Chavanon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Christian Chavanon et Louis Chavanon.
Chavanon
(Ramade)
Le Chavanon en limites de Feyt et de Bourg-Lastic.
Le Chavanon en limites de Feyt et de Bourg-Lastic.
Caractéristiques
Longueur 54,2 km
Bassin 474 km2
Bassin collecteur Dordogne
Débit moyen 6,40 m3/s (Messeix)
Régime pluvio-nival
Cours
Source Crocq
· Localisation Ribière Vieille
· Altitude vers 790 m
· Coordonnées 45° 50′ 28″ N 2° 22′ 38″ E / 45.8412, 2.3773 (Source - Chavanon)  
Confluence Dordogne
· Altitude 538 m
· Coordonnées 45° 33′ 14″ N 2° 30′ 58″ E / 45.5539, 2.516 (Confluence - Chavanon)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche ruisseau de Cornes, Clidane
· Rive droite Méouzette, ruisseau de la Barricade
Pays traversés France
Régions françaises Limousin, Auvergne
Départements français Creuse, Corrèze, Puy-de-Dôme

Sources : Sandre, Géoportail, Banque Hydro

Le Chavanon (également appelé la Ramade, dans sa partie amont) est une rivière française du Massif central, affluent en rive droite de la Dordogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Chavanon en limites de Feyt et de Bourg-Lastic.

Selon le Sandre, le Chavanon est une rivière du Massif central qui porte le nom de Ramade en amont de son confluent avec la Méouzette.

La Ramade prend sa source vers 790 m d’altitude dans la Creuse, sur la commune de Crocq, au lieu-dit Ribière Vieille, juste au sud du croisement des routes départementales 9 et 996.

Après avoir traversé l’étang de la Ramade, elle pénètre dans le Puy-de-Dôme.

Elle reçoit sur sa droite son affluent le plus long, la Méouzette, et prend alors le nom de Chavanon. Celui-ci est grossi successivement par le ruisseau de Cornes puis la Clidane, tous deux sur sa gauche.

La rivière passe sous le viaduc du Chavanon emprunté par l'autoroute A89, avant de recevoir sur sa rive droite le ruisseau de la Barricade.

Après s'être écoulé pendant plusieurs kilomètres dans des gorges, le Chavanon rejoint la Dordogne en rive droite, à 538 m d’altitude, environ un kilomètre au nord du pont d'Arpiat et de l’extrémité nord du lac de retenue du barrage de Bort-les-Orgues, deux kilomètres au nord-est du village de Confolent-Port-Dieu, en limite des communes de Savennes et de Confolent-Port-Dieu.

Sur la plus grande partie de leurs cours, la Ramade et le Chavanon marquent, en deux tronçons, la limite entre les régions Limousin (départements de la Creuse et de la Corrèze) et Auvergne (département du Puy-de-Dôme).

L'ensemble Ramade-Chavanon est long de 54,2 km pour un bassin versant de 474 km2[1].

Son nom se retrouve dans celui d'un lieu-dit de la commune de Bourg-Lastic, situé en bordure de la rivière et de l'ancienne route nationale 89.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le Chavanon et nombre de ses affluents ou sous-affluents sont identifiés dans le réseau Natura 2000 comme faisant partie des sites très importants pour la loutre[2].

Sa partie corrézienne, avec sa flore spécifique, est une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[3].

Affluents[modifier | modifier le code]

Parmi les 34 affluents du Chavanon répertoriés par le Sandre[1], quatre dépassent les dix kilomètres de longueur. D'amont vers l'aval se rencontrent :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

À sa confluence avec la Dordogne, le Chavanon est plus long qu'elle, mais son débit est de moindre importance.

Le débit du Chavanon a été observé sur une période de 51 ans (1961-2011), à la station hydrologique de Messeix, au lieu-dit la Cellette, en amont de sa confluence avec la Clidane. À cet endroit, le bassin versant représente 362 km2[8], soit les trois quarts de celui du cours d'eau.

Le module y est de 6,40 m3/s.

Le Chavanon présente des fluctuations saisonnières de débit, avec une période de hautes eaux caractérisée par un débit mensuel moyen évoluant dans une fourchette de 7,29 à 10,50 m3/s, de décembre à mai inclus (avec un maximum en janvier et février). La période des basses eaux a lieu de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 2,03 m3/s au mois d'août. Cependant ces chiffres ne sont que des moyennes et les fluctuations de débit peuvent être plus importantes selon les années et sur des périodes plus courtes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Messeix
Données calculées sur 51 ans
(période 1961-2011)

Source : Banque Hydro

À l'étiage le VCN3 peut chuter jusque 0,48 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 480 litres par seconde.

Les crues peuvent cependant s'avérer importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 49 et 63 m3/s. Le QIX 10 est de 73 m3/s, le QIX 20 de 82 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à 94 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré à la station de Messeix durant cette période a été de 81,9 m3/s le 1er novembre 1994. Si l'on compare cette valeur à l'échelle des QIX de la rivière, cette crue était égale au QIX 20, donc destinée à se reproduire en moyenne tous les vingt ans. À cet endroit et sur cette période, la valeur journalière maximale de 69 m3/s a été atteinte le 13 janvier 1962[8]. Cependant, une autre station hydrologique située en amont à Bourg-Lastic (Chavanon-Chantier) a fonctionné de 1929 à 1973. Le 8 décembre 1944, elle a enregistré un débit maximal journalier de 85,5 m3/s, supérieur au débit maximal instantané relevé à Messeix en 1994[9].

Au total, le Chavanon est un cours d'eau abondant. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 560 millimètres annuellement, ce qui est très largement supérieur à la moyenne de la France entière tous bassins confondus (320 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) du Chavanon atteint ainsi à Messeix le chiffre de 17,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Régions, départements et communes traversés[modifier | modifier le code]

Le Chavanon arrose deux régions, trois départements et dix-sept communes[1],[10], soit :

Histoire[modifier | modifier le code]

Monuments ou sites remarquables à proximité[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Chavanon est aussi connu comme étant un village du Massif central où débute l'histoire du célèbre roman Sans famille écrit par Hector Malot.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le Chavanon (P00-0400) sur le site du Sandre, consulté le 21 juillet 2013.
  2. Lacs et rivières à loutres (archive) sur le Réseau Natura 2000, consulté le 21 juillet 2013.
  3. ZNIEFF 740000074 - Vallée du Chavanon sur le site de l'INPN, consulté le 21 juillet 2013.
  4. La Méouzette (P0060500) sur le site du Sandre, consulté le 21 juillet 2013.
  5. Ruisseau de Cornes (P0070540) sur le site du Sandre, consulté le 21 juillet 2013.
  6. La Clidane (P0080500) sur le site du Sandre, consulté le 21 juillet 2013.
  7. Ruisseau de la Barricade (P0090570) sur le site du Sandre, consulté le 21 juillet 2013.
  8. a et b Banque Hydro - Station P0084010 - Le Chavanon à Messeix (la Cellete) (Synthèse), consultée le 23 juillet 2014 (ne pas cocher la case "Station en service").
  9. Banque Hydro - Station P0064310 - Le Chavanon à Bourg-Lastic (Synthèse), consultée le 21 juillet 2013 (ne pas cocher la case "Station en service").
  10. Contrairement à ce qu'indique le Sandre, la commune de Singles, située en rive gauche de la Dordogne, n'est pas arrosée par le Chavanon, affluent de rive droite de la Dordogne.
  11. Gorges du Chavanon sur le site du Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne, consulté le 21 juillet 2013.
  12. Les gorges du Chavanon sur le site de l'Offfice de tourisme du pays d'Eygurande, consulté le 21 juillet 2013.