Science (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Science (homonymie).
Science  
image illustrative de l’article Science (revue)

Titre abrégé Science
Discipline Généraliste
Langue Anglais
Directeur de publication Bruce Alberts (en)
Publication
Maison d’édition American Association for the Advancement of Science (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Période de publication 1880 à aujourd'hui
Facteur d’impact
d'après l'ISI
33,611 (2014)
Fréquence hebdomadaire (51 numéros par an)
Accès ouvert en différé de six mois
Indexation
ISSN (papier) 0036-8075
ISSN (web) 1095-9203
OCLC 222024701
Liens
Numéro publié en 1883.

Science est une revue scientifique généraliste américaine hebdomadaire qui publie des articles dans tous les domaines scientifiques (biologie, chimie, physique, mathématiques, anthropologie, archéologieetc.)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Créée par Thomas Edison, son premier numéro date du [2], et contenait douze pages d'articles sur la possibilité de chemins de fer électriques, les dernières observations des Pléiades et le conseil donné aux enseignants de science qu'il était important d'étudier le cerveau des animaux. Par la suite, elle est devenue une revue de référence, publiant notamment des articles d'Albert Einstein, d'Edwin Hubble et de Louis Leakey.

Elle est la revue générale scientifique à comité de lecture la plus vendue dans le monde, avec un lectorat total estimé à un million de personnes. En 2014, son facteur d'impact est de 33,611. En 2007, Science est corécipiendaire (avec la revue britannique Nature) du prix Princesse des Asturies de la communication, une première pour un journal scientifique.

Cette récompense rappelle qu'elle constitue au XXIe siècle, avec le titre londonien, la plus prestigieuse des revues scientifiques généralistes, mais elle soulève bien des critiques[3]. En 2013, la Déclaration de San-Francisco sur l'évaluation de la recherche milite contre les emplois abusifs du facteur d'impact qui mesure la renommée d'une revue, pas celle des articles et des chercheurs qu'elle publie[4]. Le taux de citation moyen de ces revues généralistes les plus cotées est en réalité dopé par quelques articles, très minoritaires[5]. La concurrence en termes de prestige et de publicité entre ces deux revues peut les conduire à privilégier les « hot papers » portant sur les domaines les plus controversés (cellules-souches, OGM, réchauffement climatique, etc.), ce qui leur assure d'être abondamment citées et une grande audience[6]. La politique éditoriale d'une telle revue peut ainsi favoriser la course à la publication d'articles suscitant un fort intérêt (dilemme du « publier ou périr »)[3].

Organisation[modifier | modifier le code]

C'est l'Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS), grande société scientifique mondiale, qui édite cette revue. Son rédacteur en chef est le biochimiste Bruce Alberts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Information for authors sur le site de Science.
  2. Rémy Decourt, « Les grands mystères scientifiques non résolus de notre époque », sur Futura-Sciences, .
  3. a et b « Hilmar Schmundt », Courrier international, no 1047,‎ , p. 58.
  4. Dès 2008, l'hebdomadaire montre qu'il a pris en compte cette critique dans son éditorial intitulé « le mauvais usage du facteur d’impact ». Cf. Sylvestre Huet, « La revue Science vient au secours des chercheurs français », sur sciences.blogs.liberation.fr, .
  5. (en) Nicolas Chevassus-au-Louis, Malscience. De la fraude dans les labos: De la fraude dans les labos2011, p. 124.
  6. (en) House of Commons, Science and Technology Committee, Peer review in scientific publications, The Stationery Office, , p. 124.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]