Coutances

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coutances (homonymie).
Coutances
La cathédrale, avec les clochers de Saint-Nicolas et de l'hôtel de ville à droite et de Saint-Pierre à gauche.
La cathédrale, avec les clochers de Saint-Nicolas et de l'hôtel de ville à droite et de Saint-Pierre à gauche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche (sous-préfecture)
Arrondissement Coutances (chef-lieu)
Canton Coutances (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté du Bocage coutançais
Maire
Mandat
Yves Lamy
2014-2020
Code postal 50200
Code commune 50147
Démographie
Gentilé Coutançais
Population
municipale
9 311 hab. (2011)
Densité 744 hab./km2
Population
aire urbaine
17 486 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 46″ N 1° 26′ 38″ O / 49.0461111111, -1.44388888889 ()49° 02′ 46″ Nord 1° 26′ 38″ Ouest / 49.0461111111, -1.44388888889 ()  
Altitude Min. 12 m – Max. 150 m
Superficie 12,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Coutances

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Coutances

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coutances

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coutances
Liens
Site web www.ville-coutances.fr

Coutances est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie. Elle est notamment connue pour sa cathédrale, son festival Jazz sous les pommiers. Coutances est sous-préfecture, le siège de la Cour d'assises de la Manche et celui de l'évêché de Coutances et Avranches. Elle est peuplée de 9 311 habitants[Note 1] (les Coutançais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Coutances est située dans la péninsule du Cotentin, à 12 km de la côte ouest. Le centre de la ville est situé sur un promontoire dont la cathédrale constitue le point culminant. En contrebas coule la Soulles, affluent du fleuve côtier la Sienne. La topographie de la ville lui a parfois valu le surnom de « Tolède du Cotentin ».

Communes limitrophes de Coutances[1]
Gratot Monthuchon Monthuchon,
Cambernon
Gratot,
Bricqueville-la-Blouette
Coutances[1] Courcy,
Saint-Pierre-de-Coutances
Bricqueville-la-Blouette Saint-Pierre-de-Coutances Nicorps

Histoire[modifier | modifier le code]

Chef-lieu du peuple celte des Unelles, la ville de Cosedia prit le nom de Constantia en 298 sous Constance Chlore. La région de Constantia, connue sous le nom de pagus Constantinus, est devenue le Cotentin.

Son premier évêque fut saint Éreptiole.

La ville est détruite par les Vikings en 866 et il faut attendre le XIe siècle et l'arrivée de l'évêque Geoffroy de Montbray, compagnon de Guillaume le Conquérant, pour la voir véritablement renaître, avec une nouvelle cathédrale et des fondations de communautés religieuses.

En 1204, le duché de Normandie est annexé par le roi de France et la cathédrale romane est « habillée » en style gothique normand, sous l'impulsion de l'évêque Hugues de Morville (1208-1238), fondateur également de l'hôtel-dieu[2]. De nombreuses traces romanes sont en effet visibles lors de la visite complète de la cathédrale.

Coutances en ruines en 1944

Pendant les guerres de religion, en 1562, la cathédrale est pillée par les Huguenots. Ils capturent l'évêque Arthus de Cossé et l'obligent, à Saint-Lô, à parcourir la ville à l'envers sur un âne mitré, la queue de l'animal entre les mains.

Jusqu'en 1569, l'évêque de Coutances exerçait une juridiction sur les îles Anglo-Normandes.

Au début du XVIIIe siècle, le baron Duhamel, maire de la ville et passionné d'urbanisme, fait percer les boulevards qui désengorgent le centre-ville et créent d'agréables promenades plantées.

L'affaire criminelle Émile Jégaden se déroule à Coutances et y est jugée par la cour d'assises de la Manche le 13 juin 1938[3].

En 1944, la ville est détruite par un terrible bombardement qui fait plus de 300 morts. Mais la ville, moins atteinte que Saint-Lô, accueillera provisoirement la préfecture de la Manche pendant plusieurs années. L'architecte chargé de la reconstruction, Louis Arretche (qui s'occupe également de Saint-Malo) s'attachera à lui redonner son âme tout en la dotant des équipements modernes.

Un hold-up retentissant se déroula à la poste de Coutances en janvier 1946. L'affaire Marcel Marie et Roger Lemosquet fut jugée aux assises de la Manche[3].

En 1965, Coutances (7 806 habitants en 1962) absorbe Saint-Nicolas-de-Coutances (800 habitants)[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Coutances

D'azur à trois colonnes d'argent rangées en fasce, au chef de gueules chargé d'un léopard d'or armé et lampassé d'azur [5] Les piliers sont censés représenter l'aqueduc gallo-romain, prédécesseur de celui dont il subsiste des ruines et qui date du treizième siècle.

Administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires[6]
Période Identité Étiquette Qualité
9 floréal an VIII (1800) août 1811 Louis-Marie Duhamel   Notaire, lieutenant général de police
1811 1816 Gabriel-François Frémin Dumesnil   Député
1816 1840 Jacques-François Lepesant   Ancien officier, conseiller général
1840 février 1848 Edmond-Marie-Léopold Quenault    
mars 1848 septembre 1848 Sébastien-Hyacinthe Poisson   Juge de paix
septembre 1848 juillet 1849 Pierre Michel Dudouy   Avocat
juillet 1849 mars 1850 Edmond-Marie-Léopold Quenault    
mars 1850 1868 Charles-Joachim Brohier de Littinière[7]   Avocat, juge de paix, député
1868 1878 François Dominique Plaine    
1878 1892 Achille Jules Hégésippe Boissel-Dombreval   Notaire, conseiller général
1892 1900 Alphonse Lair   proviseur
1900 1904 Charles Daireaux   Imprimeur, président du tribunal de commerce
1904 1919 Émile Boissel-Dombreval AD Fils d'Achille Boissel-Dombreval ci-dessus, juge d'instruction, conseiller général
1919 1922(1) Alfred-Victor Marie    
1922 1929 Jacque-Léon-Auguste Leconte - Médecin
1929 1941 Paul Maundrell   Avocat
1941 1944 Henri Guillard   Chirurgien
1944 1947 Edmond Paupert    
1947 1962 Marcel Hélie   Orfèvre
1962 1977 Hervé Troude   Avocat
1977 (1) Georges Leclerc DVD  
1987 mars 2001 René Audouard DVD  
[8] en cours Yves Lamy[9] UMP Enseignant
(1) Décédé en cours de mandat

En mars 2008, la liste du maire UMP sortant, Yves Lamy, est élue avec 51 % des voix au second tour contre 30 % pour la liste de l'union de la gauche menée par Christiane Durchon (Les Verts) et 19 % pour la liste centriste d'Étienne Savary (MoDem). La majorité dispose donc de vingt-trois sièges. quatre reviennent à la coalition de gauche et deux pour le MoDem[10].

Le conseil municipal est composé de vingt-neuf membres dont le maire et sept adjoints.

Politique[modifier | modifier le code]

Les résultats aux diverses élections dénotent une position traditionnellement à droite sur l'échiquier politique.

Présidentielle 2007 : Nicolas Sarkozy (UMP) arrive en tête avec plus de 30 % des voix. Ségolène Royal (PS) arrive en seconde position. La surprise arrive au second tour où la candidate socialiste arrive en tête avec 51 % des suffrages.

Législative 2007 : Alain Cousin (UMP), député sortant est réélu très largement à la députation avec plus de 60 % des suffrages. Il avait frôlé l'élection dès le 1er tour avec 49 % des votes face à son opposante, Danielle Jourdain-Menninger, qui ne récolte que 18 % à chaque tour et ne confirme pas la bonne percée faite par Ségolène Royal. On voit ici l'attachement coutançais à ses figures politiques et aux notables.

Européenne 2009 : La liste UMP récolte 26 % des suffrages devant la liste Europe écologie qui obtient 20 %. Les socialistes n'obtiennent que 16 %. Là encore, la tendance se confirme même si le bon score des écologistes reste une surprise à l'instar du national.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 311 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Coutances a compté jusqu'à 9 930 habitants en 1982.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 922 8 507 7 874 9 015 8 957 7 663 7 920 8 258 8 064
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7 920 8 062 8 159 8 027 8 008 8 187 8 107 8 145 7 403
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 991 6 824 6 599 6 248 6 401 6 502 6 465 5 479 8 216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
7 806 9 061 9 869 9 930 9 715 9 522 9 628 9 518 9 390
2011 - - - - - - - -
9 311 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12])
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Saint-Nicolas-de-Coutances
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 775 1 523 1 844 1 146 933 988 925 973 926
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
915 858 860 825 837 834 857 816 722
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
658 603 604 543 570 603 638 820 893
1962 1965 - - - - - - -
800 fusion - - - - - - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[13])


Lors du recensement de 2007, l’arrondissement de Coutances enregistre la plus forte hausse de population de la Manche, surtout sur la côte et autour de Coutances. Si la ville de Coutances est en très légère baisse par rapport à 1999 (-0,4 %), des communes comme Blainville-sur-Mer, Gouville-sur-Mer, Pirou ou Saint-Sauveur-Lendelin affichent une hausse de population de plus de 20 % en huit ans. D'autres, comme Quettreville-sur-Sienne, Montmartin-sur-Mer ou Lessay ont connu une hausse comprise entre +10 % et +20 %. Selon la Direction départementale de l'équipement, la démographie du Coutançais progresse plus rapidement que la moyenne française depuis 1999.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie coutançaise est fortement tournée vers l'agro-alimentaire. Le groupe Agrial est une coopérative agricole et société de transformation agro-alimentaire, de dimension nationale et internationale, dont une partie des activités est basée à Coutances. La Compagnie des fromages, filiale de Bongrain y fabrique entre autres le fromage le coutances. La ville abrite également un abattoir à bovins de la Socopa.

Dans le domaine des hautes technologies, Elvia, une entreprise fabriquant de circuits imprimés, est implantée à Coutances.

Historiquement, Coutances est surtout connue pour être la capitale judiciaire du département de la Manche avec son tribunal de grande instance, le tribunal de commerce, sa maison d'arrêt, et son pôle d'instruction.

Malgré la crise, Coutances reste commercialement attractive. En effet, l'année 2009 est riche en nouvelles installations : Picard, Koodza, Kiabi… Depuis 10 ans maintenant, Coutances concentre son activité économique sur sa périphérie et notamment sur la Zone industrielle de la Mare où sont installés : Leclerc, Buro +, plusieurs concessions automobiles, Oncle Scott's, Etap hôtel, La Halle au Sommeil...

Le centre ville reste stable en matière de construction, mais reste actif au niveau des mutations : de nombreuses banques ouvrent dans le centre, de même que des agences immobilières...

Coutances est dénommée « commune touristique » depuis février 2013[14].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Coutances est une des villes de France qui compte le plus d'établissements scolaires par rapport à sa population. On dénombre ainsi :

  • 10 écoles maternelles et primaires
  • 3 collèges (Jacques Prévert, Germain, Guérard)
  • 5 lycées :
    • 2 lycées d'enseignement général et technologique (lycée Germain (privé), lycée Charles-François Lebrun (public))
    • 1 lycée agricole
    • 2 lycées professionnels (les Sapins dont le Bac pro "Métiers de la mode" est nationalement reconnu, la Roquelle)
  • 4 CFA (IFORM, CFA Paul Bocage pour le bâtiment, CEFAM pour les formations continues)
  • Une Maison familiale rurale dispense des formations en Production horticoles et en Travaux paysagers.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le pays de Coutances est classé Pays d'Art et d'Histoire.

Parcs et espaces verts[modifier | modifier le code]

Le jardin des plantes, inscrit aux Monuments historiques[16], est un des plus remarquables de la région. De nombreuses compositions florales y sont réalisées chaque année. La ville est également entourée d'une ceinture de boulevards plantés d'alignements de tilleuls formant des promenades ombragées prisées des Coutançais.

Coutances est une ville fleurie ayant obtenu trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[20].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Tous les ans, le festival de jazz Jazz sous les pommiers, durant la semaine de l’Ascension. Des milliers de personnes viennent à ce festival internationalement connu où jazz, animation, spectacles de rue et théâtre se mélangent. Des têtes d'affiche viennent se représenter pour ce festival : Keziah Jones (2008), Yael Naim (2009), Melody Gardot (2010)…
  • Le chanteur néerlandais Dick Annegarn a consacré une chanson à la ville de Coutances (éditée en 1975), et incluse dans la bande originale de La Science des rêves, en septembre 2006.
  • Le théâtre municipal est très actif et offre chaque année de nombreux spectacles (théâtre, danse, cirque, musique…). Des personnalités sont parfois invitées (une par an généralement) comme Jamel Debbouze, Valérie Lemercier (2009) ou Alain Souchon.

Sports[modifier | modifier le code]

Au niveau des activités, il y a :

  • Le football : sport prédominant à Coutances avec son club l'Entente sportive coutançaise présidée par Jean-Manuel Cousin. La 1A évolue en division d'honneur, autrement dit la 6e division nationale. Le club fait évoluer une seconde équipe en ligue de Basse-Normandie et une troisième équipe en division de district[21].
  • La gymnastique : le club de la Saint-Michel.
  • Athlétisme : le club de la BAC (Bocage athlétique coutançais) comptait dans ses rangs Bertrand Savary (7e sur 800 mètres au championnat de France 2007).
  • Handball : le club de la SAEL compte de nombreux licenciés et un dynamisme important.
  • Volleyball : représenté par le club du SC Coutances volley qui a de bon résultats chez les jeunes au niveau régional et en coupe de France.
  • Le tennis, le squash, le basket-ball

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage à St Ouën, Jersey

Coutances est jumelée avec les villes suivantes[22] :

Ces jumelages prennent leur intérêt dans le cadre scolaire notamment où des échanges sont organisés entre les établissements.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

par ordre chronologique

Naissances[modifier | modifier le code]

La statue de Charles-François Lebrun.

Décès[modifier | modifier le code]

  • Pierre Dudouyt (1851-1936 à Coutances), médecin-chef des hôpitaux de Coutances, médecin-chef du lycée Lebrun, député et sénateur.
  • Georges Davy (1883-1976 à Coutances), sociologue. Une place de Coutances porte son nom.

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. « Histoire de la cathédrale de Coutances », sur http://cathedralecoutances.free.fr/ (consulté le 20 septembre 2011)
  3. a et b Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, de Borée, Paris, 2012.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Coutances », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 26 juin 2010) et fiche liée (Saint-Nicolas-de-Coutances)
  5. Alfred Canel, Armorial de la province, des villes de Normandie, des évêchés, des chapitres et des abbayes, Rouen : Péron, 1849, p. 3 (armé et lampassé d'azur) et p. 26-29.
  6. Cosedia Mag n°100, décembre 2009
  7. (fr) Annuaire du département de la Manche, 33e année 1861, p 121
  8. Dominique Morisot, « Yves Lamy maire, le scrutin contesté », Ouest-France,‎ 26 mars 2001 (lire en ligne)
  9. Réélection 2014 : « Ouest-france.fr - Municipales à Coutances. Yves Lamy réélu maire pour un nouveau mandat » (consulté le 29 mars 2014)
  10. « Ouest-france.fr - Municipales 2008 Coutances (Manche 50) : résultats au 28/03/08 » (consulté le 2 septembre 2011)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Nicolas-de-Coutances », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 2 septembre 2011)
  14. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs de février 2013 » : page 59, arrêté du 18 février 2013 prononçant la dénomination de commune touristique - COUTANCES.
  15. « Cathédrale Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. a et b « Jardin public », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Aqueduc et ses abords », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Chapelle du Lycée », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Ancien parc des Évêques de Coutances (également sur communes de Courcy et Saint-Pierre-de-Coutances) », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris - Coutances » (consulté le 26 avril 2012)
  21. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Ent. s. coutançaise » (consulté le 4 septembre 2013)
  22. Coutances Saint Ouen La Pocatière Troïna Ilkley Ochsenfurt - Coutances ville jumelée<
  23. J. Antonin Friolet, Caraquet, Village au soleil, chez l'auteur, Fredericton, 1978. p. 17-29.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste François Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et Avranches, Coutances & C., 1877-78, 2 vol.

Liens externes[modifier | modifier le code]