Laurent Baffie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Baffie

Laurent Baffie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Laurent Baffie photographié en 2001 par le Studio Harcourt.

Alias
Baffie
Naissance 18 avril 1958 (56 ans)
Montreuil (Seine-Saint-Denis)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Auteur, Comique, animateur de télévision et de radio

Laurent Baffie, né le 18 avril 1958 à Montreuil en Seine-Saint-Denis, est un auteur, acteur, animateur de radio et de télévision, metteur en scène de théâtre et réalisateur français.

Baffie (souvent nommé uniquement par son patronyme) est réputé pour ses caméras cachées ainsi que pour son sens de la répartie, son humour grinçant et sa culture musicale et animalière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Fils d'une femme battue[1], Laurent Baffie abandonne l'école en classe de quatrième pour commencer une formation de comptable[2] avant de s'orienter vers le théâtre. Il gagne ses premiers cachets comme figurant dans les émissions de variétés de Maritie et Gilbert Carpentier[3].

Auteur de sketches[modifier | modifier le code]

Dès 1985, il écrit des sketches, notamment pour Jean-Marie Bigard qui officie dans l'émission La Classe sur FR3. Depuis, il a toujours participé à l'écriture des spectacles de son ami[3].

Activité à la radio[modifier | modifier le code]

En 1990, il crée et anime l'émission Vas-y, fais-nous rire sur Fun Radio. Il est également sociétaire de l'émission de Philippe Bouvard, Les Grosses Têtes. En 1993, il anime l'émission Ze Baffie Show sur Skyrock, avec l'aide d'un de ses jeunes complices de l'époque, Jarlot. En 1999, il lance C'est quoi ce bordel sur Europe 2.

Du 9 septembre 2007 au 3 juillet 2011, il endosse à nouveau son rôle d'animateur radio, cette fois à l'antenne d'Europe 1. L'émission, diffusée tous les dimanches de 11 h à midi, reprend certains des concepts de C'est quoi ce bordel ?. Son titre aura la particularité de changer chaque semaine lors des premières années (Coloscopie, Demain, c'est mardi, C'était mieux dimanche dernier, Papy fait de la résistance, Vous êtes bien sur RTL, Julie, droguée, prostituée et fière de l'être, Baffie est un sale con, Taisez-vous Elkabbach, Ma vieille chatte perd ses poils, etc.) avant de s'intituler définitivement C'est quoi ce bordel. Il est toujours accompagné de Julie d'Europe 1. Dans son émission dominicale, il exploite les techniques des samples, où sont mémorisées des phrases décalées de Julie, la phrase d'Édouard Balladur « je vous demande de vous arrêter », des samples de jingles d'Europe 1 et d'autres radios, ou encore publicitaires, qu'il utilise pour ses canulars téléphoniques. En juin 2011, il annonce son licenciement, la station invoquant « des raisons économiques »[4]. Sa dernière émission sera diffusée le dimanche 3 juillet 2011. Il est remplacé par Marion Ruggieri avec l'émission Il n'y en a que pour elle.

Baffie revient le 25 septembre 2011 sur Rire et Chansons, où il reprend son émission C'est quoi ce bordel ?, déjà animée sur Europe 2 puis Europe 1. Le 14 janvier 2013, il annonce son licenciement de Rire et Chansons[5]. En 2013, il rejoint l'équipe de Philippe Bouvard au sein de l'émission des Grosses Têtes. Il reste dans l'émission après l'arrivée de Laurent Ruquier en 2014.

Activité à la télévision[modifier | modifier le code]

Logo de l’émission Baffie vérifie la pub.
Logo du Baffie Chaud dans Nulle part ailleurs.

En 1991, il est remarqué dans l'émission Vas-y, fais-nous rire sur Fun Radio par Thierry Ardisson qui l'engage d'abord pour écrire des sketches puis pour faire de l'improvisation en tant que faux cadreur dans son émission Double Jeu sur France 2[6].

Laurent Baffie sera ensuite dans toutes les émissions de Thierry Ardisson, jusqu'à Tout le monde en parle, venu régulièrement de 2000 à 2006 à la suite de négociations tumultueuses entre Ardisson et sa direction. En 1993, il est engagé par Canal+ pour l'émission Baffie vérifie la pub.

De 1996 à 1997, toujours sur sur Canal+, il coanime avec Philippe Gildas l'émission Nulle part ailleurs. Placé sur le plateau à côté de Gildas, Baffie est censé intervenir ponctuellement mais, mal à l'aise, il se montre peu inspiré. Il devient dès lors l'une des principales cibles des auteurs des Guignols[7],[8], qui tournent notamment en dérision l'aspect répétitif de ses remarques (la marionnette représentant Baffie ne sait que répéter, en guise de boutade, « je peux pas, demain j'ai piscine »). En 1998, il présente Farce Attaque sur France 2.

De 2001 à 2002, il participe régulièrement à l'émission Burger Quiz sur Canal+, présenté par Alain Chabat. En 2006, il présente Ding Dong sur Paris Première. Il s'invite chez monsieur tout le monde en compagnie d'un invité célèbre, et organise un talk show impromptu. En 2009, il présente Baffie ! sur Virgin 17, puis sur MCM, la rediffusion filmée du talk-show participatif avec des invités d'actualité qu'il anime sur Europe 1. Il est d'ailleurs accompagné de Julie d'Europe 1.

À partir du 13 octobre 2012, il présente une nouvelle émission sur Paris Première, intitulée 17e sans ascenseur[9] où il reçoit des célébrités à dîner dans le décor d'un ancien bains-douches du 17e arrondissement de Paris.

En 2014, il présente une nouvelle émission intitulée Open Bar, où il reçoit ses amis et des artistes pour parler de leur actualité[réf. souhaitée].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié avec Sandrine, Laurent Baffie a quatre enfants : Jérémy (né en 1986), Mélody (née en 1988), Benjamin (né en 1995) et Bastien (né en 2004)[10].

Émissions de télévision[modifier | modifier le code]

Laurent Baffie au festival de Cannes 1998.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • En 1997, il apparaît dans le film La Cible de Pierre Courrège, où il joue le rôle d'un reporter.
  • En 1999, il mêle sa passion des animaux avec celle du cinéma : il écrit et réalise Hot Dog, un court métrage humoristique dans lequel il fait preuve d'une créativité différente de celle dont il use dans son rôle habituel de flingueur d'invités (les deux acteurs du film sont des chiens).
  • En 2000, il écrit le scénario du film La Taule, réalisé par Alain Robak.
  • En 2001, il apparaît dans le film Sexy Boys de Stéphane Kazandjian
  • En 2003, il réalise son premier long métrage, Les Clefs de bagnole, dans lequel il partage la vedette avec Daniel Russo. L'affiche, fidèle à l'esprit d’auto-dérision de son auteur, nous met en garde : N'y allez pas, c'est une merde !. Le film ne rencontre pas le succès escompté (environ 200 000 entrées sur la France) et place Laurent Baffie, également producteur, dans une situation financière critique. Il finira de rembourser ses dettes en 2010[3].
  • En 2005 il apparait dans Iznogoud.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Laurent Baffie, sa mère était une femme battue, « J’ai bien connu le monstre » », Julien Massillon, sur le site Voici.fr - 14 novembre 2011.
  2. « Laurent Baffie : humoriste, cinéaste, comédien à mourir de rire… », sur le site sur Aquadesign.be- 29 novembre 2006.
  3. a, b et c Isabelle Morizet, « Laurent Baffie » dans l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie sur Europe 1, 10 février 2013.
  4. Julien Mielcarek, « Laurent Baffie : "J'ai été viré d'Europe 1" », sur PureMédias,‎ 18 juin 2011
  5. Benoît Daragon, « Laurent Baffie viré de Rire & Chansons », sur PureMédias, 14 janvier 2013.
  6. Thierry Ardisson, Cyril Drouhet, Joseph Vebret, Dictionnaire des provocateurs, Plon,‎ 2010 (lire en ligne).
  7. « Le Syndrome anti-Baffie », Technikart, 1er juillet 1997.
  8. Billet d'humeur de Jean-Pierre Dufreigne sur le site de L'Express.fr - 22 mai 1997.
  9. 17e sans ascenseur, sur le site www.paris-premiere.fr.
  10. Biographie de Laurent Baffie, sur le site www.elleraconte.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :