Remdesivir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Remdésivir)

Remdesivir
Image illustrative de l’article Remdesivir
Image illustrative de l’article Remdesivir
Structure du remdesivir
Identification
Nom UICPA (2S)-2-[[[(2R,3S,4R,5R)-5-(4-aminopyrrolo[2,1-f][1,2,4]triazin-7-yl)-5-cyano-3,4-dihydroxyoxolan-2-yl]méthoxy-phénoxyphosphoryl]amino]propanoate de 2-éthylbutyle
Synonymes

GS-5734

No CAS 1809249-37-3
No ECHA 100.302.974
DrugBank DB14761
PubChem 121304016
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C27H35N6O8P
Masse molaire[1] 602,576 ± 0,0277 g/mol
C 53,82 %, H 5,85 %, N 13,95 %, O 21,24 %, P 5,14 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le remdesivir (code GS-5734) est un dérivé monophosphate d'un analogue de nucléosides de l'adénine[2] créé par le laboratoire Gilead Sciences pour traiter la maladie à virus Ebola et les infections à virus Marburg[3]. Il a ensuite montré une activité contre d'autres virus à ARN monocaténaire comme le virus respiratoire syncytial, le virus Junin, le virus Lassa, le virus Nipah et le genre Henipavirus en général, ainsi que les coronavirus, notamment le MERS-CoV et le SARS-CoV[4],[5] ; en 2020, il est testé contre les infections à virus SARS-CoV-2.

En juin 2020, avant d'avoir des preuves solides d'efficacité, Gilead le vend aux États-Unis 2 340 dollars le traitement [6]. Ce prix est jugé très élevé par beaucoup, notamment en comparaison de ses coûts de production[7] et de son efficacité estimée à l'heure actuelle[8],[9].

Sa mise sur le marché européen est autorisée le 3 juillet 2020, sous le nom Veklury[10]. Il n'est pas remboursé par la sécurité sociale en France, mais il existe un stock en Europe et en France[11]. Après une première commande de 33 380 doses[12], la Commission européenne en commande, début octobre 2020, 500 000 doses[13],[14].

Finalement, le 20 novembre 2020 l'OMS confirme, sur la base de plusieurs études, que le remdesivir « n'est pas conseillé pour les patients hospitalisés pour le Covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n'y a actuellement pas de preuve qu'il améliore la survie ni qu'il permette d'éviter d'être placé sous ventilation artificielle »[15],[16]. Le professeur Didier Raoult décrit le Remdesivir comme un agent mutagène[17].

Utilisations ou projets d'utilisations[modifier | modifier le code]

Les tests in vitro indiquent que le remdesivir serait efficace contre une grande variété de virus, dont MERS-CoV[réf. nécessaire].

Contre Ebola[modifier | modifier le code]

Dans une région où la sécurité des personnes n'est pas assurée, où la gouvernance n'est pas fiable, où l'alimentation électrique est incertaine, où le transport des échantillons est souvent problématique et enfin une région où les maladies infectieuses diverses sont très fréquentes, la conduite d'un essai thérapeutique conforme aux normes de la médecine par la preuve reste un défi[18].

Il a été utilisé contre le virus Ebola lors de l'épidémie de 2013-2016 en Afrique de l'Ouest. Cependant, il ne s'est pas montré particulièrement efficace contre les filovirus, les traitements à base d'anticorps monoclonaux comme le mAb114 (en) et le REGN-EB3 (en) ont été plus efficaces[3],[19],[20].


Contre la Covid-19[modifier | modifier le code]

Dès , cet antiviral est identifié comme option médicamenteuse à évaluer contre la Covid-19[2], sur la base de données sur son activité in vitro et in vivo sur les coronavirus MERS-CoV et SARS-CoV[5],[21].

Il a notamment fait l'objet de recherches contre le SARS-CoV-2, à la suite d'un résultat prometteur sur un patient[22]. Avec la chloroquine et le lopinavir/ritonavir, il faisait partie début des trois médicaments jugés les plus prometteurs contre le SARS-CoV-2, suite notamment à une étude chinoise publiée le dans laquelle il était associé à la chloroquine avec des résultats significatifs, mais in vitro[23].

Début mars aux États-Unis, faute d'études cliniques randomisées en double aveugle, Zhang Zuofeng, professeur d'épidémiologie et doyen associé à la recherche à l'Ecole de santé publique de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA) juge que les effets du médicament ne sont pas scientifiquement convaincants in vivo[24]. Finalement, en novembre 2020, l'OMS le déclare inefficace sur ce sujet[25], au regard des résultats de Solidarity Trial.

Le 22 octobre, la FDA autorise toutefois l'utilisation du Remdesivir chez des adultes ou en utilisation pédiatrique (au dessus de 12 ans et de 40 Kg) pour le traitement de la Covid-19 lorsqu'une hospitalisation est nécessaire. En effet, même si l'étude de Solidarity Trial n'a pas su prouver une différence significative de mortalité, l'étude "Adaptive Covid-19 Treatment Trial" semble prouver sur des bases solides que le Remdesivir réduirait la durée de réhabilitation. Néanmoins, selon Daniel Rubin et al., « l'absence d'un bénéfice de survie démontré met en évidence la nécessité d'un développement thérapeutique continu »[26]

Essais et publications scientifiques[modifier | modifier le code]

Le 29 avril 2020, The Lancet publie les résultats complets d'un premier essai[27] multicentrique randomisé fait en Chine sur 237 adultes volontaires, de plus de 18 ans, en double aveugle et contrôlé par placebo duquel il n'est pas possible de conclure à des effets bénéfiques du remdesivir[28]. L'étude était prévue sur un plus grand nombre de cas, mais ce nombre n'a pas été atteint en raison de l'arrêt de l'épidémie dans cette région[28]. D'autres études, sur un plus grand nombre de patients sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ces résultats[28].

En mai 2020, le laboratoire Gilead, qui est propriétaire des brevets du remdesivir, indique dans un communiqué avoir réussi à ramener le cycle de production de la molécule d'un an à six mois. Néanmoins, pour augmenter la disponibilité, le laboratoire est en discussion pour accorder une licence gratuite aux entreprises prêtes à se lancer dans cette production. À cette époque, Gilead dispose d'un stock d'un million et demi de doses, qu'il déclare fournir gratuitement pour soigner les patients présentant des symptômes graves de la Covid-19[29].

Le 22 mai, les résultats préliminaires d'un essai randomisé contrôlé sur 1 063 malades, publiés dans le The New England Journal of Medicine, montrent que les malades qui ont reçu le traitement ont cliniquement guéri en moyenne en 11 jours contre 15 jours pour le groupe « placebo ». En revanche, la différence de mortalité entre les deux groupes est trop faible pour écarter le facteur du hasard dans l'analyse des résultats (7,1 % dans le groupe traité contre 11,9 % dans le groupe placebo)[30]. Les résultats du médicament sont meilleurs chez les patients les moins sévèrement atteints[31]. L'étude a été stoppée prématurément, ce qui a suscité des critiques car cela empêche de savoir si le médicament a un effet fiable sur la mortalité[31],[32]. Sur la base de ces résultats préliminaires la FDA a accordé une autorisation d’utilisation, permettant aux hôpitaux américains de prescrire le remdesivir aux malades en réanimation[33].

Le sont pré-publiés les résultats d'une étude sur cinq patients admis à l'hôpital Bichat entre le et le . La perfusion de remdisivir est associée à une diminution de la charges virale des échantillons nasopharyngés malgré une réplication active dans la région des voies respiratoires inférieures chez deux patients. Le traitement a dû être interrompu pour des effets indésirables chez 4 patients sur 5 : deux élévations de l'alanine aminotransférase et deux insuffisances rénales[34].

Le 15 octobre 2020, le rapport intérim de l'essai Solidarity Trial conclut que le remdesivir, l'hydroxychloroquine, le lopinavir et l'interféron n'ont pas d'effet significatif notable sur les patients hospitalisés pour la Covid-19, que ce soit au niveau de la mortalité, de l'initiation de la ventilation ou de la durée d'hospitalisation.

L'étude Adaptive Covid-19 Treatment Trial, si elle ne contredit pas Solidarity Trial, semble indiquer que le remdesivir accélère la durée de récupération des malades. La mortalité à 29 jours était de 11 % dans le groupe remdesivir, contre 15 % dans le groupe placebo - un résultat qui laisse une incertitude quant à savoir si le remdesivir apporte un bénéfice de survie en plus d'accélérer le temps de récupération[26].

Alors que, faute d’efficacité, les tests du remdesivir sont abandonnés en janvier 2021 [35], l'Agence européenne des médicaments (EMA) annonce, fin février 2021, "prévoir de donner un avis avant l'été concernant l'utilisation éventuelle" du remdesivir "pour traiter les patients atteints du COVID-19 n'ayant pas besoin d'une assistance respiratoire"[36].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le 3 octobre 2020, il est annoncé que le remdesivir fait partie des médicaments prescrit au Président des États-Unis suite à son hospitalisation[37]. Aussi, le 22 octobre, la Food and Drug Administration (FDA) approuve le Remdesivir pour une utilisation contre le coronavirus SARS-CoV-2 aux États-Unis, premier médicament à recevoir ce statut.

Au niveau européen[modifier | modifier le code]

Le , l'Agence européenne des médicaments (EMA) recommande l'autorisation d'une mise sur le marché conditionnelle[38] de l'antiviral remdesivir au sein de l'Union européenne pour les patients atteints du SARS-CoV-2, ce qui en fait le premier médicament contre la Covid-19 à être recommandé pour autorisation dans l'UE[39]. L'autorisation européenne a été délivrée le [10].

Le , la Commission européenne signe un contrat avec Gilead et finance un traitement du Covid-19 pour 30 000 patients européens aux symptômes graves[40], pour un montant total de 70 millions d'euros[41].

La Commission de Bruxelles signe, le 8 octobre 2020, un contrat-cadre de passation de marché avec le laboratoire Gilead pour pouvoir acheter 500 000 doses de remdesivir, à 2000 euros la dose intraveineuse, soit 1,035 milliard d’euros au total[13],[14], soit 3 millions de dose[42].

Le prix convenu pour chaque cycle de traitement est de 2 070 euros (2 440 dollars)[43] (les calculs d'une équipe de chercheurs avaient estimé son coût de fabrication à 5.58 dollars pour un traitement en six doses - 0,93 dollar / dose -[42],[32],[44]). A cette date, selon Libération, des mises en garde sur d’éventuels effets secondaires avaient déjà été faites et Gilead était informé de l'imminente publication de nouveaux résultats « très défavorables à la molécule »[41].

Les États membres ont alors la possibilité de passer commande dans le cadre de ce contrat, sans pour autant être tenus de le faire ; l'accord visant simplement à garantir un prix d'achat et la disponibilité des doses. A la fin du mois de novembre 2020, avant la publication de la recommandation de l'OMS, 17,3 % des doses commandables auraient été achetées (soit début décembre un total de 640 000 doses[32]), pour un total de 220 millions d'euros[45] la France ne faisant cependant pas partie des États membres ayant procédé à une commande[41]. La Belgique, dont la commande a été passée après les résultats négatifs de Solidarity, a dépensé 4.3 millions d'euros via ce contrat[46]. L'Allemagne a commandé 155 000 doses, l'Italie 147 500[42].

Par la suite, plusieurs articles de presse s'interrogent sur les conditions dans lesquelles l’Union européenne a pu passer ce contrat-cadre avec la société pharmaceutique américaine[42],[32],[41]. Pourtant la Commission « n'envisage pas de renégocier le contrat »[47], quoique des eurodéputés dont Michèle Rivasi demandent le remboursement des sommes engagées pour les commandes. Il est à noter qu'au sein de la Commission européenne, ce sont les mêmes personnes, dont l'identité a été tenue secrète, qui ont fait les tractations avec les laboratoires pour le remdesivir et pour les différents vaccins.

En France[modifier | modifier le code]

En France, le le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) le recommande « à titre compassionnel » pour les cas graves de Covid-19[48], rappelant dans un avis complémentaire (du ) qu'à ce jour « les données de sécurité disponibles pour ce médicament sont principalement issues à ce stade des données publiées sur son développement clinique dans la prise en charge des patients infectés par le virus Ebola »[49]. En mars 2020 le remdesivir fait en France l'objet de plusieurs essais cliniques randomisés chez des patients infectés par le virus SARS-CoV-2, notamment dans les cas graves[2].

Ces patients sont mis sous surveillance clinique étroite, compte tenu des effets possibles de l’injection (hypotension artérielle notamment), de même pour leurs fonctions rénale et hépatique, « en lien avec son profil de risque. En effet, le rein a été identifié comme organe cible de la toxicité dans les études non cliniques et dans les études cliniques des augmentations transitoires des ALAT et/ou des ASAT ont été rapportées »[2]. « À ce stade, la posologie évaluée dans la majorité des essais cliniques pour le traitement de l’infection sévère par le virus SARS-CoV-2 est similaire à celle utilisée dans la prise en charge de l’infection à virus Ebola, à savoir chez les sujets ≥ 40 kg : 200 mg à J1, puis 100 mg/j de J2 à J10 »[2].

En , le laboratoire qui avait demandé à la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) l'évaluation de son médicament en vue du remboursement, retire sa demande après avoir eu connaissance des conclusions provisoires de la commission de la transparence de la HAS malgré un avis favorable au remboursement.

La HAS publie néanmoins son avis:

« A l’issue de son évaluation, la HAS considère que l'accès au remboursement n'est justifié que dans une population plus restreinte que celle de l’AMM, soit uniquement chez les patients âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg, hospitalisés pour la COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à faible débit.

[...]

La HAS considère que l’accès au remboursement n’est pas justifié pour les patients hospitalisés pour COVID-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à haut débit, ou une oxygénothérapie lors de la ventilation assistée non invasive ou invasive ou une oxygénothérapie par membrane extracorporelle, aucun bénéfice clinique n’ayant été suggéré dans ces populations à partir des données disponibles[50] »

.

Le 30 octobre 2020, le professeur Didier Raoult affirme envisager de déposer plainte contre l’ANSM et son directeur pour prise illégale d'intérêt et mise en danger de la vie d'autrui pour son refus de RTU pour l'hydroxychloroquine, alors que le Remdesivir a pu bénéficier d'une ATU. Dominique Martin, Directeur de l'ANSM, indique avoir eu vent par les réseaux sociaux de cette procédure, mais affirme ne pas avoir été convoqué ni informé par le parquet de l'ouverture de cette procédure[51],[52],[53],[54].

Le 3 décembre 2020, le Haut Conseil de la santé publique décide de limiter son utilisation aux essais cliniques randomisés. Les 15 900 doses encore en stock ne seront pas distribuées aux établissements de santé, le Remdesivir ne faisant plus partie de l’arsenal thérapeutique contre le Covid-19[55].

Position de l'OMS[modifier | modifier le code]

En novembre, à la lumière des résultats de l'essai Solidarity, la société européenne de soins intensifs puis l'OMS déclarent que ce médicament ne doit pas être utilisé en routine chez les patients COVID-19[56] car rien ne prouve qu'il améliore la survie ou réduit le besoin de ventilation[57].

Le 20 novembre 2020, l'OMS (par communiqué) écrit que « le médicament antiviral remdesivir n'est pas conseillé pour les patients hospitalisés pour le Covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n'y a actuellement pas de preuve qu'il améliore la survie ni qu'il permette d'éviter d'être placé sous ventilation artificielle »[15],[16], ajoutant même « la possibilité d'importants effets secondaires »[25].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le remdesivir est un promédicament ; il doit être métabolisé pour donner sa forme active GS-441524.

C'est un analogue de nucléotide ressemblant à l'adénosine qui perturbe l'ARN polymérase virale et échappe à la correction d'erreur par l'exoribonucléase, ce qui ralentit la production d'ARN viral.

On ignore si ce composé provoque la terminaison prématurée des chaînes d'ARN ou s'il y introduit des mutations[58]. On sait en revanche que l'ARN polymérase ARN-dépendante du virus Ebola est inhibée essentiellement par terminaison de la chaîne quelques nucléotides en aval de l'inhibiteur[59].

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Un pannel d'expert de l'OMS a souligné dans ses conclusions « la possibilité d'importants effets secondaires »[15]. L'utilisation de ce médicament pourrait notamment provoquer des lésions rénales[56], selon le professeur Arnaud Hot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a b c d et e Haut Conseil de la santé publique (2020) [Avis relatif aux recommandations thérapeutiques dans la prise en charge du COVID-19 (complémentaire à l’avis du 5 mars 2020)] ; daté du 23 mars
  3. a et b (en) Travis K. Warren, Robert Jordan, Michael K. Lo, et al., « Therapeutic efficacy of the small molecule GS-5734 against Ebola virus in rhesus monkeys », Nature, vol. 531, no 7594,‎ , p. 381-385 (PMID 26934220, PMCID 5551389, DOI 10.1038/nature17180, Bibcode 2016Natur.531..381W, lire en ligne [PDF]).
  4. (en) Michael K. Lo, Robert Jordan, Aaron Arvey, et al., « GS-5734 and its parent nucleoside analog inhibit Filo-, Pneumo-, and Paramyxoviruses », Scientific Reports, vol. 7,‎ , article no 43395 (PMID 28262699, PMCID 5338263, DOI 10.1038/srep43395, Bibcode 2017NatSR...743395L, lire en ligne [PDF]).
  5. a et b (en) Timothy P. Sheahan, Amy C. Sims, Rachel L. et al., « Broad-spectrum antiviral GS-5734 inhibits both epidemic and zoonotic coronaviruses », Science Transactional Medicine, vol. 9, no 396,‎ , article no eaal3653 (PMID 28659436, PMCID 5567817, DOI 10.1126/scitranslmed.aal3653, lire en ligne [PDF]).
  6. Prix pour 6 flacons, soit 5 jours de traitement. Voir : Catherine Ducruet, « Coronavirus : pourquoi Gilead fixe le prix du remdesivir à 2.340 dollars », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2020).
  7. OTMEDS, « Remdesivir et COVID-19 : « face à l’indécence de Gilead, Jean Castex doit envoyer un signal fort » (Communiqué) », La Veille Acteurs de Santé,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021).
  8. « Coronavirus. Le traitement au Remdesivir sera facturé jusqu’à 3 100 $ aux États-Unis », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021).
  9. Albert Savana, « Coronavirus: aux USA, Gilead fixe des prix élevés pour le remdesivir », Financial Afrik,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021).
  10. a et b (en) « Autorisation d'utilisation du Veklury dans l'Union Européenne », sur European Medicines Agency, (consulté le 5 janvier 2021).
  11. Ce prix est établi sur la base de 6 flacons pour un traitement de 5 jours. Voir : Solveig Godeluck, « Coronavirus : le remdesivir ne sera pas remboursé en France », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2020).
  12. « La Commission européenne garantit l'accès de l'Union au Remdesivir pour le traitement de la COVID-19 », sur Commission européenne, (consulté le 2 janvier 2021)
  13. a et b « Face à la pénurie, la Commission européenne commande plus de 500.000 doses de remdesivir à Gilead », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2020).
  14. a et b « Coronavirus : L’Union européenne passe un contrat aux Etats-Unis pour 500.000 doses de remdesivir », sur 20 Minutes, (consulté le 2 janvier 2021)
  15. a b et c « Covid-19 : l'OMS recommande de ne pas utiliser le remdesivir pour traiter les malades », sur Franceinfo, (consulté le 20 novembre 2020)
  16. a et b (en) Jeremy Hsu, « Covid-19: What now for remdesivir? », BMJ,‎ (DOI 10.1136/bmj.m4457, lire en ligne)
  17. Interview de Didier Raoult sur BFMTV
  18. Sabue Mulangu et coll A Randomized, Controlled Trial of Ebola Virus Disease Therapeutics N Engl J Med 2019; 381:2293-2303 DOI: 10.1056/NEJMoa1910993 https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1910993
  19. (en) Travis Warren, Robert Jordan, Michale Lo, et al., « Nucleotide Prodrug GS-5734 Is a Broad-Spectrum Filovirus Inhibitor That Provides Complete Therapeutic Protection Against the Development of Ebola Virus Disease (EVD) in Infected Non-human Primates », Open Forum Infectious Diseases, vol. 2, no 1,‎ , p. LB-2 (DOI 10.1093/ofid/ofv130.02, lire en ligne).
  20. (en) Michael Jacobs, Alison Rodger, David J. Bell, et al., « Late Ebola virus relapse causing meningoencephalitis: a case report », The Lancet, vol. 388, no 10043,‎ , p. 498–503 (PMID 27209148, PMCID 4967715, DOI 10.1016/S0140-6736(16)30386-5).
  21. (en) T. Sheahan et al., « Comparative therapeutic efficacy of remdesivir and combination lopinavir, ritonavir, and interferon beta against MERS-CoV », Nature Communication, 2020.
  22. (en) Michelle L. Holshue, Chas DeBolt, Scott Lindquistet al., « First Case of 2019 Novel Coronavirus in the United States », N. Engl. J. Med, no 382,‎ (PMID 32004427, DOI 10.1056/NEJMoa2001191, lire en ligne).
  23. (en) Manli Wang, Ruiyuan Cao, Leike Zhanget al., « Remdesivir and chloroquine effectively inhibit the recently emerged novel coronavirus (2019-nCoV) in vitro », Cell Research, vol. 30, no 3,‎ (PMID 32020029, PMCID PMC7054408, DOI 10.1038/s41422-020-0282-0, lire en ligne [PDF]).
  24. « (COVID-19) Davantage de tests requis pour l'antiviral remdesivir dans le traitement du coronavirus (experts)_French.news.cn », French.xinhuanet.com (consulté le 25 mars 2020).
  25. a et b Lise Barnéoud, « Covid-19 : comment Gilead a vendu son remdesivir à l’Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  26. a et b (en) Daniel Rubin, Kirck Chan-Tack, John Farley et Adam Sherwat, « FDA Approval of Remdesivir — A Step in the Right Direction », The New England Journal of Medecine,‎ (DOI 10.1056/NEJMp2032369, lire en ligne, consulté le 16 janvier 2021)
  27. (enregistré sur ClinicalTrials.gov sous le n° NCT04257656).
  28. a b et c (en) Yeming Wang, Dingyu Zhang, Guanhua Du et Ronghui Du, « Remdesivir in adults with severe COVID-19: a randomised, double-blind, placebo-controlled, multicentre trial », The Lancet,‎ , S0140673620310229 (DOI 10.1016/S0140-6736(20)31022-9, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  29. (en) « Gilead outlines plans for global expansion of remdesivir production », sur Global Pharma Insights, (consulté le 23 mai 2020)
  30. John H. Beigel, Kay M. Tomashek, Lori E. Dodd et Aneesh K. Mehta, « Remdesivir for the Treatment of Covid-19 — Preliminary Report », New England Journal of Medicine, vol. 0, no 0,‎ , null (ISSN 0028-4793, DOI 10.1056/NEJMoa2007764, lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  31. a et b (en) « Covid-19 study details benefits of treatment with remdesivir, and also its limitations », sur StatNews.com,
  32. a b c et d Etienne Campion, Remdésivir inefficace : comment la Commission européenne s'est laissée séduire par Gilead, marianne.net, 5 décembre 2020
  33. « Coronavirus dans le monde : déconfinement à des rythmes variés aux Etats-Unis, qui misent sur le remdesivir », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2020)
  34. « Case reports study of the first five patients COVID-19 treated withremdesivir in France », sur sciencedirect.com,
  35. https://www.lejsl.com/magazine-sante/2021/01/30/covid-19-faute-d-efficacite-les-tests-du-remedesivir-sont-abandonnes
  36. https://www.zonebourse.com/cours/action/GILEAD-SCIENCES-INC-4876/actualite/Coronavirus-L-EMA-va-evaluer-d-ici-l-ete-un-usage-etendu-du-remdesivir-32513771/?countview=0
  37. « Traitement expérimental, zinc, remdesivir... Comment est soigné Donald Trump ? », sur LExpress.fr, (consulté le 3 octobre 2020)
  38. Règlement (CE) n o 507/2006 de la Commission du 29 mars 2006 relatif à l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle de médicaments à usage humain relevant du règlement (CE) n o 726/2004 du Parlement européen et du Conseil (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE), (lire en ligne)
  39. (en) Dagmara CZARSKA-THORLEY, « First COVID-19 treatment recommended for EU authorisation », sur European Medicines Agency, (consulté le 25 juin 2020)
  40. « L'UE finance un traitement du Covid-19 pour 30 000 patients européens aux symptômes graves », sur www.hospimedia.fr (consulté le 7 août 2020)
  41. a b c et d Jacques Pezet , Florian Gouthière et Claire-Line Nass, Remdésivir : comment les pays européens ont dépensé des centaines de millions d'euros pour un traitement contesté par l'OMS, liberation.fr, 27 novembre 2020
  42. a b c et d Lise Barnéoud, Chloé Aeberhardt et Chloé Hecketsweiler, « Covid-19 : comment Gilead a vendu son remdésivir à l’Europe », Un contrat a été passé avec la Commission, alors même que le laboratoire Gilead connaissait les résultats négatifs d’un essai clinique de l’OMS. La France est le seul pays majeur à ne pas avoir passé commande., sur lemonde.fr, (consulté le 2 janvier 2021)
  43. (en) Francesco Guarascio, EU makes 1 billion-euro bet on Gilead's COVID drug before trial results, reuters.com, 13 octobre 2020
  44. (en) Andrew Hill et al.,Minimum costs to manufacture new treatments for COVID-19, Journal of Virus Eradication, Volume 6, numéro 2, avril 2020, pages 61-69
  45. https://www.bmj.com/content/371/bmj.m4749
  46. https://www.rtl.be/info/belgique/economie/la-belgique-a-depense-43-millions-d-euros-pour-le-remdesivir-un-medicament-deconseille-par-l-oms-l-organisation-mondiale-de-la-sante--1262293.aspx
  47. https://www.valeursactuelles.com/politique/tribune-remdesivir-la-commission-ne-punira-pas-gilead-128750
  48. Charlotte Demarti, « COVID-19 : en France, le remdesivir recommandé dans les formes graves », Le Quotidien du pharmacien, .
  49. (en) Sabue Mulangu, Lori E. Dodd, Richard T. Davey et Olivier Tshiani Mbaya, « A Randomized, Controlled Trial of Ebola Virus Disease Therapeutics », New England Journal of Medicine, vol. 381, no 24,‎ , p. 2293–2303 (ISSN 0028-4793 et 1533-4406, DOI 10.1056/NEJMoa1910993, lire en ligne, consulté le 2 avril 2020).
  50. https://www.has-sante.fr/jcms/p_3201940/fr/evaluation-des-traitements-de-la-covid-19-la-has-publie-son-evaluation-du-remdesivir
  51. « Hydroxychloroquine : le Pr Raoult assigne l’ANSM et son directeur devant les tribunaux #HCQ #COVID19 », sur caducee.net,
  52. « Le Pr Raoult, en manque d'hydroxychloroquine faute d'autorisation, dépose un recours », sur lefigaro.fr,
  53. « Covid-19 : l’IHU du professeur Raoult persiste dans ses certitudes et prescrit toujours l’hydroxychloroquine », sur lemonde.fr,
  54. Thomas Mahler, « Remdesivir déconseillé par l'OMS : Didier Raoult perd son meilleur ennemi », sur lexpress.fr,
  55. Lise Barnéoud, « Covid-19 : les 16 000 doses de remdésivir dont dispose la France ne seront pas prescrites hors essais cliniques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2021).
  56. a et b (en) Francesco Guarascio, « World's top intensive care body advises against remdesivir for sickest COVID patients », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2020)
  57. (en) Don't use Gilead's remdesivir in hospitalised COVID-19 patients, WHO says, reuters.com, 20 novembre 2020
  58. (en) Maria L. Agostini, Erica L. Andres, Amy C. Sims, et al., « Coronavirus Susceptibility to the Antiviral Remdesivir (GS-5734) Is Mediated by the Viral Polymerase and the Proofreading Exoribonuclease », mBio, vol. 9, no 2,‎ , e00221-e00218 (PMID 29511076, PMCID 5844999, DOI 10.1128/mBio.00221-18, lire en ligne [PDF]).
  59. (en) Egor P. Tchesnokov, Joy Y. Feng, Danielle P. Porter et Matthias Götte, « Mechanism of Inhibition of Ebola Virus RNA-Dependent RNA Polymerase by Remdesivir », Viruses, vol. 11, no 4,‎ , article no 326 (PMID 30987343, PMCID 6520719, DOI 10.3390/v11040326, lire en ligne [PDF]).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]