Des morts inassouvis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Des morts inassouvis
Épisode de Doctor Who
Titre original The Unquiet Dead
Numéro d'épisode Saison 1 (2de série)
Épisode 3
Réalisation Euros Lyn
Scénario Mark Gatiss
Production Phil Collinson
Durée 45 minutes
Diffusion Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 9 avril 2005

Drapeau de la France France : 12 novembre 2005

Personnages Docteur :

9e (Christopher Eccleston)
Compagnon :
Rose Tyler

Époque 24 décembre 1869
Chronologie
Précédent La Fin du monde L'Humanité en péril Suivant
Liste des épisodes

Des morts inassouvis (The Unquiet Dead) est le troisième épisode de la première saison de la seconde série télévisée Doctor Who. Il se déroule à Cardiff au XIXe siècle.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir montré à Rose l'avenir (voir l'épisode La Fin du monde), le Docteur décide de lui montrer le passé en l’emmenant à Naples en 1860. Mais en fait ils arrivent à Cardiff la veille de Noël 1869. Non loin de là, dans un funérarium, d'étranges phénomènes se produisent. Les morts se relèvent et continuent d'agir comme s'ils étaient encore en vie. Ms. Peace, une vieille femme, morte depuis quelques jours, se relève et assiste, comme elle l'avait prévu, à la lecture du Noël de M. Scrooge, conte célèbre de Charles Dickens par son auteur. Le Docteur et Rose la repèrent et leur enquête commence alors que Sneed le patron du funérarium et sa bonne Gwyneth récupèrent le corps. Rose tente de les confronter et finit par être kidnappée par Sneed.

Dickens accuse le Docteur d'avoir ruiné son spectacle. Le Docteur utilise la carriole de Dickens pour poursuivre Sneed et Gwyneth et devient totalement enjoué lorsqu'il découvre que Charles Dickens est à l'intérieur. Au funérarium, Rose se retrouve face à Ms. Peace et Mr Redpath la menaçant comme des zombies. Le Docteur arrive et la sauve. Tous discutent ensemble de ce problème et le Docteur propose une séance de spiritisme dans laquelle Gwyneth s'avère être un médium puissant.

Ils apprennent qu'une faille spatio-temporelle se trouve sous Cardiff et qu'une race extra-terrestre, les Gelths, tente de venir sur Terre. Leur race a été détruite lors de la Guerre du Temps et ils souhaitent utiliser le corps des morts afin de pouvoir y placer leurs corps gazeux. Le Docteur accepte, tandis que Gwyneth souhaite venir en aide à ces êtres qu'elle pense être des anges. Seulement, au cours de la séance dans la cave du funérarium, dans laquelle le corps de Gwyneth sert de passage spirituel aux Gelths, ceux-ci s'avèrent tout à coup belliqueux. Ils tuent Sneed afin de pouvoir utiliser son corps et ont l'intention de faire de même avec le reste des Terriens.

Alors que le Docteur et Rose sont enfermés dans la cave et menacés par des morts dirigés par les Gelths, Dickens découvre qu'en tant qu'être gazeux, les Gelths sont détruits par les bec-de-gaz. Il ouvre alors une conduite de gaz dans la cave et fait s'échapper le Docteur et Rose. Le Docteur tente d'évacuer Gwyneth mais il s'aperçoit que celle-ci est déjà morte et s'enfuit du funérarium avant son explosion. Dickens décide de rentrer à Londres afin d'écrire la fin du Mystère d'Edwin Drood dans lequel on apprend que le meurtrier est un être d'une autre planète. Le Docteur et Rose repartent tout en sachant que Dickens mourra six mois plus tard sans achever son livre.

Distribution[modifier | modifier le code]

Références extérieures[modifier | modifier le code]

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Occurrence du mot Bad Wolf : prononcé par Gwyneth lorsqu'elle lit dans les pensées de Rose : « Toutes les choses que vous avez vues... Je les vois aussi... Les ténèbres, le grand méchant loup ! »
  • La faille spatio-temporelle se trouvant sous Cardiff est réutilisée dans l'épisode L'Explosion de Cardiff ainsi que dans la série Torchwood[1].
  • Le Docteur dit avoir vu la Cinquième Guerre mondiale, avoir participé à la Boston Tea Party et observé la Guerre de Troie. Cette dernière action s'est effectivement passée dans la troisième saison de la première série dans l'arc The Myth Makers.
  • Les Gelths parlent de la Guerre du Temps (Time War) dont les conséquences sont dévoilées au cours de la saison.
  • Il est suggéré que le personnage de Gwen Cooper dans la série Torchwood est la descendante de Gwyneth.
  • L'adresse du funérarium est la même rue que les locaux de BBC Wales et celle dans laquelle vécut enfant Terry Nation, le créateur des Daleks.
  • Dickens décrit les Gelths comme des « fantasmagories » (« phantasmagoria ») ce qui renvoie au titre d'un épisode audio de Doctor Who écrit par Mark Gatiss.
  • Donna Noble fait sans faire exprès référence à cet épisode dans Agatha Christie mène l'enquête : « C'est comme de croiser Charles Dickens entouré de fantômes. À Noël ! »

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Dickens récite du Shakespeare à la fin de l'épisode lorsqu'il dit à Rose, « There are more things in heaven and earth... than are dreamt of in your philosophy ». (Hamlet, Act 1, Scene V) (« Il y a plus de choses dans le ciel et sur la Terre... qu'on ne peut en rêver dans votre philosophie »).
  • Il y a plusieurs blagues sur l'œuvre de Dickens, comme le passage américain de Martin Chuzzlewit écrit à l'époque pour faire du remplissage.
  • Dickens pousse l'interjection « What the Shakespeare » une référence aux Anglais qui ont pour habitude de pousser le juron « What the Dickens » pour ne pas dire « What The Hell », et ainsi de ne pas parler du Diable.

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

Dès les premiers documents de travail sur le retour de la série en 2003 Russell T Davies indiquait qu'après un épisode se situant à l'époque contemporaine (Rose) et un épisode dans le futur (La Fin du monde) il fallait un épisode dans le passé. Il avait posé comme sous-titre My Name's Dickens... Charles Dickens dans lequel le fameux romancier pouvait aider le Docteur face à une machine qui invoque des fantômes, en réalité des extra-terrestres. Russell T Davies n'a pas l'intention d'écrire l'épisode tout seul. Il confie alors le scénario à Mark Gatiss, un auteur récemment connu pour sa comédie Le Club des Gentlemen. Gatiss est un fan de Doctor Who de longue date qui a écrit des romans et des pièces radiophoniques dérivées de la série, et avait proposé à la BBC un projet de téléfilm sur la création de Doctor Who, qui voit le jour en 2013 sous le nom de An Adventure in Time and Space.

Davies invite Gatiss à se détacher de sa trame initiale, et c'est ainsi que le scénario commence à se dérouler non loin d'un cimetière nommé le Crippingwell Cemetery et de voir une médium du nom de Noah Sneed contactant les Gelth et manipulée par son frère, Davy. Le script, appelé provisoirement The Crippingwell Horror ou The Angels of Crippingwell voit un « hôtel spirituel » tenu par un personnage du nom de Ms. Plumchute. Des remaniements sont effectués, le personnage secondaire de la servante Gwyneth devient la médium et Sneed devient le propriétaire d'une funérarium. Mark Gatiss commence à diriger son histoire vers une invasion de zombies[2]. Un passage où Gwyneth raconte la mort de son frère[3] et un personnage de faux médium du nom de Gideon Mortlock, disparaissent du script et l'épisode acquiert son titre définitif de The Unquiet Dead.

Mark Gatiss était assez réticent sur les Gelths, dont le nom lui est venu naturellement, car le côté « esprit qui soupire » lui semblait trop cliché. Le producteur Phil Collinson lui fit remarquer que si ce cliché était répandu c'est parce qu'il marchait bien, ce qui convainquit finalement Gatiss. La faille spatio-temporelle fut ajoutée au scénario pour faciliter l'apparition des Gelths sans savoir que cet artifice allait beaucoup servir.

L'époque de l'épisode est déplacée de 1860 à 1869 vers la fin de vie de Dickens. D'ailleurs, l'épisode réintroduit l'idée que le Docteur contrôle mal le TARDIS et est capable de se tromper de destination[4].

En tant que grand admirateur du conte de Dickens, Un chant de Noël Gatiss voulait que l'épisode se déroule peu de temps avant Noël et fit de Dickens une sorte d'Ebenezer Scrooge[3]. Une référence aux fantômes d’Un chant de Noël devait être faite, mais elle fut abandonnée car l'effet visuel n'était pas satisfaisant[3]. De même la neige devait couler dès l'ouverture de la porte du TARDIS, mais cela fut enlevé pour des raisons de budget.

Une scène où le Docteur explique à Rose que le futur de 2005 peut-être réécrit s'inspire de l'épisode de 1975 Pyramids Of Mars et on devait voir dans le TARDIS, des zombies Gelths marchant à travers la Terre de 2005. La séquence fut coupée pour des raisons de longueur et de budget ce qui ramena le tout à un dialogue.

Casting[modifier | modifier le code]

  • Eve Myles ne devait pas jouer dans l'épisode à l'origine car elle était déjà prise par une pièce de théâtre, et c'est son agent qui a insisté auprès d'elle pour qu'elle passe les auditions, et celle-ci avait de l'admiration pour Christopher Eccleston[5]. Elle pensait d'ailleurs avoir raté l'audition à cause de sa tenue, elle portait un t-shirt représentant deux femmes s'embrassant[5].

Sa prestation plut assez à Russell T Davies qui souhaita qu'elle incarne Gwen Cooper l'un des personnages principaux de la série Torchwood. Davies dit d'elle « Eve Myles is one of Wales's best-kept secrets »(« Eve Myles est un des secrets les mieux gardés du Pays de Galles »)[6].

  • Simon Callow est lui-même un très grand admirateur de Dickens et avait effectué de nombreuses lectures publiques de ses œuvres[7].
  • Alan David était un acteur que Mark Gatiss connaissait pour l'avoir vu à la télé étant enfant[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Après un premier bloc de tournage essentiellement concentré sur des épisodes situés dans un décor contemporain, (Rose, L'Humanité en péril/Troisième Guerre mondiale) le second bloc de tournage de la série se concentra sur les deux épisodes se situant dans des époques éloignées : La Fin du monde et Des morts inassouvis. Le réalisateur engagé pour ces épisodes fut Euros Lyn, un novice qui n'avait alors tourné que pour des séries comme Casualty et Cutting It.

Le travail sur l'épisode commença le 19 septembre 2004 au Nouveau Théâtre de Cardiff servant de décors à la Taliesin Lodge[3]. Alors que l'épisode fut scénarisé afin de se situer à Cardiff, la ville était devenue trop moderne pour pouvoir y tourner des extérieurs évoquant le XIXe siècle. L'extérieur de la loge fut filmée le 20 septembre à Swansea[8] et les scènes à l'extérieur de la morgue de Sneed furent tournées à Beaufort Arms Court à Monmouth[9]. C'est là que furent filmées la plupart des scènes de rues[10]. Afin de représenter la neige, des petits bouts de papiers avaient été broyés, mais l'idée fut abandonnée car cela effrayait les chevaux et finalement de la neige artificielle fut utilisée[4].

Les scènes à l'intérieur du TARDIS et dans la calèche de Dickens furent filmées au studio Unit Q2, à Cardiff, le studio principal servant aux épisodes de la série. Les scènes se déroulant à l'intérieur du funérarium de Sneed furent filmées pendant 6 jours dans une maison à l'aspect victorien à Penarth du 27 septembre au 2 octobre 1966[3]. L'intérieur fut colorisé numériquement pour lui donner un côté sépia[3]. Les corps des acteurs possédés par les Gelths furent simplement maquillés et leurs yeux altérés par des lentilles de contact afin d'éviter une mise en scène trop complexe qui effrayerait les enfants[4].

L'épisode étant trop court, de nouvelles scènes furent ajoutées, comme Sneed demandant à Gwyneth de poursuivre Ms. Peace, la scène où Rose évoque la mort de son père face à Gwyneth (préparant les événements de l'épisode Fêtes des pères) et Dickens demandant au Docteur si son œuvre va durer. Ces scènes furent tournées à Headlands School les 19 et 20 octobre, ainsi que des scènes qu'Eros Lyn n'avait pas eu le temps de tourner.

Le tournage fut officiellement terminé le 22 octobre après que Zoe Thorne enregistre la voix des Gelths et que quelques plans de coupes furent tournés.

Post-production[modifier | modifier le code]

Les images de synthèses des Gelths furent ajoutées par la compagnie The Mill et l'animation de leurs bouches fut un challenge technique. À l'origine ceux-ci devaient être plus nombreux à l'écran, mais le budget avait déjà été dépensé. Cela fut compensé par l'ajout au dernier moment d'un effet de brume et de tourbillons ainsi que la coloration d'un Gelth en rouge[3].

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Diffusé pour la première fois le 9 avril 2005 sur BBC One, il a rassemblé 8,3 millions de téléspectateurs et 37% de part de marchés[11],[12]. L'épisode reçut un index d'appréciation de 80% [13]. L'épisode a tout de même rencontré la protestation de certains parents qui trouvaient l'épisode beaucoup trop effrayant pour les jeunes enfants. La BBC répondit que la série n'a jamais été présentée comme étant pour les très jeunes enfants[14].

Lors de sa diffusion aux États-Unis sur Sci Fi Channel l'épisode avait pour slogan : « The year: 1869. The place: England. The problem: The walking dead ». (« L'année : 1869. Le lieu : L'Angleterre. Le problème : Des morts vivants ».)

Critiques[modifier | modifier le code]

Dans l'heure qui suivit la diffusion de l'épisode, l'écrivain de romans de Doctor Who, Lawrence Miles, publiait une longue critique sur internet dans laquelle il voyait un sous-texte politique xénophobe. Il voit dans les Gelths cherchant asile, étant en réalité des êtres démoniaques qui veulent prendre la place des Terriens, l'idée que « les étrangers sont tous des envahisseurs[15] » notamment à une époque où l'immigration en Angleterre fait débat[16].

La critique fut largement relayée sur le net et de nombreux commentaires négatifs furent fait envers Mark Gatiss. Miles le contacte quelques jours plus tard et poste une révision de sa critique après avoir effacé la précédente[16].

Dek Hogan du site Digital Spy dit avoir « beaucoup apprécié » l'épisode qui est selon lui « superbement noir »[17] et se trouve sous la forme d'un « conte qui donne la chair de poule »[18].

Sur le site du magazine Now Playing Arnold T Blumburg donne à l'épisode la note de A-, trouvant l'épisode « spectaculaire » même s'il trouve « quelques problèmes notamment le fait que les terrifiants Gelths soient finalement mis à mal par la simple présence de gaz »[19]. Il critique Eccleston et trouve qu'il transforme le Docteur en « bouffon inefficace » puisque celui-ci ne joue aucun rôle dans la résolution de l'intrigue[19].

En 2013, Mark Braxton du site Radio Times décrit l'épisode comme « un script brillant, invitant à une féerie d'hiver » et saluant l'atmosphère et l'écriture du personnage de Dickens[11]. Toutefois, il trouve que les apparitions spectrales ressemblent à celles des Aventuriers de l'arche perdue[11].

Dans le guide de la nouvelle série Who Is the Doctor, Graeme Burk trouve que Des morts inassouvis est un épisode « terriblement décevant » à première vue, Rose et le Docteur ne faisant pas avancer l'histoire et ne se bornent à aucun autre rôle à jouer qu'à être eux-mêmes. Il trouve que les Gelths sont juste « méchants » et qu'à aucun moment leur moralité n'est discutée[20]. En dehors de cela, il trouve que l'histoire est toujours appréciable, avec un environnement « délicieusement ridicule » et un personnage de Dickens bien interprété[20].

Robert Smith, le coauteur du livre, trouve que l'épisode est « un bazar complet ». Il sent que Gatiss tente de recréer l'ambiance de l'ancienne série mais n'y arrive pas[21]. Les personnages n'ont aucun dilemme moral et le personnage de Sneed n'est jamais exploité. Il trouve que même si Eccleston et Billie Piper sont « excellents » la relation entre le Docteur et Rose ne se fait pas de façon subtile[21].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Burk and Smith? p. 15
  2. Gatiss, MarkLaying Ghosts [DVD].
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Callow, Simon; Mark Gatiss; Euros LynAudio commentary for "The Unquiet Dead" [DVD].
  4. a, b et c Épisode TARDIS Tales, troisième épisode de la première saison de la série Doctor Who Confidential. Diffusé pour la première fois le 9 avril 2005 sur la chaîne BBC Three du réseau BBC.
  5. a et b Dave Golder, « Eve Myles Interview: Torchwood, Doctor Who & All New People », SFX,‎ 21 février 2012 (consulté le 9 octobre 2012)
  6. « Team Torchwood », BBC Press Office,‎ 24 février 2006 (consulté le 9 août 2010)
  7. « Who Had Dickens Of A Time » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 22 mars 2006. Mis en ligne le 12 mars 2007, consulté le 30 mars 2012
  8. « 1869 Cardiff », BBC,‎ 20 janvier 2008 (consulté le 19 décembre 2011)
  9. « Outside Sneed's parlour », BBC,‎ 13 juin 2007 (consulté le 19 décembre 2011)
  10. (en) « The Unquiet Dead - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 9 novembre 2013)
  11. a, b et c Mark Braxton, « Doctor Who: The Unquiet Dead », Radio Times,‎ 5 février 2013 (consulté le 18 février 2013)
  12. « Series 1, The Unquiet Dead: Broadcasts », BBC (consulté le 18 février 2013)
  13. Shannon Sullivan, « The Unquiet Dead », A Brief History of Time (Travel),‎ 17 octobre 2009 (consulté le 25 août 2013)
  14. John Plunkett, « Doctor Who 'too scary', say parents », The Guardian,‎ 14 avril 2005 (consulté le 27 mars 2012)
  15. Lawrence Miles, « The Unquiet Dead », Mileswatch,‎ 9 avril 2005 (consulté le 18 février 2013)
  16. a et b Lawrence Miles, « Doctor Who, Season X-1: "The Unquiet Dead" », Mileswatch,‎ 12 avril 2005 (consulté le 18 février 2013)
  17. Dek Hogan, « Put a little sugar on it », Digital Spy,‎ 17 avril 2005 (consulté le 28 avril 2012)
  18. Dek Hogan, « Unwire The Doctor », Digital Spy,‎ 28 mai 2006 (consulté le 28 avril 2012)
  19. a et b Arnold T Blumburg, « Doctor Who - "The Unquiet Dead" », Now Playing,‎ 13 avril 2005 (consulté le 24 janvier 2013)
  20. a et b Burk and Smith? p. 15-16
  21. a et b Burk and Smith? p. 16-17