Ingénieur des travaux publics de l'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un Ingénieur des travaux publics de l'État ou ITPE est, formellement, un fonctionnaire membre du corps des ITPE, et informellement un ingénieur diplômé de l'École nationale des travaux publics de l'État (ENTPE). Les ITPE, dont une dénomination plus moderne est « ingénieurs de l'aménagement durable des territoires », pratiquent leurs activités dans les cinq grands domaines que sont le génie civil, les transports, les sciences du bâtiment, l'urbanisme et l'environnement.

Les ingénieurs diplômés de l'ENTPE n'appartiennent pas tous au corps des ITPE, puisque certains exercent leur métier dans les secteurs privé, parapublic, ou en collectivités territoriales. A contrario, les membres du corps des ITPE ne sont pas tous diplômés de l'ENTPE. Toutes catégories confondues, il y a près de 8 700 ingénieurs des travaux publics de l'État, dont 6 800 en activité. Parmi eux, environ 4 500 sont en poste dans la fonction publique d'État.

Corps technique à vocation interministérielle[modifier | modifier le code]

Les ingénieurs des travaux publics de l'État, sont des fonctionnaires d'État qui forment le principal corps d'encadrement du ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) et du ministère de la Cohésion des territoires (MCT). Les ITPE, appartenant à un corps à vocation interministérielle, exercent leurs activités dans beaucoup de ministères français (ministère de la Justice, des Affaires étrangères, de l'Éducation nationale, de l'Intérieur, de la Défense, de la Culture, Services du Premier ministre etc.).

Modes d'accès au corps

Les ITPE peuvent être d'anciens élèves de l'ENTPE, mais aussi d'anciens agents techniques de catégorie B des ministères cités précédemment ayant obtenu une promotion professionnelle. Ils peuvent être recrutés par :
  • Concours externe d'entrée à l'ENTPE (concours Mines-Ponts après classes préparatoires aux Grandes Écoles)
  • Concours interne d'entrée à l'ENTPE
  • Examen professionnel ouvert aux techniciens supérieurs du développement durable (TSDD) et aux contrôleurs des travaux publics de l'État.
  • Liste d'aptitude pour les techniciens supérieurs du développement durable (TSDD) et aux contrôleurs des travaux publics de l'État.
  • Concours sur titre ouvert aux titulaires de certains diplômes d'ingénieurs ou universitaires

Histoire du corps des ITPE[modifier | modifier le code]

La création du corps des ITPE est antérieure à celle de l'ENTPE. Elle remonte au début du XIXe siècle :

  • 1804 : Création du corps des conducteurs de travaux des Ponts et Chaussées
  • 1867 : Création du grade de sous-ingénieur
  • 1891 : Création d'une école de préparation au concours d'accès par Léon Eyrolles (bases de l'ESTP)
  • 1920 : Création du grade d'ingénieur des travaux publics de l'État
  • 1945 : Création de la classe exceptionnelle
  • 1953 : Ouverture de l'ENTPE à Paris
  • 1961 : Création du grade de divisionnaire
  • 1975 : Transfert de l'ENTPE à Vaulx-en-Velin
  • 1979 : Accès aux fonctions de direction

Rémunération des ITPE[modifier | modifier le code]

Leur rémunération est constituée d'une part fixe correspondant à la catégorie "A" de la fonction publique, et d'une part variable, autrefois nommée "honoraires" (le terme administratif actuel étant ISS, ou « Indemnité Spécifique de Service »), qui correspond à une prime pouvant représenter environ 30 % de la rémunération totale. Historiquement liés au volume de travaux effectués[1], les "ISS" sont désormais "lissées" par une péréquation nationale et sont issus du budget propre de l'État.

Avenir du corps[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il était prévu, par les ministères MAAP et MEDDTL dès 2009, de fusionner en 2012 le corps des Ingénieurs des travaux publics de l'État dans un corps technique de catégorie A incluant :

Ce corps devait ainsi compter 10 000 agents à fortes compétences techniques. Toutefois, cette fusion initialement prévue pour 2013 a suscité une forte mobilisation des ingénieurs de tous les corps concernés. Elle a donc été avortée, en 2011 et 2012.

Les ministères concernés (MEDDE, METL, MAAF) ont inscrit à leur « agenda social 2013 » l'organisation des « Assises des métiers de ingénieurs », dont la journée de clôture s'est déroulée le 3 juillet 2013, en présence des quatre ministres Cécile Duflot, Philippe Martin, Frédéric Cuvillier et Stéphane Le Foll.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir par exemple à ce sujet le livre Toujours Plus ! de François de Closets