La République du Centre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La République du Centre
La Rep
Image illustrative de l'article La République du Centre

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité quotidienne
Format tabloïd
Genre presse régionale
Prix au numéro 0,90 € (semaine)
1,20€ (samedi)
Diffusion en diminution 38 554 ex. (2012[1])
Fondateur Roger Secrétain, René Berthelot
Date de fondation
Éditeur Groupe La République du Centre
Ville d’édition Saran

Propriétaire Centre-France
Directeur de publication Michel Habouzit
Rédacteur en chef Christine Broudic
ISSN 0221-1750
OCLC 473280092
Site web http://www.larep.com
Supplément
TV Magazine (samedi)

La République du Centre, appelé plus communément La Rep, est un journal français de la presse quotidienne régionale basé à Saran dans le département du Loiret et la région Centre.

Quatre éditions du journal sont diffusées dans le Loiret.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le journal compte cinq rédactions locales : à Beaugency, place du Martroi ; à Gien, rue Victor Hugo ; à Montargis, rue Dorée ; à Orléans, rue du Grenier-à-Sel ; à Pithiviers, rue de la Couronne.

Il couvre l'actualité du département du Loiret au travers de quatre éditions différentes : Orléans-métropole dans l'agglomération orléanaise, Orléans-Beauce dans les cantons d'Artenay, Neuville-aux-Bois et Patay, Loire Sologne dans les cantons de Beaugency, Châteauneuf-sur-Loire, Cléry-Saint-André, La Ferté-Saint-Aubin, Jargeau et Meung-sur-Loire et Pithiviers-Montagis-Gien dans les cantons d'Amilly, Beaune-la-Rolande, Bellegarde, Briare, Châlette-sur-Loing, Château-Renard, Châtillon-Coligny, Courtenay, Ferrières-en-Gâtinais, Gien, Lorris, Malesherbes, Montargis, Outarville, Ouzouer-sur-Loire, Pithiviers, Puiseaux, Sully-sur-Loire.

Le journal est également vendu à la gare de Paris-Austerlitz.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé par Roger Secrétain avec l'aide de René Berthelot ainsi qu'avec la participation du personnel sous forme de coopérative ouvrière, le premier numéro est daté du .

La République du Centre succède au quotidien Le Républicain orléanais fondé en 1884[2], devenu Le Républicain du Centre sous l'Occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale et supprimé à la Libération comme tous les journaux ayant paru sous le régime de Vichy.

Les locaux du Républicain orléanais, situés dans la rue Royale à Orléans, ayant été détruits par les bombardements aériens de juin 1940, le quotidien orléanais doit chercher d'autres bâtiments et s'installe rue du Bourdon-Blanc, où l'imprimerie demeurera jusqu'en 1969, date de son installation à Saran situé dans le Nord l'agglomération orléanaise.

Le quotidien reçoit son premier ordinateur en 1965. Après son installation à Saran, en 1969, son matériel d'impression (offset) est un des plus modernes d'Europe.

En 1973, le journal est l'un des premiers à adopter la couleur dans la catégorie des journaux de la presse régionale.

Le journal passe en format tabloïd en janvier 2003.

En 1994, Jacques Camus prend la direction du journal et signe l’éditorial de la première page.

En septembre 2007, le groupe Centre-France acquiert 35 % du groupe La République du Centre auquel appartient le journal[3].

En avril 2010, Centre-France prend le contrôle du journal en augmentant sa participation à hauteur de 70 % dans le groupe La République du Centre[4]. Jacques Camus cède alors sa place à Jean-Pierre Caillard et conserve sa fonction d'éditorialiste.

Le , Centre-France annonce en comité d'entreprise son intention de mettre fin le à l'édition eurélienne de La République du Centre. Cette décision fait suite au rachat, en décembre 2010, de L'Écho républicain, principal quotidien régional d'Eure-et-Loir, par Centre-France[5].

La mise en page du journal est remaniée en avril 2011, elle fait suite au rachat du titre. La première page adopte notamment la maquette propre au journaux du groupe Centre-France.

Liste des directeurs généraux successifs[modifier | modifier le code]

Ancien siège de la rédaction orléanaise, rue de la République, en juin 2010
Période Directeur général
1944 - 1947 Roger Secrétain
1947 - 1982 Pierre Carré
1982 - 1994 Marc Carré
1994 - 2010 Jacques Camus
2010 - 2012 Jean-Pierre Caillard
2012 - Michel Habouzit

Identités visuelles[modifier | modifier le code]

Diffusion[modifier | modifier le code]

La forte baisse observée entre 2010 et 2011 est en partie due à l'arrêt de l'édition Eure-et-Loir. Celle-ci tirait en effet à 8 885 exemplaires en moyenne par jour en 2009 selon l'OJD[5].

Années Tirage Diffusion
(payée)
Diffusion
(totale)
2012 en diminution 42 361 en diminution 36 891 en diminution 38 554
2011 45 979 39 905 41 951
2010 55 860 47 823 49 753
2009 57 275 49 009 51 029
2008 60 350 50 773 53 063
2007 62 066 51 879 54 480
2006 63 395 52 829 55 430
Source : Diffusion des titres de la presse française, association OJD[1]

Éléments financiers[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des titres de presse français, le journal La République du Centre bénéficie de subventions versées par l’État français. Ainsi, il a perçu 3,7 millions d’euros d’aide du fonds d'aide à la modernisation de la presse de 2003 à 2010[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La République du Centre », sur www.ojd.com, Association pour le contrôle de la diffusion des médias,‎ 2012 (consulté le 13 octobre 2013) ; détails : 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006.
  2. Roger Secrétain avait été rédacteur en chef du Républicain orléanais de 1938 à 1942, avant d'entrer dans la Résistance intérieure française
  3. « Les journaux la Montagne, la République du Centre et la NRCO unissent leurs forces », sur www.europe1.fr, Europe 1,‎ 14 septembre 2007 (consulté le 7 mars 2012)
  4. Agence France Presse, « Centre-France prend la Rép. du Centre », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 2 mars 2010 (consulté le 29 avril 2010)
  5. a et b Radio intensité. « Eure-et-Loir - La Rép' tourne la page eurélienne »
  6. Owni.fr, L’heure des fuites sur les subventions à la presse ?, Rue89, publié le 11 août 2010, consulté le 26 octobre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]