Épreuves classantes nationales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les épreuves classantes nationales (ECN) ont remplacé depuis 2004 le concours de l'internat.

En effet, depuis 2004, le second cycle des études de médecine en France s’achève pour tous les étudiants par les épreuves classantes nationales. Parmi les innovations, la médecine générale est considérée comme une spécialité à part entière, tous les futurs médecins étant désormais tenus de passer ces épreuves théoriques, et non pas un examen qui suppose l'obtention de la moyenne pour réussir.

Suivant son classement, l’étudiant choisit son centre hospitalier universitaire (et donc sa ville) d’affectation, ainsi que sa filière, puis les services où il effectuera des stages de 6 mois. Ce choix s'effectue d'abord par Internet (phase de pré-choix et simulations), le choix définitif ayant lieu au cours d'un « amphi de garnison » qui réunit tous les étudiants par tranche de classement. Cette procédure permet à l'étudiant de choisir son poste en ayant pleinement connaissance des places disponibles.

Les 11 filières existantes en 2011 sont (avec le nombre de places disponibles) :

En 2005, un millier de postes, tous en médecine générale n'ont pas été pourvus, les étudiants préférant redoubler plutôt que de devenir généralistes. Les postes dans les autres spécialités étant tous pourvus.

L'ancien concours de l'internat[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L'internat a été créé en 1801. Il durait 4 ans et était accessible via un concours très sélectif réservés aux externes, qui étaient les étudiants ayant réussi le concours de l'externat. Le nombre de places au premier concours de l’internat était de 24, 60 à la fin du XIXe siècle, 80 pour un millier de candidats au début du XXe. L'externat disparut après 1968, mais le concours de l'internat « ancienne manière » perdura jusqu'en 2005, pour être remplacé par des épreuves classantes nationales.

Épreuves classantes nationales (depuis 2004)[modifier | modifier le code]

Première partie : 11 modules pluridisciplinaires[modifier | modifier le code]

Module 1 : Apprentissage de l'exercice médical[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit apprendre à maîtriser la relation médecin-malade et sa différence dans la maladie aiguë grave et dans la maladie chronique. Il doit savoir communiquer et justifier sa démarche diagnostique et thérapeutique en s’appuyant sur les données actuelles de la science. Il a une obligation d’auto-formation grâce à la recherche documentaire, à l’analyse critique, et à l’apprentissage à la résolution de problèmes. Cette attitude professionnelle dont l’étudiant doit connaître les aspects médico-légaux, doit respecter la déontologie et les droits des malades.

Module 2 : De la conception à la naissance[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit connaître la contraception et les problèmes médicaux liés à la procréation, à la grossesse et à la naissance. Il doit participer à la prise en charge de la grossesse et de ses complications. Il doit connaître les problèmes posés par les principales maladies génétiques et participer à l’information de la famille et du malade.

Module 3 : Maturation et vulnérabilité[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit connaître les aspects normaux et pathologiques de la croissance humaine et du développement psychologique. Il doit être capable d’identifier et de savoir prendre en charge les comportements qui témoignent d’une fragilité de l’individu, en particulier à certaines périodes de la vie, afin de prévenir et dépister le passage à des conditions désocia lisantes ou pathologiques.

Module 4 : Handicap - Incapacité - Dépendance[modifier | modifier le code]

À partir des notions générales sur les handicaps et les incapacités, l’étudiant doit comprendre à propos de deux ou trois exemples, les moyens d’évaluation des déficiences, incapacités et handicaps, les principes des programmes de rééducation, de réadaptation et de réinsertion et surtout la prise en charge globale, médico-psycho-sociale, de la personne handicapée dans une filière et/ou un réseau de soins.

Module 5 : Vieillissement[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit connaître les caractéristiques du vieillissement humain normal et pathologique et les aspects spécifiques des maladies des personnes âgées. Il doit analyser la polypathologie et hiérarchiser ses actions. Il doit savoir discuter le rapport bénéfice/risque des décisions médicales en prenant en compte la personne âgée dans sa globalité, son environnement et ses attentes.

Module 6 : Douleur - Soins palliatifs - Accompagnement[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit savoir différencier une douleur aiguë ou douleur “symptôme” d’une douleur chronique ou douleur “maladie”. Il doit être attentif à écouter, à évaluer et à prendre en charge les souffrances physiques et morales des malades. Il doit être capable de mettre en place et de coordonner les soins palliatifs à domicile ou à l’hôpital chez un malade en fin de vie.

Module 7 : Santé et environnement - Maladies transmissibles[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit savoir analyser les grands problèmes de santé publique en France et dans le monde, l’influence de l’environnement et du travail sur la santé et appliquer la prévention des risques. Il doit connaître les principales maladies transmissibles, leur prévention et leur traitement, et formuler des recommandations précises d’hygiène pour limiter le risque nosocomial.

Module 8 : Immunopathologie - Réaction inflammatoire[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit connaître les grands mécanismes immunopathologiques et les principales affections mettant en jeu une réaction inflammatoire, allergique, dysimmunitaire ou fibrosante. Il doit maîtriser la prise en charge diagnostique et thérapeutique des affections les plus courantes. Il doit connaître les problèmes posés par les affections plus rares et participer à leur surveillance au long cours ainsi qu’à celle des transplantations d’organes.

Module 9 : Athérosclérose - Hypertension - Thrombose[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit connaître les facteurs de risque, les complications et le traitement de l’athérome et de l’hypertension artérielle. La prise en charge du malade polyathéromateux doit être envisagée dans sa globalité, au long cours ou lors d’une complication. L’étudiant doit connaître les procédures de prévention, de diagnostic et de traitement de la maladie thrombo-embolique artérielle et veineuse.

Module 10 : Cancérologie - Onco-Hématologie[modifier | modifier le code]

L’étudiant doit connaître les stratégies de prévention, de dépistage, de diagnostic et de traitement des principales tumeurs bénignes et malignes, afin de participer à la décision thérapeutique multidisciplinaire et à la prise en charge du malade à tous les stades de sa maladie.

Module 11 : Synthèse clinique et thérapeutique[modifier | modifier le code]

À la fin du 2e cycle, l’étudiant doit être capable, dans des situations cliniques très fréquentes et/ou d’urgence, d’évaluer la gravité, de décider ou non une hospitalisation, d’argumenter la prise en charge du malade, le raisonnement diagnostique et les examens complémentaires pertinents, en tenant compte des spécificités de l’enfant. Il doit instaurer un traitement et une surveillance adaptée. L’acquisition de ces procédures cliniques et thérapeutiques doit s’appliquer à des cas cliniques réels faisant ressortir les problèmes posés par la polypathologie et les traitements multiples sur des terrains à risque.

Deuxième partie : Maladies et grands syndromes[modifier | modifier le code]

Troisième partie : Orientation diagnostique devant[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]