Discovery (essai clinique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Discovery est un essai clinique annoncé en mars 2020 par l'INSERM, et qui a pour but de tester des traitements contre le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la maladie à coronavirus 2019. L'essai initié par la France a vocation à être européen, mais peine à démarrer en dehors de la France.

Méthodologie[modifier | modifier le code]

L'essai clinique Discovery, débuté le [1] pendant la pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020, est coordonné par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) dans le cadre du consortium REACTing[2]. Monté en partenariat avec le réseau français AVIESAN et avec le soutien du ministère des Solidarités et de la Santé et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation[3], il est dirigé par Florence Ader, infectiologue à l'hôpital de la Croix-Rousse de Lyon. Cet essai est enregistré dans les bases d'essais cliniques ClinicalTrials[4] et EudraCT (2020-000936-23)[5]. Il s'agit, selon l'INSERM dans l’histoire épidémique, de la première opportunité au moment même de l'épidémie/pandémie, de tester des molécules existantes[6] afin de qualifier leur efficacité éventuelle qui se matérialiserait par une amélioration du statut clinique du patient. Le coût de prise en charge et de gestion des données dans l'essai Discovery est élevé : 5 000  par patient[7].

L'essai clinique Discovery vise à inclure environ trois milliers de patients, en France (au moins huit cents patients), en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne[1]. Les patients seront divisés aléatoirement en cinq groupes[4], mais l'essai ne se déroulera pas en double aveugle. Ces études s'inscrivent dans une médecine fondée sur des données validées expérimentalement. Un groupe, nommé « branche de référence », recevra uniquement des soins standards, sans traitement antiviral. Chacun des quatre autres groupes recevra respectivement, en plus des soins standards[1] :

Les différents médicaments testés[modifier | modifier le code]

  1. Le remdésivir est une substance active développée contre Ebola, qui avait eu des résultats intéressants[8][pas clair] mais d'autres traitements se sont révélés être plus efficaces[réf. nécessaire].
  2. La combinaison lopinavir et ritonavir, qui a été initialement brevetée par Abbvie sous le nom de Kaletra[9], utilisée dans les infections du virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Une première étude coréenne a cependant montré des résultats décevants[10],[11].
  3. L'hydroxychloroquine. Selon certaines sources, cette dernière a été rajoutée en urgence, à la suite de l'emballement médiatique qui résulte de l'essai préliminaire de Didier Raoult[12], pourtant fortement critiqué pour ses faiblesses méthodologiques engageant la fiabilité des résultats[13]. Yazdan Yazdanpanah, l'infectiologue qui coordonne Discovery, assure que la décision d’intégrer l’hydroxychloroquine ne vient pas des résultats de Didier Raoult[14]. Le dosage n'est pas celui de l'autorisation de mise sur le marché. Pour Discovery, le patient reçoit une dose de charge à J1 de 400 mg deux fois par jour puis une dose quotidienne de 400 mg en 1 prise par jour pendant 9 jours[15].

Fin mai, faisant suite à la publication dans The Lancet[16] de résultats selon lesquels l'hydroxychloroquine augmenterait la mortalité des patients[17],[18], ce traitement est supprimé de tous les essais français (dont Discovery) toujours en cours, sauf pour les patients en cours de traitement avec de l’hydroxychloroquine[19]. La même décision a été prise par le comité directeur de l'essai international Solidarity[20],[21]. Début juin 2020, l'article du Lancet est cependant critiqué[22] puis très vite rétracté[23], et les essais reprennent[24].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Difficultés[modifier | modifier le code]

L'essai devait concerner 3 200 patients européens dont 800 français[1]. Les premiers patients ont été enrôlés le . L’essai clinique a dû être suspendu deux semaines car le remdésivir n’était plus disponible, et à cause des problèmes de recrutement liés à la ferveur du public pour l'hydroxychlroquine[25].

La France avait enrôlé 540 patients dans les 25 centres le [6], 620 le , et 730 (sur un objectif de 800) le , mais la cible des 3 200 patients européens est difficile à atteindre[26] en raison de problèmes de collaborations internationales : l'Espagne et l'Italie ont préféré rejoindre l’essai Solidarity, dont les critères méthodologiques sont moins contraignants et le coût très inférieur[27] ; le Royaume-Uni a monté son propre essai, baptisé Recovery ; les discussions avec l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et le Portugal étaient toujours en cours début mai 2020[28],[7]. La Belgique ne participe ni à Discovery, ni à Solidarity[29]. Le 6 mai, un seul patient hors de France avait été inclus[7]. Yazdan Yazdanpanah, l'infectiologue qui coordonne le projet, évoque un échec de l'Europe sur les essais cliniques[28],[30].

Le Dr Ader explique au Sénat que si l'essai Discovery a quasiment atteint son objectif de recrutement de 800 patients en France, le faible effectif global de Solidarity « ne permettra pas de répondre rapidement à la question posée »[31] En effet, le faible nombre de patients enrôlés au moment où l'épidémie commence à refluer affaiblit la puissance statistique de Discovery, qui pourrait peiner à tirer des enseignements valides sur des médicaments dont on sait qu'aucun n'a un effet très fort. Florence Ader précise devant le Sénat « il n’y a pas de molécule miracle, sinon les Chinois et les Italiens, qui nous ont précédés dans l’épidémie, les auraient vues »[7]. Elle regrette la profusion des essais qui sont en compétition pour le recrutement des patients, et leur redondance: sur les 80 essais français connus, vingt comprennent un bras testant l’hydroxychloroquine[7]. Dans de nombreux pays, le « battage médiatique »[32],[33] autour de l'hydroxychloroquine a les mêmes conséquences néfastes sur la redondance des essais, les problèmes d'inclusion des patients et l'analyse des résultats[33],[34].

Plusieurs spécialistes parlant d’« échec » voire de « fiasco », mi mai 2020 , le Pr France Mentré, épidémiologiste et responsable méthodologique de Discovery note un manque de « coordination » et une multiplication contreproductive du nombre d’essais à travers le monde comme pour l’Italie ou l’Espagne qui ont préféré participé à l’essai Solidarity, un essai clinique européen mené par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Si les Européens avaient travaillé aussi vite que prévu, on aurait des résultats »[35].

Calendrier des résultats[modifier | modifier le code]

Selon l'annonce initiale de l'INSERM, « l’analyse de l’efficacité et de la sécurité du traitement sera évaluée 15 jours après l’inclusion de chaque patient[1] ». Olivier Véran avait annoncé le 22 mars des résultats pour début avril[36], d'autres sources estimaient que les tendances devaient être annoncées fin avril[37],[38]. Karine Lacombe le 30 avril[39] et Emmanuel Macron le 4 mai[7] ont annoncé des résultats mi mai[7],[40], date à laquelle l'INSERM se met à évoquer des résultats fin mai seulement[41]. Yazdan Yazdanpanah estime que « la probabilité » que rien n'émerge et qu'il soit simplement recommandé de poursuivre les inclusions de nouveaux patients « est la plus importante »[40].

Point intermédiaire[modifier | modifier le code]

Le 30 avril, Karine Lacombe déclare que, « même si il est beaucoup trop tôt pour parvenir à une conclusion », le remdésivir semble donner des résultats encourageants[39].

Polémique autour de l'essai[modifier | modifier le code]

Non-intégration de la combinaison hydroxychloroquine et azithromycine[modifier | modifier le code]

Un essai clinique de l'IHU Méditerranée Infection (dir. Didier Raoult) recommande contre la Covid-19 l’utilisation de la chloroquine et d'un antibiotique (hydroxychloroquine et azithromycine à l'IHU Méditerranée Infection)[42]. Les critiques sur les faiblesses méthodologiques de l'étude de Marseille sont nombreuses (voir l'article Développement et recherche de médicaments contre la Covid-19#Chloroquine et hydroxychloroquine pour plus de détails). Le Monde considère que l'annonce provoque une « folie planétaire »[43]. L'Organisation mondiale de la santé l'ayant rangé dans sa liste des traitements prioritaires[12], l'hydroxychloroquine est ajoutée à l'essai clinique Discovery, présenté au public le 23 mars[44],[a]. Gilles Pialoux, infectiologue et chef du service de maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon, explique alors au Monde que « L’hydroxychloroquine sera comparée comme les autres molécules. Ni plus ni moins »[45]. Le ministre de la Santé Olivier Véran appele précise que si le traitement s'avérait efficace, il serait utilisé « sans aucun délai »[36]. Le protocole suivi, différent de celui recommandé par l'IHU correspond à celui préconisé par la Chine (Hydroxychloroquine sans association avec azithromycine, 7 jours de traitement [46])[réf. nécessaire]

Le 26 mars, Didier Raoult critique le protocole de Discovery : « Si on avait envie de prouver que ça ne marche pas, on ne s’y prendrait pas autrement. Il y aura une enquête parlementaire après tout ça, et elle sera sanglante, autant que l’affaire du sang contaminé. Et ce sera pire si le gouvernement décide de refuser l’accès au médicament »[47]. Christian Perronne, qui défend le protocole proposé par le professeur Raoult[48],[49], dément à plusieurs reprises l'information selon laquelle l'essai permettra de le tester[50],[b], expliquant qu'il s'agit de tester l'hydroxychloroquine seule et dans des cas où une pneumopathie est apparue[44], alors que Didier Raoult estime que la combinaison de l'hydroxychloroquine et l'azithromycine traite la Covid-19, que quand elle est administrée tôt elle prévient la contagion, mais que quand le profil devient sévère c’est peut-être trop tard pour empêcher le décès[51],[48],[52],[53]. Le 8 avril, Le Canard enchaîné affirme que « si la polémique n'a cessé d'enfler, c'est avant tout par la faute des autorités de santé, qui ont d'abord refusé d'expérimenter sur des patients en début de maladie la potion que le professeur dit magique : l'association d'un antiviral, la chloroquine, avec un antibiotique, l'azithromycine. Ainsi l'étude européenne baptisée Discovery prend en compte la fameuse chloroquine mais[c] sans y adjoindre l'antibiotique susnommé »[54],[55].

Libération clarifie le 10 avril. Xavier Lescure (investigateur principal de l’essai Discovery à l’hôpital Bichat), et Dominique Costagliola (du Comité d’organisation international de Discovery) justifient l'utilisation de l’hydroxychloroquine seule en expliquant que les preuves que la combinaison des deux médicaments a un bénéfice « sont encore moins bonnes que celles qui concernent l’hydroxychloroquine seule », et qu'ils ont tous les deux « le même type d’effets indésirables, à savoir augmenter le risque d’arrêts cardiaques[56] ». Mais contrairement à l'affirmation de Christian Perronne, Discovery concerne bien des patients présentant des formes modérées à sévères, dont l’état justifie une hospitalisation, y compris des patients qui sont au début de la maladie (le malentendu résulte d'une formulation fautive d'un communiqué de presse de l’Inserm)[56]. Mais en effet, le Pr Raoult propose son traitement à des patients testés positifs au Covid19 en hospitalisation ou en ambulatoire, ce que les responsables de Discovery qualifient de « contreproductif et dangereux »[56].

L’infectiologue qui dirige l'essai explique lui que l'azithromycine n'est pas inclue dans le « bras » hydroxychloroquine pour que les médecins qui testent les autres molécules (dans les autres « bras » de Discovery) puissent ajouter ou non de l’azithromycine. Il y aura donc bien des résultats sur la combinaison mais ils seront analysés a posteriori[14].

Manque d'éthique ?[modifier | modifier le code]

Christian Perronne considère que l'essai manque d'éthique parce qu'il ne teste pas réellement le protocole Raoult, mais aussi parce qu'il utilise un groupe témoin traité seulement par des soins de soutien: selon lui, on dit aux patients « qu'ils vont être tirés au sort, et éventuellement ne pas être traités, tout en connaissant très bien les chiffres de mortalité élevés de cette maladie »[51],[48],[57]. L’infectiologue qui dirige l'essai explique que pourtant Discovery recrute des patients atteints de formes modérées à sévères de Covid-19 parce que « l’urgence était de trouver un traitement pour les gens sévères », soit 15 % des cas confirmés[14].

Pour la professeure Florence Ader, qui coordonne l'essai à l’hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon (HCL), seule l'utilisation d'une méthodologie rigoureuse permettra d'obtenir des résultats significatifs et robustes[58]. Le , le journal Les Échos souligne qu'il s'agit d'une « expérimentation de grande ampleur dont le verdict aura été attendu comme jamais dans l'histoire de la médecine »[59].

Conséquences de la polémique sur les difficultés de recrutement[modifier | modifier le code]

Selon certaines sources, le contexte médiatique, dénoncé par certains médecins[60],[61], entraverait l'essai clinique Discovery[61]. Le professeur Xavier Lescure, infectiologue à l'hôpital Bichat affirme « que certains patients refusent d’être enrôlés dans l’essai Discovery parce qu’ils ne veulent pour traitement que de l’hydroxychloroquine... Les patients n’ont du coup que 20 % de chances de se voir administrer de l’hydroxychloroquine, et cela ne leur convient pas[61] ! » ; selon Jean-François Bergmann de l'Hôpital Saint Louis à Paris, cette attitude concernerait quatre patients sur cinq dans certains hôpitaux, regrettant cette forme de « populisme médical qui ralentit l'émergence de la vérité »[62],[63]. Les refus de s'enrôler dans l'essai clinique Discovery viendraient aussi de certains médecins[61]. Au contraire, la Pr Florence Ader observe qu'il n'y a pas de difficultés à trouver des volontaires[58]. Dans une tribune au « Monde » cinquante-neuf réanimateurs appellent les patients à coopérer en expliquant les principes d'une recherche « la plus rigoureuse et la plus scientifique possible »[64]. Le média Heidi.news explique que les problèmes de recrutement dus aux annonces de Didier Raoult ont fait perdre 15 jours à l'essai, obligeant les responsables de l'étude à fournir un travail supplémentaire pour expliquer, notamment dans les médias, qu’il n’y avait aucune preuve de l’efficacité de la chloroquine à ce stade[25].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans une conférence de presse présentant l'essai clinique Discovery, le professeur Bruno Lina explique que : « Le 4e bras est le bras hydroxycloroquine, c'est un bras qui a été rajouté un petit peu à la fois à la demande de l'OMS et de l'État français, pour qu'on puisse avoir des résultats fiables sur cette molécule ». À la question « N'y a-t-il pas un emballement autour de cette molécule ? » la professeure Florence Ader répond « Elle sera évaluée comme les autres et comparée comme les autres ». Conférence de presse des Pr Bruno Lina et Pr Florence Ader via Skype le 23 mars 2020, sur l'essai clinique Discovery contre la Covid-19, HCL. Citations à la 7e et 19e minutes de la vidéo.
  2. Depuis le début du confinement, le traitement à l’hydroxychloroquine pour guérir du Covid-19, présenté vendredi 27 mars par le professeur Didier Raoult à Marseille, ne fait pas l’unanimité auprès de la communauté scientifique. Dans les médias, les articles ont déferlé sur ce médicament, porteur d’espoir. Afin de mettre un terme au débat, le professeur Vincent Dubée du CHU d’Angers a présenté le 31 mars en conférence de presse une étude de grande ampleur pour démontrer les possibles bénéfices du traitement.|Victoria Geffard| Article : Coronavirus. Chloroquine : ce qu’il faut savoir de l’étude lancée par 33 hôpitaux français Coronavirus. Chloroquine : ce qu’il faut savoir de l’étude lancée par 33 hôpitaux français, Ouest-France, le .
  3. Le Canard ajoute « ne la teste que sur des malades sévèrement atteints et... » mais c'est une erreur: l'information sera démentie dans Libération le 10 avril 2020 (Gouthière 2020).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Lancement d’un essai clinique européen contre le Covid-19 », Inserm, (consulté le 25 mars 2020).
  2. REACTing Programme de recherche REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases), site inserm.fr
  3. AVIESAN, « COVID-19 : 20 projets de recherche sélectionnés pour lutter contre l’épidémie (N°Ref : AS/IP/328) », sur inserm.fr, (consulté le 25 mai 2020).
  4. a et b (en) « Trial of Treatments for COVID-19 in Hospitalized Adults - Full Text View - ClinicalTrials.gov », sur clinicaltrials.gov (consulté le 28 mars 2020)
  5. « Clinical Trials Register », sur web.archive.org, (consulté le 28 mars 2020)
  6. a et b INSERM, « [VIDEO] ı Essai Discovery, premier point d'étape au 7 avril 2020 ı », sur https://www.inserm.fr/, (consulté le 8 avril 2020)
  7. a b c d e f et g « Coronavirus : l’essai clinique Discovery englué faute de coopération européenne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  8. (en) S. Mulangu et al., A Randomized, Controlled Trial of Ebola Virus Disease Therapeutics, PubMed, Massachusetts Medical Society, .
  9. Kaletra, Vidal France.
  10. (en) Cao Bin, Wang Yeming et al., A Trial of Lopinavir–Ritonavir in Adults Hospitalized with Severe Covid-19, Massachusetts Medical Society,
  11. IRÈNE DROGOU, « Un premier essai décevant pour le lopinavir-ritonavir », Le Quotidien du médecin,‎ (lire en ligne)
  12. a et b Cédric Mathiot et Pauline Moullot, « Chloroquine : l'infectiologue Didier Raoult en roue libre ? », sur Libération.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  13. AFP, Coronavirus et chloroquine: nouvelle étude mais critiques identiques pour le Pr Raoult, Sciences et Avenir , .
  14. a b et c Rouguyata Sall, « Hydroxychloroquine: dans le brouillard des essais cliniques », sur Mediapart (consulté le 24 avril 2020)
  15. David Paitraud, « COVID-19 et hydroxychloroquine : les recommandations du HCSP », sur vidal.fr,
  16. (en) Mandeep R. Mehra, Sapan S. Desai, Frank Ruschitzka et Amit N. Patel, « Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis », The Lancet, vol. 0, no 0,‎ (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, DOI 10.1016/S0140-6736(20)31180-6, lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  17. « Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  18. Nicolas Martin, « Hydroxychloroquine, acte 4 scène 28 » [audio], sur France Culture, (consulté le 26 mai 2020)
  19. « Covid-19 : le traitement à l’hydroxychloroquine pourrait être suspendu en France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2020)
  20. « Coronavirus : l’OMS suspend temporairement les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  21. (en-GB) Staff et agencies, « WHO halts hydroxychloroquine trial for coronavirus amid safety fears », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 26 mai 2020)
  22. « Hydroxychloroquine : « The Lancet » met en garde contre une étude publiée dans ses colonnes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  23. « « The Lancet » annonce le retrait de son étude sur l’hydroxychloroquine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  24. « L’OMS reprend ses essais sur l’hydroxychloroquine comme traitement potentiel contre le coronavirus », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  25. a et b Sophie Gaitzsch, « Des nouvelles de Discovery, l’essai clinique européen contre Covid-19 », sur www.heidi.news (consulté le 23 avril 2020)
  26. « Covid-19 : résultats contradictoires pour l’antiviral remdesivir », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2020)
  27. Sophie Bécherel, « Covid-19 : la France peine à convaincre ses voisins de participer à l'essai clinique Discovery », sur www.franceinter.fr, (consulté le 3 mai 2020)
  28. a et b « Covid-19 : « Sur les essais cliniques, l’Europe est un échec » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2020)
  29. Nicolas de Pape, « Thérapies anti-covid : la Belgique pour le moment exclue de l'étude Discovery », sur Le Journal Du Medecin, (consulté le 5 mai 2020)
  30. « Coronavirus : l’essai Discovery est un fiasco européen, ses résultats sont incertains », sur La Voix du Nord, (consulté le 9 mai 2020)
  31. Damien Coulomb, « L'essai Discovery étranglé par le manque de coopération européenne », sur Le Quotidien du médecin, (consulté le 10 mai 2020).
  32. (en) Yves SciamaApr. 9 et 2020, « Is France’s president fueling the hype over an unproven coronavirus treatment? », sur Science | AAAS, (consulté le 7 mai 2020)
  33. a et b (en) Heidi Ledford, « Chloroquine hype is derailing the search for coronavirus treatments », Nature, vol. 580,‎ , p. 573–573 (DOI 10.1038/d41586-020-01165-3, lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  34. « Comment le Covid-19 chamboule la recherche scientifique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  35. « Coronavirus : le projet Discovery qui doit notamment tester l'hydroxychloroquine tourne au fiasco », sur ladepeche.fr (consulté le 15 mai 2020)
  36. a et b Reuters, « Coronavirus : un essai clinique européen débute avec notamment la chloroquine », Le Figaro, (consulté le 8 avril 2020)
  37. « Covid-19 : les premiers résultats de l’essai Discovery ne sont pas attendus avant fin avril », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2020).
  38. « Covid-19 : un point sur les traitements », sur France Culture, (consulté le 17 avril 2020)
  39. a et b RMC, « Des résultats encourageants sur un traitement de l'essai Discovery: « C’est probablement une des molécules qu’il va falloir utiliser » », sur RMC (consulté le 1er mai 2020)
  40. a et b « Coronavirus : 45 essais cliniques en cours en France, est-ce suffisant ? », La Provence, (consulté le 14 mai 2020)
  41. « Discovery ou "Fiascovery" ? Les résultats de l'essai clinique pour trouver un traitement contre le coronavirus se font attendre », sur Franceinfo, (consulté le 14 mai 2020)
  42. « Hydroxychloroquine contre Covid -19 : l’étude qui redonne espoir », sur egora.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  43. « Coronavirus : Didier Raoult, l’infectiologue marseillais derrière la folie planétaire autour de l’hydroxychloroquine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2020)
  44. a et b INSERM, « [VIDEO] Conférence de presse du 23 mars 2020 », (consulté le 8 avril 2020)
  45. « Coronavirus : « L’hydroxychloroquine sera comparée comme les autres molécules. Ni plus ni moins » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2020)
  46. (zh) National Health Commission of the PRC, « Avis sur l'ajustement de la posologie et de l'utilisation du phosphate de chloroquine pour traiter la nouvelle pneumonie coronarienne », sur National Health Commission of the PRC,
  47. « Covid-19 – Entretien avec celui qui est au cœur des polémiques : Didier Raoult », sur Marcelle, (consulté le 22 avril 2020)
  48. a b et c Xavier Azalbert et Christian Perronne, Christian Perronne : En temps de guerre, la vision de la médecine doit s’adapter, avant qu’il ne soit trop tard, France-Soir, .
  49. Nexus, « ENTRETIEN EXCLUSIF. Christian Perronne : "À Garches, nous avons de bons résultats avec l’hydroxychloroquine" », sur Nexus (consulté le 15 avril 2020)
  50. Coronavirus. Chloroquine : ce qu’il faut savoir de l’étude lancée par 33 hôpitaux français, Ouest-France, le .
  51. a et b Etienne Campion et Christian Perronne, Christian Perronne : "Les tirs de barrage reçus par Didier Raoult sont aussi liés à des querelles d'égos", Marianne, .
  52. (en) [PDF] Didier Raoult et al., Clinical and microbiological effect of a combination of hydroxychloroquine and azithromycin in 80 COVID-19 patients with at least a six-day follow up: an observational study, IHU-Méditerranée Infection, Marseille, France.
  53. Barthélémy Philippe, « La chloroquine a bien été autorisée pour le coronavirus, mais seulement dans les cas graves », sur Capital.fr, (consulté le 9 avril 2020) : L’infectiologue n’en a jamais fait mystère : son protocole thérapeutique s’adresse essentiellement aux patients qui présentent des “formes (du virus) modérées, moyennes, ou qui commencent à s’aggraver”. "Sur le plan thérapeutique, ce que l'on est en train de voir, c'est que les malades, au moment où ils ont une insuffisance respiratoire et qu'ils rentrent en réanimation, n'ont presque plus de virus. C'est alors trop tard pour traiter les gens avec des antiviraux”, précisait-il, dans l’un des “bulletins d’informations” qu’il diffuse régulièrement sur Youtube, depuis le début de la crise sanitaire.
  54. Le Carnard enchaîné, Article "Le protocole Raoult enfin testé", le 8 avril, page 2
  55. Luca ANDREOLLI, « Emmanuel Macron convaincu par le Pr Didier Raoult ? Il a "ordonné" en urgence la multiplication des tests autour de la chloroquine », sur www.programme-tv.net, (consulté le 9 avril 2020)
  56. a b et c Florian Gouthière, « Est-il vrai que l'essai clinique Discovery ne permet pas de tester le protocole du professeur Raoult ? », sur Libération.fr, (consulté le 11 avril 2020)
  57. (en) Yves Sciama, « Is France’s president fueling the hype over an unproven coronavirus treatment? », sur Science | AAAS, (consulté le 10 avril 2020)
  58. a et b AFP, « Coronavirus: loin du buzz, la Pr Ader dirige un essai clinique crucial », sur Libération.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  59. Yann Verdo, « Coronavirus : les résultats de l'essai Discovery se font attendre », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  60. Jérôme Vincent, « À l'hôpital Bichat, le raout sur la chloroquine nous affecte », sur Le Point, (consulté le 9 avril 2020)
  61. a b c et d Nathalie Raulin, « Le buzz sur la chloroquine freine l'essai clinique européen Discovery », sur Libération.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  62. (en) Yves SciamaApr. 9 et 2020, « Is France’s president fueling the hype over an unproven coronavirus treatment? », sur Science | AAAS, (consulté le 10 avril 2020)
  63. « Politique. Macron alimente-t-il l’emballement autour d’un traitement à base d'hydroxychloroquine ? », sur Courrier international, (consulté le 10 avril 2020)
  64. « Les réanimateurs : « Aidez-nous en acceptant de participer à nos études de recherche clinique » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]