Alternative santé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alternative Santé)
Aller à : navigation, rechercher
Alternative Santé
Pays Drapeau de la France France
Langue français
Date de fondation novembre 1977
Ville d’édition Paris

Propriétaire Santé Port Royal
Directeur de publication Alexandre Imbert
Site web http://www.alternativesante.fr

Alternative Santé est un magazine mensuel français consacré à la santé et à la médecine. Il est édité par la société Santé Port Royal. Lancé en novembre 1977 par une équipe de journalistes, sous le nom de L'Impatient, son titre a évolué pour devenir Alternative Santé - L'Impatient en novembre 1997 et Alternative Santé en novembre 2003. Le magazine se définit comme « mensuel d'information et de défense des consommateurs de soins médicaux ». Le magazine a connu des difficultés en 2007, aggravées par le décès de son directeur Pierre Dhombre. Après un an de recherches, l'équipe du journal a trouvé une nouvelle direction qui respecte l'indépendance de sa ligne éditoriale, tout en conservant sa structure coopérative. Le journal bénéficie du soutien actif d'une association : Les patients impatients. Après la publication de son numéro de juillet-août 2011, le magazine a suspendu sa parution. Il est désormais édité sous forme numérique (depuis mai 2014) par le groupe Santé Port Royal.

Contenu rédactionnel[modifier | modifier le code]

En France, c'est l'un des principaux[réf. nécessaire] médias d'information et de promotion sur les différentes approches de la médecine non conventionnelle, dite aussi médecine douce ou alternative : ostéopathie, chiropratique, homéopathie, médecine traditionnelle chinoise, acupuncture, naturopathie etc.

Alternative Santé est à la pointe de combats comme ceux pour la reconnaissance des droits des patients, contre les dangers des hormones, pour la protection de la santé environnementale (dès 1993, il publiait des cartes de France des déchets nucléaires et des décharges polluantes)[réf. nécessaire]. Il met en garde contre les effets des ondes des téléphones portables, du mercure des plombages dentaires et des OGM et défend l'agriculture biologique. Portant un regard critique sur les vaccinations sans être antivaccinaliste[réf. nécessaire], Alternative Santé en dénonce les effets secondaires. Il est le premier[réf. nécessaire] magazine à avoir signalé l'existence d'accidents après la vaccination contre l'hépatite B (sclérose en plaques (SEP), polyarthrites, maladies auto-immunes), en publiant des témoignages de malades et de médecins en 1995, puis pendant plusieurs mois consécutifs en 1996 et 1997. À la suite de ces révélations, l'affaire prend une tournure publique qui conduit le ministre de la Santé à suspendre les campagnes de vaccination contre l'hépatite B dans les collèges. L'Académie nationale de médecine rappelle qu'en 2002 une évaluation du rapport bénéfices/risques du vaccin montrait qu'il était très supérieur à celui des éventuels effets secondaires, et ajoute que depuis, « 8 études nationales et internationales ont démontré l’absence de relation statistiquement significative entre la SEP et la vaccination contre l’hépatite B »[1],[2]. Le vaccin est recommandé par l'Organisation mondiale de la santé mais reste moins utilisé en France que dans d'autres pays européens ou nord-américains.

Alternative Santé a été le premier média à révéler l'existence d'une nouvelle maladie, la myofasciite à macrophages, due à l'aluminium contenu dans de nombreux vaccins[réf. nécessaire].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Titre de presse indépendant, tirant l'essentiel de ses revenus de la diffusion et non de la publicité[réf. nécessaire], Alternative Santé n'est pas adhérent de l'Office de justification de la diffusion (OJD). En 2000, selon le site de critique des médias Tocsin.net, le magazine était vendu à environ 40 000 exemplaires, dont 15 000 par abonnement[réf. nécessaire]. Les leaders du marché de la presse santé en France, diffusent quant à eux, à 294 386 exemplaires pour Santé Magazine et à 355 482 pour Top Santé (diffusion France payée 2005-2006, source OJD).

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Académie de médecine défend la vaccination contre l'hépatite B, Agence France-Presse, 12 février 2008.
  2. Communiqué sur la vaccination contre l'hépatite B en France, Académie nationale de médecine, 12 février 2008.

Lien externe[modifier | modifier le code]