Alexandre Arcady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alexandre Arcady

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alexandre Arcady - août 2012, cinéma Clap de Leucate

Naissance 17 mars 1947 (67 ans)
Alger, Algérie
Profession réalisateur

Alexandre Arcady, né Arcady Egry[1] le 17 mars 1947 à Alger (en Algérie), est un réalisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aîné de cinq frères[2], né d'une mère juive d'Algérie[3] et d'un père légionnaire d'origine hongroise, il s'exile avec sa famille en métropole en 1961, faisant partie des premiers arrivants de la Cité Balzac de Vitry-sur-Seine[4]. Dans sa jeunesse, il milite au sein du mouvement de jeunesse sioniste Hachomer Hatzaïr[5]. En 1966-67, il part vivre en Israël dans un kibboutz près de la frontière libanaise[6]. De retour en France, il débute en 1968 une carrière de comédien en apparaissant dans une série intitulée La cravache d'or, puis dans des films comme Avoir vingt ans dans les Aurès (1972). Parallèlement, il s'essaye à la mise en scène de théâtre (la première est Haute surveillance de Jean Genet en 1970 au théâtre Récamier), est assistant à la direction de plateau au Théâtre de la Ville puis directeur du Théâtre Jean-Vilar de 1972 à 1975. Il réalise quelques courts métrages, des téléfilms et des émissions pour Antenne 2 et FR 3 à partir de 1974. Il enregistre en 1978 une captation du Dom Juan de Molière[7].

En 1977, il crée avec Diane Kurys une société de production, Alexandre Films. Il coproduit les premiers films de son associée, Diabolo menthe (1977) et Cocktail Molotov (1980). En 1979, Le Coup de sirocco, son premier long métrage, est largement autobiographique, et porte sur la vie des pieds-noirs en Algérie puis de leur exode. C'est aussi le premier qui s'adresse au public des pieds-noirs, jouant sur la chronique nostalgique de l'exil et le souvenir du « pays perdu ». Le film sera un succès inattendu et prometteur[8].

Il est marié avec Marie-Jo Jouan, journaliste à France 2. Ensemble, ils ont une fille prénommée Lisa et un fils réalisateur (La colline a des yeux, Mirrors) connu sous le nom d'Alexandre Aja. Il a également eu un fils avec Diane Kurys, le jeune écrivain connu sous le nom de Sacha Sperling[4].

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Arcady, Le Petit Blond de la Casbah (autobiographie), Plon, 7 mai 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Vrai Nom des stars de Michel Bracquart - M.A. Éditions - 1989 - (ISBN 2-86676-463-3)
  2. Deux d'entre eux travailleront avec lui, l'un comme chef décorateur, l'autre comme régisseur général.
  3. Sa grand-mère s'appelait Messaouda Hadjadj, Adaptation au cinéma du livre de Yasmina Khadra ce que le jour doit à la nuit, L'Expression (Algérie), par Adel Mehdi, 2 juillet 2012
  4. a et b Alexandre Arcady, émission Secrets de tournage sur Europe 1, 2 août 2013
  5. Les 100 ans de la jeunesse militante, Crif.org, 10 juin 2013.
  6. Fiche du film "Pour Sacha" par Studio Canal
  7. Alexandre Arcady. Son état civil, sur Allociné
  8. Alexandre Arcady, sur cine-zoom.com
  9. Alexandre Arcady adapte Yasmina Khadra

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]