Hydroxychloroquine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hydroxychloroquine
Image illustrative de l’article Hydroxychloroquine
Image illustrative de l’article Hydroxychloroquine
structure canonique de l'hydroxychloroquine (en haut) et amination de la structure de la (R)-hydroxychloroquine (en bas)
Identification
Nom UICPA (RS)-2-[{4-[(7-chloroquinolin-4-yl)amino]pentyl}(éthyl)amino]éthanol
No CAS 118-42-3 (R/S)
No ECHA 100.003.864
Code ATC P01BA02
DrugBank DB01611
PubChem 3652
ChEBI 5801
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C18H26ClN3O  [Isomères]
Masse molaire[1] 335,872 ± 0,019 g/mol
C 64,37 %, H 7,8 %, Cl 10,56 %, N 12,51 %, O 4,76 %, 335,18 unité de masse atomique unifiée
Données pharmacocinétiques
Métabolisme rénal
Demi-vie d’élim. 1 à 2 mois
Excrétion

urinaire

Considérations thérapeutiques
Voie d’administration Orale
Grossesse D (Au), C (États-Unis)

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L’hydroxychloroquine (HCQ) est un médicament (commercialisé sous forme de sulfate d'hydroxychloroquine sous les noms de marque Plaquenil, Axemal (en Inde), Dolquine et Quensyl) indiqué en rhumatologie dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et du lupus érythémateux disséminé pour ses propriétés anti-inflammatoires et immunomodulatrices[2]. Il est inscrit sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS. En 2020, cette molécule est également le sujet de recherches dans le contexte de la lutte contre le coronavirus SARS-CoV-2.

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

L'hydroxychloroquine est chimiquement apparentée à deux autres antipaludéens : la quinacrine et la chloroquine. Elle partage avec cette dernière une structure de type 4-amino-quinoléine et ne diffère que par un groupe hydroxyle (OH) en bout de chaîne. Elle se présente également sous la forme de deux énantiomères car elle est chirale. En effet, l'atome de carbone en α de l'amine et qui porte un substituant méthyle est asymétrique comme dans la chloroquine. Sa stéréosélectivité est vraisemblablement identique.

C'est une poudre cristalline blanche blanchâtre, soluble dans l'eau, presque insoluble dans l'alcool, le chloroforme et l'éther[3].

Pharmacocinétique et métabolisation[modifier | modifier le code]

L'hydroxychloroquine a une pharmacocinétique proche de celle de la chloroquine : absorption gastro-intestinale rapide, élimination par les reins. Une fois dans le tractus digestif, la molécule passe facilement dans le sang pour atteindre son taux plasmatique maximal en 1 à 2 heures (taux qui persistera en raison d'une forte liaison aux protéines plasmatiques)[4]. La molécule a ensuite un tropisme marqué pour le foie et le rein, et moindrement l'œil. Elle passe la barrière placentaire (« les concentrations sanguines chez le fœtus sont similaires aux concentrations sanguines maternelle »[4] (on la retrouve aussi en faible quantité dans le lait maternel)[4].

Métabolisation : la molécule est directement (mais très lentement) éliminée par le rein ou préalablement métabolisée par alkylation et glycuroconjugaison en N-déséthyl-hydroxychloroquine grâce à des enzymes du cytochrome P450 (CYP2D6, 2C8, 3A4 et 3A5)[5],[6].

Indications en clinique[modifier | modifier le code]

Hydroxychloroquine
Noms commerciaux Plaquenil (d)
Laboratoire Sanofi (Plaquenil)
Sels sulfate
Forme comprimé pelliculé
Administration orale
Classe 4-amino-quinoléine
Statut Liste II (France)
Remboursement 65 % (France) / Oui (Suisse)
Identification
No CAS 118-42-3Voir et modifier les données sur Wikidata
No ECHA 100.003.864
Code ATC P01BA02
DrugBank 01611Voir et modifier les données sur Wikidata

Paludisme[modifier | modifier le code]

Initialement utilisé dès 1955[7] dans le traitement du paludisme, il ne l'est plus aujourd'hui en raison du développement de résistances chez le Plasmodium, parasite responsable du paludisme.

L'hydroxychloroquine était initialement utilisée[8] comme une alternative moins toxique à la chloroquine, sans être efficace contre les formes latentes de Plasmodium vivax et Plasmodium ovale (dites « hypnozoïtes » : causes de rechutes tardives). En 2020, elle n'est plus recommandée pour la prévention ou prise en charge du paludisme dans le Sahel par l'OMS[9],[10], ni pour le « paludisme d’importation » ni en France par la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) (2017)[11], et ne figure plus pour cet usage dans la Base de données française des médicaments[4]. Son usage comme antipaludéen a fortement décliné au profit notamment de l'artémisinine et de ses dérivés (avec certaines précautions[12][réf. non conforme]), mais elle est encore le traitement de choix dans d'autres pays d'Europe, par exemple pour le paludisme non compliqué importé en Norvège[13] et elle reste en 2020 (de même que la chloroquine) approuvés par la FDA « pour prévenir et traiter certains types de paludisme » (paludisme non compliqué dû à P. falciparum, P. malariae, P. ovale et P. vivax) dans les zones géographiques où la résistance à la chloroquine n'est pas signalée. Le NIH recommandant aux médecins de consulter le site Web du CDC sur la malaria[14][réf. non conforme] avant de prescrire ce médicament pour le traitement ou la prophylaxie du paludisme.

Rhumatologie[modifier | modifier le code]

Dans le lupus érythémateux disséminé (ou systémique) elle permet de maintenir la rémission et améliore les manifestations cutanées, articulaires et autres[15]. L'hydroxychloroquine réduit la morbidité néonatale chez les femmes atteintes de lupus érythémateux disséminé (moins de bébés prématurés et anormalement petits)[16], comme immunomodulateur, à des doses plus élevées (200–400 mg/j) que contre le paludisme[17]. Les autres indications en rhumatologie incluent : la (polyarthrite rhumatoïde aiguë ou chronique (chez l'adulte), syndrome de Gougerot-Sjögren, porphyria cutanea tarda (en) et purpura thrombopénique immunologique) ou les troubles articulaires infectieux : arthrite due à la maladie de Lyme (dite « arthrite de Lyme »)[15].

L'hydroxychloroquine a un effet immunomodulateur étudié depuis les années 1960[18] ; elle augmente[19] le pH lysosomial dans les cellules présentatrices d'antigène. En conditions inflammatoires, elle bloque les récepteurs de type Toll des cellules dendritiques plasmacytoïdes. Les récepteurs de type Toll 9 conduisent à la production d'interféron et poussent les cellules dendritiques à mûrir et à présenter des antigènes aux lymphocytes T. L'hydroxychloroquine, en diminuant les signaux des récepteurs de type Toll, réduit l'activation des cellules dendritiques et le processus inflammatoire. Dans un modèle murin (rat) d'arthrite, cette molécule testée comme immunomodulateur a aussi eu un effet antioxydant. Et pour les neutrophiles humains, elle semble réduire la concentration d'oxydants externes tout en diminuant la phosphorylation de la protéine kinase C, ce qui pourrait être l'une des explications de son effet anti-inflammatoire encore mal compris[20].

Législation[modifier | modifier le code]

L'hydroxychloroquine est inscrite sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS pour son utilisation en rhumatologie[21].

En France, l'hydroxychloroquine sous toutes ses formes est inscrite depuis l'arrêté du , suivant un avis du , sur la liste II des substances vénéneuses (médicaments comprenant des substances toxiques)[22].

La molécule est aussi utilisée en médecine vétérinaire, notamment pour les chiens[23],[24],[25]. En France, « Cette substance active n’entre pas dans la composition de médicaments vétérinaires autorisés, son classement est donc sans impact en médecine vétérinaire[26]. »

Contre-indications, interactions[modifier | modifier le code]

L'étiquetage du médicament mentionne notamment que l'hydroxychloroquine ne doit pas être prescrite aux personnes présentant une hypersensibilité connue aux composés de la 4-amino-quinoléine[15]. D'autres contre-indications existent[27] :

Des médicaments interagissant négativement avec l'hydroxychloroquine sont déconseillés, à éviter ou à doser différemment, dont :

Effets indésirables et toxicité[modifier | modifier le code]

L'hydroxychloroquine est un médicament à marge thérapeutique étroite (hautement toxique en cas de surdose)[28]. À dose égale et à propriétés pharmacologiques comparables, elle est cependant réputée 2 à 3 fois moins toxique que la chloroquine (selon le modèle animal)[31],[32],[33], mais avec des conséquences semblables en termes d’organes ou fonctions physiologiques affectés. Certaines sont expliquées depuis les années 1940[34] et d'autres encore mal comprises. « Non toxique, le Plaquenil a des effets secondaires tout à fait supportables, même pour les patients fragiles et âgés » explique Guillaume Robert de l'INSERM [3]. Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, sur la base des effets secondaires de la chloroquine rapportés, comparés aux données de ventes (3 987 854 boîtes de 30 comprimés dosés à 200 mg vendues en France entre le et le , les données de pharmacovigilance rapportent sur la période (72 mois) (312 cas) signalés pour « au moins un effet indésirable », soit moins de 0,01 %. Sur ces 312 effets cas d'effets indésirables signalés, 21 (soit 6,7 %), sont des effets cardiovasculaires dont 4 cas d’insuffisance cardiaque, 8 cas de cardiomyopathie, 8 cas de troubles du rythme au sens large et un cas d'hypertension pulmonaire. Deux cas sont des décès (dont un par intoxication médicamenteuse chez un sujet prenant en outre six psychotropes[35]).

Le surdosage est la première cause de problèmes graves ; et comme la molécule est très vite absorbée, les symptômes peuvent survenir dès les 30 min après ingestion : effets visuels et auditifs, gastro-intestinaux, cutanés, cérébraux (somnolence, céphalée) et neuromusculaires (convulsions), sanguins et cardiovasculaires (arythmie, insuffisance cardiaque, etc.), difficultés respiratoires, etc.

Les posologies non-antipaludéennes conduisent souvent à un cumul de doses susceptibles de déclencher une toxicose médicamenteuse[36]. Outre cette dose cumulée, les facteurs de risques sont l’obésité, être enfant[37] ou avoir plus de 60 ans, déjà avoir une maladie rétinienne ou prendre des médicaments interagissant négativement avec l’hydroxychloroquine (tamoxifène notamment[38]) et souffrir d'insuffisance rénale ou hépatique (insuffisance causant une accumulation d'hydroxychloroquine dans les tissus, ce qui équivaut à un surdosage)[39]. Les mécanismes en sont pour partie mal compris, mais pourraient notamment être liés à des métabolites sources d’espèces réactives de l'oxygène[40]. Des protocoles de soins sont décrits par la littérature médicale[41],[42].

Effets toxicologiques Descriptions des effets de l’hydroxychloroquine
(ou de ses dérivés, sulphate, phosphate)
Mort par empoisonnement L’hydroxychloroquine est moins toxique que la quinine et la chloroquinine, mais fait partie des premières sources d'empoisonnement par antipaludéens ;
  • une seule surdose importante peut être mortelle[43] ; elle est parfois utilisée pour des suicides[44], en particulier en Afrique et en France ;
  • chez des patients âgés, pour des traitements non antipaludéens, la posologie recommandée suffit parfois à induire une toxicité oculaire[45] ;
Cardiotoxicité Le traitement (aigu ou chronique) a fréquemment des effets cardiovasculaires potentiellement graves (faisant alors généralement suite à un surdosage) ; comme pour la chloroquine, ils incluent :
  • des cardiomyopathies (parfois mortelles)[46] avec souvent une hypertrophie, physiologie restrictive et insuffisance cardiaque congestive, parfois irréversibles ; les signes et symptômes de cardiomyopathie devraient être suivis lors du traitement, dont via outils tels que l'ECG[15] ;
  • l'allongement de l'intervalle QT[47], Torsades de pointe, arythmies ventriculaires, un syndrome tachycardie-bradycardie ou complications cardiaques ; des troubles de la conduction (bloc de branche du faisceau auriculo-ventriculaire, droit ou gauche et/ou le bloc auriculo-ventriculaire induisant des syncopes ; La toxicité chronique de la molécule doit être prise en compte lors du diagnostic de troubles de la conduction (bloc ramifié / bloc cardiaque auriculo-ventriculaire) ou d'hypertrophie biventriculaire[15]. Selon le fabricant, si une cardiotoxicité est suspectée, l'arrêt rapide du médicament peut prévenir des complications potentiellement mortelles[15]. Le médicament ne doit donc pas être administré avec d'autres médicaments susceptibles de modifier l'intervalle QT.
Neurotoxicité L'hydroxychloroquine affecte le système nerveux, avec :
  • de possibles neuropathies proximales ou des muscles squelettiques impliquant « une faiblesse progressive et une atrophie des groupes musculaires proximaux »[15] ;
  • une « dégradation des réflexes tendineux » ; les patients suivant un traitement chronique doivent faire périodiquement évaluer leurs réflexes tendineux profonds[15] ;
  • une « conduction nerveuse anormale » ; « Les biopsies nerveuses ont été associées à des corps curvilignes et à une atrophie des fibres musculaires avec des changements vacuolaires »[15] ;
  • des effets psychiatriques mineurs (labilité, nervosité) ; et moins fréquemment des épisodes psychotiques et neuropsychiatriques sont éventuellement possibles[48], avec des éventuels comportements suicidaires (rarement, comme pour la chloroquine[49]). Typiquement, la psychose peut survenir « chez un malade sans antécédents psychiatriques » avec « manifestations à type de délire, hallucinations, épisode maniaque, ou dépression, après un délai de quelques heures à 40 jours, cédant en moyenne une semaine après l’arrêt des antipaludéens de synthèse. Il n’y a pas de relation entre la dose d’antipaludéens de synthèse administrée et la survenue de troubles psychiatriques. Les mécanismes de survenue sont inconnus ; il semble s’agir d’une réaction idiosyncrasique »[50]. Une revue d'étude récente (mi-2018) a identifié comme facteurs de risques la « co-exposition à des médicaments en interaction, la consommation d'alcool, les antécédents familiaux de maladies psychiatriques, le sexe féminin et l'utilisation concomitante de glucocorticoïdes à faible dose »[51] ; ces facteurs peuvent « précipiter une psychose induite par l'hydroxychloroquine »[51]. Ce risque peut être atténué par une détection précoce « Dans certains cas, il a été possible d'inverser le comportement psychotique avec le traitement antipsychotique ou avec la suspension de l'hydroxychloroquine »[51]. Le , l'ANSM publie un avertissement concernant des troubles neuropsychiatriques causés par l'hydroxychloroquine utilisée comme traitement contre la Covid-19 (psychoses et tentatives de suicide), symptômes peut-être aggravés par le confinement et le contexte anxiogène de la pandémie[52].
  • un syndrome de mouvements involontaires (jusqu’aux convulsions) qui n’est a priori induit qu'en cas de surdosage ;
  • la neuromyopathie (rare mais grave), résultant a priori d'années de bioacccumulation de la molécule. Elle peut être proximales ou concerner les muscles squelettiques, avec « faiblesse progressive et une atrophie des groupes musculaires proximaux, des réflexes tendineux déprimés et une conduction nerveuse anormale ». La biopsie montre une atrophie des fibres musculaires et des changements vacuolaires[15] ;
Néphrotoxicité L'administration chronique d'hydroxychloroquine au rat affecte la morphologie et la fonction des cellules rénales, pouvant induire (même à court terme) des nécroses cellulaires (mais moins que dans le cas de la chloroquine : 70 % des rats traités à la chloroquine développent une fibrose tissulaire intersticielle, contre seulement 20 % du groupe traité à l’hydroxychloroquine)[33].
Hépatotoxicité Le foie accumule l'hydroxychloroquine ;
  • dans les cellules de Kupffer où l’on sait que la chloroquine endommage les lysosomes.
    Ces derniers deviennent anormalement nombreux et gros ; et sont surchargés par du matériel non-digestible[53].
  • Selon Zhao et al. en 2005, la membrane des lysosomes semble aussi se fragiliser en présence de chloroquine[54] ;
  • un risque (rare) d'hépatite fulminante existe[4].
Toxicité oculaire
Rétinopathie

La toxicité oculaire de l'hydroxychloroquine concerne deux zones distinctes du globe oculaire :

1) la cornée : des dépôts peuvent s’y former en générant des kératopathies vortex ou verticillates cornéennes. Ces « dépôts cornéens », selon Stokkermans (2019) résultent d'une liaison entre chloroquine et des lipides des cellules de l'épithélium basal de la cornée[55]. Ils causent des halos et reflets qui parasitent la vision.
En outre le cristallin peut partiellement s'opacifier et le corps ciliaire fonctionne mal ; Ces troubles sont sans rapport avec la posologie et généralement réversibles à l'arrêt de l’hydroxychloroquine ;

2) la macula : en cas de rétinopathie avancée, elle peut être irréversiblement dégradée (« Des lésions rétiniennes irréversibles ont été observées chez certains patients ayant reçu du sulfate d’hydroxychloroquine » précise la notice du Plaquenil[15]) :

  • les cônes maculaires sont endommagés à l'extérieur de la fovéa ; des anomalies de pigmentation maculaire apparaissent ; une lésion maculaire en « œil de bœuf » (absente au début de l’atteinte) réduit progressivement de l'acuité visuelle (remarque : les personnes d'origine asiatique peuvent avoir la rétine qui se dégrade d'abord à l'extérieur de la macula ; il leur est recommandé de tester leur champ visuel dans les 24 degrés centraux au lieu des 10 degrés centraux)[15] ; en phase finale le disque optique devient anormalement pâle.
  • des spicules osseux périphériques peuvent se former, avec une mauvaise vascularisation ;
  • la vision nocturne se dégrade, de même que le champ visuel ; en cas d'utilisation chronique (5–7 ans ou plus) ou après des doses élevées si le traitement n'est pas stoppé ou adapté, le sujet peut perdre la vue[56],[57],[58],[59]. La cause serait que l'activité des lysosomes de l'épithélium pigmentaire rétinien (RPE) est dégradée, ce qui inhibe la phagocytose des segments externes des photorécepteurs éliminés. S'ensuit une perte irréversible de photorécepteurs et une atrophie de cet épithélium[60] ;

Facteurs de risque : ils varient selon les auteurs, mais le seuil posologique est généralement estimé de 5 à 6,5 mg/kg de poids corpore/jour de sulfate d'hydroxychloroquine, utilisé sur plus de cinq ans. Le risque augmente en cas de filtration glomérulaire subnormale, et de prise conjointe de citrate de tamoxifène (qui présente aussi une toxicité oculaire) ou si une maladie maculaire est concomitante au traitement[15].
(voir détail plus bas dans l'article) ;

Dépistage : il doit être initial en cas de traitement long, puis annuel après cinq ans d'utilisation.
(voir détail plus bas dans l'article).

Troubles digestifs Les troubles digestifs sont le symptôme le plus courant (même à court terme), avec pour un traitement antipaludéens : de légères nausées, des crampes d'estomac occasionnelles accompagnées d'une légère diarrhée[37], des crampes une diminution de l’appétit, allant éventuellement jusqu'aux vomissements et à l’anorexie[37].
  • hypoglycémie, parfois grave et pouvant alors entrainer une perte de conscience et la mise en danger la vie chez les patients « traités avec ou sans médicaments antidiabétiques » ; Les patients « doivent être avertis du risque d'hypoglycémie et des signes et symptômes cliniques associés. Les patients présentant des symptômes cliniques suggérant une hypoglycémie pendant le traitement doivent faire vérifier leur glycémie et revoir le traitement si nécessaire »[15],[4].
Allergies (et autres effets cutanés) C'est le trouble le plus fréquent après les troubles digestifs. Comme la quinine ou la chloroquine, même à faible dose, l’hydroxychloroquine peut induire (dans les 2 à 33 jours après la 1re prise)[61] :
  • démangeaisons, éruptions cutanées (de type exanthèmes maculopapulaires) et (chez certains patients traités pour un lupus) prurit aquagénique, parfois associé à un urticaire aquagénique, généralisé, apparaissant quelques minutes après un contact avec l'eau (chaude ou froide) ; d'abord très intense durant dix minutes environ puis disparaissant en quelques heures ; le prurit aquagénique apparaissant de une à trois semaines après le début du traitement[62] ; en début de traitement, un érythème généralisé fébrile associé à des pustules suggère une pustulose exanthématique aiguë généralisée qui en France « impose l’arrêt du traitement et contre-indique toute nouvelle administration »[4] ;
  • photosensibilisation ;
  • acné ;
  • changements de couleur de la peau (pâleur due à l’anémie et/ou hyperpigmentation localement ardoisée, en cas de traitement chronique (par exemple d'un lupus ou d'une polyarthrite rhumatoïde) après une durée médiane de traitement de 6,1 ans et une dose cumulée de 720 g[63]) et/ou changement de couleur des cheveux) avec parfois desquamation, cloques dans la bouche et autour des yeux[37] (comme pour le traitement à la chloroquine[64]) ;
  • perte de cheveux (plus courantes chez les noirs africains (70 % des cas) moins fréquentes avec les autres type de peau[65] ;
  • éosinophilie rarement, ou autres symptômes systémiques[61] ;
  • le risque d'allergies et leur intensité augmentent avec la charge parasitaire paludisme et/ou avec l’âge ; et il croît en période de fièvre paludéenne ;
  • angio-œdème et bronchospasme[4] ;
  • une base génétique pourrait être liée au fait que la chloroquine se lie aux récepteurs opiacés de manière centrale ou périphérique ;
  • le psoriasis et la porphyrie sont parfois fortement exacerbés par cette molécule[37] qui ne devrait pas être utilisé chez ces patients « sauf si, de l'avis du médecin, le bénéfice pour le patient l'emporte sur le danger éventuel » d’après la notice du médicament[15].

Nota : divers protocoles de désensibilisation prolongée aux allergies à l'hydroxychloroquine ont été proposés[61] ; ils durent 4 à 36 jours et visent plutôt des allergies légères à modérées, un cas de désensibilisation accélérée en 5 heures, sous surveillance médicale, a été décrit[61]. Un autre, deux étapes et via des prises orales, s'est montré efficace chez douze de treize patients l'ayant testé[66]. Ils peuvent améliorer la qualité de vie des patients modérément allergiques et réduire les non-observances du traitement pour cause d'allergie[67],[66].

Toxicité cellulaire La chloroquine se réparti dans tout le corps mais cible particulièrement certaines cellules (de l’œil, dans la rétine et la cornée) ou elle se concentre dans le foie ou le rein chargés de détoxiquer l'organisme[37].
Ototoxicité Le risque de troubles de l'audition augmente (comme sous chloroquine), avec principalement des acouphènes[37] et des vertiges voire une surdité[4].
Génotoxicité, cancérogénicité « La chloroquine est (en France) inscrite sur la liste II des substances vénéneuses […] par arrêté du . »
Selon la Base française de données publique du médicament[68] (version ), « Les données disponibles sur la génotoxicité de l’hydroxychloroquine sont limitées, par conséquent les données de la chloroquine ont été prises en compte en raison de la similitude de structure et des propriétés pharmacologiques des deux molécules. Les données issues de la littérature ont montré un potentiel génotoxique de la chloroquine in vitro et in vivo. Aucune étude pertinente de cancérogénicité n’a été fournie pour l’hydroxychloroquine ou la chloroquine. Chez l’Homme, les données sont insuffisantes pour écarter un risque augmenté de cancer chez les patients recevant un traitement au long cours »[4] ;
Reprotoxicité Elle est encore discutée. En France, selon la fiche Plaquenil de la base de données publique du médicament (version ) « en raison du potentiel génotoxique de la chloroquine, les hommes et les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement et jusqu’à 8 mois après l’arrêt du traitement ». De même, la chloroquine ne doit pas être utilisée pendant la grossesse »[4].

Toxicité oculaire[modifier | modifier le code]

Doses toxiques pour l'homme[modifier | modifier le code]

La dose toxique pour l'homme est de 400 mg/j (ou 6,5 mg/kg de poids corporel idéal) en traitement long[39], c'est-à-dire après cinq ans, ou à la suite d'une dose cumulée d'un kilogramme[69] était considéré comme la dose sûre en termes de toxicité oculaire pour un adulte moyen, mais il est apparu que la toxicité de l'hydroxychloroquine n’est pas dose-dépendante mais plutôt liée à la dose cumulée totale, et à la durée du traitement[69]. Selon le modèle animal, toutes les couches de la rétine sont endommagées, mais les cônes et bâtonnets le sont le plus[70].

Des preuves récentes plaident pour une toxicité rétinienne plus élevée qu’on le pensait. La prévalence d'effets toxiques rétiniens serait en moyenne en Corée du Sud de 2,9 % pour les traitements rhumatologiques[71], mais de 7,5 % au Royaume-Uni pour les traitements non paludéens de long terme, et selon la dose cumulée, elle y augmente de 20 à 50 % après vingt ans de traitement (étude basée sur 2 361 patients). Au Royaume-Uni, le Royal College of Opthalmologists a produit un formulaire de référence récent et des lignes directrices (depuis 2018) aidant les médecins à identifier les patients à haut risque et nécessitant un dépistage rétinien approfondi[72]. La dose est à ajuster au poids du patient[73], à partir d'algorithmes ad hoc et de calculateurs[39],[73], mais selon l'algorithme, les résultats diffèrent ; les femmes, moins lourdes que les hommes, sont exposées au surdosage (vers 2010, 16 % à 98 % d'entre elles étaient dans la plage toxique et 12 %–56 % des patients des États-Unis étaient surdosés)[74],[75],[76],[39].

Remarque : certaines cellules de l’œil concentrent la molécule ; y compris in utero (si la mère est traitée par de la chloroquine)[77],[78][réf. non conforme].

Prévention, dépistage des effets secondaires[modifier | modifier le code]

Le dépistage porte sur la qualité de la vision (vision floue, difficulté à concentrer le regard) et du champ visuel[79],[80]. Dès qu'une anomalie rétinienne est détectée, un examen ophtalmologique approfondi est recommandé[15]. L'examen annuel doit inclure BCVA, VF et SD- OCT (et l'électrorétinogramme multifocal (mfERG), la tomographie à cohérence optique dans le domaine spectral (SD-OCT) ainsi que l'autofluorescence du fond d'œil (FAF), peuvent être plus précis que la simple évaluation des champs visuels[73]). « Les tests de grille Amsler ne sont plus recommandés. Les examens du fond d'œil sont conseillés pour la documentation, mais la « maculopathie à œil de bœuf » visible est un changement tardif, et l'objectif du dépistage est de reconnaître la toxicité à un stade plus précoce »[73]. Pour les autres patients, ce rythme d’examen peut commencer après cinq ans de traitement[15]. L'hydroxychloroquine ayant une « demi-vie particulièrement longue »[81], notamment dans l’œil, même après un arrêt du traitement justifié par une toxicité oculaire « le patient doit être étroitement surveillé étant donné que les modifications de la rétine (et les troubles visuels) peuvent progresser même après l'arrêt du traitement ». Les recommandations de l'American Academy of Ophthalmology pour le dépistage de la rétinopathie à la chloroquine (CQ) et à l'hydroxychloroquine (HCQ) ont été publiées en 2002 les outils et connaissances ont évolué depuis, mais en 2020 selon cette académie : « Aucun traitement n'existe encore pour ce trouble […] Les patients doivent être conscients du risque de toxicité et de la justification du dépistage (pour détecter les changements précoces et minimiser la perte visuelle, pas nécessairement pour l'éviter). Les médicaments doivent être arrêtés si possible lorsque la toxicité est reconnue ou fortement suspectée, mais il s'agit d'une décision à prendre en collaboration avec les patients et leurs médecins »[73].

Traitement du surdosage ou de l'intoxication par hydroxychloroquine[modifier | modifier le code]

Tout surdosage en amino-4-quinoléine est grave, notamment chez les nourrissons (chez qui 1 à 2 g suffisent parfois à provoquer la mort)[4].

Une intoxication avérée par hydroxychloroquine impose une prise en charge pré-hospitalière urgente (SAMU ou autre service mobile d’urgence). Avant l'arrivée d'une ambulance, une perfusion IV avec une solution de remplissage peut être posée. À partir de 4 g supposés ingérés ou en cas d'hypotension et/ou de signes ECG), les mesures préconisées sont l'injection d'adrénaline (0,25 µg kg−1 min−1) ; l'intubation et ventilation assistée ; le diazépam (2 mg/kg en 30 min, puis 2 à 4 mg/kg par 24 heures). Une suspicion d'intoxication exige aussi une hospitalisation (quelle que soit la quantité estimée ingérée)[4].

En cas d’intoxication, ni l’acidification des urines, ni l’hémodialyse, ni la dialyse péritonéale ni même l'exsanguinotransfusion n’apportent de bénéfice (l'hémodialyse n'élimine que très lentement l’hydroxychloroquine ; la clairance de dialyse représente 15 % de la clairance totale)[4].

Contre la Covid-19 ?[modifier | modifier le code]

À l'été 2020, il n'existait pas d'indication claire corroborant l'efficacité de l'hydroxychloroqhine contre la maladie à coronavirus 2019[82]. Promue par l'infectiologue français Didier Raoult, l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre les cas de Covid-19 avait été temporairement autorisée à titre dérogatoire dans plusieurs pays (voir l'article Controverse sur le traitement de la maladie à coronavirus 2019 par l'hydroxychloroquine pour plus d'informations) avant d'être finalement écartée par un certain nombre d'entre eux (par exemple le 15 juin par les États-Unis[83] et le 26 juin par la Corée du Sud[84]) ainsi que par l'OMS[85] à la suite d'une série de résultats négatifs ou non probants de différentes études[86] et essais cliniques[87].

À la suite d'annonces médiatiques sur le traitement des infections dues au virus du Covid-19, de nombreuses personnes ont acheté le produit sous la marque Plaquenil, provoquant une difficulté de disponibilité pour les personnes atteintes de lupus, pour qui l'hydroxychloroquine est un traitement efficace de référence. Selon Johanna Clouscard, présidente de Lupus France, « des gens avaient acheté des boîtes en quantité, dans l'intention de les revendre ensuite[88] » et des pénuries locales ont été constatées au Royaume-Uni, en Thaïlande et en France[89].

Le laboratoire pharmaceutique français Sanofi a démenti le toute rupture dans l'approvisionnement. Par ailleurs, Sanofi a promis de faire don de 100 millions de doses d'hydroxychloroquine à une cinquantaine de pays[90].

D'autre part, l'Inde, le pays principal producteur du médicament, a interdit le l'exportation d'hydroxychloroquine[91] avant d'assouplir rapidement cette interdiction suite à l'intervention du président américain Donald Trump auprès du premier ministre indien Narendra Modi[92]. Au , l'Inde a déjà fourni 446 millions de comprimés d’hydroxychloroquine à 33 pays et prévoit d’augmenter sa production dans les mois à venir[93].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Académie de pharmacie, « Hydroxychloroquine (sulfate de) — acadpharm », sur dictionnaire.acadpharm.org, (consulté le 26 mars 2020).
  3. (en) « DailyMed - PLAQUENIL- hydroxychloroquine sulfate tablet », sur dailymed.nlm.nih.gov (consulté le 23 mars 2020).
  4. a b c d e f g h i j k l m n et o « Résumé des caractéristiques du produit - Plaquenil 200 mg, comprimé pelliculé - Base de données publique des médicaments », sur base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr (consulté le 26 mars 2020).
  5. (en) S. Kalia et J. P. Dutz, « New concepts in antimalarial use and mode of action in dermatology », Dermatologic Therapy, vol. 20 (4),‎ , p. 160–174 (PMID 17970883, DOI 10.1111/j.1529-8019.2007.00131.x)
  6. (en) Sunil Kalia et Jan P. Dutz, « New concepts in antimalarial use and mode of action in dermatology », Dermatologic Therapy, vol. 20, no 4,‎ , p. 160–174 (ISSN 1396-0296, PMID 17970883, DOI 10.1111/j.1529-8019.2007.00131.x, lire en ligne, consulté le 26 mars 2020).
  7. (en) D. J. Wallace, « The history of antimalarials », Lupus, vol. 5 Suppl 1,‎ , S2–3 (ISSN 0961-2033, PMID 8803902, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  8. (en) Miguel Nieto-Caicedo, « Hydroxychloroquine in the Treatment of Malaria », The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, vol. 5, no 4,‎ , p. 681–685 (ISSN 0002-9637 et 1476-1645, DOI 10.4269/ajtmh.1956.5.681, lire en ligne, consulté le 26 mars 2020).
  9. (en) Organisation mondiale de la santé, « WHO | Guidelines for the treatment of malaria. Third edition », sur who.int, (consulté le 26 mars 2020), p. 317.
  10. Organisation mondiale de la santé, « Recommandation de politique générale de l’OMS : Chimioprévention du paludisme saisonnier pour lutter contre le paludisme à Plasmodium falciparum en zone de forte transmission saisonnière dans la sous région du Sahel en Afrique » [PDF], sur who.int, (consulté le 26 mars 2020).
  11. SPILF, « Prise en charge et prévention du paludisme d’importation » [PDF], sur infectiologie.com, (consulté le 26 mars 2020), p. 71.
  12. [1].
  13. (en) Solbakken M.J (2019) « Malaria in Myanmar-Causes, treatment, prevention and prognosis of malaria, and the occurrence in the endemic Myanmar and non-endemic Norway[PDF] » (Master's thesis ; Department of Community Medicine and Global Health, University of Oslo). Voir chap. 6.4 Diagnosis and treatment, p. 23.
  14. [2].
  15. a b c d e f g h i j k l m n o p et q (en) Steere AC et Angelis SM, « Therapy for Lyme arthritis: strategies for the treatment of antibiotic-refractory arthritis », Arthritis Rheum., vol. 54, no 10,‎ , p. 3079–3086 (PMID 17009226, DOI 10.1002/art.22131).
  16. (en) M Leroux, C Desveaux, M Parcevaux et B Julliac, « Impact of hydroxychloroquine on preterm delivery and intrauterine growth restriction in pregnant women with systemic lupus erythematosus: a descriptive cohort study », Lupus, vol. 24, no 13,‎ , p. 1384–1391 (ISSN 0961-2033 et 1477-0962, DOI 10.1177/0961203315591027, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  17. (en) Claire de Moreuil, Zarrin Alavi et Elisabeth Pasquier, « Hydroxychloroquine may be beneficial in preeclampsia and recurrent miscarriage », British Journal of Clinical Pharmacology, vol. 86, no 1,‎ , p. 39–49 (ISSN 1365-2125, PMID 31633823, PMCID PMC6983516, DOI 10.1111/bcp.14131, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  18. Kalmanson, G. M., & Guze, L. B. (1965). Studies of the Effects of Hydroxychloroquine on Immune Responses. Journal of Laboratory and Clinical Medicine, 65(3), 484-9.
  19. (en) Waller et al., Medical pharmacology and therapeutics, 2e éd., p. 370.
  20. (en) Viera Jančinová, Silvia Pažoureková, Marianna Lucová et Tomáš Perečko, « Selective inhibition of extracellular oxidants liberated from human neutrophils—A new mechanism potentially involved in the anti-inflammatory activity of hydroxychloroquine », International Immunopharmacology, vol. 28, no 1,‎ , p. 175–181 (DOI 10.1016/j.intimp.2015.05.048, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  21. (en) Organisation mondiale de la santé, « World Health Organization Model List of Essential Medicines » [PDF], sur apps.who.int, (consulté le 26 mars 2020), p. 65.
  22. « Arrêté du portant classement sur les listes des substances vénéneuses », sur Légifrance, .
  23. (en) Ursula Oberkirchner, Keith E. Linder et Thierry Olivry, « Successful treatment of a novel generalized variant of canine discoid lupus erythematosus with oral hydroxychloroquine », Veterinary Dermatology, vol. 23, no 1,‎ , p. 65–e16 (ISSN 1365-3164, DOI 10.1111/j.1365-3164.2011.00994.x, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  24. (en) Elizabeth A. Mauldin, Daniel O. Morris, Dorothy C. Brown et Margret L. Casal, « Exfoliative cutaneous lupus erythematosus in German shorthaired pointer dogs: disease development, progression and evaluation of three immunomodulatory drugs (ciclosporin, hydroxychloroquine, and adalimumab) in a controlled environment », Veterinary Dermatology,‎ (PMID 20374572, PMCID PMC3294011, DOI 10.1111/j.1365-3164.2010.00867.x, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  25. (en) Bryden, S. L., White, S. D., Dunston, S. M., Burrows, A. K., & Olivry, T. (2005). Clinical, histopathological and immunological characteristics of exfoliative cutaneous lupus erythematosus in 25 German short‐haired pointers. Veterinary dermatology, 16(4), 239-252.
  26. ANSES (2019), Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail portant sur une « demande d'avis relatif à une proposition d'arrêté portant inscription sur les listes des substances vénéneuses »[PDF], .
  27. (en) « Plaquenil (hydroxychloroquine sulfate) dose, indications, adverse effects, interactions… from PDR.net », sur pdr.net (consulté le 23 mars 2020).
  28. a et b boss, « Chloroquine et hydroxychloroquine », sur Réseau français des centres régionaux de pharmacovigilance, (consulté le 24 mars 2020).
  29. (en) Samya Mohammad, Megan E. B. Clowse, Amanda M. Eudy et Lisa G. Criscione-Schreiber, « DailyMed - PLAQUENIL- hydroxychloroquine sulfate tablet », Arthritis Care & Research, vol. 70, no 3,‎ , p. 481–485 (ISSN 2151-4658, PMID 28556555, DOI 10.1002/acr.23296, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  30. a b et c (ru) K. Marquardt et T. E. Albertson, « Плаквенил (Plaquenil) - инструкция по применению, состав, аналоги препарата, дозировки, побочные действия », sur rlsnet.ru, The American Journal of Emergency Medicine,‎ (ISSN 0735-6757, PMID 11555803, DOI 10.1053/ajem.2001.25774, consulté le 24 mars 2020), p. 420–424.
  31. (en) Jordan, P. ; Brookes, J.G. ; Nikolic, G. et al. (1999), Hydroxychloroquine overdose: toxicokinetics and management, Clin. Toxicol., 37(7): 861-864.
  32. Smith et Klein-Schwartz.
  33. a et b (en) El Shishtawy, M. A., Hassan, K. H., Ramzy, R., Berri, F., Mortada, M., Nasreddine, S. et Ezzedine, M. (2014), Comparative toxicity study of chloroquine and hydroxychloroquine on adult albino rats[PDF]. In 2nd Mediterranean interdisciplinary forum on social sciences and humanities, MIFS 2014 (voir p. 399).
  34. (en) Alf S. Alving, Lillian Eichelberger, Branch Craige et Ralph Jones, « Studies on the chronicité toxicity of chloroquinine (SN-7618) », The Journal of Clinical Investigation, vol. 27, no 3,‎ , p. 60–65 (ISSN 0021-9738, PMID 16695637, DOI 10.1172/JCI101974, lire en ligne, consulté le 19 mars 2020).
  35. « Un collectif de médecins cite une étude de l'Agence du médicament pour prôner l'usage de la chloroquine », sur lci.fr, (consulté le 7 mai 2020).
  36. (en) Ruther K ; Forester J ; berndt S et al., Chloroquine / hydroxychloroquine: variability of retinotoxic cumulative doses, Ophthalmologe, 104: 875-879, 2007.
  37. a b c d e f et g (en) « Hydroxychloroquine Use During Pregnancy », sur Drugs.com (consulté le 23 mars 2020).
  38. (en) Tomas Miranda-Aquino, Silvia Esmeralda Perez-Topete, Williams Ortega-Pantoja et Carlos Alejandro Gomez-Vazquez, « Long QT syndrome secondary to drug interaction between hydroxychloroquine and amiodarone », Revista Mexicana de Cardiologia, vol. 29, no 2,‎ , p. 98–101 (ISSN 0188-2198, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  39. a b c et d (en) David J Browning, Chong Lee et David Rotberg, « The impact of different algorithms for ideal body weight on screening for hydroxychloroquine retinopathy in women », Clinical Ophthalmology (Auckland, N.Z.), vol. 8,‎ , p. 1401–1407 (ISSN 1177-5467, PMID 25092963, PMCID 4116363, DOI 10.2147/OPTH.S66531, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  40. (en) Al- Jassabi, L.; Azirun, S.M. et Saad.A. (2011) Biochemical Studies on the Role of Curcumin in the Protection of Liver and Kidney Damage by Anti-Malaria Drug. AETJS, 3(1):17-22.
  41. (en) K. Marquardt et T. E. Albertson, « Treatment of hydroxychloroquine overdose », The American Journal of Emergency Medicine, vol. 19, no 5,‎ , p. 420–424 (ISSN 0735-6757, PMID 11555803, DOI 10.1053/ajem.2001.25774, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  42. (en) N. Gunja, D. Roberts, D. McCoubrie et P. Lamberth, « Survival after Massive Hydroxychloroquine Overdose », Anaesthesia and Intensive Care, vol. 37, no 1,‎ , p. 130–133 (ISSN 0310-057X, DOI 10.1177/0310057X0903700112).
  43. Vincent Danel et Patrick Barriot, Intoxications aiguës en réanimation, 2e éd..
  44. Mongenot, F., Gonthier, Y. T., Derderian, F., Durand, M. et Blin, D. (2006). Treatment of hydroxychloroquine poisoning with extracorporeal circulation. Dans : Annales françaises d'anesthesie et de reanimation (vol. 26, novembre, no 2, p. 164-167).
  45. (en) « Hydroxychloroquine toxicity despite normal dose therapy. Europe PMC », Annals of Ophthalmology,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mars 2020).
  46. (en) « DailyMed - PLAQUENIL- hydroxychloroquine sulfate tablet », sur dailymed.nlm.nih.gov (consulté le 24 mars 2020).
  47. (en) Chun-Yu Chen, Feng-Lin Wang et Chih-Chuan Lin, « Chronic Hydroxychloroquine Use Associated with QT Prolongation and Refractory Ventricular Arrhythmia », Clinical Toxicology, vol. 44, no 2,‎ , p. 173–175 (ISSN 1556-3650, DOI 10.1080/15563650500514558).
  48. (en) J A Gonzalez-Nieto et E Costa-Juan, « Psychiatric symptoms induced by hydroxychloroquine », sur Lupus, (ISSN 0961-2033, DOI 10.1177/0961203314558863, consulté le 26 mars 2020), p. 339–340.
  49. H. Artaguine, O. Hocar, K. Laissaoui et N. Akhadari, « P 37 : Accès psychotique aigu induit par la Chloroquine », Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, série 30 Congrès de l’Association des Dermatologistes Francophones, 20-23 avril 2016 - Abidjan, Côte d’Ivoire, vol. 143, no 4, Supplement 1,‎ , S48–S49 (ISSN 0151-9638, PMID 21220626, DOI 10.1016/S0151-9638(16)30212-5, lire en ligne, consulté le 18 mars 2020).
  50. V. Ferraro, F. Mantoux, K. Denis et M. -A. Lay-Macagno, « Hallucinations au cours d’un traitement par hydroxychloroquine », Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, vol. 131, no 5,‎ , p. 471–473 (ISSN 0151-9638, DOI 10.1016/S0151-9638(04)93642-3, lire en ligne, consulté le 26 mars 2020).
  51. a b et c (en) Annamaria Mascolo, Pasquale Maria Berrino, Pietro Gareri et Alberto Castagna, « Neuropsychiatric clinical manifestations in elderly patients treated with hydroxychloroquine: a review article », Inflammopharmacology, vol. 26, no 5,‎ , p. 1141–1149 (ISSN 1568-5608, DOI 10.1007/s10787-018-0498-5).
  52. « Médicaments utilisés chez les patients atteints du COVID-19 : une surveillance renforcée des effets indésirables - Point d'information (actualisé le 14/05/2020) », ANSM,‎ (lire en ligne).
  53. (en) Schneider P, Korolenko T.A et Busch U (1997), A review of druginduced lysosomal disorders of the liver in man and laboratory animals. Microsc. Res. Tech., 36(4): 253-275.
  54. (en) Zhao H, Cai Y, Santi S et al. (2005), Chloroquine mediated radiosensitization is due to the destabilization of the lysosomal membrane and subsequent induction of cell death by necrosis. Radiat. Res., 164(3): 250-7.
  55. (en) Raizman MB, Hamrah P, Holland EJ, Kim T, Mah FS, Rapuano CJ, Ulrich RG. Drug-induced corneal epithelial changes. Surv Ophthalmol. 2017 May - Jun;62(3):286-301.
  56. (en) Francis P, Michaelides M, Niamh S et Weleber R, Retinal toxicity associated with hydroxychloroquine and chloroquine, Arch. Ophthalmol., 2011, 129:30-9.
  57. (en) Yam JC, Kwok AK. Ocular toxicity of hydroxychloroquine. Hong Kong Med J. 2006 Aug;12(4):294-304 (résumé).
  58. (en) Cabral RTS, Klumb EM, Couto MINN, Carneiro S. Evaluation of toxic retinopathy caused by antimalarial medications with spectral domain optical coherence tomography. Arq Bras Oftalmol. 2019 Jan-Feb;82(1):12-17.
  59. (en) Yusuf IH, Sharma S, Luqmani R, Downes SM. Hydroxychloroquine retinopathy. Eye (Lond) 2017 Jun;31(6):828-845.
  60. (en) Stokkermans T.J et Trichonas G (2019), Chloroquine And Hydroxychloroquine Toxicity, Review from StatPearls Publishing, Treasure Island (FL), , CC-BY-SA 4.0.
  61. a b c et d (en) Marija Rowane, Jason Schend, Jaimin Patel et Robert Hostoffer, « Rapid desensitization of hydroxychloroquine », Annals of Allergy, Asthma & Immunology, vol. 124, no 1,‎ , p. 97–98 (ISSN 1081-1206 et 1534-4436, PMID 31606403, DOI 10.1016/j.anai.2019.10.001, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  62. (en) J. Jiménez‐Alonso, J. Tercedor, L. Jáimez et E. García‐Lora, « Antimalarial drug-induced aquagenic-type pruritus in patients with lupus », Arthritis & Rheumatism, vol. 41, no 4,‎ , p. 744–745 ; voir aussi https://pdfs.semanticscholar.org/1049/1fddf1c560407cbf9f2a355a1bb8f94befe0.pdf (ISSN 1529-0131, DOI 10.1002/1529-0131(199804)41:43.0.CO;2-F, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  63. (en) Moez Jallouli, « Hydroxychloroquine-Induced Pigmentation in Patients With Systemic Lupus Erythematosus: A Case-Control Study », JAMA Dermatology, vol. 149, no 8,‎ , p. 935 (ISSN 2168-6068, DOI 10.1001/jamadermatol.2013.709, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  64. Amin N'Cho C (2019), Dosage des spécialités et génériques pharmaceutiques de la chloroquine par chromatographie liquide haute performance.
  65. (en) Melles RB, Marmor MF. Pericentral retinopathy and racial differences in hydroxychloroquine toxicity. Ophthalmology. 2015 Jan;122(1):110-6.
  66. a et b (en-US) Y Tal, R Maoz Segal, P Langevitz et S Kivity, « Hydroxychloroquine desensitization, an effective method to overcome hypersensitivity—a multicenter experience », Lupus, vol. 27, no 5,‎ , p. 703–707 (ISSN 0961-2033 et 1477-0962, DOI 10.1177/0961203317735185).
  67. (en) M Jolly, L Galicier, O Aumaître et C Francès, « Quality of life in systemic lupus erythematosus: description in a cohort of French patients and association with blood hydroxychloroquine levels », Lupus, vol. 25, no 7,‎ , p. 735–740 (ISSN 0961-2033 et 1477-0962, DOI 10.1177/0961203315627200, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  68. Base de données publique du médicament,
  69. a et b (en) Allan J. Flach, « Improving the risk-benefit relationship and informed consent for patients treated with hydroxychloroquine », (ISSN 1545-6110, PMID 18427609, PMCID 2258132, consulté le 24 mars 2020), p. 191–194; discussion 195–197.
  70. (en) Nathalie Costedoat-Chalumeau, Bertrand Dunogué, Gaëlle Leroux et Nathalie Morel, « A Critical Review of the Effects of Hydroxychloroquine and Chloroquine on the Eye », Clinical Reviews in Allergy & Immunology, vol. 49, no 3,‎ , p. 317–326 (ISSN 1080-0549 et 1559-0267, DOI 10.1007/s12016-015-8469-8, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  71. (en) Doo-ri Eo, Min Gyu Lee, Don-Il Ham et Se Woong Kang, « Frequency and Clinical Characteristics of Hydroxychloroquine Retinopathy in Korean Patients with Rheumatologic Diseases », Journal of Korean Medical Science, vol. 32, no 3,‎ , p. 522–527 (ISSN 1011-8934, PMID 28145658, PMCID PMC5290114, DOI 10.3346/jkms.2017.32.3.522).
  72. (en) Ursula Laverty, Gerard Reid, Julie Silvestri et Adrian Pendleton, « Fri0200 Review of Hydroxychloroquine Use and Development of a Regional Strategy to Minimise Retinal Toxicity », Annals of the Rheumatic Diseases, vol. 78, no Suppl 2,‎ , p. 779–779 (ISSN 0003-4967 et 1468-2060, DOI 10.1136/annrheumdis-2019-eular.5898, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  73. a b c d et e (en) Michael F. Marmor, Ulrich Kellner, Timothy Y. Y. Lai et Jonathan S. Lyons, « Revised recommendations on screening for chloroquine and hydroxychloroquine retinopathy », Ophthalmology, vol. 118, no 2,‎ , p. 415–422 (ISSN 1549-4713, PMID 21292109, DOI 10.1016/j.ophtha.2010.11.017, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  74. (en) G. D. Levy, S. J. Munz, J. Paschal et H. B. Cohen, « Incidence of hydroxychloroquine retinopathy in 1,207 patients in a large multicenter outpatient practice », Arthritis and Rheumatism, vol. 40, no 8,‎ , p. 1482–1486 (ISSN 0004-3591, PMID 9259429, DOI 10.1002/art.1780400817, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  75. (en) David J. Browning, S. J. Munz, J. Paschal et H. B. Cohen, « Impact of the revised american academy of ophthalmology guidelines regarding hydroxychloroquine screening on actual practice », American Journal of Ophthalmology, vol. 155, no 3,‎ , p. 418–428.e1 (ISSN 1879-1891, PMID 23218706, DOI 10.1016/j.ajo.2012.09.025, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  76. (en) Matthew D. Walvick, Michael P. Walvick, Edison Tongson et Chau H. Ngo, « Hydroxychloroquine: lean body weight dosing », Ophthalmology, vol. 118, no 10,‎ , p. 2100; author reply 2101 (ISSN 1549-4713, PMID 21968180, DOI 10.1016/j.ophtha.2011.07.020, lire en ligne, consulté le 24 mars 2020).
  77. (en) Ullberg S, Lindquist NG, Sjòstrand SE. Accumulation of chorio-retinotoxic drugs in the foetal eye. Nature. 1970 Sep 19;227(5264):1257-8.
  78. (en) Kolotova A. et Ermakov N.V (2003), Toxic lesions of the organ of vision caused by chloroquine derivatives. Vestnik oftalmologii, 119(1), 39-42 ; |lire en ligne=https://europepmc.org/article/med/12608045 |consulté le=2020-03-18.
  79. (en) Kellner U, Lai T, Lyons J, Marmor M et Mieler W, Revised recommendations on screening for chloroquine and hydroxychloroquine retinopathy, Ophthalmology, 2011, 118:415-22.
  80. (en) Michel Michaelides, Niamh B. Stover, Peter J. Francis et Richard G. Weleber, « Retinal toxicity associated with hydroxychloroquine and chloroquine: risk factors, screening, and progression despite cessation of therapy », Archives of Ophthalmology (Chicago, Ill.: 1960), vol. 129, no 1,‎ , p. 30–39 (ISSN 1538-3601, PMID 21220626, DOI 10.1001/archophthalmol.2010.321, lire en ligne, consulté le 18 mars 2020).
  81. Nathalie Costedoat-Chalumeau, « Etude du rapport bénéfice/ risque du traitement par hydroxychloroquine dans le lupus systématique : étude de la toxicité fœtale, de la toxicité cardiaque et optimisation posologique basée sur la détermination de sa concentration sanguine », Paris 6, (consulté le 24 mars 2020).
  82. « Chloroquine, hydroxychloroquine et COVID-19: Évaluation pharmacologique », Hôpitaux universitaires de Genève, (consulté le 28 juin 2020).
  83. (en) « Coronavirus (COVID-19) Update: FDA Revokes Emergency Use Authorization for Chloroquine and Hydroxychloroquine », FDA, (consulté le 28 juin 2020).
  84. (en) « South Korea backs remdesivir for COVID-19, urges caution with dexamethasone », Reuters, (consulté le 28 juin 2020).
  85. (en) « Hydroxychloroquine Halted in WHO-Sponsored Covid-19 Trials », Bloomberg News, (consulté le 28 juin 2020).
  86. (en) David R. Boulware, Matthew F. Pullen, Ananta S. Bangdiwala, Katelyn A. Pastick, Sarah M. Lofgren, Elizabeth C. Okafor, Caleb P. Skipper, Alanna A. Nascene, Melanie R. Nicol, Mahsa Abassi, Nicole W. Engen, Matthew P. Cheng, Derek LaBar, Sylvain A. Lother, Lauren J. MacKenzie, Glen Drobot, Nicole Marten, Ryan Zarychanski, Lauren E. Kelly, Ilan S. Schwartz, Emily G. McDonald, Radha Rajasingham, Todd C. Lee et Kathy H. Hullsiek, « A Randomized Trial of Hydroxychloroquine as Postexposure Prophylaxis for Covid-19 », The New England Journal of Medicine,‎ (PMID 32492293, PMCID 7289276, DOI 10.1056/NEJMoa2016638, lire en ligne)
  87. (en) « No clinical benefit from use of hydroxychloroquine in hospitalised patients with COVID-19 », Essai clinique Recovery, (consulté le 28 juin 2020).
  88. Pascal Marie, « Plaquenil : ces patients terrifiés par le risque de pénurie », QS Le Quotidien Santé,‎ (lire en ligne).
  89. (en) Sarah Boseley, « Vital drug for people with lupus running out after unproven Covid-19 link », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  90. « Coronavirus : Sanofi promet 100 millions de doses d’hydroxychloroquine, mais reste prudent sur son efficacité », Le Monde/AFP,‎ (lire en ligne).
  91. (en) « India bans export of hydroxychloroquine amid coronavirus outbreak », EURACTIV/Reuters,‎ (lire en ligne)
  92. « Coronavirus : l'Inde assouplit son interdiction d'exportation d'hydroxychloroquine », Le Figaro/AFP,‎ (lire en ligne).
  93. « Coronavirus : en dépit des études critiques, l’Inde recommande l'hydroxychloroquine », sur rfi.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]