La Rochefoucauld (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochefoucauld.
La Rochefoucauld
Le château de La Rochefoucauld surplombant la Tardoire
Le château de La Rochefoucauld surplombant la Tardoire
Blason de La Rochefoucauld
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton La Rochefoucauld
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Bandiat-Tardoire
Maire
Mandat
Joaquim Martin
2008-2014
Code postal 16110
Code commune 16281
Démographie
Gentilé Rupificaldiens
Population
municipale
2 923 hab. (2011)
Densité 405 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 29″ N 0° 23′ 14″ E / 45.7414, 0.3872 ()45° 44′ 29″ Nord 0° 23′ 14″ Est / 45.7414, 0.3872 ()  
Altitude Min. 75 m – Max. 136 m
Superficie 7,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
La Rochefoucauld

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
La Rochefoucauld

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Rochefoucauld

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Rochefoucauld
Liens
Site web larochefoucauld.fr

La Rochefoucauld (La Ròcha Focaud en limousin, dialecte occitan) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes). Elle est connue pour son château Renaissance, appelée la « perle de l'Angoumois ».

Ses habitants sont appelés les Rupificaldiens. En 2013, la commune de La Rochefoucauld a obtenu le label Village étape.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La Rochefoucauld est un chef-lieu de canton situé 21 km au nord-est d'Angoulême, dans la vallée de la Tardoire et à l'est de la forêt de la Braconne, situé sur la route d'Angoulême à Limoges.

La commune se trouve aussi à 12 km au nord-ouest de Montbron, 22 km au sud-est de Mansle, 38 km au sud-ouest de Confolens et à 69 km à l'ouest de Limoges[1].

Elle est située sur la route nationale 141, route d'Angoulême à Limoges, maillon occidental de la route Centre-Europe Atlantique, qui a dévié la ville par le nord en 2011.

Le réseau de routes départementales dessert bien la ville. La route départementale 6 longe la Tardoire et va de Montbron à Mansle. La D 13 passant par Rochechouart est un itinéraire alternatif et touristique par le massif de l'Arbre pour aller à Limoges. La D 60 va à Vitrac-Saint-Vincent pour rejoindre Chasseneuil. Vers le nord-ouest, la D 88, appelée aussi route de la Duchesse va vers Jauldes. Vers le sud, la D 33 et la D 73 vont vers Chazelles[2].

La commune est aussi desservie par une gare sur la voie ferrée Angoulême-Limoges, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Le GR 36, sentier de grande randonnée reliant la Manche aux Pyrénées orientales traverse aussi la commune et passe au pied du château.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune de La Rochefoucauld compte plusieurs quartiers et lieux-dits autour du centre-ville  : Péruzet et Chez Vicard au nord, Bel-Air à l'est, Vaugué, l'Abbaye et Olérat au sud[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Rochefoucauld
Rivières Taponnat-Fleurignac
Saint-Projet-Saint-Constant La Rochefoucauld Marillac-le-Franc
Rancogne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune appartient au Bassin aquitain et à la partie calcaire de la Charente. Le terrain date du Jurassique moyen (Bathonien, et Callovien à l'ouest). Le plateau à l'est de la vallée de la Tardoire est recouverte d'altérite et d'argile à silex provenant du Massif central tout proche (10 km à l'est) et déposé pendant l'ère tertiaire. La vallée est occupée par des alluvions et terrasses de sable et graviers datant du quaternaire[3],[4],[5].

La commune est sur le karst de La Rochefoucauld, qui forme une zone fissurée où disparaissent la Tardoire, le Bandiat et une partie de la Bonnieure par des pertes, ou gouffres, qui passent sous la forêt de la Braconne située juste à l'ouest pour ressortir aux sources de la Touvre, deuxième résurgence de France, près d'Angoulême.

Sur la Tardoire, on peut citer quelques gouffres situés à l'Âge-Baston, la Corbillonne, et au moulin d'Olérat.

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau bas d'une altitude moyenne de 100 m descendant en pente douce vers la vallée de la Tardoire sur la rive droite, et avec un éperon rocheux sur la rive gauche sur lequel est construit le château. Le point culminant de la commune est à une altitude de 136 m, situé en limite nord à la Croix de la Brunette. Le point le plus bas est à 75 m, situé naturellement sur la Tardoire près du château. Le centre ville est dans la vallée, mais les nouveaux quartiers s'étagent jusqu'à environ 110 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est située au bord de la rivière Tardoire, sous-affluent de la Charente.

La Ligonne, ruisseau affluent de la Tardoire et descendant du Massif de l'Arbre, premier mont du Massif central, atteint rarement son confluent car elle disparaît aussi dans des gouffres en été dans la commune de Marillac-le-Franc.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente.

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain, et assez semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,7
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[6].


Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Moyenne nationale 1 973 770
La Rochefoucauld 2 025 784
Paris 1 630 642
Nice 2 668 767
Strasbourg 1 633 610
Brest 1 492 1 109

Dialecte[modifier | modifier le code]

La ville est située dans le domaine occitan. Son nom en dialecte limousin est La Rochafocaud.

La forêt de la Braconne, à l'ouest, fait la limite avec le saintongeais qui est une langue d'oil[7].

Article connexe : Langues de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

La "roche" sur laquelle a été bâti le premier château aurait été donnée vers 950 à Amaury (ou Aymard), fils de Hugues Ier, comte de Lusignan, et de Mélusine (Mère Lusigne). Son fils Foucauld Ier est le premier Foucauld, seigneur de la Roche qui se transformera en La Rochefoucauld.

[réf. nécessaire]

Ses descendants prirent ce nom pour patronyme et virent érigée la seigneurie de La Rochefoucauld en baronnie en 1299 puis en comté en 1515 et en duché en 1622, titre qu'ils portent encore aujourd'hui. Le château de La Rochefoucauld, siège du Duché, est toujours en possession de cette ancienne famille d'extraction chevaleresque et l'une des plus importante de l'Angoumois.

[réf. nécessaire]

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1800. [réf. nécessaire]

Pendant la Révolution, la commune s'est appelée provisoirement La Roche Tardoire[8].

Liste des seigneurs puis barons, comtes et ducs de La Rochefoucauld[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison de La Rochefoucauld.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Burelé D'argent et d’azur, à trois chevrons de gueules brochant sur le tout, le premier écimé.
Commentaires : ce sont les armes de la maison de La Rochefoucauld.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 1995   Joaquim Martin UMP Militaire en retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Rochefoucauld est la ville principale du pays d'Horte et Tardoire.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 923 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
2 375 2 536 2 501 2 661 2 706 2 724 2 965 2 845 2 468
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 770 2 775 2 621 2 733 2 802 2 989 2 849 2 808 2 782
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 777 2 984 2 565 2 556 2 628 2 834 2 835 3 020 3 462
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
3 782 3 699 3 276 3 448 3 228 3 111 3 089 2 923 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à La Rochefoucauld en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90  ans ou +
0,8 
11,1 
75 à 89 ans
19,3 
18,7 
60 à 74 ans
19,6 
22,6 
45 à 59 ans
20,6 
16,9 
30 à 44 ans
15,8 
15,6 
15 à 29 ans
11,4 
14,2 
0 à 14 ans
12,4 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

L'ancienne usine Chaignaud vue du sud et de la vallée de la Tardoire
  • L'ancienne usine de textile et feutre Chaignaud était située à la Chabanne, sur la Tardoire et en limite de la commune de Saint-Projet-Saint-Constant et sur la N 141. Née en 1837 à Saint-Florent, elle a cessé son activité en 2004.
  • Tuilerie Péruzet
  • Mecaplast Group - Effectif au 30/04/2010 : 268 personnes (La Rochefoucauld + Mornac)

Commerces[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports et activités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Collégiale Notre-Dame-de-l'Assomption-et-Saint-Cybard[modifier | modifier le code]

La collégiale

C'est au début du XIIIe siècle que débute la construction de cette imposante église gothique, à laquelle viennent s'ajouter des maisons avec dépendances pour les chanoines. En 1267, l'église est érigée en collégiale. Le clocher est construit en 1332. Les cloches sont ajoutées en 1555. Durant les guerres de Cent ans et de Religion, l'église est sérieusement endommagée, et subit une campagne de restauration de 1588 à 1620.

Sous la Révolution, l'église est victime de pillages et de déprédations, et plusieurs ornements et tableaux sont jetés aux flammes. Elle sert ensuite au culte de l'être suprême avant d'être rendue au culte catholique au moment du concordat de 1801. L'église est classée monument historique en 1909[15].

Couvent des Carmes[modifier | modifier le code]

Le cloître du couvent

Les Carmes s'installent à La Rochefoucauld en 1329. Le couvent des Carmes[16] connaît sa plus grande extension aux XVe et XVIe siècles (agrandissement de bâtiments, école de philosophie et de théologie). Occupé par les huguenots en 1563-1564, le couvent est pillé et saccagé en 1570 et 1572. L'état de ruine subsiste jusqu'au début du XVIIe siècle. Utilisé comme collège aux XIXe et XXe siècles, le couvent subit des remaniements de façades et de nombreux aménagements (cloisonnement, division de l'église en deux niveaux). Le couvent est centré sur le cloître de la fin du XIVe début XVe siècle. L'église du XIVe siècle occupe l'aile sud. Au XVIIe siècle, un bas-côté voûté d'ogives est rajouté au sud. Le clocher (XVe ou XVIe siècle) est une tour polygonale contenant un escalier à vis. Les bâtiments des ailes ouest et est ont été fortement remaniés entre 1883 et 1886. L'aile nord est une construction d'origine romane qui pourrait être une maison antérieure à l'implantation des Carmes. Classé monument historique en 1909[17].

Église d'Olérat[modifier | modifier le code]

L'église d'Olérat

Cette église qui est dans une propriété privée date du XIIe siècle. Elle est remarquable par sa façade sculptée. Elle est inscrite aux monuments historiques en 1942[18].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Château de La Rochefoucauld[modifier | modifier le code]

Le château vu de l'est
Château deLa Rochefoucauld .jpg

Le château de La Rochefoucauld se situe dans la ville du même nom dans le département de la Charente.
Par l'élégance de son architecture il est considéré comme l'un des plus remarquables de France. On l'appelle la perle de l'Angoumois. Il appartient encore à la famille de La Rochefoucauld, qui l'occupe depuis plus de mille ans.

Article détaillé : Château de La Rochefoucauld.

Le pont enjambant la Tardoire date du XVe siècle et est inscrit aux monuments historiques depuis 1935[19].

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Images de La Rochefoucauld
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre,‎ 1983 (consulté le 6 novembre 2011)
  6. « Cognac, Charente(16), 30m - [1961-1990 »], sur infoclimat.fr (consulté le 1er janvier 2013)
  7. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris),‎ 1844, 334 p. (lire en ligne), p. 55
  8. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, Bulletins et mémoires, Société archéologique et historique de la Charente,‎ 1986, « Toponymie révolutionnaire en Charente », p. 272-278 [lire sur le site d'André J.Balout (page consultée le 19 juillet 2012)] [PDF]
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  11. « Evolution et structure de la population à La Rochefoucauld en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  13. Site de l'inspection académique de la Charente, « Collèges » (consulté le 2 avril 2011)
  14. a et b Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 16 juillet 2012)
  15. « Église Saint-Cybard », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Marlise Ortiz - La Rochefoucauld Couvent des Carmes - dans Congrès archéologique de France - 153e session - Charente - 1995 - pp. 217-230 - Société Française d'Archéologie - Paris - 2000
  17. « Couvent des Carmes », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Église d'Olérat », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Pont dit du Château de La Rochefoucauld », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]