Hygiène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections et l'apparition de maladies infectieuses. Elle se base essentiellement sur trois actions :

Par extension, on parle aussi d'« hygiène de vie », d'« hygiène alimentaire » et d'« hygiène mentale » pour des actions et activités permettant de prévenir l'apparition de troubles, comme la pratique d'un sport, l'abstention de fumer ou de boire de l'alcool.

L'apprentissage de la toilette est un des éléments de l'éducation à l'hygiène
La toilette du chat, acte instinctif
Nécessaire de toilette, utilisé lors de la Première Guerre mondiale

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Hygiène sous la Rome antique.
Au XIVe siècle, la toilette corporelle est sèche (excepté pour les mains et le visage) : les parties sales du corps sont frottées par un linge propre.

Le mot hygiène dérive du nom de la déesse grecque Hygie (dont l'étymologie vient du grec ancien ὑγιεινός, hugieinós « bon pour la santé »), qui était la déesse de la santé et de la propreté. Fille d'Asclépios, le dieu de la médecine, Hygie symbolise la prévention alors que sa sœur Panacée est la déesse guérisseuse reliée au traitement médical et aux médicaments. Cette origine mythologique explique que les Grecs entretiennent intitialement avec leur corps des rapports de vertu, l'hygiène considérée à cette époque comme purificatrice étant ritualisée lors de cérémoniaux propitiatoires ou de libations. Dans la Grèce antique et la Rome antique, l'hygiène est symbole de santé et se concrétise par exemple par la fréquentation des bains publics. Le médecin Hippocrate, le premier hygiéniste connu de l'Antiquité, s'efforce d'utiliser l'hygiène à des fins curatives mais aussi préventives. Il écrit trois livres sur le régime consacrés à la diététique, la propreté et l'hygiène, dans lesquels il préconise les exercices corporels, la pratique de bains thérapeutique et la modération dans les consommations (tempérance alimentaire, sobriété alcoolique)[1]. Platon attribue l'invention de la gymnastique médicinale au médecin Hérodicus de Lentini qui avait constaté les effets bénéfiques de l'exercice physique sur la santé[2].

Au Moyen Âge en Europe, le manuel de diététique et traité d'hygiène de référence est le Tacuinum sanitatis duquel les médecins extraient des conseils généraux d'hygiène, adaptés aux configurations astronomiques, aux conditions climatiques et à l'âge des patients. L'hygiène domestique médiévale concerne aussi les repas : un véritable guide du savoir-vivre apparaît au XVe siècle, Les Contenances de la table qui recommandent notamment de se laver les mains avant le repas ou de s'essuyer la bouche avant de boire. La nourriture est un chapitre essentiel de l'art médical et de nombreux traités médiévaux d'art culinaire ne sont que des adaptations du Régime du corps du médecin italien Aldebrandin de Sienne[3]. Les étuves et bains publics populaires (hommes et femmes s'y baignant dans des baquets communs) ou raffinés sont en plein essor au XIIIe siècle. Au XIVe siècle, l'église catholique d'Europe centrale et occidentale interdit leur pratique et cherche à fermer les établissements la permettant. Elle désapprouve également les bains à la rivière et recommande avant tout les ablutions, la seule eau pure étant l'eau de baptême destinée au salut de l'âme. Une des raisons invoquées pour bannir les étuves, bains publics et bains de rivière est qu'ils sont suspectés de propager la peste et que les premiers sont assimilés à des lieux de débauche, parfois de façon justifiée, même si cette débauche n'empêche pas l'hygiène corporelle : leur fermeture se fera progressivement au cours des XVIe et XVIIe siècles. Ces prescriptions religieuses expliquent qu'aux XIVe et XVe siècles apparaissent dans les maisons aisées, au plus près du lit, les « estuves » ou bains privés, la « cuve baigneresse » (cuvier en bois cerclé, dont les parois sont doublées avec une toile pour éviter les échardes) ou la fontaine murale et, plus rarement dans les maisons plus modestes (car le bain chaud reste un luxe qui coûte cher), les baquets et bassines qui sont plus réservés au lavage du linge. Le bain privé reste cependant essentiellement un privilège de riche et un signe d'hospitalité[4],[5].

Mais c'est à partir de la Renaissance que la société de cour (puis toute la population) fuit l'eau[6], accusée de transmettre des maladies en ouvrant les pores de la peau et ainsi l'organisme, à l'action néfaste de toutes les maladies. En amollissant la peau, on croit rendre sa protection plus faible contre toutes les infections. Les parfums (jasmin, cannelle, jonquille, musc) camouflent les mauvaises odeurs et sont censés servir de désinfectants, les pastilles d’anis servent à parfumer l’haleine. Le développement des cosmétiques (notamment l'usage des fards rouges et blancs introduit par Catherine de Médicis ou le poudrage du corps et des cheveux par la pommade de Florence, la poudre de Chypre) souligne qu'à la cour, la vue s’impose face à l’odorat et au toucher. La toilette sèche se fait sur le corps par friction avec un linge propre ou un frottoir en peau, seul le visage et les mains se lavent à l'eau et au savon (ou l'herbe à fossé pour les moins nantis). Le corps est protégé sous la crasse, ainsi un habit blanc devenu noir est bien perçu. Seules les personnes aisées, qui peuvent changer souvent de vêtements, pratiquent une hygiène vestimentaire[7],[8]. La toilette des plus nobles est complétée par l'application de baumes et onguents aux vertus préventives, apportés notamment par les Grandes découvertes. Luigi Cornaro écrit en 1558 De la sobriété. Conseils pour vivre longtemps qui « sert de modèle aux ouvrages d'hygiène classiques où la santé est quasi idéalisée, permettant d'épurer le corps, de l'alléger, l'éloignant de toute maladie »[9].

À partir du XVIIe siècle, la « toilette sèche » perdure mais l'usage de l'eau réapparaît progressivement[10]. Les premiers cabinets de bain se développent chez les gens riches et raffinés dont la blancheur de linge est soulignée au col et au poignet. Le bain froid est jugé hygiénique non par son pouvoir nettoyant mais par son pouvoir tonifiant, le bain chaud ne reste qu'une pratique médicale. La bourgeoisie dénonce le caractère masquant des parfums et cosmétiques de la noblesse, leur usage de fards blanchissant la peau se fait plus léger[11]. À partir du XVIIIe siècle qui connaît la terreur des miasmes, les philosophes et médecins se penchent sur les questions de l'hygiène individuelle et collective, précurseur de la santé publique. L'hygiène concerne aussi la « propreté du dessous » puis la propreté de la peau qui se fait entièrement par le lavage. La réapparition des établissements de bain et la multiplication d'espaces spécialisés (cabinets de bain, bidet, latrines collectives plus simplement dans les châteaux ou abbayes mais aussi dans les maisons modestes) est liée avec le développement de la notion d'intimité. Les grandes villes se dotent d'égouts souterrains[12].

Au XIXe siècle, Louis Pasteur développe une théorie des germes selon laquelle certaines maladies sont causées par des micro-organismes. Un nouveau courant de pensée, l'hygiénisme, s'appuie sur les travaux pastoriens et s'intéresse à tous les aspects de la vie quotidienne (propreté des villes, pollutions, réseaux d'eau). Les scientifiques et médecins formulent des recommandations comme le lavage des mains et la toilette quotidienne à l'eau et au savon. Ces instructions sanitaires s'invitent alors autant dans les classes d'école que dans la cour de récréation et dans les familles[13]. Le thermalisme réputé pour la santé se développe, répondant à la vocation d'une ville de santé conforme aux préceptes de l'hygiénisme urbain[14]. La fin du siècle marque le développement des salles de bain et des toilettes dans les logements en lien avec le développement de l'eau courante dans les maisons[15].

C'est Ignace Philippe Semmelweis qui met en évidence le risque nosocomial. Il devine en 1846 les vrais mécanismes de la contagion de fièvres puerpérales dans une maternité. C’est l’observation des taux de mortalité qui le met sur la piste : les femmes meurent moins en accouchant à leur domicile, à la maternité des sages-femmes de Vienne ou même dans la rue qu’à l’hôpital. Un comble ! Il arrive à la conclusion que les fièvres puerpérales sont véhiculées par les médecins eux-mêmes lorsqu’ils passent des salles de dissection et d’autopsie aux salles d’accouchement sans se laver les mains ni changer de blouses. Il mourut fou de ne pas avoir convaincu les scientifiques de son époque.

Techniques[modifier | modifier le code]

Dessin humoristique montrant une méthode moderne et imaginaire de lavage et d'épouillage des soldats. Ce dessin date probablement de la Première Guerre mondiale ; il est sans doute fait par un artiste du musée de la santé de l'armée américaine.

Nettoyage et détersion[modifier | modifier le code]

Le nettoyage est le fait d'enlever les matières indésirables, dont notamment la matière organique (dont les graisses) ou les matières minérales (dont le calcaire ou tartre), qui peuvent elles-mêmes contenir des micro-organismes ; le nettoyage ou désinfection permet également d'enlever certains micro-organismes. La détersion (détergence) est l'action de nettoyage qui consiste à enlever les salissures qui adhèrent à l'objet ou au tissu vivant.

Le nettoyage fait en général intervenir quatre paramètres : une action mécanique (pression de l'eau, frottement…), chimique (dissolution de certaines matières dont les graisses), la température de l'eau servant à la dilution de la solution et enfin le temps d'action du détergent (Cercle de Sinner ou CINER).
L'importance de l'hygiène des matériels en agroalimentaire, les procédures de nettoyage appliquées après chaque fabrication permettent de produire des aliments sains et donc autorisent des conservations alimentaires plus longues.

La méthode et le produit à employer dépendent de la nature de la souillure et de la fragilité du sujet du nettoyage ; pour l'hygiène corporelle, on emploie en général de l'eau tiède sans pression ou basse pression et du savon, mais pour des instruments, on peut utiliser des méthodes plus agressives.

Le nettoyage et la détersion n'ont qu'une action momentanée.

Désinfection et stérilisation[modifier | modifier le code]

La désinfection consiste à tuer, éliminer ou inactiver les micro-organismes (parasites, bactéries) ou les virus indésirables selon un objectif donné (par exemple diminuer la quantité de tel ou tel organisme en dessous d'un seuil fixé).

Quand la désinfection porte sur un tissu vivant, on parle d'antisepsie ; quand elle porte sur du matériel de soin, on parle de décontamination.

L'antisepsie et la désinfection ont une action limitée dans le temps.

La stérilisation consiste à éliminer du matériel la totalité des micro-organismes, et à conditionner ce matériel pour maintenir cet état de stérilité (voir aussi l'article Microbiologie > La stérilisation).

Les principales méthodes de désinfection et stérilisation utilisées sont : des méthodes chimiques, la température et la pression (pasteurisation, autoclave), les radiations. La vapeur sert particulièrement dans les blocs opératoires car la désinfection est alors quasi complète[16].

Conservation des aliments[modifier | modifier le code]

La conservation des aliments, et tout particulièrement celle de la viande, se base sur des techniques de barrière physique (ensachage, expérience de Pasteur), d'emballage sous vide, de froid, ou d'utilisation de gaz tuant la vie (azote).

Hygiène collective : santé publique[modifier | modifier le code]

Quartier souffrant d'un manque d'assainissement à Dlo Gervier, Cap-Haïtien, Haïti.

Enjeux[modifier | modifier le code]

L'hygiène est un enjeu de santé publique, l'accès à un environnement (eau, air, sol, écosystèmes) propre et sain étant une condition première du développement durable. L'accès à l'eau potable a en particulier été reconnu au sommet de la terre de Johannesburg comme un enjeu majeur pour le XXIe siècle. Ceci passe aussi par une réduction et bonne gestion des déchets et des substances potentiellement toxiques ou contaminantes.

L'apprentissage des mesures barrières (utilisation du préservatif, hygiène quotidienne, mise en quarantaines, hygiène des mains) est un enjeu d'hygiène publique face aux risques de maladies nosocomiales, d'épidémies ou de pandémies : sida, tuberculose, grippeetc.

Hygiène préventive[modifier | modifier le code]

L'hygiène préventive se décline, selon l'Organisation mondiale de la santé, en trois classes de prévention[réf. nécessaire] :

Hygiène individuelle[modifier | modifier le code]

Hygiène de la cuisine[modifier | modifier le code]

Pour l'hygiène de la cuisine, lieux de développement de très nombreux germes en raison de l'arrivée d'aliments de l'extérieur et de leur traitement, les principaux conseils sont[17] :

Conservation des aliments

  • Protéger les aliments (couvercles, films transparents ou aluminium).
  • Ne pas maintenir les denrées à plus de 4 degrés Celsius (température permettant le développement de bactéries).
  • Dans le réfrigérateur : ne pas mélanger les produits « polluants » (fruits et légumes dont la peau peut être sale) avec les produits sensibles (viandes, poissons).
  • Décongeler au réfrigérateur et non à l’air ambiant afin d'éviter le développement de germes.
  • Conserver les produits entamés au froid, protégés (emballés), et les manger dans les 24 heures.

Manipulation des aliments

  • Se laver les mains et les sécher : une main humide transporterait cent fois plus de microbes qu’une main sèche.
  • Maintenir le plan de travail propre. Nettoyer et désinfecter le plan de travail entre chaque manipulation d'aliments de différentes catégories (viande, poisson, légumes, etc.).
  • Les fruits et les légumes doivent être parfaitement lavés avant utilisation. Il ne sert à rien de les laver avant épluchage, car les épluchures sont considérées comme "sales", et vont contaminer l'aliment. Le lavage des aliments après épluchage sert donc à décontaminer l'aliment. Il est possible d'ajouter une quantité infime de javel dans l'eau où on lave les légumes pour tuer 100% des micro-organismes. Cela n'altère pas le goût de l'aliment et n'est pas dangereux pour l'homme, à partir du moment où l'aliment est correctement rincé par la suite. Seulement, il faut avoir une maîtrise parfaite des dosages avant de refaire cette technique chez soi. [réf. nécessaire]
    Cette section n’est pas rédigée dans un style encyclopédique. Améliorez sa rédaction !
  • La coquille d'œuf est pleine de micro-organismes. Une couche protège néanmoins l'œuf de ces bactéries. Lorsque l'œuf est en contact avec de l'eau, cette couche protectrice part et l'œuf devient poreux, ce qui laisse un passage entre les micro-organismes et l'œuf. Il ne faut donc surtout pas laver un œuf avant utilisation. Lorsqu'une coquille d'œuf tombe dans une préparation, cette dernière est donc contaminée. Il est donc conseillé de casser les œufs un à un dans un petit récipient et de les transvaser, pour éviter toute contamination.

Après la cuisine

  • Bien nettoyer le plan de travail, les doigts et les ustensiles, surtout après avoir manipulé des aliments crus d’origine animale (viande, œufs).
  • Laver la vaisselle, en veillant à ce que la vaisselle sale ne croise pas la vaisselle propre.
  • Éviter les tampons à récurer et laine d’acier, dont les miettes sont un risque pour la santé.
  • Utiliser un nettoyant ménager pour le sol après les repas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Laty, Histoire des bains, Presses universitaires de France, , p. 10-11
  2. Evelyne Samama, Les médecins dans le monde grec, Librairie Droz, , p. 11
  3. Pierre Riché, Éducation et culture dans l'Occident médiéval, Variorum, , p. 64
  4. N. Faucherre, L'hygiène dans les châteaux forts au Moyen Âge, Le Bugue, 1992, p. 45
  5. Yves Esquieu, Jean-Marie Pesez, Cent maisons médiévales en France: du XIIe au milieu du XVIe siècle, CNRS Éd, , p. 121
  6. L'eau, associée à des plantes pour le bain ou en décoction, est vue comme un agent thérapeutique mais pas nettoyant.
  7. L'hygiène au Moyen Âge
  8. Vigarello 1987, p. 19-43.
  9. Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, Histoire du corps. De la Renaissance aux Lumières, Seuil, , p. 517
  10. Michel Lamy, L'eau de la nature et des hommes, Presses Universitaires de Bordeaux, , p. 164
  11. Philippe Perrot, Le corps féminin aux XVIIIe et XIXe siècles, éd.Seuil, 1984, p. 48
  12. Vigarello 1987, p. 107-134.
  13. Stéphane Frioux, Didier Nourrisson, Propre et sain ! Un siècle d'hygiène à l'école en images, Armand colin, , 192 p.
  14. Villes d'eaux : histoire du thermalisme, Comité des travaux historiques et scientifiques, , p. 439
  15. Il est à noter cependant qu'en 1892, un tiers des villes françaises de plus 5 000 habitants n'ont pas de distribution d'eau. Source : Stéphane Frioux, Patrick Fournier, Sophie Chauveau, Hygiène et santé en Europe : de la fin du XVIIIe siècle aux années 1920, Editions Sedes, , p. 187.
  16. [PDF] CCLIN Sud-Ouest, « Recommandations pour l'entretien des blocs opératoires », p. 17.
  17. Selon le docteur Sophie Baudin, in le magazine Bébé Santé no 11, vers 2001 ?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]