Essai randomisé contrôlé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un essai randomisé contrôlé (ERC) (randomized controlled trial (RCT) en anglais) est un type d'étude scientifique utilisé en médecine. C'est le gold standard en ce qui concerne les essais cliniques. Les ERC sont souvent utilisés pour tester l'efficacité de plusieurs approches thérapeutiques dans une population de patients. Ils peuvent aussi collecter des informations sur les effets secondaires des traitements.

Après l'évaluation pour éligibilité dans l'étude puis recrutement, les sujets sont aléatoirement répartis (randomisation) parmi les groupes correspondants à chaque approche thérapeutique testée. Ensuite, on vérifie que les deux populations sont proches en comparant les caractéristiques de base dont les caractéristiques démographiques (souvent tableau 1-données initiales). L'intérêt de la randomisation est qu'elle limite les biais de sélection et donc permet une répartition homogène entre les groupes des facteurs pronostiques connus et inconnus[1]. Elle permet une comparabilité initiale.

Ensuite, l'intervention thérapeutique commence. Les sujets, les thérapeutes et les évaluateurs sont dans la mesure du possible en aveugle (on dit aussi en insu), c'est-à-dire qu'ils ne savent pas dans quel groupe est le patient. Ceci permet que la seule variable qui soit différente entre les groupes soit le traitement. L'aveugle est maintenu en utilisant des techniques de placebo (traitement médicamenteux) ou de fausse procédure (traitement non médicamenteux). Cette stratégie permet un maintien de la comparabilité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les ERC sont apparus en psychologie, proposés par Charles Sanders Peirce[2] et en éducation[3],[4],[5]. Ensuite, ils ont été utilisés en agriculture[6]. Le premier RCT en médecine fut publié en 1948 dans un article intitulé « Traitement par Streptomycine dans la tuberculose pulmonaire »[7],[8],[9]. Un des auteurs de cet article était Austin Bradford Hill à qui on attribue les ERC modernes[10],[11]. En 1996, 2001 et 2010 le groupe CONSORT (Consolidated Standards of Reporting Trials) (standards fusionnés pour la rédaction d'essais) a émis des recommandations dans la rédaction des ERC qui sont largement acceptées[1],[12].

Éthique[modifier | modifier le code]

Il n'est éthique d'utiliser un ERC que quand on ne sait pas a priori quelle stratégie thérapeutique est la meilleure (principe d'équipoise clinique)[13],[14],[15].

Enregistrement de l'essai[modifier | modifier le code]

Un essai thérapeutique doit être enregistré avant de commencer. Ainsi, on peut savoir si des études sont déjà en cours pour un nouveau médicament. Ce principe d'enregistrement préalable permet de faciliter la mise en évidence de biais de publication[16],[17],[18] : les études positives ont davantage de chances d'être publiées que les études négatives.

Classification[modifier | modifier le code]

Par plan d'étude[modifier | modifier le code]

Dans les principales revues internationales de médecine, les grandes catégories de plans d'étude pour ERC sont[19] :

  • Groupe parallèles : chaque participant est aléatoirement assigné à un groupe et tous les participants du groupe reçoivent l'intervention A ou B ou C.
  • Crossover : au cours de l'étude, chaque participant reçoit l'intervention A puis B dans un ordre aléatoire. Soit A puis B, soit B puis A[20],[21].
  • en Cluster (ou grappe) : des groupes préexistants de participants (écoles, familles, villages) sont alloués de façon aléatoire aux différents bras de l'essai, tous les sujets d'un même groupe font l'objet d'une même intervention A ou B[22].
  • Factoriel : chaque participant est randomisé aléatoirement et reçoit une certaine combinaison d'interventions (par exemple le groupe 1 reçoit vitamine X et vitamine Y, le groupe 2 vitamine X et un placebo Y, alors que le groupe 3 reçoit le placebo X et la vitamine Y et le groupe 4 le placebo X et le placebo Y).
  • en corps divisé (split-body en anglais) : chaque malade est son propre témoin. On essaye le traitement A sur un organe (par exemple un oeil) et un traitement B sur un autre organe (l'autre œil).

Une analyse de 616 ERC indexés dans PubMed en décembre 2006 a trouvé que 78 % des essais étaient en groupe parallèles, 16 % en crossover, 2 % en grappe, 2 % factoriels, 2 % en corps divisé[19].

Par hypothèse[modifier | modifier le code]

Une autre classification propose de distinguer les ERC en fonction de leur hypothèse[23] :

  • Supériorité : le but est de montrer que le traitement A est supérieur à B.

Les conclusions de ce type d'étude sont : « ce traitement A est supérieur à B » ou « on n'a pas réussi à mettre en évidence que A est supérieur à B ». Ce n'est pas une étude en toute rigueur qui permet de démontrer que deux traitements sont équivalents.

  • non-infériorité : le but est de montrer que le traitement A fait aussi bien que le traitement B sur un critère de jugement avec un intervalle de confiance prédéfini.
  • équivalence : l'hypothèse est que l'efficacité de deux interventions n'est pas distinguable.

Randomisation[modifier | modifier le code]

Procédures de randomisation[modifier | modifier le code]

Une procédure idéale de randomisation permettrait d'atteindre ces objectifs[24],[25] :

  • groupes de même taille (notamment pour permettre des analyse de sous groupes) ;
  • un biais de sélection faible : permettant à l'investigateur de ne pas savoir dans quel groupe va aller le prochain sujet inclus ;
  • Probabilité de biais de confusion faible[24],[26].

Randomisation complète et non limitée[24]. Elle est robuste contre les bais de sélection et les biais de confusion. Cependant, son principal défaut est la possibilité que les tailles de groupe dans les petits ERC soient différentes. C'est une technique qui n'est par conséquent recommandée que pour les ERC de plus de 200 sujets[27]. Pour équilibrer les groupes dans les petits ERC, certaines formes de randomisations limitées sont recommandées.

  • Randomisation en blocs : une taille de bloc et un ratio d'allocation sont définis puis les sujets sont aléatoirement affectés dans chaque bloc[24]. Par exemple une taille de bloc de 6 et un ratio d'allocation de 2:1 permettraient une affectation de 4 sujets dans un groupe et de 2 dans l'autre.

Affectation cachée[modifier | modifier le code]

C'est la procédure pour empêcher que le patient ou que le soignant puissent savoir à l'avance dans quel groupe le patient va être affecté[28]. Une randomisation centralisée permet ainsi une allocation cachée[24]. Cette procédure doit être expliquée dans le protocole et la publication[29]. Le processus d'affectation secrète est plus important quand la valeur mesurée est objective que quand elle est subjective.

Aveugle[modifier | modifier le code]

Un ERC peut être en aveugle (masqué) grâce à des procédures pour éviter que les patients, soignants et évaluateurs ne puissent savoir quelle intervention le patient a reçu[30]. Contrairement à l'allocation cachée, l'aveugle (on dit aussi « l’insu ») est parfois impossible ou inapproprié dans certains ERC. Par exemple, si le traitement nécessite une participation active du sujet (kinésithérapie, psychothérapie) ou du soignant (chirurgie). Les ERC étaient traditionnellement classifiés comme « en simple aveugle » ou « en double aveugle » ou « en triple aveugle ». Cependant, en 2001 et en 2006, deux études ont montré que cette signification était comprise différemment pour des personnes différentes[31],[32]. En 2010, l'énoncé CONSORT recommande aux auteurs de ne plus utiliser ces termes de « simple », « double » ou « triple aveugle » mais de dire, s'il y a eu aveugle, qui était en aveugle après l'affectation pour une intervention (les patients, les soignants ou les évalateurs) et comment[1],[12]. Les ERC sans aveugle sont appelés « en ouvert »[33],[34],[35]. En 2008, une étude a conclu que les résultats d'ERC en ouvert avaient tendance à être biaisés seulement dans les études où les critères évalués étaient subjectifs et non pas objectifs[30]. Il est toujours préférable et très souvent possible de mettre en aveugle l'évaluateur ou d'évaluer un critère objectif pour permettre l'évaluation de résultats[36].

Type d'analyse[modifier | modifier le code]

Les types de techniques statistiques utilisées dans un ERC dépendent des caractéristiques des données mesurées de l'étude :

  • variable qualitative dichotomique (binaire)
  • variable continue
  • variable de type survie

En plus des techniques statistiques, des considérations importantes dans l'analyse des données d'un ERC sont :

  • Un ERC peut être arrêté avant la date prévue grâce à des analyses intermédiaires. Par exemple un essai peut être arrêté car une intervention produit plus de bénéfice ou d'effets indésirables que prévu[1].
  • Dans quelle mesure les groupes peuvent-ils être analysés tel que le protocole a été prévu (comme l'avait prévu la randomisation) même s'ils ne respectent pas leur groupe ou sortent de l'étude. Est-ce qu'une analyse en intention de traiter a été prévue ? Une intention de traiter réelle n'est possible que si toutes les données sont disponibles pour tous les sujets randomisés[37]. Quand certaines données sont manquantes, comment les remplace-t-on ?
  • Y a-t-il des analyses en sous-groupes ? Elles sont souvent non-recommandées car des multiples comparaisons peuvent produire des faux positifs liés à la multiplication des tests statistiques[1],[26],[38].

Rédaction de résultats[modifier | modifier le code]

L'énoncé CONSORT 2010 est une cheklist de 25 items qui permet d'améliorer la transparence des études en vérifiant que l'auteur a été au maximum exhaustif dans l'explication des méthodes qui ont été utilisées ou non. Des extensions de l'énoncé CONSORT existent pour les protocoles un peu particuliers.

Avantages[modifier | modifier le code]

Les ERC sont considérés comme les études médicales de plus grande valeur scientifique et les plus fiables. En effet, elle diminue au maximum les biais. Les résultats d'ERC peuvent être combinés dans des revues systématiques qui sont de plus en plus utilisées en médecine factuelle.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Les facteurs qui peuvent limiter la validité externe des ERC sont :

  • le lieu (ce qui fonctionne avec une population d'un pays peut ne pas marcher dans une autre population) ;
  • les caractéristiques des patients (les ERC peuvent inclure des patients dont le pronostic est meilleur que la moyenne ou peuvent exclure des femmes, des enfants, des personnes âgées ou des patients avec d'autres pathologies) ;
  • procédures de l'étude (un ERC peut nécessiter des procédures diagnostiques ou un suivi intensif qui peuvent être difficiles à appliquer dans le monde réel) ;
  • les critères d'évaluation (les ERC peuvent utiliser des critères d'évaluation composites rarement utilisés dans la pratique clinique ou des critères intermédiaires qui ne sont pas forcément pertinents ;
  • un rapport des effets indésirables incomplet.

Les ERC peuvent être onéreux. Cependant, le retour sur investissement peut être élevé pour les sociétés pharmaceutiques si elles réussissent à démontrer l'effet de leur traitement. Conduire un ERC prend plusieurs années jusqu'à ce qu'il soit publié.

Des études observationnelles bien menées peuvent donner des résultats similaires à des ERC, mais elles sont plus faciles à mener et moins chères. Des ERC peuvent être inutiles si l'effet d'une nouvelle thérapeutique est évident. Un exemple est la combinaison de chimiothérapie associant de la cisplatine pour des cancers du testicule métastatiques qui a augmenté le taux de guérison de 5 % à 60 % en 1977 dans des études non-randomisées. Cependant, on peut toujours prévoir une sortie d'étude si l'effet du traitement est rapidement démontré.

Des effets indésirables des médicaments rares ont une faible chance d'être détectés dans un ERC à moins d'avoir un échantillon très large. Il est donc mieux évalué par des études observationnelles qui sont faites après commercialisation d'un nouveau médicament.

Un ERC ne peut durer trop longtemps, ce serait trop coûteux. Un effet indésirable qui n'apparaîtrait qu'avec 10 ans de recul ou plus ne sont alors pas connus. Il est donc mieux évalué par des études observationnelles qui sont faites après commercialisation d'un nouveau médicament.

Il y a une corrélation entre le financement des ERC par l'industrie et les résultats d'une étude. Une des raisons évoquée est le biais de publication. Les entreprises ont moins tendance à publier des études si leur résultat est négatif.

Les sujets étudiés doivent donner leur consentement éclairé. Cependant, de nombreux sujets croient être certain de recevoir le meilleur pour eux personnellement. Ils ne comprennent pas la différence entre la recherche et le traitement.

Les ERC posent une question bien précise et y répondent en étudiant une ou quelques variables. Ils reflètent rarement l'histoire complète d'une situation médicale comme peuvent le faire des rapports de cas cliniques.

Ils sont sujet à un risque de type I (manque de confiance) et de type II (manque de puissance). Le risque de type I (p) est souvent de 0,05. Pour limiter le risque de type II, l'effectif de l'étude doit être suffisant. Il faut que le calcul du nombre de sujets à inclure soit explicite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Moher D, Hopewell S, Schulz KF, Montori V, Gøtzsche PC, Devereaux PJ, Elbourne D, Egger M, Altman DG, « CONSORT 2010 explanation and elaboration: updated guidelines for reporting parallel group randomised trials », Br Med J, vol. 340,‎ 2010, c869 (PMID 20332511, PMCID 2844943, DOI 10.1136/bmj.c869)
  2. (en) Charles Sanders Peirce and Joseph Jastrow, « On Small Differences in Sensation », Memoirs of the National Academy of Sciences, vol. 3,‎ 1885, p. 73–83 (lire en ligne) http://psychclassics.yorku.ca/Peirce/small-diffs.htm
  3. (en) Ian Hacking, « Telepathy: Origins of Randomization in Experimental Design », Isis, vol. 79, no 3,‎ septembre 1988, p. 427–451 (DOI 10.1086/354775, JSTOR 234674)
  4. (en) Stephen M. Stigler, « A Historical View of Statistical Concepts in Psychology and Educational Research », American Journal of Education, vol. 101, no 1,‎ novembre 1992, p. 60–70 (DOI 10.1086/444032)
  5. (en) Trudy Dehue, « Deception, Efficiency, and Random Groups: Psychology and the Gradual Origination of the Random Group Design », Isis, vol. 88, no 4,‎ décembre 1997, p. 653–673 (PMID 9519574, DOI 10.1086/383850)
  6. (en) Neyman, Jerzy. 1923 [1990]. “On the Application of Probability Theory to AgriculturalExperiments. Essay on Principles. Section 9.” Statistical Science 5 (4): 465–472. Trans. Dorota M. Dabrowska and Terence P. Speed.
  7. (en) Streptomycin in Tuberculosis Trials Committee, « Streptomycin treatment of pulmonary tuberculosis. A Medical Research Council investigation », Br Med J, vol. 2, no 4582,‎ 1948, p. 769–82 (PMID 18890300, PMCID 2091872, DOI 10.1136/bmj.2.4582.769)
  8. (en) Brown D, « Landmark study made research resistant to bias », Washington Post,‎ 1998-11-02
  9. (en) Shikata S, Nakayama T, Noguchi Y, Taji Y, Yamagishi H, « Comparison of effects in randomized controlled trials with observational studies in digestive surgery », Ann Surg, vol. 244, no 5,‎ 2006, p. 668–76 (PMID 17060757, PMCID 1856609, DOI 10.1097/01.sla.0000225356.04304.bc)
  10. (en) Stolberg HO, Norman G, Trop I, « Randomized controlled trials », Am J Roentgenol, vol. 183, no 6,‎ 2004, p. 1539–44 (PMID 15547188, lire en ligne)
  11. (en) Meldrum ML, « A brief history of the randomized controlled trial. From oranges and lemons to the gold standard », Hematol Oncol Clin North Am, vol. 14, no 4,‎ 2000, p. 745–60, vii (PMID 10949771, DOI 10.1016/S0889-8588(05)70309-9)
  12. a et b (en) Schulz KF, Altman DG, Moher D; for the CONSORT Group, « CONSORT 2010 Statement: updated guidelines for reporting parallel group randomised trials », Br Med J, vol. 340,‎ 2010, c332 (PMID 20332509, PMCID 2844940, DOI 10.1136/bmj.c332)
  13. (en) Freedman B, « Equipoise and the ethics of clinical research », N Engl J Med, vol. 317, no 3,‎ 1987, p. 141–5 (PMID 3600702, DOI 10.1056/NEJM198707163170304)
  14. Gifford F, « Community-equipoise and the ethics of randomized clinical trials », Bioethics, vol. 9, no 2,‎ 1995, p. 127–48 (PMID 11653056, DOI 10.1111/j.1467-8519.1995.tb00306.x)
  15. (en) Edwards SJL, Lilford RJ, Hewison J, « The ethics of randomised controlled trials from the perspectives of patients, the public, and healthcare professionals », Br Med J, vol. 317, no 7167,‎ 1998, p. 1209–12 (PMID 9794861, PMCID 1114158, lire en ligne)
  16. (en) De Angelis C, Drazen JM, Frizelle FA, et al, « Clinical trial registration: a statement from the International Committee of Medical Journal Editors », N Engl J Med, vol. 351, no 12,‎ septembre 2004, p. 1250–1 (PMID 15356289, DOI 10.1056/NEJMe048225, lire en ligne)
  17. (en) Law MR, Kawasumi Y, Morgan SG, « Despite law, fewer than one in eight completed studies of drugs and biologics are reported on time on ClinicalTrials.gov. », Health Aff (Millwood), vol. 30, no 12,‎ 2011, p. 2338-45 (PMID 22147862, DOI 10.1377/hlthaff.2011.0172, lire en ligne)
  18. (en) Mathieu S, Boutron I, Moher D, Altman DG, Ravaud P, « Comparison of registered and published primary outcomes in randomized controlled trials. », JAMA, vol. 302, no 9,‎ 2009, p. 977-84 (PMID 19724045, DOI 10.1001/jama.2009.1242, lire en ligne)
  19. a et b (en) Hopewell S, Dutton S, Yu LM, Chan AW, Altman DG, « The quality of reports of randomised trials in 2000 and 2006: comparative study of articles indexed in PubMed », Br Med J, vol. 340,‎ 2010, c723 (PMID 20332510, PMCID 2844941, DOI 10.1136/bmj.c723, lire en ligne)
  20. (en) Byron Jones, Kenward, Michael G., Design and Analysis of Cross-Over Trials, London: Chapman and Hall,‎ 2003
  21. (en) Edward F. Vonesh, Chinchilli, Vernon G., Linear and Nonlinear Models for the Analysis of Repeated Measurements, London: Chapman and Hall,‎ 1997, 111–202 p., « Crossover Experiments »
  22. Bruno Giraudeau, « L’essai clinique randomisé par grappes », M/S : médecine sciences, vol. 20, no 3,‎ 2004, p. 363-366 (ISSN 0767-0974, lire en ligne)
  23. (en) Piaggio G, Elbourne DR, Altman DG, Pocock SJ, Evans SJ; CONSORT Group, « Reporting of noninferiority and equivalence randomized trials: an extension of the CONSORT statement », JAMA, vol. 295, no 10,‎ 2006, p. 1152–60 (PMID 16522836, DOI 10.1001/jama.295.10.1152, lire en ligne)
  24. a, b, c, d et e (en) Schulz KF, Grimes DA, « Generation of allocation sequences in randomised trials: chance, not choice », Lancet, vol. 359, no 9305,‎ 2002, p. 515–9 (PMID 11853818, DOI 10.1016/S0140-6736(02)07683-3, lire en ligne)
  25. (en) Lachin JM, « Statistical properties of randomization in clinical trials », Control Clin Trials, vol. 9, no 4,‎ 1988, p. 289–311 (PMID 3060315, DOI 10.1016/0197-2456(88)90045-1)
  26. a et b (en) Buyse ME, « Analysis of clinical trial outcomes: some comments on subgroup analyses », Control Clin Trials, vol. 10, no 4 Suppl,‎ 1989, p. 187S–194S (PMID 2605967, DOI 10.1016/0197-2456(89)90057-3)
  27. (en) Lachin JM, Matts JP, Wei LJ, « Randomization in clinical trials: conclusions and recommendations », Control Clin Trials, vol. 9, no 4,‎ 1988, p. 365–74 (PMID 3203526, DOI 10.1016/0197-2456(88)90049-9)
  28. (en) Forder PM, Gebski VJ, Keech AC, « Allocation concealment and blinding: when ignorance is bliss », Med J Aust, vol. 182, no 2,‎ 2005, p. 87–9 (PMID 15651970, lire en ligne)
  29. (en) Pildal J, Chan AW, Hróbjartsson A, Forfang E, Altman DG, Gøtzsche PC, « Comparison of descriptions of allocation concealment in trial protocols and the published reports: cohort study », BMJ, vol. 330, no 7499,‎ 2005, p. 1049 (PMID 15817527, PMCID 557221, DOI 10.1136/bmj.38414.422650.8F, lire en ligne)
  30. a et b (en) Wood L, Egger M, Gluud LL, Schulz KF, Jüni P, Altman DG, Gluud C, Martin RM, Wood AJ, Sterne JA, « Empirical evidence of bias in treatment effect estimates in controlled trials with different interventions and outcomes: meta-epidemiological study », BMJ, vol. 336, no 7644,‎ 2008, p. 601–5 (PMID 18316340, PMCID 2267990, DOI 10.1136/bmj.39465.451748.AD, lire en ligne)
  31. (en) Devereaux PJ, Manns BJ, Ghali WA, Quan H, Lacchetti C, Montori VM, Bhandari M, Guyatt GH, « Physician interpretations and textbook definitions of blinding terminology in randomized controlled trials », J Am Med Assoc, vol. 285, no 15,‎ 2001, p. 2000–3 (PMID 11308438, DOI 10.1001/jama.285.15.2000, lire en ligne)
  32. (en) Haahr MT, Hróbjartsson A, « Who is blinded in randomized clinical trials? A study of 200 trials and a survey of authors », Clin Trials, vol. 3, no 4,‎ 2006, p. 360–5 (PMID 17060210, DOI 10.1177/1740774506069153, lire en ligne)
  33. (en) Marson AG, Al-Kharusi AM, Alwaidh M, Appleton R, Baker GA, Chadwick DW, et al, « The SANAD study of effectiveness of valproate, lamotrigine, or topiramate for generalised and unclassifiable epilepsy: an unblinded randomised controlled trial », Lancet, vol. 369, no 9566,‎ 2007, p. 1016–26 (PMID 17382828, PMCID 2039891, DOI 10.1016/S0140-6736(07)60461-9)
  34. (en) Chan R, Hemeryck L, O'Regan M, Clancy L, Feely J, « Oral versus intravenous antibiotics for community acquired lower respiratory tract infection in a general hospital: open, randomised controlled trial », BMJ, vol. 310, no 6991,‎ 1995, p. 1360–2 (PMID 7787537, PMCID 2549744, lire en ligne)
  35. (en) Fukase K, Kato M, Kikuchi S, Inoue K, Uemura N, Okamoto S, Terao S, Amagai K, Hayashi S, Asaka M; Japan Gast Study Group, « Effect of eradication of Helicobacter pylori on incidence of metachronous gastric carcinoma after endoscopic resection of early gastric cancer: an open-label, randomised controlled trial », Lancet, vol. 372, no 9636,‎ 2008, p. 392–7 (PMID 18675689, DOI 10.1016/S0140-6736(08)61159-9)
  36. (en) Zwarenstein M, Treweek S, Gagnier JJ, Altman DG, Tunis S, Haynes B, Oxman AD, Moher D; CONSORT group; Pragmatic Trials in Healthcare (Practihc) group, « Improving the reporting of pragmatic trials: an extension of the CONSORT statement », BMJ, vol. 337,‎ 2008, a2390 (PMID 19001484, DOI 10.1136/bmj.a2390, lire en ligne)
  37. (en) Hollis S, Campbell F, « What is meant by intention to treat analysis? Survey of published randomised controlled trials », Br Med J, vol. 319, no 7211,‎ 1999, p. 670–4 (PMID 10480822, PMCID 28218, lire en ligne)
  38. (en) A B Parker, C D Naylor, « Subgroups, treatment effects, and baseline risks: some lessons from major cardiovascular trials », American heart journal, vol. 139, no 6,‎ juin 2000, p. 952-961 (ISSN 0002-8703, PMID 10827374, DOI 10.1067/mhj.2000.106610, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bhargava, Alok Randomized controlled experiments in health and social sciences: Some conceptual issues. Economics and Human Biology, 2008, 6, 293-298.
  • (en) Domanski MJ, McKinlay S. Successful randomized trials: a handbook for the 21st century. Philadelphia: Lippincott Williams & Wilkins, 2009. ISBN 978-0-7817-7945-6.
  • (en) Jadad AR (en), Enkin M. Randomized controlled trials: questions, answers, and musings. 2nd ed. Malden, Mass.: Blackwell, 2007. ISBN 978-1-4051-3266-4.
  • (en) Matthews JNS. Introduction to randomized controlled clinical trials. 2nd ed. Boca Raton, Fla.: CRC Press, 2006. ISBN 1-58488-624-2.
  • (en) Nezu AM, Nezu CM. Evidence-based outcome research: a practical guide to conducting randomized controlled trials for psychosocial interventions. Oxford: Oxford University Press, 2008. ISBN 978-0-19-530463-3.
  • (en) Solomon PL, Cavanaugh MM, Draine J. Randomized controlled trials: design and implementation for community-based psychosocial interventions. New York: Oxford University Press, 2009. ISBN 978-0-19-533319-0.
  • (en) Torgerson DJ, Torgerson C. Designing randomised trials in health, education and the social sciences: an introduction. Basingstoke, England, and New York: Palgrave Macmillan, 2008. ISBN 978-0-230-53735-4.

Liens externes[modifier | modifier le code]