faisant de Sherlock la seconde adaptation en moins d'un an, mais la mémoire des familiers de l’œuvre de Conan Doyle et la curiosité des néophytes avaient été déjà mobilisées. Le succès public et critique a eu des échos en Europe et aux États-Unis, via Internet, avant la diffusion des épisodes sur les chaînes de télévision[107].

Le 1er janvier 2012, le retour de la série a réalisé un excellent score avec plus de 10,6 millions de téléspectateurs, soit 30,9 % de part de marché[108]. De plus, les épisodes ont reçu de nombreuses critiques positives à propos du rythme bien mené, de l'adaptation à la fois fidèle et actuelle, de l'humour des scenarii et des performances d'acteurs, ainsi que de la mise en scène inventive de McGuigan et Haynes[109],[110]. La seconde saison voit une augmentation globale de l'audience, avec une moyenne située aux alentours de 10,2 millions de téléspectateurs par épisode[106], soit plus d'un million supplémentaire par rapport à la première saison, faisant de la série le programme le plus regardé après le célèbre soap EastEnders pendant deux semaines consécutives[106],[N 34]. Sherlock est également le programme le plus visionné sur la plateforme de rattrapage en vidéo à la demande de la BBC, BBC iPlayer, avec jusqu'à 623 000 visonnages en une journée[111].

Dans les autres pays[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, la série est diffusée sur PBS à partir du 24 octobre 2010 sous la bannière Masterpiece Mistery![112]. USA Today qualifie la série de « vive, drôle et intelligente, fidèle à l'esprit des histoires de Conan Doyle mais en leur insufflant un soupçon de modernité[N 35],[113] », et The New York Times écrit que les téléspectateurs américains trouveront une ressemblance du Holmes de Cumberbatch avec le Patrick Jane de Mentalist et Adrian Monk, le héros éponyme de la série[114].

En France, la diffusion de la série sur la chaîne France 4 du groupe France Télévisions, a rencontré un franc succès, en réalisant des scores supérieurs à la moyenne de la chaîne dans cette case. Le premier épisode inédit diffusé le 1er janvier 2011 a ainsi été suivi par 1 153 000 téléspectateurs (4,9 % de parts d'audience)[115], tandis que les deuxième et troisième épisodes ont réuni respectivement 1 050 000 (4,4 %)[116] et 820 000 téléspectateurs (3,6 %) les 8 et 15 janvier 2011[117]. Devant ces bons scores d'audience, France 2 a même décidé de rediffuser la série sur son antenne à partir du 15 juillet 2011[118]. La diffusion des deux premiers épisodes sur France 2 a réuni 2,6 millions de téléspectateurs, soit environ 13,5 % de parts d'audience à chaque fois[119],[120]. Le troisième épisode a été regardé par 2,3 millions de personnes pour une part d'audience d'environ 12 %[121].

Pour la deuxième saison diffusée sur France 4 en mars 2012, Sherlock a également réalisé de bons scores d'audience, avec respectivement 1,1[122], 1,5[123] et 1,2 million de téléspectateurs[124] devant chacun des trois épisodes. La saison affiche une moyenne de 1,3 million, soit une part d'audience de 4,87 %, propulsant France 4 à la première place des chaînes de la TNT le mercredi soir des diffusions[124]. Tout comme la première saison, la deuxième a eu le droit à une diffusion sur France 2. Le premier épisode a réuni, pour la soirée du 3 juillet 2013, 2 924 000 téléspectateurs, soit 11,4 % de part de marché, propulsant France 2 au quatrième rang national ce soir-là. Le 10 juillet 2013, l'épisode Les Chiens de Baskerville a atteint la troisième marche du podium avec 2 296 000 téléspectateurs soit 10,6 % des parts de marché.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La série a rapidement reçu de nombreuses critiques positives. Le premier épisode a été particulièrement bien noté par l'Appreciation Index (utilisé comme un indicateur de l'appréciation des téléspectateurs pour un programme télévisé ou radiophonique au Royaume-Uni) avec un score de 87/100[125],[126]. L'hebdomadaire The Observer écrit que la série ressemble à un croisement entre Withnail et moi (en) et La Vengeance dans la peau, avec un soupçon de Doctor Who puisqu'elle a été écrite et créée par les scénaristes de Doctor Who, Mark Gatiss et Steven Moffat[N 36],[8]. The Guardian ajoute : « ce n'est qu'un début, mais le premier épisode, Une étude en rose, est brillamment prometteur. Il a la finesse de MI-5 mais c'est indiscutablement Sherlock Holmes. Les séquences de déduction sont ingénieuses, et l'intrigue porte la marque de Moffat. Les puristes vont s'en offusquer, comme ils le font toujours. Mais Sherlock a déjà fait quelque chose de remarquable : il s'est emparé de la télévision du dimanche soir, et l'a rendue intéressante[N 37],[127] ». D'autres critiques ont nuancé quelque peu ces propos : un journaliste de The Guardian s'étonnait que certains éléments de l'intrigue ne soient pas expliqués[128], et un rédacteur de The Independent suggère que la série est un peu trop lente à résoudre les cas[129] mais ajoute que Cumberbatch, d'après Moffat « le seul homme à pouvoir jouer Sherlock Holmes avec un nom encore plus stupide[N 38],[130], a succédé au court règne de Robert Downey Jr. en tant que nouveau Sherlock Holmes branché[130] ».

Télérama a publié des critiques positives à propos de la série : « Brillant adaptateur, Steven Moffat signe un divertissement de qualité, en parfait équilibre entre la réécriture respectueuse et l'innovation scénaristique et formelle. [...] Écriture enlevée, réalisation soignée et créative, cette relecture riche en suspense et en humour profite aussi d'une belle alchimie entre ses deux acteurs principaux[131] » et ajoute que son cynisme et sa misanthropie rappellent le docteur House, « son plus célèbre descendant télévisuel[132] ». Le Nouvel Observateur mentionne également la qualité du doublage français[94], confié par France Télévision à la société Nice Fellow, qui a traduit les incrustations au cours de la postproduction, notamment les SMS qui apparaissent à l'écran[1].

La Libre Belgique ajoute que l'adaptation de Moffat et Gatiss est particulièrement bien réussie : « revisiter des chefs-d’œuvre de la littérature classique est un exercice qui n’effraie pas les créateurs britanniques. Désinhibés et même particulièrement en verve, leurs créations apportent un démenti cinglant à l’adage qui veut qu’adapter signifie forcément trahir. Nulle trace de trahison dans cette relecture de l'œuvre de Sir Arthur Conan Doyle (1887) car son Sherlock reste fondamentalement le même : un cerveau brillant, observateur pathologique, arrogant et asocial tandis que seule la forme (son enveloppe corporelle) change. Et encore, si peu[133]. »

Par les Holmésiens[modifier | modifier le code]

Steven Moffat indique qu'il n'a pas eu à affronter l'opposition des puristes : « Même les sociétés de vieux spécialistes ont approuvé[10] ». La Société Sherlock Holmes France mentionne le rythme très soutenu et haletant, ainsi que le grand nombre de détails canoniques[134].

The Sherlock Holmes Society of London indique dans sa critique de la série que « c'était tout ce que [la société] attendait, et même plus encore ! [...] Bien sûr, il y aura beaucoup de gens à ne pas aimer — ceux qui pensent que le deerstalker et la pipe sont d'une certaine manière Sherlock Holmes, et ceux qui abhorrent toute allusion à la sexualité dans le monde de Holmes et Watson — mais ils seront largement minoritaires face à ceux qui adorent [la série], qu'ils soient ou non holmésiens[N 39],[135] ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

La première saison a remporté le BAFTA Television Award (plus importante récompense de la télévision britannique) de la meilleure série dramatique en 2011, et Freeman celui du meilleur acteur dans un second rôle, Cumberbatch ayant quant à lui été nommé au BAFTA du meilleur acteur[136]. Outre-Atlantique, la série a également été remarquée : elle a reçu un Peabody Award[137] et a été nommée aux prestigieux Emmy Awards[138] (équivalents des Oscars pour la télévision) en 2011.

Sherlock a également été nommée par The Guardian 4e des dix meilleures séries dramatiques, et 2e des dix meilleures nouvelles séries télévisées britanniques de l'année 2010[139].

Sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la page Awards de la série sur l'Internet Movie Database[140]. En gras sont indiquées les récompenses majeures.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Épisode Lauréat(s)
2010 Satellite Awards Meilleure mini-série Mark Gatiss et Steven Moffat
Peabody Awards[137] Catégorie divertissement Une étude en rose
2011 BAFTA Television Awards[141] Meilleure série dramatique Mark Gatiss et Steven Moffat
Meilleur acteur dans un second rôle Martin Freeman
Meilleur montage Une étude en rose Charlie Phillips
BAFTA Cymru Awards[142] Meilleure série dramatique Une étude en rose Sue Vertue
Meilleure photographie - Fiction Une étude en rose Steve Lawes
Meilleurs décors Une étude en rose Arwel Jones
Meilleur réalisateur - Fiction Le Banquier aveugle Euros Lyn
Meilleurs maquillages et coiffures Le Grand Jeu Claire Pritchard
Broadcasting Press Guild Awards Meilleur acteur Benedict Cumberbatch
Crime Thriller Awards (Daggers)[143] Meilleure série Mark Gatiss et Steven Moffat
Meilleur acteur Benedict Cumberbatch
Prix Europa (en)[144] Meilleur épisode d'une série télévisée Une étude en rose Mark Gatiss et Steven Moffat
Rockie Awards (Festival international des médias de Banff)[145] Meilleure série Une étude en rose Mark Gatiss et Steven Moffat
Royal Television Society Awards[146] Meilleure série dramatique Mark Gatiss et Steven Moffat
Television Critics Association Awards[147] Meilleure mini-série Mark Gatiss et Steven Moffat
TV Choice Awards (en)[148] Meilleure nouvelle série dramatique Mark Gatiss et Steven Moffat
2012 BAFTA Television Awards Meilleur acteur dans un second rôle Andrew Scott (acteur)
Special Award Steven Moffat
Meilleur scénariste Un scandale à Buckingham Steven Moffat
Meilleur son Un scandale à Buckingham Doug Sinclair, Howard Bargroff, Jeremy Child et John Mooney
Meilleur montage Charlie Phillips
Critics' Choice Television Awards Meilleure mini-série Mark Gatiss et Steven Moffat
Meilleur acteur dans une mini-série Benedict Cumberbatch
2013 Irish Film and Television Awards Meilleur acteur dans un second rôle Andrew Scott

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Épisode Nommé(s)
2010 Satellite Awards Meilleur acteur Benedict Cumberbatch
2011 BAFTA Television Awards[141] Meilleur acteur Benedict Cumberbatch
Meilleur réalisateur Une étude en rose Paul McGuigan
Meilleure musique Une étude en rose Michael Price et David Arnold
Meilleurs décors Une étude en rose Arwel Jones
YouTube Audience Award Prix du public
BAFTA Cymru Awards[142] Meilleur son Le Grand Jeu John Mooney, Jeremy Child, Doug Sinclair
Broadcasting Press Guild Awards Meilleure série dramatique Mark Gatiss et Steven Moffat
Meilleur scénario Mark Gatiss, Steven Moffat et Steve Thompson
Channel of the Year Awards
(Festival international de la télévision d'Édimbourg)[149]
Meilleur programme hertzien Mark Gatiss et Steven Moffat
The Network & Fast Track Programme Choice Award Prix spécial des initiatives The Network et Fast Track du festival
Crime Thriller Awards (Daggers)[143] Meilleur acteur dans un second rôle Rupert Graves
Emmy Awards
(Creative Arts Primetime Emmy Awards)[138]
Meilleur scénario Une étude en rose Steven Moffat
Meilleure musique Une étude en rose Michael Price et David Arnold
Meilleur montage Une étude en rose Charlie Phillips
Meilleurs effets visuels Une étude en rose James Etherington
National Television Awards Meilleure série Mark Gatiss et Steven Moffat
Meilleur acteur Benedict Cumberbatch
Royal Television Society Awards[146] Meilleure musique Michael Price et David Arnold
Meilleure photographie Steve Lawes
Meilleur montage Charlie Phillips
Saturn Awards Meilleure présentation télévisée Mark Gatiss et Steven Moffat
Television and Radio Industries Club Awards[150] Série dramatique de l'année Mark Gatiss et Steven Moffat
TV Quick Awards (en) Meilleur acteur Benedict Cumberbatch
Writers' Guild Awards[151] Meilleur drame dans un format court à la télévision Mark Gatiss, Steven Moffat et Steve Thompson
2012 BAFTA Television Awards You Tube Audience Award Prix du public
Meilleur acteur Benedict Cumberbatch
Meilleur acteur dans un second rôle Martin Freeman
Critics' Choice Television Awards Meilleure actrice dans une mini-série Lara Pulver
Television Critics Association Awards Meilleure mini-série Mark Gatiss et Steven Moffat
Emmy Awards
(Primetime Emmy Awards)
Meilleure mini-série ou du meilleur téléfilm Un scandale à Buckingham Mark Gatiss et Steven Moffat
Meilleur acteur Un scandale à Buckingham Benedict Cumberbatch
Meilleur acteur dans un second rôle Un scandale à Buckingham Martin Freeman
Meilleure réalisation Un scandale à Buckingham Paul McGuigan
Meilleur scénario Un scandale à Buckingham Steven Moffat
2013 Golden Globes Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm Benedict Cumberbatch

Influence et produits dérivés[modifier | modifier le code]

La popularité de la série a conduit la chaîne de grands magasins Debenhams à s'approvisionner en manteaux similaires à celui que porte Sherlock. Le fabricant de vêtements Belstaff, créateur de celui qui apparaît dans la série, a été forcé de relancer sa production du trench-coat qui habille Benedict Cumberbatch[152]. The Independant écrit que « le créateur Paul Costelloe a, pour satisfaire à la demande, proposé des manteaux et des écharpes inspirés de la série, et que l'un des tailleurs de Savile Row, John Pearse, disait que beaucoup de ses clients se renseignaient sur les vêtements des acteurs[N 40],[43] ». Le journaliste Alexis Petridis explique qu' « on peut comprendre pourquoi les hommes veulent avoir ce look. Peut-être qu'ils ont remarqué l'effet que Cumberbatch, qui ne ressemble pas aux beaux mecs standard de la télé, a sur le public féminin... et ils ont décidé que cela devait avoir quelque chose à voir avec ses fringues. Il s'avère donc que la dernière icône de la mode britannique est un sociopathe asexuel fictif, apparu pour la première fois à l'écran en train de frapper un cadavre avec une cravache. Le génial détective lui-même n'avait sûrement pas prévu cela[N 41],[152] ». Certaines marques de mode, inspirées par l'effet de la série et alimentées par le film de Guy Ritchie, ont commencé à intituler certaines de leurs collections Sherlock Chic, comme chez Dolce&Gabbana et dans le magazine spécialisé Vogue[43].

De plus, les ventes des aventures de Sherlock Holmes ont connu une hausse de plus de 180 % au cours de la diffusion de la première saison au Royaume-Uni[153]. La maison d'éditions Penguin Classics, proposant la version la plus vendue des Aventures de Sherlock Holmes a annoncé une augmentation des ventes de 83 % durant l'été 2010, et les œuvres liées à Sherlock Holmes, comme Death Cloud d'Andrew Lane, mettant en scène les aventures de Sherlock Holmes dans sa jeunesse, ont aussi vu leurs ventes grimper avec la diffusion de la série[154]. En janvier 2012, au cours des trois semaines de la diffusion de la deuxième saison, les ventes ont également connu une large augmentation, avec près du double de ventes d'une semaine « normale », soit environ 2 000 copies par semaine[155].

Speedy's, le magasin de sandwichs de North Gower Street au rez-de-chaussée de l'immeuble où Holmes et Watson habitent, a vu son chiffre d'affaires augmenter avec l'arrivée de nouveaux clients ayant reconnu la boutique dans la série[156].

BBC Online a également publié une série de sites liés au monde fictif de la série, évoqués par les différents personnages dans les épisodes. Ils sont rédigés et actualisés par Joseph Lidster : The Science of Deduction (le site de Holmes), le blog du Dr Watson, le journal de Molly Hooper ou le site officiel de Connie Price (l'une des victimes du 3e épisode)[157]. Pour la deuxième saison, seul le blog de John Watson a été actualisé, où ont été publiées les chroniques des aventures des deux amis mentionnées dans les épisodes[158] (The Science of Deduction, le site fictif de Sherlock Holmes a juste mis en ligne une analyse des cendres de tabac citée dans Un scandale à Buckingham[159]).

BBC Books (en) a publié un collection dérivée de rééditions des romans et nouvelles de Conan Doyle, avec des couvertures représentant les deux acteurs principaux, Cumberbatch et Freeman. Une étude en rouge (A Study in Scarlet)[160],[161] et Les Aventures de Sherlock Holmes (The Adventures of Sherlock Holmes)[162],[163] sont sortis à l'automne 2011, avec respectivement une préface de Steven Moffat et Mark Gatiss. En mars 2012 seront édités Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles)[164], avec une préface de Benedict Cumberbatch, ainsi que Le Signe des quatre (Sign of Four)[165], avec une préface de Martin Freeman, et Les Mémoires de Sherlock Holmes (The Memoirs of Sherlock Holmes)[166], avec une préface de Steve Thompson.

  • (en) Arthur Conan Doyle (préf. Steven Moffat), A Study in Scarlet, Londres, BBC Books,‎ 15 septembre 2011 (1re éd. 1887), 224 p. (ISBN 978-1849903660)
  • (en) Arthur Conan Doyle (préf. Mark Gatiss), The Adventures of Sherlock Holmes, Londres, BBC Books,‎ 27 octobre 2011 (1re éd. 1892), 336 p. (ISBN 978-1849903677)
  • (en) Arthur Conan Doyle (préf. Benedict Cumberbatch), The Hound of the Baskervilles, Londres, BBC Books,‎ 29 mars 2012 (1re éd. 1901), 192 p. (ISBN 978-1849904094)
  • (en) Arthur Conan Doyle (préf. Martin Freeman), Sign of Four, Londres, BBC Books,‎ 29 mars 2012 (1re éd. 1889), 192 p. (ISBN 978-1849904049)
  • (en) Arthur Conan Doyle (préf. Steve Thompson), The Memoirs of Sherlock Holmes, Londres, BBC Books,‎ 29 mars 2012 (1re éd. 1892), 224 p. (ISBN 978-1849904063)

DVD[modifier | modifier le code]

Un coffret DVD (zone 2) et Bluray (toutes régions) est sorti au Royaume-Uni le 30 août 2010[167], en Australie le 4 novembre et aux États-Unis le 9 novembre 2010. Ils contiennent les trois épisodes de la première saison et quelques bonus. Une étude en rose contient un commentaire audio avec Steven Moffat, Mark Gatiss et Sue Vertue, alors que Benedict Cumberbatch, Martin Freeman et Mark Gatiss commentent Le Grand Jeu. L'épisode pilote non diffusé est aussi disponible, une version de 60 minutes d’Une étude en rose réalisée par Coky Giedroyc, ainsi qu'un documentaire de 32 minutes sur la production de la série, intitulé Unlocking Sherlock[168].

La deuxième saison est sortie en DVD au Royaume-Uni le 23 janvier 2012[169]. Le coffret distribué par la BBC contient, en plus des trois épisodes, le commentaire audio de Un scandale à Buckingham et Les Chiens de Baskerville, ainsi qu'un documentaire intitulé Sherlock Uncovered[170].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « What appealed to us about the idea of doing Sherlock in the present day is that the characters have become almost literally lost in the fog ... And while I am second to no one in my enjoyment of that sort of Victoriana, we wanted to get back to the characters and to why they became the most wonderful partnership in literature. »
  2. Citation originale : « Conan Doyle's stories were never about frock coats and gas lights; they're about brilliant detection, dreadful villains and blood-curdling crimes — and frankly, to hell with the crinoline. Other detectives have cases, Sherlock Holmes has adventures, and that's what matters. »
  3. Citation originale : « They seem to us to be closest to the real spirit of the Doyle stories. We wanted to capture that spirit and most importantly, it’s made by people who love Sherlock Holmes. »
  4. Citation originale : « In the books he would use any device possible and he was always in the lab doing experiments ... It’s just a modern-day version of it. He will use the tools that are available to him today in order to find things out. »
  5. Citation originale : « I doubt he [Holmes] uses Wikipedia much — but he uses technology as a resource. »
  6. Citation originale : « Ground the forthcoming tales in reality, and appease ardent fans of the classic tales. »
  7. Citation originale : « Substantially expanded and rewritten, and completely reimagined in look, pace and sound. »
  8. Citation originale : « Cumberbatch has a reputation for playing odd, brilliant men very well, and his Holmes is cold, techie, slightly Aspergerish. »
  9. Citation originale : « There's a great charge you get from playing him, because of the volume of words in your head and the speed of thought – you really have to make your connections incredibly fast. He is one step ahead of the audience, and of anyone around him with normal intellect. They can't quite fathom where his leaps are taking him. »
  10. Citation originale : « I think one of the great challenges of playing Sherlock Holmes is that so many actors have played the character, but few have made an impression. One of the critical things is to be able to play the cleverness and the deductions without seeming smug. I think Benedict has the right balance of warmth alongside an unapologetic assumption of imperiousness which is spot on »
  11. Citation originale : « A dynamic superhero in a modern world, an arrogant, genius sleuth driven by a desire to prove himself cleverer than the perpetrator and the police — everyone in fact. »
  12. Citation originale : « Benedict was the only person we actually saw for [the part of] Sherlock... Once Benedict was there it was really just making sure we got the chemistry for John [Watson]. »
  13. Citation originale : « Freeman's dependable, capable Watson unlocks this modern Holmes, a man who now describes himself as "a high-functioning sociopath". »
  14. Citation originale : « the sort of opposite of Benedict in everything except the amount of talent. Benedict is a magnificent exotic animal as an actor ... He doesn’t look like a normal person; he rarely plays normal people. He plays exceptional people. But Martin finds a sort of poetry in the ordinary man. I love the fastidious realism of everything he does. I believe everything he does. It’s brand new on every take. »
  15. Citation originale : « Girlfriend? No, not really my area. »
  16. Citation originale : « It's just that thing of two blokes hanging around together living together – in this nice modern world it leads to people saying, 'Oh, are they a couple? »
  17. Citation originale : « We knew what we wanted to do with Moriarty from the very beginning. Moriarty is usually a rather dull, rather posh villain so we thought someone who was genuinely properly frightening. Someone who's an absolute psycho. »
  18. Citation originale : « Holmes wouldn't have any interest in fashion so I went for classic suits with a modern twist: narrow-leg trousers and a two-button, slim-cut jacket. I also went for slim-cut shirts and a sweeping coat for all the action scenes – it looks great against the London skyline ».
  19. Citation originale : « Who cares about decent? The game, Mrs. Hudson, is on! ».
  20. Citation originale : « Piss off »
  21. Jeu de mots sur le fait qu'Adler se fait appeler professionnellement « La Femme » (« The Woman »).
  22. Citation originale : « The Holmes Boys ».
  23. Citation originale : « Shame on you, John Watson. [...] Mrs. Hudson, leave Baker Street? England would fall! ».
  24. Addition de l'audience du soir de la diffusion originale sur BBC One et BBC HD et de celle des rediffusions de la première semaine. Voir BARB.co.uk pour consulter les programmes les plus regardés de la semaine sur BBC One et BBC HD.
  25. Part de marché du soir de la première diffusion sur BBC One.
  26. Soit 8 698 000 sur BBC One et 535 000 sur BBC HD.
  27. Soit 7 744 000 sur BBC One et 334 000 sur BBC HD.
  28. Soit 8 656 000 sur BBC One et 521 000 sur BBC HD.
  29. 8,75M le premier soir. Voir les programmes les plus regardés de la semaine du 26 décembre 2011 au 1er janvier 2012 sur BARB.
  30. 8,16M le premier soir. Voir les programmes les plus regardés de la semaine du 2 au 8 janvier 2012 sur BARB.
  31. 7,9M le premier soir. Voir les programmes les plus regardés de la semaine du 9 au 15 janvier 2012 sur BARB.
  32. 9,2M le premier soir. Voir les programmes les plus regardés de la semaine du 30 décembre 2013 au 5 janvier 2014 sur BARB.
  33. 8,8M le premier soir. Voir les programmes les plus regardés de la semaine du 30 décembre 2013 au 5 janvier 2014 sur BARB.
  34. Le troisième et dernier épisode est devancé sur le classement hebdomadaire par le pilote de Call the Midwife.
  35. Citation originale : « The result is a sharp, funny, clever series that remains faithful to the spirit of Doyle's stories while infusing them with a vibrant spirit of modernity »
  36. Citation originale : a cross between Withnail and I and The Bourne Ultimatum, there is also a hint of Doctor Who about the drama; hardly surprising, since it has been written and created by Doctor Who writers Mark Gatiss and Steven Moffat
  37. Citation originale : « It's early days, but the first of three 90-minute movies, "A Study In Pink", is brilliantly promising. It has the finesse of Spooks but is indisputably Sherlock Holmes. The deduction sequences are ingenious, and the plot is classic Moffat intricacy. Purists will take umbrage, as purists always do. But Sherlock has already done something quite remarkable; it's taken television's Sunday night and made it sexy »
  38. Citation originale : « the only man to play Sherlock Holmes with an even stupider name »
  39. Citation originale : « Sherlock is all we'd hoped for and more! [...] Obviously there'll be many who don't like it - those who think that the deerstalker and pipe in some way "are" Sherlock Holmes, and those who abhor any hint of sexuality in the world of Holmes and Watson - but they'll be far outnumbered by those who absolutely love it, whether or not they were already Holmesians. »
  40. Citation originale : « designer Paul Costelloe moved to meet the demand, offering tailored coats and scarves based on the series, while Savile Row bespoke tailor John Pearse said many of his clients were inquiring about the actors' clothes. »
  41. Citation originale : « you can see why men wanted to get the look. Perhaps they noted the effect Cumberbatch, by no means your standard telly hunk, had on lady viewers ... and decided it must have something to do with the clobber. So it is that Britain's latest men's style icon is a fictional asexual sociopath first seen onscreen hitting a corpse with a stick. Surely not even the great detective himself could have deduced that was going to happen. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sullivan Le Postec, « Sherlock » in french, sur A-suivre.org,‎ 7 décembre 2010 (consulté le 17 juillet 2011)
  2. a et b « Fiche du doublage de la série » sur RS Doublage, consulté le 22 mars 2014
  3. a, b, c et d « Fiche du doublage de la série » sur Doublage Séries Database, consulté le 22 mars 2014
  4. a et b (en) Robin Parker, « Doctor Who's Moffat to pen modern Sherlock Holmes », sur Broadcast Now,‎ 23 août 2008 (consulté le 2 février 2011)
  5. (en) James Walton, « The weekend on Television », sur The Telegraph,‎ 17 juin 2007 (consulté le 2 février 2011)
  6. (en) Nathan Bevan, « Benedict Cumberbatch, Martin Freeman star in new BBC Sherlock Holmes drama filmed in Cardiff », sur Wales Online,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 2 février 2011)
  7. a, b, c, d, e et f (en) « Press Pack », sur Hartswood Films (consulté le 16 juillet 2011)
  8. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Vanessa Thorpe, « Sherlock Holmes is back… sending texts and using nicotine patches », sur The Guardian,‎ 18 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  9. (en) « Site officiel », sur BBC (consulté le 2 février 2011)
  10. a, b et c (fr) Pierre Langlais, « Sherlock le jeune », Télérama, no 3209,‎ 16 juillet 2011 (lire en ligne).
  11. a et b (fr) Mathilde Fassin, « Un “Sherlock” version smartphone », Télérama, no 3189,‎ 4 janvier 2011 (lire en ligne).
  12. a et b (en) Brian Pendreigh, « Times have changed but crimes are the same for new Sherlock Holmes », sur Herald Scotland,‎ 19 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  13. (en) Press Association, « Sherlock is a ride for Cumberbatch », sur Streatham Scotland,‎ 24 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Épisode Une étude en rose (A Study in Pink), premier épisode de la première saison de la série Sherlock. Diffusé pour la première fois le 25 juillet 2010. sur la chaîne BBC. Autres crédits : Scénariste : Steven Moffat. Réalisateur : Paul McGuigan..
  15. a, b, c, d et e [vidéo] (en) Sue Vertue, Steven Moffat et Mark Gatiss. Commentaire audio du DVD de l'épisode Une étude en rose.
  16. Épisode Le Banquier aveugle (The Blind Banker), deuxième épisode de la première saison de la série Sherlock. Diffusé pour la première fois le 1er août 2010. sur la chaîne BBC. Autres crédits : Scénariste : Steve Thompson. Réalisateur : Euros Lyn..
  17. a, b, c, d, e, f et g Épisode Le Grand Jeu (The Great Game), troisième épisode de la première saison de la série Sherlock. Diffusé pour la première fois le 8 août 2010. sur la chaîne BBC. Autres crédits : Scénariste : Mark Gatiss. Réalisateur : Paul McGuigan..
  18. (en) « Life outside The Office for Martin Freeman », sur Wales Online,‎ 16 juin 2009 (consulté le 2 février 2011)
  19. a et b (en) « BBC to make a modern-day Sherlock Holmes », sur The Telegraph,‎ 19 décembre 2008 (consulté le 19-02-12)
  20. a, b et c (en) Stuart Heritage, « Replay the best of 2010 », sur The Guardian,‎ 24 décembre 2010 (consulté le 2 février 2011)
  21. a, b et c (en) Mark Lawson, « The rebirth of Sherlock », sur The Guardian,‎ 2 septembre 2010 (consulté le 2 février 2011)
  22. (fr) Thomas Destouches, « Steven Moffat, le véritable Doctor Who », sur Allociné,‎ 2 juillet 2011 (consulté le 19 juillet 2011)
  23. a et b (en) Amanda Mitchison, « Benedict Cumberbatch on playing Sherlock Holmes », sur The Guardian,‎ 17 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  24. a, b et c (en) Vicky Frost, « Sherlock to return for second series », sur The Guardian,‎ 10 août 2010 (consulté le 2 février 2011)
  25. a et b (en) Dan French, « Matt Smith rejected for BBC's Sherlock », sur Digital Spy,‎ 4 février 2010 (consulté le 2 février 2011)
  26. (en) Alan Kistler, « BBC's new SHERLOCK Annotations: Episode 1, A Study in Pink », sur Newsarama,‎ 18 novembre 2010 (consulté le 19 juillet 2011)
  27. (en) Jessica Geen, « BBC drama hints Sherlock Holmes is gay », sur Pinknews,‎ 23 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  28. (en) Paul Revoir, « Sherlock Holmes and a very modern mystery: Could he and Watson be gay? », sur Daily Mail,‎ 23 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  29. (en) Daniel Sperling, « Cumberbatch, Moffat: 'Sherlock's not gay' », sur Digital Spy,‎ 25 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  30. a et b [vidéo] (en) Sue Vertue, Steven Moffat et Mark Gatiss. Commentaire audio du DVD de l'épisode Le Grand Jeu.
  31. (en) « Sherlock », sur l'IMBD (consulté le 17 juillet 2011).
  32. (en) Simon Brew, « Sherlock series 2 casting news », sur Den of Geek,‎ 3 août 2011 (consulté le 5 janvier 2012).
  33. (en) Morgan Jeffery, « Russell Tovey to appear in Sherlock », sur Digital Spy,‎ 30 juin 2011 (consulté le 5 janvier 2012).
  34. (en) Paul Jones, « Benedict Cumberbatch’s parents make Sherlock cameo », sur RadioTimes,‎ 1er janvier 2014.
  35. (en) « Sherlock », sur Hartswood Films (consulté le 2 février 2011)
  36. (en) Steve Clarke, « Can Holmes solve co-prod mystery? », sur Variety,‎ 1 octobre 2009 (consulté le 2 février 2011)
  37. (en) Jon Weisman, « PBS climbs 'Upstairs' with BBC », sur Variety,‎ 22 février 2010 (consulté le 2 février 2011)
  38. (en) « Sherlock – Press Pack », sur BBC,‎ 7 décembre 2010 (consulté le 2 février 2011)
  39. a, b et c (en) « Gossip from city filming of BBC drama Sherlock », sur This Is South Wales,‎ 24 janvier 2009 (consulté le 2 février 2011)
  40. (en) « BBC Drama announces Sherlock, a new crime drama for BBC One », sur BBC,‎ 19 décembre 2008 (consulté le 2 février 2011)
  41. (en) « Holmes sweet Holmes », sur BBC,‎ 27 juillet 2010 (consulté le 2 février 2011)
  42. (en) « Sherlock Holmes, and the riddle of the packed sandwich bar », sur Daily Mail,‎ 15 août 2010 (consulté le 2 février 2011)
  43. a, b, c, d et e (en) Robin Parker, « Hartswood set to develop projects from Welsh office », sur Broadcast Now,‎ 20 août 2009 (consulté le 16 juillet 2011)
  44. (fr) « Générique : Sherlock », sur Critictoo,‎ 12 janvier 2011 (consulté le 19 juillet 2011)
  45. (en) « Sherlock Pilot », sur le site de Ray Holman (consulté le 16 juillet 2011)
  46. a, b, c, d, e et f Épisode A Scandal in Belgravia, premier épisode de la deuxième saison de la série Sherlock. Diffusé pour la première fois le 1er janvier 2012. sur la chaîne BBC. Autres crédits : Scénariste : Steven Moffat. Réalisateur : Paul McGuigan..
  47. (en) Chris Harvey, « Sherlock, BBC One, review », sur The Telegraph,‎ 1er janvier 2012 (consulté le 5 janvier 2012)
  48. (en) « Mark Gatiss on Twitter », sur Twitter,‎ 6 janvier 2011 (consulté le 17 juillet 2011)
  49. (en) Eos Chater, « How I taught Sherlock Holmes to play the violin », sur The Guardian,‎ 4 janvier 2012 (consulté le 5 janvier 2012)
  50. (en) « Sherlock Series One - David Arnold, Michael Price », sur Silva Screen Music (consulté le 24 janvier 2012).
  51. (en) « Sherlock - Original Television Soundtrack Music From Series One », sur Amazon (consulté le 24 janvier 2012).
  52. (en) « Sherlock Series Two - David Arnold, Michael Price », sur Silva Screen Music (consulté le 24 janvier 2012).
  53. (en) « Sherlock - Original Television Soundtrack Music From Series Two », sur Amazon (consulté le 24 janvier 2012).
  54. (en) « Page de Sherlock », sur IMDb (consulté le 17 janvier 2012)
  55. (en) Sherlock - « Saison 1 » et « Saison 2 » sur Hartswood Films.
  56. (en) « Sherlock - Company Credits », sur IMDb (consulté le 17 juillet 2011)
  57. (en) « British Board of Film Classification », sur le site officiel (consulté le 5 janvier 2012)
  58. (en) Clive Morgan, « Sherlock: the universal language of crime fighting », sur The Telegraph,‎ 30 décembre 2011 (consulté le 5 janvier 2012).
  59. (en) « Site officiel », sur BBC (consulté le 22 juillet 2011).
  60. (ru) « Sherlock », sur Perviy Kanal (consulté le 22 juillet 2011).
  61. (en) « Sherlock – Starts Sunday October 17th 8:30pm Nine », sur TV Central (consulté le 22 juillet 2011).
  62. (en) « Sherlock », sur PBS - Masterpiece (consulté le 22 juillet 2011).
  63. (fr) « Sherlock », sur France Télévision (consulté le 22 juillet 2011).
  64. (nl) « Sherlock », sur Canvas (consulté le 22 juillet 2011).
  65. (it) « Sherlock », sur Joi (consulté le 22 juillet 2011).
  66. (da) « Sherlock », sur DR (consulté le 22 juillet 2011).
  67. (fr) « Sherlock », sur Radio-Canada (consulté le 22 juillet 2011).
  68. (fi) « Sherlock », sur YLE (consulté le 22 juillet 2011).
  69. (de) « Sherlock », sur ARD (consulté le 22 juillet 2011).
  70. (en) John Teti, « Sherlock - A Study In Pink », sur AV Club,‎ 24 octobre 2010.
  71. (en) John Teti, « Sherlock - The Blind Banker », sur AV Club,‎ 7 novembre 2010.
  72. (en) John Teti, « Sherlock - The Great Game », sur AV Club,‎ 7 novembre 2010.
  73. (en) Colin Daniels, « BBC's Sherlock to return in 2011 », sur Digital Spy,‎ 28 août 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  74. (fr) « La saison 2 de "Sherlock"... pas avant 2012 ? », sur Allociné,‎ 4 août 2011 (consulté le 15 août 2011).
  75. (en) Andrew Laughlin, « Sherlock filming halted by London riots », sur Digital Spy,‎ 10 août 2010 (consulté le 15 août 2011).
  76. a et b (en) « BBC One's BAFTA-nominated Sherlock begins filming second series », sur BBC Press Office,‎ 16 mai 2011 (consulté le 16 juillet 2011).
  77. (en) « Sherlock: A Scandal In Belgravia », sur BBC Media Centre (consulté le 11 décembre 2011).
  78. (en) « Sherlock Mini Episode - Many Happy Returns », sur BBC One (consulté le 24 décembre 2013)
  79. (en) Emma Dibdin, « Sherlock mini-episode to air on Christmas Day », sur Digital Spy,‎ 3 décembre 2013 (consulté le 24 décembre 2013)
  80. (en) « @steven_moffat », sur Twitter,‎ 15 janvier 2012 (consulté le 16 janvier 2012).
  81. (en) « @Markgatiss », sur Twitter,‎ 15 janvier 2012 (consulté le 16 janvier 2012)
  82. (en) « 'Sherlock' series three details revealed by Mark Gatiss », sur Digital Spy,‎ 3 mai 2012 (consulté le 16 mai 2012)
  83. (en) Morgan Jeffery, « Steven Moffat on 'Doctor Who', 'Sherlock' and his BAFTA Special Award », sur Digital Spy,‎ 19 mai 2012 (consulté le 26 novembre 2013).
  84. (en) « Sherlock Series 3 begins filming March 18 2013 », sur Sherlockology,‎ 8 mars 2013 (consulté le 26 novembre 2013).
  85. (en) Sue Vertue, « Sherlock's new nemesis - introducing Lars Mikkelsen as Charles Augustus Magnussen. », sur Twitter,‎ 23 juillet 2013 (consulté le 26 novembre 2013).
  86. (en) Paul Jones, « Benedict Cumberbatch’s parents make Sherlock cameo », Radio Times,‎ 1er janvier 2014 (consulté le 2 janvier 2014).
  87. (en) « BBC reveals festive TV highlights », BBC News,‎ 26 novembre 2013 (consulté le 26 novembre 2013).
  88. (en) Louisa Mellor, « Sherlock series 3 starts on January the 1st », Den of Geek,‎ 29 novembre 2013 (consulté le 29 novembre 2013).
  89. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18631801.html
  90. (en) « Sherlock will be back for fourth series, says producer Steven Moffat », sur The Guardian.com,‎ 9 janvier 2014
  91. (en) « Sherlock announcement: Special confirmed with 'three new episodes' as #221back riddle is revealed »,‎ 8 janvier 2014
  92. « Sherlock sera officiellement de retour en 2015 ! »,‎ 2 juillet 2014
  93. (en) Paul Jones, « Sherlock: We’ve plotted out the whole of series 4 and 5 reveals Steven Moffat »,‎ 2 juillet 2014
  94. a et b (fr) Marjolaine Jarry, « Élémentaire ! », TéléObs, no 2436,‎ 15 juillet 2011.
  95. a et b (en) Gareth McLean, « Mark Gatiss on writing The Hounds of Baskerville », sur Radio Times,‎ 8 janvier 2012 (consulté le 15 janvier 2012).
  96. a, b et c Épisode La Chute du Reichenbach (The Reichenbach Fall), troisième épisode de la deuxième saison de la série Sherlock. Diffusé pour la première fois le 15 janvier 2012. sur la chaîne BBC. Autres crédits : Scénariste : Steve Thompson. Réalisateur : Toby Haynes..
  97. (en) Gwilym Mumford, « Sherlock returns to the BBC: 'He's definitely devilish », sur The Guardian,‎ 17 décembre 2011 (consulté le 15 janvier 2012).
  98. a et b (en) Mark Sweney, « Sherlock Holmes more popular than Tom Cruise », sur The Guardian,‎ 26 juillet 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  99. a et b (en) Jason Deans, « Sherlock on the case with 6.4m », sur The Guardian,‎ 2 août 2010 (consulté le 22 juillet 2011).
  100. (en) Paul Millar, « BBC One's Sherlock surges to 7.3m », sur Digital Spy,‎ 9 août 2010 (consulté le 22 juillet 2011).
  101. (en) Tara Conlan, « BBC1's Sherlock gets back on the case with nearly 9 million viewers », sur The Guardian,‎ 3 janvier 2012 (consulté le 5 janvier 2011).
  102. (en) John Plunkett, « Dancing on Ice left clueless by Sherlock », sur The Guardian,‎ 9 janvier 2012 (consulté le 14 janvier 2011).
  103. (en) Mark Sweney, « Sherlock outsmarts Dancing on Ice », sur The Guardian,‎ 16 janvier 2012 (consulté le 16 janvier 2011).
  104. (en) John Plunkett, « Sherlock: nearly 10m viewers watch BBC detective's return », The Guardian,‎ 2 janvier 2014 (consulté le 3 janvier 2014).
  105. (en) John Plunkett, « Sherlock tracks down nearly 9 million as Dancing on Ice takes a tumble », The Guardian,‎ 6 janvier 2014 (consulté le 8 janvier 2014).
  106. a, b et c (en) « Weekly Top Programmes (faire une recherche par semaine) », sur Broadcasters' Audiences Research Board (consulté le 16 juillet 2011).
  107. a et b « Sherlock : retour sur le succès de l’été », sur Critictoo,‎ 17 août 2010 (consulté le 20 juillet 2011).
  108. « Audiences : Excellent retour pour Sherlock en Grande-Bretagne », sur International TV,‎ 17 août 2010 (consulté le 20 juillet 2011).
  109. (en) « Sherlock », sur The Guardian (consulté le 16 juillet 2011).
  110. (en) « Sherlock, Series 2 Finale, BBC One », sur The Arts Desk (consulté le 16 juillet 2011).
  111. (en) Emma Barnett, « BBC iPlayer enjoys record audience figures », sur The Telegraph,‎ 16 janvier 2012 (consulté le 16 juillet 2011).
  112. (en) « Sherlock », sur PBS (consulté le 16 juillet 2011).
  113. (en) Robert Bianco, « Modern-day 'Sherlock': Exemplary, my dear viewers », sur USA Today,‎ 22 octobre 2010 (consulté le 21 juillet 2011)
  114. (en) Mike Hale, « The Latest Sherlock Hears a ‘Who’ », sur New York Times,‎ 21 octobre 2010 (consulté le 21 juillet 2011).
  115. « Audiences du Week-end : excellent démarrage pour Sherlock ! », sur Allociné,‎ 3 janvier 2011 (consulté le 16 juillet 2011)
  116. « Audiences du Week-End: NCIS cartonne, TF1 assure », sur Allociné,‎ 10 janvier 2011 (consulté le 16 juillet 2011)
  117. « Audiences du Week-end : 1788 et demi déçoit… », sur Allociné,‎ 17 janvier 2011 (consulté le 16 juillet 2011)
  118. (fr) « Sherlock arrive sur France 2 », sur TV mag,‎ 12 juin 2011 (consulté le 16 juillet 2011)
  119. « Audiences du Week-end : NCIS fait-il souffrir Secret Story ? », sur Allociné,‎ 18 juillet 2011 (consulté le 27 juillet 2011)
  120. « Audiences du week-end: des Experts, des agents du FBI et un détective », sur Allociné,‎ 25 juillet 2011 (consulté le 27 juillet 2011)
  121. « Audiences du week-end: TF1 en tête de bout en bout », sur Allociné,‎ 1er août 2011 (consulté le 15 août 2011)
  122. « Audiences : quel score pour le retour de Sherlock ? », sur Allociné,‎ 22 mars 2012 (consulté le 5 avril 2012)
  123. « Audiences : Sherlock enquête encore mieux », sur Allociné,‎ 29 mars 2012 (consulté le 5 avril 2012)
  124. a et b « Audiences : Sherlock s'en va en beauté... », sur Allociné,‎ 5 avril 2012 (consulté le 5 avril 2012)
  125. (en) Paul Millar, « Sherlock well-received by critics », sur Digital Spy,‎ 28 juillet 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  126. (en) « No s**t, Sherlock », sur The Sun,‎ 29 juillet 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  127. (en) Dan Martin, « Sherlock makes Sunday night TV sexy », sur The Guardian,‎ 23 juillet 2010 (consulté le 16 juillet 2011)
  128. (en) Sam Wollaston, « Sherlock and Orchestra United », sur The Guardian,‎ 26 juillet 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  129. (en) Tom Sutcliffe, « Sherlock, Sun, BBC1, Amish: World's Squarest Teenagers, Sun, Channel 4 », sur The Independant,‎ 26 juillet 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  130. a et b (en) Gerard Gilbert, « The ideal Holmes show: Benedict Cumberbatch is a revelation as supersleuth Sherlock Holmes », sur The Independant,‎ 12 août 2010 (consulté le 17 juillet 2011).
  131. Pierre Langlais, « Sherlock », sur Télérama,‎ 9 juillet 2011 (consulté le 16 juillet 2011)
  132. Pierre Langlais, « Sherlock - Le grand jeu », Télérama, no 3210,‎ 20 juillet 2011, p. 121.
  133. Karin Tshidimba, « Toujours au service de sa Gracieuse Majesté », sur La Libre Belgique,‎ 23 mai 2011 (consulté le 30 août 2011)
  134. (en) « Sherlock 2010 BBC », sur Société Sherlock Holmes France,‎ 3 août 2010 (consulté le 17 juillet 2011).
  135. (en) Roger Johnson, « Sherlock - BBC - Comments », sur Sherlock Holmes Society of London,‎ 15 août 2010 (consulté le 17 juillet 2011)
  136. (en) John Plunkett et Josh Halliday, « BBC's Sherlock wins best drama award at Baftas », sur The Guardian,‎ 22 mai 2011 (consulté le 16 juillet 2011).
  137. a et b (en) « COMPLETE LIST OF RECIPIENTS OF THE 70th ANNUAL PEABODY AWARDS », sur le site officiel des Peabody Awards (consulté le 15 juillet 2011)
  138. a et b (en) « Sherlock: A Study In Pink (Masterpiece) », sur le site officiel des Emmy Awards (consulté le 17 juillet 2011)
  139. (en) « Top TV shows of 2010 », sur The Guardian (consulté le 23 juillet 2011).
  140. (en) « Sherlock - Awards », sur l'IMDB (consulté le 5 janvier 2012).
  141. a et b (en) « Television Awards Nominees and Winners in 2011 », sur le site de la BAFTA (consulté le 5 janvier 2012)
  142. a et b (en) « British Academy Cymru Awards - Winners in 2011 », sur le site de la BAFTA Cymru (consulté le 5 janvier 2012)
  143. a et b (en) « ITV Crime Thriller Awards 2010 », sur It's A Crime,‎ 12 octobre 2010 (consulté le 17 juillet 2011)
  144. (en) « Prix Europa - Best Episode of a Television Fiction Series or Serial of the Year 2011: Sherlock - A Study in Pink », sur Prix Europa (consulté le 5 janvier 20121)
  145. (en) « The Fiction Rockies », sur Banff Media Festival (consulté le 21 juillet 2011)
  146. a et b (en) « RTS Announces Winners for the Programme Awards 2010 », sur Royal Television Society (consulté le 5 janvier 2012)
  147. (en) « The Television Critics Association Announces 2011 TCA Awards Winners », sur Television Critics Association (consulté le 5 janvier 2012)
  148. (en) « TV Choice Awards 2011 », sur TV Choice (consulté le 5 janvier 2012)
  149. (en) « MGEITF Arqiva Channel of the Year Awards », sur Edinburgh International Television Festival (consulté le 16 août 2011)
  150. (en) « 2011 TRIC Awards Nominees », sur Television and Radio Industries Club Awards (consulté le 5 janvier 2012)
  151. (en) « Writers' Guild Awards 2011 - winners », sur le site de la Writers' Guild of Great Britain,‎ 16 novembre 2011 (consulté le 5 janvier 2012)
  152. a et b (en) Alexis Petridis, « No chic, Sherlock », sur The Guardian,‎ 4 septembre 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  153. (en) Philip Stone, « No shit Sherlock as TV adaptation boosts book sales », sur The Bookseller,‎ 12 août 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  154. (fr) « La série TV Sherlock Holmes relance les (faibles) ventes des livres », sur Actua Litté,‎ 13 août 2010 (consulté le 21 août 2011).
  155. (en) Paul Jones, « Benedict Cumberbatch's Sherlock boosts Conan Doyle book sales », sur Radio Times,‎ 17 janvier 2012 (consulté le 25 janvier 2012).
  156. (en) « Sherlock Holmes, and the riddle of the packed sandwich bar », sur The Daily Mail,‎ 15 août 2010 (consulté le 16 juillet 2011).
  157. (en) « Other Sherlock related websites », sur Site officiel sur la BBC (consulté le 16 juillet 2011).
  158. (en) « The Blog of Dr. John H. Watson » (consulté le 25 janvier 2012).
  159. (en) « The Science of Deduction » (consulté le 25 janvier 2012).
  160. (en) « Sherlock: A Study in Scarlet », sur Ebury Publishing (consulté le 24 janvier 2012).
  161. (en) « Sherlock: A Study in Scarlet », sur BBC Books (consulté le 24 janvier 2012).
  162. (en) « Sherlock: The Adventures of Sherlock Holmes », sur Ebury Publishing (consulté le 24 janvier 2012).
  163. (en) « Sherlock: The Adventures of Sherlock Holmes », sur BBC Books (consulté le 24 janvier 2012).
  164. (en) « Sherlock: The Hound of the Baskervilles », sur Amazon (consulté le 24 janvier 2012).
  165. (en) « Sherlock: Sign of Four », sur Amazon (consulté le 24 janvier 2012).
  166. (en) « Sherlock: The Memoirs of Sherlock Holmes », sur Amazon (consulté le 24 janvier 2012).
  167. (en) « Sherlock: Series 1 (DVD) », sur BBC Shop (consulté le 24 janvier 2012).
  168. (en) « Sherlock - Series 1 », sur Amazon (consulté le 24 janvier 2012).
  169. (en) « Sherlock: Series 2 (DVD) », sur BBC Shop (consulté le 24 janvier 2012).
  170. (en) « Sherlock - Series 2 (DVD) », sur Amazon (consulté le 24 janvier 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] (en) Geraldine Jeffers et Anya Noakes, Sherlock : Press Pack, Hartswood Films production for BBC One,‎ 2010 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sherlock The Casebook de Guy Adams (english), BBCBOOKS 2012
  • Sherlock Holmes au cinéma et à la télévision, Les évadés de Dartmoor, Lulu.com 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites liés à la série[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 5 septembre 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.