Classes préparatoires biologie, chimie, physique et sciences de la terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En France, les classes préparatoires aux grandes écoles BCPST, sigle signifiant Biologie, Chimie, Physique et Sciences de la Terre, constituent une filière scientifique de CPGE. Elle totalise environ 3 000 étudiants en 2010[1].

Historiquement, les classes préparatoires BCPST actuelles résultent de la fusion, en 2003, des prépas BCPST, aussi appelées à l'époque, Mathématiques supérieures/spéciales et biologie (« Maths Sup/Spé Bio ») et des classes préparatoires aux écoles nationales vétérinaires.

Dans le jargon des étudiants de BCPST, il est courant que la première année soit appelée Sup ou Bio Sup, et la deuxième année Spé, Bio Spé, ou 3/2 (prononcé trois demis). Les redoublants de deuxième année sont appelés 5/2[2] (prononcé cinq demis), ou « khubes », tandis qu'on peut parler de « kharrés » pour les deuxièmes années et de « bizuths » pour les premières années.

Admission en Classe Préparatoire aux Grandes Écoles[modifier | modifier le code]

La CPGE BCPST admet des élèves détenant un baccalauréat scientifique, de toute spécialité[3]. L'admission se fait principalement par dossier, les personnes étant en charge de cette admission recherchent des élèves motivés et intéressés par les Sciences de la vie et de la Terre.[4] Les critères d'admissibilité sont différents suivant les établissements mais beaucoup d'entre-eux prônent les appréciations plutôt que les notes[5].

Concours préparés et débouchés[modifier | modifier le code]

Les prépas BCPST préparent à divers concours :

  • le concours A ENV[6] qui permet d'intégrer une École nationale vétérinaire (Lyon, Alfort, Toulouse et Nantes), avant 2002 ces écoles s'intégraient par un concours préparé en 1 an par les prépas Véto ;
  • le concours A Bio[7] qui permet d'intégrer des écoles d'ingénieurs agronomes et d'ingénieur agroalimentaire, comme AgroParisTech par exemple ;
  • le concours X Bio qui permet d'intégrer l'École Polytechnique (10 places par an) ;
  • le concours PC BIO[8] qui permet d'intégrer des écoles d'ingénieur en chimie, comme l'ESPCI ParisTech par exemple ;
  • le concours G2E permettant d'intégrer des écoles en rapport avec la géologie comme l'ENSG à Nancy ;
  • le concours Archimède qui permet d'intégrer des écoles d'ingénieur intégrées aux universités ;
  • le concours Inter-ENS permettant d'intégrer une École normale supérieure (Ulm, Cachan ou Lyon) en biologie ou en géologie, et l’École des Ponts ParisTech (3 admis par an).

Les concours A ENV, A Bio, X Bio, PC Bio et Archimède sont intégrés dans la banque d'épreuve agro-véto : ils partagent les mêmes épreuves écrites, et les mêmes épreuves orales (sauf pour le concours X Bio, qui organise ses propres épreuves orales).

Organisation horaire des cours depuis la réforme de 2013[modifier | modifier le code]

La prépa BCPST est la classe préparatoire scientifique la plus diversifiée dans son enseignement puisqu'elle propose, à un volume horaire quasi-équivalent des maths, de la physique-chimie et des sciences de la vie et de la Terre.

Répartition horaire en BCPST[9]
Matière 1re année 2e année
Mathématiques 8 h dont 3 h de TD 7 h dont 2 h de TD
Physique 4 h dont 1 h de TP et 0,5 h de TD 4 h dont 1 h de TP et 0,5 h de TD
Chimie 3 h dont 1 h de TP et 0,5 h de TD 3,5 h dont 1 h de TP et 0,5 h de TD
Sciences de la vie et de la terre 8 h dont 3 h de TP 7 h dont 2,5 h de TP
Français-Philo 2 h 2 h
Anglais (LV1)[10] 2 h 2 h
Géographie 1 h 30 dont 1 h de TD
Travaux d'Initiative Personnelle Encadrés 1 h 3 h
Informatique 30 min 1 h (facultatif)
LV2 (facultative) 2 h 2 h
EPS (facultative, dépend des établissements) 2 h 2 h
Total 31 h 30 33 h

L'enseignement de ces matières se répartit entre cours théoriques, travaux pratiques et travaux dirigés. En plus des horaires mentionnés plus haut, l'étudiant réalise des « khôlles » dans les quatre matières suivantes : SVT, physique chimie, math (1 khôlle par quinzaine pour chacune de ces matières) et Anglais (1 khôlle par mois). Ces khôlles, le plus souvent d'une durée d'une heure, correspondent à une interrogation orale sur un sujet donné ou sur un ou plusieurs exercices à résoudre. L'étudiant exposera ses connaissances ou résoudra l'exercice au tableau, face à l'enseignant, lequel notera la prestation de l'élève qui pourra ainsi évaluer sa progression tout au long de l'année. En SVT, les colles se déroulent le plus souvent en trois parties : préparation de son tableau sur un sujet donné durant 30 minutes puis l'oral où durant 5 minutes maximum l'étudiant expose sa synthèse sur le sujet en s'appuyant sur le plan et les illustrations préparées au tableau puis quelques questions suivies de la correction par le colleur, et enfin un échange autour d'un corpus documentaire. Le colleur est soit un enseignant en classe préparatoire, soit un enseignant du secondaire ou du supérieur, soit un doctorant, plus rarement un agrégé non enseignant.

La plupart des établissements rajoute aussi trois à quatre heures de contrôle sur une des matières scientifiques ou en français/philosophie chaque semaine.

Les étudiants ont généralement en plus des devoir à la maison en mathématiques et en sciences physiques (par exemple tous les 15 jours).

Réforme de l'enseignement de 2013, et des concours 2015[modifier | modifier le code]

Parmi les changements les plus notables[11], l'anglais devient la seule LV1 possible, la LV2 facultative se passe désormais à l'écrit, la géologie passe à l'écrit s'insérant dans l'épreuve sur documents, des TP de physique-chimie font leur apparition, et l'informatique devient obligatoire avec une présence dans un des deux écrits et à l'oral de mathématiques.

Cours d'informatique[modifier | modifier le code]

Cette matière a pour objectif de véhiculer les bases en informatique aux élèves. En première année, le programme[12] s'appuie sur l'apprentissage des bases de l'algorithmique et de la programmation sur un logiciel donné. En deuxième année, un projet en groupe est réalisé si possible en biologie ou géologie pour s'entrainer à être à l'aise sur plusieurs applications de la programmation. Tout au long des deux années, les élèves sont incités à utiliser leurs propres moyens pour résoudre les problèmes informatiques notamment à l'aide de bibliothèques. Le logiciel de programmation utilisé est Python.

À partir du concours agro/veto 2015, l'informatique est une épreuve obligatoire, elle n'est plus une option[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.letudiant.fr/etudes/annuaire-enseignement-superieur/formation/filiere-maths-sup-bcpst.html.
  2. « Parlez-vous prépa ? Le lexique », Orientation éducation,‎ (lire en ligne)
  3. « La prépa BCPST Biologie Chimie Physique et Sciences de la Terre », sur onisep.fr, (consulté le 8 avril 2018)
  4. http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Apres-le-bac/Organisation-des-etudes-superieures/CPGE-FILIERES/Les-prepas-scientifiques/La-prepa-BCPST-biologie-chimie-physique-et-sciences-de-la-Terre
  5. Thomas Fourquet, « Bachelier S: quel profil pour être admis dans une prépa? », L'étudiant,‎ (lire en ligne)
  6. « Concours A ENV », sur dimension ingénieur (consulté le 8 avril 2018)
  7. « Concours A BIO », sur dimension ingénieur (consulté le 8 avril 2018)
  8. « Concours A PC BIO », sur dimension ingénieur.com (consulté le 8 avril 2018)
  9. « Prepas.org », sur prepas.org (consulté le 25 février 2018)
  10. a et b Réforme des épreuves du concours commun - Voies A BCPST et A TB - 2015.
  11. « Communication sur les concours rénovés », Agro Paris Tech,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  12. Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, « Programme d'informatique pour les classes de BCPST1 et BCPST2 », optimal sup,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]