Lucanus cervus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lucane cerf-volant)
Aller à : navigation, rechercher

Lucanus cervus est une espèce de coléoptère de la famille des Lucanidae, sous-famille des Lucaninae, de la tribu des Lucanini et du genre Lucanus, vivant en Europe.

Historique et dénominations[modifier | modifier le code]

  • L'espèce a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758 sous le nom initial de Scarabaeus cervus.
  • Il existe un sous-genre, le nom complet est donc Lucanus (Lucanus) cervus.

Le terme de Lucanus (et le nom général de la famille des Lucanidae) remonte à l'antiquité romaine ; Pline l'Ancien signale déjà dans son Histoire naturelle (livre XI, chapitre 34) que l'érudit Nigidius Figulus appelle ces insectes des Lucaniens, sans doute en référence à l'ancienne région de Lucanie en Italie. Pline signale également que les "cornes" du lucane cerf-volant sont accrochées au cou des enfants pour éviter ou guérir certaines maladies infantiles.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Lucane cerf-volant (pour le mâle): les grosses mandibules du mâle lui ont valu son nom de « cerf-volant », par leur ressemblance avec les bois d'un cerf et le fait qu'il vole.
  • Grande biche (pour la femelle).

A ne pas confondre avec un autre lucaniné, la Petite biche (Dorcus parallelipipedus).

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Scarabaeus cervus Linnaeus (1758)
  • Scarabaeus capreolus (Füessly, 1775)
  • Scarabaeus dorcas (Müller, 1776)
  • Scarabaeus capra (Olivier, 1789)
  • Scarabaeus hircus (Herbst, 1790)
  • Scarabaeus inermis (Marsham, 1802)
  • Scarabaeus grandis (Haworth, 1807)
  • Scarabaeus microcephalus (Mulsant, 1842)
  • Scarabaeus lusitanicus (Hope & Westwood, 1845)
  • Scarabaeus maxillaris (Motschulsky, 1845)
  • Scarabaeus vicinus (Hope & Westwood, 1845)
  • Scarabaeus cornutus (Dale, 1893)
  • Scarabaeus judaicus (Planet, 1902)
  • Scarabaeus validus (Möllenk, 1912)

Description[modifier | modifier le code]

Les lucanes femelles ne montrent pas l'impressionnante paire de mandibules que possèdent les mâles (cas de dimorphisme sexuel), mais compte tenu de la difficulté de mouvoir d'aussi grandes mandibules, ce sont en fait les femelles qui peuvent mordre le plus efficacement.

Mâle[modifier | modifier le code]

Femelle[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Biologie[modifier | modifier le code]

Larve et croissance[modifier | modifier le code]

La larve blanche, translucide à tête orangée, saproxylophage (qui consomme uniquement du bois mort), se nourrirait durant 3 à 6 années de bois mort ou pourrissant, jusqu'à atteindre 8 à 10 cm pour les larves mâles. La malnutrition des larves peut induire des scarabées plus petits, ou des durées de vie larvaire plus longues (5 ou 6 ans)[réf. nécessaire].

Le moment venu, elles s'enterrent et se confectionnent une loge à leur mesure. Elles s'y transformeront en nymphes, puis en insectes volants l'automne venu, mais ces derniers n'émergeront qu'au début de l'été suivant.

Vie adulte[modifier | modifier le code]

Une fois métamorphosée en scarabée, la larve vit sur ses réserves jusqu'à l'accouplement et la mort. Le scarabée adulte peut toutefois se nourrir de nectar, de fruits et de sève émise par les plaies des arbres pour prolonger sa vie et se restaurer.

Face aux menaces, le lucane mâle affiche ses mandibules, celles-ci sont puissantes et permettent de pincer fortement. Elles servent également à pousser ou saisir et éjecter d'éventuels opposants.

Prédateurs des larves et des adultes[modifier | modifier le code]

Les larves subissent les assauts de guêpes et autres coléoptères carnivores tel la Cicindèle des champs (Cicindela campestris, petit, vert à taches et pinces jaunes).

Lors de la reproduction, les adultes s'affichent largement sur l'écorce des arbres, ce qui indique que ses prédateurs doivent être rares. Les lucanes cerf-volants sont la proie des pies, geais et autres animaux. Il est ainsi possible de trouver de nombreux cadavres sous les arbres, dont souvent seul l'abdomen est consommé.

Reproduction et mort[modifier | modifier le code]

La reproduction se fait vers juillet, les mâles et femelles se retrouvent sur des chênes malades et se nourrissent en léchant les plaies de l'arbre. Le mâle utilise ses grandes mandibules pour ramener sous lui une femelle et attraper et éjecter les concurrents à la manière d'un lutteur grec. Une fois une femelle rabattue sous lui, il reste au-dessus d'elle, utilisant sa taille double pour la couvrir physiquement et l'« enfermer » entre ses pattes. Le couple peut aussi se placer au-dessus d'une plaie de l'arbre pour profiter du jus qui en sort.

Le couple peut s'accoupler plusieurs fois, durant de courtes périodes (environ 2 minutes chacune). Le mâle se retire à l'approche d'un observateur et se dresse pour repousser toute menace à l'aide de ses mandibules.

D'autres mâles peuvent s'approcher, attirés par la femelle, mais les assauts qui s'ensuivent sont très timides et ne présentent pas une réelle menace pour un couple déjà installé.

La femelle pond dans la terre, au pied d'une source nourricière pour ses futures larves (un arbre mort, un arbre malade : chêne, hêtre, pommier...)

Les lucanes mâles semblent mourir après l'accouplement et les femelles après la ponte. On peut retrouver les exosquelettes aux pieds des arbres qui accueillent encore les autres couples.

Les oiseaux, comme le geai par exemple, mangent l'arrière du lucane cerf-volant, ce qui explique qu'on trouve des têtes en forêt.

Statut de protection et autres détails[modifier | modifier le code]

L'espèce est actuellement protégée mais continue à se raréfier géographiquement, en gardant des poches de présence. Le lucane cerf-volant est inscrit à l'annexe II de la directive européenne "habitats faune flore" de 1992, dont la protection nécessite la mise en place par les États-membres de Zones Spéciales de Conservation, ainsi qu'à l'annexe III de la convention de Berne. Il niche dans les cavités des vieux arbres et des troncs morts, en forêt comme dans le bocage. La gestion forestière, en éliminant les vieux arbres et le bois mort, élimine à la fois son habitat et sa nourriture. Le lucane cerf-volant, comme la plupart des coléoptères mangeant du bois, est en forte régression dans les forêts d'Europe.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Fiches longues
  • Le Lucane, sur insectes-net.fr (entomologiste)
Fiches courtes
Fiches de longueur indéterminée