NCIS : Enquêtes spéciales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NCIS.
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».

NCIS : Enquêtes spéciales

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la série

Titre original Navy NCIS puis NCIS
Autres titres
francophones
NCIS : Enquêtes spéciales
Genre Policier, thriller
Création Donald P. Bellisario
Don McGill
Production Paramount Television
Belisarius Productions
Acteurs principaux Mark Harmon
Michael Weatherly
Pauley Perrette
Sean Murray
Brian Dietzen
Emily Wickersham
Rocky Carroll
David McCallum
Cote de Pablo
Musique Brian Kirk
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine CBS
Nb. de saisons 12
Nb. d'épisodes 259 (liste)
Durée Entre 41 et 45 minutes[1]
Diff. originale 23 septembre 2003 – en production
Site web http://www.cbs.com/shows/ncis/

NCIS : Enquêtes spéciales ou NCIS (Naval Criminal Investigative Service : Service d’enquêtes criminelles de la Marine) est une série télévisée policière américaine, créée par Donald Paul Bellisario et Don McGill, et diffusée depuis le 23 septembre 2003 aux États-Unis sur le réseau CBS et au Canada sur le réseau Global.

La série est diffusée en France depuis le 3 mars 2004 sur M6 en VM, au Québec depuis le 2 janvier 2006 sur Historia, en Belgique sur RTL-TVI et en Suisse sur RTS Un.

Elle présente une équipe d'enquêteurs de terrain et de scientifiques du Naval Criminal Investigative Service, dirigée par l'agent Leroy Jethro Gibbs, dont les membres tentent de résoudre des affaires criminelles liées à la marine des États-Unis. Cette équipe a la particularité d'être constituée de personnages très charismatiques qui entretiennent des relations amicales, parfois complexes.

Il s'agit d'une série dérivée de la série JAG, également créée par Donald Bellisario. En effet, les personnages de Gibbs, DiNozzo, Abby et Ducky font leur première apparition dans les épisodes 20 (La Dame de glace) et 21 (L'Homme de l'ombre) de la huitième saison de JAG.

NCIS : Enquêtes spéciales remporte un vif succès aux États-Unis où elle est la série télévisée la plus regardée depuis 2009 (septième, huitième, neuvième et dixième saisons), avec une moyenne de plus de 19 millions de téléspectateurs par épisode. Selon une étude d'Harris Interactive réalisée en mars 2011, il s'agit par ailleurs de la série la plus appréciée des téléspectateurs américains. Cette réussite semble principalement due à la place laissée à l'humour ainsi qu'aux relations entre personnages.

La distribution comporte notamment les acteurs Mark Harmon, Cote de Pablo, Michael Weatherly, Pauley Perrette et David McCallum, tous présents dans les sept acteurs de série télévisée les plus populaires aux États-Unis, selon un sondage réalisé en 2011.

Face à ce succès, un spin-off, NCIS : Los Angeles, a vu le jour et bénéficie également d'excellentes audiences, étant la seconde série télévisée la plus regardée par les téléspectateurs américains. Un jeu vidéo intitulé NCIS a été conçu par Ubisoft, avec les voix des acteurs.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Naval Criminal Investigative Service (NCIS) est une agence fédérale américaine rattachée aux corps armés de la Navy et des Marines, dont les membres sont des civils. Il est chargé de faire respecter la loi en leurs sein, d'enquêter — indépendamment de la hiérarchie militaire[2] — et de résoudre des crimes en relation avec la marine américaine à partir de leur base d'opération à Washington, d'effectuer du contre-espionnage, de la lutte anti-terroriste ou anti-drogue aux frontières. Le NCIS est une agence peu connue, aussi bien auprès de la population américaine réelle que dans la série[3]. Une MCRT (Major Case Response Team : Équipe d'intervenants en cas de forces majeures) dirigée par l'agent spécial Leroy Jethro Gibbs enquête sur les crimes[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Selon l'un des producteurs exécutifs, Chas. Floyd Johnson, dans une interview publiée le 16 juin 2010, environ 300 personnes sont employées pour la réalisation des épisodes. Il ajoute que « le coût budgétaire d'un épisode d'NCIS est d'environ 3,5 millions de dollars »[12].

La série a été renouvelée, le 13 mars 2014, pour une 12e saison[13].

Déroulement d'un épisode type[modifier | modifier le code]

Chaque épisode dure en moyenne 43 minutes[1]. Au début de l'épisode se met en place l'énigme : Il s'agit généralement de la découverte d'un cadavre. Après vient le générique puis, souvent, l'étude de la scène du crime qui fait intervenir les agents « scientifiques » : le Dr Mallard, son assistant et parfois Abigail Sciuto. Tandis que Ducky et son assistant Jimmy Palmer évaluent l'heure de la mort, les autres agents recherchent et prélèvent des indices tout en prenant des photographies de la scène de crime[a 1],[14]. En effet, la résolution des enquêtes repose souvent sur des détails scientifiques qu'Abby pourra exploiter avec des appareils de haute technologie[a 2]. Le passage par la morgue, dans le second sous-sol de l'agence, est un autre moment important pour chaque épisode ; Ducky et son assistant autopsient méticuleusement les cadavres pour aider Gibbs et son équipe. Étude de la scène du crime, autopsie et analyses scientifiques sont donc des éléments essentiels dans la série NCIS : Enquêtes spéciales, sur ce point comparable à Les Experts puisqu'ils sont indispensables à la résolution des enquêtes, complétant le savoir-faire des agents de terrain[a 1],[15].

Les épisodes alternent scènes de travail ou d'action et scènes comiques hors enquêtes, notamment dans les bureaux de l'équipe, mais également lors des interventions en extérieur ; ainsi, des touches d'humour léger sont disséminées dans chaque épisode[a 3], notamment juste après le générique pour lancer une sorte d'intrigue ou de thème léger et dans les derniers instants pour le clôturer.

À partir de la seconde saison, les épisodes sont régulièrement entrecoupés de flashforwards : des transitions sous forme de photographies en noir et blanc (montrant la scène finale de chaque acte) apparaissent à l'écran, accompagnées d'un bruitage, le tout ne durant qu'une à deux secondes[16],[17]. Ces transitions, nommées « phoof » en raison de la sonorité du bruitage qui se rapproche de cette onomatopée, correspondent aux coupures publicitaires[18]. En effet, aux États-Unis et au Canada, les photographies qui sont diffusées avant et après chaque coupure publicitaire ont pour but d'inciter le téléspectateur à suivre l'épisode jusqu'à son terme afin d'assister à la résolution de l'intrigue[19].

Musique[modifier | modifier le code]

Le compositeur du thème original est Numeriklab[20].

Un premier album de la bande originale de la série de CBS est sorti en février 2009 aux États-Unis[21] : The Official V Soundtrack est un double-disque de 22 titres qui comprend des chansons d'artistes (tels que Jakob Dylan, Bob Dylan, Collide ou Ministry), le thème original de Numeriklab ainsi qu'une chanson de Cote de Pablo[22].

Une suite paraît le 3 novembre 2009[23] sous le titre : NCIS : The Official TV Soundtrack ; vol. 2. Il s'agit d'un disque unique avec 12 titres dont beaucoup sont inédits. Il contient également une chanson de Michael Weatherly : Bitter and Blue[24],[25].

Un troisième album nommé NCIS: The Official TV Score est sorti aux États-Unis le 29 mars 2011. Il est composé de musiques instrumentales créées par Brian Kirk[24],[26].

Diffusion internationale[modifier | modifier le code]

Voici une liste non exhaustive des diffuseurs internationaux de la série ; près de 200 chaînes diffusaient NCIS en 2011[27].

En Chine, la série n'est diffusée qu'en streaming, sur Internet, jusqu'en avril 2014, lorsque le gouvernement chinois interdit la diffusion de plusieurs séries télévisées américaines[39].

Distribution[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Sasha Alexander (alias l'agent spécial Caitlin Todd) signale à CBS et Donald Bellisario, juste avant la fin de la seconde saison, qu'elle souhaite quitter la série ; les acteurs ne sont alors pas informés de son départ. Le scénario initial prévoit que le personnage Caitlin Todd reçoive une balle dans la poitrine et qu'elle survive grâce à son gilet pare-balles. Une fin alternative dans laquelle elle reçoit la balle en pleine tête est cependant tournée. C'est finalement cette scène qui est envoyée au montage au dernier moment, permettant de garder le départ de l'actrice secret le plus longtemps possible afin de créer un effet de surprise chez les téléspectateurs[41],[a 4]. Elle réapparaît en flash-back dans la huitième saison lorsque la grande sœur de l'agent spécial Caitlin Todd, qui est psychiatre, doit évaluer l'état psychologique de l'équipe de Gibbs.

Donald P. Bellisario (showrunner[Note 2] et producteur exécutif) et l'acteur Mark Harmon ne s'entendant plus, en raison notamment d'un rythme de travail trop éprouvant, l'acteur aurait signalé aux patrons de CBS que si Donald Bellisario ne partait pas, il quitterait la série définitivement (sa défection temporaire est visible à l'écran dans le dernier épisode de la troisième saison à travers le départ à la retraite éphémère de l'agent Gibbs et son retour au début de la saison suivante). CBS cède alors et Mark Harmon reprend finalement son rôle, tandis que Donald P. Bellisario quitte ses fonctions de showrunner en mai 2007, tout en restant producteur exécutif[41],[45],[27]. Bill Carter du New York Times explique, au sujet de l'opposition entre l'acteur Mark Harmon et le showrunner Donald Bellisario, que « souvent, ce genre de faille peut faire dérailler une série à succès », ce qui ne s'est pas produit pour NCIS[46]. L'Otago Daily Time s'étonne ainsi en 2008 que la série ait survécu, malgré un « défilé de changement de casting » et la querelle entre l'acteur et le producteur[47].

Plusieurs membres de la famille des différents acteurs ont obtenu un rôle dans la série. Dans l'épisode Retrouvailles (saison 6), Leroy Jethro Gibbs retourne dans le passé avec une série de flashbacks ; l'acteur qui joue le jeune Jethro n'est autre que Sean Harmon, le fils de Mark. Il rejoue par la suite Gibbs jeune dans les épisodes Deliverance et Mother's Day[48]. La fille de Donald Bellisario, Troian Bellisario, apparaît également dans plusieurs épisodes au cours desquels elle interprète le rôle de Sarah McGee, la sœur cadette de Timothy McGee[49]. Le fils du producteur exécutif, Michael Bellisario, participe quant à lui à la série dans la troisième saison, sous les traits de Charles Sterling[50].

Les acteurs Mark Harmon, Cote de Pablo, Michael Weatherly, Pauley Perette, Sean Murray, Rocky Carroll et David McCallum sont présents dans la 10e saison et les contrats de certains d'entre eux avec les studios CBS TV garantissent alors leur présence pour une éventuelle 11e saison, confirmée ultérieurement[51],[52],[53],[54].

En avril 2013, seule Cote de Pablo n'a pas signé de contrat pour la onzième saison, suscitant des interrogations dans la presse sur son possible départ de la série[55],[56],[57],[58]. Elle annonce officiellement son départ, le 10 juillet 2013, après avoir joué durant huit saisons dans la série[59]. Selon Les Moonves, président-directeur général de CBS Corporation, il ne s'agirait pas d'une question de salaire[60] ; l'actrice indique quant à elle vouloir se consacrer à sa famille[61]. Elle est présente dans les deux premiers épisodes de la onzième saison[62]. À partir du neuvième épisode, elle est remplacée par l'actrice Emily Wickersham, qui interprète un personnage féminin nommé Eleanor Bishop[63].

Popularité[modifier | modifier le code]

Les acteurs principaux bénéficient d'une certaine popularité depuis leur participation à la série. Selon le Q Rating (sondage américain mesurant la popularité des acteurs de séries télévisées) de 2011, parmi les sept acteurs les plus appréciés, on en dénombre cinq de la série NCIS : Pauley Perrette (Abby) se classe première, suivie de Cote de Pablo (Ziva), puis, en 4e position, Mark Harmon (Gibbs) qui précède, en 5e position, David McCallum (Dr Mallard). Enfin, en 7e position, Michael Weatherly (Tony)[64],[65].

Rémunération[modifier | modifier le code]

En 2013, selon le magazine américain TV Guide, Mark Harmon gagnait 525 000 dollars par épisode, Michael Weatherly 250 000 dollars, Pauley Perrette 175 000 dollars et Cote de Pablo 120 000 dollars, tandis que Sean Murray et David McCallum étaient payés moins de 100 000 dollars par épisode[66],[67].

Personnages[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Cette série de fiction met en scène une équipe du Naval Criminal Investigative Service (NCIS) commandée par l'agent spécial Leroy Jethro Gibbs. Ses membres sont des agents spéciaux enquêtant uniquement sur des crimes ayant un lien avec le personnel de la Marine des États-Unis, y compris le Corps des Marines des États-Unis qui lui est administrativement rattaché.

La composition de l'équipe a changé à plusieurs reprises au cours des saisons[68] : Jethro Gibbs, le chef de l'équipe, l'agent Anthony DiNozzo (surnommé Tony), Caitlin Todd (Kate), le docteur Mallard (Ducky) et Abigail Sciuto (Abby) sont présents depuis le début de la série et ont alors comme directeur Thomas Morrow. Durant la première saison, ils sont rejoints par Timothy McGee. À la fin de la seconde saison, Caitlin Todd laisse sa place à Ziva David, tandis que Jennifer Shepard succède à Thomas Morrow au poste de directeur du NCIS et que Gerald Jackson, l'assistant du Dr Mallard, est remplacé par Jimmy Palmer (après avoir reçu une balle dans l'épaule qui l'empêche d'exercer). L'équipe de terrain de Gibbs ne change alors plus. Néanmoins, le directeur Shepard meurt à la fin de la cinquième saison et est remplacée par Leon Vance. Puis, au début de la saison 11, Ziva démissionne du NCIS et retourne en Israël ; elle est remplacée par une ex-analyste de la NSA, Eleanor Bishop.

Relations[modifier | modifier le code]

Les relations entre les personnages sont amicales, notamment au sein de l'équipe de terrain (Timothy McGee, Anthony DiNozzo, Caitlin Todd, Ziva David et Eleanor Bishop) qui se taquinent continuellement[69]. Cette bonne humeur contraste souvent avec le caractère strict, autoritaire et quelque peu renfermé de leur chef, Gibbs, qui cependant leur porte beaucoup d'affection[a 5]. La relation entre Ziva et Tony est assez floue et occupe une place importante dans la série, mêlant séduction, amitié et taquinerie — relation semblable en certains points à celle que partagent Anthony et Kate dans les deux premières saisons[a 6]. Elle passionne les fans de la série, qui l'ont surnommée « Tiva »[70],[71], tandis que l'éventualité d'un futur couple Tony-Ziva dans le scénario de la série est régulièrement évoquée par la presse[72],[73].

L'expression « Tiva » est également employée par l'acteur Michael Weatherly pour évoquer l'évolution de cette relation dans la 10e saison[74],[75]. Les deux personnages se rapprochent en effet nettement au cours de cette dernière[76],[77].

L'équipe de terrain est très soudée et peut s'appuyer sur l'aide précieuse du médecin légiste Donald Mallard, de son assistant ainsi que d'Abby, la technicienne de laboratoire. Les oppositions de points de vue entre le directeur de l'agence Leon Vance et Gibbs, chef de l'équipe, sont régulières. Cependant, ce dernier brave très rarement les ordres de son supérieur[78].

Équipe[modifier | modifier le code]

Équipe actuelle du NCIS
Personnage Acteur/Actrice Saisons Spécialité
Leroy Jethro Gibbs Mark Harmon Toutes les saisons Agent spécial du NCIS, chef d'équipe
Anthony D. DiNozzo Jr. Michael Weatherly Toutes les saisons Agent spécial du NCIS
Timothy McGee Sean Murray Toutes les saisons Agent spécial du NCIS, informaticien
Eleanor Bishop Emily Wickersham Depuis la saison 11 Agent spécial du NCIS, analyste de la NSA
Abigail Sciuto Pauley Perrette Toutes les saisons Spécialiste d'enquête en technique de laboratoire
Donald Mallard David McCallum Toutes les saisons Docteur, médecin légiste et profileur
Jimmy Palmer Brian Dietzen Toutes les saisons Assistant du médecin légiste
Leon Vance Rocky Carroll Depuis la saison 6 Directeur du NCIS
Équipe initiale du NCIS
Personnage Acteur/Actrice Saisons Spécialité
Leroy Jethro Gibbs Mark Harmon Toutes les saisons Agent spécial du NCIS, chef d'équipe
Anthony D. DiNozzo Jr. Michael Weatherly Toutes les saisons Agent spécial du NCIS
Vivian Blackadder Robyn Lively JAG saison 8, épisodes 20 et 21 Agent spécial du NCIS
Caitlin Todd Sasha Alexander Saisons 1 à 3 Agent spécial du NCIS, profileur
Abigail Sciuto Pauley Perrette Toutes les saisons Spécialiste d'enquête en technique de laboratoire
Donald Mallard David McCallum Toutes les saisons Docteur, médecin légiste et psychologue
Gerald Jackson Pancho Demmings Saisons 1 et 3 Assistant du médecin légiste
Thomas Morrow Alan Dale Saisons 1 à 3 Directeur du NCIS

Historique[modifier | modifier le code]

Introduction dans la série JAG[modifier | modifier le code]

Article connexe : JAG.

En 2003, la chaîne de télévision américaine CBS décide d'introduire de nouveaux personnages dans les épisodes 20 et 21 de la huitième saison de la série JAG[79].

Les acteurs présents dans ce spin-off sont Mark Harmon qui joue le personnage de Jethro Gibbs, Michael Weatherly qui incarne le personnage de l'agent spécial Anthony DiNozzo, David McCallum qui interprète le docteur Donald Mallard, Pauley Perrette qui joue Abigail Sciuto et Alan Dale qui interprète le personnage du directeur Tom Morrow. L'actrice Robyn Lively est aussi présente dans ces deux épisodes dans lesquels elle incarne le rôle de l'agent du NCIS Vivian Blackadder, mais la chaîne de télévision CBS prend la décision de ne pas la garder[80].

Pour cette introduction dans JAG, il a fallu trouver un scénario et c'est la mort de Loren Singer, officier du JAG incarné par Nancy Chambers, qui fut l'élément déclencheur d'une nouvelle enquête[81]. Dans le deuxième de ces épisodes apparaît aussi l'avocate Faith Coleman (jouée par Alicia Coppola) qui réapparaîtra par la suite à titre d'invitée dans quelques épisodes des deux premières saisons de NCIS : Enquêtes spéciales. Le 12 avril 2013, le producteur exécutif Gary Glasberg annonce à TV Line que John M. Jackson, qui a interprété l'amiral Chegwidden dans les neuf premières saisons de JAG, fera une apparition lors de l'épisode final de la dixième saison de NCIS à titre d'avocat-conseil pour les membres de l'équipe de Gibbs[82].

Création[modifier | modifier le code]

NCIS : Enquêtes spéciales est créée en 2003 par Donald Bellisario et Don McGill pour la chaîne CBS. Donald Bellisario souhaite en faire une série plus divertissante, auto-dérisoire et plus riche en action que sa précédente création, JAG[a 3].

La série porte à l'origine le nom Navy NCIS, « Navy » étant redondant puisque le N de NCIS signifie déjà Navy[16]. Ce choix a été fait d'une part pour attirer les téléspectateurs (entre autres ceux de JAG) qui ne connaîtraient pas ce service, et d'autre part pour éviter la confusion avec la série télévisée Les Experts, nommée CSI aux États-Unis[83],[a 7]. Le nom NCIS est définitivement conservé à partir de la deuxième saison, aux États-Unis[84]. En France, la série a toujours été appelée NCIS : Enquêtes spéciales, bien que son nom soit souvent abrégé en NCIS. En Allemagne, le nom de la série est Navy CIS[85].

Au Québec, la série a toujours été nommée NCIS, les saisons 1, 2, 6 et 7 diffusées par la chaîne Historia présentant toutefois le générique français avec la mention « Enquêtes spéciales ». Pour les saisons 3 à 5, le générique ainsi que tous les crédits étaient ceux de la version originale anglophone, à l'exception notable du titre de l'épisode, qui apparaissait en français. Finalement, depuis la huitième saison, c'est le générique québécois qui figure à l'écran, c'est-à-dire avec la mention NCIS uniquement (comme la version originale), les crédits étant quant à eux en français.

Intrigues des saisons[modifier | modifier le code]

La série comporte à ce jour onze saisons composées chacune de vingt-trois à vingt-cinq épisodes, à l'exception de la cinquième saison qui en compte dix-neuf[86].

Voici les faits marquants pour chacune des saisons ainsi que, le cas échéant, les arcs narratifs qu'elles contiennent.

Saison 1
La première saison est composée de vingt-trois épisodes. Elle possède un arc narratif (ou « fil rouge ») qui se met en place lorsqu'un terroriste prend le médecin légiste Ducky, son assistant Gérald ainsi que l'agent Kate en otage (épisode 16). Dès lors, Leroy Jethro Gibbs le traquera jusqu'à l'épisode final de la saison dans lequel il découvrira l'identité de cet homme : Ari Haswari. Se posera alors un autre problème car Ari est un agent double du Mossad, infiltré dans une cellule terroriste et protégé par le FBI[a 8].
Saison 2
La deuxième saison est composée de vingt-trois épisodes. Elle marque l'arrivée d'un personnage récurrent, Jimmy Palmer, qui est le nouvel assistant du Dr Mallard (déjà présent dans trois épisodes de la première saison). Le fil rouge de cette saison s'inscrit dans la suite de celui de la précédente concernant Ari. Cependant, ce personnage se fait plus discret dans l'intrigue. Il réapparaît lors de l'épisode final pour tendre un piège à l'équipe et tuer l'un de ses membres, Caitlin Todd, ce qui va affecter durablement les agents du NCIS[a 8].
Saison 3
La troisième saison est composée de vingt-quatre épisodes. L'intrigue « Ari Haswari » se termine au début de cette saison quand Ziva David le tue en sauvant la vie de Gibbs. Cette dernière entre dans l'équipe en tant qu'agent de liaison du Mossad[a 9]. Le fil rouge de la saison consiste en l'assistant temporaire d'Abby qui tente de tuer Anthony DiNozzo[87]. Cette saison comporte un second fil rouge : Gibbs est victime d'un terroriste et devient amnésique alors qu'il a des renseignements sur un prochain acte terroriste à bord d'un navire de la Navy. Il retrouve la mémoire lorsque le bâtiment ciblé va exploser, il tente alors de le faire évacuer mais sa hiérarchie ne prend pas la menace au sérieux. Le navire explose. Face à sa propre impuissance à empêcher ce drame, Gibbs démissionne[88].
Saison 4
La quatrième saison est composée de vingt-quatre épisodes. Elle commence avec une équipe chamboulée : DiNozzo est maintenant le chef de l'équipe depuis le départ de Gibbs à la suite de sa démission. Ce dernier revient cependant assez rapidement, DiNozzo se voit offrir la possibilité d'avoir sa propre équipe à Rota (Espagne), mais préfère continuer à travailler sous les ordres de Gibbs ainsi qu'avec ses actuels coéquipiers[89]. Le fil rouge de cette saison concerne Tony et Jeanne, sa nouvelle petite amie avec qui il semble avoir une relation sérieuse. Cette relation est très apparente puisqu'elle transparaît dans quasiment tous les épisodes. Un second fil rouge est disséminé dans cette saison, il porte sur un trafiquant d'armes, « La Grenouille », envers qui Jenny, la directrice du NCIS, semble être rancunière ; elle place donc Tony DiNozzo en couverture auprès de celui-ci. L'épisode final relie les deux affaires, révélant au téléspectateur que Jeanne est la fille de La Grenouille[90].
Saison 5
La cinquième saison est composée de seulement dix-neuf épisodes en raison de la grève des scénaristes de 2007[91]. Elle reprend le fil rouge de la quatrième saison là où il s'était arrêté, uniquement pour les deux premiers épisodes qui clôturent cette histoire. Celle-ci est mentionnée dans le deuxième épisode car Tony a du mal à se remettre de sa séparation avec Jeanne. Jennifer Shepard décède lors d'un échange de tir avec des hommes de main d'une ennemie russe. Lauren Holly quitte donc le casting, laissant sa place à Rocky Carroll qui interprète Leon Vance dans la saison suivante[92].
Saison 6
La sixième saison est composée de vingt-cinq épisodes, ce qui en fait à ce jour la saison la plus longue de la série. Ancien directeur adjoint, Leon Vance succède à Jenny Shepard au poste de directeur du NCIS. Cette saison installe un nouveau fil rouge dès le premier épisode. Il concerne la présence d'une taupe au NCIS. Alors que cette affaire semble résolue, il s'avère en fait qu'il n'en est rien et que la taupe n'est autre que l'agent Lee. Ce fil rouge est cependant bouclé rapidement et laisse place à un arc narratif centré sur Ziva : un de ses anciens collègues du Mossad est envoyé en infiltration et se retrouve face à la jalousie de DiNozzo. Lors d'une confrontation, ce dernier tue l'agent du Mossad en légitime défense. Ziva ne pouvant plus faire confiance à Tony, elle retourne en Israël[93].
Saison 7
La septième saison est composée de vingt-quatre épisodes. Elle clôt tout d'abord le fil rouge de la précédente saison centré sur Ziva : celle-ci ayant été capturée par des terroristes somaliens, l'équipe du NCIS part la sauver. Un nouvel arc narratif est installé, concernant cette fois une vengeance du Colonel Bell, évadé de sa prison au Mexique dans l'épisode 11. Finalement, Bell s'en prend aux proches de Gibbs, et lorsque ce dernier se rend au Mexique pour protéger son ancien mentor Mike Franks, il découvre Bell, tué par son bras droit : Jason Paul Dean. Gibbs est ensuite enlevé et ramené à Paloma Reynosa et Alejandro Rivera, frère et sœur. Ceux-ci ne sont autres que les enfants de Pedro Hernandez, l'assassin de la fille et de la femme de Gibbs, que ce dernier a tué. Ils veulent faire de Gibbs leur informateur sur les enquêtes du NCIS, sans quoi ils s'en prendront à ses proches, notamment son père. Paloma met en application sa menace sur les proches de Gibbs. Le fil rouge continue la saison suivante[94],[95].
Saison 8
La huitième saison est composée de vingt-quatre épisodes. Le premier épisode clôt le fil rouge de la saison précédente et en installe un nouveau à la fin de l'épisode lorsque Leon Vance reçoit un message du père de Ziva et directeur du Mossad, Eli David qui lui dit : « Je l'ai trouvé » (« I Found Him »). Plus tard dans la saison, l'équipe de Gibbs va se trouver face à un tueur en série appelé « Port-to-Port Killer » (Le tueur de port en port, en français). Pour traquer ce psychopathe, le casting de la série s'élargit à une seconde équipe du NCIS dirigée par l'agent EJ Barrett (interprétée par Sarah Jane Morris)[96],[89]. Le tueur en série, après avoir tué Mike Franks, mentor de Leroy Jethro Gibbs, prend cette dernière en otage, ainsi que Jimmy Palmer (l'assistant de Ducky) et Trent Kort, de la CIA : il veut en fait se venger de l'oncle de l'agent Barrett, qui n'est autre que le Secrétaire d’État à la Navy. Il est finalement abattu par Leon Vance et Jethro Gibbs ; ledit secrétaire d’État démissionne.
Saison 9
La neuvième saison est composée de vingt-quatre épisodes. Dès le premier épisode, un fil rouge prend forme, concernant la traque du tireur ayant blessé Tony et l'agente E.J. Barrett et tué l'agent Cade, coéquipier de cette dernière. Une fois ce fil rouge clos, s'en installe un second en fin de saison. Cette fois, un terroriste nommé Harper Dearing s'attaque aux installations de la marine, en divers lieux du monde. Il a en tête de venger la mort de son fils qui est décédé sur un navire à cause d'une déficience de sécurité à bord. Le cliffhanger du dernier épisode de la saison résulte de l'explosion d'une bombe — posée par Dearing — au siège social du NCIS, au Navy Yard de Washington[97].
Saison 10
La dixième saison est composée de vingt-quatre épisodes. Le premier clôt le fil rouge de la saison précédente lorsque l'agent Gibbs tue Harper Dearing. Ducky, ayant fait une crise cardiaque dans la 9e saison, est obligé de limiter son travail d'autopsie et se déplace désormais avec une canne. Son assistant Jimmy Palmer prend ainsi de l'importance. Le second fil rouge, commençant dès l'épisode 11, porte sur la traque d'un assassin, responsable du double meurtre du directeur du Mossad, Eli David, et de l'épouse de Léon Vance[98]. Effondrée après la mort de son père, Ziva travaille ardemment pour arrêter le tueur. Elle se rend notamment en Allemagne, accompagnée de Tony, ce qui participe au rapprochement des deux personnages[99],[100],[101]. La dissolution de l'équipe de Gibbs clôt la saison[102].
Saison 11
La onzième saison est composée de vingt-quatre épisodes. Au début de la saison, Ziva retourne en Israël, remplacée quelques épisodes plus tard par Eleanor Bishop. Le fil rouge de la saison précédente est clos à la mi-saison avec la fin de la traque de Parsa.
Saison 12
Dans cette saison, qui sera diffusée en début d'année 2015, la troisième ex-épouse de Gibbs, dénommée Rebecca, fera sa première apparition dans la série. Jeri Ryan interprétera le rôle le temps d'un épisode[103].

Série dérivée : NCIS : Los Angeles[modifier | modifier le code]

Tournage de la série à Los Angeles, avec Mark Harmon et Chris O'Donnell.
Article détaillé : NCIS : Los Angeles.

Face au succès de la série, une série dérivée, NCIS : Los Angeles, a été créée en 2009 à partir de l'univers de la série originale. Réalisée par Shane Brennan, son premier épisode est diffusé le 22 septembre 2009 aux États-Unis et au Canada et le 12 mars 2010 en France[104]. De façon similaire à l'introduction des personnages de NCIS : Enquêtes spéciales dans un double épisode de JAG, les principaux protagonistes de NCIS : Los Angeles (à savoir G. Callen, Sam Hanna, Kensi Blye, Eric Beale et Nate Getz) sont introduits lors du double épisode Légende de la sixième saison de NCIS : Enquêtes spéciales, afin de les présenter aux téléspectateurs[105].

Deux personnages de NCIS : Enquêtes spéciales font des incursions dans cette série : le directeur du NCIS Leon Vance, avec un rôle récurrent dans la première saison[106],[107] puis à titre d'invité dans le dernier épisode de la deuxième saison et dans le premier épisode de la suivante, ainsi qu'Abby Sciuto, qui apparaît quant à elle dans les épisodes Meilleure ennemie et Le Fantôme de la première saison[108].

NCIS : Los Angeles est diffusée le même jour que la série originelle, à sa suite, et connaît un important succès : elle se positionne, pour les saisons 2010-2011, 2011-2012 et 2012-2013, en seconde place des séries télévisées les plus regardées aux États-Unis, NCIS : Enquêtes spéciales occupant la première place[109],[110].

En novembre 2012, le site deadline.com annonce qu'une série dérivée de NCIS : Los Angeles pourrait voir le jour, introduite par un double épisode pilote à venir, au cours de la quatrième saison ; cette nouvelle série serait également réalisée par Shane Brennan. L'information est reprise par de nombreux médias (The Hollywood Reporter, The Huffington Post, L'Expressetc.)[111],[112],[113],[114]. Le double épisode pilote a pour nom NCIS : Red[115], nom qui pourra être conservé, le cas échéant, pour la série dérivée[116]. Les acteurs Miguel Ferrer, Edwin Hodge, John Corbett, Kim Raver, Scott Grimes et Gillian Alexy (en) intègrent, au premier trimestre 2013, le casting du double épisode[117],[118]. Il est diffusé en deux parties les 19 et 26 mars 2013 aux États-Unis[119] et au Canada.

Le 15 mai 2013, la chaîne CBS déclare ne pas donner jour à NCIS : Red, guère convaincue, selon la presse, par les audiences des deux épisodes pilotes diffusés (respectivement 16,6 et 14,3 millions de téléspectateurs) ; une cinquième saison de NCIS : Los Angeles est néanmoins programmée[120],[121],[122].

Seconde série dérivée : NCIS : New Orleans[modifier | modifier le code]

Article détaillé : NCIS: New Orleans.

En septembre 2013, le site deadline.com annonce qu'un second spin-off est en cours de préparation et devrait donner lieu à deux épisodes pilotes au printemps 2014[123]. L'action de la possible nouvelle série se déroulerait à La Nouvelle-Orléans et elle serait produite par Mark Harmon et Gary Glasberg[124].

Les épisodes 18 et 19 (Crescent City, part I & II) de la onzième saison introduisent les personnages des agents spéciaux Dwayne « King » Cassius Pride (interprété par Scott Bakula), Christopher Lasalle et Meredith « Merri » Brody et du médecin légiste, le Dr Loretta Wade (interprétée par CCH Pounder). Ils sont diffusés le 25 mars et le 1er avril 2014 sur CBS aux États-Unis.

Le 9 mai 2014, CBS confirme la production de cette nouvelle série dérivée. Sa première diffusion doit débuter le 23 septembre 2014 aux États-Unis[125],[126].

Audiences[modifier | modifier le code]

Saison Nombre
d'épisodes
Horaires Diffusion France : M6 Audiences Live (en millions)
France États-Unis Début de saison Fin de saison États-Unis France
1 23 Mercredi puis vendredi 20 h 50 Mardi 20 heure 3 mars 2004 15 octobre 2004 11,84[127] 3,80[127]
2 23 Vendredi 20 h 50 2 septembre 2005 16 décembre 2005 13,63[127] 5,08[127]
3 24 1er septembre 2006 12 janvier 2007 15,30[127] 6,20[127]
4 24 26 octobre 2007 22 février 2008 14,50[127] 6,40[127]
5 19 29 août 2008 16 janvier 2009 15,68[127] 6,86[127]
6 25 4 septembre 2009 26 février 2010 17,75[128] 6,54[127]
7 24 20 août 2010 4 février 2011 19,33[129] 5,35[127]
8 24 11 février 2011 2 mars 2012 19,70[130] 6,00[131]
9 24 23 mars 2012 11 janvier 2013 19,20[132] 5,35[127]
10 24 18 janvier 2013 20 décembre 2013 19,34[133] 4,97[127]
11 24 7 mars 2014 28 novembre 2014 18,5[134]
12 ? ? ? ? ? ?

Audiences aux États-Unis[modifier | modifier le code]

L'audience moyenne de la série aux États-Unis ne cesse globalement d'augmenter au fil des saisons.

Pour sa première saison, la série a compté 11,84 millions de téléspectateurs en moyenne par épisode[135].

La seconde saison de NCIS : Enquêtes spéciales s'est placée au 22e rang des programmes télévisés les plus regardés avec une moyenne de 13,63 millions de téléspectateurs par épisode[136],[135].

La troisième saison permet à NCIS de se hisser au 16e des meilleures audiences, tous programmes télévisés confondus, avec 15,3 millions de téléspectateurs en moyenne[135],[137].

Un léger recul de l'audience se fait sentir lors de la quatrième saison, dont chaque épisode attire en moyenne 14,5 millions de téléspectateurs (moins 0,8 millions par rapport à la 3e saison)[135].

La cinquième saison de NCIS, avec 15,65 millions de téléspectateurs en moyenne, enregistre une forte hausse comparée à l'audience de la précédente saison. L'épisode Requiem se distingue particulièrement avec 18,2 millions de téléspectateurs, ce qui constitue à l'époque le record d'audience pour la série[135],[138].

L'audience de la sixième saison, de 17,89 millions de téléspectateurs, permet à la série de se positionner 5e, tous programmes télévisés confondus[86],[135],[139].

L'audience moyenne de la septième saison est de 19,31 millions de téléspectateurs par épisode[140]. Elle permet à NCIS : Enquêtes spéciales d'être la série télévisée la plus suivie aux États-Unis, place jusqu'alors occupée par Les Experts[141],[142]. La série devient par ailleurs le 4e programme télévisé le plus regardé[86],[143].

La huitième saison permet à la série de conserver son rang de série la plus regardée aux États-Unis avec près de 20 millions de téléspectateurs en moyenne[109],[144]. La série télévisée a effectué deux records d'audience successifs (et temporaires) lors cette saison : le 11 janvier 2011 avec 21,9 millions de téléspectateurs[145], puis le 1er février 2011 avec 22,85 millions de téléspectateurs[146],[147]. Par ailleurs, cette 8e saison est celle qui a eu la moyenne d'audiences la plus élevée de toutes, avec 19,7 millions de téléspectateurs en moyenne[147],[148],[149].

La neuvième saison, avec 19,2 millions de téléspectateurs par épisode — le jour de leur diffusion[Note 3] — en moyenne[151],[152], permet à la série de rester la plus regardée aux États-Unis pour la troisième saison consécutive[110]. La série possède la 3e audience moyenne la plus forte, tous programmes télévisés (à diffusion régulière) confondus, derrière NBC Sunday Night Football et American Idol[153]. D'autres sources, utilisant les « audiences définitives », font état de 19,49 millions de téléspectateurs par épisode en moyenne[132].

L'audience moyenne de la dixième saison est de 19,34 millions de téléspectateurs par épisode (seule l'audience du jour de diffusion est prise en compte[Note 3]). Elle permet à la série de rester la plus regardée aux États-Unis pour la quatrième saison consécutive[154],[133],[155]. Lors de l'épisode 12 de la dixième saison, le 15 janvier 2013, le précédent record d'audience de la 8e saison est battu de 10 000 téléspectateurs, avec 22,86 millions téléspectateurs[156],[157]. L'audience consolidée — i.e. tenant compte de la télévision de rattrapage[150] — moyenne par épisode s'élève à 21,34 millions de téléspectateurs[158].

La onzième saison a une audience moyenne de 18,5 millions de téléspectateurs[134],[159]. Si l'on tient compte des audiences dans les sept jours qui suivent la première diffusion (via notamment des magnétoscopes numériques), NCIS (22,4 millions de téléspectateurs) cède sa place de première série télévisée à The Big Bang Theory (23,1)[160].

Audience américaine moyenne par saison*

Audiences francophones[modifier | modifier le code]

En France, lors la diffusion de la première saison, la série est en moyenne suivie par 3,8 millions de téléspectateurs par épisode[161]. Pour la seconde saison, cette moyenne s'élève à 5,1 millions[161].

Avec la diffusion de sa troisième saison, la série connaît un véritable envol avec une moyenne de 6,2 millions de téléspectateurs. Dès la fin de sa diffusion, M6 rediffuse intégralement la série[162] qui enregistre des audiences d'environ 4 millions de téléspectateurs par épisode[163],[164]

La quatrième saison continue de voir ses audiences augmenter. NCIS : Enquêtes spéciales bat ainsi à plus de dix reprises Star Academy[165], ce qui semblait inimaginable quelques années auparavant. Fait encore plus inattendu, le 16 novembre 2006, la série se place devant un match de l'équipe de France de football. Ainsi, selon Médiamétrie, le programme a non seulement enregistré son record d'audience historique, mais la chaîne a réalisé sa meilleure audience de l'année 2007, avec plus de 7,1 millions de téléspectateurs[166]. L'engouement pour la série se confirme par la suite lors des rediffusions sur M6 durant l'été 2008. Celles-ci sont organisées en soirée à thèmes qui réunissent trois épisodes de saisons différentes axés sur un des personnages de la série : soirée « Tony », soirée « Abby », etc.[167]. Avec ce type de rediffusion, la chaîne de télévision réalise de bonnes audiences en se plaçant en deuxième position face à Koh-Lanta. La soirée spéciale Abby[168] du 4 juillet a ainsi réuni 3,8 millions de téléspectateurs, soit autant que lors de la première diffusion de cette série[169].

La cinquième saison attire en moyenne 6,86 millions de téléspectateurs[170]. Le 14 novembre 2008, lors du 12e épisode, la série bat son record d'audience en France avec plus 7,9 millions de téléspectateurs[171].

Avec seulement 6,54 millions de téléspectateurs en moyenne, la sixième saison enregistre un fléchissement de l'audience de 5,2 % (- 0,32 million) par rapport à la saison précédente[172].

La septième saison enregistre de nouveau un recul de 1,2 million de téléspectateurs, établissant sa moyenne à 5,35 millions pour 21,6 % de part de marché. Paradoxalement, cette saison est celle qui a enregistré les meilleures audiences aux États-Unis[173],[174]. Ce recul doit toutefois être nuancé dans la mesure où sur les quatre épisodes ayant enregistré les plus bas taux d'audiences, trois d'entre eux diffusés lors des vacances d'été ont fait des parts de marché leur permettant de se classer premier. Le quatrième, qui a obtenu le plus faible score d'audience de la saison (1,86 million de téléspectateurs), a quant à lui été diffusé le soir du 31 décembre[175]. En 2010, NCIS : Enquêtes spéciales est la 2e meilleure audience de M6 avec 6,9 millions de téléspectateurs pour un des épisodes, la 1re étant le match de football du championnat d'Europe Bosnie-Herzégovine/France (8,1 millions de téléspectateurs)[176].

La huitième saison voit son audience moyenne augmenter pour la première fois depuis la cinquième saison et continue d'avoir un certain succès auprès des téléspectateurs français[177]. Elle compte en moyenne 6 millions de téléspectateurs par épisode[131].

L'audience moyenne par épisode de la neuvième saison — 5,35 millions de téléspectateurs — est du même niveau que celle de la septième saison[178].

Audience française moyenne par saison*

En Belgique francophone, la série connaît une certaine popularité, se plaçant en 2009 au rang de seconde série télévisée la plus regardée[179], et au 11e rang des programmes télévisés les plus vus[Note 4] la même année[180].
En 2010, elle se place au 14e rang, tous programmes confondus[181]. Le 29 décembre 2010, elle a été suivie par 664 157 téléspectateurs, ce qui la positionne en 20e place des meilleures audiences uniques de l'année 2010[182], toutes chaînes confondues. En 2011, la série se place en 15e position des programmes télévisés les plus regardés[183].

Au Québec, la série ne bénéficie pas d'une grande popularité, n'étant jamais incluse dans les trente émissions les plus regardées de la semaine[184]. En revanche, NCIS est l'émission la plus populaire de la chaîne Historia : elle a battu le record d'écoute de la chaîne le 31 août 2011 lors de la diffusion de l'épisode L'effet d'une bombe (saison 8, épisode 3) avec un total de 199 000 téléspectateurs[185]. Le précédent record d'écoute pour Historia était aussi détenu par un épisode de NCIS, l'épisode 15 de la sixième saison (Délivrance), diffusé le 9 septembre 2009 avec 194 000 téléspectateurs. Avant que NCIS ne soit diffusée sur la chaîne Historia en 2006, c'est sa série-mère, JAG, qui en était la série la plus populaire[186].

Audiences internationales[modifier | modifier le code]

L'audience du programme dans le monde – évaluée d'après les données des pays diffuseurs inclus dans un panel de 66 pays – s'élève en 2013 à 57,6 millions de téléspectateurs, en faisant la « série la plus regardée au monde », selon la formule de L'Express[187],[188].

En Allemagne, NCIS : Enquêtes spéciales, diffusée sur Sat.1, connaît un certain succès, avec des audiences allant de 2,48 millions (1re saison) à 3,68 millions de téléspectateurs (sixième saison). Les parts d'audience sont toujours comprises entre 8,1 (saison 1) et 11,9 % (saison 6)[189]. Elle est considérée comme populaire, le site Web promiflash.de s'interrogeant dans un article « Qui ne connaît pas la populaire série policière américaine NCIS ? »[190],[191]. De surcroît, le site filmstarts.de place NCIS au premier rang dans son classement des dix « séries télévisées les plus populaires », en 2011[192].

En Australie, NCIS possède en 2004 la 19e audience (1,17 millions de téléspectateurs) du Top 20 des meilleures audiences uniques de séries télévisées[Note 5],[193]. En 2005, elle se place au 16e rang avec 1,24 millions de téléspectateurs, puis 12e en 2006 avec une audience de 1,32 millions de téléspectateurs[193]. L'année suivante, la série redescend au 13e rang avec 1,24 millions de téléspectateurs, mais remonte en 2008 à la 4e place grâce à une audience de 1,36 millions de téléspectateurs[193]. En 2009, elle se place à la 3e place avec son record d'audience de 1,45 millions de téléspectateurs, derrière deux séries télévisées australiennes, All Saints et Packed to the Rafters, mais également aux seizième et dix-neuvième places avec deux rediffusions[193]. En 2010, la série ne s'est pas classée parmi les 40 programmes des chaînes gratuites[194], mais s'est en revanche classée 5e parmi les séries télévisées diffusées sur les chaînes gratuites[195].

Dans la partie anglophone du Canada, NCIS : Enquêtes spéciales semble être assez populaire, se classant quasiment toujours dans les trente émissions les plus regardées de la semaine, d'après BBM Canada[196]. Pour être comptabilisée dans le top 30, NCIS doit être diffusée avant ou en même temps que la diffusion américaine grâce à la substitution simultanée, sans quoi certains téléspectateurs canadiens sont susceptibles de préférer visionner la série sur CBS — le diffuseur américain, dont les audiences ne sont pas comptabilisées —, les cotes d'écoute de Global s'en trouvant alors réduites au regard du nombre réel de téléspectateurs[197]. L'épisode le plus regardé de la série au Canada, Detour (saison 10, épisode 16), diffusé le 26 février 2013, a été suivi par 2 847 000 téléspectateurs[198].

Audience canadienne moyenne par saison* (non communiquée avant la saison 5)

Source : BBM Canada[199].
Note : Pour le résultat des moyennes canadiennes, seuls les épisodes diffusés en substitution simultanée avec la diffusion américaine sont pris en compte dans le calcul afin de donner une audience la plus proche de la réalité. Les audiences pour les saisons 1 à 5 au Canada ne sont pas disponibles. En outre, lors des septième, dixième et onzième saisons, la totalité des épisodes est diffusée en substitution simultanée, d'où des moyennes d'audience plus élevées.

Caractéristiques et succès de la série[modifier | modifier le code]

Succès populaire[modifier | modifier le code]

La série télévisée est très bien reçue par les téléspectateurs aux États-Unis et en France, comme le montrent les fortes audiences qu'elle y a rencontrées. Elle est même, selon une étude d'Harris Interactive réalisée en mars 2011, la série préférée des téléspectateurs américains, reléguant à la seconde place la série Les Experts[200],[201] ; deux ans plus tôt, elle n'occupait que la quatrième place[4],[202]. En France, selon une étude Promise Consulting d'août 2012 pour Le Huffington Post, il s'agirait de la 3e série télévisée la plus considérée comme « proche de la série idéale » ; elle ne figure en revanche pas dans le classement des « dix séries télévisées les plus connues des Français »[203],[204].

La série bénéficie en mai 2013 sur le site américain TV.com de la note moyenne 8,9/10, d'après plus de 15 000 votes de visiteurs du site[205]. Le site Imdb.com présente lui une note basée sur environ 33 000 internautes : 7,7/10[206]. En mai 2013, le site français allocine.fr présente une note de 3,9/5 à partir de plus de 36 000 votes[207]. Le site senscritique.com présente une note plus faible, de 6/10, d'après plus de 5 000 notes d'internautes[208] ; la série ne figure ainsi pas dans le « Top 111 » que propose le site[209]. En Allemagne, NCIS bénéficie en mai 2013 d'une note de 7,5/10 sur le site MoviePilot (de), selon 1 800 votes environ[210].

Le succès d'audience de NCIS semble être dû davantage à la place prépondérante qui y est laissée à l'humour ainsi qu'aux relations particulières tissées entre les différents personnages qu'aux intrigues en elles-mêmes[210],[211]. Certaines critiques notent que la série se veut accessible, que le téléspectateur peut la suivre « d'un œil distrait » et par ailleurs plonger dans l'histoire de n'importe quel épisode en quelques minutes ; le site messeriestv parle d'une série « prête à consommer »[89],[212],[213].

Différenciation face aux classiques du genre policier[modifier | modifier le code]

En 2005, alors que la série en est à sa troisième saison, Gillian Flynn d'Entertainement Weekly écrit que NCIS (« peut-être la série la plus parfaitement irréprochable à la télévision [car] agréable, légèrement osée et rythmée, tout en évitant les images choquantes ») ne diffère alors guère de Les Experts ou Preuve à l'appui. Il souligne néanmoins que la série tente de perdre son aspect rigide, se voulant « cool » ; il évoque également les personnages « stéréotypés » et « sympathiques »[214].

En plaçant les relations entre personnages de l'équipe au premier plan, NCIS : Enquêtes spéciales se distingue de nombreuses autres séries policières plus classiques qui mettent en avant les enquêtes, à l'image de Les Experts ou New York, unité spéciale[215],[216]. Le site messeriestv.fr analyse ainsi cette opposition : « […] NCIS a gagné en se posant comme l'anti-Experts. Plus drôles, humains et décalés, les joyeux drilles de NCIS ont fini par remporter leur bras de fer avec la machine de guerre d'Anthony E. Zuiker[212]. » Gary Glasberg, l'un des producteurs exécutifs de la série, depuis 2009, estime que « NCIS n’est pas un simple polar, et que son intérêt premier n'est pas la résolution d’une enquête »[217]. Selon lui, une évolution a eu lieu au fil des saisons, la série se concentrant davantage sur les interactions entre personnages et mettant les enquêtes au second plan[218]. En 2013, pour Alain Carrazé, journaliste français des séries télévisées[219], NCIS est progressivement passée du statut de série policière à celui de « série familiale »[220].

La série préserve tout de même un côté classique avec la résolution d'affaires criminelles. L'acteur Michael Weatherly explique lui-même que « le public aime les histoires avec un début, un déroulé et une fin. Dans un procedural[Note 6] policier, à la fin, le coupable est identifié et arrêté, l'équipe est sauve »[221]. Sylvain Trinel, de cinema-france.com, souligne en 2011 le bon équilibre « entre classicisme et nouveautés »[222].

Importance des personnages et de leurs interactions[modifier | modifier le code]

Plusieurs critiques citent l'introduction, au fil des épisodes, de nombreux détails sur l'histoire, la vie hors du travail ou la personnalité des personnages comme un procédé efficace pour rendre ceux-ci plus proches et appréciés des téléspectateurs[215],[223],[89]. June Thomas, du site américain slate.com, écrit en novembre 2011 qu'« il n'y a rien de particulièrement innovant dans la manière dont l'équipe de NCIS résout les crimes »[Note 7]. La réussite de la série tient selon lui plutôt au fait que les personnages — dont la personnalité et l'histoire personnelle sont réfléchies et bien intégrées par les scénaristes au sein des épisodes — épousent des valeurs traditionnelles qui correspondent au public ; pour le journaliste, NCIS est ainsi une « série conservatrice »[Note 8],[215].

Le magazine français Télérama, sous la plume de Pierre Langlais, juge que la mécanique de la série « s'appuie surtout sur ses héros sympathiques, famille recomposée derrière leur patriarche, le pince-sans-rire Gibbs »[224] ; le site allemand serienfans.tv partage cette analyse[225]. Pour TV Magazine, « bien plus que les enquêtes, ce sont les interactions tendres ou sarcastiques entre les personnes qui font le sel de la série »[226] ; une analyse que rejoint l'actrice Cote de Pablo dans une interview du site Entertainment Weekly[227].

Si les relations entre personnages tant mises en exergue semblent plaire aux téléspectateurs, de nombreuses sources s'accordent pour dire que c'est la conséquence de personnalités très différentes qui cohabitent au sein de l'équipe (« la camaraderie d'un groupe d'enquêteurs excentriques », dixit Bill Carter du New York Times[46])[228],[229],[230]. Pour Sandrine Cochard du site 20minutes.fr, les « personnages stéréotypés, mais attachants », avec Gibbs en « chef charismatique », donnent une « ambiance familiale qui rassure et permet à toute la famille de se retrouver devant NCIS ». L'article dit aussi qu'« à mille lieues des Experts, où circonvolutions de l'esprit et analyses scientifiques sont reines, NCIS ne cherche pas à flatter l'intelligence du téléspectateur, mais à le décontracter ». Ainsi, pour Enguérand Sabot (auteur du livre NCIS : Restricted Area), cité par l'article, la série « est moins élitiste et moins pointue que d'autres, c'est une façon de capter un auditoire plus jeune »[231].

L'acteur Mark Harmon pense que « le rythme de la série a toujours reposé sur des personnages forts qui ont de l'humour »[232]. Humour, analyse-t-il dans une autre interview, qui « vient des personnages, du fait qu'on est une famille un peu dysfonctionnelle, et c'est peut-être ça qui attire les gens. […] C'est quelque chose que beaucoup de séries essaient d'insuffler à leur personnages, à leurs intrigues, mais c'est beaucoup plus dur qu'il n'y paraît »[233].

Présence marquée de l'humour[modifier | modifier le code]

En France, Stéphane Argentin du site ecranlarge.com souligne que le programme a un tel succès « entre autres grâce à cette touche de légèreté omniprésente qui permet ainsi au téléspectateur de mieux « digérer » certains aspects peu ragoûtants de l'enquête (les autopsies de Ducky notamment) » et à « un humour que l'on doit à n'en pas douter à Donald Bellisario »[234]. Le site commeaucinema.com dit lui-aussi de l'humour qu'il est « à chaque coin d'épisode »[235]. L'Hebdo Séries qui s'entretient avec Michael Weatherly avance également l'« humour potache, qu'on pourra juger rafraîchissant, ou complètement hasardeux »[236].

L'acteur Rocky Carroll ainsi que le coproducteur exécutif de la série télévisée, Chas. Floyd Johnson abondent en ce sens, ce dernier citant l'humour comme l'un des « deux atouts de la série », le second étant selon lui les interactions de type familial entre les différents personnages[12],[237].

Cohésion au sein de l'équipe de production[modifier | modifier le code]

Les acteurs de la série et de manière plus générale les membres de l'équipe de production sont particulièrement soudés, affirment-ils eux-mêmes[238],[27].

David McCallum (Donald Mallard), interviewé par lefigaro.fr, explique que « NCIS est une famille » : « on s'embrasse, on se prend dans les bras, on se fait des accolades jusque dans le camion maquillage. […] C'est ce qui fait toute la différence et le secret de notre succès, il me semble[239]. » Pour l'actrice Pauley Perrette, l'attachement des acteurs à la série permet de rendre la série « toujours si vivante et si fraîche »[Note 9],[240].

« On peut jouer la comédie et prétendre qu'on aime quelqu'un, ou on peut simplement aimer quelqu'un. Et notre groupe [d'acteurs] s'apprécie vraiment, et se respecte. Et c'est généralement ce qu'on cherche quand on travaille dans ce milieu, mais on le trouve rarement », juge Mark Harmon[233]. Il explique par ailleurs que la bonne entente entre les scénaristes « […] est l'autre raison du succès. Nous avons réussi à conserver cette troupe »[232].

Le site commeaucinema.com note également l'existence d'« un casting quasiment inchangé depuis le début [qui] réunit des acteurs dont les interactions forment une alchimie parfaite autour de Leroy Jethro Gibbs (Mark Harmon) »[235].

Faible reconnaissance de la critique[modifier | modifier le code]

Si la série rencontre indéniablement un large succès populaire, ceci particulièrement aux États-Unis, la critique, notamment américaine, semble en revanche et dans son ensemble nettement plus réservée[241]. Bill Carter explique ainsi dans le New York Times que la série « ne bénéficie presque pas de la reconnaissance de la critique » et n'est jamais nommée aux prix prestigieux[46]. En septembre 2011, l'émission Accès privé diffusée par M6 s'étonne également qu'aucun Emmy Award n'ait été remis à la série ou ses acteurs cette année[27]. L'absence de soutien de la part de la critique est également soulignée par 20minutes.fr« NCIS est un succès d'audience sans soutien de la critique, sans avoir décroché de prix »[221] —, par PureMédias[65], par le journaliste du Los Angeles Times Scott Collins[242],[243] ou encore par le journaliste politique américain William Bradley. Pour ce dernier, le faible traitement médiatique dont bénéficie le programme télévisé est dû à son statut de procedural policier[Note 6], genre auquel les critiques culturels ne s'intéresseraient désormais que peu[230].

Plusieurs critiques s'accordent sur le caractère peu original de la série, qui cependant « divertit, et le fait très, très bien » (dixit Andrea Johnson sur minotdailynews.com (en)) — grâce aux éléments mentionnés plus hauts, à savoir humour, personnalité et interactions des personnages[244]. L'hebdomadaire français Télérama, sous la plume de Pierre Langlais, juge ainsi la série « sans grande inventivité, mais avec un savoir-faire indéniable pour les petits suspenses et les intrigues […] plaisantes ». C'est donc, selon le journaliste, un « honnête divertissement […], formaté, ronronnant, mais loin d'être désagréable »[224]. Selon Rick Ellis, journaliste à Examiner.com, « malgré le fait que la série entre dans sa 10e saison placée en tête des classements hebdomadaires », NCIS est souvent rabaissée à un procedural[Note 6] standard[89].

Moins courantes, quelques critiques se font plus sévères, à l'image de celle de Brian Donovan sur le site True/Slant (en), qui dans un article titré « Really, America? NCIS is our most popular show? »[Note 10], qualifie la série télévisée de « stupide », critiquant notamment l'acteur Mark Harmon. Pour lui, la série n'est pas un véritable « procedural américain », en comparaison avec New York, police judiciaire ou Les Experts[245]. Phil Dyess-Nugent, chroniqueur « télévision » au site The A.V. Club, considère que « se sentir à moitié endormi » en regardant la série n'est « pas improbable » ; il fait néanmoins une critique plus positive de l'épisode qu'il commente dans son billet[213].

Distinctions[modifier | modifier le code]

La série, les acteurs et le personnel y travaillant ont reçu un certain nombre de récompenses ou de nominations[246].

ALMA Awards
  • 2008 — nomination — Cote de Pablo — « meilleure actrice dans une série télévisée dramatique » ;
ASCAP Awards
  • 2004 — Award remporté — thème musical de Matt Hawkins, Maurice Jackson et Neil Martin ;
  • 2006 — Award remporté — thème de Matt Hawkins, Maurice Jackson et Neil Martin ;
  • 2006 — Award remporté — Steven Bramson ;
  • 2009 — Award remporté — Maurice Jackson ;
  • 2013 — Award remporté — Maurice Jackson et Neil Martin ;
BMI Film & TV Award
  • 2005 — Award remporté — Joseph Conlan ;
  • 2008 — Award remporté — Brian Kirk ;
  • 2009 — Award remporté — Brian Kirk ;
  • 2011 — Award remporté — Brian Kirk ;
  • 2012 — Award remporté — Brian Kirk ;
  • 2013 — Award remporté — Brian Kirk ;
Emmy Awards
Festival de télévision de Monte-Carlo
  • 2014 — prix remporté – « prix de l'audience télévisée internationale » catégorie « série télévisée dramatique » (57,6 millions de téléspectateurs dans le monde en 2013)[247]
Imagen Foundation Awards
  • 2006 — Award remporté — Cote de Pablo — « meilleur second rôle féminin à la télévision » ;
  • 2009 — nomination — Cote de Pablo — « meilleur second rôle féminin à la télévision » ;
  • 2011 — nomination — Cote de Pablo — « meilleure actrice à la télévision »[248] ;
NAACP Image Awards
  • 2010 — nomination — Rocky Carroll — « meilleur second rôle masculin dans une série dramatique » ;
People's Choice Awards
  • 2010 — nomination — « Meilleure série dramatique »[249] ;
  • 2011 — nomination — Mark Harmon — « Acteur préféré dans une série policière »[250] ;
  • 2011 — nomination — « Meilleure série policière »[250] ;
  • 2012 — nomination — « Meilleure série policière »[251] ;
  • 2013 — nomination — « Meilleure série policière »[252] ;
  • 2014 — nomination — « Meilleure série policière »[253].

Résultats commerciaux[modifier | modifier le code]

Selon un rapport américain de Essential Television Statistics, Madigan Cluff et Digital TV Research[254],[255], NCIS serait la série télévisée importée en Europe qui a généré le plus de revenus en 2011 sur le marché européen, avec une valeur de près de 210 millions de dollars[256],[257]. À titre de comparaison, Les Experts et ses spin-off (Les Experts : Miami et Les Experts : Manhattan) n'arrivent respectivement qu'en 3e, 2e et 7e position dans ce classement. En 2013, une étude de Digital TV Research — portant sur 21 pays et 119 chaînes — conclut qu'en 2012 également, NCIS est la série importée en Europe la plus rentable, avec 205 millions d'euros générés, devant les séries Les Experts et Les Experts : Miami[258],[259].

Toutefois, selon une étude de l'institut AdAge parue en octobre 2012, le programme ne ferait pas partie des dix séries les plus rémunératrices aux États-Unis ; le calcul est basé sur le prix que les annonceurs doivent débourser pour apparaître dans les plages de publicité insérées au sein des épisodes[260],[261].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Sorties en DVD[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis et au Canada, les sept premières saisons sont disponibles avec les pistes sonores anglaises (et espagnoles pour les saisons 1 et 2)[262]. Au Québec, des coffrets réédités des saisons 1 à 7 avec la piste sonore française sont sortis en 2011[263]. Le coffret de la huitième saison est sorti partout en Amérique du Nord avec les pistes sonores anglaises et françaises le 23 août 2011[264]. Quant au coffret de la neuvième saison, il est sorti le 21 août 2012 ; la piste sonore française n'y est pas incluse[265].

En France, des coffrets de DVD, édités par Paramount, sont en vente pour les onze saisons, ainsi qu'un coffret comprenant l'ensemble des dix premières saisons[266].

Objets et jeux[modifier | modifier le code]

À la suite du succès d'audience rencontré par la série, de nombreux produits dérivés sont commercialisés : casquettes, t-shirts, blousons, mugs, fausses cartes d'identification aux figures des personnages et badges du NCIS, et même un tapis à l'image d'Abigail Sciuto[267].

Selon l'acteur Mark Harmon, les uniformes du NCIS utilisés dans la série étaient à l'origine fictifs. Cependant le succès de la série a amené l'agence fédérale à reprendre ceux-ci pour ses agents[268].

Un jeu de société édité par M6 Interactions est commercialisé en 2010 après sa sortie aux États-Unis[269],[270].

Un jeu vidéo édité par Ubisoft est disponible depuis le 27 octobre 2011 en Europe, sur ordinateur personnel, PlayStation 3, Xbox 360, Wii et Nintendo 3DS. Il reprend les personnages de Gibbs, Ziva, McGee, DiNozzo, Ducky et Abby en tant que personnages jouables, auxquels les acteurs prêtent leur voix[271],[272],[273]. Ubisoft a par ailleurs annoncé qu'elle allait mettre au point pour 2012 un jeu NCIS : Major Crimes destiné au réseau social Facebook[274].

Références cinématographiques[modifier | modifier le code]

La série fait à de très nombreuses reprises référence à des films et séries télévisées, au travers du personnage d'Anthony DiNozzo notamment[275].

Certains passages font référence à des œuvres dans lesquelles les acteurs ont eux-mêmes joué. Ainsi, dans l'épisode Vengeance d'outre tombe, Kate demande à quoi ressemblait le docteur Ducky Mallard lorsqu'il était jeune. Gibbs lui répond alors « à Illya Kouriakine ». Or Illya Kuryakin est un personnage fictif de la série Des agents très spéciaux qui était justement joué par David McCallum, l'acteur qui interprète Ducky dans NCIS : Enquêtes spéciales[276],[277].

De même, au début de chaque générique des épisodes des deux premières saisons, un super-porte-avions américain passe sous un pont suspendu. Il s'agit d'une séquence reprise dans Presidio : Base militaire, San Francisco, film dans lequel Mark Harmon joue le premier rôle aux côtés de Sean Connery[278].

Dans l'épisode Cellule rouge[Note 11], l'intrigue se déroule essentiellement dans une université fictive qui porte le nom de « Weatherly » ; il s'agit probablement d'un clin d'œil à l'acteur Michael Weatherly qui interprète Anthony DiNozzo. La série dévoile également des événements réels de la vie de l'acteur Michael Weatherly, à travers l'histoire fictive d'Anthony DiNozzo dans la série : il fut déshérité par son père comme dans la série car il quitta l'université pour devenir acteur, malgré le désaccord de ce dernier[278]. En effet, l'acteur vient d'une famille devenue riche après avoir investi dans l'importation et la vente de couteaux suisses, ce qui est également signalé dans la série[279]. Dans l'épisode Hiatus (1/2) (saison 3), Weatherly fait allusion à son ancienne relation avec l'actrice Jessica Alba[276].

DiNozzo cite par ailleurs plusieurs films dans quasiment chaque épisode, donnant souvent des répliques de ceux-ci à ses coéquipiers[a 10]. Dans l'épisode Dernières paroles d'un mort (1re saison), DiNozzo utilise comme couverture un nom fictif, « Stringfellow » ; McGee demande alors d'où vient ce nom et Tony répond qu'il est issu de la série Supercopter. Une attention à Donald Bellisario, créateur de cette série. Michael Weatherly est en effet fanatique des séries Magnum et Supercopter, créées par Donald Bellisario, tout comme son personnage de DiNozzo qui les évoque également souvent[280],[a 11]. En outre, une photographie de Donald Bellisario est régulièrement visible sur le mur des criminels les plus recherchés, dans les bureaux du NCIS[276].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans la huitième saison, épisode 16, Sasha Alexander joue Caitlin Todd pour un flash-back ; on entend également sa voix.
  2. Un showrunner est, dans la production télévisuelle américaine, la personne qui suit au jour le jour la création, c'est-à-dire l'écriture, la production et le montage, de la série télévisée. Dans l'industrie cinématographique, c'est le plus souvent le réalisateur qui assure ce rôle[42],[43],[44].
  3. a et b Deux moyennes d'audiences divergentes peuvent exister pour une même saison : l'une ne prend en compte que l'audience enregistrée le jour de la diffusion de chaque épisode composant la saison, alors que l'autre (« audience consolidée » ou « audience définitive ») comprend, pour chaque épisode, l'audience de la télévision de rattrapage (ou replay)[150].
  4. Attention, il s'agit d'un classement tous programmes confondus, qui n'est pas limité aux séries télévisées.
  5. Attention, il ne s'agit pas du top 20 des audiences moyennes par saison mais du top des vingt meilleures audiences individuelles, c'est-à-dire pour la diffusion d'un épisode d'une série, à une date précise.
  6. a, b et c Le procedural (en) est un genre, répandu, de séries télévisées policières américaines, auquel se rattachent par exemple Les Experts ou New York, unité spéciale.
  7. Citation originale : « There’s nothing particularly innovative about the way the NCIS crew solves crimes ».
  8. Citation originale : « At heart, it is a conservative show ».
  9. Citation originale : « Part of what keeps it so alive and so fresh all the time is that we all love our show. That's such a big deal. […] And part of that is not only do we love each other, but we're all huge fans of our own show. »
  10. Qui est traduisible par : « Vraiment, les États-Unis ? NCIS est notre série la plus populaire ? »
  11. Épisode Cellule rouge (S02E20) : À la 19e minute, McGee dit qu'il est « remonté jusqu'à l'université de Weatherly ».

Références[modifier | modifier le code]

  • Références diverses
  1. a, b et c (en) « Durée moyenne », sur cbs.com (consulté le 18 avril 2011)
  2. « NCIS : Enquêtes Spéciales », culture-network.com (consulté le 26 mai 2011)
  3. « NCIS : Enquêtes spéciales - L'histoire », e-TF1 (consulté le 26 mai 2011)
  4. a et b (en) « Blog officiel de NCIS », sur cbs.com (consulté le 18 avril 2011)
  5. a, b, c, d et e (en) « NCIS : informations sur la série », sur imdb.com (consulté le 18 avril 2011)
  6. « Équipe de production », sur a-suivre.org (consulté le 18 avril 2011)
  7. (en) « Full credits », sur imdb.com (consulté le 18 avril 2011)
  8. a, b, c, d, e et f « Sociétés de production et diffuseurs », sur imdb.fr (consulté le 8 novembre 2012)
  9. (en) « Présentation de CBS Television Productions », sur cbscorporation.com (consulté le 8 novembre 2012)
  10. « Filmographie Belisarius Productions », sur imdb.fr (consulté le 8 novembre 2012)
  11. (en) « Filming location », sur imdb.com
  12. a et b « Chas. Floyd Johnson : "Je n'aime pas autant NCIS :Los Angeles que j'aime notre série" », sur blog.tvmag.lefigaro.fr (consulté le 20 août 2012)
  13. «NCIS, The Good Wife, Person of Interest... : CBS renouvelle 18 séries d'un coup » sur ozap.com, consulté le 14 mars 2014
  14. « La scène du crime », sur ncis.hypnoweb.net (consulté le 7 mai 2011)
  15. « Autopsie », sur ncis.hypnoweb
  16. a et b (en) Bill Keveney, « 'NCIS': CBS' invisible success », sur usatoday.com,‎ 1er octobre 2005 (consulté le 15 mars 2013)
  17. « Flash Forward : Quand Lost donne des idées », sur cinema.jeuxactu.com
  18. (en) « Phoof », sur urbandictionary.com
  19. (en) « 'NCIS' charms as it ages », sur latimes.com
  20. (en) « Thème original », sur numeriklab.com
  21. (en) « The Official TV Soundtrack », sur ncismusic.com (consulté le 9 avril 2011)
  22. (en) « Artists », sur ncismusic.com (consulté le 9 avril 2011)
  23. « NCIS - The Official TV Soundtrack vol 2 », sur fnac.com (consulté le 9 mars 2011)
  24. a et b « Sorties CD », sur team-ncis.com (consulté le 9 avril 2011)
  25. (en) « Bitter And Blue », sur ncismusic.com
  26. (en) « NCIS: The Official TV Score », sur ncismusic.com/
  27. a, b, c et d Accès privé du samedi 24 septembre 2011, M6.
  28. a, b, c, d, e, f, g et h « Diffuseurs », sur team-ncis.com
  29. (es) « Diffuseur argentin », sur ar.axn.com (consulté le 21 août 2012)
  30. (en) « Diffuseur australien », sur ten.com.au
  31. (en) « Diffuseur australien », sur tv1.com.au
  32. (es) « Diffuseur colombien », sur co.axn.com (consulté le 21 août 2012)
  33. (es) « Page de la série », sur axn.com (consulté le 4 mai 2011)
  34. (es) « Page de la série sur le diffuseur espagnol », sur laSexta.com (consulté le 4 mai 2011)
  35. a et b « Doublage de la série », sur dsd-doublage.daedal.fr
  36. (ja) « NCIS ~ネイビー犯罪捜査班 シーズン6 », sur foxjapan.com
  37. « Diffusion marocaine », sur 2m.ma
  38. (pl) « Agenci NCIS », sur tvn.pl
  39. « The Big Bang Theory » et « NCIS » bannies du Web en Chine, sur lemonde.fr,‎ 28 avril 2014 (consulté le 4 mai 2014)
  40. (en) « 'NCIS' scoop: Brian Dietzen promoted to series regular », sur insidetv.ew.com
  41. a et b « Émission « Classé Confidentiel » du 12 janvier 2008 », sur programme-television.org
  42. (en) « Showrunner Career », sur insidejobs.com
  43. « TV Shows for Dummies – Showrunner », sur critictoo.com
  44. « Dick Wolf parle de "Law & Order" », sur allocine.fr
  45. (en) « 'NCIS' LOSES PRODUCER », sur nypost.com (consulté le 9 avril 2011).
  46. a, b et c (en) « No Mystery: Ratings Heat Up for ‘NCIS’ », sur nytimes.com (consulté le 11 avril 2011).
  47. (en) « Strange success of 'NCIS' », sur odt.co.nz,‎ 25 novembre 2008 (consulté le 11 avril 2011).
  48. (en) « Sean Harmon », sur imdb (consulté le 11 avril 2011).
  49. (en) « Fiche Troian Bellisarion », sur imdb.com
  50. (en) « Michael Bellisario », sur imdb.com
  51. « NCIS : Le Directeur Vance dans la saison 10 », sur unificationfrance.com
  52. « Le casting de NCIS au complet pour les prochaines saisons ? La réponse... », sur programme-tv.net
  53. « NCIS : David McCallum resigne pour 2 ans, il revient dans la prochaine saison », sur unificationfrance.com
  54. « NCIS, saison 10 : Tony, Abby et McGee seront là jusqu'en 2014 ! », sur reviewer.fr
  55. Jérôme Vermelin, « NCIS, la 11e saison avec Gibbs, mais sans Ziva ? », sur metrofrance.com,‎ 4 février 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  56. Nicolas Germain, « NCIS saison 10 : Ziva va-t-elle quitter la série ? », sur cinemovies.fr,‎ 24 février 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  57. Charles Martin, « NCIS, saison 10 : Ziva sera-t-elle absente de la saison 11, l'an prochain ? », sur reviewer.lavoixdunord.fr,‎ 18 avril 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  58. (en) Michael Lopez, « NCIS' Cote De Pablo Could Be Leaving Show At The End Of Season », sur huffingtonpost.com,‎ 19 avril 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  59. (en) Scott Collins, « Cote de Pablo leaves 'NCIS' after eight seasons », sur latimes.com,‎ 10 juillet 2013
  60. « CBS affirme avoir proposé beaucoup d'argent pour que Cote de Pablo (Ziva) reste », sur telestar.fr,‎ 2 août 2013
  61. (en) « Cote de Pablo is Latina's September Cover Girl! », sur latina.com (en),‎ 6 août 2013
  62. (en) Michael Ausiello, « NCIS Boss: Why We're Not Killing Off Ziva », sur tvline.com (en),‎ 7 août 2013
  63. Benjamin Rabier, « NCIS : Emily Wickersham arrive en remplacement de Cote de Pablo », sur programme-tv.net,‎ 19 septembre 2013 (consulté le 21 septembre 2013)
  64. (en) « The most popular star in primetime is… », sur insidetv.ew.com
  65. a et b Charles Decant, « Les stars de séries les plus populaires », sur PureMédias (consulté le 22 août 2012)
  66. (en) « Who Earns What: TV's Highest-Paid Stars », sur tvguide.com (consulté le 3 septembre 2014).
  67. « NCIS (saison 11) : Combien gagnent les acteurs de la série ? », sur telestar.fr,‎ 24 mars 2014 (consulté le 3 septembre 2014).
  68. « L’histoire au fil des saisons », sur team-ncis.com
  69. « Relations entre Tony et l'équipe », sur ncisfr.net (consulté le 17 mai 2011).
  70. (en) « Tony and Ziva », sur ncisfanwiki.com
  71. (en) « Tiva », TV Week,‎ 10 octobre 2010 (lire en ligne)
  72. Nathalie Chuc, « Michael Weatherly : « Ma femme est bien plus forte que moi » », sur tvmag.lefigaro.fr,‎ 25 octobre 2012 (consulté le 28 octobre 2012)
  73. « NCIS : la tension sexuelle monte entre deux personnages ! », sur closermag.fr,‎ 8 mars 2013 (consulté le 11 mars 2013)
  74. (en) « 'CSI' Season 13 Interview Plus, 'Criminal Minds,' 'NCIS' and 'Hawaii Five-0' Stars Share Intel On Their New Seasons », sur huffingtonpost.com (consulté le 22 septembre 2012)
  75. « NCIS saison 10 : l'année du Tiva », sur braindamaged.fr (consulté le 22 septembre 2012)
  76. (en) Sandra Gonzalez, « 'NCIS' post-mortem: Cote de Pablo on making 'Berlin,' what's next », sur insidetv.ew.com,‎ 24 avril 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  77. Quentin Piton, « NCIS saison 10 : déclaration et accident pour un Tiva explosif (spoiler) », sur purebreak.com,‎ 24 février 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  78. « Leon Vance », sur ncis.hypnoweb.net
  79. « Des spin-offs pour JAG et Les Experts », Séries TV n°19,‎ 2003
  80. « Sasha Alexander remplace Robyn Lively », sur ncis.hypnoweb.net (consulté le 12 avril 2011).
  81. « Épisode La dame de glace (1/2) (S08E20) », sur serieslive.com
  82. (en) Kimberly Roots, « NCIS Exclusive: A JAG Favorite to Return in This Season's 'Nail-Biter' of a Finale », sur tvline.com,‎ 12 avril 2013 (consulté le 5 mai 2013)
  83. « Nom de la série », sur dossiers.team-ncis.com (consulté le 8 avril 2011).
  84. « NCIS : spin-off ou pas spin-off de JAG ? », sur allocine.fr (consulté le 18 avril 2011).
  85. (de) « Présentation de la série », sur sat1.de
  86. a, b et c (en) « 'NCIS' Renewed By CBS For A Ninth Season », sur tvbythenumbers.zap2it.com (consulté le 8 avril 2011)
  87. « Charles Sterling », sur allocine.fr
  88. (en) « Biographie fictive de Gibbs », sur imdb.com
  89. a, b, c, d et e (en) « Michael Weatherly talks directorial debut on 'NCIS’ », sur examiner.com
  90. « Tony et Jeanne », sur team-ncis.com (consulté le 7 mai 2011)
  91. « Grève : seulement 19 épisodes », sur team-ncis.com
  92. « Un nouveau chef pour NCIS », sur canalplus.fr
  93. « Fiche Ziva David », sur team-ncis.com (consulté le 7 mai 2011)
  94. « Saison 8 épisode 1, retour de Paloma Reynosa », sur serieslive.com
  95. « Saison 8 et fil rouge », sur allocine.fr
  96. « Deux nouveaux dans « NCIS » », sur Allociné.fr
  97. Marine Glinel, « NCIS : Final explosif (spoiler) », sur braindamaged.fr,‎ 16 mai 2012 (consulté le 25 mai 2013)
  98. « NCIS saison 10 : disparition de deux nouveaux personnages dans l'épisode 11 (résumé) », sur purebreak.com,‎ 9 janvier 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  99. Nicolas Germain, « NCIS saison 10 : Tony et Ziva plus proches que jamais (vidéo) », sur cinemovies.fr,‎ 17 avril 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  100. (en) Jim Halterman, « NCIS Exclusive: Gary Glasberg Previews Tony & Ziva in "Berlin," End of Season 10 », sur tvfanatic.com,‎ 23 avril 2013 (consulté le 28 avril 2013)
  101. Charles Martin, « NCIS, saison 11 : "Tony et Ziva y vont doucement, mais dans la bonne direction" », sur reviewer.lavoixdunord.fr,‎ 24 mai 2013 (consulté le 26 mai 2013)
  102. Charles Martin, « NCIS, saison 10 : une année à couper le souffle, un final qui bouleverse tout ! », sur reviewer.lavoixdunord.fr,‎ 15 mai 2013 (consulté le 25 mai 2013)
  103. « NCIS : On a retrouvé Mme Gibbs #3 », sur unificationfrance.com,‎ 7 novembre 2014 (consulté le 19 novembre 2014)
  104. « Premières diffusions », sur allocine.fr (consulté le 9 avril 2011).
  105. (en) « NCIS Spin-Off Preview: Inside the Making of a "Legend" », sur tvguide.com (consulté le 19 avril 2011).
  106. « Rocky Carroll dans NCIS : Los Angeles », sur hypnoweb.net (consulté le 18 avril 2011).
  107. (en) Maria C. Montoya, « 'NCIS' spin-off built for success with ready-made fan base, high-profile cast », sur nola.com, The Times-Picayune,‎ 8 août 2009 (consulté le 15 mars 2013)
  108. « Abby entre "NCIS" et "NCIS: Los Angeles" », sur allocine.fr (consulté le 18 avril 2011).
  109. a et b « NCIS reste la série la plus regardée par les Américains », sur metrofrance.com (consulté le 31 mai 2011).
  110. a et b « "NCIS" reste la série la plus regardée aux États-Unis, la comédie fait un retour en force », sur funradio.fr
  111. (en) Nellie Andreeva, « CBS Prepping ‘NCIS: LA’ Spinoff Created By Shane Brennan As Planted Two-Part Episode », sur deadline.com,‎ 5 novembre 2012 (consulté le 8 novembre 2012)
  112. (en) Philiana Ng, « CBS Eyeing 'NCIS: LA' Spinoff Series », sur hollywoodreporter.com,‎ 5 novembre 2012 (consulté le 8 novembre 2012)
  113. (en) « CBS Planning 'NCIS: LA' Spinoff Series As Two-Hour Backdoor Pilot », sur huffingtonpost.com,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 8 novembre 2012)
  114. Jessica Rat, « NCIS, le spin-off du spin-off ? », sur lexpress.fr,‎ 6 novembre 2012 (consulté le 8 novembre 2012)
  115. « Fiche de présentation du pilote », sur allocine.fr (consulté le 11 mars 2013)
  116. (en) Chris Willman, « First Look: NCIS: LA Spinoff Sees Red », sur tvguide.com,‎ 5 mars 2013 (consulté le 11 mars 2013)
  117. « John Corbett devient la star du Spin-off de "NCIS : Los Angeles" », sur allocine.fr,‎ 7 février 2013 (consulté le 11 mars 2013)
  118. « Kim Raver dans le spin-off de "NCIS: Los Angeles" ! », sur allocine.fr,‎ 11 février 2013 (consulté le 11 mars 2013)
  119. « NCIS Red : découvrez la bande-annonce du spin-off de NCIS : Los Angeles », sur series-tv.premiere.fr,‎ 14 mars 2013
  120. (en) CBS, « CBS Announces 2013 - 2014 Primetime Schedule », sur comingsoon.net,‎ 15 mai 2013 (consulté le 19 mai 2013)
  121. Thomas Destouches, « Il n'y aura pas de spin-off de "NCIS : Los Angeles" ! », sur allocine.fr,‎ 15 mai 2013 (consulté le 19 mai 2013)
  122. Relaxnews, « Pas de dérivé pour NCIS: Los Angeles », sur journaldemontreal.com,‎ 16 mai 2013 (consulté le 19 mai 2013)
  123. « NCIS : un spin off à la Nouvelle-Orléans en préparation ? »
  124. « Prochaine destination possible pour NCIS : la Nouvelle-Orléans! », sur seriesplus.com,‎ 28 septembre 2013
  125. « NCIS : New Orleans : le spin-off est confirmé », sur tvmag.lefigaro.fr,‎ 13 mai 2014
  126. NCIS : Enquêtes spéciales, sur Allociné.
  127. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Audiences de NCIS », sur ncis.hypnoweb.net (consulté le 3 mars 2012)
  128. « Bilan des audiences US de la saison 2008/2009 », sur cinemovies.fr
  129. (en) « Audience américaine saison 7 », sur tvbythenumbers.zap2it.com
  130. « Audiences de la saison 8 aux États-Unis », sur team-ncis.com
  131. a et b « NCIS, bilan des audiences : forte progression pour la saison 8 qui retrouve ses 6 millions de fidèles », sur fan2tv.com
  132. a et b « Bilan des audiences US de la saison : "NCIS" reste la série N°1 aux États-Unis », sur allocine.fr
  133. a et b « Classement série intégral saison 2012 / 2013 », sur audiencesusa.com
  134. a et b « Audience de la saison 11 », AlloCiné (consulté le 20 décembre 2014)
  135. a, b, c, d, e et f « Le phénomène "NCIS" », sur allocine.fr
  136. (en) « Rang saison 2 », sur abcmedianet.com
  137. (en) « Rang saison 3 », sur abcmedianet.com
  138. (en) « 'NCIS' Makes History with Biggest Audience Draw », sur buddytv.com
  139. (en) « Rang saison 6 », sur abcmedianet.com
  140. « Bilan des audiences de la saison 7 aux USA », sur team-ncis.com
  141. « Série la plus vue », sur series-tv.premiere.fr (consulté le 8 avril 2011).
  142. « Mark Harmon : « Fier du succès de NCIS » », sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le 11 avril 2011).
  143. (en) « Final 2009-10 Broadcast Primetime Show Average Viewership », sur tvbythenumbers.zap2it.com
  144. « Audiences US : le bilan de la saison 2010/2011. », sur cinemovies.fr (consulté le 31 mai 2011).
  145. « NCIS : La vengeance aux deux visages », sur francesoir.fr (consulté le 11 avril 2011).
  146. (en) « "NCIS" Sets another Series Record with 22.7 Million Viewers », sur tvbythenumbers.zap2it.com
  147. a et b « Bilan des audiences de la saison 8 aux USA », sur team-ncis.com (consulté le 27 juin 2011).
  148. « La Saison 8 de "NCIS" le 9 septembre sur M6 », sur allocine.fr
  149. « NCIS : La saison 8 dès le 9 septembre prochain sur M6 », sur m6.fr
  150. a et b Anne Lenoir, « Quelle est la série la plus populaire aux États-Unis ? », sur programme.tv,‎ 24 mai 2013 (consulté le 25 mai 2013)
  151. « Classement Intégral Série Saison 2011 / 2012 », sur audiencesusa.com,‎ 25 mai 2012 (consulté le 25 mai 2013)
  152. « CBS renouvelle "NCIS" pour une saison 11 », sur ozap.com,‎ 4 février 2013 (consulté le 25 mai 2013)
  153. Kevin Boucher, « Les programmes les plus regardés à la télé américaine en 2011/2012 », sur ozap.com,‎ 25 mai 2012 (consulté le 5 mai 2013)
  154. Nicolas Germain, « NCIS, Person of Interest, The Big Bang Theory... : le classement des séries les plus suivies de la saison 2012/2013 », sur cinemovies.fr,‎ 24 mai 2013 (consulté le 25 mai 2013)
  155. « Audiences US : NCIS toujours en pleine forme, sur programme-tv.net,‎ 16 mai 2013 (consulté le 24 mai 2013)
  156. « Record historique pour "NCIS" », sur funradio.fr,‎ 17 janvier 2013
  157. « Audiences US : nouveau record historique pour "NCIS" », sur ozap.com,‎ 17 janvier 2013
  158. « Saison US 2012/2013 : "NCIS", "The Big Bang Theory"... le top 50 des séries les plus suivies ! », sur allocine.fr,‎ 24 mai 2013 (consulté le 25 mai 2013)
  159. (en) « NCIS: Season 11 Ratings », sur tvseriesfinale.com,‎ 14 mai 2014
  160. (en) Michael Schneider, « America's Most Watched: The Top 50 Shows of the 2013-2014 TV Season », TV Guide,‎ 6 juin 2014
  161. a et b « Audiences saison 3 », sur ncisfr.net
  162. « M6 rediffuse l'intégrale de NCIS », sur journaldesseries.com (consulté le 8 juillet 2011).
  163. « Audiences de la rediffusion intégrale », sur series-news.com
  164. « Audiences 26/04/2007 », sur serieslive.com
  165. « NCIS, les articles, les audiences et les vidéos : NCIS saison 4 FR », sur team-ncis.com
  166. « M6 : NCIS leader avec 7,1 millions de téléspectateurs », sur imedias.com
  167. « Des soirées thématiques NCIS sur M6 », sur serieslive.com
  168. « Soirée spéciale Abby », sur team-ncis.com
  169. « Audiences de la soirée Abby sur M6 », sur news.team-ncis.com
  170. « Bilan de la saison 5 », sur team-ncis.com
  171. « Audiences du Week-end : nouveaux records pour NCIS », sur allocine.fr (consulté le 8 avril 2011).
  172. « Bilan des audiences en France - NCIS Saison 6 », sur team-ncis.com
  173. « Près de 5,4 millions de fidèles pour la 7e saison de NCIS : Enquêtes Spéciales sur M6 », sur Fan2tv.com
  174. « NCIS Saison 7 en France : une saison en demi-teinte », sur team-ncis.com (consulté le 26 mai 2011).
  175. « Dossier d'audiences », sur Team-NCIS.com
  176. Renaud Revel, « Télé, le futur au programme », L'Express,‎ 16 mars 2011
  177. « Audiences : NCIS conserve ses fidèles », sur www.seriesdirect.com
  178. Guilhaume Nistasos, « NCIS, bilan des audiences : avec 5.3 millions de fidèles, la saison 9 rechute au niveau de la saison 7 », sur fan2tv.com,‎ 12 janvier 2013 (consulté le 5 mai 2013)
  179. « Belgique : les 100 meilleures audiences de l'année 2009 », sur serieslive.com
  180. « Audiences 2009 en Belgique francophone » [PDF], sur cim.be
  181. « Audiences 2010 en Belgique francophone » [PDF], sur cim.be
  182. « Bilan 2010 : Le Top 100 des audiences en Belgique francophone », sur tuner.be
  183. « Audiences 2011 en Belgique francophone » [PDF], sur cim.be
  184. « Archives Palmarès 2010-11 Émissions les plus écoutées Québec », sur bbm.ca (consulté le 28 juin 2011).
  185. « Record d'écoute pour NCIS au Québec », sur astraltvplus.com
  186. Article de Canoe.ca concernant la programmation d'automne 2005 d'Historia qui fait mention de la popularité de JAG sur Historia.
  187. Guillaume Hamonic, « Festival de Monte-Carlo 2014: NCIS, série la plus regardée au monde », L'Express,‎ 13 juin 2014
  188. (en) Patrick Kevin Day, « 'NCIS' named most-watched drama in the world », Los Angeles Times,‎ 11 juin 2014
  189. (de) « Quotencheck: «Navy CIS» », sur quotenmeter.de
  190. (de) « Navy CIS: Tödlicher Unfall am Set », sur promiflash.de. Citation originale : « Wer kennt sie nicht die beliebte amerikanische Krimiserie Navy CIS? »
  191. (de) « Sat.1 mit neuen Folgen von "Navy CIS" und "The Mentalist" », sur cinefacts.de
  192. (de) « Die beliebtesten Serien », sur filmstarts.de (consulté le 23 août 2011)
  193. a, b, c et d (en) « Audiovisual markets Television », sur screenaustralia.gov.au
  194. [PDF] (en) « Top 40 programs », sur thinktv.com.au
  195. [PDF] (en) « Top Programs – By Genre – 2010 », sur thinktv.com.au
  196. « Archives Palmarès 2010-11 Émissions les plus écoutées Canada », sur bbm.ca (consulté le 28 juin 2011)
  197. « Palmarès 2011-2012 des 30 émissions les plus regardées au Canada anglophone », sur BBM.ca
  198. « Cotes d'écoute au Canada anglophone, semaine du 25 février au 2 mars 2013 (Épisode 10x16) », sur bbm.ca
  199. Moyenne d'audience des épisodes pour les saisons 2009-2010, 2010-2011 et 2011-2012, sur bbm.ca
  200. « NCIS : la série est la préférée des téléspectateurs », sur premiere.fr (consulté le 11 mai 2011).
  201. (en) « Communiqué de presse », sur harrisinteractive.com (consulté le 18 mai 2011).
  202. (en) Robert Seidman, « 'NCIS' Voted America's All-Time Favorite TV Show; 'Two and a Half Men,' 'Bones,' 'House,' Several Current Shows Rank », sur tvbythenumbers.zap2it.com,‎ 5 mai 2011 (consulté le 26 mai 2013)
  203. « Baromètre Promise Consulting / Le HuffPost - Séries TV: Esprits criminels,The Mentalist ou NCIS, les préférées des Français », sur huffingtonpost.fr (consulté le 20 septembre 2012)
  204. Annabelle Laurent, « Quelles sont les séries préférées des Français », sur 20minutes.fr (consulté le 20 septembre 2012)
  205. (en) « NCIS », sur tv.com (consulté le 5 mai 2013)
  206. (en) « Note utilisateurs », sur imdb.com (consulté le 5 mai 2013)
  207. « Fiche de présentation », sur allocine.fr (consulté le 5 mai 2013)
  208. « Notes des internautes », sur senscritique.com (consulté le 5 mai 2013)
  209. « Top 111 des séries », sur senscritique.com (consulté le 17 janvier 2013)
  210. a et b (de) « Fiche de la série », sur moviepilot.de (consulté le 14 mars 2013)
  211. (en) Chuck Barney, « Investigating TV crime shows' success », sur latimes.com,‎ 25 décembre 2009 (consulté le 15 mars 2013)
  212. a et b « NCIS Enquêtes spéciales : les dessous d'un succès, sur messeriestv.fr
  213. a et b (en) Phil Dyess-Nugent, « NCIS - "Devil's Triangle" », sur avclub.com,‎ 1er novembre 2011 (consulté le 5 mai 2013)
  214. (en) Gillian Flynn, « NCIS », sur ew.com,‎ 22 novembre 2005 (consulté le 4 juin 2011).
  215. a, b et c (en) June Thomas, « NCIS, WTF? The secret of the long-running procedural’s remarkable success », sur slate.com (consulté le 20 août 2012)
  216. (de) « Was fasziniert an "Navy CIS"? », sur promiflash.de,‎ 11 juin 2010 (consulté le 14 mars 2013)
  217. Pierre Langlais, « "NCIS", la recette d’un "aliment réconfort" », sur telerama.fr,‎ 8 novembre 2012 (consulté le 10 novembre 2012)
  218. Nathalie Chuc, « NCIS : une saison 10 sous le signe de l'intimité », sur tvmag.lefigaro.fr,‎ 30 août 2013 (consulté le 1er septembre 1013)
  219. « Alain Carrazé », sur franceculture.fr
  220. Tatiana Lissitzky, « "Les Experts", "NCIS"… Ces séries sans surprises qui font toujours un carton », sur francetvinfo.fr,‎ 30 août 2013 (consulté le 1er septembre 2013)
  221. a et b « Le succès discret, une chance », sur 20minutes.fr (consulté le 11 avril 2011).
  222. « Critique NCIS - Saison 6 », sur cinema-france.com (consulté le 11 avril 2011).
  223. (en) Danny Cox, « NCIS: The Fifth Season – DVD Review », sur insidepulse.com
  224. a et b Pierre Langlais, « NCIS », Télérama, no 3244,‎ mars 2012
  225. (de) « Navy CIS: Die Erfolgsserie unserer Zeit », sur serienfans.tv (consulté en 17 juillet).
  226. Nathalie Chuc, « NCIS, la saison du changement », TV Magazine,‎ 24 août 2014, p. 6
  227. (en) « NCIS's Cote de Pablo talks Tiva tension and takes the EW Pop Culture Personality Test », sur ew.com (consulté le 19 juin 2011) : « Les gens ne regardent pas cette série à cause des crimes que nous élucidons. Ils la regardent parce qu'ils veulent voir les relations des personnages dans la série. »
  228. (en) Jim Thomas, « NCIS: The Complete Eighth Season », sur dvdverdict.com
  229. (en) Priya Sugathan, « Serial review: NCIS: Los Angeles a pale shadow of the original », sur dnaindia.com (consulté le 28 septembre 2012)
  230. a et b (en) William Bradley, « NCIS: America's Favorite Show and What It Tells Us », sur huffingtonpost.com,‎ 18 mai 2011 (consulté le 5 mai 2013)
  231. «NCIS», les raisons d'un succès, sur 20minutes.fr (consulté le 11 avril 2011).
  232. a et b « Mark Harmon Interview », sur allocine.fr
  233. a et b Charles Decant, « Interview de Mark Harmon », sur PureMédias (consulté le 22 août 2012)
  234. « Critique de NCIS », sur ecranlarge.com.
  235. a et b « Notes de Prod. : NCIS Enquêtes spéciales », sur commeaucinema.com
  236. « Émission L'Hebdo Séries du 23/09/2010 », sur slate.fr.
  237. « Rocky Carroll : « NCIS a le sens de l'humour » », sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le 16 septembre 2012)
  238. Nathalie Chuc, « TV Mag sur le tournage de NCIS », sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le 16 septembre 2012)
  239. « NCIS est une famille », sur tvmag.lefigaro.fr
  240. (en) « Longevity is one of the keys to 'NCIS' success », sur post-gazette.com (consulté le 20 août 2012)
  241. « NCIS, toujours en pleine croissance !», sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le 16 septembre 2012)
  242. (en) Scott Collins, « How does CBS spell success? 'NCIS’ », sur latimes.com
  243. (en) Scott Collins, « 2012 Emmy Awards: Here's what you need to know before show time », sur latimes.com (consulté le 23 septembre 2012)
  244. (en) Andrea Johnson, « NCIS is better than critics like to think », sur minotdailynews.com,‎ 8 novembre 2011 (consulté le 4 mai 2013)
  245. (en) Brian Donovan, « Really, America? NCIS is our most popular show? », sur trueslant.com,‎ 26 janvier 2010 (consulté le 5 mai 2013)
  246. (en) « Récompenses », sur imdb.com (consulté le 8 avril 2011)
  247. « Le Festival de Télévision de Monte-Carlo et Eurodata TV Worldwide annoncent les lauréats des « Prix de l’Audience TV Internationale » », sur mediametrie.fr,‎ 11 juin 2014
  248. « Cote de Pablo aux Imagen Awards », sur team-ncis.com (consulté le 17 août 2011)
  249. (en) « People's Choice Awards 2010 », sur peopleschoice.com
  250. a et b (en) « People's Choice Awards 2011 », sur peopleschoice.com
  251. (en) « People's Choice Awards 2012 », sur peopleschoice.com
  252. (en) « People's Choice Awards 2013 », sur peopleschoice.com
  253. (en) « People's Choice Awards 2014 », sur peopleschoice.com
  254. (en) « Communiqué de presse « NCIS was Europe’s top drama show in 2011 » », sur digitaltvresearch.com (consulté le 23 septembre 2012)
  255. (en) Scott Roxborough, « CBS Studios International to Celebrate 'NCIS' at MIPCOM », sur hollywoodreporter.com
  256. (en) « NCIS named Europe’s top drama », sur c21media.net
  257. « NCIS : le jackpot du marché européen », sur tvmag.lefigaro.fr
  258. (en) Stuart Kemp, « CBS Show 'NCIS' Is Europe's Most Valuable Imported TV Drama, Study Finds », sur hollywoodreporter.com,‎ 10 juillet 2013
  259. « NCIS, la série qui rapporte le plus en Europe », sur series-tv.premiere.fr,‎ 10 juillet 2013
  260. (en) Brian Steinberg, « TV Ad Prices: 'Idol' No Match for Football », sur adage.com,‎ 21 octobre 2012
  261. « USA : les séries qui rapportent », sur series-tv.premiere.fr,‎ 29 octobre 2012
  262. « Sortie États-Unis saison 7 », sur news.team-ncis.com (consulté le 28 novembre 2011)
  263. « Coffret Canada », sur archambault.ca
  264. « NCIS Saison 8 », sur renaud-bray.com (consulté le 28 novembre 2011)
  265. Sortie en DVD de la saison 9 sur le site de Renaud-Bray.
  266. « NCIS, l'intégrale en coffret DVD », sur tvmag.lefigaro.fr,‎ 16 novembre 2012
  267. « Produits dérivés », sur logo-store.fr (consulté le 3 mai 2011).
  268. Nathalie Chuc, « Interview de Mark Harmon », TV magazine ouest,‎ août 2010
  269. « Le jeu de société NCIS disponible en France », sur team-ncis.com (consulté le 6 mai 2011).
  270. « Le jeu de société NCIS disponible aux USA », sur team-ncis.com (consulté le 6 mai 2011).
  271. « NCIS débarque sur consoles », sur jeuxpo.com
  272. « NCIS : le jeu officiel de la police des Marines annoncé et détaillé », sur ps3gen.fr
  273. « Interview d'acteurs », sur generation-nt.com
  274. « UBISOFT va étendre son offre de jeux sociaux et sur mobile », sur capital.fr
  275. « Les références Cinéma et Tv de Tony », sur dossiers.team-ncis.com
  276. a, b et c « Clins d’œils », sur team-ncis.com (consulté le 10 avril 2011).
  277. « David McCallum, la touche écossaise de «NCIS» », sur 20minutes.fr
  278. a et b « 33 secrets du phénomène NCIS », sur ncis.hypnoweb.net (consulté le 10 avril 2011).
  279. « Biographie Michael Weatherly », sur news-de-stars.com
  280. « 16 secrets de tournage », sur allocine.fr
  • Enguerrand Sabot, NCIS, Restricted Area : “Semper Fi”, Éditions de la Lagune,‎ 2008
  1. a et b p. 74
  2. p. 76 à 81
  3. a et b p. 4
  4. p. 38 et 81
  5. p. 10
  6. p. 66
  7. p. 5
  8. a et b p. 50
  9. p. 28
  10. p. 17
  11. p. 34

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 28 décembre 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.