Gérard Jugnot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jugnot.

Gérard Jugnot est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur français né le 4 mai 1951 à Paris.

Acteur et auteur à ses débuts dans la troupe du Splendid aux côtés de Thierry Lhermitte, Christian Clavier, Marie-Anne Chazel, Michel Blanc et Josiane Balasko, il a participé aux succès qui ont contribué à lancer leurs carrières respectives, Les Bronzés, Les Bronzés font du ski ou encore Le père Noël est une ordure. Il est celui qui va mettre le plus de temps à s'individualiser, en continuant à tourner notamment avec Patrice Leconte ou Jean-Marie Poiré dans des films qui mettent souvent en scène des acteurs qui ont gravité autour du Splendid, comme Anémone ou Martin Lamotte.

À soixante ans, Gérard Jugnot est l'un des piliers du cinéma français depuis le début des années 1980 et a participé à beaucoup de ses grands succès populaires.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né le 4 mai 1951 à Paris, Gérard Jugnot est le fils d'une mère au foyer et d'un père petit entrepreneur dans le bâtiment installé à Puteaux. Dans le collège de cette ville, il est un élève médiocre et préfère réaliser de petits films pastiches avec une caméra Super 8[1].

C'est sur les bancs du lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine que Gérard Jugnot rencontre Christian Clavier, Thierry Lhermitte et Michel Blanc. Ensemble, ils montent une troupe de théâtre amateur. Voulant apprendre le métier, ils suivent les cours d'art dramatique de Tsilla Chelton en 1970 et montent en 1972 leur premier spectacle intitulé Non Georges, pas ici, au café-théâtre du Poteau. S'inspirant du Café de la Gare de Coluche, ils forment en 1974 la troupe comique du Splendid[2]. En parallèle de cette carrière théâtrale, il fait ses débuts sur grand écran dans Les Valseuses (1974) de Bertrand Blier et Le Juge et l'Assassin (1976) de Bertrand Tavernier.

Il commence à se faire remarquer au sein de la troupe du Splendid aux côtés de Thierry Lhermitte, Christian Clavier, Marie-Anne Chazel, Michel Blanc et Josiane Balasko. Il a participé aux succès qui ont contribué à lancer leurs carrières respectives, Les Bronzés en 1978, Les Bronzés font du ski ou encore Le père Noël est une ordure en 1982. Cette série de succès populaires lui font accéder à la reconnaissance du public. Le comédien ne tarde pas à être réclamé par des cinéastes pour son image de « Français moyen » avec sa grosse moustache, sa petite taille, sa voix criarde et sa calvitie. Il sera celui qui mettra le plus de temps à s'individualiser.

Le milieu des années 1980 apparaît comme un tournant significatif dans la carrière de Gérard Jugnot, qui réalise avec succès son premier film, Pinot simple flic en 1984. Pour Tandem, il se rase la moustache, qui le rattachait à une image de Français moyen. S'il continue de briller dans la comédie pure, ses films sont souvent teintés d'une touche dramatique, à l'image d’Une époque formidable ou de Monsieur Batignole, deux de ses propres réalisations coécrites avec Philippe Lopes Curval, ou encore du film Les choristes de Christophe Barratier, son plus gros succès au box-office avec 8 millions de spectateurs[1] jusqu'à la sortie en 2006 des Bronzés 3 : Amis pour la vie (10,4 millions).

Gérard Jugnot à l'avant première de Rose et Noir à Montpellier en septembre 2009.

Il a participé régulièrement à l'émission de Philippe Bouvard Les Grosses Têtes dans les années 1980 sur RTL, aux côtés de Léon Zitrone, Olivier de Kersauson, Jacques Martin, Jean Dutourd, etc.

Il s'engage dans des causes humanitaires comme en participant régulièrement aux concerts des Enfoirés depuis 1994.

En 2009, son dernier film en tant que réalisateur, Rose et Noir, connaît un revers à la fois financier et critique. La presse le voit comme un plaidoyer contre l'intolérance, se basant notamment sur cette déclaration de Jugnot : « Moi, je ne suis ni homo, ni juif, ni protestant, ni arabe, et pas très catholique… Pourtant, je défends tout ce monde[3],[4]. »

Le 16 décembre 2009, il est décoré par le ministre français de la culture, Frédéric Mitterrand, qui l'élève au rang d'officier de l'ordre du mérite.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père du comédien et metteur en scène Arthur Jugnot, né en 1980, qu'il a eu avec la costumière Cécile Magnan. En 2003, Gérard Jugnot devient le compagnon de l'actrice Saïda Jawad [5],[6]. Il a été son compagnon jusqu'en avril 2014.

Gérard Jugnot a été victime dans les années 1990 d'une usurpation d'identité de la part d'un sosie qui effectuait des animations dans des grandes surfaces de la région parisienne. Ce désagrément a été rapidement réglé devant la justice mais son ami Michel Blanc et Bertrand Blier y ont trouvé la base d'un nouveau scénario, celui du film Grosse Fatigue, primé au Festival de Cannes 1994.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur cinéma[modifier | modifier le code]

1973 - 1979[modifier | modifier le code]

1980 - 1989[modifier | modifier le code]

1990 - 1999[modifier | modifier le code]

Gérard Jugnot au festival de Cannes 1998.

2000 - 2009[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Acteur télévision[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Simple[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Je suis miné / Le Choix dans la date[8]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Bernard Boyé, Les Légendes du Cinéma Français, Le Splendid, Autres Temps Éditions (biographie) ;
  • 2010 : Jean-Jacques Jelot-Blanc, Le Splendid, collection « Couples mythiques », Alphée Éditions (biographie) ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les portraits de Jean-Paul Billo », sur France Bleu,‎ 4 janvier 2012
  2. Jean-Loup Chiflet, Dictionnaire amoureux de l'Humour, Plon,‎ 2012, p. 357
  3. http://www.lefigaro.fr/cinema/2009/10/13/03002-20091013ARTFIG00524-gerard-jugnot-la-folle-des-grandeurs-.php
  4. http://www.e-deo.info/category/civilisation/cinema/page/5
  5. http://www.linternaute.com/cinema/star-cinema/ces-acteurs-en-couple-avec-des-inconnues/gerard-jugnot-et-saida-jawad.shtml
  6. http://www.terrafemina.com/societe/buzz/articles/37665-qui-est-saida-jawad-la-compagne-de-gerard-jugnot-.html
  7. Décret du 15 mai 2009
  8. « Gérard Jugnot - artiste - sa discographie sur B&M », sur bide-et-musique.com (consulté le 9 juin 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :