Axel Kahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kahn.
Axel Kahn
Description de cette image, également commentée ci-après

Axel Kahn (2015)

Naissance (71 ans)
Le Petit-Pressigny (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Champs Médecine, génétique et biologie moléculaire
Institutions Inserm
Université Paris Descartes
Renommé pour Travaux sur la thérapie génique

Axel Kahn, né le au Petit-Pressigny (Indre-et-Loire), est un scientifique, médecin généticien et essayiste français. Directeur de recherche à l'Inserm et ancien directeur de l'Institut Cochin, il a été également le président de l'université Paris Descartes (2007-2011).

Axel Kahn est surtout connu du grand public pour ses actions de vulgarisation scientifique et ses prises de positions sur des questions éthiques et philosophiques ayant trait à la médecine et aux biotechnologies – notamment le clonage et les OGM – en particulier dans la cadre de son travail au sein du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) de 1992 à 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales et études[modifier | modifier le code]

Axel Maurice René Kahn est né le au Petit-Pressigny (Indre-et-Loire)[1]. Il est le fils du philosophe Jean Kahn-Dessertenne (1916-1970) et de Camille Ferriot (1914-2005) originaires de Mussy-sur-Seine (Aube), le frère du journaliste Jean-François Kahn (né en 1938) et du chimiste Olivier Kahn (1942-1999)[2].

Il passe les premières années de sa vie en nourrice au Petit-Pressigny, puis en 1949, il rejoint sa famille à Paris où son père dirige une école privée. Ses parents se séparent en 1954 et Axel reste avec sa mère et son frère Olivier. En 1957, elle fait une rechute de tuberculose et se fait soigner une année durant dans un sanatorium à Chamonix. Axel est envoyé en pension à Saint-Germain-en-Laye. Très attiré par la religion catholique au point d'envisager un temps d'entrer dans les ordres, il perd la foi alors qu'il est pensionnaire en classe de seconde à Blois dans un lycée jésuite. Il réalise également ses origines juives et découvre le racisme[3].

Axel Kahn entre en classe de première au lycée Buffon à Paris. Il s'engage à cette époque auprès du Parti communiste et devient en 1961 secrétaire des jeunesses communistes du lycée[3]. Après le baccalauréat qu'il obtient avec mention[2], il fait des études de médecine et devient interne des Hôpitaux de Paris à l'hôpital Lariboisière notamment. Durant son service militaire, en 1967-1968, il fait sa coopération comme médecin-chef dans la préfecture de Haute-Kotto en République centrafricaine. Le , son père se suicide en laissant, à lui seul, un message : « [...] sois raisonnable et humain [...] », événement qu'il considère de grande importance dans sa vie[4].

Parcours scientifique[modifier | modifier le code]

Axel Kahn est docteur en médecine avec une spécialité en hématologie (1974) et docteur ès sciences (1976). Il devient chercheur à l'Inserm avec une spécialisation en biochimie et intègre en tant que chargé de recherches, en 1976, le groupe de Jean-Claude Dreyfus au sein de l'Institut de Pathologie moléculaire de l'hôpital Cochin créé en 1969 et dirigé par Georges Schapira, qui formera le cœur du futur Institut Cochin. Il effectue l'ensemble de sa carrière de chercheur à l'Inserm, devenant directeur de recherche de seconde classe en 1978, de première classe en 1988, puis de classe exceptionnelle en 1993[5]. En parallèle de ses activités de recherche, il exerce la médecine jusqu'en 1992, notamment à l’hôpital Beaujon[3]. Il est également membre fondateur et le rédacteur en chef, de 1986 à 1997, de la revue scientifique franco-québécoise Médecine/sciences[6].

Travaux de recherche[modifier | modifier le code]

Ses travaux portent sur la génétique moléculaire appliquée à l’étude de maladies héréditaires, notamment hématologiques, et à celle des mécanismes de la différenciation et de la régulation de l’expression des gènes[5]. Il est l'auteur avec ses équipes de plus de 450 articles parus dans des revues scientifiques de premier plan[7].

Dans la continuité de sa sa thèse de doctorat consacrée en 1976 au déficits en glucose-6-Phosphate déshydrogénase[8], il développe des recherches en enzymologie, s'intéressant en particulier aux anomalies biochimiques à l'origine des anémies liées aux déficits en enzymes telles que la phosphofructo-kinase, la phosphoglycérate-kinase, et la pyruvate-kinase dont il est un spécialiste[9]. Ses résultats d'enzymologie lui permettent de mettre en évidence le caractère monoclonal de la splénomégalie myéloïde[5]. Il démontre également que la pyruvate-kinase, enzyme des globules rouges et du foie, peut être codée par le même gène sous le contrôle de deux promoteurs distincts[10].

À la fin des années 1970, Axel Kahn commence à s’intéresser au génie génétique pour étudier la synthèse des enzymes mutés[11]. Après avoir cloné l’ADN complémentaire et le gène de la pyruvate-kinase, Axel Kahn et son équipe contribuent de manière significative à la compréhension de la régulation de ce gène par le glucose[12]. En collaboration avec l'unité Inserm 293 de Nathalie Josso, il dirige l'équipe qui clone l’ADN complémentaire et le gène de l’hormone antimüllérienne[13]. Avec Jamel Chelly, il met en évidence le mécanisme de la transcription illégitime dans lequel n’importe quel gène peut être transcrit dans n’importe quel type de cellule[14],[15].

Il s'oriente dans les années 1990 vers la thérapie génique en dirigeant des équipes de recherche qui étudient les possibilités thérapeutiques du transfert de gènes. Elles montrent en 1993 l'efficacité d'une thérapie génique locale sur la souris pour la myopathie de Duchenne[16]. Dans le même temps, les travaux du groupe emmené par Livia Poenaru établissent la possibilité du transfert de gènes dans les cellules du cerveau[17]. Cette méthode sera utilisée pour tenter de traiter la dégénérescence moto-neuronale chez la souris[18]. Une autre équipe évalue quant à elle la possibilité de repeupler le foie de la souris grâce au transfert d'hépathocytes résistants à l’apoptose[19]. Avec Christine Perret-Mayeux, il dirige les travaux qui démontrent en 1998 l'importance des mutations du gène codant la β-caténine dans les carcinomes hépatocellulaires chez la souris et chez l’homme[20].

Enfin en 2001, l’équipe de Sophie Vaulont qu'il supervise découvre en même temps que l'équipe l’unité Inserm 522 dirigée par Christiane Guillouzo l'implication de l’hepcidine dans le métabolisme du fer[21].

Conseils et expertise[modifier | modifier le code]

Axel Kahn préside de 1988 à 1997 la Commission du génie biomoléculaire auprès du ministère de l'Agriculture et de la Pêche[22], chargée d’évaluer les risques liés à l'utilisation de PGM, plantes génétiquement modifiées[23]. Ardent défenseur des applications agricoles de la génétique qu'il qualifie « d'industrie aux promesses prodigieuses »[24]. Il quitte la présidence de la Commission du génie biomoléculaire début 1997[25] lorsque le gouvernement français interdit la culture du maïs transgénique en France. Il est ensuite nommé directeur scientifique adjoint pour les sciences de la vie de la société Rhône-Poulenc de 1997 à 1999, ce qui aux yeux de certains lui fait perdre en crédibilité dans le débat sur les OGM[24],[26] car cette compagnie en était l'acteur français le plus important.

Il est membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) de 1992 à 2004, et en a présidé la section technique de 1992 à 1994. Il s'est notamment déclaré hostile au clonage thérapeutique, au motif qu'il « attenterait à la dignité humaine ».

Au niveau de la Commission européenne, il est nommé président du Groupe d'experts de haut niveau pour les Sciences de la Vie (un organe de conseil sur les biosciences et les biotechnologies) de 2000 à 2002 par le commissaire européen chargé de la recherche, Philippe Busquin[27].

Il est également membre en 1998 du conseil scientifique de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Axel Kahn est nommé, en Conseil des ministres en , membre de la commission présidée par Simone Veil, pour la révision du préambule de la Constitution française de 1958.

Il rejoint en 2014 le Comité de déontologie du Comité National Olympique et Sportif Français.

Il succède en à Louis Schweitzer en tant que président du Comité d'éthique commun de l'INRA, du CIRAD et de l'IFREMER.

Parcours administratif[modifier | modifier le code]

Institut Cochin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Institut Cochin.

Axel Kahn termine son internat en hématologie à l'hôpital Beaujon au sein de l'unité Inserm 24, « Physiopathologie hépatique », dans l'équipe de Pierre Boivin. Il devient chargé de recherches en 1974, puis intègre en 1976 l'unité Inserm 129, « Enzymologie pathologique », dirigée par Jean-Claude Dreyfus, et située rue du Faubourg-Saint-Jacques dans le complexe de l'hôpital Cochin[11]. Après son départ à la retraite en 1984, Axel Kahn prend la tête de l'unité Inserm 129 devenu un laboratoire de génétique moléculaire, réorganisé sous le nom « Recherche de génétique et pathologie moléculaires »[28]. Elle compte en 1986 plus de 50 personnes travaillant dans cinq équipes de recherche. Axel Kahn est le responsable scientifique de trois d'entre-elles[11]. En 1998, l'unité Inserm 129 renommée « Recherche en Physiologie et Pathologie Génétiques et Moléculaires » est composée de plus de 80 personnes réparties dans sept équipes de recherche[29]. Axel Kahn la dirige jusqu'en 2002[30].

L'Institut Cochin de Génétique Moléculaire (ICGM) est créé en 1990 rue Méchain sous l'impulsion de Jean-Paul Levy et avec le soutien d'Axel Kahn[31]. Il s'agit d'un institut fédératif qui met en commun les ressources de plusieurs unités de recherche dont l'unité Inserm 152 de Jean-Paul Levy et l'unité Inserm 129 d'Axel Kahn. L'Institut Cochin est créé le sur la base de l'ICGM en fusionnant les unités de recherche qu'il associait et en agglomérant d'autres. Ce nouvel ensemble est un centre intégré de recherche biomédicale pluridisciplinaire placé sous la triple tutelle de l'Inserm, du CNRS et de l'université Paris Descartes[32]. Il compte à sa création prés de 550 personnes dont 190 chercheurs[33], travaillant dans 43 équipes de recherche regroupées en 6 départements[34]. Axel Kahn, qui en est à l'origine, en est le premier directeur jusqu'en 2007[32]. Il prend également la direction de l'Institut fédératif de recherche Alfred Jost (IFR 116) dont l'Institut Cochin constitue la plus grande partie.

En 2004, comme quelques personnalités de l'Institut Cochin, il soutient très activement le mouvement des chercheurs Sauvons la recherche[35],[36].

Université Paris Descartes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université Paris Descartes.

Axel Kahn se porte candidat à la présidence de l'université Paris Descartes en [37]. Il est élu le par le Conseil d'administration[38]. Il a précisé ses objectifs et sa vision de la loi Pécresse sur l'autonomie des universités dans un entretien au journal Le Point[39]. Il a néanmoins apporté son soutien à l'Academic Pride[40]. Le , il est élu président de la commission recherche de la Conférence des présidents d'université (CPU). Son mandat de président de l'université Paris Descartes prend fin le . Atteint par la limite d'âge, il ne se présente pas à sa propre succession[41]. Il est depuis président honoraire de l'université.

Axel Kahn a pris position en faveur de la réforme sur l'autonomie des universités (mettant jusqu'à sa présidence de Paris Descartes en jeu[42]) ainsi qu'en faveur du décret sur les universitaires, qui suscite l'opposition d'un nombre important d'enseignants-chercheurs en 2009. Il s'est toutefois désolidarisé du président Sarkozy qui, lors d'une émission télévisée le , s'est réclamé de son soutien « comme personnalité de gauche ». Le dans une interview sur Europe 1, Axel Kahn a refusé d'être « pris en otage », a reproché au président ses propos méprisants et blessants sur les chercheurs tenus à l'Élysée le et lui a déclaré que, dans ces circonstances, sa réforme « maintenant mal emmanchée » ne passerait pas[43]. Une semaine plus tard, il déclarait la nouvelle version du décret « acceptable » tout en affirmant qu'il « serait inacceptable de compenser par des surcharges de service le manque d'enseignants-chercheurs »[42].

Engagements personnels[modifier | modifier le code]

Axel Kahn est l'auteur ou le co-auteur de nombreux livres de vulgarisation et de réflexion, notamment philosophique et éthique. Il intervient également régulièrement dans le débat public sur ces questions.

Prises de position publiques[modifier | modifier le code]

Depuis 1990, Axel Kahn s'est engagé dans plusieurs débats médiatiques. En 1991, il lance avec d'autres une pétition contre l'utilisation des tests génétiques pour détecter des fraudes chez les athlètes féminines[44]. Depuis 1992, il milite contre la brevetabilité des gènes, par les États-Unis et par l'Europe[45]. Il proteste également contre l'exhumation d'Yves Montand afin de pratiquer, sur sa dépouille, des tests de paternité[46].

En 2000, Axel Kahn s'est opposé non seulement au clonage reproductif, mais aussi au principe du clonage thérapeutique, dénonçant la réification de l'embryon humain[47]. Mettant en question les possibilités thérapeutiques de cette méthode, il la contestait pour des raisons morales. Il a dénoncé le discours des médecins et des scientifiques la présentant comme porteuse d'exceptionnelles promesses médicales. Pour lui, il s'agissait là plus d'un lobbying que d'une réelle information du public. En 2005 et 2006, il a insisté pour que, même si le Parlement finissait par autoriser cette recherche, ce soit pour des raisons scientifiques explicites, et non en arguant des perspectives thérapeutiques alors difficilement réalisables au moins à court et moyen terme. Certains ont interprété cette analyse comme le signe d'un léger infléchissement de sa position ces dernières années.[réf. nécessaire]

Chargé par le CCNE d'instruire la saisine ministérielle sur le sujet, Axel Kahn s'oppose vivement à la jurisprudence de la Cour de cassation sur l'affaire Perruche. Cette jurisprudence indiquait que des praticiens ayant commis une erreur de diagnostic prénatal devaient indemniser non seulement les parents, mais aussi, toute leur vie durant, les enfants handicapés[48].

Toujours dans le cadre de son combat contre le réductionnisme génétique, il répond[49],[50] en 2007 à Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de la République. Ce dernier dans un entretien avec le philosophe Michel Onfray[51] avait fait part de sa conviction d'une origine génétique de la pédophilie et des tendances suicidaires chez les jeunes[52]. En , avec Didier Sicard président du CCNE, il s'oppose vivement à l'amendement[53] présenté par le député Thierry Mariani portant sur l'utilisation des tests génétiques dans le cadre du regroupement familial[54], qu'il déclare « immorale » et « illégitime »[55].

De mai à août 2013, Axel Kahn parcourt la France à pied en soixante-douze étapes, depuis Givet dans les Ardennes à la frontière espagnole au Pays basque. Il partage au quotidien sur les réseaux sociaux ses impressions d'étape et réflexions qui font aussi l'objet d'un livre[56]. De mai à fin juillet 2014, il réalise, également en soixante-douze étapes, une seconde traversée diagonale du pays dans l'autre sens, de la Pointe-du-Raz dans le Finistère à Menton dans les Alpes-Maritimes[57].

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

Axel Kahn en 2012

Axel Kahn prend une part active à la vie associative. Il est ainsi notamment :

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Axel Kahn se décrit comme humaniste[63]. Membre du Parti communiste français jusqu'en 1977[64],[65], Axel Kahn adhère au Parti socialiste après l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République en 1981 et le quitte deux ans après. De 2003 à 2007, il est vice-président de la Société des amis de l'Humanité[66].

Lors des élections législatives françaises de 2007, Axel Kahn copréside avec Albert Jacquard le comité de soutien d'André Aschieri[67] dans la neuvième circonscription des Alpes-Maritimes. À l'occasion des élections municipales françaises de 2008, il est membre des comités de soutien de Bertrand Delanoë, à Paris, et de Pierre Cohen, à Toulouse ; il est intervenu dans les derniers meetings des candidats.

En , dans le cadre de l'élection présidentielle, il compare dans un tweet le rassemblement des partisans de Nicolas Sarkozy sur l'esplanade du Trocadéro le à Paris aux rassemblements nazis de Nuremberg (« Images et symboles sont mobilisés par le Nuremberg du tout petit d'hier, ceux de Résistance et du chant des partisans s'imposent à moi »), avant de s'excuser dans un second tweet dans lequel il demande « pardon à tous » et déclare avoir été bouleversé. Il expliquera plus tard avoir réagi aux « images et aux symboles » qu'évoquaient pour lui ce meeting politique de soutien au candidat-président[68],[69].

En , Axel Kahn intègre l'équipe de campagne de Martine Aubry pour l'élection présidentielle de 2012 chargé d'une thématique de réflexion sur la « refondation du progrès[70] ». Le , il annonce qu'il accepte l'investiture du Parti socialiste pour les élections législatives dans la deuxième circonscription de Paris (5e, 6e et 7e arrondissements), une circonscription sociologiquement acquise à la droite[71] où il devra notamment affronter François Fillon (UMP)[72]. Lors du premier tour, le , Axel Kahn obtient 33,88 % des voix et se qualifie pour un second tour face à François Fillon (48,62 % des suffrages)[73],[74]. Lors du second tour, le , Axel Kahn est battu avec 43,54 % des suffrages exprimés contre 56,46 % à François Fillon.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Axel Kahn est le père de trois enfants issus de son premier mariage[75]. Il épouse en deuxièmes noces le dans le 15e arrondissement de Paris, Pascale Briand, une chercheuse scientifique française[76]. Ils se séparent en [77].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Axel Kahn a reçu des distinctions et récompenses honorifiques :

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Axel Kahn, Pensées en chemin: Ma France des Ardennes au Pays basque, Stock, (ISBN 9782234069770, lire en ligne)
  2. a et b Jean-François Kahn et Axel Kahn, Comme deux frères. Mémoire et visions croisées, Stock, (ISBN 9782234066977, lire en ligne)
  3. a, b et c Axel KAHN, Un Type bien ne fait pas ça...: Morale, éthique et itinéraire personnel, Robert Laffont/bouquins/segher, (ISBN 9782841114764, lire en ligne)
  4. Sandrine Blanchard, « Les Kahn, père nourricier », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. a, b et c histoire, « Axel Kahn / Histoire de l'Inserm », sur histoire.inserm.fr (consulté le 2 avril 2016)
  6. « médecine/sciences(m/s) », sur www.ipubli.inserm.fr (consulté le 3 avril 2016)
  7. « Axel KAHN: biographie et actualités sur EducPros », sur www.letudiant.fr (consulté le 2 avril 2016)
  8. « Catalogue SUDOC », sur www.sudoc.abes.fr (consulté le 2 avril 2016)
  9. « Kahnbio », sur www.histcnrs.fr (consulté le 2 avril 2016)
  10. (en) Joelle Marie, Marie-Pierre Simon, Jean-Claude Dreyfus et Axel Kahn, « One gene, but two messenger RNAs encode liver L and red cell L′ pyruvate kinase subunits », Nature, vol. 292,‎ , p. 70–72 (DOI 10.1038/292070a0, lire en ligne)
  11. a, b et c Jean-François PICARD, « Entretiens avec les acteurs et les témoins de l'histoire de la recherche médicale dans la France du vingtième siècle », sur www.histcnrs.fr (consulté le 2 avril 2016)
  12. (en) Sophie Vaulont, Mireille Vasseur-Cognet et Axel Kahn, « Glucose Regulation of Gene Transcription », Journal of Biological Chemistry, vol. 275,‎ , p. 31555–31558 (ISSN 0021-9258 et 1083-351X, PMID 10934218, DOI 10.1074/jbc.R000016200, lire en ligne)
  13. (en) J. Y. Picard, R. Benarous, D. Guerrier et N. Josso, « Cloning and expression of cDNA for anti-müllerian hormone », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 83,‎ , p. 5464–5468 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 2426698, PMCID 386307, lire en ligne)
  14. (en) J. Chelly, J. P. Concordet, J. C. Kaplan et A. Kahn, « Illegitimate transcription: transcription of any gene in any cell type », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 86,‎ , p. 2617–2621 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 2495532, PMCID 286968, lire en ligne)
  15. Pascale Briand, « Transcription illégitime : implications et mécanismes possibles », médecine/sciences, no 6,‎ , p. 55-56 (lire en ligne)
  16. (en) Thierry Ragot, Nathalie Vincent, Philippe Chafey et Emmanuelle Vigne, « Efficient adenovirus-mediated transfer of a human minidystrophin gene to skeletal muscle of mdx mice », Nature, vol. 361,‎ , p. 647–650 (DOI 10.1038/361647a0, lire en ligne)
  17. Saïd Akli et al., « L'adénovirus : un vecteur efficace pour le transfert de gène dans le cerveau », Médecine/Sciences, no 9,‎ , p. 236-237 (lire en ligne)
  18. (en) G. Haase, P. Kennel, B. Pettmann et E. Vigne, « Gene therapy of murine motor neuron disease using adenoviral vectors for neurotrophic factors », Nature Medicine, vol. 3,‎ , p. 429–436 (DOI 10.1038/nm0497-429, lire en ligne)
  19. (en) Alexandre Mignon, Jacques E. Guidotti, Claudia Mitchell et Monique Fabre, « Selective repopulation of normal mouse liver by Fas/CD95-resistant hepatocytes », Nature Medicine, vol. 4,‎ , p. 1185–1188 (ISSN 1078-8956, DOI 10.1038/2681, lire en ligne)
  20. Alix de La Coste, Béatrice Romagnolo, Pierre Billuart et Claire-Angélique Renard, « Somatic mutations of the β-catenin gene are frequent in mouse and human hepatocellular carcinomas », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 95,‎ , p. 8847–8851 (ISSN 0027-8424, PMID 9671767, PMCID 21165, lire en ligne)
  21. « John Libbey Eurotext - Hépato-Gastro & Oncologie Digestive - L’hepcidine :un nouveau regard sur le métabolisme du fer », sur www.jle.com (consulté le 3 avril 2016)
  22. Commission du génie biomoléculaire, Historique de la composition de la Commission du génie biomoléculaire, (lire en ligne)
  23. (fr) L'Usine Nouvelle, « RENCONTRE :Président de la Commission du génie biomoléculaire », sur usinenouvelle.com,‎ (consulté le 31 mars 2016)
  24. a et b Hervé Kempf, La Guerre secrète des OGM, Seuil (ISBN 9782021015034, lire en ligne)
  25. « La Commission du génie biomoléculaire dans les choux | La Recherche », sur www.larecherche.fr (consulté le 31 mars 2016)
  26. « Axel Kahn, quelle santé! | La Recherche », sur www.larecherche.fr (consulté le 28 mars 2016)
  27. Le Groupe de haut niveau pour les sciences de la vie sur le site de la Commission européenne, sur le site ec.europa.eu
  28. histrecmed, « Jean-Claude Dreyfus », sur www.histrecmed.fr (consulté le 3 avril 2016)
  29. « Inserm U 129 »,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  30. Inserm, « Les directeurs d’unité de recherche / De l'INH à l'Inserm / Histoire de l'Inserm », sur histoire.inserm.fr (consulté le 3 avril 2016)
  31. Anne Lévy-Viet et Jean-François Picard, « Entretiens avec Jean-Paul Lévy », sur www.histrecmed.fr (consulté le 4 avril 2016)
  32. a et b « L'INSTITUT COCHIN : un institut de recherche en biologie fondamentale dédié à la pathologie humaine — Institut Cochin », sur cochin.inserm.fr (consulté le 3 avril 2016)
  33. « Présentation Institut Cochin »,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  34. « La recherche... »,‎ (consulté le 4 avril 2016)
  35. « INA - Jalons - Le collectif "Sauvons la Recherche" - Ina.fr », sur INA - Jalons (consulté le 30 mars 2016)
  36. « La recherche en danger »,‎ (consulté le 30 mars 2016)
  37. Axel Kahn, « Mes trois axes pour Paris 5 », La Lettre de l'Etudiant,‎
  38. « Axel Kahn : “Il serait inimaginable que l’université reste à l’écart de la crise” », sur www.telerama.fr (consulté le 10 avril 2016)
  39. Universités, la loi Pécresse en examen, Le Point numéro 1835 du 15 novembre 2007
  40. Axel Kahn soutient l’Academic Pride, sur le site sciences.blogs.liberation.fr
  41. « Axel Kahn (président de Paris Descartes) : « Pourquoi je ne serai pas candidat à ma succession » - Educpros », sur www.letudiant.fr (consulté le 3 avril 2016)
  42. a et b Kahn: « Je suis prêt à démissionner ! », Le Journal du dimanche, 14 février 2009
  43. Les présidents d'université lâchent la réforme, Le Monde, 10 février 2009
  44. La Chose, le Vivant et l'Humain, par Axel Kahn dans Libération le 13 décembre 1991
  45. Le Gène, matière première, par Axel Kahn dans Et l'homme dans tout ça ?, Nil Ed., Paris, 2000.
  46. La filiation biologique ne me semble pas déterminante, par Axel Kahn, l'Humanité du 8 novembre 1997.
  47. Cellules souches et médecine régénératrice par Axel Kahn dans Médecine/sciences nº4, vol 18, (2002).
  48. Naître et être handicapé, par Axel Kahn dans Raisonnable et humain, Nil Ed, Paris, 2004.
  49. La vieille obsession de la nouvelle droite, par Axel Kahn, Marianne n°519 page 51, avril 2007.
  50. Entretien filmé par LaTéléLibre
  51. Michel Onfray Philosophie Magazine, n°8 avril 2007
  52. Le cerveau d'un homme de droite par Michel Onfray sur le blog de Michel Onfray pour le Nouvel'Obs
  53. Amendement n°36 au projet de loi relatif à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile, n° 57
  54. Filiation et regroupement familial, par Axel Kahn et Didier Sicard, Le Monde du 18 septembre 2007.
  55. ADN et immigration, d'abord une question de morale par Axel Kahn, Le Figaro du 25 septembre 2007.
  56. « Axel Kahn : », sur www.lavie.fr (consulté le 12 avril 2016)
  57. Propos recueillis par Christophe Joly et Gilles Daniel, « Axel Kahn : "Pour lutter contre le FN, il faut réenchanter l'avenir" », sur metronews (consulté le 12 avril 2016)
  58. « Membres - Thérapeutiques innovantes - APEMM », sur www.apemm.org (consulté le 11 avril 2016)
  59. « Comité de parrainage » Coordination pour l'éducation à la non-violence et à la paix », sur education-nvp.org (consulté le 11 avril 2016)
  60. Organigramme de la FIH sur le site fondation-handicap.org
  61. « Ile Seguin : le comité de la cité des Savoirs au ministère », sur leparisien.fr (consulté le 28 mars 2016)
  62. « Les Membres », sur www.biotechnologies-vegetales.com (consulté le 31 mars 2016)
  63. L'entrevue - L'illusion du libéralisme entretien avec Pauline Gravel dans Le Devoir du 19 mars 2007.
  64. Axel Kahn à la recherche de sa généalogie morale dans Le Temps du 20 mars 2004
  65. Comme deux frères - Le siècle à deux sur voir.ca
  66. Axel Kahn : un lieu politique et culturel essentiel, L'Humanité du 9 février 2004.
  67. Albert Jacquard et Axel Kahn, 9 mai 2007
  68. Le généticien Axel Kahn compare le meeting de Sarkozy au Trocadéro à Nuremberg dans Le Parisien du 2 mai 2012
  69. Le Trocadéro comparé à Nuremberg, dépêche AFP du 2 mai 2012
  70. L'équipe de campagne de Martine Aubry, site officiel martineaubry2012.fr
  71. Axel Kahn, "poulain" de Delanoë, lance sa campagne à la Huchette dans Le Monde du .
  72. Fillon, Dati, Kahn,... ils veulent tous la 2e circonscription de Paris! dans Libération du .
  73. Résultats de des élections législatives de 2012, sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  74. Axel Kahn : « Je propose un débat à François Fillon » dans Le Nouvel Observateur du .
  75. La-Croix.com, « Axel Kahn : « Mon dimanche est un jour de marche ou de chevauchée » », sur La Croix (consulté le 3 avril 2016)
  76. Filiation sur Wikifrat (fraternelle.org) Fraternelle : l’encyclopédie biographique de l’Homo erectus
  77. Caroline GLORION et Axel KAHN, L'ultime liberté ?, EDI8, (ISBN 9782259213660, lire en ligne)
  78. « Axel KAHN | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 11 avril 2016)
  79. Décret du 16 mai 2008 paru au Journal officiel de la République française du 17 mai 2008.
  80. a, b et c Curriculum Vitae Axel Kahn sur World Health Summit, consulté le 10 juin 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]