Classes préparatoires technologie et sciences industrielles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En France, la filière Technologie et Sciences Industrielles ou Technologie et Sciences de l’Ingénieur, ou plus couramment TSI, est l'une des voies d'orientation en classe préparatoire aux grandes écoles scientifiques Maths sup et Maths spé, avec les voies MP, PC, PSI, PT, et Biologie, Chimie, Physique et Sciences de la Terre.

Historique[modifier | modifier le code]

Ces classes ont été créées en 1977 par Lionel Stoléru (X1956, 2e de promotion), Secrétaire d'État auprès du Ministre du Travail, afin de permettre aux élèves ayant un baccalauréat technologique d'accéder aux grandes écoles d'ingénieurs. Le souhait du gouvernement de l'époque était de promouvoir l'enseignement technique.

L'ancienne dénomination de ces classes était Maths Sup et Spé TA avant de se voir libellé Maths Sup et Spé TSI en 1995 (application à la rentrée 1995).

Orientation[modifier | modifier le code]

À partir de 2013, la filière TSI est ouverte aux élèves qui ont suivi une filière technologique au lycée, majoritairement une 1re et Terminale STI2D.

Jusqu’alors les classes préparatoires TSI rassemblaient des élèves ayant suivi une filière technologique au lycée, majoritairement une 1re et Terminale STI, mais aussi les élèves issus d'un bac STL option SPCL.

Débouchés[modifier | modifier le code]

Au cours des deux années de formation, l'élève va acquérir une démarche d'ingénieur tout au long de son cycle d'apprentissage.

La première année de TSI sert à l'apprentissage des fondamentaux, pour la seconde année.

À l'issue de la seconde année de TSI, l'élève pourra passer des concours afin d'intégrer une école d'ingénieurs, mais également entrer à l'université en troisième année de licence ou refaire une seconde année de TSI.

La filière connait un indéniable succès puisque le nombre de candidats se présentant aux concours augmente régulièrement : il est passé de 703 à 1073 (+53 %) entre 2008 et 2016 alors que, dans le même temps, la prestigieuse filière MP passait de 6609 à 6884 candidats (+4 %).

Les principaux concours proposés sont : Centrale-Supélec (qui comprend les groupes Mines-Ponts et l'École polytechnique[1],[2]) et Concours communs polytechniques[3],[4].

En 2016, pour 1 142 inscrits : un seul TSI intègre l'X, 15 intègrent sur le concours Mines-Ponts, 38 pour Centrale (Paris, Lyon, Lille et Nantes) et Supélec, 6 à PHELMA et 2 à l'ENSEEIHT.

En 2017, pour 1347 inscrits (+18%) : deux TSI intègrent l'X, 9 intègrent sur le concours Mines-Ponts, 41 pour Centrale (Paris, Lyon, Lille et Nantes) et Supélec, 5 à PHELMA et 2 à l'ENSEEIHT.

En 2018, pour un nombre quasi stable d'inscrits : deux TSI intègrent l'X, 10 intègrent sur le concours Mines-Ponts (Mines Paris, Saint-Étienne, Nancy, Ponts, TélécomParisTech, SupAéro, ENSTA ParisTech, IMT), 38 pour Centrale (Paris, Lyon, Lille et Nantes) et Supélec, 6 à PHELMA et 3 à l'ENSEEIHT.

Autre fait notable, dans un contexte de concurrence accrue (+53 % de candidats pour un nombre quasi constant de places offertes pour l'ensemble des concours TSI) le nombre de TSI intégrant l'ENSAM (Arts & Métiers Paristech) a baissé de 38 à 34 entre 2008 et 2016 (pour un nombre théorique de 35 places). Cette baisse est confirmée avec 33 intégrés au concours de 2017.

Programme[modifier | modifier le code]

Les matières principales (composées de cours, de TD et de TP) et qui ont une importance similaire au niveau des concours sont :

  • les sciences industrielles de l'ingénieur (SI) : automatique, cinématique, statique, dynamique, système à événement discrets, SysML, résistance des matériaux, machines électriques, modulateurs d'énergie et leurs commandes associées, modélisation multiphysique, énergétique et asservissement ;
  • les mathématiques :
    • analyse (séries, séries entières, séries de Fourier, intégrales impropres et calcul différentiel, équations différentielles linéaires, équations paramétrées, espaces préhilbertiens, lois de probabilités) ;
    • algèbre (algèbre linéaire, algèbre bilinéaire, géométrie, polynômes, calcul matriciel, réduction des endomorphismes, espaces vectoriels) ;
  • la physique : optique ondulatoire/géométrique, physique des ondes, électromagnétisme, thermodynamique, mécanique, électrocinétique, oscillateurs, ainsi que quelques éléments d'analyse vectorielle.

Les autres matières qui possèdent un enseignement plus restreint sont :

  • la chimie : cristallographie, diagrammes E-ph, courbes intensité-potentiel, diagrammes d'Ellingham, atomistique, oxydoréduction, cinétique chimique, acido-basicité ;
  • l'informatique : prise en main du langage Python ;
  • français-philosophie : deux heures par semaine pendant lesquelles sont étudiées les œuvres et le thème du programme officiel ;
  • langues vivantes : deux heures par semaine d'anglais plus 2 heures pour une seconde langue facultative.

Emploi du temps[modifier | modifier le code]

L'emploi du temps hebdomadaire comporte :

Auquel s'ajoutent de 2 à 4 h de colles par semaine :

  • Mathématiques : 1 h par semaine ;
  • Physique-chimie : 1 h par quinzaine ;
  • SII et Anglais : alternativement 1 h par semaine ;
  • Français : 1 h par trimestre.
Matière Total Cours TD TP Khôlles
Mathématiques 10 h
7 h
3 h 0 1 h par semaine
Physique - Chimie 8 h 4 h 2 h 2 h 1 h par quinzaine
Informatique 2 h 1 h 0 1 h 0
Sciences industrielles de l'ingénieur (SII) 7 h 2 h 2 h 3 h 1 h par quinzaine
Français-philosophie (culture générale) 2 h 2 h 0 0 1 h par trimestre
Langue Vivante 1 2 h 2 h 0 0 1 h par quinzaine
Langue Vivante 2 (facultatif) 2 h 2 h 0 0 0
TIPE* 2 h 2 h 0 0 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]