Anémone (actrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anémone (homonymie).

Anémone

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Anémone lors de l'avant-première
du Petit Nicolas en 2009.

Nom de naissance Anne Bourguignon
Naissance 9 août 1950 (64 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Actrice
Films notables Le père Noël est une ordure
Péril en la demeure
Le Grand Chemin

Anne Bourguignon, dite Anémone, est une actrice et scénariste française, née le 9 août 1950 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans la grande bourgeoisie parisienne, Anémone est mariée et mère de deux enfants : Jacob, né en 1979, et une fille Lili née en 1983. Elle a passé son enfance au Château Mauras, propriété familiale à Bommes en Gironde. Son père est le psychiatre André Bourguignon et son frère cadet l'agronome Claude Bourguignon. Militante comme son frère pour un retour à une société plus éthique et écologique, elle a choisi de vivre à la campagne dans un tout petit village du Poitou, dans les environs de Lezay.

Elle a débuté au café-théâtre, avec la troupe du Splendid. Elle tient son pseudonyme du premier film dans lequel elle a tourné, Anémone de Philippe Garrel (qui est donc le seul film pour lequel elle ait gardé son vrai nom au générique).

C'est Coluche qui lui offre son premier grand rôle au cinéma dans Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine en 1977. En 1979, elle crée sur scène la pièce écrite par la troupe du Splendid, Le père Noël est une ordure. Son rôle de Thérèse obtient un grand succès auprès du public. Succès grandissant quand la pièce est adaptée au cinéma par Jean-Marie Poiré. Ce film deviendra fameux, tout comme son interprétation ; mais Anémone dit aujourd'hui toucher très peu de droits lors des multiples rediffusions de ce film, et avoir été spoliée à ce sujet par Gérard Jugnot et Josiane Balasko[réf. nécessaire].

Dans les années 1980, c'est une actrice très populaire, qui tient la vedette de nombreuses comédies : Ma femme s'appelle reviens, Les Babas-cool, Le Mariage du siècle... Michel Deville, puis Jean-Loup Hubert lui offrent des rôles plus sérieux à partir de 1985. Contre-emplois réussis, puisqu'elle remporte le César de la meilleure actrice pour Le Grand Chemin en 1987. Plus discrète dans les années 1990, elle travaille avec Tonie Marshall, Romain Goupil ou Christine Pascal, dans le remarqué Le petit prince a dit. En 1996, elle joue dans l'adaptation de la BD Les Bidochon, film qui sera un cuisant échec. Elle se tourne alors vers le théâtre.

Engagement politique et citoyen[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Court-métrage[modifier | modifier le code]

  • 1994 : 3000 scénarios contre un virus : Affreux, bêtes et très méchants de Jacky Cukier
  • 2007 : Mon homme de Ramzi Ben Sliman
  • 2010 : Les âmes meurtries de Benjamin Holmsteen
  • 2012 : Bocuse de Stéphanie Pillonca et Géraldine Renault
  • 2012 : Como Quien No Quiere La Cosa de Alvaro Velarde

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Hommage en bande dessinée[modifier | modifier le code]

En 2010 l'ouvrage Drôles de femmes aux éditions Dargaud écrit par la journaliste Julie Birmant et illustré par Catherine Meurisse s'intéresse à Anémone, Yolande Moreau, Dominique Lavanant, Sylvie Joly, Florence Cestac, Michèle Bernier, Claire Bretécher, Tsilla Chelton et Amélie Nothomb. Selon le magazine Le Nouvel Observateur : « dix artistes féministes livrent spontanément des pans de leur carrière, leurs histoires de famille, mais aussi leurs doutes. Très bavard, très touffu, ce livre est vraiment une réussite, et un bel hommage à des femmes atypiques »[4]. La journaliste rencontre « Anémone avec son chihuahua au fin fond de la campagne[5] », et Catherine Meurisse, l'illustratrice, les rencontrera aussi, pour leurs représentations dessinées[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. compte rendu du FSM 2002.
  2. « Commando people en contre-champs. Opération d'arrachage d'OGM hier dans la Marne » Matthieu Ecoiffier dans Libération, 17 janvier 2003.
  3. Didier Porte: La « mélenchonisation » d'Eva Joly inquiète une partie d'Europe Écologie - Le Monde
  4. « Les Drôles de femmes », , magazine Le Nouvel Observateur, du 11/01/2010.
  5. Fiche de l'album, sur le site de l'éditeur, Dargaud.
  6. « Tout est à Lavanant », article journal Libération du 06/03/2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]