Inferno (Doctor Who)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Inferno.
Inferno
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1970-1973, 1996.svg
Le logo de la série (période 1970-1973)

Titre original Inferno
Numéro d'épisode Saison 7 (1re série)
Épisode 4 (ou 54)
Code de production DDD
Réalisation Douglas Camfield
Barry Letts (episodes 3-7, non crédité)
Scénario Don Houghton
Production Barry Letts
Durée 7 x 25 minutes
Diffusion 9 mai 1970 au 20 juin 1970 sur BBC One
Personnages Docteur :
3e (Jon Pertwee)
Compagnons :
Liz Shaw
Brigadier Lethbridge-Stewart
Sergent Benton
Chronologie
Précédent The Ambassadors of Death Terror of the Autons Suivant
Liste des épisodes

Inferno (Inferno) est le cinquante-quatrième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who, diffusé pour la première fois en sept parties hebdomadaires du 9 mai au 20 juin 1970. Cet épisode qui clôture la septième saison originale de la série marque la dernière apparition de Caroline John dans le rôle du Dr. Liz Shaw.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alors qu'il aide un projet destiné à creuser l'écorce terrestre qui tourne mal, le Docteur se retrouve dans une autre dimension contrôlé par un pouvoir fasciste.

Distribution[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Docteur est engagé comme consultant dans un projet surnommé Inferno dont le but est de casser la croûte de l'écorce terrestre afin de trouver un gaz pouvant servir de ressource d'énergie. Seulement, l'empressement et l'ambition de son directeur, le professeur Stahlman, provoque de nombreux incidents qui conduisent à la mort de technicien, ce qui alerte l'attention d'UNIT. Le Docteur branche la console de son TARDIS au réacteur interne du projet, dans l'espoir de le refaire démarrer, tout en enquêtant sur les phénomènes mystérieux. Un liquide vert semble transformer certains technicien et soldats d'UNIT en monstres agressifs. De plus, Stahlman a volontairement saboté l'ordinateur principal qui lui donnait tort sur ses calculs et l'empressement à vouloir finir semble conduire à une catastrophe. Un des observateurs du projet, Sir Keith Gold tente d'alerter le ministère des risques que le projet encours, tandis que Sutton, un ancien technicien dans la raffinerie se range de l'avis du Docteur. Sutton tente de séduire Petra, l'assistante de Stahlman.

La perte de contrôle du réacteur entraîne des réactions en chaîne qui projette le Docteur dans un univers parallèle. La monarchie y a été renversée au profit d'une république militarisée et probablement d'inspiration fasciste. Arrêté par les militaires pour s'être introduit sur une zone militaire, le Docteur rencontre le double de Liz, une militaire brune, et du Brigadier, borgne et sans moustache. Tentant de les convaincre qu'il vient d'un monde parallèle, le Docteur passe pour un espion. Toutefois, dans ce monde-ci aussi, Stahlman est à la tête du même type de projet Inferno mais ses pouvoirs sont renforcés par le régime et par la mort de Sir Keith. Il arrive ainsi plus vite à ses fins, ce qui solde par un problème de surtension.

Le Docteur réussit à arrêter le problème à temps, ce qui ne l'empêche pas d'être interrogé parles doubles de Liz et du Brigadier. Toutefois, Stahlman parvient à percer l'écorce du noyau terrestre ce qui provoque des tremblements de Terre un peu partout dans le pays. Faisant mine d'aider le Docteur et Sutton à refroidir le réacteur, Stahlman les agresse. Visiblement contaminé par le fluide vert, Stahlman réussit à convertir différents technicien, ainsi que Benton, qui se changent en des monstres verts et poilus proche du loup-garou. Le Docteur réussit à convaincre Liz et le Brigadier que la seule solution consiste à l'aider à recharger sa console afin de revenir dans son monde d'origine. Sutton et Petra aident le Docteur et réussissent à raccorder les fils de la console vers le réacteur tandis que le Brigadier menace le Docteur afin qu'il les emmène avec eux. Tentant de tuer le Docteur, il se fait tirer dessus par Liz. Le Docteur arrive à repartir dans son monde d'origine tandis qu'un déluge de lave s'abat sur les installations.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • L'épisode La Révolte des intra-terrestres voit aussi un autre projet de forage dans la croûte terrestre.
  • Comme dans Spearhead from Space le Docteur explique au Brigadier du monde parallèle que son nom est John Smith mais à la différence de celui-ci, cela ne le convainc pas.
  • Le Docteur utilise pour la première fois une prise de karaté vénusien ainsi qu'une prise paralysante semblable à celle de Spock dans Star Trek.
  • Si les créatures transformées par le liquide vert ne sont jamais nommée à l'écran, le scénario leur donne le nom de « primords ».
  • Le Docteur dit avoir été présent durant l'éruption du Krakatoa en 1883. On retrouvera une photo du 9e Docteur sur les lieux de l'éruption dans Rose et c'est le lieu où Mr Smith s'écrase dans la série spin-off The Sarah Jane Adventures (« The Lost Boy »)
  • Dans le monde parallèle que le Docteur explore durant Le Règne des Cybermen la Grande-Bretagne est aussi une république.
  • Bessie se déplace en même temps que le Docteur et la console du TARDIS dans l'univers parallèle.
  • Lorsque Liz examine le Docteur lorsqu'il est inconscient, le Brigadier lui demande si elle a vérifié si les « deux cœurs battaient bien ».
  • Le Docteur enlève la console du TARDIS. C'est la dernière fois que l'on la verra ce modèle de console qui était dans la série depuis An Unearthly Child.
  • C'est le dernier épisode officiel faisant apparaître le Dr. Liz Shaw. Dans un épisode de la série spin-off The Sarah Jane Adventures (« Death of the Doctor ») on apprend qu'elle s'occupe d'une station spatiale d'UNIT sur la Lune.
  • Un roman spin-off de la série, The Face of the Enemy écrit par David A. McIntee, raconte les aventures se déroulant dans le monde parallèle avant cet épisode en imaginant comment les humains se sont débrouillés face aux différentes invasion où le Docteur ne les a pas aidés.

Références Extérieures[modifier | modifier le code]

  • Lorsque Sutton dit qu'il est déçu par l'aspect de la console, le Docteur lui répond : « À quoi vous attendiez vous ? À une fusée avec Batman aux commandes ? »
  • Les grades de l'armée du monde parallèle sont une traduction anglaise de ceux de la waffen-SS.

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

À l'origine la saison 7 de la série devait se finir par un épisode de Brian Wright, intitulé « The Mists Of Madness » (Le Brouillard de la Folie) et commandé dès le 17 février 1969. Entretemps, Wright fut muté dans un poste académique à Bristol et abandonna son script pour Doctor Who. Lorsque Barry Letts devint producteur de la série en octobre, la fin de saison n'était toujours pas décidée. Le 10 novembre, le script-éditor (responsable des scénarios) Terrance Dicks engagea un couple de scénariste, Charlotte et Dennis Plimmer afin qu'ils écrivent un scénario du nom de « The Shadow People » (Les Hommes-Ombres) mais ceux-ci finirent par se disputer avec la BBC pour une histoire de paye. Il accepta un autre projet venant de Don Hougton (ancien script-éditor du soap opéra Crossroads) nommé « The Mo-hole Project »

Don Hougton eu l'inspiration en lisant un article sur un projet américain visant à creuser la surface de la Terre afin d'approcher la croûte terrestre, le projet Mohole. La longueur de l'épisode ayant été fixé en 7 parties, Letts et Dicks suggèrent à Hougthon d'insérer une intrigue secondaire dans laquelle le Docteur se retrouve dans un monde parallèle, ce qui permettrait de réduire le nombre d'acteurs engagés dans l'épisode[1]. Commandé et écrit entre novembre 1969 et janvier 1970, l'épisode change de titre passant de « Operation: Mole-Bore » (Opération taupe en fusion) à « The Mole-Bore ». Le script changea selon une proposition de Dicks et Letts qui voulaient inclure des monstres nommés les « primords » et estimaient que le Docteur pouvait utiliser du karaté pour se défendre (le karaté feltien qui se transforma en karaté vénusien.)

L'épisode fut renommé « Project Inferno » avant de trouver son titre définitif au moment du tournage.

Casting[modifier | modifier le code]

Alors que des rumeurs d'arrêt de la série courraient, au mois de février 1970, la série fut reconduite pour une saison 8 et durant le tournage de cet épisode, les contrats de Jon Pertwee et de Nicholas Courtney furent reconduits pour une nouvelle saison. Barry Letts peu satisfait du personnage de Liz Shaw, hésitait à reconduire le contrat de Caroline John et ne le fit que lorsque celle-ci leur appris qu'elle était enceinte, ce qui l'obligeait à devoir être absent du tournage l'an prochain.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Douglas Camfield, qui avait précédemment filmé The Invasion l'année précédente. C'est lui qui suggérera que les primords ressemblent à des loups garous et non à des homme-singe, comme il était initialement prévu. C'est lui qui proposera aussi à John Levene de revenir dans le rôle du sergent Benton et de le faire brièvement apparaître à la fin de The Ambassadors of Death.

Le tournage des plans en extérieur débuta le 31 mars 1970 à Berry Wiggins & Co, une raffinerie de pétrole près de Strood dans le Kent qui servit à montrer le site de forage d’Inferno à la fois dans le monde I et le monde II. Le 3 avril Pertwee blessera accidentellement un cascadeur, Alan Chuntz en conduisant Bessie. La blessure fut peu grave mais retardera suffisamment la production pour abandonner deux scènes. Le tournage se continua le 6 avril par trois jours de tournage dans les studios d'Eeling afin de tourner les scènes d'effets spéciaux : le passage du TARDIS entre deux univers et les transformations des personnages en Primords.

Tel qu'il l'avait initié durant le tournage de Doctor Who and the Silurians Barry Letts changea la méthode de travail par deux jours de tournages consécutifs et bi-hebdomadaire au lieu du tournage de chaque parties à la fin de la semaine. L'épisode fut ainsi tourné en 4 sessions au lieu de 7, permettant de gagner du temps et de l'argent à la série.

Les premières sessions de tournages commencèrent au Centre Telévisuel de la BBC, le vendredi 23 et samedi 24 avril 1970 par le tournage des parties 1 et 2. Seulement, à cause du temps d'installation, Jon Pertwee ne suivit pas les indications de Camfield et une dispute eu lieu entre les deux hommes. De plus, Pertwee souffre de vertige et met du temps à monter en haut du réacteur nucléaire. La semaine suivante sur le tournage des parties 3 et 4 la tension s'accrut entre les deux hommes et Douglas Camfield eu une attaque. Sheila Dunn fut obligé d'avouer qu'il souffrait d'un souffle au cœur et Barry Letts, qui avait réalisateur sur The Enemy of the World, dut finir le tournage à sa place durant le mois de mai. La BBC ne souhaitant pas qu'une personne soit crédité pour deux postes, Douglas Camfield fut crédité sur le reste de l'épisode.

Durant ce tournage, la scène où l'un des soldat, muté, tombe du haut d'une des tours fut exécuté par Roy Scammel. Il s'agissait, à l'époque, de la chute la plus haute jamais tentée par un cascadeur britannique. Dans le monde parallèle, des affiches de la république dictatoriale d'Angleterre affichent le visage du chef des programmes de la BBC, Roy Oxley. Caroline John avouera avoir adoré jouer un personnage de méchante, bien plus loin de son personnage de Liz qu'elle trouvait en comparaison ennuyeux. Enceinte lors du tournage de l'avant dernière partie, la scène où elle tire sur le brigadier est évoquée au lieu d'être montrée[2].

De même Nicholas Courtney avouera avoir pris du plaisir à tourner cet épisode. Il se souvient de la scène où le Docteur le voir se retourner dans une chaise tournante et remarquer qu'il a un bandeau sur l'œil. Lors du tournage, l'acteur exécuta sa scène et fut surpris de voir toute l'équipe technique en train d'arborer un bandeau sur l'œil afin de se moquer de lui. Cette anecdote inspirera Steven Moffat qui en hommage au comédien mort en 2011, écrira une scène où tout le monde porte un bandeau sur l'œil dans l'épisode Le Mariage de River Song[3].

Le tournage de toutes les parties fut bouclé le 29 mai 1970.

Post-production[modifier | modifier le code]

Chaque partie de l'épisode s'ouvre sur des images d'un volcan entrant en éruption. Les musiques de cet épisode ont été composées par le BBC Radiophonic Workshop par Delia Derbyshire et provenait en partie d'un documentaire Blue Veils And Golden Sands sur une tribu touareg.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 9 mai 1970 23:21 5,7 Bandes NTSC converties en PAL
Épisode 2 16 mai 1970 22:04 5,9 Bandes NTSC converties en PAL
Épisode 3 23 mai 1970 24:34 4,8 Bandes NTSC converties en PAL
Épisode 4 30 mai 1970 24:57 6,0 Bandes NTSC converties en PAL
Épisode 5 6 juin 1970 23:42 5,4 Bandes NTSC converties en PAL
Épisode 6 13 juin 1970 23:32 6,7 Bandes NTSC converties en PAL
Épisode 7 20 juin 1970 24:33 5,5 Bandes NTSC converties en PAL
Diffusé en sept parties du 9 mai au 20 juin 1970, l'épisode fit un score d'audience moyen qui ne remit pas en question l'avenir de la série[4].

Si la saison 7 fut finie fin juin, la diffusion des aventures du Docteur en comics continua sa parution dans le magazine "TV Comics." Ces comics en plusieurs parties racontaient des histoires indépendantes des épisodes de la série. Le Docteur y est accompagné de Liz jusqu'à fin juillet avant de poursuivre des aventures en solo où seul le Brigadier apparaît épisodiquement[5].

Tout comme Caroline John, il s'agit d'un des épisode préféré de Nicholas Courtney.

Rétrospectivement, l'épisode est apprécié des fans de la série. Selon les auteur du livre, Doctor Who : The Discontinuity Guide (1995), l'épisode est l'un des meilleurs de la série, "étant tour à tour un conte d'horreur, une fable politique et une histoire d'amour" et réussit à être résumé par la phrase du Docteur "La liberté d'agir n'est donc pas une illusion."

En 2009, Max Braxton de "Radio Times" saluera un épisode à l'ambiance particulière "bon, effayant, convaincant" même s'il trouve que l'apparence des Primords n'est pas convaincante et que l'explication de leur apparition n'est jamais expliquée[6]. En 2008, le The Daily Telegraph mets Inferno dans sa liste des 10 meilleurs épisodes de Doctor Who[7] et un sondage de Doctor Who Magazine en 2009 l'établira comme l'épisode du 3e Docteur préféré des lecteurs tout en n'étant placé que 31e dans la liste des épisodes de la série[8].En 2010 sur le site Io9, Charlie Jane Anders classera la fin de la partie 6 dans laquelle le monde est sur le point de s'effondrer dans la liste des plus grand cliffhanger de Doctor Who[9]. La même année, le site "Den of the Geek" mettra aussi cet épisode dans la liste des 10 épisodes ayant la meilleure musique[10] et dans le top 10 de celles ayant le meilleur son[11].

Épisode Perdu[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960 et 70 à des fins d'économie, la BBC détruisit de nombreux épisodes de Doctor Who. La BBC effacera les enregistrement couleurs et ne gardera que des enregistrements noir et blanc de l'épisode destinés à la vente à l'étranger. En 1985 un enregistrement NTSC couleur de l'épisode fut retrouvé au canada et renvoyé à la BBC. Seulement la conversion NTSC vers PAL rendra l'image plus floue et l'épisode dû être restauré pour la sortie DVD.

De plus avec la version canadienne contenait une scène, coupée au montage dans laquelle le chef de Brigade et la chef de section Liz écoutent les informations et apprennent l'apparition de différentes catastrophes. La scène avait été enlevé car la voix de l'annonceur radio était jouée par Jon Pertwee et le réalisateur pensait qu'elle serait bien trop reconnaissable par le public.

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre Inferno par Terrance Dicks et publiée en juin 1984 sous le numéro 89 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. Il n'a connu aucune traduction à ce jour.

Éditions VHS, CD et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et aux États-Unis.

  • En 1992, la 7e partie fut diffusée sur une VHS dans un coffret The Pertwee Years (les années Pertwee) qui contient les parties finales de The Dæmons et de Frontier in Space.
  • En 1994, l'épisode dans son intégralité sortit dans un coffret VHS et contenant la scène de la partie 5 qui n'avait pas été diffusée à l'époque.
  • En 2006 une version remastérisée sortit en DVD avec un travail effectué sur la qualité de l'image. Il contient en bonus les commentaires de Nicholas Courtney, Barry Letts, Terrance Dicks et John Levene; un making-of de l'épisode; la scène coupée et d'autres bonus. Une réédition est prévue pour le 27 mai 2013[12].
  • Une lecture audio de la novélisation de l'épisode sortie le 7 avril 2011 avec la voix de Caroline John[13].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Erreur de paramétrage du modèle {{Citation épisode}} : les paramètres titre et série sont obligatoires.
  2. Pixley, Andrew, "DWM Archive: Inferno", Doctor Who Magazine, #305, 27 juin 2001, Panini Comics, p. 41.
  3. Doctor Who Magazine Special Edition, #31, 8 août 2002, Panini Comics.
  4. « Inferno », Doctor Who Reference Guide (consulté le 31 août 2008)
  5. (en) « In The Comics - The Third Doctor - The Fishmen of Carpantha », Altered Vistas (consulté le 25 mai 2013)
  6. Mark Braxton, « Doctor Who: Inferno », Radio Times,‎ 7 octobre 2009 (consulté le 24 février 2013)
  7. « The 10 greatest episodes of Doctor Who ever », The Daily Telegraph,‎ 2 juillet 2008 (consulté le 24 février 2013)
  8. « The Mighty 200 », Doctor Who Magazine, Royal Tunbridge Wells, Kent, Panini Comics, no 413,‎ 14 octobre 2009
  9. Charlie Jane Anders, « Greatest Doctor Who cliffhangers of all time! », io9,‎ 31 août 2010 (consulté le 24 mars 2013)
  10. « Top 10 classic Doctor Who scores », Den of Geek,‎ 28 juin 2010 (consulté le 24 février 2013)
  11. « 10 classic Doctor Who sound designs », Den of Geek,‎ 23 mars 2011 (consulté le 24 février 2013)
  12. http://www.doctorwhonews.net/2012/05/dwn230512212008-dvd-update-ambassadors.html
  13. « The Ambassadors of Death @ The TARDIS Library (Doctor Who books, DVDs, videos & audios) », Timelash.com (consulté le 2011-12-14)