Céou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le Céou
Le Céou à Bouzic
Le Céou à Bouzic
Caractéristiques
Longueur 55,1 km
Bassin 610 km2
Bassin collecteur la Dordogne
Débit moyen 3,37 m3/s (Saint-Cybranet)
Régime pluvial
Cours
Se jette dans la Dordogne
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

Le Céou (en occitan : Ceu) est une rivière française qui coule dans les départements du Lot (46) et de la Dordogne (24). C'est un affluent de la Dordogne en rive gauche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Céou prend naissance près de Montfaucon, petite localité de la partie occidentale du Causse de Gramat, moins de quinze kilomètres au sud-sud-ouest de Rocamadour.

En été, le Céou disparaît dans le karst à Pont-Carral sur la commune de Salviac[1].

Il se jette dans la Dordogne (rive gauche) à Castelnaud-la-Chapelle, à 5 kilomètres à l'ouest de Domme et une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Sarlat-la-Canéda.

La longueur de son cours est de 55,1 km[2].

Départements, communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Le Céou traverse deux départements et 20 communes[2] :

ces 8 communes dans le canton de Domme.

dans les canton de Labastide-Murat, canton de Saint-Germain-du-Bel-Air, canton de Salviac, canton de Gourdon.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Céou est une rivière peu abondante. Son débit a été observé sur une période de 40 ans (1968-2007), à Saint-Cybranet, localité située peu avant son confluent avec la Dordogne[3]. Le bassin versant de la rivière y est de 603 km2 soit la quasi-totalité de celui-ci.

Le module de la rivière à Saint-Cybranet est de 3,44 m3⋅s-1.

Le Céou présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées, avec une période de hautes eaux d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 4,1 et 7,36 m3⋅s-1, de décembre à mai inclus (avec un maximum en février). Dès fin mai le débit diminue rapidement pour aboutir à la période des basses eaux qui se déroule de juillet à septembre, accompagnée une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,454 m3 au mois d'août, ce qui n'est pas extrêmement sévère pour un cours d'eau de cette taille. Cependant les fluctuations de débit peuvent être bien plus importantes d'après les années et sur des périodes plus courtes.

À l'étiage le VCN3 peut chuter jusque 0,009 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 9 litres par seconde, ce qui doit être considéré comme très sévère, le cours d'eau étant de ce fait presqu'à sec.

Les crues peuvent être très importantes compte tenu de la taille du bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 44 et 67 m3⋅s-1. Le QIX 10 est de 83 m3⋅s-1, le QIX 20 de 98 m3, tandis que le QIX 50 se monte à 120 m3⋅s-1.

Le débit instantané maximal enregistré à Saint-Cybranet durant cette période de 40 ans, a été de 104 m3⋅s-1 le 10 janvier 1996, tandis que le débit journalier maximal enregistré était de 89,2 m3⋅s-1 le 11 janvier de la même année. En comparant la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était un peu plus que d'ordre vicennal, et donc destinée à se reproduire tous les 20-25 ans.

Au total, le Céou est une rivière peu abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 180 millimètres annuellement, ce qui est nettement inférieur à la moyenne française tous bassins confondus, mais aussi très largement inférieur à la moyenne du bassin de la Dordogne (623 millimètres à Bergerac). Le débit spécifique (ou Qsp) de la rivière atteint 5,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Parmi une dizaine d'affluents, on peut noter :

  • Le Bléou (14,6 km), rive droite
  • L'Ourajoux, (23,5 km) rive gauche

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]