Dixième Docteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dixième Docteur
Personnage de fiction apparaissant dans
Doctor Who.

David Tennant au Comic-Con 2009.
David Tennant au Comic-Con 2009.

Nom original The Tenth Doctor
Alias John Smith
Origine Gallifrey
Sexe Masculin
Espèce Seigneur du Temps
Activité(s) Voyage dans le temps
Arme(s) favorite(s) Tournevis sonique
Interprète précédent Christopher Eccleston
(Neuvième Docteur)
Histoires 36
Entourage Rose Tyler
Mickey Smith
Jack Harkness
Martha Jones
Donna Noble
Astrid Peth
Sarah Jane Smith
Jackson Lake
Rosita Farisi
Christina de Souza
Adelaide Brooke
Wilfred Mott

Interprété par David Tennant
Série(s) Doctor Who
The Sarah Jane Adventures
Première apparition À la croisée des chemins (2005)
Dernière apparition Le Jour du Docteur (2013)
Saison(s) 3 (Saison 2, 3 et 4) + Épisodes spéciaux (2008-2010) + Spécial 50 Ans (2013)
Épisode(s) 47
Interprète suivant Matt Smith
(Onzième Docteur)

Le dixième Docteur est le surnom donné à la dixième incarnation du Docteur, personnage central de la série télévisée de science-fiction Doctor Who, produite par la BBC. Il est interprété par David Tennant, qui a joué ce rôle durant 3 saisons et 8 épisodes spéciaux. Tennant est le deuxième Écossais à jouer ce rôle, le premier étant Sylvester McCoy, qui a joué le septième Docteur entre 1987 et 1989 puis en 1996.

Dans la série classique, le Docteur est un Seigneur du Temps âgé de plusieurs centaines d'années venant de la planète Gallifrey qui voyage dans le temps et l'espace à bord de son TARDIS, souvent avec un(e) (ou des) compagnon.

Quand le Docteur est mortellement blessé, il peut revenir à la vie. Son aspect physique et sa personnalité changent, mais ses souvenirs restent intacts. David Tennant est sa dixième incarnation. Ce Docteur voyage avec des compagnons humains de classe moyenne : Rose Tyler, jeune vendeuse jouée par Billie Piper ; Martha Jones, étudiante en médecine interprétée par Freema Agyeman ; et enfin Donna Noble, intérimaire jouée par Catherine Tate.

Il a vécu une aventure avec tous ses compagnons de la nouvelle série à la fin de la quatrième saison dans l'épisode La Fin du voyage, avant de voyager seul jusqu'à sa régénération dans La Prophétie de Noël. Il a également rencontré trois autres de ses incarnations, le cinquième Docteur, le onzième Docteur et le War Doctor, à travers deux épisodes spéciaux.

Genèse du personnage[modifier | modifier le code]

Le producteur exécutif Russell T Davies fait revivre la série Doctor Who après 16 ans d'absence avec le succès du premier épisode Rose en 2005. Par la suite, la BBC annonce une deuxième saison, mais Christopher Eccleston, l'interprète du neuvième Docteur, ne veut pas reprendre le rôle pour la deuxième saison.

Le 16 avril 2005, la BBC annonce que David Tennant a été engagé pour jouer le rôle du dixième Docteur[1].

Sa première apparition dans la série est de 20 secondes après la régénération du neuvième Docteur à la fin d'À la croisée des chemins. Son premier vrai épisode est lors des Children in Need de 2005, puis pour Noël dans L'Invasion de Noël. Il joue ensuite dans la saison 2, puis dans un second épisode de Noël, dans la saison 3 et son épisode de Noël, et dans la saison 4. Il sera ensuite présent en 2009 dans 4 épisodes spéciaux. Il est aussi apparu dans un double épisode de The Sarah Jane Adventures la même année. Il a aussi été représenté dans deux dessins animés, l'un se déroulant pendant la saison 3, The Infinite Quest et le deuxième, Dreamland se déroulant pendant les épisodes spéciaux de 2009. On le retrouvera finalement dans Le Jour du Docteur.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Impitoyable[modifier | modifier le code]

Le dixième Docteur est généralement allègre, bavard, facile à vivre, plein d'esprit et effronté, mais démontre aussi à plusieurs reprises un côté vengeur et impitoyable[travail inédit ?]. Ce côté de sa personnalité apparaît dès le début, juste après sa régénération, lorsque le chef des Sycorax tente de l'attaquer par derrière. Il se décrit alors lui-même comme ne donnant pas de seconde chance. Quand Harriet Jones, Premier Ministre, donne l'ordre de détruire le vaisseau Sycorax qui s'en allait, le dixième Docteur fait alors tomber son gouvernement en six mots, « Vous ne la trouvez pas fatiguée ? » (« Don't you think she looks tired? » en anglais)[2]. Dans L'École des retrouvailles, il reconnaît qu'il est moins clément qu'avant et qu'il n'hésite pas à avertir ses ennemis qu'il les punira s'ils persistent leurs hostilités. Ce côté impitoyable est encore une fois démontré dans Mariage de Noël où il noie les enfants de l'impératrice des Racnoss tout en restant stoïque, au point de faire peur à Donna Noble qui lui demande d'arrêter. Plus tard, dans La Famille de sang, il offre à chaque membre de la famille une punition éternelle.

Son sens aigu de la justice le rend prompt à la colère lorsqu'il sent que celle-ci est violée, comme dans Une nouvelle Terre quand il apprend que les sœurs de la plénitude utilisent des humains comme cobayes pour leurs expériences chirurgicales. Dans La Conquête de Mars, il va si loin qu'il se déclare lui-même au-dessus des lois du temps, mais des répercussions catastrophiques s'en suivent.

Émotif[modifier | modifier le code]

Ceci est couplé, cependant, avec un intense sentiment de regret de la mort de ses amis et ennemis[travail inédit ?]. Dans La Fin du voyage, il a un flashback de ceux qui sont morts au lieu de / pour lui, comme Astrid Peth, Jenny, Luke Rattigan ou encore l'hôtesse dans Un passager de trop.

Il a aussi offert à Davros la chance de s'échapper de la destruction du vaisseau mère des Daleks, mais ce dernier déclina cette chance et le nomma alors « Destructeur des Mondes ». Une phrase récurrente du dixième Docteur est de souvent dire « désolé » (« so sorry » en anglais) pour des actions qu'il entreprend souvent à contrecœur. La perte de ses compagnons et des personnes avec lesquelles il se lie d'amitié devient une question délicate et une simple mention de leur nom peut déclencher une explosion soudaine de colère sans avertissement. Dans La Fille du Docteur, il explique à Jenny que « tuer, c'est quelque chose qui nous affecte, une fois qu'on l'a fait, on ne peut plus s'en débarrasser. » (« killing…infects [you] and once it does you'll never get rid of it » en anglais).

Il répète à plusieurs reprises[Quand ?] qu'il est malin et intelligent, reflétant son implication dans la Guerre du Temps en témoignant de la destruction de sa propre espèce, amis et ennemis.

Bavard[modifier | modifier le code]

Le dixième Docteur a tendance à bavarder, à mixer des informations vitales avec des banalités, parfois pour dérouter son ennemi afin de le prendre par surprise. Il est sujet à faire des commentaires qui semblent étrangers au contexte d'une situation, parfois à son propre embarras[interprétation personnelle]. Dans L'Invasion de Noël et Un loup-garou royal, il est surpris de sa grossièreté involontaire lors de remarques désobligeantes[interprétation personnelle], et Jack Harkness, après avoir retrouvé le Docteur, constate que sa « nouvelle régénération est un peu effrontée »[3]. Il a tendance à utiliser des termes techniques pour décrire des concepts scientifiques avant de les remplacer par des explications analogues simples, comme sa description du temps et de l'espace non linéaire comme étant « une énorme boule où le temps s'enchevêtre comme un méli-mélo très complexe » (« a big ball of wibbly wobbly, timey wimey stuff » en anglais)[4]. Il est aussi capable de commuter rapidement entre plusieurs états d'âme, passant du rire à la colère à plusieurs reprises comme dans Londres 2012, L.I.N.D.A ou encore Adieu Rose.

Solitaire[modifier | modifier le code]

Un autre thème récurrent dans les histoires du dixième Docteur est son intense solitude[réf. nécessaire]. Dans L'École des retrouvailles, il décrit la capacité des Seigneurs du Temps à vivre si longtemps comme une malédiction, parce que pendant que ses compagnons humains doivent le quitter un jour pour mourir, lui, continue de vivre. Il a également dit à plusieurs de ses compagnes, notamment à Rose et Donna, qui si elles peuvent passer le reste de leur vie avec lui, il est incapable de le faire en raison de sa capacité à se régénérer. D'autres personnages ont également relaté la solitude du dixième Docteur. Durant une conversation avec son némésis, le Maître, il admet que depuis la fin de la Guerre du Temps et la perte des autres Seigneurs du Temps, il a été seul durant tout ce temps. En effet, lorsque le Maître décède par la suite, le Docteur pleure ouvertement sur son corps. Dans La Prophétie de Noël, il finit par se régénérer seul dans son TARDIS malgré les visites à ses compagnons passées dans ses dernières heures.

Humain[modifier | modifier le code]

Le dixième Docteur est plus extraverti et sociable que son prédécesseur, il établit rapidement une relation plus solide avec les amis et la famille de Rose Tyler, ce qu'il n'a jamais fait dans sa précédente incarnation[travail inédit ?]. Il est ouvertement fasciné par l'humanité et est apparemment dans la crainte de leur curiosité et de leur ténacité, un trait précédemment possédé par le quatrième Docteur[travail inédit ?]. Dans La Planète du Diable, il étreint le chef de l'expédition pour avoir osé explorer une planète orbitant autour d'un trou noir, et qualifie les humains comme étant « tellement attachants mais aussi terriblement cinglés ». Dans Le Règne des Cybermen il décrit les êtres humains à la fois brillants et stupides dans la même phrase tout en faisant valoir la nécessité des émotions à John Lumic. Le Docteur va même jusqu'à s'écrier qu'il est prêt à affronter le Maître à travers le cosmos tant qu'il quitte la Terre dans Que tapent les tambours. Cependant, il est aussi prompt à critiquer l'humanité quand il le juge nécessaire, comme dans Brûle avec moi[5]. En effet, sa confiance en la race humaine devient beaucoup moins prononcée dans la série plus tard, et à la fin de Un passager de trop, il est laissé sans voix après avoir été témoin des étapes que les humains peuvent prendre lorsqu'ils sont placés dans une situation menaçante, quitte à blesser ou tuer d'autres personnes pour se protéger.

Romantique[modifier | modifier le code]

La nouvelle série continue l'exploration des aspects romantiques du Docteur, lorsque Rose Tyler, alors possédée par Cassandra, embrasse le dixième Docteur, puis plus tard, Madame de Pompadour l'embrassera à son tour. Dans L'École des retrouvailles, Sarah Jane Smith lui confie qu'elle était amoureuse de lui. Dans Adieu Rose, durant leurs adieux, Rose dit au Docteur qu'elle l'aime. Il commence sa réponse mais ne parvient à finir sa phrase lorsque la transmission se coupe, le laissant seul dans le TARDIS avec des larmes sur ses joues. Après cela, à chaque fois qu'il se souvient de Rose, il devient parfois déprimé ou pensif. Plus tard, dans la saison 4, Rose revient pour l'épisode final et se retrouve avec une copie du Docteur mi-humain mi-Seigneur du Temps, lequel est donc en mesure de passer sa vie avec elle. Dans la saison 3, le Docteur apprend peu à peu que Martha nourrit des sentiments pour lui avant qu'elle ne parte de son plein gré[6].

Il échangea un baiser avec Astrid Peth pour honorer « une veille tradition de la planète Terre », bien qu'il semble y avoir une vraie connexion intense autant pour l'un que pour l'autre[interprétation personnelle].

À la suite des complications avec Martha, pour lequel il s'accuse, le Docteur semble réticent à s'engager avec une autre compagne potentiellement amoureuse de lui, et fait en sorte que Donna comprenne que tout ce qu'il veut, c'est un ami, un compagnon de voyage. Mais quand il est empoisonné dans Agatha Christie mène l'enquête et demande à Donna de lui donner un choc quelconque, elle l'embrassa, et ceci fut suffisant pour déclencher le processus de désintoxication sans que cela implique une quelconque romance entre les deux personnages.

Nostalgique[modifier | modifier le code]

Le dixième Docteur revêt parfois une paire de lunettes, comme le cinquième Docteur. Dans un épisode spécial en 2007 pour Children in Need, Time Crash, le dixième Docteur note d'autres tendances héritées du cinquième Docteur, dont certaines utilisées par coquetterie ou pour avoir l'air intelligent, plutôt que par nécessité[travail inédit ?] comme les lunettes bien que le cinquième Docteur ait dit plusieurs fois qu'il était myope de l'œil gauche dans Castrovalva. Leurs deux voix deviennent aiguës quand ils crient, et ils ont tous les deux un énorme sens du goût, pouvant identifier l'identité du sang dans L'Invasion de Noël ou de trouver le sable anormal rien qu'en le léchant dans La planète morte. Le dixième Docteur admet au cinquième qu'il est son incarnation préférée.

Expressions[modifier | modifier le code]

Tout comme le neuvième Docteur, qui déclare fréquemment « Fantastique ! », ce Docteur a également quelques phrases favorites telles que « Brillant », « Oh oui », « Quoi ? » répété de façon de plus en plus prononcée et aiguë, « désolé, je suis vraiment désolé » ou encore « Allons-y » (en français dans le texte.) Ce dernier a d'ailleurs déclaré dans L'Armée des ombres qu'il devrait le dire plus souvent et qu'il aimerait rencontrer quelqu'un nommé Alonso afin qu'il puisse dire : « Allons-y, Alonso ! ». Il parvient finalement à cet objectif dans Une croisière autour de la Terre en rencontrant l'aspirant Alonso Frame.

Il utilise aussi l'expression italienne « Molto bene ». En outre, il précise souvent ses propres erreurs en commençant par une forme allongée « Eh bien… » (« Well… » en anglais) et comme son prédécesseur, le dixième Docteur montre un penchant pour la culture populaire humaine (une caractéristique que l'ensemble de ses incarnations passées ne semblaient pas partager)[travail inédit ?] allant au point où il se retrouve sans le savoir, à citer la chanson Circle of Life du Roi Lion avant un affrontement avec le chef des Sycorax, ou encore en se référant deux fois aux livres d'Harry Potter ou à Retour vers le futur avant d'aller voir une pièce de William Shakespeare et de rencontrer ce dernier. Sous cette nouvelle apparence le Docteur adopte un petit "tic", en effet il touche son oreille lorsqu'il "analyse" certaines situations[travail inédit ?] par exemple dans l'épisode Une nouvelle Terre.

Apparence[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

Le Docteur se plaint que sa dixième incarnation n'a toujours pas les cheveux roux. Ses cheveux sont bruns et coiffés de différentes façons durant ses aventures. Il apparaît pour la première fois dans L'Invasion de Noël les cheveux mi-longs, puis avec une banane version années 1950 dans L'Hystérique de l'étrange lucarne, et vers l'avant avec du gel fixant dans Le Mariage de Noël : cette coupe de cheveux est la plus utilisée du dixième Docteur. Il est à noter que c'est le premier Docteur à se servir de gel coiffant[travail inédit ?]. Il a des yeux marrons et est perçu par Rose comme étant très maigre et sexy (Cassandra, ayant pris le corps du Docteur, fait remarquer à Rose qu'elle a vu ce qu'elle pensait de lui lorsqu'elle était dans sa tête, dans Une nouvelle Terre). Il se rase la barbe tout comme ses prédécesseurs[7].

Vêtements[modifier | modifier le code]

Il porte généralement un costume marron (avec des rayures bleues, voir photo), ou un costume bleu (avec des rayures rouge bordeaux) à quatre boutons, une chemise et une cravate, un grand manteau marron qui lui a été offert par Janis Joplin, et des paires de Converse All-Star de différentes couleurs, dépendant du costume qu'il met.

Le costume du dixième Docteur devient si populaire qu'il a été cité par la costumière Louise Page, comme étant le costume du Docteur dont elle a été la plus fière[8].

Accessoires[modifier | modifier le code]

L'accessoire du dixième Docteur le plus utilisé est ses lunettes, noires et de formes rectangulaires, elles sont apparues pour la première fois dans L'Invasion de Noël, il les a portées ensuite dans de nombreux épisodes. À noter que les lunettes sont inspirées de sa cinquième incarnation[travail inédit ?]. Il a aussi porté des lunettes 3D rouge-cyan, mais celles-ci lui permettaient seulement de voir les résidus de voïd dans L'Armée des ombres.

Il a les poches de ses vêtements souvent remplies de gadgets comme un pistolet à eau (La Chute de Pompéi), une souris mécanique ou encore un stéthoscope (La Fille du Docteur).

Tournevis sonique[modifier | modifier le code]

Comme le neuvième Docteur, il utilise son tournevis sonique assez souvent. Ce Docteur s'en sert beaucoup, et va même jusqu'à réprimander sa cinquième incarnation d'aller mains libres dans Time Crash, une référence à la perte d'un de ses tournevis dans The Visitation. Cette dépendance a atteint son paroxysme lorsque le tournevis brûle dans La Loi des Judoons après avoir été poussée au-delà de ses limites afin de stimuler la production de rayonnement d'un appareil à rayons X. Il déclare d'ailleurs qu'il adorait son tournevis sonique. Il en obtient alors un autre à la fin de l'épisode.

Réception[modifier | modifier le code]

Le dixième Docteur est vraiment populaire dans le fandom Doctor Who. En 2006, les lecteurs du Doctor Who Magazine ont élu David Tennant « meilleur Docteur » et il a même reçu des critiques élogieuses de l'indétrônable interprète du quatrième Docteur, Tom Baker. Il reçoit aussi l'award de l'« acteur le plus populaire » en 2006 et 2007. Dans un questionnaire du Radio Times en mars 2007, Tennant est nommé « personnage télévisé le plus cool »[9],[10]. IGN nomma en 2011 le dixième Docteur comme étant le meilleur Docteur[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« David Tennant confirmed as the tenth Doctor Who », sur BBC,‎ 16 avril 2005
  2. Épisode L'Invasion de Noël de la série Doctor Who. Diffusé pour la première fois le 25 décembre 2005 sur la chaîne BBC One du réseau BBC à Cardiff. Autres crédits : Scénariste Russell T Davies, Directeur James Hawes, Producteur Phil Collinson.
  3. Épisode Utopia de la série Doctor Who. Diffusé pour la première fois le 16 juin 2007 sur la chaîne BBC One du réseau BBC à Cardiff. Autres crédits : Scénariste Russell T Davies, Directeur Graeme Harper, Producteur Phil Collinson.
  4. Épisode Les Anges pleureurs de la série Doctor Who. Diffusé pour la première fois le 9 juin 2007 sur la chaîne BBC One du réseau BBC à Cardiff. Autres crédits : Scénariste Steven Moffat, Directeur Hettie MacDonald, Producteur Phil Collinson.
  5. Épisode Brûle avec moi de la série Doctor Who. Diffusé pour la première fois le 19 mai 2007 sur la chaîne BBC One du réseau BBC à Cardiff. Autres crédits : Scénariste Chris Chibnall, Directeur Graeme Harper, Producteur Phil Collinson.
  6. Épisode La Loi des Judoons de la série Doctor Who. Diffusé pour la première fois le 31 mars 2007 sur la chaîne BBC One du réseau BBC à Cardiff. Autres crédits : Scénariste Russell T Davies, Directeur Charles Palmer, Producteur Phil Collinson.
  7. Épisode Une Nouvelle Terre de la série Doctor Who. Diffusé pour la première fois le 15 April 2006 sur la chaîne BBC One du réseau BBC à Cardiff. Autres crédits : Scénariste Russell T Davies, Directeur James Hawes, Producteur Phil Collinson.
  8. Doctor Who Magazine #418, February 2010
  9. (en)Matt Houghton, « Tennant's Doc voted coolest TV character », sur Digital Spy,‎ 29 mars 2007
  10. (en)« Who is the coolest man on TV? », sur metro.co.uk,‎ 28 mars 2007
  11. (en)Cindy White, « Doctor Who: Ranking the Doctors », sur uk.ign.com,‎ 22 avril 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]