The Brain of Morbius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Brain of Morbius
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1973-1980.svg
Le logo de la série (période 1973-1980)

Titre original The Brain of Morbius
Numéro d'épisode Saison 13 (1re série)
Épisode 5 (ou 84)
Code de production KKKK
Réalisation Christopher Barry
Scénario Robin Bland
(pseudonyme pour Terrance Dicks et
Robert Holmes)
Production Philip Hinchcliffe
Durée 4 x 25 minutes
Diffusion 3 janvier 1976 au 24 janvier 1976 sur BBC One
Personnages Docteur :
4e
Compagnon :
Sarah Jane Smith
Chronologie
Précédent The Android Invasion The Seeds of Doom Suivant
Liste des épisodes

The Brain of Morbius (Le cerveau de Morbius) est le quatre-vingt-quatrième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. L'épisode fut originalement diffusé en quatre parties, du 3 janvier au 24 janvier 1976.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le TARDIS a été traîné de force sur une planète proche de Gallifrey, Karn. Le Docteur et Sarah Jane Smith découvrent un étrange scientifique, le docteur Solon, que le corps du Docteur semble intéresser.

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Le TARDIS se pose sur Karn, une planète dévastée, non loin de Gallifrey sur laquelle de nombreux vaisseaux semblent s'être écrasés. Le Docteur pense que le TARDIS a été entraîné de force par les Seigneurs du temps et refuse de bouger. Non loin de là, les sœurs de Karn, une société de femme sorcières proches des Seigneurs du Temps, s'inquiètent car la flamme de la vie qu'elles sont censés surveiller, commence à s'éteindre. Elles gardent aussi un élixir permettant de vivre éternellement et pensent que le Docteur et Sarah Jane sont venus le voler. Elles usent de leur pouvoir pour s'emparer du TARDIS.

Voulant échapper à la pluie, le Docteur trouve refuge au manoir du Docteur Solon. Celui-ci est un scientifique terrien, disparu il y a longtemps, qui semble vivre seul avec son assistant Condo. Lors d'un repas ensemble, le Docteur découvre que Solon est un adorateur du culte de Morbius, un Seigneur du temps démoniaque disparut il y a longtemps. Mais il est trop tard, Solon a déjà empoisonné le Docteur avec un somnifère et pense avoir empoisonné Sarah aussi. Il cherche à couper la tête du Docteur afin de l'intégrer sur un corps qu'il a fabriqué à partir des différents cadavres s'étant écrasés sur Karn afin de pouvoir faire renaître Morbius. Mais à son insu, le corps du Docteur est téléporté par les sœurs de Karn afin de le faire brûler car elles pensent qu'il s'agit d'un espion des Seigneurs du Temps.

Le Docteur Solon tente de s'y opposer avant d'être renvoyé par les sœurs. Le Docteur parvient à s'enfuir grâce à l'aide de Sarah Jane mais dans sa fuite elle se fait aveugler. Le Docteur exerce un chantage sur Solon pour qu'il examine Sarah. Celui-ci lui fait croire qu'il a besoin de l'élixir de vie afin de régénérer son œil mais souhaite en réalité s'en servir afin de ressusciter Morbius. Aveugle, Sarah tombe sur Morbius, désormais réduit à l'état de cerveau dans une jarre. Elle entend la discussion entre Morbius et Solon et tente de s'enfuir mais est recapturée par Condo.

Le Docteur tente de convaincre les sœurs de lui donner l'élixir afin de sauver Sarah mais celles-ci lui avouent que l'effet de leur rayon aveuglant n'est que temporaire. Il parvient à réanimer leur flamme sacrée et leur fait promettre de cesser de piéger les vaisseaux passant dans les environs de Karn. Alors qu'il est prêt à opérer Morbius, Condo reconnaît son bras sur le patchwork de membres sensé servir de corps à Morbius et attaque Solon, renversant le cerveau de Morbius. Solon lui tire dans la poitrine et oblige Sarah à l'aider. Ils parviennent à rendre vivant le monstre de Morbius, trop tôt. Sarah recouvre la vue à temps pour éviter de se faire attaquer par le monstre de Morbius.

Les sœurs sonnent à la porte de Solon et laissent le corps du Docteur, inanimé, sur le seuil et Solon lui demande de l'aide pour capturer Morbius. Ils parviennent à le prendre dehors, peu de temps après qu'il a tué une des sœurs de Karn. Le Docteur demande à ce que Solon démembre Morbius, mais celui-ci ne peut s'y résigner et fini par enfermer le Docteur et Sarah dans une pièce proche. Dans l'espoir de tuer Morbius, ils envoient du cyanure par les conduits de ventilation mais cela ne tue que Solon. Morbius menace le Docteur et ceux-ci se combattent avec leur esprit via une machine. Le Docteur perd, mais il est sauvé par les sœurs qui font irruption dans le château de Solon et jettent Morbius par la fenêtre. Maren se sacrifie afin de sauver le Docteur que le combat d'esprit avait rendu mourant.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • L'une des premières victime de crash que le Docteur voit est un Mutt, l'espèce au centre de l'intrigue de « The Mutants. »
  • Lorsque Solon lui fait une remarque sur sa tête, le Docteur répond qu'il en avait un autre avec des cheveux blancs. Sarah Jane dit qu'elle préférait celle-là.
  • Cet épisode introduit les "sœurs de Karn" une sorte de congrégation mystique proche des seigneurs du temps. Il est suggéré que leur élixir est parfois utilisé par les seigneurs du temps en cas de régénération imparfaite. Celles-ci auront un rôle déterminant dans l'évolution du 8e Docteur dans « The Night of the Doctor »

Le combat d'esprit[modifier | modifier le code]

Durant le combat entre Morbius et le Docteur, la machine montre différentes incarnations du Docteur à rebours. Or, celle-ci montre des visages après celui de William Hartnell, laissant supposer que le Docteur a vécu bien d'autres vies avant sa première incarnation. L'idée était de sous-entendre qu'il y avait eu des Docteur avant William Hartnell[1].

Or ce fait va rentrer en contradiction avec l'épisode de la saison 14 « The Deadly Assassin » qui introduit l'idée que les seigneurs du temps sont limités à 12 régénération, une idée confirmée dans l'épisode « The Keeper of Traken » (1981) et « L'Heure du Docteur. » (2013) Afin de rétropédaler, certains scénaristes expliquent que certains visages appartiennent à Morbius, que certains visages représente le premier Docteur dans sa jeunesse ou qu'il s'agissait des futures incarnations potentielles du Docteur[2],[3],[4].

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Cet épisode est né d'un malentendu entre le script-éditor (responsable des scénarios) Robert Holmes et l'ancien script-éditor et scénariste Terrance Dicks. À l'origine, l'idée de l'épisode telle que proposée par le producteur Philip Hinchcliffe était celle d'une histoire de robots proche de celles vues par l'écrivain Isaac AsimovTerrance Dicks, depuis son départ de l'équipe de production de la série en 1974, avait scénarisé une pièce de théâtre intitulée Doctor Who and the Daleks in the Seven Keys to Doomsday dont le rôle principal était joué par Trevor Martin et souhaitait ajouté des éléments tirés de sa pièce. Avec Holmes, ils se décident à s'inspirer du roman de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne pour écrire un scénario sous le nom de "The Haunting" ("l'hanté.") De plus, cela prolongeait après « Planet of Evil » et « Pyramids of Mars » l'idée de s'inspirer des classiques de la Hammer pour écrire le scénario.

Dicks fut commissionné pour écrire l'épisode le 1er mai 1975 pour écrire "The Brain of Morbius" dans l'idée que celui-ci serait en avant dernière position dans la saison et afin de garder de l'argent pour le final, il fut décidé que l'épisode serait totalement tourné en studio et n'aurait pas de tournage de maquettes à mettre en place. Dicks commence à écrire un épisode où le criminel Morbius (dont le nom s'inspire du personnage du film Planète interdite) s'écrase sur une planète inconnue et qu'afin de le sauver, son assistant robotique décide d'assembler un corps fait de différentes parties extra-terrestres sans distinctions de leurs origines. Il décide de réutiliser les costumes des Clawrantulars, des créatures à l'apparence de crabes tirées de sa pièce. Il crée aussi la planète Karn et les sœurs qui y vivent. Dicks rendit le scénario complet le 6 juin et parti en vacances.

Alors qu'il était absent, Holmes et Hinchcliffe décidèrent de modifier l'épisode, jugeant que le serviteur robot coûterait trop cher à fabriquer et que le scénario ne s'approche pas assez de l'horreur. Holmes remplace le robot par un savant fou du nom de Solon et son serviteur Condo, en hommage au personnage d'Igor apparut dans les adaptations cinématographiques de Frankenstein. Ils réutilisent aussi un Mutt vu dans « The Mutants »

Recevant le nouveau scénario le 15 septembre, Terrance Dicks se montrera très désappointé par la réécriture de Holmes et tente d'imposer l'idée du robot dans les jours qui suivent. Le 22 septembre, Dicks demande à Holmes d'utiliser "a bland pseudonym"[2],[5] ("un pseudonyme insipide") et Holmes créditera malicieusement l'épisode sous le nom de "Robin Bland" ("Robin Insipide")[6],[5]

Le combat d'esprit[modifier | modifier le code]

Lors du combat d'esprit, les visages que l'on voit sont ceux du chef d'unité George Gallaccio, du script éditor Robert Holmes, de l'assistant de production Graeme Harper, du réalisateur Douglas Camfield, du producteur Philip Hinchcliffe, de l'assistant de production Christopher Baker, du scénariste Robert Banks Stewart, et du réalisateur Christopher Barry[7],[2]. À l'origine Hinchcliffe souhaitait mettre le visage d'acteurs célèbre mais aucun n'a voulu, il fut donc décidé de mettre en clin d'œil l'équipe de production. Ce passage poussera même une plainte d'un syndicat d'acteur estimant que l'équipe de production d'une série ne doit pas jouer à l'intérieur de celle-ci. La BBC acceptera de payer[8].

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Christopher Barry qui avait réalisé l'épisode « Robot » l'année précédente. Celui-ci dira s'être inspiré des films dans lesquels jouait Vincent Price pour l'ambiance.

Les tournages en studio eurent lieu les 6 et 7 octobre 1975 au studio 1 du Centre Televisuel de la BBC pour l'enregistrement des parties 1, les scènes se déroulant à la surface de Karn, les scènes dans le laboratoire et de nombreuses scènes de la partie 2. La deuxième session de tournage eu lieu les 20 et 21 octobre au studio 3, pour l'enregistrement des parties 3 et 4, ainsi que les séquences dans la crypte. Le tournage se finit par la scène de combat entre Morbius et Solon, tournée le 24 octobre.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 3 janvier 1976 25:25 9,5 Bandes couleurs PAL
Épisode 2 10 janvier 1976 24:46 9,3 Bandes couleurs PAL
Épisode 3 17 janvier 1976 25:07 10,1 Bandes couleurs PAL
Épisode 4 24 janvier 1976 24:18 10,2 Bandes couleurs PAL
Diffusé en quatre parties du 3 janvier au 24 janvier 1976, l'épisode fit un très bon score d'audience[10].

L'épisode fut grandement critiqué le lendemain de sa diffusion pour sa violence et son aspect effrayant par Mary Whitehouse, à la tête de la National Viewers' and Listeners' Association (Association Nationale des spectateurs et auditeurs.) Elle estima que cet épisode constitue le matériel le plus étrange et le plus horrible jamais vu dans un programme pour enfant[11]. À l'époque, Doctor Who était dans le radar de son association et la scène où Solon tire sur Condo fut critiqué pour le sang qui en jaillissait[12].

L'épisode fut rediffusé en décembre de la même année dans un épisode au format "omnibus" d'une heure. Cette version fut celle qui sortira en VHS en 1984[12].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1995 dans le livre "Doctor Who : The Discontinuity Guide", Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping trouvent l'épisode est "une superbe exploration d'une thématique gothique avec un Philip Madoc crucial au succès de l'épisode et l'utilisation du pseudonyme "Insipide" qui n'est pas du tout mérité."[13] Les auteurs de "Doctor Who : The Television Companion" (1998) apprécient Madoc dans le rôle de Solon, les décors et notent une violence réaliste mais adulte[11]. Le livre de Mark Stammers Fourth Doctor Handbook' le décrit comme "tout ce qu'une bonne pièce devrait être : divertissant, amusant, efficace et émotionnel."[12]

En 2010, Patrick Mulkern de Radio Times trouve que l'insistance de Solon à utiliser la tête du Docteur est "un manque de logique fondamental" mais en dehors de cela, son avis sur l'épisode est très positif.[14] Sur le site The A.V. Club , le critique Christopher Bahn trouve quelques problèmes mineurs à l'épisode, mais donne un avis positif sur l'épisode, montrant qu'il ne s'agit pas de la transposition pure d'un classique mais une réécriture de celui-ci[15]. Sur le site DVD Talk David Cornelius donne à l'épisode la note de 4 sur 5[16].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre Doctor Who and the Brain of Morbius par Terrance Dicks et publié en juin 1977. Il porte le numéro 7 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. Dicks publiera une version pour enfant de cet épisode en 1980 sous le titre Junior Doctor Who and the Brain of Morbius.

Cette novélisation fut traduite en français en septembre 1987 par les éditions Garancière dans la collection Igor et Grichka Bogdanov présentent Doctor Who sous le titre "Docteur Who - Le cerveau de Morbius" et porte le n°5 de la collection. La traduction est de Jacques Mondolini et l'illustration de couverture de Jean-François Pénichoux[17]. À noter que les Frères Bogdanov n'ont jamais eu vraiment aucun rôle dans cette histoire. Les droits de la série appartenaient à l'époque à TF1 et elle aurait dû être diffusée dans Temps X mais la série fut finalement diffusée confidentiellement le dimanche matin[18].

Éditions commerciales[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et dans les pays anglophones.

  • L'épisode est sorti en VHS en juillet 1984 en format omnibus de 58 minutes, puis dans une version respectant la coupure entre les épisodes en juillet 1990[19],[12].
  • La version de 1990 à connu une édition sur Betamax, Video 2000 et Laserdisc.
  • En février 2008, une lecture de la novélisation par Tom Baker fut publié en CD aux éditions BBC Audiobooks.
  • L'épisode eu droit à une sortie en DVD le 21 juillet 2008. La version DVD offre en bonus, les commentaires par Tom Baker, Philip Madoc, Christopher Barry, Elisabeth Sladen et Phillip Hinchcliffe un reportage sur la création de l'épisode, un entretien avec Barry Newbery le créateur des décors.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lance Parkin, A History of the Universe pg. 255
  2. a, b et c Shannon Patrick Sullivan, « A Brief History of Time (Travel); The Brain of Morbius » (consulté le 2006-04-29)
  3. a et b (en) Howe, David J. & Walker, Steven James, The Television Companion: The Unofficial and Unauthorised Guide to Doctor Who, Springer,‎ 2004 (ISBN 1-903889-52-9, lire en ligne)
  4. Paul Cornell, Martin Day and Keith Topping's "Doctor Who: The Discontinuity Guide", (Virgin Books, 1995)
  5. a et b William Gallagher, « Doctor Who's secret history of codenames revealed », Radio Times,‎ 27 mars 2012 (consulté le 31 mars 2013)
  6. Howe, Walker and Stammers Doctor Who the Handbook: The Fourth Doctor pp 175-176
  7. How Stammers Walker (1992) p198
  8. (en) Howe, David J., Mark Stammers and Steven James Walker, Doctor Who, The Handbook: The Fourth Doctor, Doctor Who books,‎ 1992 (ISBN 0-426-20369-0) p198
  9. Howe Stammers Walker p182
  10. (en) « The Brain of Morbius », Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  11. a et b (en) Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, London, BBC Books,‎ 1998 (ISBN 978-0-563-40588-7, lire en ligne)
  12. a, b, c et d Howe, Stammers, Walker (1992) p201
  13. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, London, Virgin Books,‎ 1995 (ISBN 0-426-20442-5), « The Brain of Morbius »
  14. Patrick Mulkern, « Doctor Who: The Brain of Morbius », Radio Times,‎ 28 juillet 2010 (consulté le 18 avril 2013)
  15. Christopher Bahn, « The Brain of Morbius », The A.V. Club,‎ 21 août 2011 (consulté le 18 avril 2013)
  16. David Cornelius, « Doctor Who: The Brain of Morbius », DVD Talk,‎ 15 octobre 2008 (consulté le 18 avril 2013)
  17. « Le Cerveau de Morbius - Terrance Dicks - Fiche Livre », Noosphère (consulté le 10 janvier 2014)
  18. « Doctor Who et le Club Dorothée », Gallifrance,‎ 1er août 2013 (consulté le 16 octobre 2013)
  19. Modèle:Doctor Who RG