La Montagne (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montagne (homonymie) .
La Montagne
Image illustrative de l'article La Montagne (journal)

Pays France
Langue français
Périodicité quotidien
Format format tabloïd depuis le 23 janvier 2008
Genre Presse régionale
Prix au numéro 1,00 €[1]
1,70 € le dimanche[1]
depuis le 1er mars 2012
Diffusion 199 808[2] ex. (2008)
Fondateur Alexandre Varenne
Date de fondation 4 octobre 1919
Ville d’édition Clermont-Ferrand

Propriétaire groupe Centre-France
PDG : vacant
Directeur de publication vacant
Directeur de la rédaction Pierre Gironde
Rédacteur en chef Philippe Rousseau
Site web La Montagne
Supplément

La Montagne est un quotidien régional de la presse écrite française, dont le siège se trouve à Clermont-Ferrand, appartenant au groupe Centre-France. Diffusé en Auvergne et dans une partie du Limousin, ce quotidien a été créé en 1919 par le socialiste Alexandre Varenne.

Son siège est situé au 45, rue du Clos-Four, à Clermont-Ferrand.

Devant la lente érosion qui touche l’ensemble de la presse quotidienne régionale (PQR), le quotidien de Clermont-Ferrand a lancé une nouvelle formule en 2002 homogénéisant du coup l’ensemble des titres du groupe, qui n’a pas entièrement porté ses fruits, et adopte le format tabloïd le 23 janvier 2008.

Historique[modifier | modifier le code]

Locaux principaux du journal, rue du Clos Four, à Clermont-Ferrand.
Anciens panneaux publicitaires des quotidiens La Liberté et La Montagne.

Après près de 80 années d’habitat dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, le journal déménage son siège en 2008 à proximité du Stade Marcel-Michelin, sur un ancien site Michelin rue du Clos-Four, en face de la Coopérative de Mai. Ce changement répond au besoin de rationaliser le patrimoine immobilier de Centre-France, réparti sur plusieurs sites et subissant les contraintes du centre-ville.

Le stockage des bobines de papiers qui étaient basés au Brézet rejoignent le siège social, tandis que les rotatives restent à l'ancienne adresse du siège social, rue Morel-Ladeuil.

En 2012, Clermont Première a été renommée iC1 et a rejoint le site du Clos-Four.

Depuis février 2012, toutes les pages des journaux sont en couleur. Le coût de fabrication d’un journal étant de 1,04 €, le prix du journal augmente à partir du 1er mars 2012, passant de 0,95 € à 1 € pour les éditions du lundi au samedi, et de 1,60 € à 1,70 € pour les éditions du dimanche, afin de « garantir l’équilibre économique de l’entreprise »[1].

Site Internet[modifier | modifier le code]

Le journal possède un site Internet depuis l’été 2006 (www.lamontagne.fr) ; contrairement aux principaux autres groupes de presse, sa particularité est que chaque journaliste peut librement alimenter le site avec la mise en ligne de dépêches et photos. En effet, les autres groupes de presse ont adopté un système centralisé avec des rédactions web déconnectées des autres rédactions. L’internaute a également la possibilité d’acheter la version numérique au format PDF, consulter les archives ou commander les photos. Le groupe Centre-France possède aussi plusieurs sites d’annonces (Centremploi, Centreimmo, Centreautos, Centreofficielles, etc.).

En janvier 2012, le site Internet lamontagne.fr a totalisé 1 023 839 visites après la refonte du site Internet. De nouveaux services sont accessibles après inscription sur le site Internet : alerte mail, lettre d’information (gratuitement) ; la consultation des articles d’information locale est payante[3].

Finances[modifier | modifier le code]

Diffusion[modifier | modifier le code]

Le journal est diffusé sur les sept départements de l’Auvergne et du Limousin. Il est l'unique quotidien régional dans trois d’entre eux, à savoir l’Allier, le Cantal et le Puy-de-Dôme. En Haute-Loire, la plupart des ventes se concentrent dans le secteur de Brioude. Dans le Limousin, il est en « concurrence » avec le titre de la filiale du groupe, Le Populaire du Centre, et le journal L’Écho.

Les données de la diffusion de La Montagne sont celles de l'OJD[4].

Année 2009 2010 2011 2012 2013[5]
Diffusion France payée 189 089 187 836 183 982 178 584 175 432
Diffusion totale 197 424 196 108 191 927 186 233 182 600
Département 2005 2007
Puy-de-Dôme 75 899 72 743
Allier 53 464 51 462
Corrèze 28 846 28 012
Cantal 23 549 23 079
Creuse 17 500 17 068
Haute-Loire 4 522 4 359
Haute-Vienne 2 227 1 826

Ventilation de la diffusion individuelle en 2013[4] :

  • vente au numéro : 36,12 %
  • abonnés par La Poste : 35,97 %
  • abonnés par portage : 27,36 %
  • versions numériques individuelles : 0,54 %

Subventions[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des titres de presse français, le journal La Montagne touche de fortes subventions de l’État. Ainsi, il a perçu 4 millions d’euros d’aide du fonds d’aide à la modernisation de la presse de 2003 à 2010[6].

Les éditions locales[modifier | modifier le code]

Le quotidien dispose de dix-sept éditions au total, qui couvrent sept départements sur deux régions.

Sur la région clermontoise, depuis 2008, on compte trois différentes éditions : Clermont-Métropole (commune de Clermont-Ferrand), Clermont-Volcans et Clermont-Limagne sur la banlieue et les alentours.

  • 03 Allier : Montluçon, Vichy, Moulins
  • 15 Cantal : Aurillac, Saint-Flour
  • 19 Corrèze : Brive-la-Gaillarde, Tulle et Ussel
  • 23 Creuse : Guéret
  • 43 Haute-Loire : Brioude
  • 63 Puy-de-Dôme : Clermont-Métropole, Clermont-Volcans, Clermont-Limagne, Riom, Thiers-Ambert, Issoire
  • 87 Haute-Vienne : Limoges

Direction du journal[modifier | modifier le code]

La présidente et directrice de la publication est Édith Caillard, veuve de l'ancien président-directeur général du groupe La Montagne Centre-France Jean-Pierre Caillard. Le directeur général est Michel Habouzit assisté de deux directeurs délégués : Alain Védrine et Pierre Gironde, par ailleurs directeur des rédactions, et d'un secrétaire général, Gilles Crémillieux, directeur de cabinet de la présidente.

Le rédacteur en chef de La Montagne est Philippe Rousseau. Les autres membres de la direction sont : Laurent Couronne, directeur général-adjoint au côté d'Alain Védrine, Jérôme Rivière, DRH, Muriel Grelet, directrice du marketing et des ventes, Damien Caillard, directeur du développement numérique, Jacques Lamoureux, directeur industriel et Christophe Mathias, directeur délégué de la régie publicitaire Centre France Publicités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Pourquoi votre journal augmente », La Montagne,‎ 29 février 2012, p. 3
    Le tarif en vigueur entre le 21 juin 2010 et le 29 février 2012 était de 0,95 € ; entre juillet 2006 et le 19 juin 2010 il était de 0,90 € ; entre 2002 et 2006, 0,80 € ; de 2000 à avril 2002 : 5 F ou 0,76 €.
  2. OJD
  3. « Un million de visites sur lamontagne.fr », La Montagne,‎ 4 février 2012, p. 3
  4. a et b « Diffusion de La Montagne », sur ojd.com (consulté le 11 avril 2014)
  5. Données de l'éditeur.
  6. Owni.fr, « L’heure des fuites sur les subventions à la presse ? », sur Rue89,‎ 11 août 2010 (consulté le 26 octobre 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]