Rhue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rhue
(ruisseau de Clamouze, ruisseau d'Entraigues, Grande Rhue)
La Rhue à Égliseneuve-d'Entraigues.
La Rhue à Égliseneuve-d'Entraigues.
Caractéristiques
Longueur 56,6 km
Bassin 900 km2
Bassin collecteur Dordogne
Débit moyen 5,66 m3/s (Condat)
Régime pluvio-nival
Cours
Source Besse-et-Saint-Anastaise
· Localisation sud-ouest du lac des Hermines
· Altitude vers 1 280 m
· Coordonnées 45° 30′ 07″ N 2° 51′ 00″ E / 45.502, 2.8499 (Source - Rhue)  
Confluence Dordogne
· Localisation Bort-les-Orgues
· Altitude 414 m
· Coordonnées 45° 22′ 51″ N 2° 28′ 40″ E / 45.380787, 2.477654 (Confluence - Rhue)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche ruisseau du Lac, Bonjon, Santoire, Petite Rhue, Soulou
· Rive droite ruisseau de Gabacut, Taurons, Tarentaine
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions Auvergne, Limousin
Départements Cantal, Corrèze, Puy-de-Dôme

Sources : Sandre, Géoportail, Banque Hydro

La Rhue, également appelée Grande Rhue, mais aussi ruisseau de Clamouze ou ruisseau d'Entraigues dans sa partie amont, est une rivière française du Massif central, affluent de la Dordogne en rive gauche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le barrage de Vaussaire sur la Rhue.

Pour le Sandre, la Rhue est une rivière dont la partie amont se nomme ruisseau de Clamouze (ou de Clamousse) et ruisseau d'Entraigues, avant de prendre le nom de de Grande Rhue, puis de Rhue au sud d'Égliseneuve-d'Entraigues.

Au cœur du parc naturel régional des volcans d'Auvergne, le ruisseau de Clamouze (ou Clamousse) prend sa source vers 1 280 m d’altitude en Auvergne dans le département du Puy-de-Dôme, sur la commune de Besse-et-Saint-Anastaise, sur les pentes sud-est du puy de Paillaret, au sud-ouest de la station de Super Besse et du lac des Hermines.

Il passe sous la route départementale (RD) 149 et entre dans le Cézallier, passant sous la RD 203, puis à l'est du lac Chauvet, sous les RD 978 et 30 avant de chuter à la cascade d'Entraigues, haute de 18 mètres[1]. Il prend brièvement le nom de ruisseau d'Entraigues, borde le bourg d'Égliseneuve-d'Entraigues, passant sous la RD 128.

Sur environ un kilomètre et demi, il marque la limite entre les départements du Puy-de-Dôme et du Cantal, devenant la Grande Rhue. Celle-ci passe sous la RD 678, puis à l'ouest du village de Chanterelle, puis une deuxième fois sous la RD 678 au lieu-dit la Chapelle, juste avant de recevoir le ruisseau de Loubinoux sur sa gauche.

À Condat, elle reçoit le Bonjon sur la gauche, passe une nouvelle fois sous la RD 678 et reçoit la Santoire également sur la gauche. Ses eaux sont retenues au barrage des Essarts. Elle passe sous la RD 679 au pont de Castellane, juste après lequel elle est grossie successivement par le ruisseau de Gabacut puis le Taurons, tous deux en rive droite. À Coindre, après avoir longé une centrale électrique, elle reçoit en rive gauche la Petite Rhue. Elle devient alors la Rhue. Elle passe à nouveau sous la RD679 au pont des Faux Monnayeurs et son cours est barré par la retenue de Vaussaire (parfois orthographiée Voussaire), également alimentée en eau par une conduite forcée en provenance du lac de Lastioulles[2]. Elle passe au lieu-dit Embort, puis sous la RD 49, et la RD 22 au pont de Lourseyre. Elle est rejointe aussitôt par la Tarentaine en rive droite. Peu après, elle sert de limite naturelle entre les départements du Cantal et de la Corrèze sur environ trois kilomètres.

Après être passée sous la RD 922, elle se jette dans la Dordogne en rive gauche, au sud de Bort-les-Orgues.

D'Égliseneuve-d'Entraigues jusqu'à Bort-les-Orgues, hormis au niveau de Condat, la rivière s'écoule dans des gorges, profondes de cent à trois cents mètres.

L'ensemble ruisseau de Clamouze-ruisseau d'Entraigues-Grande Rhue-Rhue est long de 56,6 km[3] pour un bassin versant de 900 km2[4].

Environnement[modifier | modifier le code]

Hormis pour sa partie aval située en Corrèze sur la commune de Bort-les-Orgues, la rivière et son bassin sont compris dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Le site Natura 2000 des gorges de la Rhue correspond à des forêts caduques de pentes. Il se compose de trois zones disjointes : en aval du barrage des Essarts, en aval de Coindre et en aval d'Embort[5].

Deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) étendues, concernent la Rhue ou ses affluents. Le ruisseau de Clamouze s'écoule d'abord dans la ZNIEFF de type II du Cézallier, depuis son entrée sur la commune de Picherande jusqu'en amont du bourg d'Égliseneuve-d'Entraigues[6]. En aval d'Égliseneuve-d'Entraigues, la Rhue ainsi que les parties aval de ses affluents, le ruisseau de Loubinoux, le Bonjon, la Santoire et la Petite Rhue, font partie d'une autre ZNIEFF de type II dite des « Gorges de la Dordogne et affluents »[7], incluant une ZNIEFF de type I, les « Gorges de la Rhue »[8],[9]. Une autre, délimitée sur 80 hectares, également de type I, concerne le site du Saut de la Saule au sud-est de Bort-les-Orgues[10]. Elle se situe sur des pentes boisées, et sa flore est rare au niveau régional[11].

La pêche à la truite et le canoë-kayak se pratiquent sur la Rhue.

Affluents[modifier | modifier le code]

Parmi les 42 affluents répertoriés par le Sandre[3], huit ont une longueur supérieure à dix kilomètres. D'amont vers l'aval, on trouve successivement :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit de la Rhue a été observé sur une période de 99 ans (1916-2014), à la station hydrologique de Condat. À cet endroit, en amont de sa confluence avec la Santoire, le bassin versant représente 181 km2[20], soit seulement 20 % de celui du cours d'eau, et la Rhue n'a pas encore rencontré six de ses huit principaux affluents.

Le module y est de 5,66 m3/s.

À Condat, la Rhue présente des fluctuations saisonnières de débit, avec une période de hautes eaux caractérisée par un débit mensuel moyen évoluant dans une fourchette de 5,44 à 8,72 m3/s, de novembre à mai inclus (avec un maximum en février). La période des basses eaux a lieu de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 2,00 m3/s au mois d'août. Cependant ces chiffres ne sont que des moyennes et les fluctuations de débit peuvent être plus importantes selon les années et sur des périodes plus courtes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Condat
Données calculées sur 99 ans
(période 1916-2014)

Source : Banque Hydro

À l'étiage le VCN3 peut chuter jusque 0,16 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 160 litres par seconde.

Les crues peuvent cependant s'avérer importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 89 et 130 m3/s. Le QIX 10 est de 150 m3/s, le QIX 20 de 180 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à 210 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré à la station de Condat durant cette période a été de 206 m3/s le 18 mars 1988, à 12 h 11. Si l'on compare cette valeur à l'échelle des QIX de la rivière, cette crue, proche du QIX 50, était d'un niveau cinquantennal. Ce même jour, le débit a atteint la valeur journalière maximale de 144 m3/s[20].

À cet endroit, la Rhue est un cours d'eau très abondant. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant y est de 991 millimètres annuellement, ce qui est plus de trois fois supérieur à la moyenne de la France entière tous bassins confondus (320 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) de la Rhue atteint ainsi à Condat le chiffre de 31,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[20].

Communes, régions et départements traversés[modifier | modifier le code]

Le parcours de la Rhue s'effectue à l'intérieur de trois départements des régions Auvergne et Limousin. Elle arrose treize communes[3] :

Hydroélectricité[modifier | modifier le code]

Deux ouvrages hydrauliques ont été aménagés sur le cours de la Rhue.

Le barrage de Grande Rhue (également appelé barrage des Essarts)[21], établi en aval de Condat, a été mis en service en 1927. Propriété de la SHEM qui en est aussi l'exploitant, sa hauteur est de 46 mètres, sa longueur de 77 m, et il présente un volume d'eau de 3,7 millions de m³[21]. Il fait régulièrement l'objet d'entretiens[22] afin de maintenir sa bonne exploitation pour produire de l'hydroélectricité.

En aval de Coindre, le barrage de Vaussaire (parfois écrit Voussaire) a été bâti en 1951-1952, entre les communes de Saint-Étienne-de-Chomeil en rive gauche et Champs-sur-Tarentaine-Marchal en rive droite[23] a été mis en service en 1953. Il est exploité par la SHEM. Sa hauteur est de 32 mètres, sa longueur de 96 m, et il présente un volume d'eau de 1,7 million de m³[23]. Sa retenue est alimentée en partie par une conduite forcée en provenance du lac de Lastioulles[2]. L'eau est ensuite amenée jusqu'à la centrale de la Rhue, au niveau du barrage de Bort-les-Orgues par une autre conduite forcée[2] longue de treize kilomètres.

Monuments ou sites remarquables à proximité[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cascade d'Entraigues] sur le site de l'office de Tourisme du massif du Sancy, consulté le 24 juillet 2014.
  2. a, b et c Panneau EDF vous informe, aménagement hydroélectrique de la haute Tarentaine, en bordure du lac du Tact, vu le 24 juin 2014.
  3. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Rivière la Rhue (P0--0250) » (consulté le 25 juillet 2014).
  4. [PDF] Directive Cadre sur l'eau de la Rhue, sur le site de la DREAL Limousin, consulté le 25 juillet 2014.
  5. Carte du site Natura 2000 des gorges de la Rhue sur le site de l'INPN, consulté le 25 juillet 2014.
  6. Carte de la ZNIEFF du Cézallier sur le site de l'INPN, consulté le 25 juillet 2014.
  7. Carte de la ZNIEFF des Gorges de la Dordogne et affluents sur le site de l'INPN, consulté le 24 juillet 2014.
  8. ZNIEFF 830005533 - Gorges de la Rhue sur le site de l'INPN, consulté le 25 juillet 2014.
  9. Carte de la ZNIEFF des Gorges de la Rhue sur le site de l'INPN, consulté le 25 juillet 2014.
  10. Carte de la ZNIEFF Landes et vallon du Saut de la Saule sur le site de l'INPN, consulté le 25 juillet 2014.
  11. [PDF] - Landes et vallon du Saut de la Saule sur le site de l'INPN, consulté le 25 juillet 2014.
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau du Lac (P0230500) » (consulté le 25 juillet 2014).
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Bonjon (P0250500) » (consulté le 25 juillet 2014).
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Santoire (P03-0400) » (consulté le 25 juillet 2014).
  15. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Gabacut (P0410500) » (consulté le 25 juillet 2014).
  16. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Taurons (P0430500) » (consulté le 25 juillet 2014).
  17. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Petite Rhue (P05-0400) » (consulté le 25 juillet 2014).
  18. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Tarentaine (P06-0400) » (consulté le 25 juillet 2014).
  19. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Soulou (P0670500) » (consulté le 25 juillet 2014).
  20. a, b et c Banque Hydro - Station P0272510 - La Rhue à Condat (Synthèse) (ne pas cocher la case "Station en service"), consultée le 25 juillet 2014.
  21. a et b Barrage de Grande Rhue sur Structurae, consulté le 24 juillet 2014.
  22. Intervention entretien sur le barrage de Grande Rhue sur le site Aqbus, consulté le 25 juillet 2014.
  23. a et b Barrage de Vaussaire sur Structurae, consulté le 25 juillet 2014.
  24. « Chapelle Notre-Dame de Vassivière », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 25 juillet 2014.
  25. « Église Saint-Austremoine », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 25 juillet 2014.
  26. « Abbaye de Feniers », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 25 juillet 2014.
  27. « Église Saint-Étienne », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 25 juillet 2014.
  28. Le Saut de la Saule à Bort les Orgues usr le site Carnet de bord, consulté le 25 juillet 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]