Revue systématique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce diagramme illustre ce que font les auteurs d'une revue systématique.

Une revue systématique est un travail de collecte, d'évaluation critique et de synthèse des connaissances existantes sur une question donnée. Cette question bien définie est issue de l'étude d'une problématique posée par un commanditaire, un gestionnaire, un praticien, un chercheur...

Il s'agit, contrairement à de simples revues de littérature, de minimiser les biais pouvant être inhérents soit à la matière première (données, connaissances) soit à la conduite de la revue elle-même, afin d'atteindre la plus grande objectivité possible. Les biais ne pouvant pas être réduits à zéro, il s'agit donc de les mettre en lumière et de les prendre en compte dans le travail de synthèse afin que tout lecteur des résultats et conclusions de la revue puisse se les approprier en toute connaissance de cause, en en comprenant les limites et le niveau de confiance (incertitude) des résultats.

La revue systématique peut notamment être utilisée pour produire une cartographie systématique.

Production et objectifs[modifier | modifier le code]

Les revues systématiques demandent un investissement conséquent en temps et force de travail lorsque c'est la première fois que la question de synthèse est formulée. Par contre, leur grande traçabilité et l'archivage de toutes les étapes permettent par la suite une mise à jour plus facile, en fonction de l'avancement des connaissances.

Les revues systématiques permettent :

  • de mettre à jour des lacunes de connaissances fondées sur des éléments de preuve : lacunes par manque de recherche, pauvreté ou hétérogénéité des savoirs...
  • d'examiner des résultats conflictuels ou des querelles d'experts ou de chapelles... de manière objective, en essayant de savoir d'où provient la variabilité des résultats. Les méta-analyses, analyses de sensibilité, la possibilité de regarder l'influence de variables confondantes (y compris la source du financement des études prises en compte) permet d'aller plus loin que bien des revues de littératures classiques ;
  • d'apporter des arguments robustes (mais pas toujours en accord avec ce qu'aimeraient certains !) pour la décision et la négociation ;
  • d'élever des garde-fous vis-à-vis de tentatives d'influencer les résultats, ceci grâce à la transparence de la méthode, à la relecture par les pairs du protocole et du rapport final, à la publication du protocole de la revue avant sa conduite et à la surveillance des garants (Collaborations) par leur implication ou les journaux qui publient des revues avec tous leurs documents connexes.

Collaborations de revues systématiques[modifier | modifier le code]

Il existe dans le monde trois Collaborations visant à développer la méthodologie des revues systématiques, ses outils, et d'en garantir les standards de qualité :

  1. la Collaboration Cochrane[1] s'occupe de revues systématiques en médecine ;
  2. la Collaboration Campbell[2], qui produit des revues systématiques en sciences humaines et sociales (éducation, pauvreté, criminologie...) ;
  3. la Collaboration for Environmental Evidence[3] produit et publie des revues systématiques pour la gestion de l'environnement et la conservation de la biodiversité, des habitats et des services écosystémiques.

Ces trois Collaborations travaillent ensemble sur des questions mixant les différentes problématiques (ex: santé environnementale qui associe biodiversité et santé dans une approche One health maintenant promue par l'ONU).
Elles fournissent des directives et bonnes pratiques pour la bonne conduite des revues systématiques, via leur handbook ou guidelines respectifs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cochrane | Trusted evidence. Informed decisions. Better health. », sur www.cochrane.org (consulté le 21 novembre 2016).
  2. « The Campbell Collaboration - Campbell », sur www.campbellcollaboration.org (consulté le 21 novembre 2016).
  3. « Environmental Evidence », sur www.environmentalevidence.org (consulté le 21 novembre 2016).