Club Dorothée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Club Dorothée
Dernier logo de l'émission
Dernier logo de l'émission

Autre titre francophone Club Do'
Genre Émission jeunesse
Périodicité Quotidienne
Création Jean-Luc Azoulay
Réalisation Robert Réa
Pat Le Guen
Scénario Jean-Luc Azoulay
Présentation Dorothée
Ariane
Corbier
Jacky
Patrick Simpson-Jones
Éric Galliano
Musique Gérard Salesses
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 10
Production
Lieu de tournage La Plaine Saint-Denis
Durée Variable
Format d’image 4/3
Format audio Mono
Production Jean-Luc Azoulay
Société de production AB Productions
Société de distribution AB International Distribution
Diffusion
Diffusion TF1
Date de première diffusion
Date de dernière diffusion
Statut Arrêté
Public conseillé Tout public
Chronologie
Précédent Vitamine TF! Jeunesse Suivant

Le Club Dorothée (abrégé en Club Do’) est une émission de télévision française destinée à la jeunesse et diffusée sur la chaîne télévisée TF1 du au et produite par AB Productions[1]. À la présentation, une équipe de 5 animateurs (Dorothée, Jacky, Ariane Carletti, François Corbier et Patrick Simpson-Jones puis Eric Galliano).

L'émission est centrée autour de l'animatrice vedette Dorothée, faisant grandement place à la facette de chanteuse de son animatrice, lui permettant d'assurer la promotion de ses chansons, albums et spectacles.
L'émission s'agrémentait de nombreux dessins animés, séries télévisées, sitcoms, jeux, concours et rubriques éducatives.
Durant ses 10 années d'existence, elle fut marquée par des records d'audience et sujet de diverses polémiques[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts et popularisation[modifier | modifier le code]

La première émission du Club Dorothée a été diffusée sur TF1 le mercredi , consécutivement à la privatisation de la chaîne TF1[1],[3],[2]. Dorothée quitte alors la présentation de Récré A2[4] sur Antenne 2 après 9 années, pour devenir directrice de l'Unité des programmes jeunesse de TF1, fonction qu'elle exercera pendant 10 ans.

Au départ, il existe trois émissions bien distinctes : celle du mercredi matin s'appelle Dorothée Matin, celle du mercredi après-midi, le Club Dorothée et celle du dimanche, Dorothée dimanche[3]. À partir de , toutes les émissions sont regroupées sous l'appellation Club Dorothée[4]. C'est également la création des émissions quotidiennes diffusées en fin d'après-midi sur TF1 les lundis, mardis, jeudis et vendredis.
Au fil des saisons, la chaîne rallonge le temps d'antenne de Dorothée, qui ira jusqu'à occuper près d'une trentaine d'heures de programme hebdomadaire, dont 8 heures de direct chaque mercredi de h 55 à 18 h.

Un orchestre accompagne Dorothée lors des directs du mercredi après-midi : Les Musclés[2] qui sortiront plusieurs albums et tourneront deux sitcoms.
Le chanteur Carlos est choisi pour devenir le parrain du Club Dorothée et apparaîtra régulièrement dans l'émission durant ses dix ans d'existence[5].
L'émission est réalisée à ses débuts par Robert Réa puis par Pat Le Guen, Jacques Samyn, Georges Barrier et Jean-Pierre Spiero. Elle était écrite par Jean-François Porry, pseudonyme pour ses activités artistiques du producteur Jean-Luc Azoulay.

Les débuts sont difficiles, car La Cinq via Silvio Berlusconi a acquis tous les droits des dessins-animés internationaux, pour l'Europe entière[3]. Les programmes du Club Dorothée sont donc essentiellement composés de rediffusions issues des vieux stocks de TF1: Jem et les Hologrammes, Jayce et les Conquérants de la lumière, Les Bisounours, Les Minipouss... Ainsi que Candy[3], et Goldorak[3], véritable Prise de guerre faite à Récré A2, AB Production les ayant achetés en intégralité. Mais la grande vague de la rentrée 1988 permet à AB Productions et Dorothée d'acquérir un stock important de dessins animés pour la plupart japonais qui contribuent largement au triomphe de l'émission. Les succès sont nombreux et incluent notamment Dragon Ball[3], Dragon Ball Z[3], Juliette je t'aime, Les Chevaliers du Zodiaque[3], Ranma ½, L'École des champions, Bioman, Georgie, Nicky Larson ou encore Sailor Moon[6].
Après l'arrêt de la Cinq en 1992, AB Production acquiert le catalogue à succès de la défunte chaîne de Silvio Berlusconi via Mediaset: Lucile, amour et rock'nroll, Princesse Sarah ou encore Olive et Tom. À partir de 1992, les séries animées sont reléguées le matin, les sitcoms français et américaines occupant l'antenne l'après-midi.

Production[modifier | modifier le code]

  • Pour le premier tournage du Club Dorothée en 1987, Jean-Luc Azoulay et Claude Berda, créateurs d'AB Productions, décident de fonder un studio à La Plaine Saint-Denis, au nord de Paris[7]. Ils emménagent dans l'entrepôt 233, un hangar « avec des toiles à la place des murs » selon Robert Réa, premier réalisateur de l'émission. La réalisation était initialement menée dans un car-régie[7]. En 1988, AB signe un contrat de trois ans avec TF1 et décide d'investir entre 150 et 200 millions de francs pour créer ses propres infrastructures[7]. Les studios AB (qui garderont le nom de Studio 7 dans l'émission) sont construits par Bouygues BTP au 144 avenue du Président-Wilson - 12 rue de la Montjoie et inaugurés en 1988[7].
  • Le Club Dorothée a fait des séries animées sa force dès sa création en 1987 et surtout à la rentrée 1988, où, parallèlement à la rediffusion de séries-cultes comme Candy, Goldorak ou Capitaine Flam, il acquit un stock très important de dessins animés, pour la plupart en provenance du Japon car les tarifs défiaient toute concurrence. Les producteurs Jean-Luc Azoulay et Claude Berda avaient acheté les droits de dessins animés à plusieurs maisons de production japonaises comme la Toei Animation[8] ou la TMS . Certains, comme Ken le Survivant, Lamu, Les Chevaliers du Zodiaque, Dragon Ball Z ou Muscleman firent polémique et de l'ombre à l'animation française.

Critiques et polémiques[modifier | modifier le code]

  • La série Ken le Survivant a été la première série japonaise à susciter la polémique en 1989 avec ses scènes sanglantes s'adressant à un public averti ou adulte, provoquant l'ire des associations familiales. Sous la pression des associations et du CSA, un groupe de psychologues est embauché par AB Production pour adapter la série à un jeune public en y introduisant des « coupes psy » et des adaptations bon enfant[9]. Ces modifications modifient les scénarios des épisodes, dénaturent la série et certains épisodes sont parfois amputés de plusieurs dizaines de minutes.
  • En 1990, le CSA intervient auprès de TF1 au sujet de la série japonaise Muscleman car elle présentait un personnage affublé d'un symbole nazi[10]. La chaine supprime donc la série. Le mot « japoniaiserie » nait de ces deux polémiques, et ce terme fut relayé par Télérama[11] ou Libération qui jugent ces séries « niaises » ou « trop violentes ».
  • Le CSA sanctionne la chaine pour avoir diffusé des scènes « de sadisme et de violence » dans deux épisodes de Dragon Ball Z diffusés en 1990 et 1991[12]. Une des hypothèses de l'arrêt de la série en est lié au lancement des signalétiques jeunesse du CSA, provoquant de fait l'arrêt de Dragon Ball Z car inadapté à un jeune public[13]
  • En , la série animée japonaise Très cher frère... suscite une large polémique par son contenu sombre. Cette série aborde des thèmes comme le suicide ou l'ambiguïté sexuelle, si bien qu'elle est diffusée en crypté au Japon[14]. La série sera jugée inadaptée à un jeune public et elle est arrêtée au bout de 7 épisodes. Le CSA se saisit du dossier et la chaîne TF1 est sommée de s'excuser avant le journal de 20 heures[15]
  • Au-delà des critiques faites aux séries japonaises, le sort de ces dessins animés est également dénoncé. On évoque les censures quasi systématiques des dessins animés, les doublages parfois bâclés, les déprogrammations « sauvages » des séries et les coupures publicitaires intempestives[16] créant de fait un amalgame entre la série animée japonaise et le contenu éditorial de l'émission.

Développement de productions AB[modifier | modifier le code]

La loi de 1990 sur les quotas de diffusion d'œuvres européennes et françaises pousse à réduire le nombre de dessins animés japonais[17], ce qui oblige AB Production à produire des séries animées françaises, mais surtout des sitcoms qui connaîtront un succès considérable.

Animation[modifier | modifier le code]

AB Production investit financièrement à partir de 1991 dans des coproductions de dessins animés comme Sophie et Virginie[18], Les Jumeaux du bout du monde mais aussi Les Misérables, librement adapté du roman de Victor Hugo et quelques œuvres de la comtesse de Ségur[réf. nécessaire].

Sitcoms[modifier | modifier le code]

À partir de 1989, AB se lance dans la production de sitcoms à succès telles que Salut Les Musclés (1989), Premiers Baisers (1991), Hélène et les Garçons (1992), Le Miel et les Abeilles (1992), Les Filles d'à côté (1993), La Philo selon Philippe (1995) ou Pour être libre (1997)[19],[7].

Dès 1987, AB Productions avait produit ses premières fictions : Les Aventures de Dorothée : Un AMI, un téléfilm unitaire diffusé en plusieurs épisodes au sein du Club Dorothée[20] et surtout Pas de pitié pour les croissants, une émission composée de mini-sketchs joués par les 5 animateurs avec un invité célèbre, et diffusée tous les dimanches matins entre le 6 septembre 1987 et décembre 1991[21].

Dorothée en 1992.

Les rubriques[modifier | modifier le code]

L'émission se veut interactive et fait participer le public, notamment lors des nombreux jeux qui ponctuent le programme. Parmi les plus marquants : Le Jeu de l'ABC, Le Bon Numéro, Allô à l'huile, Le Jeu des génies, Tu chantes tu gagnes, Le Zigouigoui, Le Splitch splatch splotch vlan, Le Jacky Seau, Le Face-à-face, Le Trésor dans la ville, Chacun sa chance ou Le Jeu des parents. Les jeunes téléspectateurs peuvent ainsi remporter de nombreux cadeaux présentés par « Monsieur Cadeau »[2], la « voix » du Club Dorothée. Des cérémonies et concours étaient également organisés comme les Clubs d'or, le Grand Jeu des supers chansons de Dorothée, Vous êtes géniaux ou encore Les Héros dans la ville.

Le programme est également constitué de rubriques éducatives et divertissantes, présentées par diverses personnalités, comme Les Animaux du docteur Michel Klein, Le Dessin par Lionel Gédébé, La Science par Michel Chevalet, L'Horoscope de Madame Soleil, La séquence Cinéma de Jean Cassiès, La Magie par Gérard Majax, Les Gadgets et Le Sport par Patrick Simpson-Jones, Les Livres, la Bande dessinée et Le Cinéma par Dorothée, Les Jeux vidéo et Le Cinéma américain par Cyril Drevet et L'atelier bricolage de Christine Ever et Stéphanie Ever. Même Patrick Poivre d'Arvor viendra parler d'astronomie et d'espace dans l'émission du mercredi matin en 1988. Sans oublier les nombreuses opérations humanitaires comme On pense à toi et Le Noël de l'amitié.

Le Club Dorothée est aussi une émission de variétés qui reçoit divers artistes français et internationaux chaque mercredi après-midi de 14h30 à 18h dans un show en direct et en public avec un orchestre (Les Musclés), des choristes (Martine Latorre et Francine Chantereau) et des danseurs (Les Windo's).
Rapidement, l'émission sert surtout de tremplin médiatique à de nombreux comédiens de sitcoms AB, que la maison de production désire lancer dans la chanson comme Hélène Rollès, Christophe Rippert, Manuela Lopez, Sébastien Roch, Julie Caignault, Babsi, Anthony Dupray, Les Jumelles Christine Ever et Stéphanie Ever, Bradley Cole ou Mallaury Nataf, qui finiront par monopoliser les plages « variétés » du Club Dorothée à partir de 1992.
D'autres artistes déjà confirmés, amis de Dorothée ou distribués par AB Disques, bénéficient d'une large exposition médiatique grâce à l'émission, comme Emmanuelle Mottaz, Bernard Minet, Jeanne Mas, Pierre Perret, Chantal Goya, Dave, Benny B, Indra, Carlos et Les Musclés.

Régulièrement, l'émission quitte les studios de La Plaine Saint-Denis à Paris pour voyager à travers le monde. C'est ainsi que lors des vacances scolaires, Dorothée et son équipe font découvrir aux jeunes téléspectateurs la beauté, les particularités, l'histoire et la culture de nombreux pays ou villes du monde[22],[2].

Déclin et disparition[modifier | modifier le code]

Les signes de déclin apparaissent dès le début de l'année 1995 : l'émission quotidienne en matinée est supprimée au profit de A tout Spip[23], le grand direct du mercredi après-midi se voit considérablement réduit à partir de mai 1995 et les émissions du week-end sont supprimées à partir de 1996 (à l'exception du samedi tôt-matin).

En mai 1995, AB Productions lance son bouquet satellite AB Sat et fait donc concurrence à TPS, le bouquet de chaînes satellites de TF1, qui ne souhaite plus travailler en interne avec AB, alors que ce dernier devient son nouvel adversaire. La riposte de TF1 est immédiate et le temps d'antenne du Club Dorothée est alors considérablement réduit, notamment celui du mercredi après-midi qui passe de 3 heures à 40 minutes. L'émission change de formule, et devient le Super Club Dorothée[24], constituée exclusivement de chansons. Dorothée et les chanteurs issus des séries d'AB Productions chantent en live en duo ou trio.
À la rentrée de septembre 1995, le Club Dorothée du mercredi après-midi reprend son concept initial et son temps d'antenne habituel. Puis, lors du lancement de la dernière saison, de septembre à décembre 1996, une nouvelle formule voit le jour avec notamment Dorothée toute seule à la présentation de son show. La programmation musicale est axée sur les artistes dance et les boys-bands, ainsi que Dorothée elle-même pour la promotion de son dernier album Toutes les chansons du monde[25].

Après 9 saisons et une certaine lassitude perceptible, Dorothée modernise son émission, et renouvelle son concept en septembre 1996 avec une présentation « cyber » dans laquelle le phénomène internet (qui n'en était encore qu'à ses débuts) est mis en avant. C'est à cette période que l'animatrice recrute dans son équipe son ancien concurrent des émissions jeunesse, Éric Galliano. L'animateur trentenaire amène un peu de folie, de fraîcheur et de modernité à la dernière saison du Club Dorothée, dont l'usure se fait sentir.

Au printemps 1997, TF1 annonce l'arrêt du Club Dorothée : Après 10 ans d'antenne, et malgré une audience toujours en tête[26], le Club Dorothée s'interrompt le vendredi en ayant marqué l'histoire de la 1re chaîne de télévision. L'émission sera remplacée par TF! Jeunesse.

Après le Club Dorothée[modifier | modifier le code]

  • Une émission nostalgique, Les années Club Do, diffusant les meilleures moments du Club Dorothée, est présentée par Jacky, en prime-time, le sur AB1, avant de devenir quotidienne de septembre à décembre 2006.
  • Le dimanche 4 novembre 2007, Michel Drucker consacre un Vivement dimanche à Dorothée sur France 2. À cette occasion, les anciens animateurs du Club Dorothée sont à nouveau réunis. L'émission bat pour la première fois son record d'audience avec 2 947 360 téléspectateurs[27].
  • Le 16 décembre 2014, D8 consacre une soirée 100% Club Dorothée. Tout d'abord Dorothée, Ariane, Jacky, Corbier et Bernard Minet sont les invités de Cyril Hanouna dans Touche Pas à mon Poste rebaptisée pour l'occasion le Club Hanouna, puis un documentaire en prime-time consacré au Club Dorothée, produit par Jean-Luc Azoulay, intitulé "Génération Club Dorothée". Ces deux émissions sont des succès d'audience, réunissant plus d'un million de téléspectateurs[28].

Programmes diffusés[modifier | modifier le code]

Séries et dessins animés[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Dessins animés[modifier | modifier le code]

Émissions annexes[modifier | modifier le code]

Des émissions annexes au Club Dorothée sont également lancées.

Titre Type d'émission Animé par Date de diffusion
Le Jardin des chansons Séquence musicale, déjà diffusée dans Récré A2 sous le titre Discopuce Dorothée et Ariane rediffusée à partir de 1989
Jacky Show Émission musicale Jacky 1986–1995[7]
Spécial Disney Émission pour enfants Dorothée et Ariane 1989–1990[33],[34]
Terre, Attention, Danger Émission animalière Dorothée et Michel Klein 1991–1995
Club Mini[35] Émission pour les « tout-petits » Dorothée et Ariane puis par Ariane et Jacky 1990–1996[36]
Club Sciences Émission scientifique Dorothée et Michel Chevalet 1990–1993
Le Noël de l'amitié 5 émissions caritatives spéciales Dorothée et son équipe 1992–1996
Des millions de copains Émission caritative dominicale Dorothée 1993–1997[37]
Dorothée Show 6 émissions spéciales en prime-time Dorothée et son équipe 1987–1994[38]
Club Plus[36] Émission d'interview Dorothée 1992-1993[36]
Émissions en prime time

Programmations[modifier | modifier le code]

Tranches horaires
lundi, mardi, jeudi, vendredi
7h20-8h30 Club Dorothée avant l'école (1990-1994)
16h35-18h00 Club Dorothée (1987-1996)
lundi au vendredi en période de vacances scolaires
8h50-11h45 Club Dorothée vacances
16h35-18h00 Club Dorothée vacances
mercredi
6h30-7h00 Club Mini (1987-1992)
7h20-8h20 Club Dorothée matin (1987-1992)
8h55-12h25 Club Dorothée matin
14h30-18h00 Club Dorothée (1987-1996)
samedi
7h10-8h20 Club Mini (1988-1995)
8h50-10h50 Club Dorothée (1988-1996)
10h25-10h50 Club Sciences
10h55-11h30 Jacky Show (1987-1995)
dimanche (1987/1991)
8h00-11h00 Dorothée Dimanche
10h30-11h00 Pas de pitié pour les croissants
dimanche
6h20-6h55 Club Mini (1988-1995)
7h20-8h30 Club Dorothée (1991)
8h30-9h00 Terre, Attention, Danger (1991-1995)
18h00-19h00 Des millions de copains (1992-1997)
Prime time
20h45-23h30 Dorothée Show (6 émissions - 1987-1994)

Durant ses 10 ans d'existence, le Club Dorothée a largement investi la grille des programmes de TF1, allant jusqu'à monopoliser près de 30 heures d'antenne hebdomadaire (40 en période de vacances scolaires). De nombreux médias, Télérama en tête, se plaignent du monopole qu'occupe l'animatrice sur la grille des programmes de TF1. Le terme « monopole » est employé de façon récurrente dans de nombreux articles pour qualifier l'extrême présence des émissions de Dorothée sur le service privé, ne laissant pas de place à une diversité de programmes. D'autres boîtes de production audiovisuelle travaillant avec TF1 s'en agacent, ne pouvant développer des programmes novateurs pour la jeunesse. Il est un fait incontestable, qu'à l'époque, le "Club Dorothée" bénéficie d'un certain "monopole", empêchant toute concurrence de pouvoir se développer.
Au fil des saisons, l'émission fut programmée sur différentes tranches horaires (voir tableau).

Animateurs[modifier | modifier le code]

  • Dorothée
  • Jacky : Attaché de presse de nombreux artistes puis animateur d'émissions musicales cultes comme Les Enfants du rock ou Platine 45, Il rejoint l'équipe de Récré A2 en 1980 et le duo qu'il forme avec Dorothée devient extrêmement populaire, au point que le tandem enregistre, en duo, la chanson Toi et moi, vous et nous paru en 1987. Jacky sortira quelques 45 tours dans les années 1980 comme le tube Tétéou en duo avec la chanteuse Lio (1985). Il est le premier à quitter la grande famille de Récré A2 en juin 1986 pour présenter sur TF1, l'émission jeunesse Vitamine.
À la rentrée 1987, il rejoint Dorothée à la présentation du Club Dorothée pendant 10 ans. Jacky sera aussi le plus fidèle à Dorothée. Maladroit, drôle, pertinent, loufoque ; la personnalité énergique et les nombreuses gaffes ou maladresses de ce doux-dingue feront la joie de ses partenaires et du public. Il présente également le Club mini avec Ariane, une émission pour les tout-petits[35]. Jacky renoue avec ses débuts d'animateur d'émissions musicales et AB Productions lui crée, sur mesure, sa propre émission de variété : Le Jacky Show, qui apparaît sur TF1 dès septembre 1987, chaque mercredi à 17 h 30, puis le samedi matin vers 10 h[7].
  • Ariane : Elle débute au théâtre en 1977 en jouant de nombreuses pièces classiques et contemporaines. C'est en 1980 qu'elle est recrutée par Jacqueline Joubert pour remplacer au pied levé Dorothée dans Récré A2, coincée sur le tournage du film Pile ou Face. Elle devient alors une remplaçante régulière de Récré A2. En 1987, sa carrière prend de l'ampleur grâce à la présentation du Club Dorothée sur TF1, dont elle devient une figure emblématique. Durant 10 ans, Ariane sera la dynamique comparse de Dorothée. Elle excelle dans son rôle de « bras droit » de Dorothée et impose sa personnalité détonante, tout en sachant s'effacer quand il le faut. Ariane présentera également sa propre émission Club mini, en duo avec Jacky. Dans ces années-là, la fiancée de Rémy Sarrazin (bassiste du groupe Les Musclés), continuera d'enregistrer quelques génériques de dessin animés, notamment Les Bisounours (1987) et surtout les génériques devenus cultes de Dragon Ball (1988) et Dragon Ball Z (1990) qui seront des succès.
  • Corbier : Il débute en 1962 comme chansonnier, se produisant dans de nombreux cabarets parisiens. C'est en 1982 que sa carrière médiatique commence lorsque Jacqueline Joubert le repère lors d'une représentation au Caveau de la République. Il intègre alors Récré A2 et devient un personnage incontournable de l'émission. Son rôle est celui du chansonnier pour enfants. En 1986, sa chanson Le Nez de Dorothée est un succès. À partir de 1987, son humour décalé, sa poésie, sa verve et son tempérament feront de lui un des personnages les plus attachants du Club Dorothée. Corbier enregistre d'autres chansons lors de ses 10 ans sur TF1, notamment : Sans ma barbe qui sera un tube en 1987, mais aussi Bienvenue aux nouveaux (1988) et Laissez les mamies faire (1995). Après 9 années de service, Corbier quitte le Club Dorothée en octobre 1996. Il reviendra néanmoins présenter les dernières vacances de l'émission pendant l'été 1997.
  • Patrick Simpson-Jones : Sa carrière télé est lancée en 1977 lorsqu'il devient le premier speaker (Speakerin) de la télévision française. Il officie sur Antenne 2Jacqueline Joubert le remarque et lui propose de faire partie de la toute première équipe de Récré A2, dès la rentrée 1978[3]. En 1987, il dit oui à Dorothée et TF1 pour devenir l'un des animateurs vedettes du Club Dorothée. Il y présente notamment des rubriques sur les gadgets insolites et le sport. Patrick devient un élément fort de la bande, à la fois gentleman, sportif et blagueur, souvent à l'origine de mémorables fou rires.
Las de son statut d'animateur pour enfants, Patrick quitte le Club Dorothée une première fois en 1991 pour rejoindre La 5 et présenter le jeu La Ligne de chance aux côtés d’Amanda Mc Lane. Mais l'aventure est interrompu en avril 1992, lorsque la chaîne cesse d'émettre. Il réintègre le Club Dorothée en novembre 1992, pour le quitter à nouveau, mais cette fois-ci, de façon définitive, en janvier 1996.
  • Éric Galliano : Il arrive sur Antenne 2 en 1989 où il occupera la case jeunesse pendant quatre ans. Ces émissions le placent en concurrence directe avec le Club Dorothée du mercredi. Il anime ensuite Récré Kids sur TMC, entre 1993 et 1995. Eric tourne également dans la sitcom d'AB Productions Les Garçons de la plage sur TF1 en 1994.
Il est recruté à l'automne 1996 pour coanimer le Club Dorothée et tenter d'y apporter un peu de modernité, aux côtés de Dorothée, Ariane et Jacky. En effet, l'équipe d'animateurs s'est trouvée réduite après les départs de Patrick Simpson-Jones et Corbier.

Autres animateurs (temporaires, fictif ou animant une rubrique) :

  • Martine Latorre et Francine Chantereau : Les choristes attitrées de Dorothée sur scène et en studio, ont parfois joué les animatrices temporairement en plateau ou pendant les émissions de vacances en remplacement de Dorothée et/ou d'Ariane.
  • Les Musclés : Le groupe-orchestre de Dorothée a plusieurs fois coanimé le Club Dorothée lors des émissions enregistrées pendant les tournées musicales de la chanteuse.
  • Cyril Drevet : Fils de Patrice Drevet, il a animé une rubrique régulière consacrée aux jeux vidéo, aux séries et au cinéma entre 1994 et 1996. Il a participé à l'animation de l'émission quelques fois en l'absence de Dorothée, ou en tant qu'envoyé spécial pour des événements tels que Le Noël de l'Amitié.
  • "Sahara" était un animateur fictif du Club Dorothée Vacances, qualifié comme étant le "sixième animateur du Club Dorothée". Il s'agissait d'un véritable dromadaire dont le doublage était assuré par le producteur de l'émission Jean-Luc Azoulay. Le but de Sahara, dromadaire-extraterrestre, était d'orienter les cinq animateurs durant leurs différentes missions dont celle de "sauver le monde".

Invités[modifier | modifier le code]

Albert Uderzo fut l'un des nombreux invités au Club Dorothée.

Durant ses dix années d'existence, Dorothée et son équipe ont reçu au Club Dorothée, de nombreux invités issus de la chanson, du cinéma, de la télévision, du sport, de la politique et de la bande-dessinée.

Les invités de l'émission furent :

Habillage[modifier | modifier le code]

Génériques[modifier | modifier le code]

Le Club Dorothée se différenciera également des autres programmes par ses nombreux génériques, habillages et pré-génériques :

  • « Ca donne envie de chanter », extrait de l'album Docteur de Dorothée (1987-1993)
  • « Les plus belles des vacances, c'est au Club Dorothée » (été 93)
  • « C'est toujours les vacances au Club Dorothée » (printemps 94 - hiver 95)
  • « On a d'la chance, c'est le Club Dorothée » (printemps 95)
  • « Venez surfer sur le Club Dorothée » (saison 96/97)

Logos[modifier | modifier le code]

Accueil et anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Entre 1987 et 1997, le Club Dorothée était regardé par en moyenne 55 % des 4-14 ans[46] et réalisait jusqu'à 60% d'audience sur l'ensemble du public[47] avec des pics à 86 %. Un record jamais égalé depuis. À son apogée, l'émission occupera jusqu'à 26 heures d'antenne par semaine et plus de quarante en période de vacances scolaires (record mondial[réf. nécessaire]), Dorothée étant, en outre, la directrice des programmes de l'Unité jeunesse de TF1.
  • Le Club Dorothée devient leader dès janvier 1988. La chaîne rivale, France 2, usera pas moins de 13 émissions différentes pour tenter de concurrencer TF1.
  • Un magazine reprenant les rubriques de l'émission et ses dessins animés sous forme de bande dessinée fut lancé en 1989 : le Dorothée Magazine qui tirera jusqu'à 150 000 exemplaires par semaine, de 1989 à 1997[48].
  • En 1991 est lancée la fameuse carte de membre du Club Dorothée totalement gratuite. L'émission comptait plus de 700 000 membres à l'été 1997.
  • En décembre 1988, le Club Dorothée accomplit un exploit technique impressionnant pour l'époque et une grande première télévisuelle en réalisant un triplex exceptionnel entre le Zénith où Dorothée joue son spectacle Zénith 88, les studios de La Plaine Saint-Denis où se déroule le direct de l'émission et l'Espace où se trouvait le spationaute Jean-Loup Chrétien dans sa station spatiale pour la "Mission Aragatz".
  • Lorsque Dorothée accepte la proposition de TF1 et Jean-Luc Azoulay, en mai 1987, de quitter Antenne 2 pour lancer le "Club Dorothée", son départ déclenche une polémique dans les médias et une brouille tenace avec ses anciens collègues du service public et Jacqueline Joubert[49].
  • Pour présenter le Club Dorothée avec Dorothée, Jean-Luc Azoulay tente de débaucher d'anciens animateurs de Récré A2. Seul François Corbier accepte. D'autres, comme Cabu ou Alain Chauffour, refusent la proposition. Au moment de la constitution de l'équipe d'animateurs du "Club Dorothée", Jacky avait déjà quitté Antenne 2 pour TF1 depuis 1 an, Patrick Simpson-Jones ne présentait plus Récré A2 depuis plusieurs années et Ariane Carletti n'en était pas une présentatrice titulaire.
  • De nombreuses parodies humoristiques du Club Dorothée furent créées. D'abord en 1990 par le groupe Les Inconnus dans l'émission La Télé des Inconnus, puis sur Canal+, le 15 février 1992, dans Les Nuls L'émission de l'équipe Les Nuls (accompagnée par l'actrice Marie-Anne Chazel dans le rôle de Dorothée) qui parodiait le Club Dorothée sous le nom Club Dératé.
  • Le 17 juillet 1996, le Vol 800 TWA qui s'écrasa en mer, faillit être fatal à Dorothée, Ariane et leurs collaborateurs en tournage aux États-Unis. En effet, ils devaient prendre cet avion pour rentrer à Paris, mais le vol était non-fumeur. Le producteur de l'émission, Jean-Luc Azoulay, qui était un fumeur, changea les billets d'avion au dernier moment, évitant ainsi la mort à l'équipe de l'émission[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le Club Dorothée : Une émission victime de son succès » (consulté le 26 août 2012)
  2. a, b, c, d et e « Club Dorothée », sur Planète Jeunesse (consulté le 26 août 2012)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Concept », sur Wikiclubdo.net (consulté le 26 août 2012)
  4. a et b « Recre A2 », sur Gamekult,‎ (consulté le 21 août 2012)
  5. « Carlos (biographie) », sur Generationdo.be (consulté le 26 août 2012)
  6. « 100% Anime ! », sur Allociné (consulté le 26 août 2012)
  7. a, b, c, d, e, f et g « AB Productions », sur Wikiclubdo.net (consulté le 26 août 2012)
  8. La télévision pour les nuls, Marie Lherault et François Tron, First Éditions
  9. Anime Land, Hors Série no 5, juin 2002
  10. http://www.csa.fr/Espace-Presse/Communiques-de-presse/TF1-symbole-nazi-dans-le-dessin-anime-Muscleman
  11. « Les sitcoms AB : Histoire, polémiques et politique »,‎ (consulté le 26 août 2012)
  12. http://www.wikiclubdo.net/LECLUBDO1.html
  13. http://www.wikiclubdo.net/9697/9697_PROG.html
  14. http://www.planete-jeunesse.com/fiche-54-tres-cher-frere.html
  15. Pierre Faviez, La Télé : un destin animé, Société des écrivains
  16. Il était une fois...les émissions jeunesses, Animeland no 91, mai 2003
  17. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Audiovisuel/Sous-Dossiers-thematiques/Les-obligations-de-diffusion-des-services-de-radio-et-de-television/Les-quotas-d-oeuvres-europeennes-et-d-oeuvres-d-expression-originale-francaise-a-la-television
  18. « Top 50 des génériques de dessins animés des années 90 », sur Jeuxmanga.net (consulté le 26 août 2012)
  19. Gib', « Guide des sitcoms », sur Planète Jeunesse (consulté le 26 août 2012)
  20. « Les Aventures de Dorothée », sur Anime-Guides (consulté le 26 août 2012)
  21. « Pas de pitié pour les croissants », sur Anime-Guides (consulté le 26 août 2012)
  22. États-Unis, Japon, Chine, Canada, Turquie, Italie, Angleterre, Dom-Tom, Espagne, Tunisie, Maroc, Russie, Israël…)
  23. (fr) Mickaël Frison, Dominique Poussier : « TF1 a préparé l’après-Dorothée dès 1994 », , sur le site de Une idole
  24. « Super Club Dorothée 1995 », sur Generationdorothee.net/ (consulté le 26 août 2012)
  25. « Toutes les chansons du monde (1996) », sur Uneidole.fr (consulté le 26 août 2012)
  26. « Ariane livre les raisons de l’ar­rêt du Club Doro­thée »
  27. Julien Lalande, « Vivement dimanche spécial Dorothée : record d'audience », sur Ozap.com
  28. http://www.20minutes.fr/television/1502899-20141217-audiences-tv-dernier-mentalist-generation-club-dorothee-provoquent-folie-twitter
  29. « Doctor Who France », Gallifrance,‎ (consulté le 30 novembre 2013)
  30. Martin Winckler et Christophe Petit, Guide Totem des séries télé, Larousse, ISBN 2-03-511113-7 p.195
  31. « Metalder sur L'Encyclopédie des séries TV », sur Toutelatele.com (consulté le 13 novembre 2012)
  32. « Un garçon formidable sur L'Encyclopédie des dessins animés », sur Toutelatele.com (consulté le 9 novembre 2012)
  33. « Programme télé du 7 au 13 janvier 1989 », Télé 7 jours, no 1493,‎ (ISSN 0153-0747)
  34. « Programme télé du 6 au 12 janvier 1990 », Télé 7 jours, no 1545,‎ (ISSN 0153-0747)
  35. a et b « Spin-off : Club Mini », sur Wikiclubdo.net (consulté le 26 août 2012)
  36. a, b et c « L'émission en bref », sur Wikiclubdo.net (consulté le 10 mai 2012)
  37. Première émission : le dimanche 13 janvier 1993. Dernière émission : le dimanche 12 janvier 1997 sur TF1
  38. 26 décembre 1987, 24 décembre 1991, 5 septembre 1992, 29 octobre 1993, 31 décembre 1993, 31 décembre 1994
  39. Dorothée Magazine 137
  40. Dorothée Magazine 131
  41. Dorothée Magazine 147
  42. Dorothée Magazine 133
  43. Dorothée Magazine 132
  44. Dorothée Magazine 136
  45. Dorothée Magazine 134
  46. La télévision pour les nuls, Marie Lherault et François Tron, First Éditions
  47. http://www.toutelatele.com/touche-pas-a-mon-poste-le-club-dorothee-reuni-sur-le-plateau-de-cyril-hanouna-66723
  48. « Scans de magazines », sur Les Années Dorothée (consulté le 26 août 2012)
  49. Dorothée - Merci pour la Récré ! (auteur=Abécé) (année=2008), Éditions de la Lagune, ISBN 978-2-84969-108-3
  50. Émission "Génération Club Dorothée sur D8 le

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]