Controverse scientifique sur l'hydroxychloroquine dans la lutte contre la Covid-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans le développement et recherche de médicaments contre la Covid-19, l’intérêt pour la chloroquine et l'hydroxychloroquine a été relancé, alors que des études sur le SRAS de 2002 ont semblé montrer leur efficacité, mais uniquement in vitro[1],[2]. La mesure de leur efficacité in vivo contre le virus SARS-CoV-2 responsable de la pandémie de Covid-19 est dès février 2020 examinée et discutée entre scientifiques. La chloroquine, puis l'hydroxychloroquine ont eu une large promotion sur les média sociaux, surtout en France après une publicité prématurée du professeur Didier Raoult, repris par le président des États-Unis Donald Trump. Cet emballement médiatique pour un seul traitement a entravé la recherche de traitements divers contre la Covid-19.

Fin mai 2020, une étude est publié dans The Lancet, contre l'utilisation de la molécule, qu'elle considère comme aggravant les risques pour les patients, mais est rétractée quelques jours plus tard. Après l'affaire Raoult, c'est la seconde affaire qui met en lumière le manque de rigueur de certaines études[3].

Durant toute l'année 2020, de nombreuses publications scientifiques apportent des éléments pour ou contre l'utilisation de l'hydroxychloroquine, que ce soit en prophylaxie, en début d'infection ou en cas de symptômes graves. Les doses prescrites, les durées de traitement et les associations avec d'autres médicaments varient lors de chaque étude, ainsi que la comparaison avec des groupes de contrôle.

Cependant, au cours de 2020, les méta-analyses et revues systématiques tendent de plus en plus à montrer que l'hydroxychloroquine n'est pas efficace en prévention de la COVID-19[4], et qu'il n'y a pas de preuve scientifique forte pour appuyer l'usage de hydroxychloroquine en traitement de la COVID-19[5]. L'OMS donne un avis négatif de l'usage de l'hydroxycloroquine contre le Covid-19 pour les patients hospitalisés et à des fins de prévention et avise de restreindre l'usage avant l'hospitalisation à des essais approuvés, donc pas de prescription hors AMM (off-label).

Introduction[modifier | modifier le code]

Lors de la pandémie de Covid-19 début 2020, différents médicaments ont été testés contre la maladie sur un nombre grandissant de malades dès janvier. Une première piste est celui des antiviraux, parmi lesquels la chloroquine, une molécule initialement antipaludique, et sa variante, l'hydroxychloroquine, qui ont aussi un effet anti-inflammatoires contre le rhumatisme et qui ont montré quelque efficacité in vitro sur le SRAS de 2002[6], ainsi que le produit nouveau Remdésivir, encore en développement contre l'Ebola de 2014/15[7].

Dès 1955, la France commercialise un médicament à base d'hydroxychloroquine : le Plaquenil, alors accessible en vente libre en pharmacie et remboursé par l'assurance maladie[8]. Après une réévaluation périodique en 2018, l'ANSM demande le 8 octobre 2019, de classer l'hydroxychloroquine, reconnue pourtant moins vénéneuse que la chloroquine, sur la liste II des substances vénéneuses (médicaments comprenant des substances toxiques)[9]. Ainsi, par une procédure antérieure à la pandémie[10], l'hydroxychloroquine est classée par l'arrêté du 13 janvier 2020[11] pour la raison, selon l'avis de l'ANSM, d'effets indésirables graves[12].

Partant de ces deux aspects, l'hydroxychloroquine va être testée in vivo et dans des essais cliniques. En France, l'ANSM autorisera dans la période mars-mai 16 essais cliniques évaluant l'hydroxychloroquine[13]. Pour la période , 217 essais avec l'hydroxychloroquine sont inventoriés mondialement[14], engendrant un flot de publications dans la période mars – novembre 2020.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Février 2020 : le précurseur chloroquine et premiers essais avec l'hydroxychloroquine en Chine[modifier | modifier le code]

Le 4 février, quatre chercheurs du laboratoire d'État de virologie de Wuhan relatent l'efficacité in vitro de la chloroquine pour inhiber le virus de la Covid-19. Les auteurs postulent que les activités antivirale et immunomodulatrice de la chloroquine pourraient in vivo agir synergiquement.

Le 18 février, dans une lettre publiée le 29 février, trois pharmacologues chinois expliquent que le phosphate de chloroquine a « montré une efficacité apparente et une innocuité acceptable contre la pneumonie associée au Covid-19 dans des essais cliniques multicentriques menés en Chine ». Ils recommandent de l'inclure dans la liste des traitements antiviraux dans les Lignes directrices publiées par la Commission nationale de la santé[15].

En France, l'Inserm tempère cette recommandation et rappelle qu'aucune prise de médicament, quel qu'il soit n'est anodine, et qu'il ne faut pas se faire prescrire la molécule pour l’utiliser en automédication[16].

Dans les semaines suivantes la chloroquine, puis aussi l'hydroxychloroquine seront testées, utilisées ou recommandées par les autorités sanitaires chinoises[17], sud-coréennes[18], italiennes[19] et néerlandaises[19] contre la Covid-19.

Ainsi, en France, une étude préclinique de l'hydroxychloroquine in vivo sur des primates est lancée sous l'égide du consortium multidisciplinaire REACTing, l'Université d'Aix-Marseille étant un des participants.

Le 25 février, alors qu'en France la première alerte de personnes infectées est donnée dans l'Oise, le professeur Didier Raoult, directeur d'un autre institut à Marseille, l'IHU Méditerranée Infection, prédit une « fin de partie » pour le virus grâce à la chloroquine dans une vidéo intitulée Coronavirus : fin de partie ! et dit que la Covid-19 « est probablement l’infection respiratoire la plus facile à traiter »[20],[21]. Cette première déclaration du Dr Raoult sur les réseaux sociaux est critiquée par des médecins et scientifiques français pour son manque de pondération, les données cliniques étant alors limitées. De plus, selon certains, la chloroquine peut déclencher des effets secondaires potentiellement sérieux[22],[23]. Les publications scientifiques de l'équipe Raoult du 26 février (preprint on-line du 15 février)[24] (qualifié comme « narrative letter »[19]) et de mai (preprint on-line du 12 mars)[25] sur la chloroquine sont beaucoup plus modestes, présentent des hypothèses et parlent de la nécessité de vérification.

Le 5 mars, deux chercheurs de ces deux institutions Marseillaises, l'Université d'Aix-Marseille et IHU Méditerranée Infection, attirent l'attention sur le fait que la chloroquine doit être dosée très précisément, car un surdosage augmente les risques cardio-vasculaires pour les patients[26].

Le 10 mars, les auteurs d'une analyse de la littérature, y compris 23 tests en cours fin février, estiment que, quant à l'éthique médicale, l'usage de la chloroquine contre le Covid-19 est « expérimental » plutôt qu’« off-label » et ils précisent que « l'utilisation clinique doit soit adhérer au cadre d'utilisation surveillée des interventions non enregistrées (MEURI), soit être éthiquement approuvée comme essai, comme indiqué par l'Organisation mondiale de la santé. Il est urgent de disposer de données de sécurité et de données issues d'essais cliniques de haute qualité »[19].

Mars 2020 : essais cliniques phase I en divers pays[modifier | modifier le code]

Le 3 mars, une étude clinique phase I randomisée en double aveugle réalisée en Chine à l'université Fudan avec deux groupes de 15 patients pour évaluer l'efficacité et la sécurité de l'hydroxychloroquine dans le traitement des patients atteints du Covid-19, ne détecte pas d'effet d'un traitement à l'hydroxychloroquine : ni la durée d'hospitalisation, ni le délai de disparition de la fièvre, ni l'état radiologique des poumons ne sont modifiés. L'étude conclut à la nécessité de faire un test à plus grande échelle[27],[28] et met en lumière les dangers d'un surdosage, qui pourrait aggraver la maladie[29].

Le , l'équipe de l'IHU Méditerranée Infection sous la direction du Dr Raoult lance une étude clinique phase I avec l'hydroxychloroquine comme antiviral[30] sans combinaison avec d'autres médicaments[31].

Le 9 mars Yao & al. publient que l'hydroxychloroquine, ayant moins de risques, se montre in vitro plus puissante que la chloroquine sur culture de cellules cancéreuses humaines, et posent l'hypothèse que ces deux substances actives, en tant qu'immunomodulateurs, pourraient combattre la tempête de cytokines qui, dans les cas graves, induit une défaillance multiviscérale souvent mortelle[32].

Mi-mars 2020 : naissance de la controverse par une publicité infondée[modifier | modifier le code]

Le , le Dr Raoult recommande l'association (hydroxy)chloroquine - azithromycine[33],[34]. Ce jour, il diffuse sur les réseaux sociaux une autre vidéo dans laquelle il annonce à ses étudiants les résultats positifs de l'étude pilote par son équipe[35],[36]. Le , le journal Les Échos titre : Exclusif - Coronavirus : « On sait guérir la maladie »[37]. Cette vidéo enclenche une forte médiatisation et réaction en France, ce qui cause un engouement de la part du public pour ce possible traitement. Outre-Atlantique, le président américain Donald Trump s'enthousiasme pour la chloroquine et affirme le 19 mars que ce remède est « approuvé » par les États-Unis, propos immédiatement nuancé par la FDA qui explique que la chloroquine est « approuvée » pour le paludisme et l'arthrite, mais qu'en ce qui concerne la Covid-19, il faudra attendre un « essai clinique étendu »[38],[39],[40].

L'étude clinique phase I de l'équipe Raoult, publiée le dans la revue International Journal of Antimicrobial Agents[41],[42], « ne justifie pas des conclusions allant si loin »[43],[44] et la communauté scientifique exprime très rapidement de fortes réserves sur la qualité de ce travail[45],[46],[47],[48],[49]. Selon Didier Raoult, après 6 jours de traitement avec la chloroquine, seulement 25% des patients seraient encore porteurs du virus, la proportion étant de 90% pour ceux qui n'en prennent pas. Mais de nombreux reproches sont faits au médecin : par exemple, la taille du groupe participant à l'essai est de seulement 24 patients, le choix des patients recevant ou non le traitement n'a pas été fait au hasard mais réalisé par ceux qui ont conduit l'essai (ce n'est pas un essai « randomisé »), quelques personnes dans un état grave ont été exclues de l’essai, l'essai n'a pas été effectué en « double aveugle », c'est-à-dire que les patients non traités n'ont pas reçu de placebo, le critère pour évaluer si le patient est porteur du virus est la charge virale dans les écouvillons, l'étude ne mentionne pas la valeur de leur charge virale initiale, etc[45],[50],[51]. Pourtant, c'est cette étude qui, selon Le Parisien, « a popularisé l’usage de la chloroquine »[51]. Mathieu Rebeaud, doctorant biochimiste à l’Université de Lausanne, déclare : « C’est la première fois que, sur la base d’essais cliniques aussi préliminaires, j’assiste à un tel emballement »[50]. Il est également reproché à cette étude que l'éditeur en chef de la revue International Journal of Antimicrobial Agents est membre de l'équipe de Raoult et co-auteur de l'étude[41],[51]. Des conflits d'intérêt sont suspectés[50].

Le 21 mars, le CDC américain note que dans plusieurs pays, la chloroquine ou l'hydroxychloroquine est recommandée pour le traitement des personnes hospitalisées infectées par la Covid-19 bien qu'il n'y ait pas une telle recommandation aux États-Unis, ajoutant que des essais cliniques préliminaires pour évaluer l'innocuité et l'efficacité de l'hydroxychloroquine pour le traitement de l'infection à la Covid-19 sont prévus aux États-Unis, mais le CDC a déclaré que « l'utilisation, le dosage ou la durée de l'hydroxychloroquine pour la prophylaxie ou le traitement de l'infection par le SARS-CoV-2 n'ont pas été établis à ce moment[52].

En Amérique du Nord, les autorités sanitaires mettent plus en avant les contre-indications pour les personnes souffrant de maladies cardiaques ou de diabète[52],[53].

Le 23 mars, le ministre de la Santé français annonce qu'il va autoriser l'usage de l'hydroxychloroquine hors AMM pour la Covid-19 dans ses « formes graves, hospitalières, sur décision collégiale des médecins et sous surveillance stricte » (autorisation effective le 26 mars 2020[54],[55]). Elle reste déconseillée dans les autres cas, dans l'attente de preuves de son efficacité et de son innocuité sur les patients atteints de la maladie[56].

Le 24 mars 2020, le ministère de la Santé, le Collège des médecins et l’Ordre des pharmaciens du Québec déplorent l’émission d’ordonnances de chloroquine ou d’hydroxychloroquine contre la Covid-19 et les jugent inappropriées et non indiquées, à la lumière de l’état de la situation au Québec et des données scientifiques actuellement disponibles[57],[58].

Le 25 mars, le Huffington Post avertit contre « tout miser sur un seul produit » et avance la « nécessité de tester tout un tas de produits »[59].

Le 27 mars 2020, l'équipe de Didier Raoult met en ligne une étude clinique phase I plus ample, portant sur 80 patients, dont 65 (81 %) ont connu « une évolution favorable » et sont sortis de l’hôpital au bout de moins de cinq jours en moyenne[60],[61]. L'étude est critiquée car elle ne comporte pas de groupe-contrôle. Et le médecin généticien Axel Kahn commente ironiquement : « Très intéressant. Les données connues sur 600 000 cas sont : 85 % de cas bénins, 15 % de cas sévères, 5 % de cas en soins intensifs. Chiffres retrouvés aussi chez les 80 personnes traitées à l’IHU de Marseille »[61].

Fin mars 2020, 36 experts urgentistes (de 12 pays) ont publié un guide de bonnes/meilleurs pratiques, basé sur 53 enjeux pertinents pour gérer les cas graves de Covid-19 en soins intensifs[62]. Les urgentistes, dans l'attente de résultats d'essais en cours, ont dit ne pas être en mesure d'émettre une recommandation pour ou contre la chloroquine[62]. Les auteurs notent que dans les pays où la chloroquine est indisponible, l'hydroxychloroquine est une alternative[62].

Parallèlement, fin mars, les déclarations de pharmacovigilance, signalant des cas de toxicité cardiaque après l'usage de l'hydroxychloroquine en automédication, se multiplient en France[63].

Le 30 mars, une étude clinique phase I randomisée de l'Hôpital universitaire RenMin de Wuhan en Chine publiée en preprint[64],[65] conclut que « le potentiel de l’hydroxychloroquine pour le traitement du Covid-19 a été partiellement confirmé »[66],[67],[68].

Le même jour, le professeur Molina de l’hôpital Saint-Louis publie dans le journal de Médecine et Maladies Infectieuses une étude clinique phase I sans groupe de contrôle sur onze patients dont dix sous oxygénothérapie. Contrairement à la première publication du Pr Raoult, qu'elle a tenté, sans succès, de reproduire, elle ne constate pas de disparition rapide du virus sous hydroxychloroquine et azithromycine pour la majorité des patients. Les auteurs de l'étude rappellent, en outre, l'absence d'efficacité virologique ou clinique de la chloroquine dans un grand nombre d'infections virales où elle a été testée en prophylaxie[69],[70],[71]

Fin mars - avril 2020 : multiplication des essais et une pointe dans la consommation[modifier | modifier le code]

Après cette médiatisation, le nombre d'essais cliniques de l'hydroxychloroquine monte remarquablement[72] ainsi que le nombre de prescriptions[73],[74].

Consécutivement à des annonces médiatiques sur le traitement des infections dues au virus du Covid-19, de nombreuses personnes ont acheté en mars - avril 2020 le produit[75], provoquant une moindre disponibilité pour les porteurs de lupus, pour lesquels l'hydroxychloroquine est un traitement efficace de référence. Selon Johanna Clouscard, présidente de Lupus France, « des gens avaient acheté des boîtes en quantité, dans l'intention de les revendre ensuite[76] » et des pénuries locales ont été constatées au Royaume-Uni, en Thaïlande et en France[77]. Toutefois le laboratoire pharmaceutique français Sanofi a démenti le toute rupture dans l'approvisionnement. Il a par ailleurs promis de faire don de 100 millions de doses d'hydroxychloroquine à une cinquantaine de pays[78].

Aussi, en Afrique, début avril, il était envisagé d'utiliser largement l'hydroxychloroquine dans la plupart des pays africains[79].

D'autre part, l'Inde (principal producteur du médicament), interdit le l'exportation d'hydroxychloroquine[80] avant d'assouplir rapidement cette interdiction suite à l'intervention du président américain Donald Trump auprès du premier ministre indien Narendra Modi[81]. Au , l'Inde a au contraire déjà fourni 446 millions de comprimés d’hydroxychloroquine à 33 pays et prévoit d’augmenter sa production dans les mois à venir[82].

Le projet international Solidarity Trial, une étude clinique phase III-IV sur les traitements possibles contre la Covid-19 inclut l'hydroxychloroquine, écarté au début de ses études. Aussi, l'étude clinique phase III européen Discovery, une déclinaison de la Solidarity trial lancé le 30 mars, inclut l'hydroxychloroquine comme un des produits étudiés[83].

Hycovid, une étude clinique phase II, est lancée le 1er avril par le CHU d'Angers et 36 autres hôpitaux[84] et devra permettre une comparaison de ses résultats à ceux de l'IHU-Méditerranée sur hydroxychloroquine seule, car ils seront basés sur un protocole médical analogue, s'adressant notamment à des patients atteints de forme moins sévères de Covid-19[85].

Le , l'AP-HP lance une étude clinique phase III à trois bras sur une prophylaxie pré-exposition (PrEP) d'hydroxychloroquine et d'azithromycine contre la contamination par le Covid-19 chez les soignants[86].

Le 24 avril, le professeur Mathieu Molimard, s'appuyant sur la pharmacocinétique, affirme que l'hydroxychloroquine ne peut pas être efficace contre la Covid-19, au risque de tuer le patient[87]. Dans le contexte des résultats contradictoires, il faudra également mentionner la grande variation en biodisponibilité de l'hydroxychloroquine[88],[89] et les différences génétiques entre personnes affectant l'activité de l'hydroxychloroquine[90]. Fin avril, début mai, l'attention est attirée[91] sur le fait que l'hydroxychloroquine est un facteur de risque en cas de déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase, le déficit enzymatique le plus répandu dans le monde (400 million de personnes mondialement, et davantage d'hommes que de femmes) et peut causer alors une anémie hémolytique[92].

Avril-mai 2020 : mises en garde aux États-Unis, en Europe et au Canada, autorisation en Inde[modifier | modifier le code]

Le 8 avril, l'association américaine de cardiologie demande un suivi particulier des patients ayant des problèmes cardiarques, et prenant de la chloroquine ou de l'azithromycine[93].

Le 9 avril, Magnus Gisslén, professeur de maladies infectieuses et médecin à l’hôpital de Sahlgrenska, le plus grand hôpital pour les maladies infectieuses de Suède souligne qu'aucun hôpital en Suède n'utilise plus ce médicament[94].

Le 21 avril aux États-Unis, le NIH déconseille l'utilisation de la combinaison hydroxychloroquine/azithromycine du fait de sa toxicité, et conclut aussi de l'analyse des données cliniques disponibles qu'à part les soins de soutien, « rien ne marche très bien »[95].

Le 23 avril, l'Agence européenne des médicaments (EMA), basée à Amsterdam, met en garde contre l'utilisation de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine[96]. Ce même jour, un article de Mediapart alerte contre l'utilisation de la chloroquine, qui serait responsable de troubles cardiaques[97]. En date du , 54 cas de troubles cardiaques liés à la prise d'hydroxychloroquine, dont huit décès, ont été répertoriés en France[98]. Le lendemain, un article du Monde va dans le même sens[99]. Selon la responsable d'un Centre Régional de pharmacovigilance, ces chiffres pourraient être « la partie visible d'un iceberg », 95 % des anomalies liées à la prise d'un traitement n'étant jamais déclarées[98],[100].

Le 26 avril, le Canada met en garde contre l'utilisation de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine[101].

Le 3 mai, le chef du service de pharmacologie médicale du CHU de Bordeaux, Mathieu Molimard, affirme « qu'aucune des recherches menées sur l'hydroxychloroquine n'a pu prouver son efficacité contre le coronavirus. Il est donc nécessaire de se concentrer sur d'autres molécules, au risque de perdre trop de temps »[102].

Le 22 mai, l'hydroxychloroquine est autorisée en Inde sur prescription comme prophylactique dosée à 400 mg par semaine[103].

22 mai - 4 juin : Lancet Gate[modifier | modifier le code]

Le , une méta-analyse des données médicales anonymisées collationnées par l’entreprise américaine Surgisphere et publiée dans The Lancet arrive à la conclusion que l'utilisation de l'hydroxychloroquine est corrélée à un risque d'arythmie ventriculaire et à un plus grand danger de décès hospitalier que d'autres traitements[104]. L'article est vivement critiqué[105],[106] et rétracté le , la société Surgisphere ayant refusé de communiquer les données brutes pour un audit indépendant[107].

  • Le 25 mai, au regard de ces dernières publications scientifiques, et en application du principe de précaution, l'OMS suspend les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine. En France, l'Agence nationale de sécurité du médicament fait de même[108].
  • Le 26 mai, en France, le Haut Conseil de la santé publique recommande de « ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 »[109],[110] et l'autorisation de prescrire l'hydroxychloroquine contre la Covid-19 est annulée par décret[111].
  • Au contraire, au Royaume-Uni, l'agence de réglementation des médicaments et des produits de santé autorise l'essai Recovery à continuer à recruter dans le bras hydroxychloroquine[112].
  • En Espagne, où aucune alerte de santé n'a été reçue, l'étude du Lancet est considérée ne pas apporter de preuves suffisamment solides pour cesser d'utiliser l'hydroxychloroquine[113].

Le 28 mai, une centaine de médecins du monde entier publient une lettre ouverte pointant les dix travers principaux concernant la méthodologie et l'intégrité des données citées dans l'article du Lancet. Ils demandent au Lancet de produire les commentaires de revue par les pairs qui ont conduit à accepter la publication. Ils jugent qu'il est indispensable que Surgisphere fournisse des détails sur la provenance des données et au minimum des données agrégées au niveau hôpital, et que les analyses soient validés par un groupe nommé par l'OMS ou une autre institution indépendante réputée[105],[114].

Le 29 mai, l'article du Lancet est corrigé à la marge par ses auteurs[115], mais leurs conclusions restent inchangées[116].

Le , The Lancet émet une « mise en garde » (expression of concern) sur l'intégrité des données[117], et indique que, « bien qu’un audit indépendant sur la provenance et la validité des données ait été commandé par les auteurs non affiliés à Surgisphere et soit en cours », cette « expression d'inquiétude » correspond aux « très nombreuses critiques » suscitées par l'étude[118].

Le , l'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine[119].

Le , la porte parole du gouvernement français déclare qu'Olivier Véran a demandé des éclaircissements au Lancet[120].

Le , trois des quatre auteurs rétractent l'article, la société Surgisphere ayant refusé de communiquer ses données brutes pour un audit indépendant[107],[121].

L'affaire du Lancet a des effets délétères sur les recherches en cours. Ainsi l'essai randomisé en double aveugle avec placebo COPCOV dirigé par le professeur Nicholas White vise a déterminer si la chloroquine ou l'hydroxychloroquine sont efficaces à empêcher ou minimiser l'infection en traitant préventivement jusqu'à 40 000 travailleurs médicaux dans le monde. L'étude est lancée le 21 mai 2020 en Grande-Bretagne. Elle est stoppée le 26 mai et n'est autorisée à reprendre que le 29 juin. Les promoteurs de l'étude constatent qu'il est devenu plus difficile de recruter des participants à l'essai en raison de la façon dont le médicament a été présenté par les médias et d'autres[122],[123].

En mai 2020, l'essai Covidoc, qui était censé évaluer l'efficacité du protocole Raoult (traitement hydroxychloroquine/azithromycine en début d'infection) est stoppé par manque de malades[124],[125].

Juin 2020 : des opinions divisées[modifier | modifier le code]

Début juin 2020, les opinions sur l'hydroxychloroquine dans le traitement de la Covid-19 sont toujours divisées[126].

Avant juin 2020, l'hydroxychloroquine est inclus dans le protocole de traitement dans de nombreux pays du monde, dont la Chine, l'Inde, le Brésil et la Corée du Sud[127],[128].

En mai-juin plusieurs pays retirent l'hydroxychloroquine du protocole. Le 15 juin la Food and Drug Administration des États-Unis révoque l'autorisation d'utilisation en urgence de l'hydroxychloroquine, en raison de son inefficacité à traiter la Covid-19 et les dangers qu'elle présente pour la santé des malades aux dosages qui étaient recommandés[129].

Le 8 juillet, un rapport de pharmacovigilance couvrant une période de 102 jours à partir du 27 mars, alerte sur 4 décès inexpliqués, ainsi que sur plus d'une centaine de problèmes cardiaques étant survenu chez des patients Covid-19 traités à l'hydroxychloroquine[130].

Juillet-octobre 2020 : décisions nuancées[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet, l'OMS prend une décision nuancée concernant l'hydroxychloroquine : les recherches cliniques sont arrêtées, mais pas les études concernant les patients non-hospitalisés ou les recherches pour prévenir l'apparition de la maladie[131].

Fin juillet, début août, malgré les résultats contradictoires des études, la presse présente comme un consensus scientifique international le fait que l'hydroxychloroquine ne suffit pas pour lutter contre le Covid-19[132],[133],[134],[135],[136] et selon Brett Giroir (en), assistant secrétaire d'État pour la Santé et représentant des États-Unis aux Conseil d'administration de l'OMS, « il est temps de passer à autre chose »[137]. Le 3 août, le magazine Futura Santé fait l'inventaire de plusieurs nouvelles études qui démontrent l'inefficacité de l'hydroxychloroquine dans le cadre de l'infection au SARS-CoV-2[138]. La Revue médicale suisse et les Hôpitaux universitaires de Genève publient eux aussi des récapitulatifs des études réalisées sur le traitement à la chloroquine, qui concluent également à son inefficacité[139],[140].

Le 19 août, la Chine déconseille l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans le traitement des patients atteints de Covid-19. Par contre elle ne retire pas la recommandation originelle, datant de février, de l'utilisation de la chloroquine[141].

D'après un article de Heidi News du 14 octobre 2020, bien que le traitement en milieu hospitalier soit considéré par de nombreux chercheurs comme n'ayant aucun ou très peu d'effets bénéfiques, il reste pour nombre d'entre eux un moyen de prévention ou de traitement possible en début d'infection[142].

Le 19 octobre, la Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique met à jour un texte, qui est annoncé comme ayant fait l'objet d'un consensus d'experts, sur une absence de bénéfice démontré à ce jour[143].

Le 21 octobre, en France, l'Agence du médicament refuse la « recommandation temporaire d’utilisation » de l'hydroxychloroquine pour le traitement de la Covid-19 demandée par les docteurs Philippe Brouqui et Didier Raoult dans une lettre du 3 août 2020[144],[145].

Le 11 décembre 2020, suite à une pétition de médecins[146],[147], le Conseil d'état italien autorise la prescription hors AMM (off-label) par ordonnance, pour la Covid-19 en phase précoce[148]. L'autorisation d'usage off-label n'est pas une recommandation pour ou contre le produit[149], et est à distinguer de la « recommandation temporaire d’utilisation » refusé en France.

Janvier-mars 2021[modifier | modifier le code]

En janvier 2021, l'hydroxychloroquine, ainsi que le Remdésivir, médicaments antiviraux, sont considérés ne pas (ou ne pas assez) marcher contre la Covid-19, et l'attention des chercheurs s'est concentré sur d'autres traitements[150].

Ainsi, Farid Arezki écrit en janvier 2021 dans son livre sur cette période[151] : « Dès le début, on a eu largement recours à l’hydroxychloroquine même si les médecins étaient divisés sur le sujet. Mais au bout d’un certain temps, on s’est rendu compte que ça ne changeait pas grand-chose sur les patients. … L’Hydroxychloroquine du Big-Buzz se retrouve dans la même poubelle que le Remdesivir du Big-Pharma. »[152]

Le 2 mars 2021, l'OMS émet une « forte recommandation » à l'intention des personnes non atteintes de la Covid-19 : l'hydroxychloroquine ne devrait pas être utilisée à titre préventif dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Le groupe d'experts de l'OMS ayant émis cet avis affirme s'être basé sur des preuves de haute certitude provenant de six études randomisées portant sur plus de 6000 participants qui ont été en contact ou non avec une personne infectée par le virus. Le groupe d'experts estime également que l'hydroxychloroquine ne vaut pas la peine que d'autres études lui soient consacrées et qu'il vaut mieux évaluer d’autres médicaments plus prometteurs afin de prévenir le coronavirus[153],[154],[155].

Études[modifier | modifier le code]

Les listes des études citées ci-dessous sont loin d'être exhaustives et les études n'ont pas toutes le même poids scientifique. Il faut notamment distinguer les études publiées et revues par les pairs, et celles qui ont été « pré-publiées » ( « pré-print » ).

En faveur de l'hydroxychloroquine[modifier | modifier le code]

Le 30 avril, dans une synthèse narrative (en), co-écrite par huit membres du collectif « #COVID19-laissons les médecins prescrire », composé de plus de 1 200 praticiens français, les résultats portant sur 88 personnes, principalement des médecins et leurs proches[156] sont rendus publiques. L'étude comprend trois approches thérapeutiques différentes (traitement symptomatique / azithromycine / azithromycine + hydroxychloroquine) ; sa conclusion principale est la diminution significative de la durée de résolution des symptômes en 9 jours dans la cas de la bithérapie azithromycine + hydroxychloroquine, par rapport à 13 jours dans le groupe azithromycine seule et 26 jours dans le groupe bénéficiant d'une prise en charge exclusivement à visée symptomatique (le plus souvent du paracétamol)[157]. Publiée mi-juillet dans la revue Asian Journal of Medicine and Health, elle est critiquée par l'Institut Pierre-Louis d'épidémiologie et de santé publique (iPLesp) sur la méthodologie comme sur ses conclusions, l'institut relevant notamment que seule une partie des patients de l'étude ont fait l'objet d'un test Covid[158].

Une étude chinoise, publiée en pré-print le , porte sur 568 patients souffrant de détresse respiratoire critique dont 48 ont reçu 200 mg d'hydroxychloroquine deux fois par jour pendant 7 à 10 jours, en complément de traitements de base comparables (antiviraux et antibiotiques). L'étude rapporte une baisse significative de mortalité chez les patients complémentés avec un risque de décès de 18,8 % pour les patients prenant de l'hydroxychloroquine contre 45,8 % pour les patients n'en prenant pas. Le niveau de cytokine inflammatoire est divisé par quatre pour le groupe hydroxychloroquine et reste inchangé pour l'autre groupe[159],[160]. Selon l'IHU Méditerranée Infection, les limites de l'étude sont que le détail précis des antiviraux utilisés n'est pas toujours connu[161].

Le 19 juin 2020, la prépublication d'une étude rétrospective française sur 4642 patients de l'AP-HP ne constate pas d'influence de l'hydroxychloroquine, avec ou sans azithromycine, sur la mortalité à 28 jours des patients atteints de la Covid-19. Par contre, cette étude met en avant que la probabilité de sortie de l'hôpital 28 jours après le début du traitement est améliorée de 25% chez des patients traités avec l'hydroxychloroquine seule. Ceux ayant reçu hydroxychloroquine/azithromycine ne présentent pas un taux de sortie différent, et même « un possible excès de risque de mortalité ». Ces résultats ont été obtenus après correction des données brutes, afin de tenir compte du fait que les patients ayant reçu hydroxychloroquine ou hydroxychloroquine/azithromycine sont plus jeunes de l'ordre de 6 à 8 ans, mais avec des taux d'obésité, de diabète et tabagisme plus élevés de l'ordre de 5% à 15%[162],[163],[164].

Le 25 juin 2020, une étude rétrospective sur 3 737 patients traités à l'IHU Méditerranée Infection par l'équipe de Didier Raoult, publiée dans le journal Travel Medicine and Infectious Disease, affirme que l'association hydroxychloroquine (HCQ) et azithromycine (AZ) est efficace[note 1] dans le cas où le traitement est administré en phase précoce de la maladie pendant au moins trois jours et avec la posologie : HCQ 200 mg 3 fois par jour et AZ 500 mg le premier jour, puis 250 mg par jour pendant 4 jours[165],[166],[167]. Selon le journal Le Monde, l'étude ne convainc pas nombre d’épidémiologistes[165]. Dominique Costagliola, directrice adjointe de l'Institut Pierre-Louis d'épidémiologie et de santé publique (à Sorbonne Université, Inserm) et membre du consortium REACTing, estime que cette étude est « nul de chez nul », le groupe de patients ayant reçu le traitement HCQ/AZ ne présentant pas les mêmes caractéristiques que le groupe ne l'ayant pas reçu : les patients HCQ/AZ sont plus jeunes, ont moins de maladies chroniques, et leur atteinte pulmonaire est moins grave. L'étude propose une correction de ce biais, mais qui ne convainc pas Dominique Costagliola[165]. Mathieu Molimard (université de Bordeaux), critique le fait que les deux groupes de patients n'ont pas été traités au même endroit par les mêmes équipes. Il reproche également que le groupe des patients ayant reçu HCQ/AZ ne comporte pas ceux qui l'ont reçu moins de trois jours : ainsi, ceux qui meurent ou vont en réanimation avant trois jours de traitement HCQ/AZ ne sont pas comptés dans le groupe HCQ/AZ[168]. Ce point est également inacceptable pour Anton Pottegard, professeur de pharmacoépidémiologie à l'Université du Danemark du Sud et qui a contribué à définir des directives approuvées par la Société internationale de pharmacoépidémiologie concernant les études liées à la Covid-19. Il estime que des problèmes méthodologiques font que l'étude est « 100 % inutile pour guider la pratique clinique ». L'étude ayant cependant été soumise à sept relecteurs du journal de publication, Anton Pottegard affirme qu'elle illustre à nouveau la « faillite complète du système de relecture par les pairs »[165].

Le 26 juin 2020, la pré-publication d'une étude portugaise sur des patients traités à l’hydroxychloroquine pour des maladies chroniques comme l'arthrite rhumatoïde, conclut que ces derniers sont moins infectés par la Covid-19[169]. L'étude est publiée dans Journal of Medical Virology le 9 juillet 2020[170].

Le 1er juillet 2020, l’International Journal of Infectious Diseases publie une étude rétrospective sur plus de 2 500 patients du système de santé Henry Ford à Détroit et qui conclut que l'hydroxychloroquine contribue à sauver des vies. La mortalité est de 13 % chez les personnes traitées à l’hydroxychloroquine seule, contre 26,4 % chez celles qui n'en ont pas reçu. La majorité des patients ont reçu de l'hydroxychloroquine dans les 48 heures suivant leur admission. Après corrections statistiques, les chercheurs en déduisent que l’hydroxychloroquine seule réduit le taux de mortalité de 66 %, et associée avec l'azithromycine de 71 %, n'observant pas de différence statistiquement significative entre les deux traitements[171],[172],[173]. L'un des auteurs de l'étude attribue ces résultats, « qui diffèrent des autres études », à un traitement précoce, un dosage différent, et d'autres intervention comme « une surveillance cardiaque attentive »[171]. L'étude est critiquée par des experts parce qu'elle est « observationnelle, rétrospective et non randomisée ou contrôlée »[174]. Anthony Fauci estime qu'elle n'offre pas une rigueur scientifique suffisante pour en tirer des conclusions, déclarant notamment : « De nombreuses personnes ayant reçu l'hydroxychloroquine recevaient également des corticostéroïdes, ce qui, d'après une autre étude, donne un net avantage dans la réduction des décès avec une maladie avancée »[174],[175].

Le 10 mai 2020, une équipe française dont fait partie le professeur Christian Perronne pré-publie une étude rétrospective portant sur 132 patients et réalisée à l'hôpital de Garches entre le 5 mars et le 25 avril 2020. L'étude conclut à « l'intérêt potentiel de la thérapie combinée de HCQ/AZI (48 heures de prise au moins) pour limiter le taux de transfert en soins intensifs ». Selon Futura Sciences, cette étude comporte de multiples imperfections et plusieurs de ses auteurs ont voulu que leur nom en soit retiré[176],[177],[178].

Une étude rétrospective sur l'usage de l'hydroxychloroquine en Belgique, concernant 8 075 patients hospitalisés avant le 1er mai 2020, est publiée en août 2020 dans deux revues à comité de lecture et conclut que « la mortalité observée a été significativement plus faible » dans le groupe des patients ayant reçu de faibles doses d’hydroxychloroquine pendant 5 jours que dans le groupe des patients n'ayant pas reçu ce traitement[note 2]. Les patients ayant reçu d'autres thérapies que l'hydroxychloroquine ont été exclus de l'étude[179].

En défaveur de l'hydroxychloroquine[modifier | modifier le code]

La revue Science compile le 10 avril les données disponibles sur la toxicité de l'hydroxychloroquine. Science relaie notamment une étude « pré-publiée » sur le site MedRxiv portant sur les dossiers médicaux de près d'un million de patients prenant de l'hydroxychloroquine pour la polyarthrite rhumatoïde. Cette étude conclut que le risque d'arrêt cardiaque avec l'hydroxychloroquine prise seule est comparable à celui observé avec la sulfasalazine, médicament commun pour l'arthrite, et que la combinaison hydroxychloroquine et azithromycine multiplie ce risque par plus de deux[180],[181].

Le , la revue Prescrire conclut qu'à cette date les essais cliniques à fortes doses (1 200 mg par jour durant 3 jours, puis 800 mg par jour) ne démontrent pas d'efficacité de l'hydroxychloroquine sur des patients hospitalisés, mais au contraire augmente le risque d'effets indésirables cardiaques graves[182].

Selon une étude clinique américaine phase II, publiée le , l'hydroxychloroquine n'aurait statistiquement pas d'effet bénéfique dans le traitement à un stade tardif de la maladie et augmenterait même la mortalité des patients[183],[184].

Deux études rétrospectives américaines successives, l'une publiée le 7 mai 2020 et portant sur 1 376 patients[185], l'autre publiée le 11 mai 2020 et portant sur 1 438 patients[186] ne permettent pas d'établir que les traitements à l'hydroxychloroquine, à l'azithromycine, aux deux combinés, ou sans ces médicaments sont « significativement associés à des différences de mortalité »[187]. D'après France culture, la première étude a utilisé un outil statistique portant sur les caractéristiques des individus qui permet de se substituer à la randomisation, et les doses d'hydroxychloroquine sont du même ordre que celles des protocoles de l’IHU de Marseille. Mais les patients ayant reçu l’hydroxychloroquine étaient « plus sévèrement atteints au départ, que ceux qui n’en ont pas reçu – ce qui peut constituer un biais important »[187]. Selon les Hôpitaux universitaires de Genève, la seconde étude est de qualité « intermédiaire », avec, notamment, des groupes « non comparables », les patients sous l'hydroxychloroquine ayant plus de co-morbidités et étant plus malades à l’admission[140].

Le , une étude randomisée chinoise clinique phase IIa[188] réalisée sur 150 patients principalement atteints d'un coronavirus modéré persistant, avec un fort dosage d'hydroxychloroquine[138], 1200mg/jour pendant les trois premiers jours puis des doses de 800mg/jour[189], observe que le traitement d'une part n’augmente pas statistiquement significativement le taux de guérison, et d'autre part qu'il cause davantage d’effets secondaires, comme des diarrhées par exemple, chez 30 % des patients ayant reçu l'hydroxychloroquine au lieu de 9 % dans le groupe de contrôle[190].

Ce même jour, la revue médicale britannique BMJ publie une autre étude cliniques phase II menée par des chercheurs français (publiée en pré-print le [191]) qui conclut à l'inefficacité de l'hydroxychloroquine contre la Covid-19 pour 181 patients touchés par des syndromes respiratoires aigus et hospitalisés avec mise sous oxygène : le taux de survie est sensiblement le même dans le groupe traité et le groupe de contrôle[192],[189],[193].

Le 3 juin, le New England Journal of Medicine publie une étude randomisée de chercheurs nord-américains (université du Minnesota)[194], réalisée en double-aveugle[195], et portant sur 821 personnes en contact avec des personnes infectées par le virus[196], qui conclut que l'hydroxychloroquine n’empêche pas de contracter la Covid-19[197].

Le 12 juin, une étude clinique phase III catalan qui a recruté 2 300 contacts sains en deux branches (hydroxychloroquine/placebo) montre que l'hydroxychloroquine ne protège pas les contacts sains de la contamination (6,2 % dans le groupe contrôle et 5,7 % dans le groupe hydroxychloroquine), confirmant les résultats de l'université du Minnesota (14 % placebo, 12 % hydroxychloroquine)[198].

En juin, une mise à jour d'un article américain paru le 10 mars[19], qui estimait possible l'efficacité in vitro de l'hydroxychloroquine, affirme désormais, s'appuyant sur plusieurs études ayant des risques de biais faibles ou modérés, qu'il se peut que l'hydroxychloroquine ne réduise pas le risque de décès par rapport aux soins standard, que des fortes doses pourraient causer des dommages et que des études randomisées de haute qualité restent nécessaires pour s'assurer de l'efficacité en soin ou en prévention[199].

Le 15 juillet[note 3], une pré-publication non révisée par les pairs de l'étude clinique phase III randomisée contrôlée britannique Recovery, portant sur 1 561 patients ayant reçu de l'hydroxychloroquine et des soins usuels comparés à 3 155 patients ayant reçu les mêmes soins usuels mais sans hydroxychloroquine, conclut que l'hydroxychloroquine n'est pas associée à une réduction de la mortalité à 28 jours mais qu'elle semble associée à une augmentation de la durée d'hospitalisation (16 jours au lieu de 13) et une augmentation du risque pour les patients sans ventilation invasive à leur entrée dans l'étude d'avoir besoin de ventilation mécanique invasive ou de mourir. Lors de leur inclusion dans l'étude, 60 % des patients étaient sous oxygène et environ 15 % étaient sous ventilation assistée, invasive ou non invasive[203],[201],[204]. La mortalité a été élevée dans les deux groupes (environ 25% de décès[201]). Un épisode de torsades de pointe a été constaté chez un patient recevant l'hydroxychloroquine, mais avec régression spontanée[203]. Cette étude, qui ne combine pas hydroxychloroquine et azithromycine, n'applique pas le protocole défini par le professeur Raoult[201]. Une dose de charge de 2 400 mg d'hydroxychloroquine a été administrée durant les 24 premières heures en quatre prises (deux fois 800 mg, puis deux fois 400 mg). Les neufs jours suivants, les patients ont reçu deux fois par jour 400 mg[note 4].

Le 22 juillet, la revue Nature publie une étude qui conclut à l'inefficacité de l'hydroxychloroquine, seule ou avec l'azithromycine, administrée sur des macaques crabiers infectés au SARSCoV-2, et ceci indépendamment du moment de l'initiation du traitement (avant l'infection, tôt après l'infection avant le pic de charge virale, ou tard après l'infection après le pic de charge virale) et du dosage. Les auteurs concluent qu'il est peu probable que le traitement par hydroxychloroquine ait une activité antivirale dans les compartiments respiratoires, n'ayant observé aucune diminution de la charge virale[207],[208].

Le 23 juillet, le NEJM publie un essai clinique phase III randomisé contrôlé brésilien dans 55 hôpitaux sur 667 patients (dont seuls 504 ont un test confirmé de Covid-19). Il conclut que, chez les patients hospitalisés pour une maladie à Covid-19 d'intensité légère à modérée, l'utilisation de l'hydroxychloroquine, seule ou avec azithromycine, n'améliore pas l'état clinique à 15 jours par rapport aux soins standard. La posologie est HCQ 800 mg/j, AZ 500 mg/j (pendant 7 jours, en plus des soins usuels). L'âge moyen des patients est de 50 ans et 40% sont sous oxygène. Selon Prescrire, « une prise d'hydroxychloroquine ou d'azithromycine avant le début de l'essai a été rapportée chez respectivement environ 10 % et 35 % des patients de chaque groupe, ce qui diminue le niveau de preuves des résultats »[203],[209],[note 5].

Le 24 juillet 2020, la revue médicale indépendante Prescrire dresse le bilan de plusieurs essais contrôlés randomisés (dont l'étude britannique Recovery et l'étude brésilienne sortie le 23 juillet). Concernant l'hydroxychloroquine, elle relève l'absence d'efficacité démontrée, y compris dans des formes qualifiées de « légères à modérées » et conclut à une balance bénéfice-risque défavorable, compte tenu du fait que les patients traités avec de l'hydroxochloroquine ont eu plus d'évènements indésirables, tels des troubles digestifs ou un allongement de l'intervalle QT[203].

Selon une étude réalisée in vitro notamment sur des cellules pulmonaires humaines infectées et in vivo sur des animaux avec la coopération internationale de scientifiques de plus de 80 pays, un effet clinique de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 est improbable[211].

Le 30 juillet, le British Medical Journal publie une méta-analyse sur 23 essais randomisés contrôlés (13 à l'état de publication et 10 à l'état de pré-publication). Concernant les traitements anti-viraux dont hydroxychloroquine, elle met en évidence l'absence de preuve de réduction de la mortalité dans ses essais en comparaison avec les soins standard. Par contre, les anti-viraux semblent réduire la durée des symptômes, l'hydroxychloroquine serait la plus efficace avec une réduction de 4 jours et demi mais avec un niveau de preuve « faible » et une possible augmentation du risque d'effets secondaires. Cet effet sur la durée des symptômes disparait dans la version suivante de la méta-étude publié en décembre[212],[réf. souhaitée].

Le 26 août, une méta-analyse réalise un tri drastique sur 585 études, ne sélectionnant que 29 études (25 études observationnelles et 4 essais dont trois randomisés), incluant l'étude britannique Recovery. 11 932 patients sont sous hydroxychloroquine seule, 8 081 patients sous hydroxychloroquine et azithromycine, et 12 930 patients dans le groupe contrôle. Les études prises dans leur ensemble indiquent une mortalité pour le groupe HCQ 17% inférieure à celle du groupe contrôle. En se limitant aux études randomisées, la mortalité est supérieure de 9% chez les patients HCQ. Les chercheurs ont jugé les écarts non significatifs et ont conclu que l'HCQ n'a pas d'effet notable sur la mortalité. Concernant l'association HCQ/AZ, la mortalité est supérieure de 27% à celle du groupe contrôle, une surmortalité vue comme une confirmation de résultats préliminaires indiquant que l'association HCQ/AZ pouvait augmenter le risque d'événements cardiovasculaires aigus et potentiellement mortels. Une faiblesse de la méta-analyse est que les études incluent des patients à des stades divers de la maladie et que les doses de traitement, pas toujours documentées, sont variables[213],[214],[215].

Le 15 octobre 2020, une analyse intermédiaire des résultats de l'essai clinique Solidarity Trial piloté par l'OMS porte sur 405 hôpitaux dans 30 pays, 11 266 patients randomisés : avec 2 750 patients sous remdésivir, 954 sous hydroxychloroquine, 1 411 sous lopinavir, 651 sous interféron + lopinavir, 1 412 sous interféron seul, et 4 088 sans traitement spécifique. Elle conclut que ni le remdésivir, ni l'hydroxychloroquine, ni le lopinavir ou l'interféron n'ont d'effet statistiquement significatif chez ces patients Covid-19, que ce soit en ce qui concerne la mortalité, l'initiation de la ventilation ou la durée d'hospitalisation. Chaque groupe traité est comparé à un groupe contrôle présent au sein du même hôpital, les deux groupes recevant les mêmes soins de base et comportant les mêmes facteurs de risque[216],[217],[218]. L’essai continue à enrôler 2 000 patients par mois, et doit évaluer d’autres traitements tels que des anticorps monoclonaux, des immunomodulateurs et des nouveaux antiviraux[218].

Le 5 novembre, la revue The Lancet publie une étude de cohorte en Angleterre sur 194 637 patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde ou de lupus, et dont 30 000 prenaient comme traitement de l'hydroxychloroquine. Selon la revue, cette étude ne montre pas d'effet prophylactique de ce produit contre la Covid-19[219],[220].

Le 16 novembre, le site « contagionlive » mentionne une étude américaine qui affirme que l'hydroxychloroquine est ineffective contre le Covid-19 pour les patients hospitalisés pour détresse respiratoire[221].

Un essai américain randomisé contrôlé en double aveugle sur 671 ménages, publié le 8 décembre, ne constatait pas d'effet de l'hydroxychloroquine dans la prévention de l'infection parmi les personnes exposées à l'intérieur des ménages. Plus d'effets secondaires ont été observés dans le groupe traité à l'hydroxychloroquine que dans le groupe traité à la vitamine C[222].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les 3 119 patients patients traités par l'association HCQ/AZ présentaient une réduction de la charge virale plus rapide, un risque 5 fois moindre d'être transférés en unité de soin intensif ou de décéder et un risque plus faible d'être hospitalisé plus de 10 jours. Le rapport affirme également qu'aucunes torsades de pointe (troubles du rythme cardiaque) ni morts subites n'ont été déploréee lors de l'administration du traitement[165].
  2. La mortalité a été de 17,7 % dans le groupe des 4 542 patients traités et de 27,7% dans le groupe des 3 533 patients non traités, et ce que l'hospitalisation ait eu lieu tôt ou tard après les premiers symptômes.
  3. Une première annonce des résultats de Recovery a été faite le 5 juin 2020[200],[201],[202]
  4. Concernant la dose de charge le premier jour, les concepteurs de l'étude expliquent qu'il s'agit « d’atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus », puisque le mécanisme d'action envisagé pour l'hydroxychloroquine est d'être antiviral. En principe, la posologie maximale habituelle avec l'hydroxychloroquine est de 600 mg par jour pour un adulte, mais les concepteurs expliquent que cela correspond à une utilisation à long terme. Les concepteurs ajoutent que les doses utilisées (limitée à 800 mg par prise) sont « bien inférieures à celles qui sont associées à une toxicité aiguë ou à un empoisonnement » et que leur posologie s'appuie sur des modélisations d'experts en pharmacocinétique de l'hydroxychloroquine[205],[206]
  5. Un autre essai randomisé brésilien publié dans le Lancet le 4 septembre 2020 portant sur 447 patients répartis dans 55 centres conclut que l'ajout de l'azithromycine à des soins standards, qui incluent l'hydroxychloroquine, n'améliore pas les résultats cliniques par rapport aux soins standards seuls pour les patients atteints de COVID-19 sévère[210]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent, M.J., Bergeron, E., Benjannet, S. et al. Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread. Virol J 2, 69 (2005)
  2. Els Keyaerts, Leen Vijgen, Piet Maes, Johan Neyts, Marc Van Ranst, In vitro inhibition of severe acute respiratory syndrome coronavirus by chloroquine, Biochemical and Biophysical Research Communications, Volume 323, Issue 1,2004,Pages 264-268
  3. Rashmi R. Shah Chloroquine and hydroxychloroquine for COVID‐19: Perspectives on their failure in repurposing, review, in : Journal of Clinical Pharmacy and Therapeutics, 27 septembre 2020
  4. Smit M, Marinosci A, Agoritsas T, Ford N, Calmy A, « Prophylaxis for COVID-19: a systematic review » (Systematic review), Clin Microbiol Infect,‎ (PMID 33476807, DOI 10.1016/j.cmi.2021.01.013)
  5. « Assessment of Evidence for COVID-19-Related Treatments: Updated 1/14/2021 », ASHP (consulté le 23 janvier 2021)
  6. (en) Meijuan Zheng, Yong Gao, Gang Wang et Guobin Song, « Functional exhaustion of antiviral lymphocytes in COVID-19 patients », Cellular & Molecular Immunology,‎ (ISSN 1672-7681 et 2042-0226, PMCID PMC7091858, DOI 10.1038/s41423-020-0402-2, lire en ligne, consulté le 27 mars 2020).
  7. (en) Timothy P. Sheahan, Amy C. Sims, Rachel L. et al., « Broad-spectrum antiviral GS-5734 inhibits both epidemic and zoonotic coronaviruses », Science Transactional Medicine, vol. 9, no 396,‎ , article no eaal3653 (PMID 28659436, PMCID 5567817, DOI 10.1126/scitranslmed.aal3653, lire en ligne [PDF]).
  8. PLAQUENIL Historique des avis
  9. Roger Genet, « AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation,de l’environnement et du travail », sur www.anses.fr
  10. Agnès Buzyn a-t-elle classé en janvier la chloroquine dans les «substances vénéneuses» ?
  11. « Arrêté du portant classement sur les listes des substances vénéneuses », sur Légifrance,
  12. Non, la chloroquine n'a pas été 'interdite" par un arrêté en janvier 2020
  13. COVID-19 : l’ANSM souhaite suspendre par précaution les essais cliniques évaluant l’hydroxychloroquine dans la prise en charge des patients - Point d'Information Site de l'ANSM, 26 mai 2020
  14. John Fauber, In a race for COVID treatment, hydroxychloroquine often went to poorly designed trials that may have put patients at greater risk, Milwaukee Journal Sentinel 21 juillet 2020.
  15. Jianjun Gao, Zhenxue Tian et Xu Yang, « Breakthrough: Chloroquine phosphate has shown apparent efficacy in treatment of COVID-19 associated pneumonia in clinical studies », BioScience Trends, vol. 14, no 1,‎ , p. 72–73 (ISSN 1881-7815 et 1881-7823, DOI 10.5582/bst.2020.01047, lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  16. « ”Fake news” et désinformation autour du coronavirus SARS-CoV2 », Communiqué de presse, Inserm, (consulté le 3 mars 2020).
  17. (zh) Multicenter collaboration group of Department of Science and Technology of Guangdong Province and Health Commission of Guangdong Province for chloroquine in the treatment of novel coronavirus pneumonia, « [Expert consensus on chloroquine phosphate for the treatment of novel coronavirus pneumonia] (abstract in English; article in Chinese) », Chinese Journal of Tuberculosis and Respiratory Diseases, vol. 43,‎ , E019 (ISSN 1001-0939, PMID 32075365, DOI 10.3760/cma.j.issn.1001-0939.2020.0019)
  18. (ko) « Physicians work out treatment guidelines for coronavirus », m.koreabiomed.com, (consulté le 18 mars 2020)
  19. a b c d et e Cortegiani, Ingoglia, Ippolito et Giarratano, « A systematic review on the efficacy and safety of chloroquine for the treatment of COVID-19 », Journal of Critical Care,‎ (ISSN 0883-9441, PMID 32173110, DOI 10.1016/j.jcrc.2020.03.005, lire en ligne)
  20. Hervé Morin, « Un antipaludéen pourra-t-il contrer l’épidémie de Covid-19 ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  21. « Coronavirus : le professeur Raoult, spécialiste des maladies infectieuses, valide un traitement contre le Covid-19 », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 26 février 2020).
  22. « La chloroquine est-elle un bon traitement contre le coronavirus ? », Sciences et Avenir (consulté le 26 février 2020).
  23. Pauline Moullot, « La chloroquine, un médicament contre le paludisme, est-elle efficace contre le Covid-19 ? », Libération, (consulté le 3 mars 2020).
  24. (en) Philippe Colson, Jean-Marc Rolain et Didier Raoult, « Chloroquine for the 2019 novel coronavirus SARS-CoV-2 », International Journal of Antimicrobial Agents,‎ , p. 105923 (DOI 10.1016/j.ijantimicag.2020.105923, lire en ligne, consulté le 26 février 2020).
  25. Christian A. Devaux, Jean-Marc Rolain, Philippe Colson et Didier Raoulta, New insights on the antiviral effects of chloroquine against coronavirus: what to expect for COVID-19?, Int J Antimicrob Agents 55 (5) mai 2020 55(5)
  26. Franck Touret et Xavier de Lamballerie, Of chloroquine and COVID-19, Antiviral Research 177, 5 mars 2020
  27. (en + zh) CHEN Jun, LIU Danping, LIU Li, LIU Ping, XU Qingnian, XIA Lu, LING Yun, HUANG Dan, SONG Shuli, ZHANG Dandan, QIAN Zhiping, LI Tao, SHEN Yinzhong & LU Hongzhou, « A pilot study of hydroxychloroquine in treatment of patients with common coronavirus disease-19 (COVID-19) », Journal of ZheJiang University (Medical Sciences),‎ (lire en ligne)
  28. (zh) CHEN Jun et LIU Danping, « A pilot study of hydroxychloroquine in treatment of patients with common coronavirus disease-19 (COVID-19) », Journal of Zhejiang University (Medical Science),‎ , p. 0–0 (ISSN 1008-9292, DOI 10.3785/j.issn.1008-9292.2020.03.03, lire en ligne, consulté le 27 mars 2020).
  29. « Covid-19 et hydroxychloroquine : prudence », Prescrire.org,‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2020).
  30. (en) « Treatment of Coronavirus SARS-Cov2 Respiratory Infections with Hydroxychloroquine », sur clinicaltrialsregister.eu
  31. L’International clinical trials registry platform de la WHO mentionne les conditions suivantes : « Controlled: no ; Randomised: no ; Open: no ; Single blind: no ; Double blind: no ; Parallel group: no ; Cross over: no ; Other: no ; If controlled, specify comparator ; Other Medicinial Product: no ; Placebo: no ; Other: no »
  32. (en) Yao, Ye, Zhang et Cui, « In Vitro Antiviral Activity and Projection of Optimized Dosing Design of Hydroxychloroquine for the Treatment of Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) », Clinical Infectious Diseases,‎ (PMID 32150618, DOI 10.1093/cid/ciaa237, lire en ligne)
  33. IHU Méditerranée-Infection, « Coronavirus : diagnostiquons et traitons ! Premiers résultats pour la chloroquine », .
  34. NIH Covid-19 treatment guidelines Hydroxychloroquine Plus Azithromycin, 17 juillet 2020]
  35. « VIDÉO - Coronavirus : le traitement à la chloroquine testé à Marseille serait efficace », sur France Bleu, (consulté le 17 mars 2020).
  36. « La chloroquine, une piste pour lutter contre le SARS-CoV-2 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020).
  37. « Exclusif - Coronavirus : « On sait guérir la maladie », affirme l'infectiologue Didier Raoult », Les Échos, (consulté le 20 mars 2020).
  38. « Coronavirus : Trump pousse pour utiliser la chloroquine », sur Les Echos, (consulté le 21 septembre 2020)
  39. Le Point magazine, « Coronavirus: Trump optimiste sur l'antipaludéen chloroquine », sur Le Point, (consulté le 21 septembre 2020)
  40. « Trump approuve la chloroquine comme traitement contre le Covid-19 », sur La Tribune, (consulté le 21 septembre 2020)
  41. a et b « Coronavirus. Génie ou charlatan : Didier Raoult et son traitement à base de chloroquine divisent », sur Courrier international, (consulté le 23 septembre 2020)
  42. (en) Philippe Gautret, Jean Christophe Lagier, Philippe Parola et Van Thuan Hoang, « Hydroxychloroquine and Azithromycin as a treatment of COVID-19: preliminary results of an open-label non-randomized clinical trial », medRxiv,‎ , p. 2020.03.16.20037135 (DOI 10.1101/2020.03.16.20037135, lire en ligne, consulté le 27 mars 2020).
  43. Frits R.Rosendaal, Review of: “Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial Gautret et al 2010, DOI:10.1016/j.ijantimicag.2020.105949, International Journal of Antimicrobial Agents, in press, 13 juillet 2020.
  44. Voss, Geoffrey Coombs, Serhat Unal, Raphael Saginur et Po-Ren Hsuehf, Publishing in face of the COVID-19 pandemic
  45. a et b Nicolas Martin, « Chloroquine : un remède français contre le Covid-19 ? », France Culture, (consulté le 20 mars 2020).
  46. (en) Dahly D., Gates S. & Morris T., « Statistical review of Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial », Zenodo preprints,‎ (lire en ligne).
  47. (en) Elisabeth Bik, « Thoughts on the Gautret et al. paper about Hydroxychloroquine and Azithromycin treatment of COVID-19 infections », sur Science Integrity Digest, (consulté le 27 mars 2020).
  48. (en) « Hydroxychloroquine and Azithromycin as a treatment of COVID-19: preliminary results of an open-label non-randomized clinical trial », sur PubPeer.
  49. Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique, Chloroquine et hydroxychloroquine dans la prise en charge du COVID-19, 23 mars 2020
  50. a b et c « Chloroquine: les dessous d’une recherche controversée », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 23 septembre 2020)
  51. a b et c Aurélie Sipos, « «Irresponsable» : la première étude de Didier Raoult mise à mal par une revue critique », sur leparisien.fr, (consulté le 22 septembre 2020)
  52. a et b « Information for clinicians on therapeutic options for COVID-19 patients », US Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 22 mars 2020)
  53. (en) « Plaquenil (hydroxychloroquine sulfate) dose, indications, adverse effects, interactions... from PDR.net », www.pdr.net (consulté le 19 mars 2020)
  54. Décret no 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret no 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, (lire en ligne)
  55. « Coronavirus : le gouvernement autorise la prescription de chloroquine en traitement du Covid-19 », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 26 mars 2020)
  56. « Covid-19 : L'hydroxychloroquine autorisée à l’hôpital pour le traitement des formes graves uniquement », sur Sciences et Avenir (consulté le 26 mars 2020)
  57. « COVID-19 : les ordonnances de chloroquine et d’hydroxychloroquine jugées inappropriées », sur Collège des médecins du Québec (consulté le 24 mars 2020).
  58. « Chloroquine pour la COVID-19: des ordonnances «inappropriées et non indiquées» », sur Le Soleil, (consulté le 24 mars 2020).
  59. « La chloroquine face au coronavirus, un débat éthique qui divise les scientifiques », sur Le HuffPost, (consulté le 1er janvier 2021)
  60. Philippe Gautret et al., « Clinical and microbiological effect of a combination of hydroxychloroquine and azithromycin in 80 COVID-19 patients with at least a six-day follow up: an observational study », sur https://www.mediterranee-infection.com/,
  61. a et b « Coronavirus et hydroxychloroquine : le professeur Raoult publie une nouvelle étude, aussitôt critiquée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020)
  62. a b et c (en) Waleed Alhazzani, Morten Hylander Møller, Yaseen M. Arabi et Mark Loeb, « Surviving Sepsis Campaign: guidelines on the management of critically ill adults with Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) », Intensive Care Medicine,‎ (ISSN 0342-4642 et 1432-1238, DOI 10.1007/s00134-020-06022-5, lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  63. Jérôme Vincent, « Coronavirus : des décès suspects confirmés après usage de la chloroquine », sur Le Point, (consulté le 1er janvier 2021)
  64. Chen ZW, Hu JJ, Zhang ZW et al., Efficacy of hydroxychloroquine in patients with COVID-19: results of a randomized clinical trial, medRxiv, 30/03/2020
  65. Vidal, Premiers résultats cliniques positifs pour l’hydroxychloroquine dans la COVID-19 modérée[lire en ligne]
  66. Coronavirus: nouvelles études sur un possible traitement à la chloroquine, La Croix, 31 mars 2020
  67. Comparing HydroxyChloroquine Trials, Science (revue), 31 mars 2020
  68. Pour la première fois, un essai mené à Wuhan confirme l'intérêt de la chloroquine contre le coronavirus, Heidi.news, 31 mars 2020
  69. https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/hydroxychloroquine-et-covid-19-des-resultats-preliminaires-et-contradictoires
  70. Jean Michel Molina, Constance Delaugerre, Jerome Le Goff et Breno Mela-Lima, « No Evidence of Rapid Antiviral Clearance or Clinical Benefit with the Combination of Hydroxychloroquine and Azithromycin in Patients with Severe COVID-19 Infection », Médecine et Maladies Infectieuses,‎ (ISSN 0399-077X, DOI 10.1016/j.medmal.2020.03.006, lire en ligne, consulté le 7 avril 2020)
  71. J.M. Molina, C. Delaugerre, J. Le Goff et B. Mela-Lima, « No evidence of rapid antiviral clearance or clinical benefit with the combination of hydroxychloroquine and azithromycin in patients with severe COVID-19 infection », Medecine et Maladies Infectieuses, vol. 50, no 4,‎ , p. 384 (ISSN 0399-077X, PMID 32240719, PMCID 7195369, DOI 10.1016/j.medmal.2020.03.006, lire en ligne, consulté le 19 novembre 2020)
  72. Nicholas J. DeVito, Michael Liu, Jeffrey K Aronson, COVID-19 Clinical Trials Report Card: Chloroquine and Hydroxychloroquine, CEBM, 11 mai 2020
  73. Jean Yves Nau, Hydroxychloroquine : premières surprises chiffrées de sa consommation post-médiatisation, 6 mai 2020
  74. (en) Matt Perez, « Prescriptions Skyrocket For Hydroxychloroquine—A Dubious Coronavirus Treatment Endorsed By Trump », sur Forbes (consulté le 1er janvier 2021)
  75. (en) Tessa R. Englund, Alan C. Kinlaw et Saira Z. Sheikh, « Rise and Fall: Hydroxychloroquine and COVID-19 Global Trends: Interest, Political Influence, and Potential Implications », ACR Open Rheumatology, vol. 2, no 12,‎ , p. 760–766 (ISSN 2578-5745, PMID 33263947, PMCID PMC7738805, DOI 10.1002/acr2.11207, lire en ligne, consulté le 1er janvier 2021)
  76. Pascal Marie, « Plaquenil : ces patients terrifiés par le risque de pénurie », QS Le Quotidien Santé,‎ (lire en ligne).
  77. (en) Sarah Boseley, « Vital drug for people with lupus running out after unproven Covid-19 link », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  78. « Coronavirus : Sanofi promet 100 millions de doses d’hydroxychloroquine, mais reste prudent sur son efficacité », Le Monde/AFP,‎ (lire en ligne).
  79. L'Economiste Maghrébin, « Coronavirus : le miracle de l'hydroxychloroquine en Afrique », sur L'Economiste Maghrébin, (consulté le 1er janvier 2021)
  80. (en) « India bans export of hydroxychloroquine amid coronavirus outbreak », EURACTIV/Reuters,‎ (lire en ligne)
  81. « Coronavirus : l'Inde assouplit son interdiction d'exportation d'hydroxychloroquine », Le Figaro/AFP,‎ (lire en ligne).
  82. « Coronavirus : en dépit des études critiques, l’Inde recommande l'hydroxychloroquine », sur rfi.fr, .
  83. « Essai multicentrique, adaptatif et randomisé de l’innocuité et de l’efficacité des traitements du COVID-19 chez les adultes hospitalisés »
  84. Lisa Meteier, « CHU-ANGERS - Hycovid : pour mettre fin au débat sur l’hydroxychloroquine dans le Covid-19 », sur CHU-ANGERS (consulté le 14 mai 2020)
  85. « Etude Hycovid – Foire Aux Questions (FAQ) », Chu Angers,‎ (lire en ligne)
  86. « Lancement de l'essai PREP COVID testant la prévention de l'infection COVID chez les soignants par l'hydroxychloroquine et par l'azithromycine », sur aphp.fr, .
  87. Covid-19 : selon la pharmacocinétique, le traitement à l'hydroxychloroquine ne peut pas marcher[lire en ligne|lien=https://www.sciencesetavenir.fr/sante/hydroxychloroquine-son-inefficacite-etait-previsible-depuis-le-debut_143764]
  88. (en) Michael J. Parnham, Frans P. Nijkamp et Adriano G. Rossi, Nijkamp and Parnham's Principles of Immunopharmacology, Springer Nature, (ISBN 978-3-030-10811-3, lire en ligne)
  89. S. Tett, A. McLachlan, R. Day et D. Cutler, « Insights from pharmacokinetic and pharmacodynamic studies of hydroxychloroquine », Agents and Actions. Supplements, vol. 44,‎ , p. 145–190 (ISSN 0379-0363, PMID 8372723, lire en ligne, consulté le 1er janvier 2021)
  90. « ACE et Covid-19 : les clés, les serrures et la génétique », sur www.esanum.fr (consulté le 1er janvier 2021)
  91. (en) « Don't miss assessing the risk of G6PD-deficiency and Hydroxychloroquine », British Medical Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2021)
  92. S. Russ Richardson et Gerald F. O'Malley, « Glucose 6 Phosphate Dehydrogenase Deficiency », dans StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29262208, lire en ligne)
  93. (en) « Caution recommended on COVID-19 treatment with hydroxychloroquine and azithromycin for patients with cardiovascular disease », sur heart.org,
  94. « En Suède, le désamour pour l’hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020)
  95. (en) « NIH Panel Recommends Against Drug Combination Promoted By Trump For COVID-19 », sur NPR.org (consulté le 22 avril 2020)
  96. (nl) College ter Beoordeling van Geneesmiddelen, « Risico op ernstige bijwerkingen door chloroquine en hydroxychloroquine bij coronapatiënten - Nieuwsbericht - College ter Beoordeling van Geneesmiddelen », sur www.cbg-meb.nl, (consulté le 1er janvier 2021)
  97. Pascale Pascariello, « Chloroquine: de plus en plus de complications cardiaques signalées », sur Mediapart (consulté le 24 avril 2020)
  98. a et b « Hydroxychloroquine : primum non nocere », sur France Culture,
  99. « Covid-19 : nouvelle alerte sur les effets indésirables de l’hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2020)
  100. ANSM Médicaments utilisés chez les patients atteints du COVID-19 : une surveillance renforcée des effets indésirables - Point d'information , ANSM (actualisé le 14/05/2020)
  101. Santé Canada met en garde contre la chloroquine et l'hydroxychloroquine[lire en ligne]
  102. « Chloroquine : "Pas le début du commencement d'une preuve que c'est efficace" contre le Covid-19 », sur Europe 1 (consulté le 1er janvier 2021)
  103. Revised advisory on the use of Hydroxychloroquine (HCQ) as prophylaxis for SARS-CoV-2 infection (in supersession of previous advisory dated 23rd March, 2020)
  104. « Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020)
  105. a et b (en) James Watson, « An open letter to Mehra et al. and The Lancet », .
  106. Grégory Rozières, « Chloroquine : Raoult contre-attaque sur le fond à l'étude du Lancet (et il n'est pas le seul) », sur huffingtonpost.fr, .
  107. a et b « Trois des quatre auteurs de l’étude du «Lancet» rétractent leur article sur l'hydroxychloroquine », sur liberation.fr,
  108. « Coronavirus : fin de partie pour l'hydroxychloroquine ? », sur Franceinfo, (consulté le 28 mai 2020)
  109. « L'hydroxychloroquine n'est plus autorisée en France contre le Covid-19, sauf pour des essais cliniques », sur Franceinfo, (consulté le 28 mai 2020)
  110. Haut Conseil de la santé publique, « Covid-19 : utilisation de l’hydroxychloroquine » (consulté le 28 mai 2020)
  111. Décret no 2020-630 du 26 mai 2020 modifiant le décret no 2020-548 du 11 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, (lire en ligne)
  112. « Recruitment to the RECOVERY trial (including the Hydroxychloroquine arm) REMAINS OPEN », sur recoverytrial.net,
  113. « España seguirá usando la hidroxicloroquina frente al coronavirus pese a la prohibición de Francia y las dudas de la OMS », sur elpais.com,
  114. Grégory Rozières, « Chloroquine: Raoult contre-attaque sur le fond à l'étude du Lancet (et il n'est pas le seul) », sur huffingtonpost.fr,
  115. « Correspondence », The Lancet,‎ (lire en ligne)
  116. « Covid-19 : la revue « The Lancet » apporte des corrections à son étude sur l’hydroxychloroquine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2020)
  117. (en) « Expression of concern on Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis », sur The Lancet (consulté le 2 juin 2020)
  118. Hervé Morin, « Hydroxychloroquine : « The Lancet » met en garde contre une étude publiée dans ses colonnes », sur lemonde.fr,
  119. « Coronavirus : l'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine », sur europe1.fr,
  120. « Hydroxychloroquine : Véran demande des éclaircissements au Lancet »,
  121. « Retraction: "Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis" », sur www.thelancet.com (consulté le 4 juin 2020)
  122. Dalmeet Singh Chawla, « Does hydroxychloroquine still have a role to play in this pandemic? », sur chemistryworld.com,
  123. « COPCOV News », sur tropmedres.ac
  124. « L’hydroxychloriquine, ce produit miracle auquel on ne croit plus », sur midilibre.fr (consulté le 1er janvier 2021)
  125. « Coronavirus : pourquoi le débat sur l'hydroxychloroquine pourrait ne jamais être tranché », sur LaProvence.com, (consulté le 1er janvier 2021)
  126. (en) « Hydroxychloroquine: a drug dividing the world », www.rte.ie,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2020)
  127. « Coronavirus : Pays où l’hydroxychloroquine est recommandée – IHU » (consulté le 1er janvier 2021)
  128. « L’hydroxychloroquine est-elle recommandée dans les pays cités par Raoult ? », sur www.20minutes.fr (consulté le 1er janvier 2021)
  129. https://www.fda.gov/media/138945/download
  130. CRPV de Nice-Alpes-Côte-d'Azur, « Conséquences cardiaques associées aux médicaments prescrits dans le cadre du Covid-19 et susceptibles de prolonger l’intervalle QTc (hydroxychloroquine, azithromycine, lopinavir/ritonavir) : Prolongation de la durée de l’intervalle QTc, et troubles du rythme et de la conduction cardiaques. »,
  131. « Coronavirus - L'OMS met fin aux essais cliniques sur l'hydroxychloroquine "qui ne réduit pas ou très peu la mortalité" », sur lindependant.fr (consulté le 1er janvier 2021)
  132. « Coronavirus. « Aucune donnée solide n’a validé l’hydroxychloroquine » », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  133. (en) Aaron Gould Sheinin, « Hydroxychloroquine No COVID Cure, Experts Warn », sur WebMD (consulté le 1er janvier 2021)
  134. (en) « Hydroxychloroquine for COVID-19: Scientists say it's time to stop promoting the drug », sur NBC News (consulté le 1er janvier 2021)
  135. (en-US) Lester Duhé, « Ochsner Rheumatologist breaks down hydroxychloroquine amid national debate », sur https://www.wafb.com (consulté le 1er janvier 2021)
  136. (en) « The story of hydroxychloroquine tells us everything that's wrong with 2020 », sur www.abc.net.au, (consulté le 1er janvier 2021)
  137. (nl) « White House coronavirus testing czar says it's time to 'move on' from hydroxychloroquine », sur Business Insider Nederland, (consulté le 1er janvier 2021)
  138. a et b Julien Hernandez, « Covid-19 : combien de morts si la prescription d'hydroxychloroquine avait été généralisée / Chloroquine : fin de partie ! », sur Futura (consulté le 4 août 2020)
  139. « Pour un retour à un développement rationnel des traitements », sur Revue Médicale Suisse, (consulté le 8 octobre 2020)
  140. a et b « Chloroquine, hydroxychloroquine et COVID-19 : Évaluation pharmacologique », sur Hôpitaux universitaires Genève,
  141. Coronavirus: ‘conflicting treatment message’ as China rejects Trump-touted drug hydroxychloroquine
  142. « Hydroxychloroquine et Covid-19: le traitement n'est pas mort, il bouge encore », sur www.heidi.news (consulté le 1er janvier 2021)
  143. La chloroquine ou l’hydroxychloroquine sont-elles efficaces pour prévenir ou traiter l’infection par COVID-19 ?
  144. Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine, Le Monde, 23 octobre 2020
  145. Lettre du refus sur le site de l'ANSM, 21 octobre 2020
  146. (it) FPG, « Idrossiclorochina contro il Covid, Capucci: "Se applicata in tempo può evitare la terapia intensiva" - AUDIO », sur Piacenza24, (consulté le 1er janvier 2021)
  147. « The Italian Doctor Flattening the Curve by Treating COVID-19 Patients in Their Homes », sur Time (consulté le 1er janvier 2021)
  148. (it) « Nella battaglia contro il Covid-19 un'arma in più: "torna" la idrossiclorochina », sur Castelli Notizie, (consulté le 1er janvier 2021)
  149. (en-US) « The American Medical Association does not reject nor support hydroxychloroquine as a treatment for COVID-19, nor did it change its position on the use matter », sur Health Feedback, (consulté le 1er janvier 2021)
  150. https://www.20minutes.fr/societe/2966587-20210201-coronavirus-anticorps-monoclonaux-corticoides-o-medicaments-contre-epidemie Lucie Bras, Coronavirus : Oubliée l’hydroxychloroquine, quels sont les traitements prometteurs contre le virus ?, in : 20 minutes, 1 février 2021
  151. Farid Arezki, Hôpital : Incertitude et espoir, Librinova, janvier 2021]
  152. Stéphane Long, Masques, tri des malades, hydroxychloroquine… les vérités d’un praticien hospitalier au cœur de la crise du Covid, Le Quotidien du médecin, février 2021
  153. « Covid-19 : l’OMS déconseille vivement l’hydroxychloroquine comme traitement préventif », sur ONU Info, (consulté le 3 mars 2021)
  154. (en) Reuters Staff, « WHO panel issues strong advice against hydroxychloroquine for COVID-19 », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2021)
  155. (en) François Lamontagne, Thomas Agoritsas, Reed Siemieniuk et Bram Rochwerg, « A living WHO guideline on drugs to prevent covid-19 », BMJ, vol. 372,‎ (ISSN 1756-1833, PMID 33649077, DOI 10.1136/bmj.n526, lire en ligne, consulté le 3 mars 2021)
  156. Damien Coulomb, « Étude à l'appui, un collectif de médecins plaide pour la liberté de prescrire en ville », Le Quotidien du Médecin,‎ (lire en ligne)
  157. « Étude à l'appui, un collectif de médecins plaide pour la liberté de prescrire en ville l'hydroxychloroquine contre Covid-19 », sur lequotidiendumedecin.fr, (consulté le 7 mai 2020).
  158. Fabien Mangnanou, « "Il faut être vigilant pour ne pas se faire piéger" : comment les "revues prédatrices" parasitent les études scientifiques », France TV Info,‎ (lire en ligne, consulté le 4 août 2020)
  159. (en) Bo Yu, Chenze Li, Peng Chen et Ning Zhou, « Hydroxychloroquine application is associated with a decreased mortality in critically ill patients with COVID-19 », medRxiv,‎ , p. 2020.04.27.20073379 (DOI 10.1101/2020.04.27.20073379, lire en ligne, consulté le 21 février 2021)
  160. « Coronavirus - Une première étude confirme l'efficacité de l'hydroxychloroquine pour les patients gravement atteints », sur lindependant.fr, .
  161. « Lecture critique de l'étude de Yu et Al. MedRxiv 2020 », sur IHU Méditerranée Infection,
  162. « L'hydroxychloroquine permettrait de sortir plus vite de l'hôpital », sur LExpress.fr, (consulté le 22 juin 2020)
  163. « Hydroxychloroquine: une étude conclut à un effet positif sur le retour à domicile, pas sur la mortalité », sur ladepeche.fr, (consulté le 21 février 2021)
  164. « Hydroxychloroquine with or without azithromycin and in-hospital mortality or discharge in patients hospitalized for COVID-19 infection: a cohort study of 4,642 in-patients in France »
  165. a b c d et e « Hydroxychloroquine : la dernière étude de Didier Raoult ne convainc pas nombre d’épidémiologistes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2020)
  166. Hugo Septier, « Coronavirus: Didier Raoult défend encore l'hydroxychloroquine, avec la publication de nouveaux résultats », sur bfmtv.com,
  167. (en) Jean-Christophe Lagier, Matthieu Million, Philippe Gautret et Philippe Colson, « Outcomes of 3,737 COVID-19 patients treated with hydroxychloroquine/azithromycin and other regimens in Marseille, France: A retrospective analysis », PubPeer,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2020)
  168. « Covid 19 : la nouvelle étude marseillaise sur l'hydroxychloroquine rassemble beaucoup de patients mais toujours sans randomisation », sur Le Quotidien du médecin,
  169. « Hydroxychloroquine et covid-19: Deux études portugaise et américaine qui changent tout », sur connectionivoirienne.net,
  170. Chronic treatment with hydroxychloroquine and SARS‐CoV‐2 infection, Journal of Medical Virology, António Ferreira, António Oliveira‐e‐Silva, Paulo Bettencourt, 9 juillet 2020.
  171. a et b « Vengeance ? L’hydroxychloroquine vantée par Trump pour lutter contre le COVID-19 fonctionne selon une nouvelle étude », sur https://www.aubedigitale.com/,
  172. (en) Samia Arshad & al, « Treatment with Hydroxychloroquine, Azithromycin, and Combination in Patients Hospitalized with COVID-19 », International Journal of Infectious Diseases,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2020).
  173. Treatment with Hydroxychloroquine Cut Death Rate Significantly in COVID-19 Patients, Henry Ford Health System Study Shows
  174. a et b (en-US) Kristen Jordan Shamus, « After Fauci criticism, Henry Ford Health clams up on hydroxychloroquine study », sur Detroit Free Press, (consulté le 23 février 2021)
  175. Robin Erb, Henry Ford study on hydroxychloroquine for COVID-19 quietly shut down, Detroit free press, 11 janvier 2021
  176. Julien Hernandez, « Une nouvelle étude à la méthodologie douteuse sur la chloroquine », sur Futura, (consulté le 25 février 2021)
  177. (en) Benjamin Davido, Thibaud Lansaman, Christine Lawrence et Jean-Claude Alvarez, « Hydroxychloroquine plus azithromycin: a potential interest in reducing in-hospital morbidity due to COVID-19 pneumonia (HI-ZY-COVID)? », medRxiv,‎ , p. 2020.05.05.20088757 (DOI 10.1101/2020.05.05.20088757, lire en ligne, consulté le 25 février 2021)
  178. « Impact of medical care including anti-infective agents use on the prognosis of COVID-19 hospitalized patients over time », sur sciencedirect.com,
  179. X.L., Selon une étude belge, le traitement à faibles doses d’hydroxychloroquine a eu un effet positif sur la mortalité des patients, RTBF, le 25 août 2020
  180. (en) Kelly ServickApr. 21 et 2020, « Antimalarials widely used against COVID-19 heighten risk of cardiac arrest. How can doctors minimize the danger? », sur Science | AAAS, (consulté le 3 mai 2020)
  181. (en) Jennifer C. E. Lane, James Weaver, Kristin Kostka et Talita Duarte-Salles, « Safety of hydroxychloroquine, alone and in combination with azithromycin, in light of rapid wide-spread use for COVID-19: a multinational, network cohort and self-controlled case series study », medRxiv,‎ , p. 2020.04.08.20054551 (DOI 10.1101/2020.04.08.20054551, lire en ligne, consulté le 3 mai 2020)
  182. Covid-19 et hydroxychloroquine (Plaquénil°) : de nouvelles données, sans signal d'une efficacité, Préscrire, 15 avril 2020
  183. (en) Joseph Magagnoli, Siddharth Narendran, Felipe Pereira et Tammy Cummings, « Outcomes of hydroxychloroquine usage in United States veterans hospitalized with Covid-19 », Med,‎ (DOI 10.1016/j.medj.2020.06.001, lire en ligne, consulté le 13 décembre 2020).
  184. « More evidence of no survival benefit in COVID-19 patients receiving hydroxychloroquine », sur EurekAlert
  185. (en) Joshua Geleris, Yifei Sun, Jonathan Platt et Jason Zucker, « Observational Study of Hydroxychloroquine in Hospitalized Patients with Covid-19 », New England Journal of Medicine, vol. 0, no 0,‎ (ISSN 0028-4793, PMID 32379955, PMCID PMC7224609, DOI 10.1056/NEJMoa2012410, lire en ligne, consulté le 15 mai 2020).
  186. (en) Eli S. Rosenberg, Elizabeth M. Dufort, Tomoko Udo et Larissa A. Wilberschied, « Association of Treatment With Hydroxychloroquine or Azithromycin With In-Hospital Mortality in Patients With COVID-19 in New York State », JAMA,‎ (DOI 10.1001/jama.2020.8630, lire en ligne, consulté le 15 mai 2020).
  187. a et b Nicolas Martin, « Et l’hydroxychloroquine dans tout ça ? », sur France Culture (consulté le 15 mai 2020).
  188. (en) Wei Tang, Zhujun Cao, Mingfeng Han et Zhengyan Wang, « Hydroxychloroquine in patients with mainly mild to moderate coronavirus disease 2019: open label, randomised controlled trial », BMJ, vol. 369,‎ (ISSN 1756-1833, PMID 32409561, DOI 10.1136/bmj.m1849, lire en ligne, consulté le 16 mai 2020).
  189. a et b « L'hydroxychloroquine est loin d'être un traitement efficace selon ces études », sur Le HuffPost, (consulté le 27 février 2021)
  190. Marcus Dupont-Besnard, « Hydroxychloroquine : l’inefficacité du traitement surmédiatisé a encore été démontrée », Numerama,‎ (lire en ligne).
  191. (en) Matthieu Mahevas, Viet-Thi Tran, Mathilde Roumier et Amelie Chabrol, « No evidence of clinical efficacy of hydroxychloroquine in patients hospitalized for COVID-19 infection with oxygen requirement: results of a study using routinely collected data to emulate a target trial », medRxiv,‎ , p. 2020.04.10.20060699 (DOI 10.1101/2020.04.10.20060699, lire en ligne, consulté le 24 avril 2020).
  192. (en) Matthieu Mahévas, Viet-Thi Tran, Mathilde Roumier et Amélie Chabrol, « Clinical efficacy of hydroxychloroquine in patients with covid-19 pneumonia who require oxygen: observational comparative study using routine care data », BMJ, vol. 369,‎ (ISSN 1756-1833, PMID 32409486, DOI 10.1136/bmj.m1844, lire en ligne, consulté le 16 mai 2020).
  193. « Coronavirus : deux études concluent à l'inefficacité de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 », France Info,‎ (lire en ligne).
  194. (en) « A Randomized Trial of Hydroxychloroquine as Postexposure Prophylaxis for Covid-19 », The New England Journal of Medicine,‎ (lire en ligne)
  195. Thibaud Le Meneec, « La chloroquine en prévention du coronavirus "ne sert à rien", selon une nouvelle étude », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  196. « Chloroquine : après le scandale The Lancet, deux études fustigent l'hydroxychloroquine », sur www.linternaute.com, (consulté le 27 février 2021)
  197. « L’hydroxychloroquine n’empêche pas d'attraper le Covid-19, selon une étude », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  198. https://elpais.com/espana/catalunya/2020-06-12/la-hidroxicloroquina-fracasa-como-metodo-para-prevenir-la-covid-19-segun-el-ensayo-de-oriol-mitja.html
  199. Update I. A systematic review on the efficacy and safety of chloroquine/hydroxychloroquine for COVID-19
  200. « No clinical benefit from use of hydroxychloroquine in hospitalised patients with COVID-19 — RECOVERY Trial », sur www.recoverytrial.net (consulté le 5 juin 2020)
  201. a b c et d Le Monde avec AFP et Reuters, « Covid-19 : l’hydroxychloroquine n’a « aucun effet bénéfique » sur les patients hospitalisés, selon l’essai Recovery », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  202. (en-GB) Sarah Boseley Health editor, « Hydroxychloroquine does not cure Covid-19, say drug trial chiefs », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  203. a b c et d « Covid-19 et hydroxychloroquine (Plaquénil°) : pas d'efficacité démontrée, y compris dans les formes sans gravité (+ précision) », sur www.prescrire.org, (consulté le 27 février 2021)
  204. (en) Peter Horby, Marion Mafham, Louise Linsell et Jennifer L. Bell, « Effect of Hydroxychloroquine in Hospitalized Patients with COVID-19: Preliminary results from a multi-centre, randomized, controlled trial. », medRxiv,‎ , p. 2020.07.15.20151852 (DOI 10.1101/2020.07.15.20151852, lire en ligne, consulté le 20 juillet 2020)
  205. Florian Gouthière, « Essai Recovery : les chercheurs ont-ils administré plus de trois fois la dose d’hydroxychloroquine autorisée ? », sur liberation.fr,
  206. « Hydroxychloroquine, a potentially lethal drug », sur medintensiva.org,
  207. (en) Pauline Maisonnasse, Jérémie Guedj, Vanessa Contreras et Sylvie Behillil, « Hydroxychloroquine use against SARS-CoV-2 infection in non-human primates », Nature, vol. 585, no 7826,‎ , p. 584–587 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/s41586-020-2558-4, lire en ligne, consulté le 1er novembre 2020)
  208. « Coronavirus : la chloroquine n'est pas efficace contre la Covid-19, selon une étude », sur RTL.fr (consulté le 1er novembre 2020)
  209. Alexandre B. Cavalcanti, Fernando G. Zampieri, Regis G. Rosa et Luciano C.P. Azevedo, « Hydroxychloroquine with or without Azithromycin in Mild-to-Moderate Covid-19 », New England Journal of Medicine, vol. 0, no 0,‎ , null (ISSN 0028-4793, DOI 10.1056/NEJMoa2019014, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2020)
  210. « Adding azithromycin to hydroxychloroquine does not improve clinical outcomes in COVID-19 patients », sur 2 minute medicine
  211. Lindsay Brownell Hydroxychloroquine does not inhibit SARS-CoV-2 infection in preclinical models. Studies in human organ chips and various animal models confirm that the drug is unlikely to be effective against COVID-19 Wyss Institute, 26 août 2020
  212. « Drug treatments for covid-19: living systematic review and network meta-analysis », sur bmj.com,
  213. Géraldine Woessner, « Covid-19 : l'étude qui douche les espoirs autour de l'hydroxychloroquine », sur Le Point, (consulté le 28 août 2020)
  214. Que vaut la nouvelle méta-analyse sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine contre le coronavirus ? FranceInfo, 29 août 2020
  215. Effect of hydroxychloroquine with or without azithromycin on the mortality of coronavirus disease 2019 (COVID-19) patients: a systematic review and meta-analysis
  216. (en) WHO Solidarity Trial Consortium, Hongchao Pan, Richard Peto et Quarraisha Abdool Karim, « Repurposed antiviral drugs for COVID-19; interim WHO SOLIDARITY trial results », medRxiv,‎ , p. 2020.10.15.20209817 (DOI 10.1101/2020.10.15.20209817, lire en ligne, consulté le 16 octobre 2020)
  217. « Solidarity : aucun des traitements contre le Covid-19 étudiés par l’OMS n’est efficace », sur Sciences et Avenir, (consulté le 5 mars 2021)
  218. a et b « Traitements du Covid-19 : résultats négatifs pour l’essai Solidarity, confirmant l’inefficacité du Remdesivir et de l’hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2020)
  219. Christopher T Rentsch e.a., Effect of pre-exposure use of hydroxychloroquine on COVID-19 mortality: a population-based cohort study in patients with rheumatoid arthritis or systemic lupus erythematosus using the OpenSAFELY platform, The Lancet, 5 novembre 2020
  220. Kaitlyn D’Onofrio, - Can Pre-exposure to Hydroxychloroquine Prevent COVID-19 in Patients with RA and SLE ?, docwirenews, 15 décembre 2020
  221. Jonna Lorenz Further Evidence That Hydroxychloroquine Is Ineffective Against COVID-19, Contagion live 16 novembre 2020
  222. Ananya Mandal, Hydroxychloroquine found ineffective as post-exposure SARS-CoV-2 prophylaxis, in : Medical life sciences, 10 décembre 2020

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Adam Rogers, « The Strange and Twisted Tale of Hydroxychloroquine. The much-hyped drug sparked a battle between power and knowledge. Let’s not repeat it. », Wired,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]