The Reign of Terror

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Reign of Terror
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1963-1967.jpg
Le logo de la série (période 1963-1967)

Titre original The Reign of Terror
Numéro d'épisode Saison 1 (1re série)
Épisode 8
Code de production H
Réalisation Henric Hirsch (épisodes 1,2,4,5 et 6)
John Gorrie (épisode 3)
Scénario Dennis Spooner
Production Verity Lambert
Durée 6 x 25 minutes
Diffusion 8 août 1964 au 12 septembre 1964 sur BBC One
Personnages Docteur :
1er
Compagnons :
Susan Foreman
Barbara Wright
Ian Chesterton
Chronologie
Précédent The Sensorites Planet of Giants Suivant
Liste des épisodes

The Reign of Terror (Le Règne de la Terreur) est le huitième et dernier épisode de la première saison, de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who diffusé pour la première fois en six parties hebdomadaires du 8 août au 12 septembre 1964. Écrit par le scénariste Dennis Spooner, il se déroule durant l'épisode de la Terreur lors de la Révolution française.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le TARDIS atterrit non loin de Paris en 1794. Pris pour des rebelles, les compagnons du Docteur sont emprisonnés et seront mêlés à divers complots dont celui de James Sterling, un agent Anglais infiltré en France et tentant de renverser le pouvoir de Robespierre.

Casting[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

A Land of Fear[modifier | modifier le code]

Vexé par la remise en question de ses compétences, le Docteur décide de ramener Ian Chesterton et Barbara Wright dans leur époque d'origine. Hélas, celui-ci semble s'être trompé de destination en les amenant en France. En fouillant une maison non loin de leur point de chute, ils apprennent qu'ils se trouvent en 1789 en plein cœur de la Révolution française à 12 kilomètres de Paris. Dans des vêtements d'époque, ils trouvent des faux papiers dont l'un contient la signature de Robespierre. Peu de temps après, ils sont découverts par deux contre-révolutionnaires, D'Argenson et Rouvray, qui les mettent en joue après avoir assommé le Docteur.

Mais ceux-ci sont à leur tour trouvés par des soldats de la révolution qui abattent D'Argenson et Rouvray et emmènent Ian, Susan et Barbara suspectés d'être eux aussi des renégats. L'un des soldats met le feu à la maison, ne sachant pas que le Docteur, inconscient est à l'intérieur.

Guests of Madame Guillotine[modifier | modifier le code]

Le Docteur se réveille plus tard après avoir été sauvé par un jeune enfant qui lui explique que ses amis ont sûrement été emmenés à la prison de la Conciergerie pour y être exécutés.

Accusés d'être des traîtres, Ian, Susan et Barbara n'ont aucun moyen de se défendre et sont promis à la guillotine. Ian se retrouve dans une cellule avec un prisonnier malade du nom de Webster. Ce dernier lui révèle qu'il est chargé de contacter un Anglais, James Stirling. Avant de mourir, Webster lui demande de contacter Stirling et de lui dire de retourner en Angleterre au plus vite. Son seul contact est un homme du nom de Jules Renan que l'on trouve à la taverne du "Chien Gris". Après la mort de Webster, un gradé du nom de Lemaître discute avec Ian et décidant qu'il n'avait rien à voir avec Webster, raye son nom de la liste des candidats à la guillotine.

Pendant ce temps-là, le Docteur continue son chemin vers la capitale et rencontre en chemin un groupe de prisonniers en train de construire une route. Ayant critiqué les méthodes de leur garde, le Docteur se retrouve forcé de creuser, même s'il trouve une ruse permettant à lui et aux autres prisonniers d'assommer le garde et de s'enfuir.

Barbara et Susan se retrouvent dans une cellule insalubre car Barbara avait refusé les avances du gardien de la prison. Elles sont plus tard emmenées vers la guillotine sous les yeux d'un Ian impuissant.

A Change of Identity[modifier | modifier le code]

Alors que Susan commence à souffrir de maladie, la carriole transportant Susan et Barbara s'arrête pour changer un fer au cheval. C'est le moment que choisissent deux contre-révolutionnaires, Jules et Jean pour les enlever, les prenant pour des alliées. Bien que Susan ne soit pas en très bonne condition, les contre-révolutionnaires souhaitent leur trouver un bateau pour l’Angleterre, mais Barbara ne veut pas repartir sans avoir retrouvé Ian et le Docteur. Par une coïncidence D'Argenson et Rouvray faisaient partie des personnes que Jules et Jean avaient déjà sauvées et les détails sur leur destin poussent ceux-ci à aider les deux femmes. Un autre contre-révolutionnaire, Léon arrive et commence à flirter avec Barbara, alors que Jules et Jean commencent à suspecter l'existence d'un traître.

Ian de son côté s'enfuit de la Conciergerie, même s'il ne réalise pas qu'il a été fortement aidé par Lemaître pour sortir de sa prison : celui-ci appelle le gardien au moment où il doit ouvrir sa cellule, et fait en sorte qu'il soit assommé au moment de la fuite de Ian. Après avoir échangé sa bague et son manteau contre certains vêtements, le Docteur se fait passer pour un officier régional de la province du sud afin de questionner le geôlier de ses compagnons ; il est alors invité par Lemaître à rencontrer Robespierre. Le geôlier est ensuite visité par un homme qui lui donne la bague du Docteur en lui révélant qu'elle appartient à un traître.

The Tyrant of France[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Lemaître ont une audience avec Robespierre qui s'avère être un fou paranoïaque qui souhaite augmenter les exécutions. Il est ramené à la Conciergerie par Lemaître et le geôlier qui souhaitent qu'il reste pour la nuit dans une des chambres des soldats, Robespierre ayant prévu de revoir le Docteur le lendemain. Peu après, Lemaître reçoit le vendeur qui est en train de l'informer que le Docteur est sûrement un imposteur. Lemaître le "dédommage" et lui demande de ne rien dire.

Pendant ce temps-là, Léon promet à Barbara qu'il va trouver un médecin afin de guérir Susan. Peu de temps avant, Jules et Jean, constatant que quelqu'un est dans leur planque, l'assomment et le ramènent dans leur quartier général. Il s'agit de Ian et cela lui permet de retrouver Barbara et d'informer Jean et Jules (qui n'est autre que le fameux Jules Renan) des infos qu'il a reçues par Webster lorsqu'il se trouvait en prison. Jean et Jules, ne connaissant absolument pas James Stirling, souhaitent organiser une rencontre entre Ian et Léon.

Alors que Barbara et Susan sont emmenées chez le médecin, celui-ci devient suspicieux à leur égard et décide d'alerter les gardes. Elles sont ramenées à la Conciergerie mais apprennent avec surprise que l'homme chargé de les interroger n'est autre que le Docteur. De son côté, Ian arrive au rendez-vous fixé par dans une église abandonnée, mais il découvre alors à ses dépens que Léon est un traître et qu'il est venu avec des soldats.

A Bargain of Necessity[modifier | modifier le code]

Ian est enchaîné par les soldats de Léon. Celui-ci le menace de le torturer s'il ne lui indique pas où se trouve Stirling, mais Ian l'ignore. Il sera heureusement libéré par Jean au cours d'une bataille dans laquelle Léon périra.

À la Conciergerie, le Docteur fait croire au geôlier en chef que Barbara est un membre important parmi les traîtres à la nation et qu'il faudrait la laisser s'échapper discrètement afin de pouvoir avoir l'adresse de leur quartier général. Grâce à cela, elle peut sortir et rejoindre Jean et Ian qui l'informeront de la mort de Léon.

Pendant ce temps-là, Robespierre fait part à Lemaître de ses peurs paranoïaques, notamment celle que le député Paul Barras soit en train de comploter contre lui. Ayant aperçu le Docteur essayant de faire sortir Susan de la Conciergerie, Lemaître fait alors pression sur lui, lui démontrant qu'il sait que le Docteur n'est pas celui pour qui il s'est fait passer : il doit avouer où se trouve la cachette de Jean ou bien il fera guillotiner sa petite-fille. Le Docteur finit par céder et Lemaître fait irruption dans le quartier général des contre-révolutionnaires.

Prisoners of Conciergerie[modifier | modifier le code]

Arrivant chez Jean, Lemaître révèle qu'il est non armé et qu'il vient avec de bonnes intentions, car sa véritable identité est James Stirling. Il promet de faire sortir Susan en échange de l'aide de Ian et Barbara dans sa mission. En effet, selon ce que sait Lemaître et les mots que Webster avait marmonnés juste avant sa mort, ils savent qu'une réunion très importante devrait avoir lieu dans une auberge nommée « Le bateau coulant » (« The Sinking Ship »), sur la route de Caen.

Espionnant pour le compte de Stirling, Ian et Barbara sont témoins d'une entrevue entre Barras et un jeune général qui devrait l'aider à reprendre le contrôle de la France ensuite : Napoléon Bonaparte. Informé, Stirling tente de mettre fin à cette conspiration car il ne veut pas que Bonaparte soit maître de la France, mais aucun des compagnons du Docteur ne souhaitent l'aider, car ils savent que l'Histoire ne peut pas être réécrite. Sterling arrive donc trop tard, Robespierre ayant déjà été fait prisonnier et dans la cohue, il se serait fait tirer dans la mâchoire par un de ses assaillants. Le Docteur profite du désordre social pour accuser le geôlier de la Conciergerie d'avoir été le complice de Lemaître, puis l'innocente et lui fait libérer Susan.

Alors que Jean et Stirling leur disent au revoir, tous rentrent dans le TARDIS. Devant les hypothèses de ses compagnons qui évoquent ce qu'il aurait pu se passer s'ils avaient tenté de tuer Napoléon, le Docteur ne leur répond qu'une seule chose : leur destin est parmi les étoiles.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • L'épisode commence avec le souhait du Docteur de ramener Ian et Barbara en Angleterre, à la suite de la discussion vexante qu'ils avaient eu dans l'épisode précédent.
  • Susan et Barbara évoquent l'emprisonnement auquel elles avaient été soumises par les hommes des cavernes dans « An Unearthly Child ».
  • Lorsqu'ils parlent du fait que le cours de l'Histoire ne puisse pas être réécrit, Barbara souligne qu'elle l'a appris lors de leur aventure avec les Aztèques (« The Aztecs »).
  • Le début de « An Unearthly Child » laisse penser soit que Susan avait visité l'époque de la Révolution française, soit qu'elle ait appris que certains évènements n'ont pas eu lieu comme écrit dans les livres.

Références Externes[modifier | modifier le code]

  • L'anecdote selon laquelle Robespierre se serait pris une balle perdue la veille de son exécution est véridique, même si l'on ignore toujours s'il s'agit d'un accident ou d'une tentative de suicide. Par contre, le rôle de Robespierre dans cet épisode est plutôt faux historiquement (il n'a jamais été le chef de la Terreur) tout comme celui de Napoléon Bonaparte qui n'était que général de Brigade et n'a jamais conspiré avec Barras (ses amitiés avec les jacobins lui valurent même des problèmes lors de la chute de Robespierre).
  • Une erreur assez manifeste peut être entendue dans la bouche de Robespierre qui donne la date du 27 juillet 1794, alors qu'il aurait dû dire le 9 Thermidor de l'An II.

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

C'est en février 1964 que le « script-editor » de la série, David Whitaker décide d'écrire un épisode qui se situerait vers la fin de la saison. Son scénario est censé se situer initialement dans l'Espagne du XVIe siècle, dans l'Invincible Armada. Mais vers le mois de mars, Whitaker n'a plus le temps de finir son script et il lui faut un scénario de remplacement. Terry Nation lui suggère le nom de Dennis Spooner un jeune scénariste qui a déjà écrit quelques épisodes de Chapeau melon et bottes de cuir et avec lequel il avait collaboré pour la radio.

William Russell étant un féru de la Révolution française, Whitaker propose ce thème à Spooner afin de pouvoir remplacer le scénario sur l'Armada que Whitaker repoussa pour la saison 2 avant de le réécrire en 1965 sous le titre New Armada. Finalement, New Armada fut définitivement rejeté en janvier 1966. Le scénario de The Reign of Terror fut terminé et commissionné le 10 avril 1964. À l'origine cet épisode était prévu pour être le premier épisode de la saison 2, mais lorsqu'au mois de mai, le chef des programmes de la BBC, Donald Baverstock commanda quelques épisodes de plus pour la saison 1, The Reign of Terror se retrouva alors placé à la fin de la première saison.

Pré-production[modifier | modifier le code]

L'épisode fut écrit à l'époque où les problèmes de planning des studios étaient légions et où personne ne savait vraiment si la série allait obtenir un plus grand studio que le Studio D utilisé jusqu'alors. L'histoire fut donc écrite de telle sorte à ce qu'elle puisse être tournée dans un studio étroit. Il fallut attendre le mois de juin 1964 pour qu'il soit confirmé que Doctor Who soit tourné dans les studios de Riverside, bien plus pratiques.

Les préparations commencèrent le 15 juin et offraient pour la première fois dans la série différents lieux à filmer en dehors des studios, comme une ferme sur l'île de Wight et des plans du Docteur en train de marcher vers Paris (en réalité, un acteur du nom de Gerald Proudfoot doublait William Hartnell qui était occupé à tourner The Sensorites).

Tournage[modifier | modifier le code]

Les 4 premières parties de la série furent tournées au studio G de Lime Grove et au Studio Central 4 de la BBC dont les dimensions étaient acceptables. Le tournage commença le 10 juillet 1964 sous la direction de Henric Hirsch, un réfugié Hongrois qui n'avait filmé jusqu'ici que des pièces de théâtre. Celui-ci était franchement peu intéressé à l'idée de tourner Doctor Who et s'entendait mal avec William Hartnell. Le 24 juillet, le jour du tournage de la partie A Change of Identity Hirsch ne vint pas. Paniqués, les producteurs le remplacèrent au pied levé par John Gorrie qui avait déjà tourné « The Keys of Marinus » et dont ce fut le dernier travail sur la série Doctor Who. Hirsch revint les semaines suivantes pour terminer le travail et ne retravailla plus jamais pour la BBC ensuite.

Même si le fait n'est pas aussi flagrant que concernant ses collègues dans les épisodes précédents, William Russel était en vacances pendant deux semaines lors du tournage des parties Guests of Madame Guillotine et A Change of Identity. Les parties où il est dans sa geôle et tente de s'évader avaient été filmées au préalable, tout comme le plan où il voit Susan et Barbara emmenées à la Guillotine.

À noter que pour la bande-son de cet épisode le compositeur Stanley Myers utilisa les premières notes de la Marseillaise pour mettre en valeur les moments dramatiques ou l'ironie d'une situation.

Casting[modifier | modifier le code]

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
"A Land of Fear" 8 août 1964 24:24 6,9 Films 16mm
"Guests of Madame Guillotine" 15 août 1964 24:04 6,9 Films 16mm
"A Change of Identity" 22 août 1964 25:23 6,9 Films 16mm
"The Tyrant of France" 29 août 1964 24:46 6,4 Bande audio et quelques extraits vidéos
"A Bargain of Necessity" 5 septembre 1964 23:51 6,9 Bande audio et quelques extraits vidéos
"Prisoners of Conciergerie" 12 septembre 1964 25:04 6,4 Films 16mm
L'épisode fit un score honorable même s'il était loin de ceux obtenus lors de la diffusion de « The Daleks »[1]

.

L'épisode est parfois appelé « The French Revolution » (la Révolution française) au cours des années 1970 à la suite d'un listing donné par Radio Times dans lequel cet épisode s'intitulait Doctor Who and The French Révolution.

À l'époque la nouvelle saison était prévue mais seulement quelques épisodes avaient été commandés et il était possible que la saison 2 ne dépasse pas le mois de janvier 1965. William Russell et William Hartnell cherchaient déjà de nouveaux projets et il fallut attendre le 14 août pour que David Baverstock donne enfin son feu vert pour une saison 2 complète de Doctor Who.

À noter que la BBC avait demandé à Verity Lambert et David Whitaker de produire un programme afin de remplacer Doctor Who pendant la période de coupure, mais étant déjà sur la préparation de la saison 2, ceux-ci déclinèrent l'offre et l'horaire de Doctor Who fut occupé pendant un mois et demi par la rediffusion d'une série comique nommée The Valiant Varneys.

En 2008, Patrick Mulkern de "Radio Times" écrira une critique plutôt positive d'un épisode qu'il dit avoir initialement détesté. Il salue le rôle plus consistant donné à Hartnell, la tonalité comique, mais déplore une Susan "à son plus bas"[2]. Ian Berriman du magazine SFX donnera à l'épisode la note de 2/5 estimant que passé la première partie, l'épisode devient creux et que l'épisode échoue totalement sa mission initiale "d'éduquer" sur la Révolution française[3].

Patrick Mulkern saluera un épisode "au mystère intrigant, aux personnages biens écrits et à l'atmosphère électrisante."[2]

Parties Manquantes[modifier | modifier le code]

Cet épisode fut effacé par la BBC entre 1972 et 1978, mais quelques copies 16 millimètres furent retrouvées : celle de l'épisode 6 "Prisoners of Conciergerie" faisait partie d'une collection privée et a été ré-exhumée en mai 1982, tandis que les trois premières parties ainsi qu'une autre copie de "Prisoners of Conciergerie" furent retrouvées en 1985 dans une station de télévision Chypriote. Seules les parties "The Tyrant of France" et "A Bargain of Necessity" sont à ce jour manquantes même si 12 clips 8 millimètres furent retrouvés, elles ont été reconstituées sous forme de dessin animé par les studios  Cosgrove Hall.

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre The Reign of Terror par Ian Marter qui jouera Harry Sullivan, un des compagnons du 4e Docteur. Bien que mort en octobre 1986, la novélisation ne fut publiée qu'à titre posthume en mars 1987 sous le numéro 119 de la collection Doctor Who des éditions Target Book et n'a connu aucune traduction.

Éditions VHS, CD et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et aux États-Unis.

  • Une édition VHS en 2002 avec la narration de Carole Ann Ford en tant que fil rouge entre les parties. Elle fait partie d'un coffret collector sortie pour les 40 ans de la série. Il s'agit d'ailleurs de la dernière fois qu'un épisode de Doctor Who est édité en VHS.
  • En novembre 2004, les passages retrouvés de la partie 4 et 5 sont disponibles dans le coffret DVD trois disques Lost In Time retraçant l'histoire des épisodes perdus.
  • En 2005, une version audio de cet épisode est sortie sur CD, rééditée en 2010 dans le coffret The Lost Episodes : Collection One 1964-1965
  • L'épisode est sorti le 29 janvier 2013 dans une version restaurée avec deux parties en animation remplaçant les parties manquantes[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « The Reign of Terror », Doctor Who Reference Guide (consulté en 30 août 2008)
  2. a et b Patrick Mulkern, « Doctor Who: The Reign of Terror », Radio Times,‎ 7 novembre 2008 (consulté en 2 décembre 2012)
  3. Ian Berriman, « Doctor Who: The Reign of Terror Review », SFX,‎ 25 janvier 2013 (consulté le 28 janvier 2013)
  4. « The Reign Of Terror episodes to be animated », Doctor Who News Page,‎ 2011-06-02