Centre scientifique et technique du bâtiment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre scientifique et technique du Bâtiment
Image illustrative de l'article Centre scientifique et technique du bâtiment

Création 1947
Type établissement public à caractère industriel et commercial
Siège Drapeau de la France Marne-la-Vallée (France)
Effectifs 906
Dirigeant Étienne Crépon
Organisations affiliées Ministère du Logement, Ministère de la Transition écologique et solidaire
Site web www.cstb.fr

Le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) est un établissement public français à caractère industriel et commercial (EPIC). Il est placé sous la tutelle du ministère de la Cohésion des territoires, du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Centre scientifique et technique du bâtiment a été créé en 1947 pour accompagner la reconstruction d'après-guerre en France[1]. Il fut notamment un outil charnière du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU) après la guerre de 1939-1945.

Missions et activités[modifier | modifier le code]

La mission du CSTB est de garantir la qualité et la sécurité des bâtiments, et d'accompagner l'innovation dans le domaine de la construction. Cette mission s'accomplit au travers de ses activités : la recherche et expertise, l'évaluation, la certification et la diffusion des connaissances.

Appui aux pouvoirs publics, le CSTB accompagne les mutations du secteur du bâtiment, en lien avec les transitions énergétique et numérique. Il répond aux enjeux de performance énergétique, environnementale, mais aussi de santé, d'accessibilité et de confort du bâtiment en lien avec l'évolution sociétale et les attentes des citoyens. Il rassemble des compétences pluridisciplinaires  dans les domaines  de l’énergie et de l’environnement, de la santé, de la maîtrise des risques et du numérique[2].

Le CSTB est engagé dans la conception et le développement de la maquette numérique à l'échelle des matériaux et composants, à l’échelle du bâtiment et à l'échelle de la ville (BIM multi-échelles). Il structure le concept innovant de « City and Information Modeling » ou CIM, un BIM étendu à la ville, qu’il développe dans le cadre de plusieurs grands projets d’aménagement portés par les établissements publics d’aménagement des territoires (EPA)[3],[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

Outre la présidence-direction générale et les directions fonctionnelles, le CSTB compte une direction Recherche et Développement, une direction Technique, et dix directions opérationnelles :

  • Analyse et études économiques
  • Baies et vitrages
  • Climatologie, Aérodynamique, Pollution, Épuration
  • Éditions, Formations
  • Énergie-Environnement
  • Enveloppe, Isolation et Sols
  • Hydraulique et Équipements sanitaires
  • Santé-Confort
  • Sécurité, Structures, Feu
  • Technologies de l'information

Une direction Qualité et Déontologie est rattachée à la présidence de CSTB.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Le président du CSTB est nommé par décret. Depuis 2014, son président est Étienne Crépon.

Les instances de gouvernance sont :

  • le conseil d'administration, composé de 27 membres dont certains sont nommés par un arrêté ministériel
  • le comité exécutif
  • le comité de direction
  • le conseil de direction
  • le comité externe de déontologie
  • le comité consultatif
  • le conseil scientifique
  • les comités de certification

Le groupe CSTB[modifier | modifier le code]

Le CSTB emploie plus de 900 collaborateurs sur 4 sites en France : Marne-la-Vallée, Grenoble, Nantes et Sophia Antipolis.

Le groupe CSTB est composé des sociétés suivantes :

  • Aérodynamique EIFFEL, équipée d’une soufflerie pour des études et essais aérodynamiques dans les domaines du bâtiment, de l’automobile notamment
  • BIOGUESS, spécialisé dans le diagnostic des aéro-contaminants de l'air intérieur
  • CERTIVEA, certification environnementale des bâtiments non résidentiels, des territoires durables et des acteurs
  • CERWAY, opérateur international de la certification HQE™
  • CEQUAMI, certification, labellisation et promotion de la qualité des maisons individuelles
  • ACOUSTB, bureau d’études spécialisé en acoustique et vibration dans le domaine de l’environnement, du bâtiment et de l’industrie
  • CERTISOLIS, laboratoire d'essais et organisme de certification des performances des modules solaires photovoltaïques
  • Eurovent Certita Certification, organisme certificateur européens dans le domaine du génie climatique

Plateformes d'essais[modifier | modifier le code]

Le CSTB dispose d'un ensemble important de plateformes d'essais - grands équipements, bancs d'essais, laboratoires, répartis sur ses 4 sites. Ces plateformes permettent un large panel d'essais sur des matériaux, produits et composants d'ouvrages, en appui aux différentes disciplines scientifiques et techniques du CSTB, telles que l'analyse du comportement au feu des ouvrages[5], l'étude du cycle de l'eau, l'observation des effets climatiques sur les bâtiments et infrastructures, l'analyse des performances acoustiques des matériaux ou composants, etc.

Évolution du CSTB[modifier | modifier le code]

Le rapport de l'OPECST 2014 a fait des propositions d’évolution du CSTB, visant à renforcer sa gouvernance.

Dans le cadre des débats sur la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV), le Parlement a proposé un renforcement du contrôle parlementaire du CSTB par le biais d’une part d’une modification du conseil d’administration, et d’autre part par l’obligation pour le CSTB de rendre compte chaque année de son activité devant l’OPECST (cf. article 9 de la loi TECV).

Le décret d’application de cet article a été publié le 5 mai 2016, modifiant ainsi la composition du conseil d’administration du CSTB, en élargissant sa composition à des représentants du Parlement et des collectivités locales.[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Buttenwieser, Hélène Chevet, Panorama des techniques du bâtiment 1947-1997, CSTB/Plan Construction et Architecture, 1997 (ISBN 2-86891-272-9)
  2. Olivier Celnik, Eric Lebègue, BIM et maquette numérique pour l'architecture, le bâtiment et la construction, Éditions Eyrolles, CSTB, juin 2014, 620 pages, Eyrolles (ISBN 978-2-212-13836-8)
  3. "BIM multi-echelles : le CSTB signe un accord avec Euroméditerranée", Batiactu, 3 octobre 2016 Site web Batiactu (consulté le 28 août 2017)
  4. "L'Epadesa expérimente avec le CSTB le BIM à différentes échelles", Le Moniteur, 11 avril 2016 Site web Le Moniteur (consulté le 28 août 2017)
  5. "Vulcain, nouvel outil de recherche pour la sécurité incendie, Le Moniteur, 26 mars 2013 Site web Le Moniteur (consulté le 28 août 2017)
  6. "Le CSTB sous contrôle du Parlement", Le Moniteur", 6 mai 2016 Site web Le Moniteur (consulté le 28 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]