Christian Perronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christian Perronne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Vice-président
Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques (d)
jusqu'en
Biographie
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Christian Perronne, né le 19 mars 1955 à Angers, est un médecin et professeur des universités-praticien hospitalier français. Il est spécialisé dans les pathologies tropicales et les maladies infectieuses émergentes. Il a été président de la commission spécialisée « Maladies transmissibles » du Haut Conseil de la santé publique. Il est connu pour : ses positions non conventionnelles et controversées sur la maladie de Lyme ; son soutien au traitement préconisé par le professeur Didier Raoult pendant le début agité de la pandémie de Covid-19 ; ses propos polémiques, dont certains n'étaient pas suffisamment étayés d'un point de vue scientifique, ont pu être considérés comme complotistes. Ces propos ont entraîné, à la fin de l'automne 2020, son exclusion de la « Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques » puis de l'AP-HP.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Perronne est né le 19 mars 1955 à Angers[1].

En 1985, il soutient une thèse d'exercice de la médecine sur le traitement par la coumermycine A1 de l'endocardite expérimentale à Staphylococcus aureus du rat à l'université Paris-VII[2].

En 1992, il soutient une thèse de doctorat en science médicale, intitulée Étude physiopathologique et thérapeutique d'infections opportunistes du sida dues à des micro-organismes à développement intracellulaire, à l'université Paris-Diderot, sous la direction de Jean-Jacques Pocidalo[3]. Il étudie en collaboration les effets de l’adaptation au traitement antirétroviral hautement actif sur le sida dont le résultat est publié dans une lettre en 1998[4].

En 2004, il participe à une recherche sur un vaccin contre le virus H5N1 de la grippe aviaire[5].

Professeur de maladies infectieuses et tropicales à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, il est chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches jusqu'en . À cette date, à la suite de ses commentaires sur la conduite de la pandémie de Covid-19, notamment ses déclarations à la presse à la suite de la publication d'un livre qu’il signe (Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?) , il est démis de ses fonctions « pour des propos indignes de la fonction qu'il exerce » selon l’AP-HP[6]. Il publie un autre livre sur le même thème le , intitulé Décidément, ils n'ont toujours rien compris ![7], que L'Express qualifie de « nouveau pamphlet multipliant les contre-vérités et assertions complotistes »[8].

Il a été, en 2009, vice-président du groupe « European advisory group of experts on immunisation » (E[T]AGE), qui conseille la politique vaccinale européenne de l’Organisation mondiale de la santé[9],[10],[11].

Il a été président de la commission des maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique[12].

D'après Pauline Delassus et Anne Jouan, journalistes pour Paris Match, le nom de Christian Perronne apparait sur le procès-verbal de création de l'association Chronimed, mais ce dernier affirme en ne pas en être membre[13].

Maladie de Lyme[modifier | modifier le code]

Christian Perronne est souvent présenté dans les médias comme spécialiste de la maladie de Lyme et comme la figure de proue des « Lyme doctors »[14], en dépit de ses prises de position non conventionnelles[15].

Il est, en France, l'un des rares membres de sa communauté à remettre en cause la fiabilité des tests de diagnostic médical (Elisa, Western Blot) pour les borrélioses, et leur capacité à identifier tous les types de borrélies potentiellement en cause dans la maladie de Lyme[14].

Il soutient l'existence d'une forme chronique de la borréliose de Lyme et plaide pour la nécessité d'une prise en charge thérapeutique de cette forme. Il a notamment demandé la reconnaissance de la dénomination retenue par la Haute Autorité de santé[16] (HAS) faisant prévaloir l'existence d'un « syndrome persistant polymorphe après une possible morsure de tique »[17] en lieu et place d'un allégué syndrome post-traitement de la maladie de Lyme[18] dont il récuse l'implication[17]. C'était aussi une demande des associations de patients[19],[20],[21]. Il est cofondateur et vice-président de la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques et président de son conseil scientifique[22], jusqu'en .

En 2015, il supervise au CHU de Garches l'étude controversée d'un traitement « électrophotonique » de la maladie[21].

En 2016, il affirme que l'explosion de la maladie de Lyme, cachée par « l'armée américaine et les scientifiques sous sa coupe », est due à une prolifération mal contrôlée de tiques trafiquées par le chercheur en virologie nazi[15]Erich Traub[23] — transféré aux États-Unis[24],[25] dans le cadre de l'opération Paperclip[23] à l'issue de la seconde guerre mondiale. Le professeur Didier Raoult le qualifie alors de « confrère qui a pris une position de leader du Lyme, sans bagage scientifique spécifique dans ce domaine, autre que ses croyances et le support de ses disciples »[26],[27]. Ce même Didier Raoult ajoutait : « Il n’a pas de production scientifique lisible. Il a embrasé les théories alternatives et a même convaincu un grand hebdomadaire qu’il existait un complot tendant à dissimuler (pour quelle raison ?) l’ampleur du désastre. »

En 2019, il affirme recevoir des patients « de la France entière et même de l’étranger » et en guérir environ 80 %[14] par un traitement antibiotique de longue durée[21] que ses confrères jugent pourtant risqué[14] ou inutile[28]. Selon La Croix, les résultats qu'il affirme avoir obtenus « laisse[nt] sceptique l’immense majorité de ses confrères infectiologues », qui attribuent la guérison à un effet placebo ou à un diagnostic erroné[14],[29],[30]. Son ouvrage — La vérité sur la maladie de Lyme[11] — est « controversé dans le milieu médical » selon Jean-Yves Nau de Slate[19].

Études sur l'Artemisia annua[modifier | modifier le code]

En août 2020, deux articles scientifiques[31],[32] rapportant les résultats d'études cliniques concernant l'Artemisia annua, dont il a été co-auteur, ont été rétractés par l'éditeur de la revue Phytomedicine (en) devant des soucis concernant l'approbation dans les temps par le comité d'éthique, l'acceptation par les participants de voir leurs données publiées et la fiabilité des données. L'histoire de ces deux essais a été décrite en détail par le site web Retraction Watch. Pour l'auteur des commentaires à l'origine de la rétraction, le rôle de Christian Perronne apparaît mineur dans l'étude[33].

Polémiques liées aux traitements à base d'hydroxychloroquine[modifier | modifier le code]

Début , pendant la pandémie de Covid-19, Christian Perronne participe aux polémiques sur l'hydroxychloroquine. Il prône l'utilisation du traitement combinant hydroxychloroquine et azithromycine proposé par Didier Raoult et le prescrit[34], bien que les preuves expérimentales de l'efficacité de ce traitement soient « imparfaites et principalement non-publiées » à cette date selon lui, et « insuffisantes » selon un article du journaliste indépendant Yves Sciama dans la revue scientifique Science[34]. Avec Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la Santé, il lance une pétition en ligne intitulée « Ne perdons plus de temps », qui demande que l'hydroxychloroquine soit autorisée pour « les cas bénins dans un cadre hospitalier ». Cette pétition est signée par une dizaine de personnalités françaises de la médecine[34] et par presque 575 000 personnes[35].

Christian Perronne considère que le ministre français de la Santé a été « incroyablement rigide »[34]. Il refuse de participer à des essais randomisés contrôlés sur l'hydroxychloroquine qui auraient impliqué un groupe placebo, considérant qu'il serait « non éthique d'utiliser un groupe placebo dans le cas d'une maladie mortelle » ; il prescrit le traitement à l'hydroxychloroquine à tous ses patients contaminés, à l'exception des formes les plus bénignes[34]. Christian Perronne a contribué à l'engouement du public pour cette molécule après les annonces de Didier Raoult. Cet engouement a rendu plus difficile la réalisation de tests sur son efficacité selon un protocole « plus rigoureux »[34],[36].

Pendant la pandémie, il cosigne le un préprint mettant en évidence le bénéfice du traitement par l'azithromycine associée ou non à l'hydroxychloroquine ; l'étude est qualifiée de « cas d'école pour savoir ce qu'il ne faut pas faire » par le site Futura[37]. Les auteurs la retirent ensuite pour qu'elle ne soit plus citée[38], expliquant qu'« en raison de la controverse à propos de l'hydroxychloroquine et de la nature rétrospective de leur étude, [ils préfèrent] la réviser après examen par les pairs »[39]. Christian Perronne déclare : « On a été obligé de la retirer parce qu’on s’est pris des seaux de purin sur la tête mais l’article est toujours en comité de relecture dans un journal international. Mes équipes ont reçu des appels de menace de collègues leur demandant s’ils avaient bien réfléchi à leur carrière en signant un papier pareil »[27]. Selon 20 Minutes, des participants à l'étude auraient demandé à voir leur nom retiré de la liste des auteurs avant même sa pré-publication, car ils auraient émis des doutes sur sa méthodologie dès le départ[27]. Une nouvelle version de l'article est publiée le 2 août dans International Journal of Antimicrobial Agents (en)[40], revue dirigée par un membre de l'IHU Méditerranée Infection qui avait précédemment publié plusieurs études à la méthodologie controversée sur l'hydroxychloroquine au début de l'épidémie.

Dans un livre réquisitoire — Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ? — publié à la fin du printemps 2020, Christian Perronne critique la gestion par l’État français de la pandémie de Covid-19, dénonçant « un mensonge d’État »[41],[42] sur les pénuries de masques[41], les tests[42], l’atteinte à la libre prescription des médecins[43] et ce qu’il perçoit comme un lobbying intensif des laboratoires[44],[45] et des « big pharma »[46],[47]. Dans le quotidien Les Échos, Kevin Badeau écrit que, du point de vue de l’auteur, qui selon lui « sombre trop souvent dans l’excès de sévérité », « tout ou presque relève du scandale »[48].

Au cours de plusieurs entretiens et confrontations télévisées[41],[42],[49],[50] ou radiophoniques[51],[52], il s’en prend à divers décrets dont les promulgations auraient contribué à faire en sorte que les médecins du CHU de Nantes n’auraient consécutivement été confrontés à d’autre issue que celle de « laisser crever son beau-frère »[53] en raison de l’impossibilité pour eux de recourir au seul médicament qui, selon lui, aurait pu contribuer à le tirer d’affaire si l’interdiction de prescrire le Plaquénil n’avait été prononcée en haut lieu, laissant de facto le corps soignant démuni et « à poil »[43] face à la pandémie. Il précise en outre que « la France est le seul pays au monde où on a interdit aux médecins de prescrire la chloroquine »[43]. Il estime dès lors que le traitement recourant à cette médication, si elle n’avait été aussi arbitrairement interdite, aurait pu contribuer à sauver 25 000 personnes[43],[45]. Il ajoute qu'« il y a une véritable corruption qui a plongé des dizaines de milliers de Français dans la mort »[44] et que des opposants à l'hydroxychloroquine sont « achetés par l'industrie pharmaceutique »[44],[45]. Ces déclarations indignent de nombreux soignants[53]. Conséquemment, l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) saisit ses instances déontologiques. Par extension, dans une lettre datée du , le directeur général de cette instance, en la personne de Martin Hirsch, demande à son collège de déontologie de rendre un avis éclairé « avant la fin du mois de juillet » afin de déceler ou infirmer l’existence d’éventuels « manquements à des obligations d’ordre déontologique (…) dans un cas de figure où des propos sont tenus avec l’autorité conférée à une fonction de responsabilité dans un hôpital public universitaire »[54]. Le conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) se trouve ainsi sommé de réagir. Ce dernier saisit peu après le conseil départemental de l’Ordre des médecins des Hauts-de-Seine afin qu’il statue sur d’éventuelles sanctions[53],[55],[54],[56]. Une autre procédure émane de l'AP-HP[57].

Mises en cause[modifier | modifier le code]

Le , le conseil d'administration de la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT) démet Perronne de ses fonctions de vice-président et de celles de président de son conseil scientifique, en raison de ses propos polémiques sur la Covid-19, à son soutien de l'association BonSens dont les « valeurs » sont jugées « étrangères à l'éthique de la FFMVT », et de son indisponibilité récente au travail à effectuer au sein de la fédération[58],[59].

Le Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, met fin à ses fonctions de chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches[6], après qu’il a notamment affirmé que les malades de la Covid-19 représentaient une aubaine financière pour les médecins et tenu des propos polémiques concernant l’hydroxychloroquine, et formule une plainte à caractère professionnel devant le conseil national de l'Ordre des médecins[60],[6],[61],[62],[63].

Le conseil national de l’Ordre des médecins dépose une plainte juridique début contre six médecins, dont Christian Perronne, en raison de propos jugés controversés sur l’épidémie de Covid-19[64].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Christian Perronne a 66 ans, anniversaire le 19 mars », sur anniversaire-celebrite.com (consulté le 20 mai 2021)
  2. Christian Perronne, Traitement par la coumermycine A1 de l'endocardite expérimentale à staphylococcus aureus du rat (thèse de doctorat), université Paris-Diderot, (OCLC 490506923, SUDOC 042924987).
  3. [thèse] Christian Perronne, « Étude physiopathologique et thérapeutique d'infections opportunistes du sida dues à des micro-organismes à développement intracellulaire », sur theses.fr, université Paris-VII, (consulté le 22 avril 2020).
  4. (en) Louis Bernard, Gilles Peytavin, Albert Vuagnat, Pierre de Truchis, Christian Perronne, « Indinavir concentrations in hair from patients receiving highly active antiretroviral therapy », The Lancet, vol. 352, no 9142,‎ (DOI 10.1016/S0140-6736(05)79831-7, résumé).
  5. (en) Pr Jean-Louis Bresson, MD; Pr Christian Perronne, MD; Odile Launay, MD; Catherine Gerdil, PhD; Dr Melanie Saville, MBBS;John Wood, PhD; Katja Höschler, PhD; Maria C Zambon, PhD, « Safety and immunogenicity of an inactivated split-virion influenza A/Vietnam/1194/2004 (H5N1) vaccine: phase I randomised trial », The Lancet, vol. 367, no 9523,‎ 11-20 mai 2006 (DOI 10.1016/S0140-6736(06)68656-X, résumé).
  6. a b et c « AP-HP : Christian Perronne démis de ses fonctions “pour des propos indignes de la fonction qu'il exerce” », sur France Info, (consulté le 2 avril 2021).
  7. Perronne 2021.
  8. « Christian Perronne : y a-t-il une fake news qu'il n'a pas commise ? », sur LExpress.fr, (consulté le 6 avril 2021).
  9. « Christian Perronne », The Conversation, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelinesuniversité Paris-Saclay,‎ (lire en ligne, consulté le 2 avril 2021).
  10. (en)(fr)Highlights from ISHEID 2018, parc Chanot, Marseille, Isheid: International Symposium on HIV and Emerging Infectious Diseases, 16-18 mai 2018 (présentation en ligne, lire en ligne), « Christian Perronne »
    « [...] vice-président, depuis 2009, d’un groupe de travail sur la politique vaccinale dans la zone Europe pour l’Organisation mondiale de la santé. »
  11. a b et c « Maladie de Lyme : le long combat du professeur Perronne », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 2 avril 2021).
  12. Étienne Campion, « Christian Perronne : “Les tirs de barrage reçus par Didier Raoult sont aussi liés à des querelles d'égos” », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2021).
  13. Pauline Delassus et Anne Jouan, « Christian Perronne, un professeur à la dérive », sur parismatch.com, (consulté le 17 avril 2021) : « l’article daté d’ précise qu’il a “66 ans” ».
  14. a b c d et e Pierre Bienvault, « Et si c’était une maladie de Lyme ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 4 juin 2020) Accès payant.
  15. a et b Adrien Sénécat, « Qui est vraiment Christian Perronne, médecin référent des complotistes ? : le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches est la caution scientifique du documentaire Hold-up et un adepte des “théories alternatives” », Le Monde,‎ 18-19 novembre 2020 (lire en ligne, consulté le 6 avril 2021), cf. section intitulée « Adepte des théories alternatives ».
  16. Haute Autorité de santé, « Recommandation de bonne pratique - borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques ; symptomatologie/syndrome persistant(e) polymorphe après une possible piqûre de tique (SPPT) », sur has-sante.fr, (consulté le 6 avril 2021).
  17. a et b (en) Alexis Lacout, Mostafa El Hajjam, Pierre-Yves Marcy, Christian Perronne, « The Persistent Lyme Disease: “True Chronic Lyme Disease” rather than “Post-treatment Lyme Disease Syndrome” » [« Maladie de Lyme persistante : "Véritable maladie de Lyme chronique" plutôt que "Syndrome post-traitement de la maladie de Lyme" »], Journal of Global Infectious Diseases (en), Medical Imaging Unit, Boulogne-Billancourt, Ollioules, France ; Medical Imaging Center, Polyclinique Les Fleurs, Elsan, Ollioules, France ; Infectious Diseases Unit, University, Hospital Raymond Poincaré, APHP Versailles Saint Quentin University Garches, France, Medknow Publications (en), vol. 10, no 3,‎ , p. 170-171 (ISSN 0974-8245, PMID 30166820, PMCID PMC6100330, DOI 10.4103/jgid.jgid_152_17).
  18. Alison W. Rebman, Kathleen T. Bechtold, Ting Yang et Erica A. Mihm, « The Clinical, Symptom, and Quality-of-Life Characterization of a Well-Defined Group of Patients with Posttreatment Lyme Disease Syndrome », Frontiers in Medicine, vol. 4,‎ , p. 224 (ISSN 2296-858X, PMID 29312942, PMCID PMC5735370, DOI 10.3389/fmed.2017.00224, lire en ligne, consulté le 22 avril 2020).
  19. a b et c Nau, Jean-Yves, « La maladie de Lyme, cas d'école de la rupture entre médecins et malades », sur Slate.fr, (consulté le 22 avril 2020).
  20. Baudais, Pierrick, « Maladie de Lyme. Les patients n'en peuvent plus des polémiques entre experts », sur Ouest-France.fr, (consulté le 22 avril 2020).
  21. a b et c « Électrophotonique et pseudo-traitements : le scandale de la maladie de Lyme », sur Sciences et Avenir, (consulté le 22 avril 2020).
  22. [086096664] Perronne, Christian, IdRef : Identifiants et Référentiels pour l'enseignement supérieur et la recherche, ABES : Agence bibliographique de l'enseignement supérieur, SUDOC : Système universitaire de documentation, (lire en ligne).
  23. a b et c Isabelle Léouffre (article mis à jour le ), « Maladie de Lyme : le tueur masqué (1/2) », Paris Match « Réalité ou légende ? La maladie de Lyme serait due à une manipulation génétique des tiques »,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2021).
  24. Anne-Laure Barret, « Maladie de Lyme, le complotisme appliqué aux acariens », Le Journal du dimanche,‎ 18 septembre 2016 avec modification et mise à jour le 21 juin 2017 (lire en ligne, consulté le 28 avril 2020).
  25. « Lyme, maladie imaginaire ? », Actu.frL'Orne Hebdo, Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2021).
  26. Didier Raoult, « Raoult – Les zombies de la maladie de Lyme », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2020).
  27. a b et c Julien Laloye, « Coronavirus : “À côté de Didier Raoult, c’est un gentil“... Comment le professeur Perronne est devenu l’autre apôtre décrié de la chloroquine », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2021).
  28. Mahler, Thomas, « “Il n'y a aucune raison d'alimenter une angoisse autour de Lyme” », sur LePoint.fr, (consulté le 22 avril 2020).
  29. « Audition commune sur la stratégie thérapeutique face à la borréliose de Lyme », sur senat.fr, date inconnue (consulté le 22 avril 2020).
  30. a et b « La vérité sur la maladie de Lyme / Afis Science - Association française pour l’information scientifique », sur Afis Science - Association française pour l’information scientifique, (consulté le 22 avril 2020).
  31. (en) Jérôme Munyangi, Lucile Cornet-Vernet, Michel Idumbo et Chen Lu, « RETRACTED: Artemisia annua and Artemisia afra tea infusions vs. artesunate-amodiaquine (ASAQ) in treating Plasmodium falciparum malaria in a large scale, double blind, randomized clinical trial », Phytomedicine, vol. 57,‎ , p. 49–56 (ISSN 0944-7113, PMID 30668322, PMCID PMC6990969, DOI 10.1016/j.phymed.2018.12.002, lire en ligne, consulté le 16 août 2020).
  32. (en) Jérôme Munyangi, Lucile Cornet-Vernet, Michel Idumbo et Chen Lu, « RETRACTED: Effect of Artemisia annua and Artemisia afra tea infusions on schistosomiasis in a large clinical trial », Phytomedicine, vol. 51,‎ , p. 233-240 (ISSN 0944-7113, PMID 30466622, PMCID PMC6990975, DOI 10.1016/j.phymed.2018.10.014, lire en ligne, consulté le 6 avril 2021).
  33. (en-US) Author Leto Sapunar, « A bitter aftertaste: Legal threats, alleged poisoning muddy the waters for a trial of a tea to treat malaria », sur Retraction Watch, (consulté le 16 août 2020).
  34. a b c d e et f (en) Yves Sciama, « Is France’s president fueling the hype over an unproven coronavirus treatment? », Science,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2020).
  35. Nicolas Gomont, « Coronavirus : la pétition de Philippe Douste-Blazy pour la chloroquine frôle les 575 000 signatures », sur RadioClassique.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  36. (en) Heidi Ledford, « Chloroquine hype is derailing the search for coronavirus treatments », Nature, vol. 580,‎ , p. 573-573 (DOI 10.1038/d41586-020-01165-3, lire en ligne, consulté le 2 mai 2020).
  37. Julien Hernandez, « Une nouvelle étude à la méthodologie douteuse sur la chloroquine », sur futura-sciences.com (consulté le 30 juin 2020).
  38. « Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2020).
  39. (en) Benjamin Davido, Thibaud Lansaman, Christine Lawrence et Jean-Claude Alvarez, « Hydroxychloroquine plus azithromycin: a potential interest in reducing in-hospital morbidity due to COVID-19 pneumonia (HI-ZY-COVID)? », medRxiv,‎ , p. 2020.05.05.20088757 (DOI 10.1101/2020.05.05.20088757, lire en ligne, consulté le 24 mai 2020).
  40. (en) Benjamin Davido, Ghilas Boussaid, Isabelle Vaugier et Thibaud Lansaman, « Impact of medical care including anti-infective agents use on the prognosis of COVID-19 hospitalized patients over time », International Journal of Antimicrobial Agents,‎ , p. 106129 (ISSN 0924-8579, DOI 10.1016/j.ijantimicag.2020.106129, lire en ligne, consulté le 9 août 2020).
  41. a b et c Audrey Crespo-Mara, Thierry Moreau, Gérald Kierzek, Jean-Michel Aphatie, « "Je parle de mensonge d’État car on nous a masqué une pénurie", affirme le Pr Christian Perronne : crise/covid-19 : un médecin accuse l’État » [vidéo], sur lci.fr, LCI, le 11/13, (consulté le 6 avril 2021).
  42. a b et c Olivier Truchot, « Story 6 : ”J’ai trouvé ahurissant la façon dont la crise a été gérée”, Pr Christian Perronne », BFM Story, BFM TV,‎ (lire en ligne [vidéo], consulté le 6 avril 2021) — Le médecin accuse l’État à la fois d’incompétence, mais aussi d’arrogance dans la gestion de l’épidémie de coronavirus, notamment sur la chloroquine, les masques et les tests.
  43. a b c et d « Virus – Les accusations du Pr Perronne : ”On aurait pu éviter 25.000 morts” » (à partir du minutage 07:07 jusqu'à 26:45), Morandini Live, CNews, no 608,‎ (lire en ligne [vidéo], consulté le 7 avril 2021) :
    « Je n’ai jamais reproché quoi que ce soit aux médecins, je n’ai fait que leur rendre hommage en disant qu’on les avait laissés « à poil » face à la crise [...] la France est le seul pays au monde où on a interdit aux médecins de prescrire la chloroquine. »
  44. a b et c Caroline Michel-Aguirre, « Professeur Christian Perronne : "L’industrie pharmaceutique est la première source de corruption dans le monde" », L’Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2021).
  45. a b et c AFP, « Coronavirus : Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ?, le Pr Perronne tire à boulets rouges sur le système : D’après lui, les opposants à l’hydroxychloroquine sont "achetés par l’industrie pharmaceutique" », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2021).
  46. Caroline Mangez, « Covid-19 : les vérités dérangeantes du professeur Perronne », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2020).
  47. a et b Charles Jaigu, « Professeur Christian Perronne : "Combien de morts auraient pu être évités ?" », sur LeFigaro.fr, (consulté le 16 juin 2020).
  48. a b et c « Covid-19 : le livre réquisitoire », sur LesEchos.fr, (consulté le 21 juin 2020).
  49. Animateur : Jean-Marc Morandini ; autre participant : Dr Jean-Michel Cohen (voir à partir du minutage 08:21, notamment après le point 26:48), « Pr Christian Perronne, chef de service d’infectiologie – hôpital Raymond-Poincaré (92) : "Des malades auraient pu être sauvés s’ils avaient pris de la chloroquine. J’hallucine et je ne comprends pas le manque de décision politique !" », Morandini Live, CNews « Exclu – Coronavirus : édition spéciale »,‎ (lire en ligne [vidéo], consulté le 6 avril 2021).
  50. Patrick Simonin, « Le Pr Perronne balance sur "les magouilles et les attaques dégueulasses contre Raoult" », L’Invité, TV5 Monde,‎ (lire en ligne [vidéo], consulté le 6 avril 2021).
  51. Yves Calvi, Sarah Ugolini, « Juvin sur Raoult : "La science appelle un peu de modestie" » (le Pr Christian Perronne face au Pr Philippe Juvin sur la chloroquine de Didier Raoult), 6 Minutes pour trancher, RTL Matin,‎ (lire en ligne [vidéo], consulté le 6 avril 2021).
  52. Éric Morillod, « Christian Perronne : "Ça choque nos élites parisiennes qu'à Marseille on ait bien mieux fait !" », Les Incorrectibles, Sud Radio,‎ (lire en ligne [vidéo], consulté le 6 avril 2021).
  53. a b et c AFP, « Pr Perronne : des propos violents qui font tiquer », Le Point, Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2021).
  54. a et b AFP, « Le professeur Christian Perronne visé par le conseil national de l’Ordre des médecins », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2020).
  55. Cécile Thibert, « Le conseil national de l'Ordre des médecins ouvre une procédure contre le professeur Perronne », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2020).
  56. « Le professeur Perronne dans le collimateur du conseil national de l'Ordre des médecins », L’Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2021).
  57. a et b « Six questions sur le succès du livre du professeur Perronne », sur franceinter.fr, (consulté le 24 juillet 2020).
  58. « Covid-19 : le professeur Perronne écarté par la fédération sur la maladie de Lyme », sur leparisien.fr, (consulté le 7 avril 2021).
  59. « Christian Perronne démis de ses fonctions au sein de la Fédération sur la maladie de Lyme en raison de propos complotistes », sur bfmtv.com, (consulté le 7 avril 2021).
  60. « Covid-19 : le professeur Christian Perronne sanctionné par l’AP-HP après des propos « indignes de la fonction qu’il exerce » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2020).
  61. « Covid-19 : l'AP-HP met fin aux fonctions du Pr Perronne pour des propos jugés «indignes» », sur lefigaro.fr, (consulté le 7 avril 2021).
  62. Éric Favereau, « Christian Perronne, ou la dérive d'un professeur de médecine », Libération, (consulté le 18 décembre 2020).
  63. « Théories du complot - L’infectiologue Christian Perronne puni pour des propos « indignes » », sur lapresse.ca, (consulté le 7 avril 2021)
  64. « Covid-19 : les professeurs Didier Raoult et Christian Perronne visés par une plainte de l’ordre des médecins », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]