Mars 1976

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mars 1976
Nombre de jours 31
Premier jour Lundi 1er mars 1976
1er jour de la semaine 10
Dernier jour Mercredi 31 mars 1976
3e jour de la semaine 14

Calendrier
mars 1976
Sem Lu Ma Me Je Ve Sa Di
10 1er 2 3 4 5 6 7
11 8 9 10 11 12 13 14
12 15 16 17 18 19 20 21
13 22 23 24 25 26 27 28 
14 29 30 31        
1976Années 1970XXe siècle

Mois précédent et suivant
Précédent Février 1976 Avril 1976 Suivant
Mars précédent et suivant
Précédent Mars 1975 Mars 1977 Suivant

Chronologies par zone géographique
Chronologies thématiques

Événements[modifier | modifier le code]


  • 1er et 2 mars, France : les routiers de la société Stouff international, en accord avec leur direction, bloque le tunnel du Mont-Blanc pour protester contre les 250 licenciements programmés du fait des difficultés économiques[1].
  • 4 mars :
    • France : à Montredon-des-Corbières, à l'occasion d'une manifestation de vignerons, une fusillade éclate entre la police et les manifestants faisant deux morts : le commandant de CRS Joël Le Goff et le vigneron Emile Pouytès.
    • Portugal : libération de Otelo Saraiva de Carvalho.
  • 19 mars[3] : réforme constitutionnelle au Sénégal instaurant un multipartisme limité à trois partis ; l’USP devient Parti socialiste, membre de l’Internationale socialiste.
  • 24 mars :
    • Début de la dictature de Videla en Argentine (fin en 1981).
      • La corruption, la crise économique et le mouvement armé des Montoneros servent de prétexte au pronunciamiento. Videla lance un « processus de réorganisation nationale » qui s’assigne comme objectif de « sauver la nation » : purge de l’université et de ses professeurs, étudiants et bibliothèques, exil d’artistes, censure, « disparition » de toute personne suspecte de sympathie avec la gauche ; des milliers de personnes sont torturées, exécutées ou portées disparues.
      • Le général Videla présente des mesures d'« assainissement » économique inspirées par les économistes de l'École de Chicago (Milton Friedman ou George Stigler). Il dévalue immédiatement la monnaie nationale, réduit les salaires, met un terme au contrôle des prix et aux subventions, supprime les monopoles publics, libère les échanges extérieurs et ouvre l'économie à la concurrence mondiale. Libérés de la tutelle de l'État qui ponctionnait d'importantes marges sur les exportations de produits agricoles, les gros agriculteurs sont satisfaits, mais les industriels ne parviennent pas à supporter le choc et les faillites se multiplient. En raison de l’entrée massive de capitaux, la masse monétaire en circulation est plus difficile à contrôler qu’au Chili et la dictature militaire ne parvient pas à domestiquer l’inflation tout en freinant la croissance une année sur deux. Finalement devant les difficultés, les capitaux s'enfuient : 20 milliards de dollars quittent le pays entre 1976 et 1984, pour une dette s’élevant à 45 milliards.
    • France : arrestation de Patrick Henry après l’assassinat d’un enfant, Philippe Bertrand. Il échappe à la peine de mort grâce à la plaidoirie de son avocat, Robert Badinter.

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]