La Chevrolière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chevrolière
Image illustrative de l'article La Chevrolière
Blason de La Chevrolière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Intercommunalité Communauté de communes de Grand Lieu
Maire
Mandat
Johann Boblin
2014-2020
Code postal 44118
Code commune 44041
Démographie
Gentilé Chevrolins
Population
municipale
5 088 hab. (2011)
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 30″ N 1° 36′ 37″ O / 47.0916666667, -1.6102777777847° 05′ 30″ Nord 1° 36′ 37″ Ouest / 47.0916666667, -1.61027777778  
Altitude Min. 0 m – Max. 22 m
Superficie 32,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Chevrolière

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Chevrolière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chevrolière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chevrolière
Liens
Site web http://www.mairie-lachevroliere.com/

La Chevrolière est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Ses habitants s'appellent les Chevrolins et les Chevrolines.

La Chevrolière comptait 5 088 habitants au recensement de 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Chevrolière dans le département de la Loire-Atlantique

La Chevrolière est située sur la bordure est du lac de Grand-Lieu, à 15 km au sud de Nantes (mairie) et 8 km au nord de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

Les communes limitrophes sont Saint-Aignan-Grandlieu, Pont-Saint-Martin, Le Bignon, Geneston et Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, La Chevrolière est une commune urbaine monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique). Elle est la seule commune de son unité urbaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Chevrolière[modifier | modifier le code]

Un nom gallo[modifier | modifier le code]

La Chevrolière possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : La Chevrolèrr (écriture ELG)[1].

Étymologies possibles[modifier | modifier le code]

  • Le nom de La Chevrolière peut provenir de la déformation du nom « Charollière » qui provient lui-même de « charreau » (passage de char ou chemin)[2]. Il est vraisemblable que c’est le croisement de deux « charreaux » qui donna cette appellation[3].
  • La Chevrolière peut aussi provenir du latin « Capriolaria »[4], nom apparaissant dans un texte du XVe siècle. Ce nom fait référence à un élevage de chèvres[5].

Tournebride[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Tournebride, Tourne-bride ou Tourne bride, provient de Tourner et Bride, le lieu où l’on pouvait faire demi-tour. Ce nom est porté par de nombreux lieux-dits, ronds-points (devant un château), auberges ou relais de poste[6].

Tournebride à La Chevrolière[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit Tournebride situé à l’Intersection de la D 178 et de la D 62 à l’est de La Chevrolière (latitude 47° 4'47.98"N et longitude 1°33'57.56"O) correspond à un ancien relais de poste (XVIIIe-XIXe siècle)[7] juste à côté du Château de la Freudière. Il permettait au postillon d'accompagner les voyageurs entre deux relais, soit environ deux lieues (8 km), et de ramener ensuite les chevaux au pas, après un repos.

Les autres « Tournebride » autour de Nantes[modifier | modifier le code]

Présentation en partant du nord-ouest de Nantes dans le sens des aiguilles d’une montre.
Les cinq premiers forment une ceinture autour de Nantes à environ 8 km (2 lieues) de la périphérie de Nantes[8].

  1. Intersection entre la D 965 et la D 81 au nord-ouest de Nantes[9].
  2. Intersection entre la D 9 et la D 178 au nord-est de Nantes et au nord de Carquefou[10].
  3. Intersection entre la D 756 et la D 149 au sud-est de Nantes[11].
  4. Intersection entre la D 178 et la D 62 au sud de Nantes et à l’est de La Chevrolière[12].
  5. Intersection entre la D 758 et la D 95 au sud-ouest de Nantes et à l’est de Sainte-Pazanne[13].
  6. Intersection entre la D 121 et la D 1 au nord-ouest de Nort-sur-Erdre[14].
  7. Intersection entre la N 137 et l’ancienne D 39 au nord de Nozay[15].
  8. Intersection entre la D 723 et la D 51 à Ingrandes[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Château des Huguetières (XIXe) et chapelle Notre Dame des Ombres, château de La Freudière (XIXe).

Le fief des Huguetières passa sous l'autorité de la famille de Machecoul, puis de celle de Châteaubriant, avant de relever de la baronnie de Retz.

Au XVe siècle, le château des Huguetières était le siège d'une importante seigneurie qui rayonnait sur 17 paroisses du pays de Grand Lieu. C'est sur la commune de La Chevrolière que se trouve d'ailleurs le principal accès au lac de Grand Lieu : le village de Passay, ancien chef-lieu paroissial.

L'église Saint-Martin, à La Chevrolière, garde en mémoire le passage du Père de Montfort. Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716) fut un missionnaire important dans tout l'Ouest de la France.

Comme toutes les communes de la Bretagne transligérienne, La Chevrolière a été dévastée par la guerre civile, dite "de Vendée", en 1793 et 1794[17].

La Chevrolière paiera également un lourd tribut à la Première Guerre mondiale ; on y dénombrera 75 victimes, Morts pour la France[18].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or au chevreuil passant de sable posé sur une terrasse de sinople ; au chef d'azur chargé d'un brochet d'argent accompagné de deux fleurs de nénuphars du même feuillées d'or.
Commentaires :
Blason stylé avec ornements extérieurs (2008).
Armes parlantes (le chevreuil rappelle le nom de la ville). Le brochet et les nénuphars font allusion au lac de Grand-Lieu et le village de Passay. Les couleurs or et sable évoquent aussi le blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de La Chevrolière au pays de Retz. Blason surmonté d'une bannière disant : L'eau et la terre nous sont propices. Blason conçu par A. Baudry-Souriau (délibération municipale du 12 avril 1972), enregistré le 19 juillet 1972.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de La Chevrolière : Aqua Et Terra Nobis Sunt Propitiae. L'eau et la terre nous sont propices.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1897 1906 Armand Hillereau   instituteur
1906 1929 Emmanuel Béranger   charpentier
1929 1946 François Josnin-Douaud   commerçant
1946 1971 François Hervouet   commerçant
1971 1995 Robert Thomas Sans étiquette ingénieur
1995 2008 Marie-Joseph Veyrac UMP médecin
2008 en cours Johann Boblin[Note 1] UMP[19] formateur
Les données manquantes sont à compléter.

La Chevrolière est dotée :

  • de trois écoles :
  • d'un service Espace Jeunes, pour les adolescents
  • d'un centre de loisirs sans hébergement, utilisé également pour l'accueil périscolaire
  • d'une halte garderie.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 088 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 022 1 478 1 528 1 655 1 664 1 765 1 874 1 937 1 900
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 935 1 937 1 989 2 075 2 131 2 105 2 089 2 073 2 064
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 139 2 078 1 883 1 912 1 830 1 801 1 784 1 849 2 004
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
2 139 2 444 3 368 4 272 4 851 4 925 4 945 5 088 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2004[21]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[22])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,5 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à La Chevrolière en 2009 en pourcentage[23]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,2 
4,5 
75 à 89 ans
7,7 
10,0 
60 à 74 ans
11,4 
24,5 
45 à 59 ans
21,8 
22,8 
30 à 44 ans
22,6 
16,4 
15 à 29 ans
15,5 
21,6 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[24]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Jumelages[modifier | modifier le code]

La Chevrolière est jumelée avec :

Économie[modifier | modifier le code]

La commune abrite une imprimerie du quotidien régional Ouest-France ainsi qu'une unité de production du groupe Armor.

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Chevrolière contient de nombreuses petites criques sur le lac de Grand-Lieu. À Passay, un lieu-dit de La Chevrolière, une assez grande plage où seuls les pêcheurs professionnels ont le droit de pêcher le plus souvent l'anguille), mais aussi l'écrevisse, un observatoire destiné aux oiseaux (car le lac est l'une des plus grandes réserves naturelles d'oiseaux) est ouvert au public.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Patrick AMELINE, La Chevrolière sous la Révolution, Editions Opéra, 2010 (ISBN 978-2-35370-073-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine et Loire de Pierre-Louis Augereau (ISBN 2844783384). Consultable sur Google books
  3. Site officiel de la Mairie (consulté le 17 décembre 2013).
  4. Dictionnaire Gaffiot latin-français (consulté le 17 décembre 2013)
  5. Site Internet infobretagne (consulté le 17 décembre 2013).
  6. Tournebride sur Wiktionnaire
  7. Site Internet infobretagne (consulté le 17 décembre 2013)
  8. Carte de France sur Viamichelin
  9. Sur Google maps
  10. Sur Google maps
  11. Sur Google maps
  12. Sur Google maps
  13. Sur Google maps
  14. Sur Google maps
  15. Sur Google maps
  16. Sur Google maps
  17. Patrick AMELINE, La Chevrolière sous la Révolution, Ed. OPERA, 2010 (http://lachevrolieresouslarevolution.e-monsite.com)
  18. http://patrick-ameline.e-monsite.com/pages/1914-1918-les-chevrolins-morts-pour-la-france-1-1-1.html
  19. « L'UMP 44 > Notre organisation > Les Conseillers Nationaux », sur le site de l'UMP 44 (consulté le 1er février 2012).
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  22. « La Chevrolière 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  23. « Résultats du recensement de la population - La Chevrolière - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  24. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).