Isle (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isle.
Isle
Pont suspendu de Saint-Denis-de-Pile au-dessus de l'Isle.
Pont suspendu de Saint-Denis-de-Pile au-dessus de l'Isle.
Caractéristiques
Longueur 255,3 km
Bassin 7 510 km2
Bassin collecteur Dordogne
Débit moyen 63,1 m3/s (Coutras)
Régime Pluvial
Cours
Source Monts du Limousin,
· Localisation Janailhac, Haute-Vienne, France
· Altitude 375 m
· Coordonnées 45° 38′ 50″ N 1° 12′ 30″ E / 45.64722, 1.20833 (Source - Isle)  
Confluence Dordogne
· Localisation Libourne, Gironde, France
· Altitude 5 m
· Coordonnées 44° 54′ 56″ N 0° 14′ 58″ O / 44.915556, -0.2494444 (Confluence - Isle)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Loue, Auvézère
· Rive droite Dronne, Lary
Pays traversés France
Régions traversées Limousin, Aquitaine
Principales villes Périgueux, Libourne
L'Isle dans sa partie terminale à Libourne
L'Isle en Gironde

L'Isle (en occitan Eila) est une rivière du sud-ouest de la France dans les régions Limousin et Aquitaine, et un affluent de la Dordogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

L’Isle prend sa source dans le Massif central, département de la Haute-Vienne au sud du hameau de Rongeras (Janailhac) dans le Limousin à 375 m d’altitude, son cours est estimé à 255,3 km[1] dont 87 navigables (actuellement en plusieurs sections). Elle rejoint la Dordogne à Libourne. Sa pente moyenne est de 1,56 m/km. L’ensemble du bassin appartient au climat océanique aquitain. Le mouvement de la marée se fait sentir jusqu'à l'écluse de Laubardemont près de Coutras[2], avec un retard d'environ 5 heures par rapport à l'océan. Laubardemont est à 143 km, ou 77,2 milles de la pointe de Grave par voie fluviale. Le flux remonte donc à Guîtres et Saint-Denis-de-Pile.

Départements et communes traversés[modifier | modifier le code]

L'Isle traverse 3 départements et 66 communes[1] dont les principales sont, d'amont vers l'aval :

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

  • la Duche (rd)
  • le Galant (rg)
  • le ruisseau de Courbarieu (rd)
  • la Dronne (rd)
  • le Lary (ou Larit, ou l'Ary) (rd)
  • le ruisseau de Galostre (ou ruisseau du Galostre, ou ruisseau de Galaustre) (rd)
  • le Palais (ou ruisseau du Palais, ou ruisseau de Ratut) (rg)
  • le ruisseau de Lavie (ou le Basque, ruisseau du Basque, Lavie, Lavié, ruisseau de Lavié, ruisseau de Levié, ou ruisseau de Lévié) (rg)
  • la Saye (ou ruisseau de la Saye) (rd)
  • la Barbanne (ou ruisseau de la Barbanne) (rg)

Les quatre plus longs ( > 50 km) sont indiqués en gras.

N.B. : (rd) = affluent rive droite ; (rg) = affluent rive gauche

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La vallée de l'Isle à Périgueux
L'Isle à Saint-Astier

L'Isle est une rivière assez irrégulière, à l'instar de ses voisines du bassin aquitain ou du sud-ouest de la France. Son débit a été observé et reconstitué durant une période de 33 ans (1972-2004), à Coutras, ville du département de la Gironde située peu avant son confluent avec la Dordogne [3]. La surface ainsi étudiée est de 6 568 km2, soit 86 % du bassin versant de la rivière qui en fait 7 510 au total.

Le module de la rivière à Coutras est de 63,10 m3/s.

L'Isle présente des fluctuations saisonnières de débit fort marquées, comme c'est généralement le cas dans le bassin de la Dordogne. Les hautes eaux se déroulent en hiver et se caractérisent par des débits mensuels moyens variant de 85,9 à 120,0 m3/s, de décembre à avril inclus (avec un maximum assez net en janvier et février). Dès le mois de mai, le débit baisse rapidement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre inclus, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'à 16,0 m3 au mois d'août, ce qui reste confortable, il est vrai. Mais ces données mensuelles ne sont que des moyennes et cachent des fluctuations bien plus prononcées sur de courtes périodes ou selon les années.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Coutras
(Données calculées sur 33 ans)

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 4,3 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui peut être qualifié d'assez sévère, le débit de la rivière tombant ainsi à 7 % de son débit moyen.

Les crues peuvent être fort importantes, compte tenu en plus de la taille étendue du bassin versant. La série des QIX n'a pas été calculée, mais la série des QJX l'a été. Les QJX 2 et QJX 5 valent respectivement 400 et 590 m3/s. Le QJX 10 est de 710 m3/s, le QJX 20 de 830 m3, tandis que le QJX 50 se monte à 980 m3/s.

Le 3 janvier 1994, la station hydrologique de Coutras a enregistré un débit maximal journalier de 819 m3/s. En comparant cette valeur à l'échelle des QJX de la rivière, on constate que le niveau de cette crue était à peine d'ordre vicennal, et donc nullement exceptionnel.

L'Isle est une rivière relativement abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 304 millimètres annuellement, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres), ainsi qu'à la moyenne du bassin de la Garonne (384 millimètres au Mas-d'Agenais). C'est cependant inférieur de plus de deux fois à la lame d'eau de la Dordogne en amont de son confluent avec l'Isle (623 millimètres à Bergerac). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 9,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Navigation[modifier | modifier le code]

L'Isle a été rendue navigable pendant la première moitié du XIXe siècle grâce à 40 écluses réparties sur 143 km depuis Périgueux jusqu'au confluent à Libourne. Au besoin, ces écluses ont été placées parfois sur des dérivations en site propre. Dans ses écluses de 24,25 m sur 4,5 m, l'Isle recevait une batellerie semblable à celle de la Dordogne, à savoir majoritairement des coureaux portant jusqu'à 100 tonnes. Elle a été radiée de la nomenclature des voies navigables le 27 juillet 1957. Elle fait actuellement l'objet d'un projet de réhabilitation pour le tourisme dirigé entre autres par le syndicat mixte interdépartemental de la vallée de l'Isle (SMIVI)[4]. Des balades en gabare sont possibles sur l'Isle, en particulier au lieu-dit Moulin du Duellas sur la commune de Saint-Martial-d'Artenset.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Environnement[modifier | modifier le code]

Le bassin supérieur de ce cours d'eau est notamment pollué par de l'arsenic[5].

La vallée de l'Isle, de Périgueux à sa confluence avec la Dordogne, intègre le réseau européen Natura 2000 (proposé comme site d'intérêt communautaire -SIC)[6] au titre de la directive Habitat, dont l'objectif est la conservation de la biodiversité en protégeant les habitats (il est en effet plus efficace de protéger un milieu que les seules espèces qu'il abrite).

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Guîtres et son abbatiale Notre-Dame sur les bords de l'Isle

D'amont vers l’aval, on peut découvrir :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b SANDRE, « Fiche rivière l'isle (P---0150) » (consulté le 16 septembre 2012)
  2. Conservatoire de l'estuaire de la Gironde, p. 3, « [PDF] p. 3 », La chronique du fleuve,‎ 2004 (consulté en 31 août 2010)
  3. Banque Hydro - Station P9001510 - L'Isle à Coutras (option Synthèse) (ne pas cocher la case « Station en service »)
  4. Syndicat mixte interdépartemental de la vallée de l'Isle, consulté le 27 mai 2013.
  5. MQuéméneur, A Cébron, P Billard, F Battaglia-Brunet, F Garrido, C Leyval, C Joulian. (2010), Population structure and abundance of arsenite-oxidizing bacteria along an arsenic pollution gradient in waters of the upper Isle River Basin, France. Appl Environ Microbiol. 2010 Jul; 76(13):4566-70. Epub 2010 May 7 (résumé)
  6. [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]