Santé planétaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La santé planétaire fait référence à "la santé de la civilisation humaine et l'état des systèmes naturels dont elle dépend". En 2015, la Rockefeller Foundation et The Lancet ont développé le concept sous le nom de Rockefeller Foundation – Lancet Commission on Planetary Health : Commission Lancet - Fondation Rockfeller pour la santé planétaire..[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idée de la santé planétaire existe depuis plusieurs décennies. En 1993, le médecin norvégien Per Fugelli écrivait: "Le patient Terre est malade. Les perturbations environnementales mondiales peuvent avoir de graves conséquences pour la santé humaine. Il est temps que les médecins proposent un diagnostic sur l'état du monde et conseillent une prise en charge. " [2]

Vingt et un ans plus tard, un commentaire dans le numéro de mars 2014 de la revue médicale The Lancet, lança un appel à initier un mouvement pour la santé planétaire afin de transformer le domaine de la santé publique, traditionnellement concentré sur la santé des populations humaines sans nécessairement tenir compte des écosystèmes naturels environnants.[3] La proposition pointa les menaces émergentes pour les systèmes naturels et artificiels qui font vivre l'humanité. [réf. nécessaire] [ citation nécessaire ] En 2015, la Rockefeller Foundation et The Lancet ont lancé le concept sous le nom de "Rockefeller Foundation – Lancet Commission on Planetary Health" : Commission Lancet - Fondation Rockfeller pour la santé planétaire.[1]

Planetary-health.png

Définition[modifier | modifier le code]

S'inspirant de la définition de la santé - "un état de bien-être physique, mental et social complet et pas seulement de l'absence de maladie ou d'infirmité" [4] - ainsi que des principes énoncés dans le préambule de la constitution de l'Organisation mondiale de la santé, le rapport a construit, proposé que la santé planétaire consiste en la "réalisation du plus haut niveau possible de santé, de bien-être et d'équité dans le monde entier, à travers une attention adaptée autant aux systèmes politiques, économiques et sociaux (humains) qui façonnent l'avenir de l'humanité qu'aux systèmes naturels de la Terre qui définissent les limites environnementales sûres dans lesquelles l'humanité peut s'épanouir. " [réf. nécessaire] [ citation nécessaire ]

Des principes[modifier | modifier le code]

Le rapport de la Commission du Lancet énonça les principes fondamentaux encadrant l'idée de la santé planétaire. La première est que la santé humaine dépend de "systèmes naturels florissants et de la saine gestion de ces systèmes naturels". Les activités humaines, telles que la production d'énergie et la production alimentaire, ont entraîné un effet global substantiel sur les systèmes de la Terre, incitant les scientifiques à se référer aux temps modernes comme à l'anthropocène. [réf. nécessaire] [ citation nécessaire ] Un groupe de spécialistes du système Terre et de l'environnement dirigé par Johan Rockström du Stockholm Resilience Center a proposé un concept comprenant neuf limites planétaires à l' intérieur desquelles l'humanité peut continuer à se développer et à prospérer pour les générations à venir.[5] Selon une mise à jour de 2015, quatre des limites planétaires - changement climatique, intégrité de la biosphère, flux biogéochimiques et changement du système terrestre - avaient déjà été dépassées.[6]

Le rapport conclut que des actions urgentes et transformatrices étaient nécessaires pour protéger les générations actuelles et futures. Un domaine important qui nécessitait une attention immédiate était le système de gouvernance et d'organisation des connaissances humaines, jugé insuffisant pour faire face aux menaces pour la santé planétaire. [réf. nécessaire] [ citation nécessaire ] Le rapport formula plusieurs recommandations générales. L'une consistait à améliorer la gouvernance pour faciliter l'intégration des politiques sociales, économiques et environnementales; et pour la création, la synthèse et l'application de connaissances interdisciplinaires. Les auteurs appelèrent des solutions fondées sur la redéfinition de la prospérité de manière à se concentrer sur l'amélioration de la qualité de vie et la fourniture d'une meilleure santé pour tous, associées au respect de l'intégrité des systèmes naturels. [réf. nécessaire] [ citation nécessaire ]

Comparaison avec d'autres domaines[modifier | modifier le code]

La santé planétaire est considérée comme une réponse à des domaines et paradigmes existants tels que la santé publique, la santé environnementale, l'écosanté, One Health et la santé internationale .

Bien qu'il puisse y avoir des définitions concurrentes de la santé mondiale,[7] elle est définie de manière approchée comme la santé des populations dans un contexte mondial; une réponse à une dynamique transdisciplinaire sur les déterminants de santé favorables, et défavorables; et une amélioration par rapport à l'ancien concept de la santé internationale en mettant l'accent sur la réalisation de l'équité en matière de santé entre tous (ou la lutte contre les inégalités sociales de santé (ISS).[8] Le rédacteur en chef de The Economist, Richard Horton écrit dans un numéro spécial de 2014, sur la santé planétaire, que la santé mondiale n'était plus en mesure de répondre véritablement aux demandes auxquelles les sociétés sont confrontées, car elle était encore trop étroite pour expliquer et éclairer certains défis urgents. " La santé mondiale ne prend pas pleinement en compte le fondement naturel sur lequel les humains vivent - la planète elle-même. Elle ne tient pas non plus compte de la force et de la fragilité des civilisations humaines. " [9].

Judith Rodin, présidente de la Fondation Rockefeller, déclara la santé planétaire comme une nouvelle discipline de la santé mondiale[10].

Problèmes[modifier | modifier le code]

La santé planétaire se préoccupe de la gouvernance et de l'intendance qui menacent la durabilité de la civilisation humaine, l'environnement et la planète. Plus précisément, elle cherche à relever trois principales catégories de défis: les "défis d'imagination", tels que le fait de ne pas prendre en compte les conséquences humaines ou environnementales à long terme du progrès humain; les «défis de la recherche et de l'information», tels que le sous-financement et le manque d'ambition de la recherche; et les "défis de gouvernance", tels que les retards à l'action environnementale par les gouvernements ou organisations, retards causés par la réticence, l'incertitude ou la non-coopération.

Un centre d'intérêt éthique principal de la recherche en santé planétaire, est la coopération et la non-coopération humaines sous forme de conflits, de nationalisme et de compétition. L'un des objectifs de la Commission du Lancet sur la santé et le changement climatique prévoit d'utiliser un mécanisme de responsabilisation pour suivre la coopération humaine et étudier le lien entre santé, climat et action politique[11].

De même, la nutrition et l'alimentation sont d'importants contributeurs à, et indicateurs de la santé planétaire. Les scientifiques postulent que la croissance de la population humaine menace la capacité d'accueil de la planète. Les régimes alimentaires, l'agriculture et la technologie doivent s'adapter pour maintenir les projections démographiques à plus de 9 milliards d'humains, tout en réduisant les conséquences néfastes sur l'environnement causées par le gaspillage alimentaire et les régimes à forte intensité de carbone. La recherche en santé planétaire mettra l'accent sur les solutions nutritionnelles durables pour l'espèce humaine et l'environnement, ainsi que sur la génération de recherches scientifiques et d'une volonté politique pour créer et mettre en œuvre les solutions souhaitées.[12]

La santé planétaire vise à rechercher de nouvelles solutions à la soutenabilité humaine globale et à la soutenabilité environnementale mondiale, grace à des collaborations et des recherches dans tous les secteurs, y compris l'économie, l'énergie, l'agriculture, l'eau et la santé.[1] La perte de biodiversité, l'exposition aux polluants, le changement climatique et la consommation de carburant sont autant d'enjeux qui menacent à la fois la santé humaine et climatique, et sont, en tant que tels, des facettes de ce domaine conceptuel. Certains chercheurs pensent que c'est en fait la destruction de la biodiversité par l'humanité et l'invasion des territoires "sauvages" ou antérieurement préservés, qui créent les conditions de nouvelles maladies telles que Covid-19[13],[14].

Développements depuis 2015[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, l'Université Harvard, en collaboration avec la Wildlife Conservation Society et d'autres partenaires, a fondé la Planetary Health Alliance afin de promouvoir ce concept.[15],[16] Financée par la Fondation Rockefeller et hébergée à Harvard, l'Alliance vise à soutenir le développement d'un "champ de recherche appliquée, transdisciplinaire, rigoureux, et axé sur les politiques visant à comprendre et à traiter, les implications pour la santé humaine de l'accélération du changement dans la structure et la fonction des systèmes naturels de la Terre." Les initiatives de l'Alliance comprennent une bourse de la santé planétaire de la Fondation Rockefeller,[17] un cours sur la santé planétaire pour les étudiants de premier cycle de Harvard, et une réunion annuelle sur la santé planétaire, qui s'est tenue pour la première fois en avril 2017 à Boston, MA.[18]

La revue en accès libre "Lancet Planetary Health" a publié son premier numéro en avril 2017 [19]

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Safeguarding human health in the Anthropocene epoch: report of The Rockefeller Foundation–Lancet Commission on planetary health », The Lancet,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016)
  2. Casassus, « Per Fugelli », The Lancet, vol. 390, no 10107,‎ , p. 2032 (DOI 10.1016/S0140-6736(17)32737-X)
  3. Horton, Beaglehole, Bonita et Raeburn, « From public to planetary health: a manifesto », The Lancet, vol. 383, no 9920,‎ , p. 847 (PMID 24607088, DOI 10.1016/s0140-6736(14)60409-8, lire en ligne, consulté le 5 octobre 2016)
  4. « Constitution of WHO: principles » (consulté le 5 octobre 2016)
  5. Rockström, « A safe operating space for humanity », Nature, vol. 461, no 7263,‎ , p. 472–475 (PMID 19779433, DOI 10.1038/461472a, Bibcode 2009Natur.461..472R)
  6. Steffen, « Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet », Science, vol. 347, no 6223,‎ , p. 1259855 (PMID 25592418, DOI 10.1126/science.1259855)
  7. Koplan, Bond, Merson et Reddy, « Towards a common definition of global health », The Lancet, vol. 373, no 9679,‎ , p. 1993–1995 (PMID 19493564, DOI 10.1016/s0140-6736(09)60332-9)
  8. Brown, Cueto et Fee, « The World Health Organization and the Transition From "International" to "Global" Public Health », American Journal of Public Health, vol. 96, no 1,‎ , p. 62–72 (ISSN 0090-0036, PMID 16322464, PMCID 1470434, DOI 10.2105/AJPH.2004.050831)
  9. (en) « Planetary Health - Economist Intelligence Unit », The Economist,‎ , p. 28 (lire en ligne [PDF], consulté le 6 octobre 2016){
  10. Judith Rodin, « Planetary Health: A New Discipline in Global Health », Fondation Rockefeller ,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2016)
  11. Horton et Lo, « Planetary health: a new science for exceptional action », The Lancet, vol. 386, no 10007,‎ , p. 1921–1922 (PMID 26188746, DOI 10.1016/s0140-6736(15)61038-8)
  12. Demaio et Rockström, « Human and planetary health: towards a common language », The Lancet, vol. 386, no 10007,‎ , e36–e37 (PMID 26188745, DOI 10.1016/s0140-6736(15)61044-3)
  13. (en) John Vidal, « 'Tip of the iceberg': is our destruction of nature responsible for Covid-19? », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  14. (en-US) Jim Robbins, « The Ecology of Disease », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  15. « Planetary Health Alliance », planetaryhealthalliance.org (consulté le 6 octobre 2016)
  16. (en-US) « Harvard University, Wildlife Conservation Society launch new 'Planetary Health Alliance' with support from The Rockefeller Foundation », (consulté le 6 octobre 2016)
  17. « Rockefeller Foundation Planetary Health Fellowship », planetaryhealthalliance.org (consulté le 6 octobre 2016)
  18. « Annual Meeting » (consulté le 6 octobre 2016)
  19. The Lancet Planetary Health- All issues ScienceDirect, Elsevier Ltd.2017

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]