Combattant varié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combattant (homonymie).

Combattant varié ou
Chevalier combattant

Description de cette image, également commentée ci-après

Philomachus pugnax

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Charadriiformes
Famille Scolopacidae

Genre

Philomachus
Merrem, 1804

Nom binominal

Philomachus pugnax
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Combattant varié (Philomachus pugnax), souvent appelé au XXe siècle Chevalier combattant mais en fait plus proche des bécasseaux, est une espèce de limicole appartenant à la famille des Scolopacidae et présentant un net dimorphisme sexuel, surtout en période de reproduction. Les modalités de cette dernière sont complexes puisque coexistent des couples temporaires, des mâles polygynes et des femelles polyandres.

Il niche en Eurasie et hiverne essentiellement en Afrique.

Dans la mythologie grecque, cet oiseau est lié au mythe de Memnon.

Description[modifier | modifier le code]

Mâle en livrée nuptiale.

Le Combattant varié mesure 21 à 32 cm de long, pour une envergure allant de 28,5 à 31,5 cm et un poids compris entre 70 et 150 g pour la femelle, 130 à 230 g pour le mâle[1].

C'est un oiseau migrateur dont le mâle arbore au printemps un plumage nuptial coloré, différent selon les individus. La femelle est plus terne.

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

C'est un limicole, se nourrissant principalement de petits invertébrés.

En période de reproduction, il consomme des insectes (surtout des diptères, mais aussi des trichoptères, des coléoptères, des orthoptères, etc.), des annélides, des crustacés de petite taille et des mollusques. Les éléments végétaux (graines, fleurs et algues) entrent également dans son régime de manière bien plus importante que dans ceux de la plupart des limicoles.

Au Sénégal, le Combattant varié ne consomme pratiquement que du riz de décembre à avril.

Comportement[modifier | modifier le code]

La femelle est appelée « sotte » en Picardie, car elle est peu farouche.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Appariement[modifier | modifier le code]

En avril et mai, le Combattant varié revient à ses aires de nidification. Dès le milieu du trajet du retour, la parade nuptiale commence, les mâles menant entre eux un « combat » symbolique, qui a donné son nom vernaculaire à l'espèce. Ils déploient les plumes érectiles de leur collerette, et s'affrontent par coups de bec, en sautillant, ou en se toisant.

Polygame, pour séduire les femelles il gonfle sa collerette et hérisse ses oreillettes de plumes en effectuant au sol diverses mimiques, ailes déployées.

Sur les sites de reproduction, les mâles effectuent ces parades sur des arènes traditionnelles appelées leks. Les femelles vagabondent, choisissent leurs fécondateurs puis se retirent pour nicher. Ce système reproductif complexe, dans lequel polygamie et polygynie coexistent, sans exclure le couple régulier, quoique temporaire, est analogue à celui du Tétras lyre et de quelques autres oiseaux[2].

Nidification[modifier | modifier le code]

En mai ou en juin, la femelle pond ses œufs, généralement 4, dont la taille a pour valeurs extrêmes : 38,9-48,6 mm × 28,0-32,8 mm[3]. Elle les couve seule durant 20 à 23 jours, puis s'occupera des oisillons. Ceux-ci prendront leur envol entre 25 et 28 jours.

Longévité[modifier | modifier le code]

Le Combattant varié peut vivre jusqu'à 11 ans[1].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Distribution géographique du Combattant varié. En jaune, quartiers d'été, en bleu, zones d'hivernage.

Distribution géographique[modifier | modifier le code]

Il niche près de la mer, dans les toundras d'Asie et d'Europe. L'hiver, il peut migrer jusqu'en Afrique australe, mais certains individus restent sur quelques côtes occidentales et méridionales de l'Europe. Cet oiseau hiverne également dans certaines régions du Proche-Orient, sur certaines côtes asiatiques et dans le sud de l'Australie. Lors de cette saison, des effectifs importants stationnent au Sénégal.

Migrations[modifier | modifier le code]

Entre mi-juin et début juillet, les mâles adultes ainsi que les femelles sans progéniture partent en migration postnuptiale. Les jeunes commencent à partir fin juillet. Cette migration atteint son apogée entre fin août et début septembre. Elle décline ensuite jusque fin octobre mais des oiseaux peuvent s'attarder jusqu'en novembre.

La migration prénuptiale est constatée en Afrique de mi-février à fin mai.

Habitat[modifier | modifier le code]

Il vit toujours dans les zones humides, que ce soit dans les endroits marécageux, près de plans d'eau douce, dans les tourbières ou les prairies humides. Il apprécie également le bord de mer, fouillant les vasières intertidales (se découvrant à marée basse).

Systématique[modifier | modifier le code]

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

L'espèce est classiquement considérée comme monotypique, mais deux sous-espèces peuvent être distinguées[4] :

  • P. p. pugnax (Linnaeus, 1758) ;
  • P. p. occidentalis Verheyen, 1941.

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est classée par l'UICN en LC (Préoccupation mineure)[5].

Les menaces potentielles sont la perte de son habitat, et la chasse[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Référence Oiseaux.net : Philomachus pugnax (+ répartition) (fr)
  2. Géroudet P. (2008) Limicoles, gangas et pigeons d'Europe. Delachaux & Niestlé, Paris, 607 p.
  3. Jiří Félix, Oiseaux des Pays d'Europe, Paris, Gründ, coll. « La Nature à livre ouvert »,‎ 1986, 22 cm × 30 cm, 320 p. (ISBN 2-700-01504-5), p. 164
  4. Référence Avibase : Philomachus pugnax (+ répartition) (fr+en)
  5. Référence UICN : espèce Philomachus pugnax (Linnaeus, 1758) (en)