Château de Bouteville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Bouteville
Image illustrative de l'article Château de Bouteville
Façade est du château de Bouteville
Type Château-fort
Début construction XIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Geoffroy Taillefer
Propriétaire actuel commune
Protection Logo monument historique Classé MH (1984)[1]
Coordonnées 45° 36′ 01″ N 0° 08′ 07″ O / 45.600278, -0.13527845° 36′ 01″ Nord 0° 08′ 07″ Ouest / 45.600278, -0.135278  [2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Angoumois
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Commune Bouteville

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Bouteville

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Château de Bouteville

Le château de Bouteville, dont il ne reste qu'une ruine imposante, a été le siège d'une puissante chatellenie et un des plus beaux châteaux de Charente. Il est situé sur la commune de Bouteville, proche de Châteauneuf-sur-Charente.

Historique[modifier | modifier le code]

Château construit à l'emplacement d'une villa gallo-romaine ; puis d'un château fort signalé en 1028, ce château appartint à la famille d'Angoulême. Édifié vers l'an 1000, il appartient au début du XIe siècle à Geoffroy Taillefer, le fils du comte d'Angoulême Guillaume IV, suite à son mariage avec Pétronille fille du seigneur d'Archiac qui le lui apporte en dot. Ils poursuivent la construction de l'église et fondent le prieuré.

Il entre dans la maison de Lusignan.

À la réunion de l'Angoumois à la couronne de France en 1203, Bouteville passe à Jeanne de Navarre, puis à Aimery III de La Rochefoucauld. En 1360 les Anglais s'en emparent, il est repris à la fin du XIVe siècle et ruiné ; restauré en 1453 par Jean d'Orléans, il est de nouveau en ruines en 1598[3].

Le domaine devient possession de Bernard de Béon du Massès, à la fin du XVIe siècle, qui de 1593 à 1608, date de sa mort, commence à construire le dernier château sur les ruines du précédent. Sa veuve, Louise de Luxembourg, fait poursuivre les travaux qui dureront jusqu'en 1624 ; mais un état dressé à cette date indique que seul le gros œuvre est achevé, pas la décoration.

Le domaine de Bouteville est resté dans la maison de Béon jusqu'en 1726, date de son engagement à Henri de Bruzac-Hautefort, major des gardes du corps. Il y habite jusqu'en 1736, faisant procéder à des transformations importantes. Il meurt en 1751.

Il est en très mauvais état quand, en 1788, il entre dans l'apanage du comte d'Artois, qui commence sa rénovation. À la Révolution, les travaux sont achevés, mais le château est séquestré à la suite de l'émigration du comte d'Artois. Il est alors vendu à Antoine Marcombe, marchand de Bouteville, qui commence aussitôt les démolitions. Ainsi la cheminée monumentale est remontée au château de Bourg-Charente.

En 1929-1930, Richard de Segonzac, effectue à son tour quelques travaux, notamment la charpente de la grande salle, la démolition des restes de l'aile sud, l'aménagement de la terrasse de l'aile principale, la démolition du porche d'entrée de la cour...

À partir de 1935, le domaine est la propriété de la famille de Joyet. Puis le château devient propriété de la commune de Bouteville[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

Il forme un imposant ensemble en ruines de bâtiments entourant une vaste cour.

L'entrée se fait par un pont et une poterne. Les bâtiments sont sur trois côtés, et un mur forme le quatrième. On trouve une tour et une tourelle à deux des angles.

Des décors sont encore présents, en particulier au-dessus des fenêtres restantes.

Vues du château
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Château de Bouteville », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées contrôlées avec Géoportail
  3. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ 1993, 499 p. (ISBN 2-910137-05-8)
  4. Jean-Paul Gaillard, conférence au G.R.E.H. à Segonzac, le 25 janvier 1991

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le château de Bouteville, J-P Gaillard, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]